Islamisme

Infos
L'islamisme est une politique apparue au essentiellement pour pallier l'échec des politiques de modernisation économiques et sociales entreprises pas les nationalismes arabes. Historiquement, cet échec s'explique par l'inertie de la société arabe ainsi que par l'opposition des puissances colonisatrices, qui n'avaient pas intérêt à permettre ce renouveau. Face à cet échec, certains penseurs musulmans ont préconisés un retour aux valeurs fondamentales de l'islam. L'is
Islamisme

L'islamisme est une politique apparue au essentiellement pour pallier l'échec des politiques de modernisation économiques et sociales entreprises pas les nationalismes arabes. Historiquement, cet échec s'explique par l'inertie de la société arabe ainsi que par l'opposition des puissances colonisatrices, qui n'avaient pas intérêt à permettre ce renouveau. Face à cet échec, certains penseurs musulmans ont préconisés un retour aux valeurs fondamentales de l'islam. L'islamisme n'est donc pas un courant religieux stricto sensu, mais plutôt une idéologie qui a pour but de sortir le monde arabe, puis musulman, du marasme dans lequel il se trouve. Ainsi, l'islamisme est un système politique qui veut régir les aspects politiques, économiques et sociaux de l'État. Parfois, l'islamisme est identifié à la volonté d'instauration de la charia, mais il ne s'agit là que de l'un de ses aspects.

Étymologie

Le concept d'islamisme est de création française et l'usage de ce mot est attesté en français depuis le , où Voltaire utilise le terme pour remplacer « mahométisme » (souvent péjoratif) pour signifier « religion des musulmans ».Martin Kramer, « Coming to Terms: Fundamentalists or Islamists? », Middle East Quarterly, vol. 10, 2, pp. 65–78 Cet usage, qui se développa au cours du (Alexis de Tocqueville (1838), Ernest Renan (1883)), commença à être concurrencé par le terme « islam » au tout début du , alors que le développement des études occidentales de l'islam fit la promotion du terme que les musulmans utilisaient eux-mêmes. L’islam était ainsi la religion des musulmans, et ses adeptes étaient appelés islamistes. Le mot "Islamiste" n'est réapparu que récemment ; il n'est pas officiellement reconnu par l'Académie Francaise à la date août 2006, contrairement à "islamite", terme usité utilisé par Diderot dans l'un de ses ouvrages. La réalité recouverte par cet ancien usage du terme islamisme n'a bien entendu aucun rapport avec l'islamisme tel qu'il est connu aujourd'hui puisque apparu bien après l'usage français. Le terme ancien d'islamisme serait tout simplement synonyme d'islam aujourd'hui. NB : "Musulman" renvoie à la religion de l'islam. "Islamique" renvoie à l'adjectif de l'islam. "Islamiste" renvoie au concept dont il est question dans cet article.

Histoire

À la base de l'islamisme d'aujourd'hui on trouve des courants de pensées du tels que le fondamentalisme musulman et le réformisme musulman. Ces courants sont nés suite aux questionnements que posent la confrontation à la modernité occidentale et sa domination. Les historiens considèrent également que l'islamisme est né en grande partie du "choc colonial". Après avoir produit plus d'un millénaire d'empires (califats, empire ottoman), le monde musulman se retrouve en quelques décennies (seconde moitié du ) dépiécé et en grande partie placé sous la tutelle des puissances coloniales européennes. Les premiers penseurs de l'islamisme (Al-Banna, Al-Afghani...) attribuaient cette déchéance à la perte de "valeurs" musulmanes, qui auraient affaibli l'oumma (communauté des croyants). On peut lire à ce sujet Pierre-Jean Luizard (sous la direction de) "Le choc colonial et l'islam". Certains analystes considèrent que les Frères musulmans, groupe fondé par Hassan el Banna en 1928 seraient à l'origine de l'islamisme. La confrérie est le premier mouvement à entrer sur la scène politique pour réclamer l'application de la charia, la loi islamique, dans un premier temps en opposition à l'occupation britannique en Égypte. Au début des années 1960, Sayyid Qutb, théoricien des Frères Musulmans, introduit les notions de rupture par rapport à la société impie et de reconquête. C'est dans ces écrits que certains groupes islamistes trouvent la justification théorique de l'usage de la violence pour islamiser les sociétés moyen-orientales. À partir de la fin des années 1960, s'accumulent des faits historiques, idéologiques, économiques et sociaux qui peuvent expliquer le développement de l'islamisme :
- La défaite des pays arabes contre Israël, lors de la Guerre des Six Jours, marque la fin de l'idéologie nationaliste arabe et de l'influence de Nasser dans le monde arabe et l'affirmation de l'Arabie saoudite salafiste ;
- Les années 1970 se caractérisent dans de nombreux pays de l'espace musulman par une libéralisation économique auquel il est reproché de porter atteinte à l'aide sociale, aux services publics et, plus globalement, d'accroître les inégalités de niveau de vie ;
- Les dirigeants des principaux pays perdent ainsi la légitimité historique (perte due à la décolonisation), la légitimité idéologique, la légitimité économique. On peut concevoir la mouvance islamique comme un mouvement d'opposition politique dans un contexte souvent non démocratique ;
- la hausse des cours du pétrole à partir des années 1970 favorise inversement les gouvernements de certains Etats (Arabie Saoudite et Iran en particulier), qui peuvent financer l'islamisme pour étendre leur sphère d'influence sur d'autres Etats (qui peuvent à leur tour adopter des doctrines islamistes pour résister à la pression) ;
- Enfin, certains événements, tels que la révolution islamique, en Iran, en 1979, et l'instauration de la république islamique confortent les islamistes dans leurs espoirs et inquiètent en Occident. Les décennies suivantes sont marquées, dans l'actualité, par des actes terroristes spectaculaires. Bien que ces événements soient spectaculaires et bien relayés par les médias, ils sont l'œuvre de groupes minoritaires, souvent condamnés par d'autres mouvements islamistes.

Mouvances islamistes

Le projet politique islamiste repose sur le choix et l'interprétation des textes qui constituent la charia (le Coran et la Sunna, la jurisprudence). Il existe diverses manières d'interpréter les textes, ce qui explique en partie l'existence de plusieurs courants islamistes dont les discours divergent. Voir l'article détaillé: islamisation

Islamisme et traditionalisme

Le traditionalisme dépasse largement l'islamisme, c'est un discours lié à la tradition, pas forcément à la tradition musulmane. Il renvoie à tout ce qui est conservateur, nostalgique du passé et possède un discours très moral. Ce dernier concept puise souvent dans la religion, où se trouvent des éléments sur la moralité des mœurs. Le traditionalisme musulman est ainsi plutôt un islamisme.

Islamisme et fondamentalisme

Le fondamentalisme participe largement à la démarche islamiste en cherchant à effectuer un retour aux fondements de la religion, et à la période des quatre premiers califes. Dans cette optique, la tradition a sclérosé la religion, elle l'a éloignée de sa pureté originelle. Le fondamentalisme récuse la tradition et veut rénover la religion, il n'est pas conservateur car il y a une volonté de transformation (il peut même être révolutionnaire) et produit des militants. L'islamisme contient le passage vers la sphère politique, une vision politique de la religion et cherche un retour à la pureté par le projet politique. Les fondamentalistes se limitent à la sphère morale, voire juridique, sans volonté de conquête du pouvoir.

Islamisme et intégrisme musulman

L'intégrisme désigne un phénomène propre à la religion chrétienne. Il ne cherche pas à rendre compte d'un problème d'interprétation, mais d'un problème pratique : le refus d'adaptation de l'Église en matière liturgique et sociale. Il sert de plus en plus à désigner les fondamentalistes ayant la lecture la plus rigide de la religion, sans possibilité d'exégèse. Le projet politique de l'islamisme peut être traditionaliste ou fondamentaliste, ou bien réformateur et révolutionnaire. En ce sens, l'islamisme est une notion qui se distingue clairement de l'intégrisme musulman.

Principaux groupes islamistes

- International : Al-Qaida, représenté par Oussama Ben Laden
- Afghanistan : les Talibans
- Algérie : le FIS et sa branche armée l'AIS, le GIA, le GSPC.
- Égypte : Gama'at Islamiya
- Liban : le Hezbollah
- Asie du sud : Jamaat-e-Islami (Pakistan, Inde (Cachemire), Bangladesh, Sri Lanka) ; Jamaatul Mujahedin Bangladesh (JMB) ; Jagrata Muslim Janata Bangladesh.
- Indonésie : Jemaah Islamiyah
- Philippines : Abu Sayyaf, Front de libération islamique Moro
- Cisjordanie et Bande de Gaza : le Hamas
- Arabie saoudite : Le groupe des Sourouriyyah (fondé par Mohammad Zain 'Abidine Sourour)
- Maroc : Mouvement Al Adl Wal Ihsane

Notes et références

==
Sujets connexes
Abu Sayyaf   Afghanistan   Aide sociale   Al-Qaida   Al Adl Wal Ihsane   Alexis de Tocqueville   Algérie   Années 1960   Années 1970   Arabie saoudite   Armée islamique du salut   Bande de Gaza   Bangladesh   Cachemire   Calife   Charia   Christianisme   Cisjordanie   Conservatisme   Coran   Décolonisation   Ernest Renan   Exégèse   Fondamentalisme   François Burgat   Front islamique du salut   Frères musulmans   Groupe islamique armé   Groupe salafiste pour la prédication et le combat   Guerre des Six Jours   Hamas   Hezbollah   Idéologie   Inde   Indonésie   Iran   Islamisation   Israël   Jemaah Islamiyah   Justice   Liban   Libéralisme économique   Maroc   Monde arabe   Moyen-Orient   Nationalisme arabe   Niveau de vie   Occident   Olivier Roy   Oussama Ben Laden   Pakistan   Philippines   Politique   Pétrole   Religion   République islamique   Sayyid Qutb   Sri Lanka   Sunna   Taliban   Université de tous les savoirs  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^