Colombey-les-Deux-Églises

Infos
Colombey-les-Deux-Églises est une commune française de 650 habitants, située dans le département de la Haute-Marne et la région Champagne-Ardenne. Elle est située à 27 km au nord-ouest de la préfecture Chaumont, à la limite avec le département voisin de l’Aube. Le village est devenu célèbre pour avoir été choisi par le général de Gaulle, qui y avait acquis une propriété 9 juin 1934 « La Brasserie » aussitôt rebaptisée « La Boisserie ». Il
Colombey-les-Deux-Églises

Colombey-les-Deux-Églises est une commune française de 650 habitants, située dans le département de la Haute-Marne et la région Champagne-Ardenne. Elle est située à 27 km au nord-ouest de la préfecture Chaumont, à la limite avec le département voisin de l’Aube. Le village est devenu célèbre pour avoir été choisi par le général de Gaulle, qui y avait acquis une propriété 9 juin 1934 « La Brasserie » aussitôt rebaptisée « La Boisserie ». Il choisit Colombey parce que le village était à mi-chemin de Paris et de ses garnisons de L'Est et du Nord et parce que les paysages austères des landes et de forêts de cette campagne, à la saignée des provinces de Champagne, de Lorraine et de Bourgogne, fragments de la France éternelle, correspondaient à son esprit et à son cœur. Le Général a consacré à Colombey les dernières pages des Mémoires de Guerre, texte devenu classique : Vastes, frustes et tristes horizons ; bois, prés, cultures et friches mélancoliques ; relief d'anciennes montagnes très usées et résignées ; villages tranquilles et peu fortunés dont rien, depuis des millènaires, n'a changé l'âme, ni la place...... Le Général y est décédé le 9 novembre 1970. Église de Colombey-les-Deux-Églises

Géographie

La commune se trouve dans la vallée de la Blaise. Limitrophe du département de l'Aube, elle est située sur la RN 19 qui relie Chaumont (27 km au sud-est) à Troyes (61 km à l'ouest). Le sud de la commune est occupée par la forêt des Dhuits, qui se situe dans le prolongement oriental de la grande forêt de Clairvaux.

Histoire

Héraldique

Un peu d'histoire, un œil sur le passé...

En l'an II et jusqu'en l'an X (Révolution) la commune prend le nom de Colombey-la-Montagne. L'étymologie s'explique par le latin columbarium (colombier); la présence de deux édifices religieux la différencie de ses nombreux homonymes : l'ancien prieuré Saint-Jean-Baptiste (à une seule nef) fondé vers 1100, dépendant de Cluny et l'église Notre-Dame-en-son-Assomption (chœur de la fin du s.), et abside (s.), chapelle de la Vierge et Saint-Nicolas ( s.) nef et bas-côtés ( s.), statues en pierre polychrome et bois doré) du au siècle. Lorsqu'il assistait à la messe, Le général De Gaulle occupait le 7e banc à droite)Source des informations de cet historique : Harmonies haut-marnaises. Le nom de la commune vient donc du fait qu'elle a longtemps possédé deux églises, l'église paroissiale et celle du prieuré Saint-Jean-Baptiste. Après la Révolution, le prieuré fut vendu comme bien national et transformé en maison d'habitation par ses nouveaux propriétaires. De nos jours, seule son abside est encore visible. En revanche, l'église paroissiale est encore utilisée pour le culte.

Les otages de Colombey

Statue de Notre-Dame-des-Otages, à Colombey-les-Deux-Églises L'histoire récente de la commune a été marquée par une prise d'otages pendant la Seconde Guerre mondiale. Le 19 août 1944, les troupes allemandes stationnent à Colombey devant La Boisserie et devant la mairie. Un camion dans lequel se trouvent des FFI passe dans le village. Des coups de mitraillette éclatent, deux soldats allemands sont tués, d'autres blessés. Les représailles ne tardent pas et des SS, venus de Bar-sur-Aube arrivent, arrêtent sans discernement les 21 hommes et la femme qui leur tombent sous la main dans la rue et les maisons. Vingt-deux otages sont emmenés et emprisonnés à Chaumont ; une autre personne, déjà arrêtée par ailleurs, est associée au groupe, qui subit quatre jours d'interrogatoires. Moments d'angoisse pour les familles qui connaissent les atrocités commises par les Allemands pendant cette guerre. Pendant cette longue attente, avec l'espoir d'être enfin libérés, les 23 otages forment le vœu, s'ils s'en sortent, d'ériger une statue en hommage à la Sainte-Vierge. Ces vingt-trois otages - pour la plupart agriculteurs, fromagers, ouvriers agricoles - étaient originaires du village. Neuf d'entre eux travaillaient dans une entreprise forestière qui effectuait des coupes de bois dans les environs. Les événements évoluent dans le bon sens puisque les otages seront finalement libérés. La promesse faite pendant leur détention sera tenue. La commande de la statue de la Vierge est préparée. La fonderie de Vaucouleurs est choisie. Au printemps 1946, l'ancien otage Fernand Roethlisberger va en prendre livraison. Les travaux commencent. M. Denarda, un maçon de Colombey, construit le socle du monument et le soubassement en béton. Les marches sont offertes par le marbrier Boiteux de Juzennecourt. L'emplacement avec le terrain d'accès à la statue sur la montagne de Colombey a été offert à l'église de Colombey par la famille Etienney. La peinture du socle est réalisée par Maurice Chappuis, peintre du village. La statue en fonte, haute de 2, 20 m, pèse 620 kg. L'ensemble du monument s'élève à 5, 20 m de hauteur. En 1963, à l'initiative de l'abbé Drouot, il a été agrémenté d'une table d'orientation montrant toute la région. Le dimanche 24 août 1946 a eu lieu une l'inauguration officielle de la statue de la Vierge qui deviendra « Notre-Dame-des-otages. » Sous un beau soleil estival, 3 000 personnes assistèrent à la grand-messe présidée par M Chiron, évêque de Langres. On remarquait dans la foule la présence d' Yvonne de Gaulle, accompagnée de deux membres de sa famille. Le général de Gaulle et sa famille assistèrent dans l'après-midi, en l'église du village, à une cérémonie d'action de grâce. À l'intérieur du socle a été placée une bouteille cachetée dans laquelle figure une feuille écrite à l'encre de chine par l'abbé Drouot, curé de Colombey, qui retrace l'histoire des otages avec leurs noms. Depuis cette date, tous les ans, le dernier dimanche du mois d'août, un pèlerinage suivi d'une messe a lieu devant la statue. A ce jour17 septembre 2006, un seul des anciens otages, Fernand Roethlisberger, âgé de 87 ans, est encore de ce monde, Mr Roethlisberger est passionné d'histoire et c'est sous sa plume qu'il a édité une plaquette souvenir pour l'anniversaire des 50 ans de commémorations de notre Dame des Otages en 1994 . Son ami, M. Burkardt, est parti sous d'autres cieux , quelques mois auparavant, laissant un vide. Le dernier survivant, Fernand Roethlisberger a fermé les yeux en ce mois d'octobre 2007. Avec son départ un livre de l'histoire de Colombey se ferme, mais l'histoire reste dans les mémoires du village. Maintenant il reste aux jeunes générations le devoir de perpétuer le souvenir de ces hommes et femmes qui ont oeuvré pour la liberté de la France. Ce paragraphe, dédié aux otages de Colombey, a été rédigé pour répondre au devoir de mémoire pour les générations futures, à partir des informations recueillies dans le « Journal de la Haute-Marne » et auprès du dernier survivant et de sa famille .A R.

Charles de Gaulle et Colombey

La commune est célèbre car le général Charles de Gaulle et son épouse Yvonne y avaient acheté, en 1934, le domaine de "la Brasserie" qui, en fait, était l'ancienne brasserie du village (crée en 1843), renommée "La Boisserie". Elle s'offre aux regards depuis le village avec une tour hexagonale coiffée de vieilles tuiles du pays que de Gaulle avait faite construire. Il y installera son cabinet de travail d'où d'un regard, il pouvait embrasser le paysage immense et sauvage. Le général aimait venir se reposer dans ce qu'il considérait comme sa vraie et sa seule demeure. Il s'y réfugiait pour prendre les décisions importantes, dans le calme et la solitude. A la Boisserie furent accueillis et reçus un grand nombre de personnalités venues lui rendre visite. Parmi elles, les 14 et 15 septembre 1958, le chancelier allemand Konrad Adenauer. Après sa démission de la Présidence de la République, en avril 1969, il y avait entrepris la rédaction de ses « Mémoires d'espoir ». Il y est mort le 9 novembre 1970, au soir d'une rupture d'anévrisme, âgé de presque quatre-vingts ans. Le domaine appartient depuis lors à son fils, l'amiral Philippe de Gaulle. Le général et son épouse ainsi que leur fille Anne sont inhumés dans le petit cimetière communal. Son gendre, le général Alain de Boissieu, décédé en 2006 repose à coté de la tombe du général. Depuis 1972, sur le territoire de la commune, se trouve le Mémorial Charles-de-Gaulle. Visible de très loin, une monumentale croix de Lorraine en granit de Bretagne s'élèveLa Croix de Lorraine posséde les caractéristiques suivantes : hauteur : 44, 30 m. ; largeur des bras : 19, 16 m. et 14, 12 m. ; poids approximatif : 1 500 tonnes ; amplitude au sommet : 10 cm par grand vent (source musée), symbole de la France libre. Financée par souscription nationale, elle a été érigée du 4 avril au 6 mai 1972 sur la « Montagne » (397 mètres d'altitude), emplacement le plus élévé du village. Le monument, œuvre des architectes Marc Nebingen et Michel Mosser, a été inauguré par le Président de la République Georges Pompidou le 18 juin 1972, jour du trente-deuxième anniversaire du célèbre Appel à la Résistance lancé sur les ondes de la BBC par le général.

Administration

Démographie

Voir aussi

- Communes de la Haute-Marne ==
Sujets connexes
Abside   Alain de Boissieu   Arrondissement de Chaumont   Aube (département)   Bar-sur-Aube   Bien national   Blaise (affluent de la Marne)   Bourgogne   Bretagne   Canton de Juzennecourt   Champagne-Ardenne   Champagne (province)   Chancelier   Charles de Gaulle   Chaumont   Chaumont (Haute-Marne)   Clairvaux   Communes de la Haute-Marne   Croix de Lorraine   Département français   Forces françaises de l'intérieur   France libre   Georges Pompidou   Granit   Haute-Marne   Juzennecourt   Konrad Adenauer   Liste des évêques de Langres   Lorraine   Louis Chiron   Mars (mois)   Messe   Otage   Philippe de Gaulle   Président de la République   Pèlerinage   Route nationale 19   Révolution française   Schutzstaffel   Seconde Guerre mondiale   Troyes   Vaucouleurs (Meuse)   Yvonne de Gaulle  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^