Soutane

Infos
La soutane, de l'italien sottana qui signifie vêtement de dessous, par rapport aux habits liturgiques, est un vêtement, porté depuis le par les ecclésiastiques catholiques et anglicans.
Soutane

La soutane, de l'italien sottana qui signifie vêtement de dessous, par rapport aux habits liturgiques, est un vêtement, porté depuis le par les ecclésiastiques catholiques et anglicans.

Origine et utilisation

La soutane est une longue robe à manches étroites, boutonnée sur le devant. Finissant en col romain, elle descend jusqu'aux pieds.

Célébrations religieuses

Portée au chœur lors des offices, sous les vêtements liturgiques, par tous les clercs, les enfants de chœur et parfois par certains chantres laïcs et bedeaux. Ils portent alors une soutane rouge ou noire suivant le temps liturgique, sous un surplis blanc. Néanmoins, cet usage est tombé en désuétude, la soutane étant remplacée par une simple aube-coule. Sa couleur varie suivant le rang de l'ecclésiastique Seules les soutanes noires et violettes sont portées par les ecclésiastiques anglicans, les autres rangs n'existant pas.. Elle est :
- noire pour le simple prêtre,
- violette pour l'évêque,
- rouge pour le cardinal,
- blanche pour le pape. La soutane blanche est cependant en usage seulement depuis Saint Pie V, ancien dominicain, qui voulait conserver la couleur de son ordre. La soutane du pape était auparavant rouge, comme celle des cardinaux. Au chœur, les évêques et les cardinaux portent la soutane de couleur avec la mosette - évêques et cardinaux - sur le rochet ou avec le mantelet pour certains prélats. En plus de la croix pectorale et de l'anneau pastoral, les évêques et les cardinaux utilisent une ceinture, une calotte et des bas. Ces accessoires sont violets pour les évêques, rouges pour les cardinaux. Les prélats portent une ceinture violette. cardinal, un évêque et des prêtres en soutane. Autrefois, pendant les temps de l'Avent et du Carême, ou la vacance du Siège pontifical, en signe de pénitence ou de deuil, les cardinaux utilisaient des vêtements violets à fileté et boutons rouges et les évêques des vêtements noirs à fileté et boutons cramoisis. Les cardinaux avaient même une soutane rose pour les dimanches de Gaudete et LæatareXavier Barbier de Montault, Le costume et les usages ecclésiastiques selon la tradition romaine, Tome 1, p. 275.. Les religieux élevés à l'épiscopat ou créés cardinaux conservaient la couleur propre à leur ordre : les Dominicains, les Camaldules, les Chartreux le blanc ; les Augustins et les Bénédictins le noir ; les Capucins le marron ; les Franciscains de l'Observance le gris, cendré ou perle. À la ville, ils revêtent comme tenue de cérémonie, depuis le , une soutane filetée, appelée abito piano en italien, car créée par le pape Pie IX. Elle est noire avec un liseré et des boutons de couleur violette pour les prélats de rang inférieur, cramoisie pour les autres prélats et les évêques et rouge pour les cardinaux. Avec cette soutane, on porte les mêmes accessoires qu'avec la soutane de couleur. Cette soutane filetée est également l'habit de chœur et de cérémonie des protonotaires apostoliques surnuméraires, des prélats de Sa Sainteté - fileté cramoisi - et des chapelains de Sa Sainteté - fileté violet. La soutane filetée des évêques et des cardinaux est souvent portée avec une pèlerine ouverte sur le devant et cousue au col. Ce type de soutane, qui était souvent portée autrefois, entièrement noire, par les professeurs de séminaire, s'appelle alors une simarre. Il s'agissait à l'origine d'un habit d'intérieur. Dans les occasions particulièrement solennelles, tous les clercs peuvent porter sur la soutane le manteau de cérémonie.

Vêtement ordinaire

La soutane est aussi portée par les clercs, en dehors des églises, comme vêtement ordinaire de dessus. La nature de son étoffe, sa couleur et celle de ses parements dépendent de l'état du clerc qui la porte et des circonstances. Elle est blanche pour le pape et les chanoines réguliers, rouge pour les cardinaux, violette pour les évêques et certains prélats, généralement noire pour les prêtres et les autres clercs. Pour les évêques et les cardinaux, il faut néanmoins distinguer la soutane usuelle - noire, à liserés, boutons et ceinture de la couleur particulière - et la soutane liturgique, qui est elle unie. Évêques et cardinaux ajouteront à la soutane noire, s'ils le jugent utile, selon leur rang, la ceinture et la calotte de couleur et la croix pectorale. L'anneau se porte en toutes circonstances. Le violet forme la livrée épiscopale. Ainsi cette couleur est-elle assignée aux maîtres de cérémonie des cathédrales, au caudataire de l'évêque et, en théorie, au séminaire diocésain. Les employés des basiliques - chantres, sacristains, massiers, acolytes - l'ont en privilège propre. En France, le port de la soutane devient, dans certains diocèses, obligatoire sur le lieu de la résidence à partir du . Le concile de Trente avait prescrit aux clercs un habit bienséant», sans en préciser la forme ni la couleurConc. Triden., session XIV, ch. VI. . M de Harlay, évêque de Rouen de 1614 à 1651, impose la soutane sur le lieu de résidence en 1673, le port de « habit court » à la française ou de la soutanelle étant réservé aux voyages. À Rome et en Italie, on est beaucoup moins strict sur ce point. On se contente d'imposer un habit noir, la soutane étant cependant obligatoire pour la célébration de la messe. Pendant la Révolution française, le port de l'habit ecclésiastique est supprimé par l'Assemblée nationale le 6 avril 1792, sur la demande de l'évêque constitutionnel du Cher, et au lendemain de la chute de la monarchie, l'Assemblée interdit de nouveau le port du costume clérical, ne le permettant qu'aux prêtres assermentés, dans l'exercice de leur fonction et dans l'arrondissement où ils exercent. Les articles organiques du concordat de 1801 reprennent l'interdiction de 1792 : l'article 41 proscrit le port de la soutane en dehors des cérémonies du culte et impose l'habit noir à la française, avec, pour les évêques, des bas violets et la croix pectorale. Le décret du 17 nivôse an XII autorise les ecclésiastiques à porter « les habits convenables à leur état suivant les anciens règlements et les usages de l'Église », mais seulement dans le lieu de leur juridiction. En dehors, l'habit noir à la française reste en principe obligatoire. En 1844, M Affre rend obligatoire la soutane sur le territoire de la paroisse, la soutanelle et la redingote, noire - et non plus simplement de couleur modeste comme requis dans son ordonnance de 1840 - pouvant être portées en dehors de la paroisse. C'est M Sibour qui généralise le port de la soutane à Paris, en 1852. À Rome, sous le pontificat de Pie IX, l'habit court est encore le costume de ville et des audiences papales. C'est lui qui supprime cet habit d'audience pour les cardinaux, lui substituant la soutane filetée, abito piano. Le schéma du I concile du Vatican, en 1870, sur la vie des prêtres, reprend simplement les règles sobres du concile de Trente et n'impose qu'un habit ecclésiastique dont la forme est laissée au jugement des Ordinaires.

Depuis Vatican II

La soutane était portée quotidiennement par les ecclésiastiques catholiques jusqu'en 1962. Depuis cette date, son port est facultatif. Aujourd'hui, le droit canonique demande aux clercs de porter un habit ecclésiastique convenableCode de droit canonique, 1983, can. 284., selon les règles établies par la conférence des évêques et les coutumes légitimes des lieux. C'est souvent un costume sobre accompagné d'une chemise ou d'un plastron surmontés d'un col romain imité de celui de la soutane. La Conférence des évêques de France avait proposé une croix posée au revers d'habits civils, mais le Vatican a répondu que la croix n'était pas un habit. En Occident, la soutane n'était plus guère portée qu'à Rome (en particulier au Vatican), par les vieux prêtres ou par les traditionnalistes. On note cependant depuis quelques années un certain retour de la soutane parmi la jeune génération de prêtre, se rendant compte de l'impact positif qu'a celle-ci dans une société déchristianisée, marquant visiblement et clairement le statut d'ecclésiastique. En revanche, la soutane est encore trés couramment portée en Afrique ou encore en Asie. Durant la célébration eucharistique, le célébrant doit revêtir son aube par-dessus sa soutane. Mais avant cela, il aura le soin de se couvrir de l'amict. Il s'agit d'un rectangle de toile file qu'il baise avant de le poser sur sa tête, puis de le descendre sur ses épaules pour recouvrir le col de sa soutane. L'amict doit être pourvu de deux cordons assez longs pour être noués sur la poitrine, en se croisant dans le dos. Depuis la réforme liturgique de 1969, son emploi est jugé facultatif par l'immense majorité du clergé et, de fait, seuls les traditionnalistes l'utilisent. À la place de l'aube, on peut revêtir le surplis sur la soutane, si l'on ne doit pas revêtir la chasuble ou la dalmatique.

Annexes

La soutane a servi de base à d'autre costume telle la robe d'avocat.

Notes et références

===
Sujets connexes
Acolyte   Afrique   Amict   An XII   Asie   Assemblée constituante de 1789   Aube (vêtement)   Augustins   Avent   Bas   Basilique religieuse   Bouton (couture)   Calotte (liturgie)   Camaldule   Cardinal (religion)   Carême   Catholicisme traditionaliste   Cathédrale   Chanoine   Chapelain   Chartreux   Chasuble   Chemise (vêtement)   Chœur (architecture)   Clergé   Communion anglicane   Concile de Trente   Conférence des évêques de France   Constitution civile du clergé   Costume ecclésiastique   Couleur   Croix pectorale   Dalmatique   Denys Affre   Deuil   Dimanche   Diocèse   Décret   Enfant de chœur   Eucharistie   France   Frères mineurs capucins   IIe concile œcuménique du Vatican   Ier concile œcuménique du Vatican   Italie   Italien   Laïc   Liturgie catholique   Livrée   Manche (vêtement)   Mantelet   Marie-Dominique-Auguste Sibour   Messe   Monarchie   Nivôse   Occident   Ordre   Ordre de saint Benoît   Ordre des Prêcheurs   Ordre des frères mineurs   Pape   Paramentique   Paris   Paroisse   Pie IX   Pie V   Pied (anatomie)   Protonotaire   Prélature   Prêtre catholique   Pénitence   Religieux   Robe (vêtement)   Robe d'avocat   Rome   Rouen   Révolution française   Sacristain (église)   Saint-Siège   Surplis   Séminaire   Vatican   Voyage   Vêtement  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^