Musée Jacquemart-André

Infos
Musée Jacquemart-André Le musée Jacquemart-André est situé 158 boulevard Haussmann, dans le VIII arrondissement de Paris.
Musée Jacquemart-André

Musée Jacquemart-André Le musée Jacquemart-André est situé 158 boulevard Haussmann, dans le VIII arrondissement de Paris.

Histoire

Le jardin d'Hiver La chambre de Monsieur Le Grand Salon Comme le musée Nissim-de-Camondo, c'est à l'origine une demeure particulière de grands bourgeois protestants devenue un musée en préservant l'aménagement initial des lieux. L'hôtel particulier fut commandé en 1868 à l'architecte Henri Parent par Édouard André, héritier de l'une des plus grandes fortunes du Second Empire, originaire du sud est de la France (Nîmes). Celui-ci avait acquis un terrain de 5.700 m² pour la somme considérable de 1.520.000 francs. Les travaux se déroulèrent de 1869 à 1875. Sur le boulevard, une haute terrasse est édifiée sur un soubassement à refends seulement percé de deux portes cochères : celle de droite sert de porche couvert et conduit dans la cour d'honneur. La façade sur le boulevard Haussmann, encadrée par deux pavillons, est rythmée de pilastres et comporte un avant-corps central arrondi, selon une disposition inspirée du Petit Trianon. La cour est fermée par un mur en hémicycle rythmé de refends et d'arcatures aveugles, qui comporte en son centre une arche qui était percée pour permettre l'accès à un manège, une sellerie, des écuries pour 14 chevaux et une remise pour 13 voitures. Des accès secondaires existaient par la rue de Courcelles et l'impasse Émery (englobée plus tard par le square de Messine, actuellement rue du Dr Étienne Lancereaux). Sur la cour d'honneur, la façade principale comporte un avant-corps percé de baies en plein centre et orné de quatre colonnes ioniques. On y accède par un escalier flanqué de deux lions assis et de deux imposants lampadaires. Sur les côtés, la façade se développe sur deux niveaux percés d'ouvertures rectangulaires et surmontés d'une corniche et une balustrade sommée de vases en pierre. Au milieu et au-dessus de l'avant-corps, il y a une très grande fenêtre d'atelier de peintre surmontée d'un fronton triangulaire. En 1872, Édouard André avait racheté La Gazette des Beaux-Arts et pris la direction de l'Union centrale des arts décoratifs. Il conçut alors le projet de constituer une collection de tableaux, de sculptures, de tapisseries et d'objets d'art du . En 1881, Édouard épousa Nélie Jacquemart, une jeune artiste peintre. Celle-ci s'associa aux projets de son mari. Ensemble, ils constituèrent méthodiquement leur collection, Nélie s'intéressant également à la Renaissance, en particulier italienne, ainsi qu'aux primitifs du . Parallèlement, ils aménagèrent leur demeure pour mettre en valeur le mieux possible leurs acquisitions. En 1894, Édouard mourut, laissant à Nélie l'achèvement du futur musée. Celle-ci prévit en effet de léguer l'hôtel à l'Institut de France, à condition qu'il fût ouvert au public et transformé en musée. Depuis 1913, date effective du legs, la disposition des lieux n'a pas été modifiée. Depuis 1996 le gestion du musée a été confiée à la société Culturespaces qui organise l'accueil des visiteurs et l'entretien du musée ainsi que l'organisation des expositions temporaires.

Collections

Le salon des peintures Liste sélective :
- Sandro Botticelli, Vierge à l'enfant
- François Boucher :
- Vénus se parant des attributs de Junon
- Le Sommeil de Vénus
- Canaletto :
- La place Saint-Marc
- Le pont du Rialto
- Jacques-Louis David : Portrait du comte Antoine Français de Nantes, conseiller d'État
- Donatello, Martyre de saint Sébastien
- François-Hubert Drouais : Jeune garçon jouant avec un chat
- Sir Thomas Lawrence, Portrait du comte de Buckingham
- Andrea Mantegna, Ecce homo
- Jean-Marc Nattier : Portrait de Mathilde de Canisy, marquise d'Antin
- Rembrandt, Les Pélerins d’Emmaüs
- Portrait du docteur Tholinx
- Portrait d’Amalia Van Solms
- Hubert Robert, Galeries en ruines
- Giambattista Tiepolo :
- L'allégorie de la Justice et de la Paix
- Henri III reçu par le doge Cantarini
- Antoon Van Dyck, Portrait de magistrat
- Sir Joshua Reynolds, Portrait du capitaine Torryn
- Jacob Van Ruysdael, Paysage des environs de Haarlem
- Paolo Uccello, Saint Georges terrassant le dragon
- Élisabeth Vigée-Lebrun : Portrait de la comtesse Catherine Skavonskraia

Expositions récentes

David, 2005-2006 L'or des Thraces, trésos de Bulgarie, 2006-2007 Masques de Chine, rites magiques du Nuo, mars à août 2007 Fragonard, les plaisirs d'un siècle octobre 2007 à janvier 2008 Art d'Afrique et d'Océanie mars 2008 à août 2008 "Van Dyck, portraitiste européen" octobre 2008 - janvier 2009 "Regard d'Egypte, mars 2009 - août 2009
-

Anecdote

- La fin du film La Traversée de Paris, se déroule dans le Musée Jacquemart-André.
- Le banquet final du film de Kevin Reynolds, La Vengeance de Monte-Cristo, se déroule dans une maquette du salon de musique et de l'escalier d'honneur du jardin d'hiver avec sa fresque de Tiepolo.

Article connexes

- Ernest André
- Édouard André
- Famille André ==
Sujets connexes
Andrea Mantegna   Boulevard Haussmann   Donatello   Ernest André   Famille André   François-Hubert Drouais   François Boucher   Giambattista Tiepolo   Henri Parent   Hubert Robert   Institut de France   Jean-Marc Nattier   Joshua Reynolds   La Traversée de Paris   La Vengeance de Monte-Cristo   Musée Nissim-de-Camondo   Nélie Jacquemart   Nîmes   Paolo Uccello   Paris   Petit Trianon   Rembrandt   Renaissance (période historique)   Sandro Botticelli   Second Empire   Thomas Lawrence   Union centrale des arts décoratifs  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^