Apnée (sport)

Infos
L’apnée désigne l'arrêt de la ventilation (du grec ancien / pnéô, respirer, avec le préfixe privatif a-). Dans le cadre des sports sous-marins, le terme apnée désigne la plongée sans bouteille. Pour l'aspect médical, voir l'article Apnée.
Apnée (sport)

L’apnée désigne l'arrêt de la ventilation (du grec ancien / pnéô, respirer, avec le préfixe privatif a-). Dans le cadre des sports sous-marins, le terme apnée désigne la plongée sans bouteille. Pour l'aspect médical, voir l'article Apnée.

Historique

Bien qu'il soit difficile d'avoir des traces de cette activité, il semble que la plongée en apnée existe depuis la préhistoire. En effet, les hommes ont mangé du poisson et des coquillages depuis très longtemps. Pour que des hommes (ou des femmes) plongent, il faut que ce soit faisable et intéressant, c'est-à-dire :
- que l'eau soit assez chaude (ceci peut expliquer qu'il n'y en ait pas eu dans des pays comme la Norvège)
- que la visibilité soit assez bonne
- qu'il n'y ait pas d'animaux dangereux
- qu'il y ait une motivation : soit le manque de nourriture à la surface, soit le besoin de faire du commerce (ce qui peut expliquer le fait qu'en Afrique et aux Amériques, y compris les Antilles, l'apnée n'était pas pratiquée jusqu'à ce que les colons viennent obliger d'autres hommes à le faire). Finalement, peu de lieux répondent à ces quatre conditions. Ainsi, avant la naissance des techniques de plongée en scaphandre, du tourisme et du loisir, on peut noter l'existence de cette activité :
- au Japon, avec les Amas, des pêcheuses de coquillages.
- en Corée, où l'on peut noter que cette activité masculine est devenue féminine au siècle avec les Haenyo.
- en Indonésie où les Suku Laut peuvent passer jusqu'à dix heures par jour dans la mer.
- en terre de feu où il existe quelques traces. Ceci s'est arrêté avec l'arrivée des conquistadors.
- en Méditerranée où l'apnée était encore pratiquée à la moitié du siècle. Il s'agissait de ramasser du corail rouge et des éponges, ainsi que quelques perles. Le corail servait au commerce avec, par exemple, l'Asie qui lui donnait une valeur symbolique. On retrouve du corail de Méditerranée au Tibet.

Types d'apnée

L'apnée regroupe plusieurs catégories :
- L'apnée statique qui consiste à rester immobile dans une piscine.
- L'apnée dynamique avec ou sans palmes qui consiste à parcourir la plus longue distance horizontalement.
- L'apnée en profondeur regroupe plusieurs disciplines. Toutes ces disciplines se font le long d'un câble vertical servant de guide pour la descente et la remontée.
- L'apnée en immersion libre où il faut atteindre la profondeur la plus importante en tirant sur le câble à la seule force des bras, à la descente comme à la remontée.
- L'apnée à poids constant avec ou sans palmes pendant laquelle l'apnéiste descend le plus profond possible à la seule force des muscles des jambes et des bras.
- L'apnée à poids variable où il faut atteindre la profondeur la plus importante à l'aide d'une gueuse. La remontée s'effectue à la palme ou bien en se tirant au câble.(Cette discipline est considerée comme moins dangereuse que le "no Limit" car l' apneiste n' est pas tributaire du bon fonctionnement du parachute lors de la remontée, en effet celui ci remonte par ses propres moyens et n' a pas a craindre un eventuel dysfonctionnement du materiel.)
- L'apnée No Limit : l'apnéiste descend avec une gueuse; un appareil lesté pesant entre quinze et trente kilos, fixé sur le câble et pouvant se déplacer verticalement. Selon le type de gueuse, la descente peut être contrôlée par un frein. La remontée est possible grâce au parachute, un ballon rempli par l'apnéiste avec une bouteille d'air fixée à la gueuse.

Phénomènes physiques

Dus à la pression

Bloodshift

À cinquante mètres sous l’eau, les poumons atteignent un volume de 1, 5 litres (Le volume résiduel moyen) contre 6 ou 7 litres en surface (Volume moyen chez un individu mâle). Or la cage thoracique ne peut pas se comprimer de façon illimitée. Il en résulte une dépression relative à l'intérieur de la cage thoracique. Cette dépression tend à être comblée par l’afflux de sang provenant des organes périphériques (Membres inférieurs et supérieurs, région abdominale). Ce phénomène appelé bloodshift (ou érection pulmonaire) permet d’augmenter la résistance de la cage thoracique à la pression extérieure et évite les déchirements des muscles ou des tissus. Ce phénomène présent chez les mammifères marins est une adaptation aux grandes profondeurs. Ce phénomène chez l'Homme nécessite une lente adaptation par l'approche progressive de profondeurs croissantes (surtout lors de l'atteinte de profondeur ou le volume résiduel est atteint; dans notre exemple entre 40 et 50 m). Le risque majeur de la progression en profondeur lié à ces conditions physiologiques particulières est l'oedème aigu du poumon (dit OAP).

Rendez-vous syncopal des sept mètres

Lors de la descente, la pression ambiante est communiquée à tous le corps. Ainsi, et en vertu de la loi de Henry, l’oxygène de l’air des poumons va se dissoudre dans le sang et se répandre plus rapidement dans l’organisme, donnant une impression de bien-être au plongeur. Or pendant la remontée, le taux d’oxygène dans le sang va brusquement chuter car celui-ci reprend sa forme gazeuse tandis que le corps continue à consommer de l’oxygène. Entre 10 et 5 mètres sous la surface, le phénomène s’accélère car la pression varie en proportion d’autant plus vite qu’on se rapproche de la surface (en effet, si la variation de pression est la même entre 20m et 10m qu'entre 10m et la surface (variation de 1bar), dans le premier cas on passe de 3bar à 2bar et la pression diminue de 1/3 alors que dans le deuxième cas, elle passe de 2bar à 1 bar et la pression diminue alors de 1/2.) Le corps, en fin de plongée et d’autant plus que le plongeur bouge, a un intense besoin d’oxygène alors que celui-ci se fait rare. Le premier organe à réagir est le cerveau : le manque d’oxygène provoque une syncope.

Dus à la durée

Un plongeur en mouvement en apnée consomme de l’oxygène. Cette consommation d’oxygène peut être accentuée par la température de l’eau : dans un milieu froid, le corps consomme plus d’oxygène pour produire de l’énergie et se réchauffer ; ou par les courants marins qui obligent le plongeur à maintenir son équilibre.

Réflexes

Respiratoires
Le besoin réflexe de respirer dépend du taux de dioxyde de carbone (CO2) dans le sang. Si celui-ci est trop élevé, le corps réagit en provoquant une inspiration involontaire. Dans l’eau, en cas d’absence de réponse à ces réflexes si le plongeur est incapable de respirer, il peut être victime de syncope. Une hyperventilation consiste en une augmentation du rythme et de l’amplitude des mouvements respiratoires pendant plusieurs minutes. Elle permet d’augmenter la durée de l’apnée de 60 % en surface et de 30 % chez un sujet nageant intensément. Elle augmente peu la quantité d’oxygène dans le sang. En revanche le taux de dioxyde de carbone est fortement abaissé. Si le plongeur pratique trop l’hyperventilation, il ne sera pas alerté suffisamment tôt par ses réflexes. Il risque donc d’être surpris par la syncope.
Vasoconstriction périphérique
La vasoconstriction périphérique est liée à l’immersion et à la température de l’eau. Plus la différence de température est importante entre l'eau et l'air, plus le réflexe est important. Tous les vertébrés connaissent ce réflexe. Les vaisseaux sanguins périphériques diminuent de diamètre, ainsi le sang est refoulé vers les organes vitaux comme le cœur, le cerveau et les reins. Ces organes sont en effet primordiaux, et sans oxygène, le cœur et le cerveau sont lésés de manière irréversible.
Cardiovasculaires
La bradycardie est un ralentissement cardiaque dû à un phénomène réflexe. Le rythme cardiaque est commandé par le nerf vagal. Le nerf trijumeau qui innerve tout le visage transmettrait ce réflexe. Dès l’immersion celui-ci ralentit le rythme de 20 % sans entraînement. L’entraînement amplifie cette réponse qui est sans rapport avec la profondeur.

Techniques d'entraînement

Pour augmenter la durée de l'apnée, le travail aérobie augmente les capacités de stockage et de transport de l’oxygène. Les séances de natation à intensité moyenne sur longue durée sont appropriées au développement de cette capacité aérobie. Le travail en anaérobie (sans oxygène) permet de mieux résister à l’acidose subie pendant l’apnée, par exemple de la natation en effort maximal. Le travail de contrôle du rythme cardiaque et du souffle permet encore une diminution de la consommation en oxygène, de même qu'il permet un meilleur contrôle du réflexe respiratoire. C’est pourquoi certains plongeurs pratiquent le yoga. Enfin un entraînement régulier permet encore d’augmenter la capacité de la cage thoracique. À la pression atmosphérique, les meilleurs plongeurs emportent jusqu’à 10 litres d’air contre 5 litres pour un individu non entraîné. L'entraînement est la seule manière d'amélioration. Les populations semi-aquatiques ne sont pas dotées de capacités supérieures à celles des apnéistes professionnels ou amateurs.

Apnéistes célèbres

- Yasemin Dalkilic
- Francisco Ferreras dit "Pipin"
- Loïc Leferme
- Enzo Maiorca
- Jacques Mayol
- Audrey Mestre
- Umberto Pelizzari
- Yorgos Haggi Statti
- Martin Stepanek
- Carlos Coste
- Herbert Nitsch
- Guillaume Nery
- Patrick Musimu
- Stéphane Mifsud
- Tom Sietas
- Natalia Molchanova
- Tanya Streeter
- Pierre Frolla

Records

Les records homologués par l' (Association Internationale pour le Développement de l'Apnée) sont disponibles sur le site de . En séparant les catégories hommes/femmes, les différents records sont détenus par les sportifs suivants :
- Apnée statique
- l'Autrichien Tom Sietas le 1 mai 2007 avec 9'08".
- le Français Stéphane Mifsud le 12 juillet 2007 avec 10'04" (record national)
- la Russe Natalia Molchanova le 6 juillet 2007 avec 8'00".
- Apnée dynamique avec palmes
- le Danois Stig Severinsen le 16 juin 2007 avec 225 m.
- le Néo-zélandais Dave Mullins le 12 août avec 234 m (record national).
- la Russe Natalia Molchanova le 5 juillet 2007 avec 205 m.
- Apnée dynamique sans palmes
- le Danois Stig Severinsen le 7 juillet 2007 avec 186 m.
- la Russe Natalia Molchanova le 7 juillet 2007 avec 149 m.
- Immersion libre
- le Tchèque Martin Štìpánek depuis le 3 avril 2006 avec 106 m
- la Russe Natalia Molchanova le 3 juin 2006 avec 80 m
- Apnée en poids constant avec palmes
- l'Autrichien Herbert Nitsch le 9 décembre 2006 avec 111 m
- la Russe Natalia Molchanova le 3 septembre 2005 avec 86 m
- Apnée en poids constant sans palmes
- le Tchèque Martin Štìpánek le 8 août 2007 avec 83 m.
- la Russe Natalia Molchanova le 7 novembre 2006 avec 55 m.
- Apnée en poids variable
- le Vénézuélien Carlos Coste depuis le 9 mai 2006 avec 140 m
- l'Américaine Tanya Streeter le 19 juillet 2003 avec 122 m
- Apnée No Limit
- l'Autrichien Herbert Nitsch le 28 août 2006 avec 214m.
- l'Américaine Tanya Streeter a atteint 160 m le 17 août 2002 et la française Audrey Mestre en 2002 avec 170 m, mais elle y a laissé la vie...
- C'est Jacques Mayol qui le premier a dépassé les 100 m en 1976 dans cette discipline. Tous les records nationaux et internationaux sont disponibles sur le site d'
- Non classé A noter la plongée du Belge Patrick Musimu à 209, 6 m réalisée pendant 3'28" le 20 mai 2005 au large de l'Égypte en mer Rouge, en dehors des structures officielles usuellement reconnues par les apnéistes, comme l' ou , mais suivi par la fédération Underwater World. Patrick Musimu a pu atteindre cette limite en partie grâce à une technique d'égalisation de la pression au niveau des tympans ; à partir de 50 mètres, il laisse l’eau entrer dans ses sinus et dans l'oreille moyenne afin d'égaliser la pression externe et interne. Bien qu'il ne soit pas le seul à avoir développé cette technique, il est le premier à l'avoir utilisée à cette profondeur.

Cinéma

- L'apnée fut popularisée par le film de Luc Besson, Le Grand Bleu.
- James Cameron prépare un film intitulé The Dive sur l'histoire de Francisco "Pipin" Ferreras et Audrey Mestre. La sortie est prévue en 2008. sur l'Internet Movie Database

Notes et références

Voir aussi

===
Sujets connexes
Afrique   Antilles   Apnée   Apnée No Limit   Apnée statique   Audrey Mestre   Belgique   Bradycardie   Cage thoracique   Conquistador   Corail   Corée   Dioxyde de carbone   Enzo Maiorca   Grec ancien   Guillaume Nery   Haenyo   Herbert Nitsch   Hyperventilation   Indonésie   Internet Movie Database   Jacques Mayol   James Cameron   Japon   Le Grand Bleu   Loi de Henry   Loïc Leferme   Luc Besson   Mer Rouge   Norvège   Oxygène   Patrick Musimu   Perle   Plongée libre   Plongée sous-marine   Porifera   Poumon   Pression   Préfixe   Préhistoire   Rendez-vous syncopal des 7 mètres   Stéphane Mifsud   Syncope (médecine)   Tibet   Umberto Pelizzari   Yoga  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^