Xinjiang

Infos
Le Xinjiang (uyghur : شىنجاڭ Shinjang — nom officiel chinois : 新疆, pinyin Xīnjiāng, « Région autonome ouïgoure du Xinjiang chinois ») est une des cinq régions autonomes de la République populaire de Chine, situé à son extrême ouest, qui s'étend sur km², au statut particulier, comme la Mongolie-Intérieure ou le Tibet. Il était anciennement appelé Turkestan oriental ou Turkestan chinois. Ces appellations sont e
Xinjiang

Le Xinjiang (uyghur : شىنجاڭ Shinjang — nom officiel chinois : 新疆, pinyin Xīnjiāng, « Région autonome ouïgoure du Xinjiang chinois ») est une des cinq régions autonomes de la République populaire de Chine, situé à son extrême ouest, qui s'étend sur km², au statut particulier, comme la Mongolie-Intérieure ou le Tibet. Il était anciennement appelé Turkestan oriental ou Turkestan chinois. Ces appellations sont encore parfois utilisées, notamment l'appellation Turkestan oriental par les indépendantistes, mais le gouvernement chinois les refuse. Le Xinjiang a une frontière de km. Il a une superficie de km² et occupe un sixième du territoire chinois.

Population

Le Turkestan oriental est peuplé en majorité par les Ouïgours, parlant une langue turque, mais d'autres peuples d'Asie centrale comme les Kazakhs, les Kirghizes, les Tatars, les Ouzbeks, et les Tadjiks sont également présents. Selon le dernier recensement chinois, la population de ces musulmans est d'un peu plus de 11 millions, parmi lesquels, 8, 68 millions de Ouïgours constituent la majorité. Les 9 millions restants sont en majorité des Hans. Ceux-ci, qui étaient moins de 10% au milieu du siècle dernier, représentent actuellement plus de 40% de la population totale vivent surtout dans les villes. Ainsi, dans la plupart des villes, le rapport Ouïgours-Chinois est passé de 9 pour 1 à 1 pour 9. Les forêts et les prairies ont été détruites pour répondre aux besoins énormes de l'économie chinoise. Situés sur la Route de la soie, les Ouïgours ont joué un rôle important dans les échanges culturels entre l'ouest et est, et ont développé leur propre culture et civilisation.

Villes

Source :

Langues

De nombreuses langues d'origines kazakhes et ouïgoures sont parlées au Xinjiang. L'ili turki est une langue qui y est presque éteinte.

Étymologie

Xinjiang signifie littéralement « nouveaux territoires » ou « nouveau front pionnier », « nouvelle marche » (souvent mal traduit par analogie avec l'anglais par « nouvelles frontières »).

Géographie

Le Turkestan Oriental en Chine Le Xinjiang est la plus grande région autonome de Chine. Sa capitale est Urumqi. Situé à l'ouest de la Chine sur l'ancienne route de la soie, il dispose de réserves de pétrole qui en font une région stratégique pour Pékin. Le Xinjiang est entouré du Tibet au sud, du Qinghai et du Gansu au sud-est, de la Mongolie à l'est, de la Russie au nord et du Kazakhstan, Kirghizistan, Tadjikistan, Afghanistan, Pakistan et de la partie du Kashmir contrôlée par l'Inde à l'ouest. Le Xinjiang administre la région d'Aksai Chin, une région considérée par l'Inde comme une partie du Jammu-et-Cachemire. Le Xinjiang est divisé en deux bassins par le Tian Shan, celui de Dzoungarie (Djoungarie) dans le nord et Tarim dans le sud. Le point le plus bas est 155 m sous le niveau de la mer et le plus haut sommet est à  m sur la frontière avec le Cachemire. Plusieurs fleuves traversent le Xinjiang comme le Tarim ou encore l'Ertix.

Histoire

Sa situation géographique en Asie centrale faisant du Xinjiang une zone de passage, de nombreuses ethnies cohabitent, grâce aux diverses vagues de colonisation qui se sont succédé : populations indo-européennes (Tokhariens et Saces, ces derniers étant de langue iranienne) originellement nomades et qui se sont sédentarisées sur place, puis populations xiongnu, proto-turques, turques et enfin proto-mongoles. Les dernières recherches archéologiques ont mis au jour de nombreux corps très bien conservés dont la plupart pourraient avoir été ceux de Tokhariens ou de Saces. Ils datent des et . Le Xinjiang actuel résulte de siècles de lutte entre les dynasties chinoises et les peuples colonisateurs. La dynastie des Han échoua à plusieurs reprises dans ses tentatives pour contrôler la région : dès le , les Chinois entrèrent dans le territoire du Xinjiang et s'affrontèrent aux Xiongnu, qui dominaient l'Asie Centrale de 200 av. J.-C. à 48 après J.-C. Un principe de colonies militaires, les tuntian, fut instauré par l'empereur Wudi et ses successeurs, mais se révéla être un échec. La dynastie chinoise des Tang reprit pourtant cette idée et installa dès le après J.-C. des gouverneurs militaires dans les villes de Karachahr, Koutcha, Kachgar et Khotan. Les Tang perdirent le contrôle de la zone au au profit des Tibétains, puis des Ouïgours. Le khan Bögü des Ouïgours se convertit au manichéisme après avoir pris Chang'an (Xi'an) en 762, et de précieux manuscrits datant de la fin du ont été trouvés au Xinjiang et au Gansu, au nord-ouest de la Chine : superbes enluminures de Qoco près de Tourfan, importants textes religieux découverts par le sinologue Paul Pelliot dans les grottes de Mogao près de Dunhuang. Pourtant le règne des Ouïgours souffrit d'exceptions notables : les nombreuses ethnies turques remirent en cause leur pouvoir, et les contraignirent à recourir à la protection des populations mongoles. Toutefois, la poussée des ethnies turques eut raison de ce protectorat : ils introduisirent l'islam au Xinjiang lors des s, et l'installèrent durablement. Le christianisme nestorien, qui atteignit la Mongolie et la Chine, fut lontemps présent chez les Ouïgours ; au , on trouve encore un évêché nestorien à Kachgar, capitale historique du Xinjiang et, en 1289, le khan mongol de Perse (ilkhan) Arghoun envoie le moine ouïgour nestorien Rabban Sauma en ambassade auprès de Philippe IV le Bel et du roi d'Angleterre Édouard I avec une missive qui envisageait une attaque conjointe contre les Mamelouks. En 1759, la région a été intégrée à l’État chinois. Avant le , les Chinois la désignent par le mot Xiyu (« région d’Occident »). L'Empire mandchou remporte des victoires face aux Dzoungares, ce qui a pour conséquence l'incorporation du Turkestan oriental en 1876 à l'empire. Cette région est alors érigée en province sous le nom de Xinjiang, le 18 novembre 1884. Après que l'empire mandchou a été renversé par les nationalistes chinois en 1911, le Turkestan oriental est tombé sous la coupe du gouvernement chinois nationaliste. Les Ouïgours, voulant se libérer de la domination étrangère, se sont soulevés à de nombreuses reprises contre le pouvoir chinois nationaliste et par deux fois, en 1933 et 1944, ont réussi à installer une République indépendante du Turkestan oriental. La seconde République du Turkestan oriental, qui est restée indépendante pendant cinq ans, est tombée sous la coupe de la Chine communiste en 1949 après que ses dirigeants ont été tués dans un mystérieux accident d'avion en se rendant à une réunion avec le président chinois Mao Zedong. Peu après que la République populaire de Chine a récupéré ce territoire, ses frontières ont été corrigées. Sa superficie passe alors de en 1949 à  km², au profit des provinces du Qinghai et du Gansu.

Essais nucléaires

Depuis 1961, la Chine a fait exploser quarante-six bombes nucléaires sur le site de Lop Nor au Turkestan oriental. Les retombées radioactives ont créé en trente-cinq ans un désastre écologique, polluant les sols, l'eau, les plantes et la nourriture, ce qui aurait entraîné la mort de personnes. Une recherche récente menée secrètement par une équipe scientifique anglaise a révélé une grave pollution nucléaire et une augmentation dramatique des taux de cancer.

Révolution culturelle

Pendant la Révolution culturelle, des Corans furent détruits dans de grands autodafésCollectif, Le Livre noir du communisme, Paris, Robert Laffont, 1998, p.614.

Camps de travail

La Chine a construit ses plus grands camps de travail forcé (Laogai) au Turkestan oriental, y faisant venir des criminels de toute la Chine. Chaque année des dizaines de criminels parviennent à s'évader et se déchaînent sur les villages environnants. Tous les criminels sont contraints de s'installer au Turkestan oriental après avoir purgé leur peine. La résistance ouïgoure est très active sur place et des attentats à la bombe visent régulièrement les administrations et les infrastructures chinoises.

Chronologie des émeutes des Ouïgours

-5 février 1997 : des émeutes font des dizaines de morts et des centaines de blessés parmi les Ouïgours. Les Hans de la province subissent aussi les représailles.
-Janvier 1999 : vingt-neuf militants islamistes sont arrêtés, accusés d’avoir organisé des émeutes contre Pékin. Deux de ces militants ont été exécutés le 28 janvier.
-12 février 1999 : à Urumqi, cinq Ouïgours blessés et 150 arrêtés à la suite de violentes confrontations entre les jeunes qui criaient des slogans indépendantistes et les forces de l’ordre.
-21 juillet 2004 : exécution de deux hommes ; raison invoquée : « atteinte à la sécurité de l'État ». Pendant tout l’été, les arrestations d’adultes et d’enfants se sont multipliées (en particulier dans le district de Khotan) pour « activités religieuses illégales ».
-6 août 2004 : Les armées chinoises et pakistanaises envoient environ 200 soldats dans la région de Taxkorgan, près de la frontière avec l'Afghanistan afin d’« améliorer la capacité à combattre ensemble le terrorisme et à contenir et réprimer les forces séparatistes, extrémistes et terroristes ».

La politique de répression de Pékin

Ürümqi, la capitale

Terreur et arrestations des meneurs séparatistes ouïgours

De 1997 à 1999, les autorités chinoises organisaient des jugements publics retransmis à la télévision pour «éduquer les masses». Les accusés sont habillés en bagnards, tête rasée et mains ligotées derrière le dos, et portent à leur cou un écriteau décrivant leur chef d'accusation.

La politique de discrimination de Pékin

Elle se renforce depuis les années 1990. Les attentats du 11 septembre 2001 permettent de justifier la répression contre les séparatistes ouïgours, qualifiés de terroristes islamistes, comme les Tchétchènes dans la Russie de Vladimir Poutine. Selon Amnesty International, « “la répression contre les séparatistes, les terroristes et les religieux extrémistes” a continué ces trois dernières années alors qu'aucune « attaque terroriste » n'a été officiellement rapportée. »

Institutionnalisation de la langue chinoise

En 2002, la langue ouïgoure est interdite à l’université. Une réforme prévoit l’extension de cette interdiction aux collèges. Aujourd'hui, l'enseignement du chinois commence dès l'école primaire, et va en augmentant au fil des années. Au collège, tous les cours de science de politique et de sport sont donnés en chinois, de manière que les enfants parlent parfaitement cette langue à la sortie du collège. Le gouvernement chinois fait également en sorte que les enfants les plus doués poursuivent leur scolarité loin de leur région d'origine, hors du milieu familial, afin de leur donner une éducation conforme à sa politique. Pékin est ainsi accusé de s’attaquer à l’identité nationale ouïgoure.

Interdictions religieuses

L’enseignement de l’islam aux jeunes de moins de dix-huit ans est interdit - en Chine, c'est le cas pour toutes les religions. Le Parti communiste chinois surveille étroitement l’enseignement dans les mosquées et les deux universités coraniques du Xinjiang. Pour devenir fonctionnaire, il faut renoncer à sa religion. En 2002, des autodafés ont été organisés par les autorités locales, détruisant des centaines de livres censurés pour « atteinte idéologique à l'État chinois ». Le bazar de la capitale a été transformé en supermarché moderne.

Discriminations économiques

Les populations ouïgoures ont le sentiment que les richesses de la province ne sont exploitées que par les Hans et pour les Hans. Les inégalités économiques se creusent au détriment des Ouïgours, cantonnés aux emplois subalternes. Les agriculteurs accusent le gouvernement central de les contraindre à cultiver du coton, vendu à bas prix aux industriels textiles de la côte.

Réactions des Ouïgours

Certains Ouïgours bravent les interdits, dans la clandestinité. Beaucoup ont peur et s’exilent dans les régions voisines. Mais Pékin a réussi à les faire revenir. Une infime minorité a rejoint les islamistes d’Afghanistan : après les attentats du 11 septembre 2001, 22 Ouïgours ont été arrêtés par les Américains dans les camps de Ben Laden en Afghanistan. Ils ont été envoyés sur la base américaine de Guantanamo. Washington a refusé de les rendre à la Chine populaire, car le Xinjiang est la seule province où l'exécution des prisonniers politiques reste commune. Enfin, une partie des jeunes ouïgours se droguent pour oublier leur condition. En exil également, la résistance des Ouïgours est active. En Turquie, où vivent environ dix mille Ouïgours, des associations ont été crées depuis 1965, date des premières arrivées de réfugiés. Ces associations ont des activités culturelles (cours de langue ouïgoure pour les enfants nés en exil, publication d'ouvrages sur la culture du Turkestan oriental, l'histoire etc.), mais aussi politiques : manifestations, publication de rapports sur la situation au Xinjiang, diffusion d'informations... En Allemagne (Munich), le DUK (Congrès mondial des Ouïgours) était la seule institution politique représentative des Ouïghours jusqu'en 2004 où a été fondé à Washington le Gouvernement en exil du Turkestan oriental (Dogu Türkistan Süngündeki Hükûmeti), qui a rédigé une constitution et a pour but d'être capable d'assurer immédiatement le gouvernement dès l'accès à l'indépendance. La communication entre ces deux institutions est cependant très difficile, dans la mesure où le DUK ne reconnait pas le Gouvernement en Exil. Ce dernier incarne une politique plus ferme et intransigeante envers la Chine, et représente plus spécifiquement les attentes de la jeune génération des réfugiés.

Sources

Articles du web

-Le Monde, 7 août 2004,
-Marianne, 2004,
-Libération, 21 septembre 2004 : article de Chloé Froissart chercheuse au Centre d'études français sur la Chine contemporaine à Hong Kong.
-Libération, 7 septembre 2005 : article de Pierre Haski, La colonisation à la baguette

Voir aussi

===
Sujets connexes
Afghanistan   Aksai Chin   Aksou (Xinjiang)   Allemagne   Altay (Xinjiang)   Amnesty International   Anglais   Angleterre   Années 1990   Arghoun   Asie centrale   Autodafé   Bassin du Tarim   Bazar   Cancer   Changji   Christianisme   Civilisation chinoise   Constitution   Coran   Corps de construction et de production du Xinjiang   Coton   Discrimination   Dongxiang (ethnie)   Dunhuang   Dynastie Han   Dynastie Tang   Dzoungarie   Gansu   Grottes de Mogao   Hami   Hans (groupe ethnique)   Hotan   Houlagides   Hui (ethnie)   Ili turki   Inde   Islam   Islamisme   Jammu-et-Cachemire   Kachgar   Karachahr   Karamay   Kazakhs   Kazakhstan   Khan   Kirghizes   Kirghizistan   Korla   Kuitun   Langues iraniennes   Langues turques   Laogai   Le Monde   Libération (journal)   Lop Nor   Manichéisme   Mao Zedong   Marianne   Mongolie   Mongolie-Intérieure   Mongols   Munich   Nestorianisme   Oussama Ben Laden   Ouzbeks   Ouïghour   Ouïghours   Pakistan   Paul Pelliot   Perse   Peuples turcs   Prison de Guantánamo   Pékin   Pétrole   Qinghai   Route de la soie   Russie   Région autonome   République populaire de Chine   Révolution culturelle   Shihezi   Tadjikistan   Tadjiks   Tarim (fleuve)   Tatars   Tchétchène   Tian Shan   Tibet   Tokhariens   Tourfan   Tuntian   Turquie   Vladimir Poutine   Xi'an   Xibe   Xiongnu   Yining  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^