Contre-Réforme

Infos
La Contre-Réforme est un mouvement de réaction de l'Église catholique romaine, amorcée dès le dont Anna Bijns fut le fer de lance et accélérée par la Réforme protestante. L'expression vient de l'historiographie allemande du . Les historiens lui préfèrent désormais le terme de « Réforme catholique ».
Contre-Réforme

La Contre-Réforme est un mouvement de réaction de l'Église catholique romaine, amorcée dès le dont Anna Bijns fut le fer de lance et accélérée par la Réforme protestante. L'expression vient de l'historiographie allemande du . Les historiens lui préfèrent désormais le terme de « Réforme catholique ».

Besoins de réformes et conciles

Le besoin de réforme se faisait sentir déjà au : des penseurs chrétiens comme John Wyclif, Jan Hus, Luther (plutôt XVIe), Calvin (XVIe), réclamaient déjà des réformes. Les conciles de Constance (1415-1418), de Bâle (1431-1449) et de Latran V (1512-1515) commencèrent à se pencher sur les premières réformes. Le concile de Trente (1545–1563) mit fin aux abus les plus criants, comme les trafics d'indulgences ou la vie dissolue d'une partie du clergé (décrets rappelant le célibat des prêtres ou le devoir de résidence des évêques). Il réorganisa la Curie romaine. Par ailleurs, il redéfinit et renforça les positions traditionnelles de l'Église catholique concernant la théologie et l'organisation de l'Église. Il instaura le dogme de la transsubstantiation. Il fixa définitivement le canon de la Bible catholique. Il répandit la doctrine ainsi réaffirmée par le biais d'un Catéchisme (1566), d'un bréviaire (1568) et d'un Missel romain (1570). La liturgie définie à perpétuité par le concile (messe tridentine, dite « messe de saint Pie V ») dura jusqu'à Vatican II. La formation des prêtres fut améliorée, notamment grâce à l'action d'Ignace de Loyola. La Réforme ainsi conçue fut répandue dans l'Église par des personnalités comme Robert Bellarmin, Charles Borromée, Ignace de Loyola, Philippe Néri, Pierre Canisius ou encore François de Sales. La réforme du calendrier, qui se faisait attendre depuis plus d'un siècle, fut adoptée quelques années après la fin du concile de Trente, en 1582, par le pape Grégoire XIII, qui donna son nom au nouveau calendrier : le calendrier grégorien.

Voir aussi

Manuel de sc humaine

Bibliographie

- Pierre Chaunu, Église, culture et société. Réforme et Contre-réforme, SEDES, Paris, 1984. ===
Sujets connexes
Anna Bijns   Bible   Bréviaire (catholique)   Calendrier   Calendrier grégorien   Canon (religion)   Catéchisme   Charles Borromée   Christianisme   Clergé   Concile de Bâle   Concile de Constance   Concile de Trente   Curie romaine   Célibat   Devoir   François de Sales   Grégoire XIII   Ignace de Loyola   Indulgence   Jan Hus   Jean Calvin   John Wyclif   Liturgie   Pape   Philippe Néri   Pie V   Pierre Canisius   Prêtre catholique   Robert Bellarmin   Réforme protestante   Théologie chrétienne   Transsubstantiation   Ve concile du Latran   Vulgate  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^