Durance

Infos
La Durance (en occitan : Durença selon la norme classique ou Durènço selon la norme mistralienne) est une rivière du sud-est de la France. Elle prend sa source sur les pentes du mont Chenaillet , dans les Hautes-Alpes (05), près de la frontière italienne, et se jette dans le Rhône à quelques kilomètres au sud d'Avignon, dans le Vaucluse (84).
Durance

La Durance (en occitan : Durença selon la norme classique ou Durènço selon la norme mistralienne) est une rivière du sud-est de la France. Elle prend sa source sur les pentes du mont Chenaillet , dans les Hautes-Alpes (05), près de la frontière italienne, et se jette dans le Rhône à quelques kilomètres au sud d'Avignon, dans le Vaucluse (84).

Étymologie

La Durance est documentée sous les formes anciennes Druentia , Drouentios potamos , Durantia (854, 1271) ou Durentia (1127)… Les formes classiques sont probablement des altérations de
-Dūrantia
, basé sur l'hydronyme dur- que l'on retrouve dans le nom de nombreuses rivières des Alpes occidentales (Dora en Italie, Dranse en Haute-Savoie, Drôme), associé au suffixe locatif -antia.

Hydrographie

De sa source au-dessus du Montgenèvre au confluent avec le Rhône, la Durance parcourt . Toutefois, le plus long cours est tracé par le système Clarée-Durance et a une longueur de . L'originalité du cours est sa pente, qui reste relativement élevée dans la partie inférieure (environ ), puisqu'à environ de la source, l'Isère coule à d'altitude et la Durance à . Ce fait contribue partiellement au caractère torrentiel de la rivière, y compris dans le cours inférieur.

Départements et principales villes traverséesSeules les agglomérations de Briançon et Sisteron, construites là où les berges sont très encaissées, sont effectivement traversées par la Durance, les autres villes citées étant juste proches de la rivière

- Hautes-Alpes (05) : Briançon, Embrun ;
- Alpes-de-Haute-Provence (04) : Sisteron, Château-Arnoux-Saint-Auban ;
- Vaucluse (84) : Pertuis, Cadenet, Cavaillon.

De la source à Serre-Ponçon

Jusqu'au lac de Serre-Ponçon, la Durance circule dans une vallée plus ou moins large entourée de hautes montagnes. C'est une rivière alpine au régime nival, avec des hautes-eaux en juin et un débit soutenu même en été. Le torrent du Montgenèvre se jette dans la Clarée, traverse Briançon puis reçoit la Guisane. Il se dirige alors vers le sud, reçoit les eaux de la Gyronde (torrent glaciaire des Écrins), du Guil et se jette dans le lac de Serre-Ponçon un peu en aval d'Embrun. Le confluent avec l'Ubaye a été noyé lors du remplissage du lac.

De Serre-Ponçon à Château-Arnoux

Le paysage change radicalement, car les montagnes s'écartent et des plateaux de plus en plus vastes les remplacent. Le lit lui-même redevient encaissé, creusant dans les terrasses alentour un sillon de quelques mètres à quelques dizaines de mètres de profondeur. Juste avant la clue de Sisteron, la Durance conflue avec le Buëch, qui a récupéré les eaux du canal EDF. De nombreux affluents mineurs au régime pluvial se déversent également près de Sisteron (Sasse, Jabron, Vançon). Il arrive que ces derniers soient à sec en été.

De Château-Arnoux à Avignon

Comme plus en amont, la Durance reste entourée de collines ou de plateaux, mais la vallée s'élargit en une plaine alluviale de plusieurs kilomètres de largeur ( à Manosque), récemment aménagée avec le développement d'une agriculture moderne et la construction de l'autoroute A 51. La rivière reçoit les eaux de la Bléone près des Mées, l' Asse quelques kilomètres au sud d'Oraison et le Verdon dans le lac de Cadarache. La vallée se resserre sur quelques kilomètres avec le franchissement du défilé de Mirabeau, puis se réélargit en une plaine encore plus vaste jusqu'au confluent avec le Rhône. La rivière ne reçoit plus aucun affluent important en aval de Cadarache Confluent avec le Rhône

Liste des affluents

- (D) la Clarée ;
- (D) la Guisane ;
- (D) l' Onde ;
- (D) la Gyronde ;
- (D) la Biaysse ;
- (G) le Guil ;
- (G) l'Ubaye ;
- (D) l'Avance ;
- (D) la Luye ;
- (D) le Rousine ;
- (G) le Sasse ;
- (D) le Buëch ;
- (D) le Jabron ;
- (G) le Vançon ;
- (G) la Bléone ;
- (G) le Rancure ;
- (G) l'Asse ;
- (D) la Laye ;
- (G) le Verdon ;
- (D) l'Eze ;
- (D) le Coulon.

Hydrologie

Rivière capricieuse, autrefois redoutée pour ses crues aussi bien que pour ses étiages, la Durance est une rivière à la fois alpine et méditerranéenne à la morphologie bien particulière.

Débit

Au confluent avec le Rhône, le débit naturel moyen de la Durance est d'environ , avec une forte variabilité annuelle . Il peut varier entre (étiages les plus sévères) et (crues millénales). Au débouché dans le lac de Serre-Ponçon, le débit moyen est d'environ ; au niveau d'Oraison il est d'environ et après réception du Verdon atteint . L'apport d'eau des affluents plus en aval est très faible. Le maximum annuel se produit généralement en mai ou en juin, mais les crues les plus violentes surviennent en automne. L'étiage a lieu en hiver dans la haute vallée et en été dans la partie moyenne et inférieure du cours.

Un régime mixte

Le bassin versant de la Durance regroupe des territoires allant des neiges éternelles aux collines et plateaux au climat méditerranéen. Ainsi, la rivière est soumise à un régime nival dans son cours supérieur (jusqu'à Serre-Ponçon), avec des étiages hivernaux et des crues chaque année de mai à juillet. Plus en aval, ses nombreux affluents de moyenne montagne ou des plateaux au régime essentiellement pluvial méditerranéen n'apportent de l'eau qu'en hiver, au printemps et à l'occasion des crues d'automne, avec un débit faible et très irrégulier en été. Il s'ensuit un décalage du maximum naturel de printemps de juin à mai en descendant le cours.

Crues

L'aménagement hydro-électrique

Le canal EDF de la Durance court sur plus de 250 km, du barrage de Serre-Ponçon dans les Hautes Alpes à l’Etang de Berre. Il a été aménagé à la suite de la réalisation du barrage de Serre-Ponçon pour acheminer l’eau nécessaire à la production hydroélectrique, l’irrigation et l’eau potable de la Provence. Le canal alimente en eau les quinze centrales hydroélectriques citées ci-dessous et leur permet de démarrer et de fonctionner simultanément. Une puissance de 2000 MW (l’équivalent de 2 réacteurs nucléaires) peut ainsi être mobilisée en moins de 10 minutes. L’ensemble de l’aménagement produit chaque année environ 6 milliards de kWh, soit 10% de l’ensemble de la production hydraulique d’Electricité de France. Le canal permet également d’acheminer l’eau stockée dans les barrages de Serre-Ponçon et du Verdon vers la Basse-Durance. Grâce au canal, l’agriculture en Provence est à l’abri de la sécheresse. Chaque année, le canal transporte plusieurs milliards de m3 d’eau qui irriguent 150 000 hectares de terres cultivées. Mais en plus, il est la source d'approvisionnement du canal de Marseille et alimente aussi en eau les réseaux et de la Société du Canal de Provence.

Impact des aménagements

La Durance avait un débit naturel moyen de et un régime fluvial de type méditerranéen, mais les aménagements hydrauliques ont modifié son cours. A part un très faible débit réservé, la masse des eaux circule désormais dans un « canal usinier » qui longe le lit naturel de la grande rivière afin de les faire passer par une série d'usines hydro-électriques. Ce canal usinier peut contenir jusque . De ce fait, lors des grandes crues, les eaux excédentaires empruntent à nouveau le lit naturel, les réservoirs étant largement insuffisants pour emmagasiner pareilles masses d'eau (il s'agit surtout de Serre-Ponçon, mais aussi des grands réservoirs du Verdon, son affluent principal). Aqueduc de Roquefavour

Installations hydroélectriques

- Canaux EDF ;
- Barrage-usine de Serre-Ponçon ;
- Usine de Sisteron-barrage de St-Lazare ;
- Usine de Salignac ;
- Barrage de l'Escale ;
- Usine d'Oraison ;
- Usine de la Brillanne ;
- Usine de Manosque ;
- Usine de Sainte-Tulle ;
- Barrage de Cadarache ;
- Usine de Jouques ;
- Barrage de Mallemort.

Histoire

La Durance a joué un rôle très important dans l'histoire de la Provence, et a grandement contribué à la croissance économique et démographique de la région marseillaise, après avoir été un obstacle à la circulation pendant des siècles.

Antiquité

Bas-relief d'époque gallo-romaine : commerce du vin sur la Durance (Cabrières-d'Aigues, Vaucluse) Durant l'Antiquité, et jusqu'au siècle, la Durance était réputée pour sa traversée difficile, ses crues brutales et son débit inconstant. La largeur de son lit, la force et la faible profondeur de son courant, et les changements de cours après les crues rendaient également la navigation fluviale très difficile en dépit du débit relativement important, notamment en période de hautes-eaux. À l'époque préromaine, la Durance était la frontière entre différents peuples celto-ligures établis le long de son lit, comme les Cavares (Cavaillon) et les Salyens (Bouches-du-Rhône). Des bacs devaient permettre de la franchir, notamment à la hauteur de Pertuis, ville dont le nom conserve le souvenir de cette fonction.

Moyen-Âge et temps modernes

Du au , la rivière fut employée au flottage du bois, coupé dans les Alpes et utilisé dans les villes de plaine et les chantiers navals. Le pont de Sisteron, érigé au Moyen-Âge, est resté jusqu'au milieu du le seul passage en dur d'une rive à l'autre de la Durance. Un important réseau de canaux d'irrigation se développe, avec notamment la construction de canaux déviant une petite partie du débit vers Arles et la Crau. La construction du canal de Provence au milieu du siècle a permis à l'agglomération marseillaise de se développer très rapidement.

siècle : les aménagements hydroélectriques

Les aménagements hydroélectriques, avec la construction de la chaîne de barrages sur la Durance, le Verdon ainsi que sur le Buëch et la Bléone, ont eu les impacts économiques les plus importants et les plus visibles dans le paysage. La majeure partie du débit a été détournée dans des canaux en aval de Serre-Ponçon, et seul circule dans le lit naturel un débit réservé de 2 à , correspondant à 1/40 du débit naturel. Le lit s'est progressivement fixé et de la végétation commence à y pousser, là où l'eau ne coule plus. Grâce aux réservoirs de Serre-Ponçon et de Sainte-Croix, qui peuvent retenir un total de plus de 2 milliards de tonnes d'eau, l'irrigation reste possible en été pendant les années les plus sèches, et autour des plans d'eau l'économie a pu se développer autour du tourisme estival.

Notes et références

Voir aussi

-

Lien externe

-
-
-
-
- Catégorie:Bassin du Rhône Catégorie:Cours d'eau du Vaucluse Catégorie:Cours d'eau des Hautes-Alpes Catégorie:Cours d'eau des Alpes-de-Haute-Provence ceb:Durance de:Durance en:Durance es:Durance hu:Durance it:Durance (fiume) ja:デュランス川 la:Druentia lt:Diuransas nl:Durance (rivier) nn:Durance oc:Durença pl:Durance (rzeka) ru:Дюранс sl:Durance
Sujets connexes
Alpes-de-Haute-Provence   Antiquité   Aqueduc de Roquefavour   Asse (rivière)   Avance   Avignon   Bac (bateau)   Bléone   Bouches-du-Rhône   Briançon   Buëch (rivière)   Cabrières-d'Aigues   Cadenet   Canal de Marseille   Canal de Provence   Cavaillon   Cavares   Château-Arnoux-Saint-Auban   Clarée (rivière)   Climat méditerranéen   Doire   Dranse (Haute-Savoie)   Drôme (rivière)   Dur-   Embrun (Hautes-Alpes)   Flottage du bois   France   Guil   Guisane   Haute-Savoie   Hautes-Alpes   Jouques   L'Escale (commune)   La Brillanne   Lac de Serre-Ponçon   Les Mées (Alpes-de-Haute-Provence)   Luye   Mallemort   Manosque   Mirabeau (Alpes-de-Haute-Provence)   Montgenèvre   Norme classique de l'occitan   Norme mistralienne   Occitan   Oraison   Oraison (Alpes-de-Haute-Provence)   Pertuis (Vaucluse)   Rivière   Sainte-Tulle   Salignac (Alpes-de-Haute-Provence)   Salyens   Sisteron   Ubaye (rivière)   Vaucluse   Verdon (rivière)   Vin  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^