Karma Pakshi

Infos
Le 2 Karmapa, Karma Pakshi (1204-1283) Enfant prodigieux, à dix ans, il avait déjà acquis la compréhension de la philosophie du dharma et de la méditation. Son maître, Pomdrakpa, avait reçu la transmission Kagyupa de Drogön Rechen, l'héritier spirituel du 1 Karmapa. Pomdrakpa réalisa que l'enfant dont il avait la charge était la réincarnation de Düsum Khyenpa, comme indiqué dans la lettre donnée à Drogon Rechen. Le jeune Karma Pakshi assimila les enseignements les plus profonds
Karma Pakshi

Le 2 Karmapa, Karma Pakshi (1204-1283) Enfant prodigieux, à dix ans, il avait déjà acquis la compréhension de la philosophie du dharma et de la méditation. Son maître, Pomdrakpa, avait reçu la transmission Kagyupa de Drogön Rechen, l'héritier spirituel du 1 Karmapa. Pomdrakpa réalisa que l'enfant dont il avait la charge était la réincarnation de Düsum Khyenpa, comme indiqué dans la lettre donnée à Drogon Rechen. Le jeune Karma Pakshi assimila les enseignements les plus profonds sans efforts et n'avait besoin que d'une seule lecture d'un texte pour le mémoriser. Pomdrakpa se fit néanmoins un devoir de lui transmettre tous les enseignements afin de ne pas interrompre le courant d'autorisations de la lignée. Le 2 Karmapa demeura longtemps en retraite méditative. Il visita et restaura également les monastères établis par le 1 Karmapa, et il est célèbre pour avoir introduit chez le peuple tibétain, le chant du mantra de la compassion "Om mani padme hum". A 47 ans, il fit un voyage de 3 ans en Chine, répondant à une invitation de Kubilai Khan, le petit-fils de Ghengis Khan. On lui demanda de résider en Chine de manière permanente, mais il déclina l'offre, ne souhaitant pas être la cause de conflits avec l'école des Sakyapas, dont l'influence était forte en Chine à cette époque. Au cours des 10 années suivantes, le Karmapa voyagea en Chine, en Mongolie et au Tibet, et il devint un célèbre enseignant. Il fut particulièrement honoré par Möngke Khan, le frère de Kubilai, qui régnait à l'époque, et fut reconnu par le Karmapa comme ancien disciple. Après la mort de Möngke Khan, Kubilai devint le Khan. Il aurait fait de Pékin, à l'époque sous le nom de Khanbalik (Cambalou ou Cambaluc, 大都, « grande ville » , du turc « qan balïq »), la capitale de l’ensemble de la Chine, d'où il gouverna un vaste empire. Il avait toutefois un grief à l'encontre du Karmapa qui avait refusé son invitation des années auparavant et qui avait été si proche de son frère. Il ordonna son arrestation. On dit que les tentatives d'arrêter, ou même de tuer le Karmapa furent mise en échec par les miracles de celui-ci. A un moment, le Karmapa aurait "gelé" sur place un bataillon de 37.000 soldats, en utilisant la puissance du mudra, tout en montrant toujours de la compassion. Il se laissa finalement capturer et exiler, sachant que ses miracles et la compassion amèneraient finalement un changement du cœur de Kubilai Khan. Retournant au Tibet vers la fin de sa vie, il fit construire une statue de 16 mètre de haut du Bouddha à Tsourphou, pour accomplir un rêve qu'il avait eu longtemps auparavant. Peu avant de mourir, il informa son disciple principal, Urgyenpa, des détails sur la naissance du prochain Karmapa.

Voir aussi

- Tibet
- Dalaï Lama
- Panchen Lama ==
Sujets connexes
Bouddha   Civilisation chinoise   Düsum Khyenpa   Karma Pakshi   Karmapa   Kubilai Khan   Mongolie   Möngke   Pékin   Rangjung Dorje   Tibet   Tsourphou  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^