Anglicanisme

Infos
L'anglicanisme, ou Communion anglicane, est un corps ecclésial chrétien épiscopal, dont l'identité est issue du , en Angleterre, lorsque le roi Henri VIII a rompu avec le pape de Rome. L'Église anglicane se dit à la fois catholique et réformée : catholique, parce qu'elle croit avoir conservé la succession apostolique, et réformée parce qu'elle a adhéré aux principes nouveaux de la réforme protestante. Des anglicans sont souvent réticents à se v
Anglicanisme

L'anglicanisme, ou Communion anglicane, est un corps ecclésial chrétien épiscopal, dont l'identité est issue du , en Angleterre, lorsque le roi Henri VIII a rompu avec le pape de Rome. L'Église anglicane se dit à la fois catholique et réformée : catholique, parce qu'elle croit avoir conservé la succession apostolique, et réformée parce qu'elle a adhéré aux principes nouveaux de la réforme protestante. Des anglicans sont souvent réticents à se voir appelés « protestants ». L'encyclique Apostolicae Curae n'a absolument pas reconnu sa validité canonique et l'Église catholique considère les prêtres anglicans comme ayant conservé le statut de laïc, c'est-à-dire d'avoir usurpé illégitimement le titre de pasteur. L'Église anglicane ne se considère pas comme protestante, mais plutôt comme une Église catholique non romaine. Toutefois, le pape Léon XIII ne lui a pas reconnu cela : l'encyclique Apostolicae Curae déclare que l'Église anglicane n'a pas la succession apostolique, ni la validité légale des ordinations.

Histoire

Pour une histoire détaillée de la rupture avec Rome.

Organisation du clergé

Une distinction importante de l'anglicanisme par rapport au catholicisme romain est le droit qu'ont les clercs (prêtres et évêques) de se marier et d'avoir des enfants. Dans la plupart des églises anglicanes, il est aussi possible pour des femmes d'être ordonnées prêtres. Un prêtre anglican C'est l'archevêque de Canterbury qui préside le conseil d'évêques anglicans du monde, mais il n'a pas de pouvoir sur les églises sœurs de la communion anglicane. L'ensemble des évêques anglicans du monde se réunit régulièrement lors des conférences de Lambeth.

Les sacrements dans l’Église anglicane

L’Église anglicane célèbre deux sacrements : le baptême et l’Eucharistie, ainsi que cinq autres « petits sacrements » ou rites sacramentaux : la confirmation, le mariage, l’onction des malades, la confession et l’ordination sacerdotale. Il y a une controverse à propos de la consubstantiation vs. la transsubstantiation. Le dimanche (et même en semaine), on célèbre l’Eucharistie, selon la même structure que dans les autres Églises traditionnelles. Selon la tradition de l’Église primitive, les fidèles communient sous les deux espèces. Liturgie anglicane en langue française Dans l'Église anglicane on se sert du rite anglican, qui a trois sous-rites, tous les trois en vigueur :
- celui de 1662, ou « classique », qui se trouve dans le Book of Common Prayer ;
- celui mis sur pied par le prêtre moine dans les années 1950, ou « moderne », et qui a influencé très fort le rite romain contemporain, et qui se trouve dans Alternative Service Book ;
- celui du missel anglican et du bréviaire anglican, ou « traditionnel », très proche du rite tridentin et du rite de Sarum. La première liturgie anglicane en langue anglaise fut éditée en 1544 pendant le règne d'Henri VIII. Sous son fils, Édouard VI, l'archevêque de Canterbury Thomas Cranmer prépara en 1549 une liturgie de caractère plus protestant que la version précédente. Sous le règne de Marie I un retour au catholicisme romain supprima la liturgie anglicane et Cranmer fut condamné au bûcher. Après les persécutions et bouleversements des règnes précédents, la liturgie anglicane restaurée de 1559 sous Élisabeth I retrouva l'équilibre entre les tendances protestante et catholique de l'église en Angleterre à l'époque, tout en gardant la quasi-totalité du texte de Cranmer. Le triomphe du puritanisme parlementaire pendant la guerre civile anglaise supprima de nouveau cette liturgie, et ce ne fut qu'en 1662 qu'une nouvelle rédaction du Book of Common Prayer fut adoptée, ayant comme base les versions de 1544 et 1549. Une version francophone, le Livre des prières publiques, fut faite par le prêtre Jean Durel, Jersiais qui devint Doyen de Windsor, et approuvée par Charles II le 6 octobre 1662. Cette version fut destinée à l'usage des églises paroissiales des îles de la Manche et de l'Église française de la Savoie. Selon les premiers mots de la préface : :« Depuis que l'Église anglicane a fait un corps de sa liturgie, elle a toujours eu la prudence de tenir un juste milieu entre une trop grande rigueur à refuser d'y admettre le moindre changement, et une trop grande facilité à souffrir qu'on y en introduise sans raison. »

Aujourd'hui

Cette forme du christianisme est aujourd'hui présente principalement dans les pays qui ont pu être imprégnés par la culture anglaise, comme les anciennes colonies américaines et africaines du Royaume-Uni. Les Églises anglicanes ont conservé une bonne partie de la liturgie et de l'organisation hiérarchique catholique (sauf le cardinalat et la papauté). Cependant, au et au , certaines Églises de la communion anglicane ont pris des décisions libérales par rapport à d'autres confessions chrétiennes : ordination de femmes prêtres, acceptation d'un évêque homosexuel vivant en couple, par exemple. De nos jours, les Églises anglicanes sont notamment divisées sur la question de l'ordination des femmes et des homosexuels. Il existe aussi un nombre d'Églises anglicanes importantes du « Continuum », c'est-à-dire indépendantes du siège de Canterbury. Elles ont pour la plupart leurs origines autour des polémiques aux années 1970 concernant l'ordination des femmes. La plus grande de ces Églises est appelée la communion anglicane traditionnelle, en anglais Traditional Anglican Communion (TAC). Indépendante de Canterbury, la TAC est une entité internationale de plusieurs centaines de mille fidèles répartis en 33 évêchés dans 44 pays, parlant plus de sept langues, dont l'anglais est la moins parlée. À la différence des Églises en Angleterre et aux États-Unis ayant des missions en Europe qui se caractérisent par un esprit « moderne » et libéral ou « évangélique », la TAC est fortement attachée au mouvement catholique (Oxford Movement) fondé par Newman, Keble, Pusey et plusieurs autres. Un dialogue entre la TAC et Rome existe depuis une quinzaine d'années. Il continue discrètement, et selon un prêtre catholique romain aux États-Unis : « Selon ce que j'ai appris de diverses sources, la Congrégation pour la doctrine de la foi à Rome est à l'œuvre de préparer des propositions pour des relations futures avec les organisations et les groupements anglicans d'orientation catholique orthodoxe, avec les Églises anglicanes "continuing", ainsi qu'avec les groupements et les "fraternités" luthériens d'orientation catholique en Europe et l'Église catholique nordique en Norvège ».

Anecdote

Le sémiologue Umberto Eco, à qui on demandait son avis sur la controverse PC-Macintosh, eut une réponse inattendue : il compara l'austérité des commandes du DOS à celle des offices protestants, la richesse iconographique de Mac OS à celle du catholicisme, et Windows à une synthèse entre les deux courants qui correspondait exactement à l'anglicanisme. Cet article est repris dans son recueil Comment voyager avec un saumon.

Voir aussi

-Église épiscopalienne
-Mouvement d'Oxford
-Gallicanisme
-Liste des provinces ecclésiastiques anglicanes ==
Sujets connexes
Angleterre   Apostolicae Curae   Archevêque   Baptême   Bûcher   Cantorbéry   Cardinal (religion)   Catholicisme   Christianisme   Communion anglicane   Compatible PC   Confession   Confirmation   Congrégation pour la doctrine de la foi   Consubstantiation   DOS   Empires coloniaux   Encyclique   Eucharistie   Gallicanisme   Henri VIII d'Angleterre   Homosexualité   Icône (informatique)   Lambeth   Libéralisme théologique   Liste des provinces ecclésiastiques anglicanes   Liturgie   Léon XIII   Mac OS   Macintosh   Mariage   Mouvement d'Oxford   Onction des malades   Ordination de femmes dans le christianisme   Pape   Protestantisme   Rite tridentin   Rome   Royaume-Uni   Réforme protestante   Sacrement   Succession apostolique   Thomas Cranmer   Transsubstantiation   Umberto Eco  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^