Locmariaquer

Infos
Locmariaquer est une commune française, située dans le département du Morbihan et la région Bretagne.
Locmariaquer

Locmariaquer est une commune française, située dans le département du Morbihan et la région Bretagne.

Blason

Ce blason a été créé dans les années 30 par Jean-Baptiste Corlobé, artiste local.Les armoiries portent: mi-parti, un dolmen d'argent sur fond de sinople en chef et un bateau voiles déployées d'argent sur fond d'azur en pointe...le tout surmonté d'une couronne de baron (Locmariaquer est dans l'ancienne baronnie de Kaër) et porte la devise : "Kaër e mem bro" qui peut s'interpréter de deux manières : "Le pays de Kaër est mon pays" ou "Joli est mon pays" (description de J.M François Jacob en 1933). IL faut bien sûr rajouter à cette description le bandeau central portant les 5 hermines, rappelant que nous sommes bien au coeur de la Bretagne. Blason de Locmariaquer

Géographie

La commune de Locmariaquer est située à l'embouchure ouest du Golfe du Morbihan et possède de nombreuses plages donnant sur l'Océan Atlantique et la baie de Quiberon. Communes limitrophes dans le Canton d'Auray :
- Saint-Philibert.
- Crach

Lieux-dits et écarts

Bellevue, Coët Courzo, Coët Er Roué, Fetanstirec, Keranlay, Kercadoret, Kerdaniel, Keréré, Kergolvan, Kerguerec, Kerhelle, Kerhern, Kerhuiltan, Keriaval, Kerigan, Kerinis, Kerivaud, Kerjean, Kerlavarec, Kerlogonan, Kerlud, Kerouarch, Kerpenhir, Kerveresse, Lann Brick, Lann Y Nis, Le Brénéguy, Le Guilvin, Le Lézard, Le Moustoir, Le Nélud, Le Palud, Le Pont Er Lenn, Le Vinglé, Les Pierres Plates, Locquidy, Mané-Lud, Pointe de Kerpenhir, Pointe Er Hourel, Pointe Erlong, Pointe Er Ville, Pont Er Vugale, Rouick, Saint-Pierre Loperet, Scarpoche et Toul Y Niss. Vue générale du port de Locmariaquer Image:PasserelleMaraisLocmariaquer.jpg|Passerelle à travers les marais Image:MaisonLocmariaquer.JPG|Maison au lieu dit « le Brénéguy »

Histoire sur l'ostréiculture

Si les Romains de l'Antiquité connaissaient déjà les gisements naturels de l'huître plate (Ostréa Edulis), il a fallu attendre la fin du 19 ème siècle pour voir apparaître l'ostréiculture. La commune de Locmariaquer fut alors considérée comme le berceau de l'huître plate. Les premières concessions, en rivière d'Auray furent délivrées en 1882. Trois générations s'employèrent à construire les parcs à huîtres plates sur le rivage de Locmariaquer : Il devait enlever la vase, la remplacer par du sable, délimiter les emplacements. Le travail consistait à recueillir le naissain (larves d'huîtres) sur des collecteurs (tuiles chaulées), à le décoller (détroquage) et à le semer dans les parcs pour l'élevage d'une durée de trois ans pendant lesquels il fallait protéger les huîtres contre les prédateurs, algues, tempêtes. Après 1927, Locmariaquer se spécialise surtout dans la reproduction et le demi-élevage ; Marennes mais aussi les Pays-Bas et la Grande Bretagne sont clients. L'industrie ostréicole est alors prospère : 350 à 400 personnes travaillent dans les chantiers et parcs. Mais, en 1973-1974, l'huître plate du Golfe du Morbihan se trouve décimée, voire anéantie par deux parasites.C'est alors qu'est introduite la culture de l'huître creuse d'origine japonaise " Crassostrea gigas ". Aujourd'hui, l'ostréiculteur Locmariaquérois est devenu éleveur d'huître creuse dans le golfe et rivière de St Philibert. La récolte et l'élevage de l'huître plate se font essentiellement en baie de Quiberon. Malgré des essais de mécanisation, la main-d'œuvre reste importante, aussi bien dans la culture elle-même que pour les opérations précédant la commercialisation (affinage, calibrage, etc...) En 2007, une trentaine d'exploitations ostréicoles existent à Locmariaquer. Elles occupent environ cinquante personnes à temps plein, auxquelles il y a lieu d'ajouter des ouvriers saisonniers (d'octobre à mai). Chaque exploitant s'occupe lui-même de la vente de sa production soit à des grossistes, soit à des détaillants, soit directement à des consommateurs. Dans la communauté de communes des trois rivières, l’ostréiculture reste une des richesses de ce territoire. La commune de Locmariaquer présente, à l’occasion des visites de chantiers ostréicoles, tous les secrets du métier aux milliers de visiteurs qui sillonnent le littoral Morbihannais chaque année.

Administration

Démographie

Personnalités liées à la commune

- Zénaïde Fleuriot, femme écrivain, auteur de 83 ouvrages : Au printemps 1872, Zénaïde Fleuriot venant rejoindre au bord de la mer, sa belle-sœur et ses deux enfants, découvre avec ravissement Locmariaquer. Elle se prend de tendresse pour ce petit port et s'y fait construire une grosse demeure en 1873, offrant une merveilleuse vue face au Golfe du Morbihan et lui donne le nom de "Kermoareb": "la maison de ma tante". Lorsqu'elle mourut, son cercueil partit par le train depuis la gare Montparnasse et fut ramené en terre bretonne au cimetière de Locmariaquer. Le cercueil fut porté par 8 marins du village.
- Henri Ézan : aviateur, né à Locmariaquer le 30 avril 1904 et mort en 1936: capitaine au long cours de formation, il accompagna Jean Mermoz pour la 25ème traversée de l'Atlantique-Sud à bord de l'hydravion Latécoère "La Croix du Sud" qui disparut au large de Dakar le 7 décembre 1936.
- Jean-Baptiste Corlobé né en février 1904 à Locmariaquer et mort en 1989: Ostréiculteur de métier, il était surtout un véritable artiste, un excellent peintre local très appprécié. On lui doit de nombreuses marines, des portraits, des tableaux religieux et beaucoup de dessins. Il a réalisé un des vitraux de l'église de Locmariaquer. Un de ses tableaux représentant "Jésus appelant Saint-Pierre sur les flots", orne la chapelle Saint-Pierre depuis 1925.. Il a également créé le blason de la ville. "JB" comme l'appelaient affectueusement ses amis, a étudié le dessin chez Jean Frelaut, maître graveur. Il aimait la peinture, la musique, était féru d'histoire et fervent défenseur de la langue bretonne et du dialecte vannetais. Il fut la mémoire vivante de Locmariaquer. Il a beaucoup écrit dans les bulletins paroissiaux et municipaux.

Lieux et monuments

Patrimoine religieux

Église "Notre Dame de Kerdro"
- Église « Notre Dame de Kerdro » De style roman, construite entre 1082 et 1120 par les moines de Quimperlé. De cet édifice subsistent aujourd’hui le transept et le choeur de style roman. Sur la façade on lit “Hic Domus Dei” (ici est la maison de Dieu). Cette partie ancienne présente à l’extérieur des murs en petit appareil archaïque (moellons romains cubiques, briques éparses et rangées de briques intercalées d’origine romaine). La porte sud est protégée par un porche en avancée dont le plafond de bois a été supprimé en 1988 ce qui a laissé apparaître un écusson portant les mots “Haec Porta Coelli” (ici est la porte du ciel). Près de l’entrée sud, se trouve, inclus dans le mur, un superbe bénitier de granit orné de feuillages et de raisins ; il remonte au 15ème siècle. L’intérieur de l’église présente le plus grand intérêt dans sa partie romane : transept et abside ont été inscrits à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques par arrêté du 24 avril 1925. En 1960, Les douze fenêtres qui assurent l’éclairage ont été pourvues de vitraux modernes, oeuvres de Rault, verrier à Rennes. Les motifs des sept vitraux de la nef et du transept relèvent de l’art abstrait, les cinq vitraux du choeur présentent des images figuratives et concrètes :
- bateau et poissons (pêche),
- épis de blé (agriculture),
- anagramme NDK (pour Notre Dame de Kerdro),
- bouquet de tuiles (ostréiculture),
- dolmen et menhirs (mégalithes). Ces vitraux font l’admiration de la plupart des visiteurs pour leur grande sobriété et leur luminosité remarquable. "chapelle du Moustoir"
- Chapelle du Moustoir Réédifiée en 1883, cette chapelle est dédiée à Saint Gildas, mais aussi au Père Claude Philippe, prêtre réfractaire, mort en 1796 et enterré en ce lieu. Cette chapelle se situe au nord de la commune, elle a été entièrement restaurée depuis ces dernières années par une association qui continue à veiller à l’entretien. Chaque année, le dernier dimanche de juin, un pardon et fest-noz sont organisés.
- Chapelle Saint-Pierre-Loperec Construite en 1772, cette chapelle a été construite pour y célébrer des messes et organiser un pardon pour le repos des naufragés, nombreux à cette époque. Elle peut être visitée en saison estivale et lors du traditionnel pardon annuel qui a lieu le premier dimanche de juillet.
- Chapelle Saint-Michel Cette chapelle a été édifiée en 1749 par Christophe-Paul DE ROBIEN, Baron de Kaër qui acquit précédemment l’ancienne chapelle bâtie sur des vestiges gallo-romains. En creusant les fondations de la chapelle actuelle, on trouva quantité de médailles à l’effigie de César et autres objets. Aujourd’hui, la chapelle se présente comme un édifice rectangulaire de 14 mètres de long sur 7 mètres de large. Sur son portail, se trouve une décoration, on y remarque trois fleurs de lys en relief et une pierre portant la date de 1813 et un écusson martelé qui si on pouvait le lire représenterait les armoiries de ROBIEN. L’association "les amis de la chapelle" a eu comme idée de mettre en place tous les mois de juillet et août des expositions d’oeuvres diverses et d’artistes qui par la même occasion mettent en valeur le travail de la restauration réalisée en 1986. Statue de Notre Dame de Kerdro "Semaine du Golfe 2007"
- Statue de la Vierge : Notre-Dame de Kerdro Erigée sur les rochers, à la pointe de Kerpenhir en 1962: haute de 2, 70 m, elle a été sculptée dans le granit par Jules-Charles Le Bozec dès 1946 mais a séjourné pendant 16 années dans l'église avant d'être érigée. Elle remplace une statue érigée en 1883 et détruite par les Allemands en même temps que le fort, pendant l'occupation..

Patrimoine civil

- Nombreux monuments mégalithiques :
- Grand menhir brisé d'Er Grah, plus grand menhir du monde, de près de 20 m, actuellement brisé en 4 morceaux.
- Cairn de la Table des Marchands
- Tumulus d'Er Grah
- Les Pierres Plates, allée couverte coudée longue de près de 25 m.
- Chambre et tumulus du Mané Retual
- Dolmen de Kercadoret
- Dolmen de Kerveresse
- Dolmen du Mané Lud Image:Bretagne_Morbihan_Locmariaquer_14015.jpg|Grand Menhir Image:Bretagne_Morbihan_Locmariaquer_14018.jpg|Grand Menhir Image:Bretagne_Morbihan_Locmariaquer_14020.jpg|Grand Menhir Image:Bretagne_Morbihan_Locmariaquer_14017.jpg|Grand Menhir + Table des Marchand Image:Bretagne_Morbihan_Locmariaquer_14011.jpg|Table des Marchand Image:Les_pierres_plates_Jean-Charles_GUILLO.JPG|Les Pierres Plates Image:Gravure Les Pierres Plates Jean-Charles GUILLO.JPG|Les Pierres Plates Image:Mané_Retual_à_Locmariaquer_Jean-Charles_GUILLO.JPG|Dolmen de Kercadoret Image:Dolmen de Kercadoret à Locmariaquer Jean-Charles GUILLO.JPG|Dolmen de Kercadoret

Archives

-Registres paroissiaux et d'état civil depuis :1663
- Naissances : depuis janvier 1672 avec des lacunes de 1678 à 1688-1705-1708-1712-1716-1730
- Mariages : depuis juin 1663 avec des lacunes de 1678 à 1688- 1705-1708-1712-1716
- Décès : depuis mars 1661 avec des lacunes de 1678 à 1688-1705-1708-1712-1716-1730
-Dépouillements généalogiques :Contacter le Cercle Généalogique Bretagne Sud qui a publié les dépouillements: adresse postale :12 rue Colbert 56100 Lorient
-Délibérations municipales depuis :

Voir aussi

- Communes du Morbihan ==
Sujets connexes
Architecture romane   Arrondissement de Lorient   Canton d'Auray   Communauté de communes des Trois Rivières (Morbihan)   Communes du Morbihan   Dakar   Dolmen   France   Golfe du Morbihan   Grand menhir brisé d'Er Grah   Henri Ézan   Jean Mermoz   Jules-Charles Le Bozec   Locmariaquer   Mars (mois)   Menhir   Morbihan   Mégalithe   Océan Atlantique   Plage   Quiberon   Saint-Philibert (Morbihan)   Zénaïde Fleuriot  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^