Livre d'Hénoch

Infos
Le livre d'Hénoch est un écrit attribué à Hénoch, arrière-grand-père de Noé. Il fait partie du canon de l'Église éthiopienne orthodoxe mais est considéré comme apocryphe par les autres chrétiens et les Juifs. Le texte n'est pas inclus non plus dans la Septante. Sa composition est estimée au ; l'épître de Jude (verset 15) cite une prophétie que l'auteur attribue à Hénoch : « Voici, le Seigneur est venu avec ses saintes myriades, pour exercer un jugement contr
Livre d'Hénoch

Le livre d'Hénoch est un écrit attribué à Hénoch, arrière-grand-père de Noé. Il fait partie du canon de l'Église éthiopienne orthodoxe mais est considéré comme apocryphe par les autres chrétiens et les Juifs. Le texte n'est pas inclus non plus dans la Septante. Sa composition est estimée au ; l'épître de Jude (verset 15) cite une prophétie que l'auteur attribue à Hénoch : « Voici, le Seigneur est venu avec ses saintes myriades, pour exercer un jugement contre tous, et pour faire rendre compte à tous les impies parmi eux de tous les actes d'impiété qu'ils ont commis et de toutes les paroles injurieuses qu'ont proférées contre lui des pécheurs impies » ; il y a débat pour savoir s'il citait le livre connu aujourd'hui comme celui d'Hénoch. Ni les protestants, ni les catholiques, ni les orthodoxes ne considèrent ce livre comme inspiré. L'Église éthiopienne le fait et l'a inclus dans son canon de l'Ancien Testament. Le livre d'Hénoch décrit la pétition adressée par des anges déchus à Hénoch afin que le patriarche intercède en leur faveur auprès de Dieu, la visite d'Hénoch au paradis, sous la forme d'une vision, et les révélations qui lui sont alors faites. C'est un exemple de ce qui est appelé un écrit apocalyptique et le texte utilise une terminologie, comme l'expression le fils de l'homme, venant du Livre de Daniel, qui sera reprise par les écrits chrétiens. Lors du concile de Laodicée, en 364, ce livre fut écarté du canon et, bien que son influence puisse encore se faire sentir dans les écrits hiberno-latins d'Altus, suite à l'ostracisme qui s'ensuivit, le texte fut considéré comme perdu, sauf pour les quelques passages cités par différents écrivains, tels Clément et George Syncellus. En 1773, James Bruce rapporta en Occident deux copies d'une version obtenue en Éthiopie dont les chrétiens avaient inclus ce livre dans leur canon. Depuis lors, une traduction en vieux slave a été découverte ainsi que deux fragments épars d'une traduction latine. Une équipe d'archéologues français découvrirent des fragments de papyrus sur lesquels une partie d'une traduction grecque fut identifiée. Ces fragments furent publiés en 1882. Finalement des fragments du livre d'Hénoch ont été retrouvés parmi les manuscrits de la mer Morte.

Bibliographie

- Le Livre d'Enoch, Editions Robert Laffont, Paris 1976
-Enoch : dialogues avec dieu et les anges, Editions le Jardin des Livres 2004 et Le Livre des Secrets d'Enoch, Editions le Jardin des Livres, 2005 ==
Sujets connexes
Ancien Testament   Canon (Bible)   Catholicisme   Christianisme   Clément   France   Grec ancien   Hénoch   James Bruce   Juifs   Latin   Liste des livres de la Bible   Livre de Daniel   Manuscrits de Qumrân   Noé (patriarche)   Orthodoxie   Ostracisme   Papyrus (papier)   Protestantisme   Septante   Vieux slave  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^