Race

Infos
En nomenclature zoologique, le terme race désigne un rang taxinomique inférieur à l'espèce (équivalent au rang de variété dans d'autres disciplines), dans le but de distinguer plus finement à l'intérieur des espèces animales domestiques, que la variation soit due à l'action de l'homme (par exemple la sélection par l'élevage) ou à la nature (évolution suite à un isolement géographique, par exemple une île). On parle ainsi de «
Race

En nomenclature zoologique, le terme race désigne un rang taxinomique inférieur à l'espèce (équivalent au rang de variété dans d'autres disciplines), dans le but de distinguer plus finement à l'intérieur des espèces animales domestiques, que la variation soit due à l'action de l'homme (par exemple la sélection par l'élevage) ou à la nature (évolution suite à un isolement géographique, par exemple une île). On parle ainsi de « races bovines », canines ou caprines (voir par exemple Kiko (race caprine)). Toutefois, les taxons au rang de race n'ont pas de noms scientifiques internationaux, leur circonscription taxinomique reposant souvent sur des critères subjectifs et pratiques (notamment utilisés pour la désignation commerciale). Ces variations sont généralement très faibles pour les races élevées où l'on veille à un standard, et pour les races dont on exige des prestations particulières pour satisfaire de façon optimale à un but d'utilisation. Par contre, la variabilité peut être très importante entre races géographiques. Cet article concerne plus particulièrement l'acception du mot race pour désigner des groupes d'une même espèce animale. En nomenclature botanique et mycologique où le terme de « race » n'est pas un rang taxinomique codifié, on parle de variété ou de sous-espèce. Il reste cependant possible d'utiliser le mot de "variété animale" domestique pour désigner une population animale sélectionnée constituée d'une fraction des animaux d'une espèce ou d'une race que des traitements particuliers de sélection ont eu pour effet de distinguer des autres animaux de l'espèce ou de la race par un petit nombre de caractères dont l'énumération définit le modèle. Concernant l'espèce humaine, l'utilisation de critères biologiques permettant de définir différentes races n'est pas sans poser de problèmes. Cet autre sujet, qui concerne en biologie des domaines tels que l'anthropologie physique ou la génétique des populations, fait l'objet de l'article général « race humaine ». Y sont également abordés les aspects historiques et sociaux de l'application de la notion de race à l'espèce humaine.

Les races d'élevage

Le terme « race » est principalement utilisé pour les espèces domestiquées (voir section Race et biologie plus bas). Il se rapporte à des populations individualisées d'une même espèce ayant des caractères morphologiques et physiologiques héréditaires bien distincts des autres populations, c'est-à-dire ayant un génotype moyen individualisé et que l'homme s'est attaché à maintenir parfois depuis très longtemps, mais qu'il peut faire évoluer dans le temps en fonction d'impératifs économiques ou de modes. Les termes « race pure » ou « race fixée » ne correspondent souvent pas à une réalité objective étant donné l'histoire des races, et la sélection dont elles font l'objet. Le cheval dit pur-sang anglais par exemple est issu du croisement de juments britanniques et d'étalons barbes, originaire du Maghreb, ainsi probablement que de pur-sang arabes. Ces termes peuvent être cependant pris avec une acception relative, et il existe des races homogènes et anciennes. Il est maintenant possible d'obtenir des populations parfaitement homogènes par clonage, et des lignées pures pour un gène voire la totalité du génome par des techniques de reproduction (animaux homozygotes : les deux chromosomes de chaque paire seront alors identiques, et les gènes transmis à la progéniture invariables). Les lignées pures ont un intérêt essentiellement scientifique, quoique le principe de lignée comme subdivision d'une race soit suivi en élevage, et puisse intervenir lorsqu'on élabore des schémas de reproduction. Une race d'élevage est déterminée de plusieurs façons:
- Elle peut décrire la population d'une espèce domestique d'une région, qui présente une certaine homogénéité ;
- Elle peut être définie essentiellement par un standard, c'est-à-dire un ensemble de critères qui définissent l'individu idéal. Ces critères se limitent souvent à la morphologie, la taille et la couleur pour les animaux de compagnie et d'ornement. On y ajoute dans certains cas des aptitudes particulières, comme le comportement face à un troupeau pour certaines races de chien de berger ;
- Il y a généralement la condition d'origine, les géniteurs d'un animal devant être de cette race. Cette condition n'est pas exigée en élevage pour les poules d'ornement. Quand cette condition est appliquée, la race est isolée génétiquement, quoique cet isolement puisse être récent et qu'on prévoit parfois la possibilité de dérogations exceptionnelles ou régulières ;
- Lorsqu'il s'agit d'une race de production, ces critères se conjuguent en général avec celui des performances, qui est en général primordial. Dans les cas précédents, la notion de race décrit un ensemble d'animaux objectivement homogènes d'apparence et d'origine, quoiqu'il s'y soit ajouté des objectifs de perfectionnement de cette homogénéité dans un cas, et d'amélioration des performances ou de divers caractères dans l'autre. Il faut noter que l'on définit aussi certaines races presque en dehors de critères d'homogénéité et d'origine commune, en fonction d'une volonté d'organisation de l'élevage d'une espèce. C'est le cas de certaines races de vaches qui ont été "créées" par fusion de plusieurs races locales, ou bien du cheval dit Selle français et du poney français de selle, pour lesquels on autorise des origines et croisements limités mais hétérogènes. Ces races sont donc formées avec des objectifs d'utilisation, de production, et pour réunir et identifier un type d'animal. Elles peuvent être appelées à être par la suite "fermées" aux nouveaux apports ou au contraire être en permanence alimentées par des produits de première génération de croisements d'autres races, comme c'est le cas des poneys de selle issus de races de poneys et de pur-sang arabe. Exemples de races :
- de chats : bleu russe, européen, persan ;
- de chiens : labrador, lévrier, terrier, dogue ;
- de chevaux : percheron, pur-sang arabe ;
- de bovins : charolaise, normande, montbéliarde ;
- d'ovins : mérinos, lacaune, texel ;
- de porcins : piétrain (porc), large white ;
- de poules : crèvecoeur, houdan, faverolle, marans. Les critères de définition d'une race correspondent donc en général à un but, et à des objectifs poursuivis. Ainsi, on peut considérer que la variété des races chevalines, félines ou canines répond à un souci de segmentation mercatique, c’est-à-dire qu'elle permettrait à des acheteurs de profils différents d'acheter un saint-bernard, un caniche ou un chihuahua. D'où la phrase « si l'espèce procède de la Nature, la race procède de la culture » (Raymond Triquet) et donc la proposition de définition de race animale et ou végétale : :« Une construction sociale correspondant à une subdivision artificielle de l'espèce portée par un groupe d'humains ayant un objectif commun. Ceci permet de véhiculer, de la génétique, de la culture, mais aussi a un impact important dans l'approche sanitaire. »

Race et génétique

La rédaction des "lois de l'hérédité" basées sur les travaux de Mendel permet de relier une race donnée à un génotype particulier. Pour bien comprendre ce lien, il convient de bien distinguer deux notions :
- les caractères observables (le phénotype de l'individu) ;
- l'information portée par le génome (le génotype de l'individu). C'est l'interaction du génotype et de l'environnement qui détermine le phénotype. Dans certains cas simples, les gènes s'expriment de manière visible, comme par exemple les pois étudiés par Mendel, qui peuvent être lisses ou ridés, ou les drosophiles (mouches étudiées par Morgan, prix Nobel en 1933), dont les yeux peuvent être rouges ou blancs, selon un gène spécifique. Dans ces deux cas, on peut donc clairement définir des races (le terme de variété est d'utilisation plus fréquente dans le cas des végétaux) :
- variétés de pois lisses et variétés de pois ridés ;
- variétés de pois verts et variétés de pois jaunes ;
- race de drosophiles à yeux rouges et race de drosophiles à yeux blancs. En fonction du caractère étudié, un individu peut appartenir à plusieurs races. Ainsi, un pois jaune ridé appartient-il à la variété des pois jaunes et à celle des pois ridés. D'autre part, tous les caractères ne sont pas visibles, certains sont d'ordre biochimique (comme la capacité à sentir une molécule donnée, le groupe sanguin, etc.), et d'autre part un individu d'une espèce (végétale ou animale) présente un nombre important de gènes, donc autant de possibilité de définir des races. Pour les espèces animales utilisées en élevage, ou les espèces végétales cultivées à des fins alimentaires, industrielles ou ornementales, la pression de sélection exercée par l'homme conduit à une homogénéité plus forte (par rapport aux gènes gouvernant les phénotypes recherchés) de la population, et corrélativement à un appauvrissement de la diversité génétique, ce qui fragilise cette population vis-à-vis des agressions de toute nature, comme les maladies. Des exigences commerciales conduisent à définir de nombreux standards de races ou de variétés correspondant à des besoins variés ; ainsi, les animaux ou végétaux qui ne correspondent pas au standard d'une race (ou variété) ne participent pas à la reproduction. Les microorganismes utilisés dans l'industrie ont également été l'objet, depuis longtemps, de semblables sélections (par exemple, la levure de bière). Depuis peu, le génie génétique permet de modifier les gènes d'une espèce afin de créer des espèces « génétiquement modifiées » ou transgéniques, dont les propriétés nouvelles répondent aux besoins de ceux qui les exploitent.

Race et biologie

Dans la classification des êtres vivants, l'espèce (c'est-à-dire un ensemble d'individus généralement interféconds) est la dernière subdivision (ou taxon) unanimement admise. Au-delà, on parle de sous-espèce pour les animaux et végétaux sauvages, de race pour les animaux domestiques et de variété pour les végétaux, termes qui se fondent sur des critères de répartition géographique (sous-espèces du loup, races locales d'animaux domestiques), de ressemblance morphologique, de spécialisation écologique (animaux sauvages), ou d'utilisations pour les animaux domestiques (races à viande ou races laitières). Hors espèces domestiques, les biologistes actuels utilisent donc très peu le terme de race pour les subdivisions de niveau inférieur à l'espèce. La notion de race semble donc principalement utilisée pour les animaux domestiques, pour lesquels elle est le pendant de la notion de sous-espèce chez les animaux sauvages. Chez les espèces existant à l'état sauvage et domestique (loup/chien, sanglier/porc, coq doré/poule domestique), l'animal domestique est parfois considéré comme une espèce distincte, la tendance étant cependant de le classer comme une sous-espèce de l'espèce sauvage : le chien passant de canis familiaris à canis lupus familiaris. Selon cette classification, l'ensemble des races de chiens de toutes tailles et du monde entier est mis au même niveau qu'une sous-espèce géographique comme le Loup arctique : Canis lupus arctos. De même pour le porc, la poule. À l'inverse, certaines races d'animaux domestiques peuvent être issues de plusieurs sous-espèces, comme le zébu africain issu du zébu d'Inde et du bœuf, voire de plusieurs espèces comme certaines races de porc issues de Sus scrofa et de Sus celebensis. Chez les végétaux on emploie les termes de variétés cultivées ou cultivars. :« Si l'on souhaite disposer d'un plus grand nombre de rangs de taxons, leur nom se forme par l'addition du préfixe « sous- » (« sub- ») aux noms des rangs principaux ou secondaires. Une plante peut ainsi se voir classer dans des taxons aux rangs suivants (par ordre décroissant): regnum, subregnum, divisio ou phylum, subdivisio ou subphylum, classis, subclassis, ordo, subordo, familia, subfamilia, tribus, subtribus, genus, subgenus, sectio, subsectio, series, subseries, species, subspecies, varietas, subvarietas, forma, subforma. » Cet extrait du Code international de nomenclature botanique montre bien la complexité et la progressivité des catégorisations nécessaires en biologie. Si la plupart des spécialistes s'accordent au niveau des espèces, savoir si une population montrant des caractères particuliers doit être une sous-espèce, une variété ou une forme, fait souvent débat. Les individus d'une sous-espèce restant toujours interféconds, on observe souvent à l'intérieur d'une espèce des populations en cours d'isolement, présentant parfois des différences morphologiques, parfois des différences écologiques (écotypes) sans nécessaire corrélation avec leur état de différenciation génétique. Ces subdivisions sont donc assez hasardeuses et complexes ; il n'est pas rare de les voir remises en cause en fonction de l'importance plus ou moins grande donnée à un caractère discriminant. De plus, l'interfécondité permettant la reproduction croisée entre deux sous-espèces, le choix de classer un individu dans tel ou tel groupe peut être totalement arbitraire. Elles ne peuvent donc être définies sans ambiguïté qu'en cas de parfait isolement des deux sous-espèces ; géographiquement, par exemple. Cela explique les réticences des biologistes face à la définition de races humaines.

Races et espèces menacées

Depuis quelques années, et notamment depuis la Convention sur la diversité biologique de Rio, la FAO, l'OIE l'ONU, des ONGs et certaines instances scientifiques internationales (IUBS, UICN..) s'inquiètent de la disparition accélérée d'espèces domestiquées. A titre d'exemple, rien qu'en France : en 100 ans, le nombre de races de bétail est passé de plusieurs centaines à une douzaine dans les années 2000. Et quand une "race animale" subsiste, il n'en reste que quelques individus, c’est-à-dire que la diversité de son patrimoine génétique s'est considérablement appauvrie, ce qui nuit aux capacités de résilience écologique des agro-systèmes et risque de rendre difficile l'adaptation de l'élevage aux changements climatiques et aux maladies. L'évaluation des écosystèmes pour le millénaire a montré qu'en dépit de la Convention de Rio sur la biodiversité et du Protocole de Carthagène (sur la Biosécurité), le nombre des races domestiques s'est encore effondré, sauf en Europe et en Amérique du Nord, mais le déclin y a été plus précoce. L'ONU vise la conservation à long terme la biodiversité, pour un "Partage juste et équitable de ses avantages". Mais nous sommes devenus tributaires de moins de 100 plantes pour 90 % de nos besoins. L'humanité s'est jusqu'au début du nourrie de plusieurs milliers d'espèces végétales. Elle n'en cultive plus aujourd'hui qu'environ 150, dont trois (Maïs, blé, riz) fournissent près de 60 % des calories et protéines végétales. Dans le même temps, une standardisation et une stabilisation des races et variétés ont été imposées par les grands semenciers et le secteur agro-alimentaire via la mise en place d'inscriptions obligatoires à des catalogues. Ceci a encore accentué la perte de diversité génétique des ressources agricoles, via l'adaptation d'un nombre toujours plus faible d'espèces, races et variétés aux standards homogénéisants du secteur agro-alimentaire. Les abeilles domestiques régressent, tout comme les abeilles sauvages, pour des raisons encore mal comprises, mais parmi lesquelles la pollution génétique pourrait avoir une responsabilité. Des zoonoses aujourd’hui mondialisées comme le prion dit "de la vache folle", la maladie de Newcastle, la fièvre aphteuse, ou le virus H5N1 de la grippe aviaire ont conduit à tuer préventivement des millions d'animaux d'élevages traditionnels. Faute d'avoir organisé la conservation du patrimoine génétique des races anciennes et locales, les animaux abattus ont pour la plupart été remplacés par des animaux de "races" industrielles productrices achetées à des naisseurs sous forme de veaux ou de "poussins de un jour" par les éleveurs (même bio), encore une fois au profit d'une homogénéisation génétique liée à la sélection et au faible nombre de reproducteurs. Dans le même temps, la part du territoire disponible pour la nature sauvage régresse au profit notamment de l'agriculture intensive (42% en moyenne de la superficie de l'UE, mais 75 % dans des régions telles que le Nord Pas de calais ou la Picardie). La sylviculture s'intensifie aussi, ce ne sont donc pas dans ces espaces, par ailleurs de plus en plus fragmentés que la diversité génétique d'espèces parentes peut être conservée, alors que les sols agricoles se dégradent partout dans le monde. La FAO a enquêté dans 170 pays sur le devenir au cours des 10 dernières années sur 6 379 races d'animal d'élevage de mammifères et d'oiseaux domestiqués. L'étude conclut à DEUX RACES DOMESTIQUES PERDUES CHAQUE SEMAINE, et à 1 350 RACES MENACEES D'EXTINCTION. Plus de 1000 races ont été perdues en 100 ans. Un tiers des races d'élevage sont menacées d'extinctionFAO et ===
Sujets connexes
Abraham   Animal de compagnie   Anthropologie physique   Barbe (cheval)   Biochimie   Biodiversité   Biologie   Biosécurité   Bleu russe   Caniche   Capétiens   Charolaise   Chat   Chat persan   Cheval   Chien   Chien de berger   Chihuahua (chien)   Chromosome   Chèvre   Code international de nomenclature botanique   Convention sur la diversité biologique   Coq doré   Dogue   Domestication   Domestique   Drosophile   Environnement   Espèce   Espèces   Faverolle   Fièvre aphteuse   Gregor Mendel   Grippe aviaire   Groupe sanguin   Gène   Génie génétique   Génome   Génotype   Génétique   Génétique des populations   Homozygote   Houdan   Industrie   Kiko (race caprine)   Labrador Retriever   Lacaune (race)   Large white   Lévrier   Maghreb   Maladie   Maladie de Newcastle   Marans   Mondialisation   Montbéliarde   Médiéval-fantastique   Mérinos d'Arles   Métis   Nature   Nom binominal   Nomenclature (biologie)   Nomenclature botanique   Normande   Organisation des Nations unies   Organisation non gouvernementale internationale   Organisme génétiquement modifié   Percheron   Petit pois   Peuple du personnage   Phénotype   Pierre Corneille   Piétrain (porc)   Pollution génétique   Poney   Poney français de selle   Porc   Prion (protéine)   Prix Nobel de physiologie ou médecine   Progéniture   Pur-sang anglais   Pur-sang arabe   Race humaine   Rang taxinomique   Reproduction (biologie)   Saint-bernard   Sanglier   Science-fiction   Selle français   Sus celebensis   Sylviculture   Sélection naturelle   Taxon   Texel (race ovine)   Thomas Hunt Morgan   Transgénique   Vache   Zoologie   Zoonose   Zébu  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^