Madagascar

Infos
La République de Madagascar est un État insulaire, situé dans la partie occidentale de l'océan Indien, au large de l'Afrique de l'est dont il est séparé par le canal du Mozambique, large de 400 km. Sa capitale est Tananarive (Antananarivo). Durant la majeure partie du , l'île fut administrée par le Royaume de Madagascar que l'invasion coloniale française de 1895 abolit ensuite. En 1960, Madagascar retrouve son indépendance mais demeure soumise à une forte influence
Madagascar

La République de Madagascar est un État insulaire, situé dans la partie occidentale de l'océan Indien, au large de l'Afrique de l'est dont il est séparé par le canal du Mozambique, large de 400 km. Sa capitale est Tananarive (Antananarivo). Durant la majeure partie du , l'île fut administrée par le Royaume de Madagascar que l'invasion coloniale française de 1895 abolit ensuite. En 1960, Madagascar retrouve son indépendance mais demeure soumise à une forte influence française dans tous les domaines, et plus particulièrement sur le plan politique et économique. La langue malgache est originaire d'Indonésie. Plus précisément, elle appartient au groupe dit "barito" de la branche malayo-polynésienne des langues austronésiennes. Les autres langues de ce groupe sont parlées dans la province de Kalimantan Sud dans l'île de Bornéo.

Histoire

Dates des migrations de l'homme moderne. Bien que déjà installé sur l'autre rive du canal du Mozambique il y a plus de 200 000 ans, l'Homme ne serait arrivé à Madagascar qu'il y a 1500 ans.

Les royaumes de Madagascar

D'après des recherches linguistiques menées par des chercheurs indonésianistes, la première occupation humaine à Madagascar remonte vers le -. Ces pionniers sont originaires de l’Insulinde ou Archipel malais (actuelle Indonésie). En effet des marins-commerçants malais à la recherche d'épices vendues par la suite à la Chine, ont décidé d'installer à cette époque un relais ou base de ravitaillement à Madagascar sur leur route vers les côtes orientales de l'Afrique. Dans ce but, ils ont emmené avec eux pour occuper l'île des populations originaires de la partie centrale de Bornéo (région du sud-est-Barito), lieu où les navigateurs malais allèrent chercher le bois pour leur constructions navales. Ce qui explique la très grande affinité entre la langue malgache et les dialectes du Sud-est Barito faisant partie des langues Dayak. Parmi les navigateurs insulindiens figuraient aussi des marins originaires des régions du sud-est Sulawesi (connus plus tard sous le nom de Bugis, Makassar) ainsi que des marins nomades du détroit de Malacca connus probablement sous le nom de Malagas. Ces derniers ont certainement donné le nom aux futurs habitants de Madagascar, les Malagasy, d'autres commerçants ou migrants venus d'autres régions de l'Archipel malais (Indonésie) ont aussi fait partie de ces populations en provenance d'Indonésie parmi eux les Batak et la preuve reste la pratique de la seconde inhumation qui à Madagascar a pris le nom de « retournement des morts » ou famadihana. Tous ces migrants ont peuplé la partie nord ouest de l'île, là où les mènent les courants marins nord-sud-ouest avec comme lieu de débarquement et d'installation entre l'île de Nosy-be et l'embouchure du fleuve Loza que les marins malais appelèrent Kuala (baie) devenu en Malgache An-Koala. Plus tard afin de favoriser leur occupation de l'île ces migrants ou colons ont été répartis sur la côte occidentale de la grande île jusqu'au futur Fort-Dauphin entre le IX et le s comme l'atteste les fouilles archéologiques (Irodo, Sarodrano, ...) qui montrent une uniformité de la civilisation matérielle des Malagasy. Les premières sociétés malgaches ont vu la préséance des marins sur les colons originaires de l'intérieur de Bornéo. Notons que ces derniers sont les plus nombreux et ont été transportés en famille à Madagascar ce qui expliquent pourquoi leur langue est conservée jusqu'à présent et connue sous le nom de langue Malgache car la langue se transmet par la mère (langue maternelle) . Par contre les autres migrants : Malais, Javanais, originaires des îles Sulawesi (Célèbes), Sumatranais (Batak, Achinais) sont certainement venus en simples explorateurs sans leurs familles d'où on ne trouve dans la langue malgache que des "mots d'emprunts" à ces langues. Les descendants marins-commerçants : Malais, Javanais, Achinais et originaires de Sulawesi ont constitué la classe nobilaire à Madagascar les Andriana qui dérive de l'appellation Andi signifiant noble chez les originaires de Sulawesi. Les populations originaires du Sud-est Barito furent les dépendants des premiers et portèrent le nom d' ulun (dépendant ou serviteur) devenu en Malagache olona (humain ou homme) ainsi que hova c'est-à-dire émigré ou encore Ntaolo qui dérive de To- Ulu signifiant dans les langues de Sulawesi : « peuples de l'intérieur ». Certains parmi les nobles, en particulier les Achinais, sont des Musulmans car Aceh a été converti à l'Islam dès le et ils sont connus à Madagascar sous le nom d' Onjatsy ou les peuples d' Atsy, transformation en Malagache du nom d'Aceh ou Asyi. Par ailleurs toutes les dynasties royales à Madagascar descendent de ces originaires de la région d'Aceh : les ZafiRaminia: les descendant de Raminia ou Ramni. Ce dernier est le nom de la région occidentale d'Aceh où se trouve le port de Lamuri et l'actuel Meulaboh. Il est fort probable que l'Ankoala a été gouverné par un vice-roi originaire d'Aceh ou de Java portant le titre de Raden Anon devenu en Malgache Randrianony et ce vers le IX et . Professant la religion musulmane chiite cette cour royale d'Ankoala fut mise en relation constante avec les autres comptoirs musulmans de la côte orientale de l'Afrique (Qilwa, Zanzibar, ..) tenus par des gens de la même confession qu'eux et des alliances matrimoniales ont eu certainement lieu vers le X et donnant naissance à des familles nobles portant l'appellation de Kazimambo qui dérive du Swahili, signifiant la "femme du roi ou reine" et donnant plus tard la dynastie des ZafiKazimambo, les "descendants de la Reine". L'arrivée de ces migrants venus d'Afrique orientale emmenant avec eux de nombreux serviteurs Noirs Africains provoquèrent le brassage entre les premiers habitants originaires d'Indonésie les Ntaolo appelés depuis par les Africains Vanjimbo devenu en Malgache Vazimba et signifiant les "autochtones", ils ont aussi appelés les Ntaolo les Ba lambo : les "hommes clairs de peau" devenus plus tard en Malagache Amboalambo. Et comme ces Africains sont venus la plus part en tant que soldats-serviteurs ils étaient aussi sans famille ce qui expliquent que malgré les premiers mélanges avec les femmes Ntaolo/Vazimba, la langue et coutumes n'ont guère changée. Il est à peu près sûr que ce furent ces Musulmans originaires d'Afrique oriental et de Basorah qui ont baptisé le nom définitif de l'île en Malagasybar/Madagasybar, le "pays des Malagas ou Madagas" devenu Madagascar . La disparition du royaume musulman chiite d'Aceh vers le début du sous les coups d'une nouvelle dynastie sunnite coupa totalement les liens entre l'Archipel malais et Madagascar. Plus tard ces guerres de religions inter-musulmanes (sunnite vs chiite) atteignent les rivages occidentaux de l'Océan Indien ainsi que les côtes ouest de Madagascar à commencer par l'installation dans l'Ankoala. Ces guerres se transformèrent vite en pillages et traite des esclaves que subirent les Ntaolo/Vazimba qui préférèrent migrer à l'intérieur de l'île en remontant le cours des fleuves et leurs affluents: Mahajamba, Sofia, Bemarivo, Betsiboka, Ikopa, Mananara, Tsiribihina, Mania, Andratsay, Kitsamby, Onilahy, Mnagoky, Matsiatra, ...Et les Nataolo donneront naissance aux différents clans: Tsimihety, Androna, Sihanaka, Merina, Bestileo, Antandroy, Mahafaly, ...Les nobles (ZafiRaminia et ZafiKazimambo) ont migré vers la côte nord-est (alentours de Vohémar). Ce qui explique pourquoi la majorité des habitants de la grande île se trouvent confinés à l'intérieur des terres. Jusqu'au , d'autres immigrants se sont mélangés aux Malagasy qui sont constitués par un substrat indonésien originaire de Bornéo et des adstrats faits d'Arabes, Malais, Javanais, Indiens et plus tard des Européens donnant ainsi sa spécificité à la nation Malagasy. Les premiers royaumes typiquement Malagasy dont on peut établir l’histoire remontent aux environs du , au centre de l’île. Les autres royaumes du littoral dont le souvenir s’est perpétué n’émergent qu’à partir du . On peut à cet égard énumérer les royaumes sakalava sur la côte ouest, ceux des betsimisaraka et des peuples du sud-est sur le littoral oriental, les royaumes betsileo au sud du pays merina, etc. Les premiers contacts européens eurent lieu avec l'arrivée des portugais en 1500. Le capitaine de la flotte en question était Diogo Dias. Sur les hautes terres, un royaume prend son essor au début du . Celui-ci ne devait cependant connaître l'apogée que sous le règne d’Andrianampoinimerina qui mourut en 1810. Ce dernier entreprit d’unifier le centre du pays, tout en laissant par testament à son successeur le soin d'unifier le reste de l’île, à travers l’expression : ny riaka no valamparihiko, « la mer la limite de ma rizière ». Ce fut donc avec son fils Radama I que l’entreprise d’unification proprement dite de Madagascar débuta. Les premières régions extra merina à être assimilées furent le pays bezanozano à l’est et les pays betsileo au sud. Après l’accord "britannico-malagasy" de 1817 puis en échange de sa coopération pour mettre fin au commerce des esclaves avec l’étranger (1819), Radama reçut par l’intermédiaire de l’île Maurice l’assistance du Royaume-Uni pour moderniser le royaume et l'armée. C’est ainsi qu’en quelques années à peine, avec le titre de Roi de Madagascar que les Britanniques lui avaient reconnu, il réussit à rallier les trois-quarts de l’île, correspondant aux régions les plus riches et les plus peuplées. Virtuellement, il avait donc en fait rassemblé Madagascar, même si c’était à titre de suzerain, se contentant de contrôler les relations extérieures et de percevoir des "tributs" des autres régions, demeurées autonomes dans la gestion de leurs affaires internes. Après le décès de Radama en 1828, le trône échut à son épouse, la reine Ranavalona I qui entreprit d’étendre un peu plus et de consolider le royaume laissé par son époux. Devant les menaces françaises (attaques inopinées de Gourbeyre en 1829) et celles que la propagande des missionnaires faisait planer sur la pérennité des valeurs socio-culturelles malagasy, la reine Ranavalona décida en 1835 d’expulser les missionnaires Européens qui avaient refusé de cesser le prosélytisme. Elle décida malgré tout de poursuivre le processus de modernisation du royaume. Avec James Cameron et les missionnaires, reparti le plus connu d’entre ces techniciens étrangers qui était Jean Laborde, établi à Antananarivo dès 1831 pour ensuite y séjourner durant plus de quarante ans, jusqu'à sa disparition en 1878.Il aura créé un pôle industriel à Mantasoa, sous les ordres de Ranavalona I . Celle-ci avait besoin d'armement, de faïencerie, d'élevage de vers à soie, etc. Après la disparition de Ranavalona I en 1861, son fils lu succéda sous le nom de Radama II. Celui-ci choisit une politique d'ouverture aux européens, il fut notamment critiqué pour avoir attribué d'immenses concessions territoriales à des aventuriers comme le Français Joseph Lambert. Son règne devint vite de plus en plus contesté et il disparut en 1863, selon certains assasiné sur ordre du Premier Ministre Rainivoninahitriniony, d'autres soutiennent la thèse qu'il fut contraint à un exil secret dans une autre région du pays. Son épouse qui devint alors reine sous le nom de Rasoherina. Par la même occasion, le Premier Ministre Hova (roturier), devint officiellement l'époux de la souveraine. Cette union était donc avant tout de nature politique, afin de symboliser le partage des pouvoirs entre la monarchie et la roture. Sous Rasoherina, le royaume poursuivit sa modernisation, et il en sera de même avec les deux souveraines suivantes, Ranavalona II (1868-1883) qui se convertit au protestantisme et Ranavalona III (1883-1897). À partir de 1864, la charge de Premier Ministre et Commandant en Chef de l'armée échut à Rainilaiarivony, le frère cadet de Rainivoninahitriniony. Celui-ci demeura à son poste jusqu'à l'invasion française en 1896. D'abord soumis au régime du protectorat français à la suite du traité du 1 octobre 1895, Madagascar fut ensuite unilatéralement déclaré colonie française le 6 août 1896, alors que la reine et le gouvernement local étaient encore en fonction. Par la suite, le 1 mars 1897, toujours unilatéralement, le général Galliéni abolit la monarchie malagasy, privant de tout droit politique ceux qui devinrent des « indigènes malgaches » jusqu'au début de l'année 1946. La résistance armée des Menalamba, commencée en novembre 1895, fut brisée par la force. La "pacification" de l'île ne s'acheva cependant dans les régions côtières qu'en 1904, après avoir fait environ 100 000 victimes sur une population totale d'environ 3 millions d'âmes. Après un début difficile avec l'affaire de la VVS en 1915, le combat nationaliste ne se développa véritablement qu'à la fin des années 1920. André Giresse écrit (pages 42 sqq), en mémoire de son père, maire de Tananarive en 1928: "C'était l'époque où le climat politique se dégradait lentement à Madagascar. L'opinion indigène évoluait depuis la fin de la Première Guerre mondiale. De leur service militaire en France, de jeunes Malgaches rentraient avec les idées révolutionnaires qui agitaient l'Europe. Les plus radicaux d'entre eux réclamaient carrément l'indépendance. D'après des lettres interceptées par la police, d'autres Malgaches souhaitaient un nouveau statut, leur accordant une plus grande autonomie...". Le même auteur poursuit, sans toutefois préciser la date: "...La manifestation eut lieu. Aucune force au monde n'aurait pu empêcher les Jeunes Malgaches de se rassembler et de défiler... Tout devait se dérouler dans le calme. Malheureusement, apparurent soudain, comme sur les hautes marches du Cuirassé Potemkine, les troupes coloniales du gouverneur par intérim... qui méthodiquement; froidement, ouvrirent le feu sur les manifestants, tirant dans la foule, abattant les fuyards. Une fusillade préméditée, un massacre exécuté sur les consignes expresses du gouverneur par intérim, qui n'en faisait qu'à sa tête". Le combat nationaliste connut son apogée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale sous la conduite du MDRM. Mais l'élan fut brisé en 1947 après la répression dans le sang de l'insurrection du 29 mars. Le nombre de victimes est estimé aux alentours de 8 000 à 12 000 , bien inférieur aux 89000 morts annoncés à l'époque par le haut-commissaire à Madagascar, dans le but apparent de terroriser les Malgaches. Madagascar retrouve son indépendance le 26 juin 1960 sous la direction de Philibert Tsiranana, un ancien leader du PADESM.

Indépendance de Madagascar

Mais la Première République de Madagascar était encore très étroitement liée à la France par les Accords de coopération. Tsiranana, critiqué pour son soutien aux intérêts français, fait face à une contestation grandissante et se retire en 1972. Après quelques années de troubles, Didier Ratsiraka devient président d'une Seconde République en 1975 et entreprend de s'aligner sur la position du bloc pro-soviétique. Mais vers la fin des années 1980, il est contraint d'engager le pays sur la voie d'un libéralisme prudent, notamment économique. En 1991, l'opposition à Ratsiraka s'amplifie. Des manifestations populaires dégénèrent en affrontement avec l'armée, faisant de nombreuses victimes. Après une brève période transitoire, une nouvelle constitution est adoptée et Albert Zafy, candidat de l'opposition, est élu à la présidence. Paradoxalement, les élections présidentielles de 1996 (après l'empêchement de Zafy par l'Assemblée Nationale) voient la réélection de Ratsiraka. Madagascar connaît une période de stabilité économique jusqu'en 2001, où les résultats des élections sont contestés. Le candidat d'opposition Marc Ravalomanana se proclame vainqueur et forme son propre gouvernement, installé dans la capitale Antananarivo, tandis que celui de Ratsiraka s'exile à Toamasina, ville du plus grand port du pays. La situation ne se débloquera pas avant deux auto-investitures de Marc Ravalomanana et le départ en exil de Ratsiraka en juillet 2002, laissant de facto le pouvoir à Ravalomanana. Contrairement à Ratsiraka, orienté surtout vers le bloc socialiste pendant la II République et presque exclusivement vers la France lors de la II République, Ravalomanana entreprend une politique d'ouverture commerciale et politique vers de nombreux pays du monde, notamment l'Allemagne, mais également les USA (premier pays à reconnaître sa victoire électorale), le Japon, le Maroc, la Chine, l'Afrique du Sud. En avril 2007, un référendum, avec près de 47% de taux de participation des électeurs, approuve un amendement de la constitution.

Politique

Marc Ravalomanana est le chef de l'État malgache. Une élection présidentielle a eu lieu le 3 décembre 2006. Son élection a provoqué une grande joie dans la population locale. Il tente de nationaliser les entreprises.

Géographie

Carte de Madagascar Madagascar est la cinquième plus grande île au monde - après l'Australie, le Groenland, la Nouvelle-Guinée et Bornéo - avec une superficie de 587 000 km² (superficie de la France et du Benelux réunis). Située dans l'océan Indien, traversée par le tropique du Capricorne, elle occupe une position stratégique avec sa côte tournée vers le canal du Mozambique. Seule 5% de la surface du pays est utilisée pour l'agriculture. La déforestation atteint des proportions qui en font un problème majeur pour l'écologie et l'économie de l'île. La croissance rapide de la population est la principale cause du déboisement qui, par contrecoup, entraîne l'érosion des rares terres arables et le tarissement des réserves d'eau. Les eaux sont de plus en plus polluées par des rejets humains incontrôlés, d'où parfois un risque de maladie (choléra) dans les zones de fortes densités. Cette île immense où, pourtant, la nature grandiose n'est pas toujours hospitalière à l'homme, inspire la vision mythique du paradis sauvé du déluge. Elle réserve surtout la surprise de paysages d'une planète tombée sur la mer émeraude et de rencontres avec une variété d'espèces prodigieuse. Madagascar est la légende vivante d'une île-continent.

Relief

Le relief divise le pays en trois bandes, du nord au sud : une bande côtière étroite à l'est, des hauts plateaux au centre et une zone de plateaux plus bas et de plaines à l'ouest. Les hauts plateaux centraux ont une altitude oscillant entre 800 et 1 500 m et couvrent 60% de l'île ; ils s'élèvent brusquement lorsqu'on approche le pays par la côte Est et descendent beaucoup plus doucement vers les vastes plaines de l'ouest. Les hauts plateaux comptent 3 principaux massifs : au nord, le Tsaratanana, qui possède le plus haut sommet de l'île, un pic volcanique de 2876 m d'altitude, au centre l'Ankaratra et au sud l'Andringita. La côte Est est bordée de lagons abrités par une barrière de corail.

Climat

Madagascar est découpé en cinq zones climatiques :
-Au nord et nord-ouest, la région reçoit des pluies annuelles abondantes pendant la mousson, période qui dure de décembre à avril. Le climat est de type équatorial et les températures varient de 15 à 37°C.
-Sur la côte est, du nord-est au sud-est, règne un climat équatorial très humide et la côte rectiligne est exposée annuellement aux alizés et aux cyclones dévastateurs entre les mois de janvier et mars.
-La grande région de l’ouest de Madagascar est moins pluvieuse que la précédente et se caractérise par des savanes. Les températures y varient de 10 à 37°C.
-Au centre de l’île, les Hautes Terres se trouvent à une altitude qui varie de 1 200 à 1 500 mètres. Le climat peut-être assimilé à un climat de type subtropical à pluies estivales dominantes avec des températures annuelles moyennes de l’ordre de 20°C.
-L’extrême sud de la Grande Île est très sec et les pluies sont rares. L’amplitude thermique est très élevée allant de 6°C à 40°C. Le climat est de type subdésertique. L’île subit l’influence des alizés et de la mousson. Il existe deux saisons :
-la saison des pluies (saison chaude) de novembre à avril,
-la saison sèche (saison fraîche) de mai à octobre.

Géologie

La dérive des continents a montré que l’Inde, l’Australie, l’Antarctique, Madagascar, le sud de l’Afrique et de l’Amérique étaient réunies en une terre appelée Gondwana. A la fin du Jurassique, il y a 150 millions d’années, cette terre s'est disloquée pour former les continents. Dès la période Quaternaire, Madagascar se trouvait à peu près à l'endroit où elle se situe actuellement. Cette origine permet d’expliquer l’existence d’une faune et d’une flore communes à Madagascar et au sud des continents africain et américain ainsi que des profils géologiques très proches. Néanmoins, l'isolement de Madagascar au cours des temps géologiques a fait évoluer la faune et la flore de façon unique. On trouve donc sur la grande île des espèces particulières qui n'existent nulle part ailleurs (endémiques) dont les lémuriens sont un exemple célèbre. Du point de vue géologique, on retrouve dans la structure de la Grande Île toutes les périodes de l’histoire de la planète. Le point culminant de l’île est le Maromokotro dans le massif du Tsaratanana à 2 876 mètres d’altitude. Du fait de son relief, Madagascar réunit une véritable mosaïque de paysages. L’île est faite de contrastes entre le bush du grand Sud, les forêts humides de l’est, les hauts plateaux granitiques du centre, parfois surmontés de massifs volcaniques et les savanes des collines sédimentaires de l’ouest.

Environnement

La déforestation et l'érosion des sols sont deux grandes causes de dégradation environnementales Madagascar abrite une des faunes endémiques les plus riches du monde, en voie rapide de régression L'île n’abrite plus qu’une partie de sa forêt primaire, mais elle reste un des endroits les plus riches en terme de biodiversité sur la planète, avec de nombreuses espèces de faune et de flore endémiques. En 2003, le président Marc Ravalomanana, a annoncé qu’il triplerait la superficie des aires protégées de l’île pour atteindre 6 millions d’hectares. En décembre 2005, le pays a créé un million d’hectares d’aires protégées nouvelles. En 2007, plus d’un million d’hectares supplémentaires (soit un total de 3, 7 millions d’hectares incluant :
- le corridor biologique|corridor forestier « Fandriana-Vondrozo »
- le complexe de lacs, rivières et forêts des zones humides de Mahavavy-Kinkony (côte nord-ouest) dans le District de Mitsinjo (Sud-est) et incluant le second lac le plus grand du pays, à environ 80 km de Mahajanga. Bien qu'abritant l’industrie sucrière SIRAMA, ce complexe reste d'une extrême richesse en biodiversité associe la rivière de Mahavavy, le lac Kinkony, la forêt de Tsiombikibo, la baie de Boeny Aranta et les mangroves littorales ; Sur 30 espèces de poissons, cinq sont endémiques), sur 18 espèces de reptiles, 12 sont endémiques), sur 133 espèces d’oiseaux, 57 sont terrestres dont 45 endémiques et 76 sont aquatiques dont 23 sont endémiques, 4 Lémuriens - 1 Rongeur et 1 Carnivore bénéficient aussi de protection.
- la forêt sèche centrale du Menabe (Sud-Ouest de l'île).

Faune, flore et biodiversité

L'isolement biogéographique de Madagascar, et la variété des climats et reliefs y ont favorisé le développement d'une faune et d'une flore uniques au monde, en partie endémique (dont par exemple l’hapalémur gris du Lac Alaotra (
Hapalemur alaotrensis''), unique primate au monde à vivre dans des roseaux). Cette biodiversité est très fragilisée par le développement de l'agriculture et par la déforestation en partie illégale. La faune marine est également très riche, bien qu'encore mal connue.

Subdivisions

Madagascar possède six provinces, nommées en fonction de leur capitale, en 2004, un découpage en 22 régions de la Grande Île est sorti officiellement, à savoir :

Économie

En mai 2003, l'Ariary a remplacé le FMG comme monnaie à Madagascar. À partir de cette date, un double étiquetage fut appliqué dans les commerces et sur les marchés jusqu'au basculement officiel, le 1 janvier 2005. Depuis cette date, seul l'ariary a cours dans le pays (1 Ariary = 5 Ia = 5 FMG).

Démographie

Jeune fille malgache La population malgache est principalement d'origine Afro-asiatique. Une étude récente laisse à penser que l'île était inhabitée jusqu'au probablement, où des Indonésiens auraient débarqués. Les 18 ethnies de Madagascar sont: 1.Antaifasy 2.Antaimoro 3.Antaisaka 4.Antakarana 5.Antambahoaka 6.Antandroy 7.Antanosy 8.Bara 9.Betsileo 10.Betsimisaraka 11.Bezanozano 12.Mahafaly 13.Merina 14.Sakalava 15.Sihanaka 16.Tanala 17.Tsimihety 18.Vezo

Culture

Quand le devin en donne le signal, le clan familial décide de commencer la cérémonie dite du retournement des morts. Exhumé deux ou trois ans après le décès, le défunt momifié est d'abord porté en procession avec un cortège de musiciens. Puis les ossements, après une toilette rituelle, sont enveloppés dans des lambas blancs. La fête marque le retour définitif des ancêtres parmi leurs descendants dont ils deviendront les protecteurs. On compte plus de 20 tribus traditionnelles à Madagascar. La diversité ethnique n'y est pas pour autant de type racial, mais bien plutôt d'ordre politique ou économique. L'amalgame des peuples d'Orient, d'Afrique et d'Arabie se retrouve en chaque groupe, du nord au sud. Tous ces peuples ont en commun le même culte des ancêtres.

Langue

- manahoana = mbolatsara = bonjour
- veloma = au revoir
- misaotra = merci
- tompoko -> forme de politesse, exemple : veloma tompoko (se prononce : vélouma toupko) En Malgache, la lettre "o" se prononce comme un "ou".

Données statistiques

Capitale Tananarive (Antananarivo) Population : 18 040 341 habitants (en 2005). 0-14 ans: 44, 8%; 15-64 ans: 52, 1 %; + 65 ans: 3 % Superficie : 587 040 km² Densité : 30 hab./km² Frontières terrestres : 0 km Littoral : 4 828 km Extrémités d'altitude : 0 m > + 2876 m Espérance de vie des hommes : 54, 57 ans (en 2005) Espérance de vie des femmes : 59, 4 ans (en 2005) Taux d'accroissement naturel : 3, 03 % (en 2005) Taux de natalité : 41, 66 ‰ (en 2005) Taux de mortalité : 12 ‰ (en 2005) Taux de mortalité infantile : 76, 83 ‰ (en 2005) Taux de fécondité : 5, 7 enfants/femme (en 2005) Taux d'alphabétisation : 71% Taux de migration : 0 ‰ (en ) Indépendance : 26 juin 1960 Lignes de téléphone : 59 600(en 2003) Téléphones portables : 279 500 (en 2003) Postes de radio : 3, 05 millions (en 1997) Postes de télévision : 325 000 (en 1997) Utilisateurs d'Internet : 55 000 (en 2000) Nombre de fournisseurs d'accès Internet : 5 (en 2007) Routes : 50 000 km (dont 5000 bitumées) Voies ferrées : 893 km (écartement métrique) Nombre d'aéroports : 130 (dont 29 avec des pistes bitumées)

Références

Codes

Madagascar a pour codes :
- 5R, selon la liste des préfixes OACI d'immatriculation des aéronefs,
- FM, selon la liste des préfixes des codes OACI des aéroports,
- MA, selon la liste des codes pays utilisés par l'OTAN, code alpha-2,
- MAD, selon la liste des codes pays du CIO,
- MDG, selon la norme ISO 3166-1 (liste des codes pays), code alpha-3,
- MDG, selon la liste des codes pays utilisés par l'OTAN, code alpha-3,
- MG, selon la norme ISO 3166-1 alpha-2 (liste des codes pays),
- .mg, selon la liste des Internet TLD (Top level domain),
- RM, selon la liste des codes internationaux des plaques minéralogiques,

Voir aussi


- Madagascar film d'animation de Eric Darnell et Tom McGrath (2005)
- Mahaleo film de Paes et Rajaonarivelo (2005)
- Clarisse Ratsifandrihamanana
- Réserve naturelle intégrale du Tsingy de Bemaraha
- Liste des gouverneurs des provinces malgaches ===
Sujets connexes
Aceh   Afrique   Agriculture   Alizé   Amérique   Andrianampoinimerina   André Giresse   Anglais   Antarctique   Apôtre   Assomption   Australie   Barito   Batak (Indonésie)   Benelux   Betsileo   Betsimisaraka   Bezanozano (ethnie)   Biodiversité   Bornéo   Bush   Canal du Mozambique   Charles Rabemananjara   Choléra   Clarisse Ratsifandrihamanana   Continent   Cyclone   Côte   Didier Ratsiraka   Dimanche   Diogo Dias   Déforestation   Détroit de Malacca   Endémisme   Eric Darnell   Esclaves   FM   Famadihana   Faune (biologie)   Flore   Forêt primaire   France   Français   Fête du Travail   Gondwana   Gourbeyre   Groenland   Hapalémur gris   Hectare   Hova   ISO 3166-1   Inde   Indonésie   Insulinde   Islam   Jean Laborde   Jurassique   Jésus de Nazareth   Kilomètre carré   Kuala   Lac Alaotra   Lamba   Langues austronésiennes   Langues malayo-polynésiennes   Liste des chefs d'État de Madagascar   Liste des codes internationaux des plaques minéralogiques   Liste des codes pays du CIO   Liste des codes pays utilisés par l'OTAN   Liste des préfixes OACI d'immatriculation des aéronefs   Liste des préfixes des codes OACI des aéroports   Loza   Lundi   Lémurien   MA   MAD   MDG   MG   Madagascar (film)   Mahaleo (film)   Malgache   Mangrove   Marc Ravalomanana   Menalamba   Merina   Missionnaire (chrétien)   Monde chinois   Mousson   Mozambique   Mètre   Nouvelle-Guinée   Noël   Océan Indien   PADESM   Pentecôte   Protectorat   Province de Fianarantsoa   Pâques   Quaternaire   RM   Radama II   Rainilaiarivony   Rainivoninahitriniony   Ranavalona   Ranavalona II   Ranavalona III   Rasoherina   Royaume-Uni   Royaume de Madagascar   Ry Tanindrazanay malala ô   Réserve naturelle intégrale du Tsingy de Bemaraha   Saint   Saint-Esprit   Sakalava   Savane   Sihanaka   Subdésertique   Sulawesi   Tananarive   Tectonique des plaques   Toussaint   Tropique du Capricorne   Tsimihety   Volcan  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^