Abraham

Infos
Un ange empêchant le sacrifice d'Isaac. Abraham et Isaac, Rembrandt, 1634 Abraham (en hébreu : - abrāhām, ; en arabe: - Ibrāhīm al-khālil, l'ami privilégié (de Dieu)) est un personnage de la Torah, de l'Ancien Testament et du Coran. Il est considéré comme le père du monothéisme.
Abraham

Un ange empêchant le sacrifice d'Isaac. Abraham et Isaac, Rembrandt, 1634 Abraham (en hébreu : - abrāhām, ; en arabe: - Ibrāhīm al-khālil, l'ami privilégié (de Dieu)) est un personnage de la Torah, de l'Ancien Testament et du Coran. Il est considéré comme le père du monothéisme.

Selon le récit biblique

L'histoire d'Abraham est racontée dans la Torah (le « Pentateuque » de l'Ancien Testament pour les chrétiens), plus précisément dans le livre de « Béréchit - Au commencement », appelé « livre de la Genèse » par les chrétiens (chapitres XII à XVI).

Abram

'Abram (hébreu : - abrām, père haut) apparaît au chapitre 11 verset 21 de la Genèse dans la généalogie qui suit l'épisode de la « Tour de Babel ». Cette époque se situerait environ 2000 ans avant Jésus-Christ. Abraham descend de Sem, l'un des trois fils de Noé. Il a deux frères : Nahor et Haran. Haran meurt, laissant un fils, Loth (Lot) (qui est donc le neveu d'Abram). Abram épouse Saraï (sa demi-sœur) qui est stérile. Terah, le père d'Abram, quitte Ur vers le Pays de Canaan avec Abram son fils et Lot son petit fils par Haran (verset 31). Ils se fixent finalement en chemin à Harran (Harra ou Charan), connu pour être à la fois un grand centre caravanier, et l'un des deux principaux sanctuaires (avec Ur) qui soit dédié au Dieu-Lune Sîn vénéré par les mésopotamiens. Au chapitre 12, Abram reçoit l'ordre divin de quitter Harran avec sa famille et ses troupeaux pour aller à l'endroit que lui désignera Dieu, tandis que son père reste à Harran (son frère Nahor est en Mésopotamie). Il est accompagné de Loth (verset 4). Abram traverse alors sans doute l'Euphrate à Karkemish, puis il entre dans le pays de Canaan jusqu'au site de Sichem (verset 6), où Dieu lui apparaît à nouveau et lui promet « de donner cette terre à sa descendance ». Abram construit un autel, puis continue sa route dans la région de Bethléem et Aï, puis vers le Néguev, d'où une famine le chasse vers l'Égypte. Le Pharaon enlève Saraï que Abram avait fait passer pour sa sœur (pour que sa vie ne soit pas menacée par la beauté de sa femme). Il finit par la libérer suite à des plaies affligées par Dieu. À son retour dans le pays de Canaan, Abram se sépare de Loth avec lequel des divergences apparaissent. Celui-ci s'installe près de Sodome. Puis Abram reçoit la promesse de Dieu (YHWH) de multiplier sa descendance pour lesquels la terre de Canaan est destinée, « depuis le torrent d'Égypte jusqu'au grand fleuve d'Euphrate » (Chap 15, verset 18). Dans le même temps, une coalition de quatre rois orientaux tenta de mater la rébellion de cinq rois cananéens. Les rebelles sont vaincus, Sodome et Gomorrhe mises à sac, Loth est fait prisonnier. Abram poursuit les assaillants et les défait près de Damas. Loth est ainsi libéré et le butin rendu intégralement. À son retour, Abram est accueilli avec bienveillance par les rois de Sodome et de Salem. Il repart vers le Néguev et s'installe dans l'oasis de Beer-Sheva.

L'alliance d'Abraham

250 px 250 px Pour assurer à son mari une progéniture, Saraï (SRY) donne à Abram sa servante, Agar, comme concubine. À la fin du chapitre 16 de la Genèse, Ismaël naît ainsi de la servante Agar. Treize ans plus tard, au chapitre 17, versets 4 à 6, Abram a 99 ans, et Dieu lui propose une alliance : « On ne t'appellera plus Abram (, ABRM), mais ton nom sera Abraham (, ABRHM), car je te fais père d'une foule (HMWN, Hamon - HM est la fin du mot Abraham et le début du mot Hamon) de nations (GWYM, Goyim). Je te fructifierai beaucoup, beaucoup, tu engendreras des nations, des rois sortiront de toi ». Abram accepte cette alliance qui passe par la circoncision de tous les hommes de sa maison et devient Abraham. Saraï devient Sarah (SRH) par la même alliance, au verset 15. La circoncision au huitième jour est le signe de cette alliance entre Dieu et la descendance d'Abraham.

L'Éternel visite Abraham aux chênes de Mambré (1-2)

Abraham reçoit la visite de l'Éternel (1-2), Gustave Doré Le chapitre 18 est celui de la scène bien connue de l'Annonciation à Abraham et Sarah, par l'apparition de l'Éternel (1-2) et ensuite de trois hommes. Comme la scène suivante de Loth à Sodome (1) fait état de deux anges, certaines interprétations considèrent qu'à Mambré, l'Éternel serait lui-même est l'un des trois hommes. Dieu n'est plus ici désigné par Elohym, mais par le Tétragramme, YHWH. Dans cet épisode, Abraham et Sarah reçoivent la promesse d'avoir un fils, Isaac (rire, joie), qui devra être circoncis à son huitième jour en signe d'Alliance. Le nom de Isaac est lié à toutes les sortes de rires que provoque l'annonce de l'enfant : joie, émerveillement, mais aussi étonnement, incrédulité de Sarah qui est ménopausée et ne couche plus avec son mari. La promesse se réalisera quand Isaac naît, au chapitre 21. Au cours de la même visite, la destruction de Sodome et Gomorrhe est annoncée à Abraham.

Sodome et Gomorrhe

Les chapitres 19 et 20 s'intercalent, comme s'il fallait séparer le plus possible la conception d'Isaac de sa naissance. Le texte enchaîne sur la condamnation de Sodome et Gomorrhe. Sodome est une ville où règne la confusion sexuelle. Des enfants naissent, mais il n'est pas possible de leur attribuer de père. Or pour qu'une ville se perpétue, il est fondamental qu'y siège un tribunal qui reconnaisse les filiations. Au verset 22 se mettent en place les deux interlocuteurs d'un marchandage entre Abraham et l'Éternel. Abraham marchande le nombre de membres du Tribunal : 50, 45, 40, 30, 20? Finalement, dix Justes auraient suffi pour sauver Sodome et en faire un être transcendant, qui préexiste aux individus qui la forment, survive après leur mort, et en garde le nom et la mémoire. Le "miniane", le quorum nécessaire à toute cérémonie juive, est de dix membres.

Naissance et "ligature" d'Isaac

Caravage Au chapitre 21, Isaac naît enfin. Il est nommé du nom accepté en commun par Abraham et Sarah, il est circoncis au huitième jour. Isaac grandit. Un jour, voyant Ismaël se moquer d'Isaac, Sarah demande à Abraham de chasser Agar et son fils Ismaël. Aux versets 12 et 13, Dieu réconforte Abraham sur l'avenir de son fils Ismaël. Il en fera une grande nation mais c'est à la descendance d'Isaac qu'est réservée l'Alliance. Il l'encourage ainsi à réaliser tout ce que Sarah t'a dit. Abraham renvoie donc dans le désert sa servante Agar et son fils, Ismaël, qui manque d'y périr. Un ange apparaît alors à Agar, sauve son fils et lui promet d'en faire le "père d'une grande nation". Suite à cet épisode, au chapitre 22 Dieu (Elohym) met Abraham à l'épreuve et lui demande de lui « rendre » son fils, de le sacrifier. Il accepte. Ce faisant, il reconnaît ainsi Celui dont il tient l'enfant. Comme le jeune garçon, au verset 7, l'appelle aby, « mon père », et que lui répond bény, « mon fils », ils se sont aussi reconnus mutuellement. Dieu (YHWH) intervient et sauve le garçon, attaché sur l'autel, de la lame de son père, et lui promet à son tour d'être le père d'une grande nation. Un bélier est sacrifié à sa place. La tradition juive place ce sacrifice interrompu à l'emplacement actuel du Dôme du Rocher à Jérusalem. Le désaccord avec le Coran porte sur l'identité de l'enfant (voir plus loin). Dans la tradition juive, le sacrifice d'Abraham est plutôt désigné comme la "ligature d'Isaac" (Akeda). Le souvenir de ce sacrifice est commémoré à chaque nouvelle année juive, lors de la fête de Rosh Hashana. C'est une scène souvent représentée dans l'iconographie chrétienne (Rembrandt…, Jean Goujon…) cf. Voir .

Sépulture de Sarah et mariage d'Isaac

Après la mort de Sarah, une négociation se noue entre Abraham et les fils de ‘Het, BNY ET , Bné ‘Het (Hittites), à propos du champ et de la grotte de Hébron où sera enterrée Sarah. Ephron, fils de Het, veut les lui donner, Abraham veut les payer. Finalement, il paye. Eber, ŒBR (de ŒBR , ‘Over, passer) est l'ancêtre d'Abram l'Hébreu, ABRM HŒBRY , Avram ha’Ivry. Le prix payé par Abraham pour le champ et la grotte fut de 400 sicles (SQL , shekel) d’argent « au cours du marchand » (ŒBR, ‘Over, littéralement « passant » chez le marchand). De même que l’hébreu, la langue, "passe" de l'un à l'autre, l’argent "passe" de main en main. Abraham ordonne ensuite à son serviteur (anonyme, mais que le Midrash assimile à Éliézer), d'aller en Mésopotamie (Aram) pour trouver une femme à Isaac. Éliézer choisit Rébecca, fille de Betouel, près d'un puits de Paddan Aram, pour sa beauté et sa générosité : elle abreuve non seulement les voyageurs, mais aussi leurs chameaux. Il rentre avec elle à Hébron. Après avoir marié son fils, Abraham prend une nouvelle épouse, Ketourah, dont il a de nombreux enfants. Puis il meurt à l'âge de 175 ans « dans une vieillesse heureuse». Il est enterré aux côtés de Sarah au Tombeau des Patriarches.

Selon la religion musulmane

Abraham (Ibrahim en arabe) au sein de l'Islam est un envoyé de Dieu, aux Hommes pour les remettre sur le droit chemin. Il est aimé et chéri comme tous les autres envoyés de Dieu comme Moise (Mûsâ en arabe), Jésus ('Îsâ) et bien d'autres cités dans la Bible. Abraham est cité plusieurs fois dans le Coran et il existe une sourate qui porte son nom. Le Coran parle de la jeunesse d'Abraham et comment il travailla sans relâche à la conversion de son père et de son peuple et à les amener à renier les idoles qu'ils vénéraientVoir (Traduction Chouraqui). Un jour, profitant du fait que tout le monde soit parti à une fête, il détruisit toutes les idoles et épargna la plus grande d'entre elles. Au retour de son peuple au village, il fût accusé de la destruction. C'est alors qu'il les défia en leur demandant de demander cela à la plus grande idole pour leur montrer que c'étaient pas plus que des tas de roc sans pouvoir aucun. Abraham fût condamné à être brûlé et un feu grandiose fût préparé pendant des jours. Quand ils jetèrent Abraham dans le feu, Dieu ordonna le feu de perdre sa faculté de brûler, et Abraham séjourna dans le feu pendant des jours sans que rien ne lui arrive. Abraham épouse Agar (Hajar en arabe), la servante de sa première femme, il en a un fils Ismaël. La sourate XXXVII ne nomme aucune des deux femmes, et nomme Isaac au détour d'une phrase. C'est alors que vient l'ordre divin de sacrifier Ismaël, ce fils unique qui a grande importance aux yeux d'Abraham. La tradition place cet évènement près de La Mecque, à l'emplacement nommé Mina. Le récit coranique ne nomme pas explicitement le fils sacrifié, mais le contexte suggère fortement que c'est Ismaël, jouant sur l'ambiguïté du "fils unique" (Genèse/Bereshit 22:2; Coran 37:99–111 cf. infra). Ensuite, Dieu, en récompense, lui donne un fils de sa première femme, Isaac. Abraham est donné comme le modèle du musulman car il se soumet à Dieu même lorsque l'ordre divin peut sembler absurde. Dieu vient de lui promettre une nombreuse descendance et lui demande dans le même temps d'immoler son fils unique. Le Coran appelle l'islam « la religion d'AbrahamLe Coran, Les femmes, IV; 125 ».

Le sacrifice demandé à Abraham

La Bible et le Coran reprennent tous deux l'histoire d'Abraham acceptant d'immoler son fils en holocauste à Dieu. Ce geste est fondateur de l'acte de foi parfait demandé par Dieu à Abraham, auquel il vaut dans la Bible l'Alliance, et dans le Coran le fait d'être considéré comme le premier des musulmans, à cause de son acte de soumission totale à Dieu. Mais alors que la Bible désigne Isaac comme étant ce fils, le Coran et les Hadiths indiquent que le sacrifié était Ismaël. Le midrash, en élaborant sur Gen. 22:2, indique que tous deux étaient les fils uniques de leur mère, ou encore qu'Ismaël était le fils unique d'Abram, tandis qu'Isaac était le fils unique d'Abraham. Toutefois, la tradition musulmane estime qu'Isaac ne fut jamais le fils unique d'Abraham, et que le texte original de la Tawrat portait selon toute vraisemblance Ishmaël au lieu de Yitzhaq. Ibrahim s'apprête au sacrifice de son fils unique, se privant ainsi de toute descendance, lorsqu'un ange arrête son bras et qu'Ibrahim aperçoit un bélier qu'il sacrifie alors à la place de son fils. Ce fils unique, avant la naissance d'Isaac, est Ismaël, né de Hajar, servante égyptienne de son épouse Sarah. Quand Isaac naît de son épouse, celle-ci fait chasser Hajar et Ismaël. Les tribus arabes ismaélites, dont celle du prophète Mohammed, les Quraychites, seraient des descendants directs d'Ismaël. L'Aïd al-Kebir (littéralement la grande fête), appelé aussi Aïd al-Adha(fête du sacrifice), marque la fin du pèlerinage à La Mecque, au dixième jour du douzième mois du calendrier hégirien musulman (Dhou l-Hijja). Cette fête du sacrifice est célébrée chaque année pour commémorer la soumission d'Abraham à Dieu lors de la tentative de sacrifice de son fils unique Ismaël.

Thèses sur la signification du sacrifice demandé

On peut voir dans cet épisode un acte de foi, de confiance totale en Dieu devant une demande déroutante. Le sacrifice demandé à Abraham est souvent rapproché de deux autres épisodes :
- La loi juive qui demande que tout premier né soit consacré à Dieu, les hommes sont rachetés ainsi que les animaux impurs, les animaux purs sont sacrifiés (Nombres 18 versets 15 à 17). Dans ce cadre, le sacrifice d'Isaac est l'application de cette loi qui sera ensuite formalisé par Moïse.
- La mort de Jésus sur la croix : Abraham était prêt à sacrifier son fils Isaac pour Dieu, Isaac se soumettant à son père ; Dieu a de même sacrifié son fils unique Jésus pour sauver les hommes, Jésus s'est soumis à la volonté de Dieu (Philippiens 2:8). Cet acte serait donc une image du futur sacrifice de Jésus. On a aussi avancé que le sacrifice d'Abraham signifierait la fin des sacrifices humains pour les juifs, pratique qui existe et perdure chez d'autres peuples sémitiques. Les phéniciens (carthaginois en particulier) continuèrent à sacrifier les premiers nés mâles en gage de fécondité dans les sanctuaires de Tanit et de Baal Hamon. Les lieux où se pratiquaient ces sacrifices sont appelés « tophets ». Ce rite se serait prolongé jusqu'au II siècle avant J.-C. d'après les fouilles effectuées en Sardaigne, en Sicile et à Carthage. Dans cette perspective, Abraham aurait accompli un rite ethnique cohérent avec la promesse d'une nombreuse descendance, au lieu d'observer un commandement divin déroutant. D'autres récits relatent de la pratique des sacrifices humains ; le plus remarquable est l'histoire de Tantale : confronté à la même situation qu'Abraham, il réagit en refusant le sacrifice et en truquant le rite. Le résultat de cette révolte contre (les) dieu(x) n'apparaît pas convaincant puisque, si on en croit la mythologie, Tantale sera durement châtié et les sacrifices humains perdureront dans sa lignée et plus généralement chez les Grecs : Iphigénie devra être sacrifiée par Agamemnon par exemple.

Bibliographie

- Abraham Segal : Abraham, enquête sur un Patriarche, Plon, 1995 ISBN 2-259-02664-8
- Soren Kierkegaard : Crainte et tremblement, Rivages
- Raphaël Draï : Abraham, ou la recréation du monde, Fayard, 592 p., 2006

Liens vers le récit biblique

Livre de la Genèse
- Généalogie, Ur, Harran
- Canaan, Égypte
- Séparation d'avec Loth
- Défaite des rois de Sodome et Gomorrhe, victoire d'Abram, Melchisédek
- alliance avec l'Éternel
- Naissance d'Ismaël, fils d'Abram et d'Agar
- Renouvellement de l'alliance, Abram devient Abraham, Saraï devient Sarah, circoncision des mâles
- Chênes de Mamré, annonce de la naissance d'Isaac, annonce de la destruction de Sodome et Gomorrhe
- Sodome, sauvetage de Loth, statue de sel, Inceste de Loth et de ses filles
- Abimélec roi de Guérar, Abraham fait à nouveau passer Sarah pour sa sœur
- Naissance d'Isaac, conflit de Sarah avec Agar et Ismaël, promesses de Dieu envers Ismaël
- Sacrifice d'Isaac, renouvellement de l'alliance
- Mort et sépulture de Sarah
- Mariage d'Isaac et de Rebecca
- Fin de la vie d'Abraham, Ketura

Liens vers les parachiot

- Lekh Lekha
- Vayera
- Hayei Sarah

Notes

Voir aussi

- Abraham (prénom)
- Agarènes
- Création (théologie) Catégorie:Personnage biblique Catégorie:Personnage de l'Ancien Testament Catégorie:Personnage de la Genèse Catégorie:Prophète de l'Islam ar:إبراهيم bs:Abraham (prorok) ca:Abraham cs:Abrahám (biblická postava) da:Abraham de:Abraham el:Αβραάμ en:Abraham eo:Abraham es:Abraham et:Aabraham fa:ابراهیم fi:Abraham gl:Abraham he:אברהם hi:इब्राहिम hr:Abraham hu:Ábrahám (ősatya) ia:Abraham id:Abraham ig:Abraham it:Abramo (patriarca) ja:アブラハム ka:აბრაამი ko:아브라함 ku:Îbrahîm la:Abraham ln:Abrahama ms:Nabi Ibrahim a.s. nl:Abraham nn:Abraham no:Abraham oc:Abraam pl:Abraham (postać biblijna) pt:Abraão ro:Avraam ru:Авраам sh:Abraham simple:Abraham sk:Abrahám (biblická postava) sl:Abraham sq:Abrahami sr:Аврам sv:Abraham (patriark) ta:ஆபிரகாம் tl:Abraham tr:İbrahim (peygamber) uk:Авраам ur:ابراہیم علیہ السلام vi:Abraham (Kinh Thánh) yi:אברהם אבינו zh:亞伯拉罕
Sujets connexes
Abraham   Abraham (prénom)   Agamemnon   Agar (Bible)   Agarènes   Alliance (Bible)   Ancien Testament   Annonciation   Arabe   Aram   Aï (Bible)   Beer-Sheva   Bethléem   Betouel   Bible   Calendrier   Carthage   Circoncision   Coran   Crainte et tremblement   Création (théologie)   Damas   Dôme du Rocher   Euphrate   Genèse   Gomorrhe   Gustave Doré   Haran   Harran   Hayei Sarah   Hittites   Hébreu   Hébron   IIe siècle av. J.-C.   Isaac   Ismaël   Jérusalem   Karkemish   Ketourah   La Mecque   Le Caravage   Lekh Lekha   Loth   Mahomet   Midrash   Mina   Miniane   Monothéisme   Mésopotamie   Nahor (fils de Terah)   Nil   Noé (patriarche)   Néguev   Oasis   Parasha de la semaine   Pays de Canaan   Pentateuque   Pèlerinage   Quraych   Rebecca (Bible)   Rembrandt   Sarah (Bible)   Sardaigne   Sem (Bible)   Sicile   Sodome   Sourate   Sîn   Tanit   Tantale (mythologie)   Tawrat   Terah   Tombeau des Patriarches   Tophet   Torah   Ur (Mésopotamie)   Vayera   YHWH  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^