Harem

Infos
Un harem (arabe : حريم , harem; gynécée) désigne à la fois la suite de femmes (concubines ou simples « beautés ») qui entouraient un personnage important et leur lieu de résidence. Le mot a été emprunté dans les langues occidentales avec un sens très réducteur, associé à la femme confinée. Le sens oriental est « interdit aux hommes ». En effet harem dérive du mot harâm qui désigne ce qui est tabou, interdit par la religion
Harem

Un harem (arabe : حريم , harem; gynécée) désigne à la fois la suite de femmes (concubines ou simples « beautés ») qui entouraient un personnage important et leur lieu de résidence. Le mot a été emprunté dans les langues occidentales avec un sens très réducteur, associé à la femme confinée. Le sens oriental est « interdit aux hommes ». En effet harem dérive du mot harâm qui désigne ce qui est tabou, interdit par la religion. Son antonyme est halâl, ce qui est permis par la religion. Les deux termes appartiennent au hudûd, qui fixe les limites entre ce qui est permis et ce qui est interdit. Hammam : "les bains du harem"(peinture occidentale orientaliste de Jean-Léon Gérôme - ) Les harems étaient présents dans beaucoup de civilisations antiques. Chez les Grecs, c'est le gynécée. Les derniers grands harems (ceux que désigne le terme en particulier) sont les harems des sultans et pachas de l'Empire ottoman. Le harem est avant tout un lieu de plaisir où résident les concubines officielles du seigneur, ainsi que les femmes qui ont été placées à son service (de gré ou de force). Elles ont pour tâche de lui donner des enfants pour les premières et de le divertir (musique, danse et sexe) pour les secondes.

Happé par l'Orientalisme

Le haremlik (Empire ottoman)

Le harem des sultans ottomans était une société presque autonome, organisée et hiérarchisée où pouvaient se tramer toutes sortes de complots. Le poison pouvait servir à éliminer une rivale ou à éliminer des prétendants à la succession et permettre à ses propres enfants de devenir à leur tour sultan.

Structure du harem


- La Sultane Valide (turc : valide, ‘’mère’’), mère du sultan, elle est exclue du harem à la mort de son fils.
- Les épouses du sultan, elles peuvent être quatre (parfois six ou même huit). :
- La « Baš Haseki », la première épouse est la mère de l’héritier du titre de sultan. :
- Les « Haseki Sultan », mères d’héritier(s) présomptif(s) au titre de sultan. Elles sont recluses et ne peuvent pas se remarier à la mort du sultan. Elles sont exclues du harem si leur(s) fils est(sont) mort(s). :
- Les « Haseki Kadin », mères de filles. Elles peuvent se remarier à la mort du sultan.
- En dessous, toutes les femmes étaient des esclaves, aucune n’était musulmane puisqu’une musulmane ne peut être réduite en esclavage. :
- Les concubines (turc : hassodalik) ou les chanceuses (turc : ikbal). Si elles ont un enfant, elles peuvent devenir épouses. :
- Les remarquées (turc : gözde) :
- Les diplômées de l’école du harem :
- La trésorière du harem est l'administratrice du budget : elle a un pouvoir certain dans l'organisation du harem :
- Les élèves de l’école du harem. Elles y étudiaient la musique, le chant, la danse, la poésie et les arts de l’amour, le turc et le persan. La plupart étaient destinées à épouser des officiers ou des fonctionnaires. :
- Les eunuques et les femmes de service.

Fonction politique du harem

L'imagerie populaire occidentale a fait du harem ottoman un « lupanar des temps modernes ». En fait, le harem a une fonction politique très forte au sein de l’Empire ottoman à son apogée (-). On peut distinguer au moins deux périodes. :
- Avant Soliman le Magnifique, le harem est le cadre à la fonction de reproduction du sultanat essentielle à la pérennité de l'Empire. Les plus belles femmes de l'Empire (et d'ailleurs) y sont sélectionnées essentiellement par la mère du sultan afin de trouver une femme qui plaira à son fils mais surtout assez intelligente pour pouvoir éduquer l’héritier de l’empire. Chaque femme choisie par le sultan parmi les dizaines de concubines ne peut avoir qu’un fils. Ensuite le sultan ne peut plus la toucher mais devra avoir d’autres concubines pour produire de nouveaux enfants mâles et protéger la dynastie. À son décès, l’aîné de ses fils survivants devra faire assassiner par strangulation ses demi-frères. Sur l’autel de la raison d’État, de nombreuses passations de pouvoir se sont ainsi cruellement passées jusqu’au . :
- Durant le règne de Soliman, le rôle du harem devient beaucoup plus politique sous l’influence de son épouse Hürrem (Roxelane pour l’Occident) qui va donner plusieurs enfants mâles à Soliman. Hürrem va aussi transformer le harem en antichambre du pouvoir et l’utiliser pour imposer un « règne des femmes » qui durera plus d’un siècle et demi. La reine-mère y prendra un pouvoir comparable à l’influence d’une Marie de Médicis en France au même moment. Le harem devient alors un véritable État dans l’État où les fonctions les plus anodines comme le service du café devient un enjeu politique. Le nombre de concubines passe à plus de 600 femmes. Certains successeurs de Soliman auront plus de vingt enfants de femmes différentes.

Le choix de la concubine dans le harem

Beaucoup de femmes sont enlevées mais de nombreuses femmes restent dans le harem par choix. La liberté est surveillée. Lorsque le sultan descend dans le harem, chacune des concubines cherche à le séduire. Le massage, la danse et la musique y sont essentiels. La concubine est supposée vierge.

Le rôle des eunuques

Les eunuques sont toujours noirs, afin que l’on soit sûr qu’aucun d’entre eux ne puisse engendrer un héritier du trône. Après castration (avec un taux de mortalité élevé), ils sont formés à leur rôle futur. Ils ne sont supposés que veiller à la virginité et au maintien de l’ordre dans le harem. Mais après Soliman, ils vont avoir un rôle essentiel de messagers entre le royaume des femmes et le reste du palais. Ce sont les seuls qui puissent faire la navette entre les deux mondes. Ils doivent souvent faire preuve d’autorité pour séparer des femmes prêtes à s’entretuer pour sauver leur fils d’une mort certaine si leur frère devient sultan (cas d'Hurrem et de la mère de Mustafa qui manquèrent de s'entretuer)

Le zenana (Inde musulmane)

Le palais des vents de Jaipur À la suite de la conquête musulmane des Indes, les Rajputs, en particulier, utilisèrent une stratégie similaire d'enfermement des femmes dans des structures, pièces, partie d'habitation ou aile de palais, appelées zenana, dont la fonction était de soustraire les femmes, épouses, filles et sœurs à la convoitise des envahisseurs, ce qui participa probablement à la dégradation de la condition des femmes en Inde. On trouve ainsi un Zenana Mahal ou « palais de reines » à Udaipur. À Jaipur, le Palais des vents permettait aux femmes de profiter du spectacle de la rue sans être vues. Cet usage, cependant ne se répandit pas dans le reste du sous-continent indien régi par des râja hindous.

Le harem en Espagne musulmane

Le plus grand harem était situé à Cordoue pendant l'époque du califat occidental et regroupait 5000 personnes, tous rôles évoqués plus haut confondus.

Voir aussi

-, le harem et le palais des sultans

Article connexe

- Sérail ===
Sujets connexes
Arabe   Cordoue   Danse   Empire ottoman   Emprunt lexical   Eunuque   Grèce antique   Gynécée   Halal   Hammam   Haram   Harem dans l'Égypte antique   Harem dans le Proche-Orient ancien   Hudud   Jaipur   Jean-Léon Gérôme   Lupanar   Marie de Médicis   Musique   Pacha (titre)   Persan   Roxelane   Râja   Sexe   Soliman le Magnifique   Sultan   Sérail   Tabou   Udaipur  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^