Louis Blanc

Infos
Louis Blanc Louis Blanc, né le 29 octobre 1811 à Madrid et mort le 29 janvier 1882 à Cannes, est un homme politique et historien français.
Louis Blanc

Louis Blanc Louis Blanc, né le 29 octobre 1811 à Madrid et mort le 29 janvier 1882 à Cannes, est un homme politique et historien français.

Biographie

Fils d'un fonctionnaire impérial éloigné des idées socialistes, il est gagné progressivement par la cause ouvrière principalement lorsqu'il devient le précepteur du fils du constructeur de machines M. Hallette, entre 1832 et 1834. Il y rencontre la classe ouvrière, et en écoute les préoccupations. C'est progressivement qu'il se fit une réputation d'historien pamphlétaire en publiant en 1841 L'histoire de dix ans (1830 à 1840). Journaliste dès 1839, il fonda la Revue du Progrès. Il y publia la même année L'Organisation du travail, ouvrage fondamental dans lequel il s'attaque à la concurrence anarchique et préconise un système d'associations à but lucratif contrôlées par l'État la première année seulement. Les conséquences sociales de la Révolution industrielle sont désastreuses selon Louis Blanc. Il en fait d'ailleurs de longs développements dans L'histoire de la Révolution de février 1848. En effet, que ce soient les entrepreneurs mourant face à la concurrence étrangère (anglaise en particulier) ou les salariés mettant leur travail aux enchères, rien ne semble fonctionner dans le système libéral initié depuis la Révolution de 1789. En effet, ce "laissez faire, laissez aller" caractéristique de cette période revient tout bonnement à laissez mourir ceux qui n'ont rien. Or, qu'en est-il du contrat social? Où est la Liberté de celui qui n'a ni instrument de travail, ni instruction? Où est l'égalité chez ceux qui, cherchant à trouver du travail, vont jusqu’à vendre les bras de leurs enfants aux oligarques industriels oisifs? Où est la fraternité chez ceux qui voyant la misère devant leur porte la chassent à coups de balais? Toutes ces interrogations, Louis Blanc les formule principalement dans Le catéchisme des socialistes dès 1848 et y apporte des solutions méritant une attention particulière tout au long de son œuvre. Il faut donc réorganiser le travail mais sans rendre le projet de réforme impératif. Il faut proposer un système à la fois productif et social, encourageant l'initiative sans la rendre agressive. À cette fin, il propose la création d'un ministère du travail dès février 1848 ayant pour objectif principal de mettre en œuvre les réformes qu'il propose dans L'organisation du travail. Soit, en quelques mots l'organisation du travail industriel et agricole à travers des associations cherchant plus à partager leurs efforts dans un but commun qu'à se détruire mutuellement. L'organisation du travail passe aussi par une organisation démocratique du crédit, sorte de budget du travail, permettant de financer son projet. Les entreprises privées, dans le système de Louis Blanc, existent en parallèle de son système. Seule particularité, plus de contrôle de l'État, plus de droit du travail seulement le respect des Droits de l'Homme. Les libéraux cherchent à limiter l'intervention de l'État dans leurs affaires, qu'il en soit ainsi: chacun ayant la possibilité de choisir le système convenant le mieux à son idéologie. Louis Blanc reprend et développe ces concepts dans Le Droit au travail réponse à Monsieur Thiers (1848). Après la Révolution de février 1848, il est membre du Gouvernement provisoire de la II République. Il demande la mise en place d'un ministère du travail que ses colllègues républicains modérés lui refusent, une simple commission pour les travailleurs est crée. Louis Blanc en prend la présidence à contrecœur car sans budget donc sans pouvoir. De plus les travaux de cette commission l'éloigne du centre du pouvoir politique tout en le rendant solidaire du gouvernement. Néanmoins des associations sont créées sur le modèle proposé par Louis Blanc. La commission des travailleurs aussi nommée Commission du Luxembourg compte nombre de succès dans des domaines variés : mise en place d’associations, conciliations entre entrepreneurs et salariés, projets de lois au gouvernement provisoire (formulés par des intellectuels, des représentants des entrepreneurs et des salariés de tous les horizons). Il finit même par peser un poids tel dans cette République naissante que la réaction s'empresse de le faire tomber. Après le succès des conservateurs aux élections du 23 avril 1848 pour l'Assemblée nationale Il est écarté de la Commission exécutive qui succède au gouvernement provisoire le 10 mai. La majorité conservatrice et en particulier Jules Favre tentent de le poursuivre en le tenant responsable des évènements du 15 mai 1848. C’est le début de l’exil d’où il écrit Les lettres d’Angleterre et L’histoire de la Révolution Française, de retour sous la III° République il n’aura plus le prestige d’antan même s'il effectue sur le terrain partout en France un travail considérable. Une station du métro de Paris et une rue du 10e arrondissement de Paris portent son nom, ainsi qu'une station du tram de Montpellier et un boulevard limougeaud. Catégorie:Historien français Catégorie:Socialisme Catégorie:Ministre de la Deuxième République Catégorie:Membre de l'Assemblée constituante de 1848 Catégorie:Naissance en 1811 Catégorie:Décès en 1882 ca:Louis Blanc de:Louis Blanc en:Louis Blanc es:Louis Blanc it:Louis Blanc ja:ルイ・ブラン no:Louis Blanc pl:Louis Blanc pt:Louis Blanc sv:Louis Jean Joseph Charles Blanc uk:Блан Луї
Sujets connexes
Cannes   Commission du Luxembourg   Commission exécutive (1848)   Gouvernement provisoire de 1848   Jules Favre   L'Organisation du travail   Limoges   Louis Blanc (métro de Paris)   Madrid   Manifestation du 15 mai 1848   Métro de Paris   Paris   Révolution de 1848   Révolution industrielle   Socialisme  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^