David Douillet

Infos
David Douillet, né le 17 février 1969 à Rouen, est un judoka français de rang Kyoshi 6 Dan (Roku-Dan), grade correspondant à la ceinture blanche-rouge, actuellement en retraite sportive. Double champion olympique en 1996 et 2000, il a également remporté quatre titres mondiaux et une couronne européenne. Ce palmarès fait de lui le plus grand judoka français de l'histoire et l'un des plus grands combattants de l'histoire du judo mondial. Grâce à son phy
David Douillet

David Douillet, né le 17 février 1969 à Rouen, est un judoka français de rang Kyoshi 6 Dan (Roku-Dan), grade correspondant à la ceinture blanche-rouge, actuellement en retraite sportive. Double champion olympique en 1996 et 2000, il a également remporté quatre titres mondiaux et une couronne européenne. Ce palmarès fait de lui le plus grand judoka français de l'histoire et l'un des plus grands combattants de l'histoire du judo mondial. Grâce à son physique impressionnant (1 m 96 et plus de 120 kg en période de compétition) qui lui permettait de s'illustrer dans la catégorie reine du judo (celle des poids lourd Jusqu'en 1998, la catégorie des poids lourd était ouverte aux +95 kg, depuis elle est réservée aux +100 kg.), David Douillet est parvenu à médiatiser, au niveau français, un sport traditionnellement cantonné au Japon. Sa carrière sportive finie, sa popularité n'en demeure pas moins importante s'appuyant notamment sur un engagement en faveur de l'opération carritative des Pièces Jaunes. Désormais homme d'affaire, il est également consultant sportif pour Canal+.

Carrière sportive

Les débuts de David

David Douillet commence le judo à l'âge de 11 ans dans la commune de Neufchâtel-en-Bray non-loin de sa ville natale de Rouen. Disposant de qualités physiques exceptionnelles pour son âge (1, 80 m et 80 kg à 11 ans), il suit les cours de Jacques Lemaître qui lui apprend les rudiments du sportCharpentier - Boissonnade, La Grande Histoire des Jeux Olympiques, 1999, p 738.. Se passionnant progressivement pour l'art martial japonais, il se distingue rapidement sur les tatamis, et grâce à ses résultats scolaires, intègre la section sport-étude du lycée Victor et Hélène Basch de Rennes. En 1986, alors que le judoka a 17 ans, il se fait remarquer lors d'une démonstration par Jean-Luc Rougé qui lui fait intégrer l'INSEPCharpentier - Boissonnade, La Grande Histoire des Jeux Olympiques, 1999, p 740. (Institut national du sport et de l'éducation physique). "Il dépassait déjà les autres d'une tête et après l'avoir vu sur le tapis, je lui ai tout de suite réservé une chambre à l'INSEP, le centre d'entraînement de l'élite du sport français.", Jean-Luc Rougé. Dès lors, le jeune normand pouvait se consacrer à sa passion tout en poursuivant sa scolarité en région parisienne. Licencié à Maisons-Alfort et s'entraînant dans le Bois de Vincennes où siège l'INSEP, il côtoie les meilleurs judokas français actuels. Ainsi, il rencontre son idole Fabien Canu, double champion du monde à la fin des années 1980. À force d'entraînement, Douillet obtient ses premières récompenses dans sa catégorie d'âge. En 1988, il devient champion de France juniors puis obtient la cinquième place aux championnats d'Europe. S'affichant de nouveau en haut de la hiérarchie nationale en 1989, il conquiert la médaille de bronze européenne à Athènes, toujours en juniors.

Douillet parmi l'élite mondiale

Après une période d'adaptation, il remporte son premier titre de champion de France seniors en 1991 en s'imposant en finale face à Georges Mathonnet, un autre espoir du judo français né deux ans avant Douillet, .. Grâce à ce premier sacre national, David se qualifie pour ses premiers championnats d'Europe seniors. Lors de l'événement à Prague, il monte sur la troisième marche du podium, une réelle performance à seulement 22 ans pour sa première sélection. Quelques semaines plus tard, il dispute les mondiaux militaires où il remporte deux médailles d'argent. Début 1992, il conserve son titre national et affirme sa souveraineté nationale sur la catégorie des poids lourds. Sélectionné pour disputer les championnats d'Europe qui se déroulent à Paris en mai 1992, il se doit de briller dans une compétition décisive pour l'obtention d'une qualifcation pour les Jeux Olympiques de Barcelone, L'Humanité, 29 avril 1992. qui ont lieu en juillet de la même année. Lors de l'épreuve européenne, il obtient la médaille de bronze, synonyme d'obtention du ticket olympique pour l'Espagne. Lors du tournoi olympique, il hérite d'un parcours relevé puisqu'il doit affronter l'Allemand Henry Stöhr (vice-champion olympique en 1988) et le Japonais Naoya Ogawa (quadruple champion du monde). Ne réussissant pas à porter une attaque franche sur le Français, Stöhr, neutralisé, est disqualifié pour non-combativité. Un mouvement de jambes du Nippon Ogawa lors du combat suivant met ippon le judoka français qui ne peut plus prétendre à l'or olympique. Il peut cependant toujours espérer monter sur la troisième marche du podium. Opposé au Cubain Franck Moreno Garcia dans ce combat pour la médaille de bronze, le Français s'impose grâce à un mouvement de jambes réalisé à quelques secondes du terme. Le judoka obtient alors la médaille de bronze alors qu'il n'a que 23 ans.

Les conquêtes mondiales et européennes

Les premiers sacres internationaux

En quête de confirmation après sa médaille de bronze olympique, David Douillet aborde avec ambition sa deuxième participation à un championnat du monde. C'est dans l'Ontario, à Hamilton, que le judoka français espère réaliser une performance. Après avoir écarté plusieurs judokas expérimentés comme le Polonais Rafał Kubacki, il bat en finale le champion olympique et champion d'Europe David Khakhaleichvili, numéro un mondial et, de par son palmarès, favori logique de l'épreuve, archives intégrales du quotidien français L'Humanité, 2 octobre 1993.. Il prend ainsi sa revanche sur le Géorgien qui l'avait battu quelques mois plus tôt aux championnats d'Europe. Grâce à ce titre acquis à 24 ans, il devient le premier champion du monde français dans cette catégorie de poids considérée par beaucoup comme la catégorie reine du judo. C'est dans cette même classe de poids qu'il remporte son premier titre européen l'année suivante en 1994 à Gdansk en Pologne. Lors de la finale de cette compétition, il réalise une nouvelle performance en triomphant du local Rafał Kubacki.

Chiba 1995 : un doublé mondial historique

Dans l'optique des Jeux Olympiques d'Atlanta aux États-Unis, les mondiaux 1995 de Chiba au Japon constituent une étape obligatoire pour espérer participer au rendez-vous américain, archives intégrales du quotiden français L'Humanité, article du 29 septembre 1995. . Une bonne performance étant nécessaire pour l'obtention d'un quota olympique, David Douillet se doit de défendre son titre mondial aquis deux ans plus tôt au Canada. Mais cette fois-ci, le Français concourre à la fois dans sa catégorie de poids (les poids lourd, en +95 kg), mais également en toutes catégories (une catégorie sans obligation de poids). Dans la première, le Français fait étalage de sa maîtrise en remportant chaque combat qui lui est proposé par ippon. Après avoir battu le local japonais et quadruple champion du monde Naoya Ogawa puis l'Espagnol Ernesto Pérez en demi-finale, il triomphe de l'Allemand Frank Möller en finale par ippon après moins de 2 minutes de combat et conserve ainsi son titre, archives intégrales du quotidien français L'Humanité, 29 septembre 1995.. Trois jours plus tard, Douillet récidive en toutes catégories en battant en finale le Russe Sergei Kossorotov par une immobilisation au sol, archives intégrales du quotidien français L'Humanité, 2 octobre 1995.. Grâce au titre obtenu en poids lourds, il devenait le second français à conserver son titre mondial après Fabien Canu à la fin des années 1980 et se plaçait en favori légitime pour les J.O. qui se profilaient. Mais plus encore, avec ce doublé, David Douillet entre dans l'histoire du judo en devenant le troisième judoka à réaliser cet exploit après Yasuhiro Yamashita en 1981 et Naoya Ogawa en 1989Charpentier - Dussonnade, La Grande Histoire des Jeux Olympiques, 1999, p 742.. En réalisant cet exploit au Japon et en égalisant les performances de deux stars locales, David Douillet acquiert une immense notoriété dans le pays où l'art martial est roi.

La consécration

Le titre olympique

Logiquement sélectionné pour les Jeux Olympiques de 1996 organisés à Atlanta, il fait figure de favori grâce aux trois titres mondiaux obtenus depuis sa première participation olympique en 1992. Au Georgia World Congress Center, Douillet passe les premiers tours sans difficultés (le Belge Van Barneveld, le Luxembourgeois Müller et l'Autrichien Krieger sont tous éliminés par David). Le tricolore dispute la demi-finale face au Japonais Naoya Ogawa, ce même judoka qui l'avait battu au même stade du tournoi olympique de Barcelone quatre ans plus tôt. Ce combat serré, qualifié de "finale avant la finale" par le Français, fiche d'identité de David Douillet., est finalement remporté par Douillet qui gagne ainsi son billet pour la finale olympique face à l'Espagnol Ernesto Pérez Lobo. Contre ce judoka qu'il avait déjà vaincu lors des derniers mondiaux, le champion du monde prend en main le combat et, grâce à un Uchi-mata (fauchage par l'intérieur de la cuisse), obtient un avantage irréversible qui lui permet de décrocher le titre olympique, El Mundo.. Il devient ainsi le premier judoka français à remporter la médaille d'or dans le catégorie reine du judo et le quatrième champion olympique toutes catégories confondues. Au soir de la compétition, c'est le Néerlandais Anton Geesink, champion olympique en 1964, qui remet la médaille d'or à David Douillet.

Entre victoires et blessures

Le 30 septembre 1996, soit deux mois après le titre olympique conquis à Atlanta, le Français est sérieusement blessé au mollet et à l'épaule droite dans un accident de moto. Malgré la longue convalescence et les huit mois de rééducation, le Français trouve dans cette péripétie le moyen de se relancer après le contre-coup de sa médaille d'or olympique : "Cet accident m’a redonné l’envie. Après Atlanta, j’avais l’impression d’avoir fait le tour. J’avais tout gagné... Puis, après l’accident, j’avais un nouveau challenge, celui de redevenir d’abord un athlète, puis ensuite un athlète performant.", archives intégrales du quotidien français L'Humanité, article du 9 octobre 1997.. Ainsi, il retrouve progressivement son poids de forme (environ 125 kg) et renoue avec la compétition lors des Jeux Méditerranéens qui ont lieu en juin 1997 à Bari (Italie). Il y signe un retour remarqué en obtenant une médaille d'or grâce à sa victoire en finale contre le champion d'Europe en titre, Selim Tataroğlu. Plus que cette victoire, c'est la perspective de championnats du monde organisés à domicile à Paris qui motivent le retour au premier plan du tricolore. Le judoka effectue ainsi une grosse préparation pour espérer obtenir un quatrième titre mondial. Lors de la compétition, Douillet se qualifie pour la finale en écartant une nouvelle fois le Turc Selim Tataroğlu en demi-finale. En finale, il bat le Japonais Shinichi Shinohara par disqualification de ce dernier, archives intégrales du quotidien français L'Humanité, article du 10 octobre 1997. et égale ainsi un autre Nippon, Yasuhiro Yamashita, en remportant une troisième couronne mondiale chez les poids lourds (quatre avec le titre en toutes catégories décroché en 1995). Cette victoire clôt une période difficile commencée après les J.O. d'Atlanta ; une période marquée non seulement par son accident de moto mais aussi à cause les difficultés financières qu'a connu l'entreprise dont David Douillet était actionnaire, archives intégrales du quotidien français L'Humanité, 7 août 1997.. Cependant, une douleur à l'épaule gauche l'écarte une nouvelle fois des tatamis après les mondiaux de Paris. En août 1998, il est victime d'une entorse au poignet ; cette nouvelle blessure l'écarte des compétitions pendant plusiseurs mois.

Le retour de Goliath

Un retour à la compétition perturbé

Malgré presque deux années d'inactivité hors des tatamis, il est sélectionné pour les Championnats d'Europe de Bratislava en 1999. Peu en verve et en manque de compétition, il y réalise une contre-performance en ne prenant que la septième place tandis que ses principaux concurrents accrochent le podium, le classement des Championnats d'Europe de judo 1999, site JudoInside.com.. Néanmoins, le Français entame sa préparation dont l'objectif est l'obtention d'un historique deuxième titre olympique aux Jeux Olympiques de 2000 à Sydney. La principale étape de cette entreprise est la participation aux Championnats du monde 1999 organisés à Birmingham. Cependant, là encore, David Douillet subit une grosse désillusion en étant contraint de déclarer forfait deux jours avant le début de la compétition à cause d'une pubalgie, archives intégrales du quotiden français L'Humanité, article du 5 octobre 1999.. Cette nouvelle blessure n'entame pourtant pas son moral, déterminé à retrouver les qualités qui ont façonné son palmarès (il déclara après cette annonce : "Sydney ? Il faudrait qu’on me coupe une jambe pour que je n’y aille pas !" .). Les mois qui suivent sont cependant perturbés par de nouveaux problèmes physiques au dos. Il n'effectue ainsi sa rentrée qu'un mois et demi avant l'événement Olympique lors d'une compétition à Bonn, dossier consasré au judoka français sur le site du quotidien français L'Équipe.. Battu en demi-finale par l'Allemand Frank Möller, il prend la troisième place d'une compétition mineure mais essentielle pour envisager un retour au haut-niveau, archives intégrales du quotiden français L'Humanité, article du 14 août 2000.; un come-back jugé encourageant par son entraîneur Marc Alexandre mais qui ne cache pas les inquiétudes quant au retard dans sa préparation provoqué par les blessures à répétition.

Un doublé historique

Malgré les doutes concernant sa pleine condition physique, David Douillet est présent à Sydney en Australie pour la cérémonie d'ouverture des XXVII jeux Olympiques. En effet, le judoka a été désigné porte-drapeau de la délégation française par le CNOSF (Comité national olympique et sportif français) succédant ainsi à l'athlète Marie-José Pérec, aller dans Histoire, Tous les J.O. d'été et cliquer sur 2000 ; source dans le dernier paragraphe., site de la Présidence de la République.. Ainsi, il défile à la tête de l'équipe de France olympique le . Une semaine plus tard, le , se déroule le tournoi de judo de la catégorie des poids lourds auquel David Douillet participe bel et bien pour tenter de devenir le judoka le plus titré de l'histoire, article du quotidien sportif L'Équipe sur les judokas français aux J.O. de Sydney.. Après un premier combat passé sans encombre face au Vénézuélien Douglas Cardozo (ce dernier ne s'étant pas présenté à la pesée avant la compétition, résultats complets sur le site américain Terra.com.), le Français doit faire face au Turc Selim Tataroğlu récent vice-champion d'Europe (en toutes catégories) et multiple médaillé mondial. Le Français le bat pourtant par ippon grâce à un o-uchi-gari (grand fauchage intérieur) et se qualifie ainsi pour les quarts de finales. Il y affronte le redoutable belge Harry van Barneveld médaillé de bronze quatre ans auparavant à Atlanta. Mais là encore, Douillet passe ce tour en bénéficiant de la disqualification de son adversaire (hansoku-make). Ne lui reste alors que le combat face à l'Estonien Indrek Pertelson afin de se qualifier pour la grande finale. Pertelson, vice-champion du monde en titre, n'arrive pas à battre le Français qui inflige un ippon en moins d'une minute au judoka balte et gagne dès lors son billet pour la finale. Pour ce dernier combat, son adversaire n'est autre que le Japonais Shinichi Shinohara, double champion du monde en 1999, une affiche qui reconstitue par ailleurs la revanche de la finale des mondiaux de 1997 où Douillet avait battu le Nippon en finale des poids lourd, site twoj.org (The world of judo).. L'affrontement entre les deux judokas est extrêmement tactique et il faut attendre une minute et demie pour voire le Français prendre l'avantage grâce à un fauchage par l'intérieur de la cuisse (uchi-mata), site youtube.com. La décision arbitrale attribua un yuko à Douillet, une décision contestée par Shinohara estimant avoir esquivé puis contré le Français. Cependant, l'arbitre central ne bronche pas et Shinohara ne parvient pas à rattraper ce retard. Après cinq minutes de combat, David Douillet pouvait alors s'exulter et savourer un deuxième titre de champion olympique. Avec cette victoire, il entre dans l'histoire du judo en devenant le combattant qui a remporté le plus de championnats internationaux, site de la Fédération internationale de judo.. Avec six titres internationaux majeurs (2 titres olympiques, 4 titres mondiaux), il dépasse le Japonais Yasuhiro Yamashita (1 titre olympique, 4 titres mondiaux) qui s'illustrait dans les années 1970 et 1980. Le tournoi olympique de Sydney marque cependant la fin de la carrière du judoka français qui annonce immédiatement sa retraite sportive après la compétition, archives intégrales du quotiden français L'Humanité, article du 23 septembre 2000..

Les à-côtés et l'après-carrière

L'empreinte de David Douillet

Sur le judo

Si le judoka français n'est plus le judoka le plus médaillé aux Jeux Olympiques depuis que le Japonais Tadahiro Nomura a conquis son troisième titre consécutif en 2004 à Athènes, il conserve cependant une place prépondérante au sommet du judo mondial. Il est ainsi l'un des cinq judokas masculins (hormis Nomura) à avoir remporté deux titres olympiques mais il se distingue grâce à la médaille de bronze obtenue en 1992 à Barcelone. Il est ainsi le seul à avoir gagné trois médailles olympiques avec Nomura et Angelo Parisi. En ce qui concerne les championnats du monde, David Douillet est le judoka le plus titré de l'histoire à égalité avec trois japonais. Il est aussi l'un des deux judokas triple champion du monde dans la catégorie des poids lourd avec Yasuhiro Yamashita. C'est d'ailleurs avec ce dernier que le Français est mis en concurrence pour le "titre" de plus grand judoka de l'histoire. Au niveau du palmarès, la seconde médaille d'or olympique de Sydney a permis à Douillet de dépasser le poids lourd nippon.

Sur le sport français

Grâce à son second titre olympique acquis à Sydney, il est consacré pour la deuxième fois en 2000 Champions des champions français par le quotidien sportif français L'Équipe. Cette reconnaissance est d'autant plus remarquable qu'il devance, outre Brahim Asloum premier français champion olympique de boxe depuis 1936, le meneur de jeu de l'équipe de France de football Zinédine Zidane, tout auréolé d'un titre de champion d'Europe Archive web du quotidien français L'Humanité du 27 décembre 2000.. En 2005, il est l'un des porte-drapeau de la candidature malheureuse de Paris 2012 pour l'organisation des Jeux Olympiques dans la capitale française. David Douillet s'engage également contre le dopage en intégrant en 1999 le conseil de lutte et de prévention contre le dopage..

Un sportif populaire

Sportif généreux, David Douillet met sa popularité au service d'opérations caritatives. Proche du couple Chirac, il est ainsi devenu parrain de l’opération caritative "pièces jaunes" avec l'ancienne première dame Bernadette Chirac. C'est à la fin de l'année 1996 qu'il s'engage auprès de la fondation des hôpitaux de Paris pour améliorer le quotidien des enfants et adolescents hospitalisés, site de la fondation des hôpitaux de France.. Il sillone à chaque début d'année la France avec un TGV postal pour tenter de récolter des fonds et profite de ses apparitions publiques pour promouvoir cette opération. Par ailleurs, après son deuxième titre olympique, il est nommé ambassadeur pour la jeunesse auprès de l'UNESCO en 2001. Son palmarès et sa générosité sont significatives dans l'opinion française qui le classait seconde personnalité préférée des français il y a quelques années. Parfois invité lors d'émissions télévisées, le judoka a sa marionnette aux Guignols de l'info, une émission satirique populaire diffusée sur Canal+..

Reconversion

Depuis la fin de sa carrière sportive, David Douillet a su se reconvertir en tant que chef d'entreprise et tente de gérer au mieux son image. Celle-ci fut cependant mise à mal lorsque la société Travelsport, une agence de voyage dont David Douillet était actionnaire, connaît la faillite en août 1997Charpentier - Boissonnade, La Grande Histoire des Jeux Olympiques, 1999, p 743.. Victime d'une escroquerie, David Douillet fait rapidement oublier cette affaire en remportant son quatrième titre mondial quelques semaines plus tard. Grâce à son second titre olympique, le tricolore obtient la garantie d'une image populaire renforcée pour aborder sa reconversion dans le monde des affaires. Après un bref passage dans les sociétés de production de télévision, article du quotidien Libération., David Douillet prête maintenant son nom en façade à plusieurs marques de matériel sportif commercialisant du matériel de mise en forme, des équipements pour le camping ou la randonnée ainsi que des kimonos sous la signature DD, site telesatellite.com., et même récemment à un jeu vidéo de simulation du judo, David Douillet judo. À la télévision, après un bref passage sur France télévisions, il rejoint Canal + où il est régulièrement présent en tant que consultant sportif quand des épreuves internationales de judo sont diffusées sur la chaîne. Il avait auparavant travaillé à l'acquisation de droits de diffusion des compétitions comme le Tournoi de Paris et les championnats du monde. Il agit également dans la préparation des retransmissions d'événements comme les Jeux Olympiques ou les 24 heures du Mans sur la chaîne cryptée. En outre, il apparaît occasionnellement dans des spots pubicitaires. Le désormais homme d'affaires n'a cependant pas abandonné le monde du judo puisqu'il est nommé au sein du comité directeur de la fédération française de judo en 2005, chemin à suivre : Ligues et comités > Le comité directeur..

Anecdotes

- David Douillet a dû attendre 1997 pour se voir décerner la vraie médaille d'or olympique pourtant conquise l'année précédente. En effet, les organisateurs américains des Jeux d'Atlanta avaient interverti les cérémonies de remise des médailles des compétitions masculines et féminines. Ainsi, le néerlandais Anton Geesink, champion olympique des toutes catégories en 1964, remet au judoka français la médaille d'or destinée à la judokate chinoise Fuming Sun, championne olympique des poids lourds chez les femmes. Ce n'est qu'en 1997 à Paris, lors des Mondiaux 1997, que les différents acteurs sont une nouvelle fois réunis pour décerner les bonnes médailles cette fois-ciCharpentier - Boissonnade, La Grande Histoire des Jeux Olympiques, 1999, p 737..
- David Douillet a fait son entrée dans le dictionnaire Larousse en novembre 1997, une reconnaissance rare pour un sportif toujours en activitéCharpentier - Boissonnade, La Grande Histoire des Jeux Olympiques, 1999, p 744.. La même année, le musée Grévin réalise une statue de cire de David Douillet, une première pour un judoka français.

Palmarès

Jeux Olympiques

-Jeux Olympiques de 1992 à Barcelone (Espagne) :
-Bronze Médaille de bronze dans la catégorie des +95 kg (poids lourds).
-Jeux Olympiques de 1996 à Atlanta (États-Unis) :
-Or Médaille d'or dans la catégorie des +95 kg (poids lourds).
-Jeux Olympiques de 2000 à Sydney (Australie) :
-Or Médaille d'or dans la catégorie des +100 kg (poids lourds).

Championnats du monde

Championnats d'Europe

Divers

-Par équipes :
-Or Coupe du monde par équipes en 1994.
-Or Champion d'Europe par équipes en 1993.
-En club
-Or Champion d'Europe par équipe avec le PSG Judo en 1995.
-Événements internationaux :
-Or Médaille d'or aux Jeux Méditerranéens 1997 organisés à Bari (Italie).
-Or Médaille d'or aux Jeux de la Francophonie 1994 organisés à Paris (France).
-Coupe du monde :
-2 podiums au Tournoi de Paris (3 en 1993, 2 en 1995).
-Championnats de France :
-OrOr 2 titres de champion de France seniors en 1991 et 1992.
-Juniors :
-Bronze Médaille de bronze dans la catégorie des poids lourds (+95 kg) à l'Euro junior 1989 organisé à Athènes (Grèce).
-OrOr Champion de France juniors en 1988 et 1989.

Récompenses et reconnaissances

- Désigné Champion des champions français par le quotidien sportif français L'Équipe en 1995 et 2000.
- Nommé ambassadeur pour la jeunesse auprès de l’UNESCO en 2001, site de l'UNESCO.

Bibliographie

Ouvrages de ou avec David Douillet

-110% : 18 clés pour devenir un champion de la vie, 2003.
-L'âme du conquérent, 2000.

Ouvrages autour de David Douillet

-Jean-Michel Rascol, Judo : David Douillet, Mango, 1996
-Henri Charpentier - Euloge Boissonnade, La Grande Histoire des Jeux Olympiques, pp 737-744, France-Empire, 1999

Notes et références de l'article

Voir aussi

===
Sujets connexes
Angelo Parisi   Anton Geesink   Athènes   Atlanta   Australie   Barcelone   Bari   Bernadette Chirac   Birmingham   Bois de Vincennes   Bonn   Brahim Asloum   Bratislava   Canal+   Champion des champions de L'Équipe   Championnats d'Europe de judo   Championnats d'Europe de judo 1991   Championnats d'Europe de judo 1992   Championnats d'Europe de judo 1993   Championnats d'Europe de judo 1994   Championnats d'Europe de judo 1995   Championnats d'Europe de judo 1996   Championnats d'Europe de judo 1997   Championnats d'Europe de judo 1999   Championnats du monde de judo   Championnats du monde de judo 1993   Championnats du monde de judo 1995   Championnats du monde de judo 1997   Championnats du monde de judo 1999   Chiba   Chirac (homonymie)   David (Bible)   David Khakhaleichvili   Espagne   Eunice Barber   Fabien Canu   Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France   France   France aux jeux Olympiques   Frank Möller   Fédération internationale de judo   Gdańsk   Georgia World Congress Center   Goliath (Bible)   Grèce   Hamilton (Ontario)   Harry Van Barneveld   Indrek Pertelson   Italie   Jackson Richardson   Japon   Jean-Luc Rougé   Jeux Méditerranéens 1997   Jeux Olympiques   Jeux Olympiques d'été de 1992   Jeux Olympiques d'été de 1996   Jeux Olympiques d'été de 2000   Jeux Olympiques d'été de 2012   Jeux de la Francophonie   Judo   Judo aux jeux Olympiques de 1992   Judo aux jeux Olympiques de 1996   Judo aux jeux Olympiques de 2000   Judo aux jeux Olympiques de 2004   Judo en France   L'Humanité   L'Équipe   La Haye   Le Petit Larousse   Libération (journal)   Luc Leblanc   Maisons-Alfort   Marc Alexandre   Marie-José Perec   Musée Grévin   Naoya Ogawa   Neufchâtel-en-Bray   Ontario   Opération Pièces Jaunes   Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture   Ostende   Paris   Paris judo   Prague   Pubalgie   Rafał Kubacki   Rennes   Rouen   Selim Tataroğlu   Sergei Kossorotov   Shinichi Shinohara   Sport en France   Sydney   Tadahiro Nomura   Tournoi de Paris de judo   Yasuhiro Yamashita  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^