Gauche antilibérale

Infos
La gauche antilibérale est un courant politique hétérogène qui rassemble des mouvements politiques de gauche dont le dénominateur commun est l'opposition au libéralisme économique. La gauche antilibérale est comprise dans un espace situé à gauche des partis sociaux-démocrates, et qui empiète sur l'extrême gauche.
Gauche antilibérale

La gauche antilibérale est un courant politique hétérogène qui rassemble des mouvements politiques de gauche dont le dénominateur commun est l'opposition au libéralisme économique. La gauche antilibérale est comprise dans un espace situé à gauche des partis sociaux-démocrates, et qui empiète sur l'extrême gauche.

Histoire et origines

L'antilibéralisme de gauche est né dans le courant des années 1990, en réaction à ce qu'il considère l'hégémonie du néolibéralisme dans la période post-communiste. Il est néanmoins difficile de dater son apparition précisément. Le mouvement de grève de novembre-décembre 1995 contre le plan Juppé est considéré par la LCR comme la « première révolte antilibérale », marquant la fin d'une baisse des mouvements sociaux et le début d'une remontée des luttes, à propos de la grève de novembre-décembre 1995.. L'armée zapatiste de libération nationale (EZLN), suite à la révolte du Chiapas de 1994, publie des communiqués contre le néolibéralisme et organise en juillet 1996 une « rencontre intercontinentale pour l'humanité et contre le néolibéralisme », annonciatrice du courant altermondialiste. En juillet 1997, une « seconde rencontre intercontinentale des peuples contre le néo-libéralisme » se tient en Espagne. L'association ATTAC est constituée en France en juin 1998, à partir d'un appel lancé par Ignacio Ramonet dans Le Monde diplomatiqueIgnacio Ramonet, , Le Monde diplomatique, décembre 1997.. Elle revendique une taxe Tobin pour lutter contre la spéculation boursière et contribuer au développement écologique et social. D'autre part, l'accompagnement de la mondialisation libérale par les partis socialistes de gouvernement entraîne une réaction d'une partie de la gauche attachée aux idées progressistes. En conséquence, une gauche antilibérale multiforme se structure entre la gauche sociale-démocrate et l'extrême gauche.

Idéologie

Les courants de la gauche antilibérale se prononcent pour des réformes profondes, afin de faire barrage au libéralisme et de promouvoir un monde écologiste, féministe, antiraciste et solidaire. En revanche, à la différence de l'extrême gauche, les antilibéraux n'agissent pas dans le but du renversement du système capitaliste, ni ne se revendiquent comme partie prenante de la lutte des classes. Ils se prononcent notamment pour une Europe sociale, pour une extension des services publics, pour un développement respectueux de l'environnement et contre la logique « gaspilleuse et prédatrice » du libéralisme ou dans la charte antilibérale..

La gauche antilibérale en France

En France, ce mouvement regroupe les mouvements altermondialistes (association, syndicats et citoyens non organisés), les Alternatifs, le Mouvement républicain et citoyen, le MARS-Gauche républicaine, Pour la république sociale, ainsi qu'une partie du Parti communiste français, une partie des Verts et un courant minoritaire de la Ligue communiste révolutionnaire. La gauche antilibérale française fut assez médiatisée en 2005 lors de la campagne du « non » au référendum français sur le traité établissant une Constitution pour l'Europe. Des forces antilibérales se sont rassemblées autour de l'appel des 200 lancé par la Fondation Copernic, pour un « non de gauche ». Plusieurs personnes et organisations politiques ont souhaité poursuivre l'expérience unitaire menée au travers des collectifs du 29 mai, qui ont adopté une charte anti-libérale. Un collectif national d’initiative pour un rassemblement antilibéral de gauche et des candidatures communes a été créé en mai 2006, dans le but de coordonner et d'animer le débat dans les collectifs locaux associés. Mais la question de la participation gouvernementale, qui n'a pas fait l'objet d'un consensus, n'a pas permis une alliance nationale lors des élections présidentielle et législative de 2007. Aucun candidat n'a pu rassembler, sur son nom, les différents courants de la gauche antilibérale et se réclamer des collectifs unitaires. En conséquence, trois candidats antilibéraux se sont présentés à l'élection présidentielle française de 2007 : la communiste Marie-George Buffet (PCF)Marie-George Buffet s'est présentée à cette élection sous l'étiquette « Gauche populaire et antilibérale »., l’altermondialiste José Bové et le communiste (trotskiste) Olivier Besancenot (LCR). Néanmoins, ils ne sont pas les seuls à se revendiquer de l'antilibéralisme à gauche. Jean-Pierre Chevènement se qualifiait de « meilleur candidat antilibéral républicain » avant de se retirer de l'élection présidentielle. Tandis que François Hollande, premier secrétaire du Parti socialiste, a affirmé : « Avec le PC, nous voulons établir des convergences, et nous respectons son choix de présenter à côté de nous une candidature unique de la gauche antilibérale... même si je suis moi aussi de gauche et antilibéral. » Certains veulent encore croire à l'unité de la gauche antilibérale, comme Yves Salesse, président de la Fondation Copernic et ex-candidat à la candidature antilibéraleYves Salesse, « L’unité est une perspective indispensable », Politis, 26 avril 2007.. Un texte sur « l’heure des choix » a été co-écrit par plusieurs représentants de la gauche antilibérale, Politis, 7 juin 2007.. Gauche Alternative 2007 est le nom d'un rassemblement politique qui a présenté ou soutenu des candidats aux élections législatives de 2007. Plus récemment, fin juin 2007, le club « Maintenant, à gauche ! » s'est constitué pour faciliter la refondation d’une « gauche de transformation ».

Dans les autres pays européens

Selon Clotilde Monteiro, l’exemple de l’Allemagne et des Pays-Bas « montre que des mouvements de gauche antilibérale peuvent émerger et se développer dans l’Europe actuelle »Clotilde Monteiro, « Le retour de la gauche radicale », Politis, 17 mai 2007.. Cependant il est parfois difficile de qualifier de gauche antilibérale des mouvements qui ne se revendiquent pas comme tels, car le vocabulaire politique employé n'est pas forcément le même d'un pays à l'autre. Le Linkspartei et la WASG ont fusionné le 16 juin 2007, les deux formations allemandes de la gauche radicale sont désormais unies au sein de Die Linke (La Gauche), qui appartient au Parti de la gauche européenne. Ses dirigeants Lothar Bisky et Oskar Lafontaine étaient respectivement leaders du WASG et du Linkspartei. Une première tentative d'alliance avait permis de recueillir 8, 7 % aux élections fédérales allemandes de 2005, suite à la déception suscitée par les compromis du SPD. L'alliance, qui est le quatrième parti du Bundestag, se revendique d'un communisme rénové. Aux Pays-Bas, le Parti socialiste s'inscrit lui aussi dans l'opposition au néolibéralismeMurray Smith, . Il s'inscrit dans la Gauche unitaire européenne - Gauche verte nordique (GUE/NGL). Ce groupe du Parlement européen promeut un nouveau modèle de développement, en rupture avec les politiques économiques actuelles, visant à créer un « espace social commun qui offrirait des droits égaux au plus haut niveau à tous les citoyens » sur le site de la Gauche unitaire européenne.. En Belgique, le Comité pour une Autre Politique (CAP) est une figure de la gauche antilibérale. Il s'est formé en réaction au projet de Constitution européenne et contre le « pacte des générations », projet du gouvernement qui impose un rallongement du temps de travail jusqu'à 65 ans.

Notes et références

Bibliographie

- Marie-Agnès Combesque, Patrick Silberstein, Michel Vakaloulis et alii, Un Autre Monde en marche ! Gauche alternative, Éditions Au Diable Vauvert, 2007.
- Yves Salesse et Christine Delphy, Pour sortir du libéralisme, Éditions Syllepse, 2002.
- Yves Salesse, Réformes et révolution : propositions pour une gauche de gauche, Éditions Agone, 2001.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Altermondialisme   Antilibéralisme   Appel des 200   Armée zapatiste de libération nationale   Bundestag   Charte antilibérale   Christine Delphy   Chronologie de l'altermondialisme   Collectif national d’initiative pour un rassemblement antilibéral de gauche et des candidatures communes   Collectifs du 29 mai   Comité pour une Autre Politique   Extrême gauche   Fondation Copernic   François Hollande   Gauche (politique)   Gauche unitaire européenne - Gauche verte nordique   Gouvernement Alain Juppé (2)   Ignacio Ramonet   Jean-Pierre Chevènement   José Bové   Le Monde diplomatique   Les Verts (France)   Libéralisme économique   Ligue communiste révolutionnaire   Liste des partis situés à gauche de la social-démocratie   Lutte des classes   MARS-Gauche républicaine   Marie-George Buffet   Michel Vakaloulis   Mouvement républicain et citoyen   Néocommunisme   Néolibéralisme   Olivier Besancenot   Oskar Lafontaine   Parlement européen   Parti communiste français   Parti de la gauche européenne   Parti socialiste (France)   Parti socialiste (Pays-Bas)   Politis   Pour la république sociale   Référendum français sur le traité établissant une Constitution pour l'Europe   Taxe Tobin   Yves Salesse  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^