Lac Ladoga

Infos
Lac Ladoga Le lac Ladoga (en russe , en finnois ) est le plus étendu des lacs d'Europe (17 700 km²), le deuxième de Russie (après le lac Baïkal) et le 15 dans le Monde par sa superficie. Il est situé au nord-est de Saint-Pétersbourg, en Carélie, non loin de la frontière finlandaise. Il reçoit une trentaine de rivières dont le Svir, émissaire du lac Onega. Son émissaire est la Neva qui traverse la ville de Saint-Pétersbourg, située à son embouchure et se
Lac Ladoga

Lac Ladoga Le lac Ladoga (en russe , en finnois ) est le plus étendu des lacs d'Europe (17 700 km²), le deuxième de Russie (après le lac Baïkal) et le 15 dans le Monde par sa superficie. Il est situé au nord-est de Saint-Pétersbourg, en Carélie, non loin de la frontière finlandaise. Il reçoit une trentaine de rivières dont le Svir, émissaire du lac Onega. Son émissaire est la Neva qui traverse la ville de Saint-Pétersbourg, située à son embouchure et se jette dans la mer Baltique. Le lac compte plus de 600 îles et îlots pour une superficie totale de 435 km². La plupart des îles sont situées près de la côte nord-ouest du lac, dont les célèbres îles Valaam. La superficie de son bassin de drainage est de 276 000 km² incluant près de 50 000 lacs secondaires et 3500 rivières de plus de 10 km de long. Plus de 85 % des eaux alimentant le lac Ladoga proviennent des trois plus importantes rivières :
- la Svir du Lac Onega (sud-est) ;
- la Vuoksi du Lac Saimaa en Finlande (ouest) ;
- la Volkhov du Lac Ilmen (sud). Le lac Ladoga fait partie de la route fluviale dite « Volga-Baltique » par laquelle Moscou est reliée à la Baltique et à Saint-Pétersbourg. Le lac héberge une sous-espèce de phoque annelé connu sous le nom de phoque Ladoga.

Histoire

Cathédrale de Konevets (vue Est) Le lac formait un important tronçon de la route commerciale entre les Varegues et les Grecs. La plus ancienne capitale de Russie, Ladoga la vieille, tire son nom du lac. L'ancien monastère Valaam a été fondé sur l'île Valaam (en Finnois: Valamo), la plus grande île du lac Ladoga. Il est abandonné entre 1611–1715, puis magnifiquement restauré au et évacué vers la Finlande durant la Guerre d'hiver en 1940. En 1989 les activités monastiques reprirent. D'autres monastères historiques proches sont le monastère Konevets, qui est situé sur une île voisine et le monastère Alexandre Svirsky, qui conserve quelques exemples de l'architecture médiévale moscovite. Entre 1617–1721, la frontière russo-suédoise passait à travers le lac puis plus tard entre 1812–1940, la frontière russo-finlandaise. Durant le siège de Léningrad de 1941–1944, le Lac Ladoga fournit le seul accès à la ville assiégée. Les marchandises furent transportées vers Léningrad par camions circulant sur des « routes d'hiver » sur le lac gelé et par bateaux l'été. Après la guerre, la Finlande perdit la Carélie au profit de l'URSS et la plupart des finnois furent forcés d'évacuer les territoires perdus. Cependant, certains Caréliens restèrent et vivent toujours dans la région.

Les chevaux du lac Ladoga

Dans son roman Kaputt (1943), l'écrivain italien Curzio Malaparte relate l'anecdote suivante, que l'on présume survenue en 1942, lors du siège de Léningrad : Le troisième jour un énorme incendie se déclara dans la forêt de Raikkola. Hommes, chevaux et arbres emprisonnés dans le cercle de feu criaient d'une manière affreuse. (...) Fous de terreur, les chevaux de l'artillerie soviétique - il y en avait près de mille - se lancèrent dans la fournaise et échappèrent aux flammes et aux mitrailleuses. Beaucoup périrent dans les flammes, mais la plupart parvinrent à atteindre la rive du lac et se jetèrent dans l'eau. (...) Le vent du Nord survint pendant la nuit (...) Le froid devint terrible. Soudainement, avec la sonorité particulière du verre se brisant, l'eau gela (...) Le jour suivant, lorsque les premières patrouilles, les cheveux roussis, atteignirent la rive, un spectacle horrible et surprenant se présenta à eux. Le lac ressemblait à une vaste surface de marbre blanc sur laquelle auraient été déposées les têtes de centaines de chevaux. (Curzio Malaparte, Kaputt) L'astrophysicien et vulgarisateur Hubert Reeves reprend ce récit et le tient pour véridique dans son livre L'heure de s'enivrer (1986). Il émet l'hypothèse que le gel quasi-instantané de l'eau du lac était causé par un changement de phase rapide dû à l'état présumé de surfusion de l'eau au moment de l'incident. L'homme politique Alain Peyrefitte publia en 1981 un livre intitulé Les chevaux du lac Ladoga - la justice entre les extrêmes, dans lequel l'eau surfondue emprisonnant les infortunés chevaux devient une métaphore des instabilités socio-politiques latentes qui peuvent être déclenchées de façon imprévue par un mouvement de masse ou une décision d'un chef. Ladoga ar:بحيرة لادوغا bg:Ладожко езеро ca:Llac Ladoga cs:Ladožské jezero cu:Ладожьско ѥзеро cy:Llyn Ladoga da:Ladoga de:Ladogasee el:Λάντογκα en:Lake Ladoga eo:Ladoga lago es:Ladoga et:Laadoga järv fi:Laatokka he:ימת לדוגה hr:Ladoga it:Lago Ladoga ja:ラドガ湖 ko:라도가 호 lt:Ladoga lv:Lādogas ezers nl:Ladogameer no:Ladoga pl:Ładoga pt:Lago Ladoga qu:Ladoga qucha ro:Lacul Ladoga ru:Ладожское озеро sk:Ladožské jazero sr:Ладога sv:Ladoga tr:Ladoga Gölü uk:Ладозьке озеро zh:拉多加湖
Sujets connexes
Alain Peyrefitte   Astrophysique   Curzio Malaparte   Europe   Finlande   Finnois   Hubert Reeves   Lac   Lac Baïkal   Lac Ilmen   Lac Onega   Mer Baltique   Moscou   Neva   Phoque annelé   Roman (littérature)   Russe   Russie   République de Carélie   Saimaa   Saint-Pétersbourg   Surfusion   Svir   Valaam   Volkhov (rivière)   Vuoksi  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^