Musique de la Rome antique

Infos
La musique de la Rome antique est beaucoup moins bien connue que la musique grecque ancienne, sur laquelle beaucoup de sources subsistent. On a par exemple pu déchiffrer une quarantaine de partitions dans la notation musicale grecque, et les théories musicales de Pythagore et d'Aristoxène sont bien documentées (tant par les sources grecques que par les écrits d'auteurs latins comme Vitruve et Boèce). À l'inverse, peu de choses ont survécu sur la musique de la Rome anti
Musique de la Rome antique

La musique de la Rome antique est beaucoup moins bien connue que la musique grecque ancienne, sur laquelle beaucoup de sources subsistent. On a par exemple pu déchiffrer une quarantaine de partitions dans la notation musicale grecque, et les théories musicales de Pythagore et d'Aristoxène sont bien documentées (tant par les sources grecques que par les écrits d'auteurs latins comme Vitruve et Boèce). À l'inverse, peu de choses ont survécu sur la musique de la Rome antique. Il y a plusieurs raisons à cela. L'une d'elles est l'hostilité des premiers pères de l'Église à la musique théâtrale et aux fêtes du paganisme, autant d'éléments supprimés une fois le christianisme devenu religion officielle de l'Empire.Donald J. Grout et Claude V. Palisca, A history of Western music.. Il semble que les Romains n'aient été ni particulièrement créatifs, ni originaux dans leur production musicale. Contrairement aux Grecs, ils n'attachaient guère d'èthos spirituel à cet artH. Ulrich et P. A. Pisk, A History of Music and Musical Style, p. 25.. Si l'on considère que les Romains ont porté la même admiration à la musique grecque qu'au reste de la culture hellène, on peut en déduire sans grand risque d'erreur que leur musique a été monodique (c'est-à-dire qu'elle ne comportait qu'une partie mélodique sans harmonisation), et que ces mélodies étaient fondées sur un système de gammes élaboré (appelées 'modes'). Le rhythme des hymnes chantés devait se conformer à la métrique de leur poésie. Il y eut aussi des influences non-grecques sur la culture romaine (par exemple celle des Étrusques, et plus tard, avec les conquêtes, celles des Chaldéens en Orient et des Numides au sudJ. E. Scott, « Roman Music » dans The New Oxford History of Music, vol. 1). Il est très probable que certains éléments de la musique jouée à Rome venaient des apports des Italiques et de peuples non-européens ; toutefois, la nature exacte de ces apports n'est pas clairement établie.

Notation musicale

cornu, bas-relief de la colonne de Trajan. Les Romains, s'ils ont jamais mis par écrit leur musique, ont dû emprunter la notation musicale des Grecs. Ce système employait quatre lettres (équivalant à nos actuels la, sol, fa et mi) pour désigner la succession des tons du tétracorde. Le rhythme était rendu par des signes diacritiques au dessus des notes, marquant la durée de chaque son. Dans les représentations artistiques de la période romaine (par ex. les mosaïques de Pompéi), on ne voit aucun des musiciens lire de la musique, et très peu de partitions ont été retrouvées. Le célèbre traité du philosophe latin tardif BoèceBoèce, Traité de la musique traite bien davantage de la théorie musicale des Grecs de l'époque hellénistique que de la musique de son temps. Les Romains ont sans doute accordé leurs instruments selon les modes grecs. On a avancéJohn R. Pierce, The Science of Musical Sound que les sonneries militaires d'un instrument comme la tuba auraient pu paraître familières à nos oreilles modernes, car les cuivres, par nature, ne peuvent émettre qu'un nombre réduit de subharmoniques.

Instruments de musique

On sait que les Romains ont eu accès à une large palette de timbres, couvrant les principaux domaines des orchestres modernes.

Instruments à vent

Un cornicen : reconstitution en Autriche.
-La tuba latine n'a pas pas d'autre point commun avec notre tuba moderne que d'être un instrument de la famille des cuivres. C'était une longue trompe en bronze munie à son extrémité d'un pavillon conique amovible, comme notre Cor d'harmonie. Ceux qui ont été retrouvés avaient une longueur de 1, 30 m ; ils avaient une perce cylindrique depuis l'embouchure jusqu'à la section où le corps de l'instrument s'évase brusquementCf. Buonanni, planche n°2., d'une manière analogue à celle de la trompette utilisée pour interpréter la musique traditionnelle (il va sans dire que l'instrument était dépourvu de clefs : il ne pouvait émettre que quelques notes selon l'intensité du souffle). La tuba jouait un rôle essentiel à l'armée pour sonner l'appel. Elle a certainement été héritée des Étrusques.
-Le corps du buccin ou cornu, un instrument de la famille des cuivres, affectait une forme semi-circulaire, ou plus précisément la forme de la lettre G ; il possédait parfois un raidisseur (ou poignée) transversal. La perce était conique (comme celle du cor d'harmonie) et l'embouchure était tronconique. C'était également un instrument militaire, et comme la tuba, il était hérité des Étrusques. Le joueur de cornu était appelé cornicen (
Sujets connexes
Accord (musique)   Anche   Antiquité   Apiculture   Apollon   Aristoxène   Art de la Rome antique   Arts libéraux   Bacchantes   Boèce   Buccin   Carthage   Castagnettes   Chaldéens   Chronologie de la musique classique   Cithare   Clarinette   Clef (musique)   Cor d'harmonie   Crécelle   Ctésibios   Cymbale   Diacritique   Flûte   Flûte de Pan   Flûte double   Flûte à bec   Frères Arvales   Grelot   Grèce   Harpe   Histoire de l'orgue   Italiques   Luth   Lyre   Mode (musique)   Mosaïque   Moyen Âge   Musique baroque   Musique contemporaine   Musique de la Renaissance   Musique de la Rome antique   Musique de la période classique   Musique grecque ancienne   Musique moderne   Musique médiévale   Musique romantique   Musique électroacoustique   Musée archéologique de Naples   Métrique (poésie)   Numides   Néron   Orgue   Partiel (acoustique)   Perce   Philippo Buonanni   Plectre   Pompéi   Pythagore   Sistre   Suétone   Tambour   Tambourin   Timbales (musique classique)   Timbre (musique)   Tortue   Tuba   Vie des douze Césars   Vitruve  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^