Nationalisme

Infos
Le nationalisme en tant que doctrine et idéologie s'est cristallisé au et au simultanément dans plusieurs pays d'Europe. Le nationalisme s'affirme très tôt en France et entraine la création de l’État français sous l'égide d'une monarchie capétienne renforcée ensuite par la monarchie absolue de Louis XIV. Le Nationalisme français qui va s'affiner et se renforcer au cours des siècles suivants, notamment sous la révolution française par son jacobinisme, inspirera c
Nationalisme

Le nationalisme en tant que doctrine et idéologie s'est cristallisé au et au simultanément dans plusieurs pays d'Europe. Le nationalisme s'affirme très tôt en France et entraine la création de l’État français sous l'égide d'une monarchie capétienne renforcée ensuite par la monarchie absolue de Louis XIV. Le Nationalisme français qui va s'affiner et se renforcer au cours des siècles suivants, notamment sous la révolution française par son jacobinisme, inspirera certains peuples voisins qui ne développeront leur propre forme de nationalisme (pangermanisme, panslavisme par exemple) que bien plus tard et par imitation de la France. Il ne faut pas le confondre avec le patriotisme, ni avec le chauvinisme/ethnocentrisme qui est un patriotisme exagéré et agressif.

Définitions du nationalisme

- Le nationalisme c'est le sentiment de vif attachement à la nation, c’est-à-dire d'une grande exaltation de l'idée nationale ; c'est également une doctrine politique qui affirme la primauté de l'intérêt national, sur les intérêts particuliers de ses composantes d'une part et sur les intérêts des autres nations d'autre part.
- Le nationalisme c'est la volonté d'un peuple, d'une identité commune, de posséder un territoire national.
- Le nationalisme peut être une idéologie imprimée sur un peuple par ses gouvernants et destinée à conforter leur pouvoir, il est alors utilisé comme un moyen de manipulation afin d'unir le peuple autour de ces dirigeants, indépendamment des réels objectifs de ces individus. (guerres, totalitariste).
- Le nationalisme est une doctrine qui revendique pour une nationalité le droit de former une nation.

Ambiguïtées liées aux « nationalismes »

Statue de la Mère Russie, aussi appelée Mamayev Kurgan (1), statue colossale (52m, érigée à Volgograd en 1967, la plus haute du monde à ce moment) ;elle représente la mère patrie en armes. Il faut distinguer le "nationalisme" résultant de la frustration réelle d'une identité nationale se sentant menacée et la récupération politique "nationaliste" dont certains ont pu user ou abuser; dans le but d'ambitions politiques personnelles. Le nationalisme au sens natif ne peut pas être une entreprise belliciste. Le « nationalisme » est un terme ambigu quand il n'est pas défini. Il entend toujours défendre une identité nationale, justifiée par une communauté historique et culturelle, face à une agression extérieure, réelle ou supposée. Il semble avoir besoin de désigner un « ennemi » pour exister. Il a parfois pu s'exprimer contre un « ennemi intérieur » ou un bouc émissaire, souvent étranger: le nationalisme français sous Pétain était antisémite, sous De Gaulle antiaméricain, aujourd'hui il est anticommunautariste et généralement antieuropéen. Suivant le même paradigme, un « nationalisme européen », combattant l'idée de nation, en transpose les caractéristiques à un niveau supra-étatique pour glorifier le « peuple européen ». Il a pour ennemis les Etats-nations, associés à l'idée de guerre; le nationalisme européen trouve parfois un ennemi (en particulier en France) dans les États-Unis, système à combattre en l'imitant (politique de la concurrence, liberté de circulation des capitaux, biens et services). La nationalisme européen, ou européisme, n'est pas uniforme : il est en général la transposition des idées nationales selon les pays : l'Europe-puissance en France (la grande nation française au niveau communautaire), l'Europe-fédérale en Allemagne (la reproduction d'un Bund européen), l'Europe libérale pour les pays atlantistes. Les nationalistes régionaux (ils ne sont pas les seuls !) dénoncent le « centralisme jacobin », qui a conduit à une homogénéisation et une éradication culturelles et linguistiques imposées à différentes minorités intégrées de force dans la population française. Les partisans d'une République française « une et indivisible » soulignent au contraire les effets bénéfiques de l'éducation nationale et de la promotion sociale et nient l'écrasement et l'éradication de cultures différentes. Les souverainistes et les républicains craignent quant à eux une conjonction des nationalismes régionaux et de l'étatisme européen.

Plusieurs types de « nationalismes »

La Liberté guidant le peuple, d'Eugène Delacroix. On considère généralement l'existence de plusieurs types de nationalisme :
- le nationalisme traditionnel, fondé autour de idée d'États-Nations historiques comme la France, l'Angleterre ou l'Espagne en Europe.
- un nationalisme oppresseur, ou impérialisme, niant soit l'existence de la nation opprimée, soit l'existence de ses droits nationaux à l'autodétermination, droit reconnu par l'ONU.
- un nationalisme libérateur, ou indépendantisme, dont la principale préoccupation est la libération nationale, souvent face à un occupant et qui fut particulièrement utilisé pendant la décolonisation.
- le régionalisme ou nationalisme des « peuples sans États », comme les Corses, les Bretons, les Occitans, les Basques, les Galiciens ou les catalans, qui réclament l'autonomie, voire l'indépendance politique et administrative ;
- le séparatisme ou nationalisme des peuples dont les États ne sont pas souverains, comme les Québécois, les Écossais, les Portoricains qui réclament un plus grand niveau d'autonomie politique ;
- enfin le nationalisme européen notamment défendu par l'école de pensée « nouvelle droite » proche de l'extrême droite.

Deux principaux courants idéologiques

On trouve en général deux principaux courants idéologiques au nationalisme :
- Le courant du « nationalisme révolutionnaire » de coloration athées, et parfois même néo-païen, prônant un nationalisme européen diffusée notamment par le courant Nouvelle droite. Pour cette tendance le christianisme ne fait pas partie de l'identité propre du continent européen, s'opposant aux traditions païennes.
- le courant du « nationalisme contre-révolutionnaire » faisant référence au christianisme, au monarchisme, et au nationalisme traditionnel (qui conçoit la France comme un État-Nation depuis les rois capétiens). Le catholicisme a alors une place privilégiée dans l'identité de la nation française. Ce nationalisme fait souvent référence à la « chrétienté ». Le nationalisme français traditionnel en découle.

Le nationalisme dans l'histoire

Antiquité

Dès l’Antiquité, il existe un sentiment d'appartenance commune à des entités politiques ou morales. On peut citer en exemple : ;
- Le sentiment d'appartenance au monde grec par opposition aux "barbares" (qui ne parlent pas la langue grecque) et la mobilisation d'une partie des cités grecques contre l'envahisseur perse. L'autre partie des cités grecques se battait aux cotés des perses ;
- L'alliance de nombreux peuples gaulois contre les romains et leurs alliés, qui comptaient des peuples gaulois, pendant la guerre des Gaules ;
- La notion de compatriote utilisée par les bretons insulaires pendant les guerres contre les Angles et les Saxons d'où résultent les noms de la Cambrie, Cumberland, Northumbrie et le nom que se donnent eux-mêmes les Gallois ("Kymry") : Tous ces noms proviennent d'une racine celtique désignant les compatriotes Kymry ou Kymru, et non Kymri, le pays de Galles. Le singulier est Kymro, qui suppose en vieux celtique Com-brox, pluriel Com-broges, « gens du même pays, compatriotes », nom que se sont donné, vers le , les Bretons en lutte avec les Saxons. Kymry a compris non seulement le pays de Galles actuel, mais encore le nord de l'Angleterre breton jusqu'à la Clyde ; le nom de Cumberland en vient. Cette extension du pays des Kymry a amené les auteurs des romans français de la Table Ronde à placer en Nord-Galles des villes du nord de l'Angleterre, Longtown, par exemple (Longuetown), qui est située à l'extrémité septentrionale du Cumberland (Paulin Paris, Les Romans de la Table Ronde, I, p. 280). Sur Kymro et Kymry, v. J. Loth. Revue celt. XXX, p. 384. Ces exemples font référence à des entités morales et non à des nations au sens moderne.

Le Moyen Âge

Le début de la conception moderne de la Nation peut se dater de la victoire des Ducs d'Anjou de la dynastie des Valois dans la Guerre de Cent Ans sur celle des ducs de Normandie et de Guyenne représentée par le Roi d'Angleterre. L'affirmation de la nation française et de sa langue par les descendants du Dauphin de Chinon, avec l'ordonnance de Villers-Cotterêts sont les points nodaux de la fondation de la nation française moderne. La nation française est affirmée par la dynastie des vainqueurs pour conforter sa victoire et éloigner tout espoir de revanche en majorant et centralisant le pouvoir royal. L'ordonnance de Villers-Cotterêts impose la langue des vainqueurs (la langue de la Touraine et des pays de Loire). Cette belle langue régionale devient la "langue nationale" et sera utilisée comme un outil de pouvoir et de domination des peuples satellites (Langue d'Oc, et alliés potentiels du Roi d'Angleterre, de la Bretagne à la Flandre). C'est le début de la marche vers l'absolutisme royal, puis plus tard le centralisme jacobin. Les nationalistes français actuels ne s'y sont pas trompé en prenant pour icône, Jeanne d'Arc, qui symbolise cette victoire des Valois.

Le nationalisme moderne en Europe

En France

Le concept de nation, au sens actuel du terme, vient de la Révolution française. On vit en effet apparaître, au début de la Révolution, une société, la société patriotique de 1789, plutôt modérée, qui se réclamait du patriotisme. Une autre société, que François Perrault décrit comme beaucoup plus radicale, apparut par la suite (1792) : la société patriotique du Luxembourg. Certains courants de la Révolution française mélangeaient, ne l'oublions pas, le nationalisme exacerbé (l'État nation) et le cosmopolitisme : n'est pas de la nation celui qui n'a pas les mêmes idées (d'où les massacres vendéens) et toute personne admettant l'idéologie fait partie de la nation. Il en découle une politique dont les objectifs sont essentiellement l'indépendance, l'unité et la prospérité de sa propre nation et de son peuple . Le nationalisme base l'identité d'un individu sur son rapport à une nation. La nation révolutionnaire française fût et demeure un outil de pouvoir intérieur, tout comme après la Guerre de Cents Ans. Après la Révolution de 1789 qui abolissait les privilèges des nobles et du clergé (4 août 1789), et instituait de fait une Monarchie parlementaire, la Convention , l'abolition de la Royauté et la prise de pouvoir par les Jacobins qui éliminèrent par le massacre (la Terreur) leurs rivaux, les Girondins républicains plus modérés et libéraux, assurèrent le renforcement du centralisme et de l'absolutisme précédemment royaux Alexis de Tocqueville : . L'embrigadement de la société civile atteignit la perfection avec le Premier Empire et l'institution des Préfectures. Il n'est pas indifférents que ces deux régimes, (la Première République et le Premier Empire) aient entrainé la nation dans un tourbillon de guerres inutiles et si sanglantes, que la France pays le plus prospère et le plus peuplé d'Europe en 1789 avec 25 millions d'habitants, à égalité avec la Russie des Tsars, se retrouve en 1914 avec 40 millions d'habitants seulement contre 200 millions pour la Russie. Si l'invention du nationalisme moderne par la France lui a coûté sa place de 1 puissance européenne et donc mondiale du , il en est de même pour l'Europe dont on peut considérer 1914 (puis 1939) comme une tentative de suicide nationaliste . Dans les années 1950, lors de la guerre d'Algérie, les nationalistes français s'engagent aux côtés de l'OAS pour défendre l'intégrité du territoire républicain menacé par la rétrocession des départements d'Algérie française où s'étaient établis un million de colons depuis 132 ans. Le nationalisme poussa les membres de l'OAS à pratiquer des assassinats contre tous ceux qui encourageaient le mouvement indépendantiste et à tenter de supprimer le chef de l'État comme l'expliquera l'un d'entre eux.

En Italie

botte italienne, toujours pas unifiée en une nation pour des raisons historiques, comme cette carte de 1859 le montre, est assez tardive en Europe. Le voit le développement de l'idée nationale italienne et l'unification de l’État italien autour de la dynastie de Piémont-Sardaigne.

En Allemagne

La Prusse profite de sa victoire pendant la guerre de 1870 pour imposer l'unification de l'empire allemand . Le nationalisme allemand sera théorisé par des auteurs comme Herder (Une autre philosophie de l'histoire), qui défend la supériorité de la culture germanique sur les autres.
La naissance du nationalisme allemand
Mais c'est en Prusse que naît un sentiment allemand national. Battue par Napoléon I, la Prusse est affaiblie et cherche à se relever. Elle pense qu'une union doit se faire entre les peuples du territoire allemand pour se battre contre l'ennemi commun : Napoléon. Le nationalisme est un courant d'idée qui affirme la supériorité de la nation dans la construction des États. Stein, ministre d'état prussien de 1804 à 1808 et Hardenberg, ministre des Affaires étrangères de 1804 à 1806, réforment l'État prussien Scharnhorst et Gneisenau, général et maréchal prussiens, réorganisent l'armée prussienne de 1807 à 1813 et l'animent d'un sacrifice au salut national commun. C'est autour de la Prusse que se regroupent les patriotes allemands dans cette guerre patriotique et nationale que l'on appelle très vite les guerres de libération (Befreiungskriege). Apparaissent alors toute une série de libelles et de textes réclamant la constitution d'un État allemand groupant tous les peuples parlant la langue allemande, incluant au besoin des peuples en dehors de ce qui était jusqu'en 1806 le Saint Empire. Ainsi se développe le Volkstum, rassemblement de tous les hommes de même langue, de même culture.

Dans l’Empire austro-hongrois

L'identité binationale en Autriche-Hongrie forme une situation particulière pour cet État, Empire central en Europe. Le voit la naissance ou l'affirmation de sentiments nationalistes au sein des différents peuples regroupés sous l'autorité de l'Empire Austro-hongrois. C'est le prélude à la dissolution de cet empire à l'issue de la 1 guerre mondiale.

Dans l'Empire Ottoman

Le même phénomène se fait jour dans l'Empire ottoman. L'indépendance de la Grèce, les guerres dans les Balkans sont le signe annonciateur de l'effondrement de cet empire à l'issue de la 1 guerre mondiale. La République turque est fondée sur des principes proches de ceux de la République française par Mustapha Kemal (Laïcité, "Une seule langue, un seul peuple, une seule nation").

Au Royaume-Uni

Les nationalistes irlandais s'organisent et créeront en 1905 le Sinnfein et l'IRA (parties revendiquant l'indépendance, l'IRA utilisera la violence pour se faire connaître…). Pendant la Première Guerre mondiale, les Irlandais se révolteront et la répression sera féroce ! Quoique les idéologies nationales du Pays de Galles et de l'Écosse n'aient pas atteint le degré de violence précité, ces deux autres nations formant l'État plurinational de Grande-Bretagne ont également développé des nationalismes ; celui d'Écosse échoue en 1930, là où il réussira en 1997 concernant la souveraineté autonomique, en se réformant considérablement (le visage du nationalisme écossais contemporain est bien différent des années 1930).

Synthèse

Le développement de l'idée de nation et donc du nationalisme est indissociable du développement de l'État moderne. Le nationalisme se base sur des identités variables. Deux grands types de nationalisme peuvent être définis :
- un nationalisme de type français, qui associe la nation à son territoire (droit du sol)
- et un nationalisme de type allemand qui associe la nation à une origine commune (droit du sang, lire pangermanisme). Le nationalisme ne peut être complètement analysé selon une typologie gauche-droite, même s'il est plutôt de droite, et si dans la première moitié du , il a été à l'origine des mouvements fascistes et nationaux-socialistes et en opposition aux Internationales socialistes successives. Il peut s'opposer au supranationalisme d'entités politiques plus vastes. En France, on désigne historiquement sous ce vocable, plus particulièrement, une tendance intellectuelle et politique des débuts de la Troisième République née après la défaite de 1870, surtout à l'origine dans les milieux radicaux et que l'on classera plutôt à droite à la fin du siècle. Les nationalistes voulaient à l'origine dépasser les clivages idéologiques nés de la Révolution et chercher à réunir les Français autour d'une Histoire et d'une identité pouvant recréer un consensus dans l'objectif d'une revanche ou d'une défense face aux ambitions allemandes, de plus en plus affichées avec l'arrivée de Guillaume II au pouvoir. Ainsi compris, le nationalisme français peut être considéré comme un mouvement général qui embrasse tous les partis non socialistes, des conservateurs aux radicaux, quelquefois sous des formes populistes dangereusement bellicistes (le boulangisme) ou pouvant dériver sur le conservatisme (défense à tout prix de l'armée et, moins fortement, de l'Église), sur la xénophobie ou l'antisémitisme (obsession de l'ennemi intérieur surtout dans l'Affaire Dreyfus). Le nationalisme de doctrine ou d’« extrême droite » (encore qu'il n'ait pas grand chose à voir à l'origine avec les droites légitimiste, orléaniste ou conservatrice) n'apparaît de façon autonome qu'au moment de l’affaire Dreyfus et aura pour principale figure Maurice Barrès, qui avait déjà pris position contre le néo-kantisme et toutes les philosophies allemandes rationalistes ou non, très à la mode à l'époque dans les universités françaises, au nom de la « patrie et des morts », contre les abstractions métaphysiques sans rejeter pour autant le régime et les idéaux de la Révolution. Il n'est que la pointe extrême d'une tendance dont se réclameront des gens aussi différents et quelquefois adversaires acharnés que Poincaré, Jules Ferry, Émile Flourens, Boulanger, Paul Déroulède, Victor Hugo, Félix Faure ou Clemenceau.

Autres tendances « nationalistes »

Au , précédemment limité à l'Europe et aux États-Unis d'Amérique, le nationalisme s'étend dans les pays du Sud qui contestent l'assimilation des nationalistes du Nord qui les a conduit à être colonisés.

Les séparatismes

Certains nationalismes, les nationalismes libérateurs ou défensifs, ont pour but déclaré de libérer une nation de l’emprise d’une autre entité perçue comme dominante. Ce sont des séparatismes. On peut situer dans ce courant :
- beaucoup de leaders d'anciennes colonies comme Gandhi, qui se disait explicitement nationaliste,
- le nationalisme irlandais, autant le politique, axé sur libération du joug britannique, que le culturel visant à rétablir la culture gaélique des Irlandais
- le nationalisme libanais, le bloc national (Émile Eddé, Raymond Eddé), Wadih Fayad
- le nationalisme écossais,
- le nationalisme wallon,
- le nationalisme corse
- le nationalisme breton
- le nationalisme portoricain
- le nationalisme québécois, qui est essentiellement un "mouvement qui vise à la promotion de l'appartenance à une nation donnée" de Louis Balthazar; article publié dans l’ouvrage sous la direction de G. Daigle et G. Rocher(1992) "Le Québec en jeu. Comprendre les grands défis". Chap. 23 : “L’évolution du nationalisme québécois” (pp. 647 à 667). Montréal: Les Presses de l’Université de Montréal.
- et une bonne partie des nationalistes flamands et thiois. Quand l’entité dominante est un État, on parlera, suivant le degré d’autonomie souhaité, de régionalisme, d’autonomisme ou d’indépendantisme. En Europe, quand l’entité perçue comme dominante est une structure plus large qu’un État (par exemple l’Union européenne), on parlera plutôt de souverainisme.

Les impérialismes

L'autre grande tendance dans le nationalisme, le nationalisme dominateur, nettement plus conquérante, vise à la domination par une nation d'un territoire nettement plus vaste que celui qu’elle occupe. On peut notamment citer :
- le bonapartisme
- le IIIème Reich
- le colonialisme européen ;
- la définition d'un "ennemi héréditaire" à des fins de propagande. Le nationalisme est dans ce cas synonyme d’impérialisme (si l’entité dominée est hors de l’État dominant) ou de jacobinisme (si l’entité dominée fait partie intégrante de l’État dominant). Ce nationalisme cherche parfois des justifications dans une grande histoire : rêves de rétablissement de l'Empire romain de Mussolini, théorie du Lebensraum (espace vital) des nazis, prétentions civilisatrices du colonialisme, etc. Une distinction cruciale entre ces deux tendances fondamentalement différentes est la reconnaissance ou non de droits égaux aux autres peuples. Beaucoup de partis nationalistes ont été progressivement associés à l'extrême droite bien qu'à l'origine le nationalisme n'y soit pas lié (mais le deviendra par une évolution semblant se dessiner à la fin du ). Le NSDAP se voulait par exemple « national-socialiste ».

Le « nationalisme technologique »

Maurice Charland a caractérisé un « nationalisme technologique » comme une tendance vers la construction et la légitimation de l’État-nation par des systèmes de transport et de communication financés et parrainés par les pouvoirs publics. de Robert Cupido Harold Innis, théoricien de la communication, amorce une réflexion sur le nationalisme technologique et sur la relation économique qui unit le Canada urbain au Canada rural, idées sur lesquelles s'appuie sa théorie des principales ressources., une exposition de musée virtuelle à Bibliothèque et Archives Canada

Oppositions au nationalisme

- Les partis socialistes de tous les pays défendirent officiellement l'internationalisme, qui s'oppose au nationalisme. :Cependant, en France au moins, la majorité des socialistes se rallièrent aux bellicistes en 1914, puis clairement au colonialisme après 1945. :En Allemagne, le NSDAP fut une dérive, comme son nom l'indique, de l'idéologie nationaliste, associée à un populisme exacerbé que les dirigeant eux-mêmes ont tenté d'apparenter à du socialisme, dans l'espoir d'accroître son audience, dans les couches populaires, au dépends du SPD (parti social-démocrate) et, parfois même, du KPD (parti communiste allemand). :Dans la pratique aussi, le stalinisme se montra parfois nationaliste, voire raciste ou antisémite.
- Par ailleurs les fédéralistes européens se définissent en opposition au nationalisme, défini comme étant la croyance en l'idée d'État-nation, vu comme un facteur de guerre.
- Parmi les utilisateurs de la langue espéranto, s'est développée depuis 1921 une organisation qui se nomme la SAT (abréviation en espéranto de Sennacieca Asocio Tutmonda qui signifie Association mondiale anationale ) , l'une des plus importantes associations dans le milieu espérantophone. L'un de ses principaux fondateurs, Eugène Lanti, pseudonyme de Eugène Adam se disait lui même anationaliste. Pour lui, l'Anationalisme s'opposait à l'internationalisme, qui était en fait de l'inter-nationalisme et donc une forme de nationalisme. Aujourd'hui, si tous les membres de SAT ne sont pas anationalistes, SAT possède en son sein une fraction anationaliste. On peut citer en opposition au nationalisme, l'universalisme politique, cf le journal L'universaliste.

Citations

-La nation, c'est la terre et les morts. (Maurice Barrès)in M. Barrès, Scènes et doctrines du nationalisme, éd. Plon, Paris, 1925
-La nation est ce qui fait en l'homme l'humain. (Jean-Paul II)
-Vous pouvez arracher l'homme du pays, mais vous ne pouvez pas arracher le pays du cœur de l'homme. (John Dos Passos)
-Car le nationalisme, ce n'est pas une volonté déréglée de puissance, bien au contraire ; c'est la volonté de maintenir et de développer dans une nation ce qui est nécessaire à la vie habituelle, à la vie commune. (Henri Massis), in Henri Massis, Les idées restent
-La réussite individuelle et la réussite nationale sont inséparables. (Jean-Pierre Chevènement)
-Le nationalisme est une maladie infantile. C'est la rougeole de l'humanité. (Albert Einstein)
-Le nationalisme, c'est la guerre ! (François Mitterrand), discours au parlement européen, le 17 janvier 1995)
-La nation, comme l'individu, est l'aboutissant d'un long passé d'efforts, de sacrifices et de dévouements. (Ernest Renan)
-Si nécessaire que soit le patriotisme, loin de rendre inutile la vertu de nationalisme, il l'a provoqué à vie. (Charles Maurras), in Charles Maurras, Mes pensées politiques
-Tout ce qui est national est nôtre. (Duc d'Orléans)
-Une démocratie ne vaut et ne dure que si elle sait refondre constamment dans la communauté nationale l'individualisme qu'elle fait naître. (Jacques de Lacretelle)
-
Le nationalisme est une attitude de défense, rendue nécessaire par la faiblesse de l'Etat.
(Jacques Bainville)
-Le verrou qui doit sauter, c'est la nation. (Edmond de Rothschild)déclaration à le revue Entreprise, 1970

Notes

Voir aussi


- Nationalisme français et Nationalisme contre-révolutionnaire
- Extrême droite et Extrême droite française
- Parti politique et Mouvements politiques
- Nationalisme-Révolutionnaire et nationalisme européen
- Idées opposées : Supranationalisme, Mondialisme, Citoyenneté mondiale
- Catégorie:Histoire des idées politiques an:Nazionalismo ar:قومية ast:Nacionalismu bg:Национализъм br:Broadelouriezh ca:Nacionalisme cs:Nacionalismus cy:Cenedlaetholdeb da:Nationalisme de:Nationalismus el:Εθνικισμός en:Nationalism eo:Naciismo es:Nacionalismo et:Natsionalism eu:Nazionalismo fi:Nationalismi ga:Náisiúnachas gl:Nacionalismo he:לאומיות hr:Nacionalizam hu:Nacionalizmus id:Nasionalisme is:Þjóðernishyggja it:Nazionalismo ja:ナショナリズム ka:ნაციონალიზმი ko:국민주의 lt:Nacionalizmas lv:Nacionālisms mk:Национализам ms:Nasionalisme nl:Nationalisme nn:Nasjonalisme no:Nasjonalisme pl:Nacjonalizm pt:Nacionalismo ro:Naţionalism ru:Национализм sh:Nacionalizam simple:Nationalism sk:Nacionalizmus sr:Национализам sv:Nationalism th:ชาตินิยม tl:Pagkamakabansa tr:Milliyetçilik tt:Millätçelek uk:Націоналізм vi:Chủ nghĩa dân tộc yi:נאציאנאליזם zh:民族主義
Sujets connexes
Albert Einstein   Alexis de Tocqueville   Algérie française   Allemagne   Anationalisme   Angles (peuple)   Angleterre   Années 1930   Association mondiale anationale   Athéisme   Autodétermination   Autonomisme   Autriche-Hongrie   Basques   Benito Mussolini   Bonapartisme   Breton   Cambrie   Canada   Capétiens   Centralisme   Charles Maurras   Chauvinisme   Christianisme   Chrétienté   Citoyenneté mondiale   Communication   Corse   Cumberland   Droite (politique)   Duc d'Orléans   Décolonisation   Edmond de Rothschild   Empire allemand   Empire ottoman   Empire romain   Empires coloniaux   Ernest Renan   Espace vital   Espagne   Espéranto   Ethnocentrisme   Eugène Delacroix   Eugène Lanti   Europe   Européisme   Euroscepticisme   Extrême droite   Extrême droite française   Fascisme   France   François Mitterrand   Fédéralisme européen   Félix Faure   Galice   Gauche (politique)   Georges Boulanger   Georges Clemenceau   Gneisenau   Grande-Bretagne   Guerre d'Algérie   Guerre de Cent Ans   Guerre des Gaules   Hardenberg   Harold Innis   Henri Massis   Impérialisme   Indépendance   Indépendantisme   Internationalisme   Jacobinisme   Jacques Bainville   Jacques de Lacretelle   Jean-Paul II   Jean-Pierre Chevènement   John Dos Passos   Jules Ferry   L'universaliste   La Liberté guidant le peuple   Laïcité   Lebensraum   Maurice Barrès   Minorité   Monarchie constitutionnelle   Monarchisme   Mustafa Kemal Atatürk   Nation   Nationalisme breton   Nationalisme contre-révolutionnaire   Nationalisme corse   Nationalisme européen   Nationalisme flamand   Nationalisme français   Nationalisme irlandais   Nationalisme portoricain   Nationalisme québécois   Nationalisme révolutionnaire   Nationalisme thiois   Nationalisme wallon   Northumbrie   Occitanie   Ordonnance de Villers-Cotterêts   Organisation des Nations unies   Pangermanisme   Panslavisme   Parlement européen   Parti national-socialiste des travailleurs allemands   Parti politique   Patriotisme   Paul Déroulède   Peuple   Politique   Porto Rico   Première Guerre mondiale   Propagande   Prospérité   Prusse   Québec   Raymond Eddé   Raymond Poincaré   Régionalisme   Régionalisme (politique)   République française   Révolution française   SAT   Saxons   Scharnhorst   Seconde Guerre mondiale   Société patriotique de 1789   Société patriotique du Luxembourg   Souverainisme   Stalinisme   Statue de la Mère Russie   Supranationalisme   Séparatisme   Territoire   Théorie des principales ressources   Transport   Union européenne   Unité   Universalisme   Victor Hugo   Volgograd  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^