Maghreb

Infos
Localisation du Maghreb Le Maghreb (en arabe al-Maghrib, « le Couchant ») est la région d’Afrique du Nord comprise entre la mer Méditerranée, le Sahara et l’océan Atlantique et qui regroupe, au sens strict, le Maroc, l'Algérie et la Tunisie. Afin d'éviter toute confusion, on appelle également cette région Petit Maghreb ou encore Maghreb central. L'espace du Grand Maghreb rattache à cet ensemble la Mauritan
Maghreb

Localisation du Maghreb Le Maghreb (en arabe al-Maghrib, « le Couchant ») est la région d’Afrique du Nord comprise entre la mer Méditerranée, le Sahara et l’océan Atlantique et qui regroupe, au sens strict, le Maroc, l'Algérie et la Tunisie. Afin d'éviter toute confusion, on appelle également cette région Petit Maghreb ou encore Maghreb central. L'espace du Grand Maghreb rattache à cet ensemble la Mauritanie et la Libye. Le Maghreb couvre une superficie d'environ trois millions de km² partagés entre le bassin méditerranéen et les régions sahariennes. Le désert du Sahara recouvre la majeure partie de son territoire. La population d'environ 76, 2 millions d’habitants est de ce fait très inégalement répartie et concentrée principalement sur les plaines littorales. La région dispose en outre d'importantes ressources naturelles minières (phosphates et fer) et énergétiques (gaz naturel et pétrole). Le Maghreb forme depuis plus d’un millénaire une unité géographique, linguistique et religieuse. Il possède en effet une forte identité qui le distingue par rapport aux mondes arabo-musulman et africain du fait de son relatif isolement par rapport à celui-ci et de l'importance de l'élément berbère dans sa culture publié par la revue allemande Französish heute (éditée par l'Association des professeurs allemands enseignant le français) en juin 1984. Bien qu'éloignés l'un par rapport l'autre, le Maghreb et le Machrek sont toutefois particulièrement liés par la langue arabe et la culture islamique. Carrefour d'influences diverses, son histoire contemporaine est marquée par la colonisation française, espagnole et italienne mais aussi par sa proximité avec l'Europe de l'Ouest.

Étymologie

Son nom provient de l'arabe Al-Maghrib qui signifie « Le Couchant » ou « L'Occident » en raison de la position occidentale de cette région par rapport au reste du monde arabe. Il s'oppose au Machrek (« Le Levant ») qui désigne l'Orient arabe s'étendant de l'Égypte à l'Irak et à la péninsule arabique. Les Arabes utilisèrent d'abord le nom de Jezirat Al-Maghrib, qui signifie « Île de l'Occident », mettant alors en avant la situation de la région apparemment isolée entre une mer et un désert. Al-Maghrib en arabe désigne aussi le Maroc et, lorsqu'il y a ambiguïté, on appelle le Maroc Al-Maghrib Al-Aqsa, ce qui signifie « L'Occident lointain », on utilise le terme Al-Maghrib Al-Araby (littéralement « Le Couchant arabe » mais souvent traduit « Maghreb arabe ») pour désigner la région entière. Certains autochtones de la région, qui s'appellent eux-mêmes Imazighen (pluriel de Amazigh signifiant « homme libre »), que les Européens appellent Berbères, la désignent par le nom de Tamazgha et non de Maghreb. Ils contestent cette dernière appellation, au motif qu'elle n'est pas le nom originel de la région mais une désignation par les Moyen-Orientaux au moment de la conquête musulmane du Maghreb, et ne l'appellent pas non plus Berbérie, terme qui vient de sa désignation par les Grecs et les Romains.

Histoire

Antiquité

Bassin à mosaïques de l'ancienne cité romaine de Volubilis (Maroc) La région du Maghreb est peuplée dès la préhistoire par les Berbères qui développent une culture originale. Ils sont les premiers habitants de la région et sont considérés comme étant les ancêtres des maghrébins modernes, arabophones comme berbérophones. Les Phéniciens installent des comptoirs à partir du dont le plus prospère est Carthage. Les guerres puniques opposent ensuite les Carthaginois aux Romains qui prennent possession du territoire à partir du À son apogée, l'Afrique romaine s'urbanise et se christianise. Cette Eglise d'Afrique, composée de Berbères chrétiens en majorité, a été au fondement du christianisme européenLucien Oulahbib (Dr à la Sorbonne), Les Berbères et le Christianisme, p. 5, Editions Berbères, 2004.. Au , un peuple germanique de religion chrétienne et originaire de l'actuelle Pologne, les Vandales, traversent le détroit de Gibraltar et envahissent le Maghreb, ils représentent environ 80.000 personnes. Ils y fondent un royaume ephemère qui sera détruit au à la suite de la défaite vandale face aux armées du général Bélisaire, qui réintègre ainsi le Maghreb dans l'Empire Romain, alors représenté par la civilisation byzantine.

Empires musulmans

À partir du , la conquête arabe est fulgurante : elle fait entrer le Maghreb dans le monde arabo-musulman et en chasse les Romains qui l'avaient occupé depuis la chute de Carthage plus d'un millénaire plut tôt. En 711, commandé par Tariq Ibn Ziyad, un maghrébin converti à l'Islam, les forces arabo-berbères traversent le détroit de Gibraltar et attaquent la péninsule ibérique, alors occupée par les Wisigoths, un peuple barbare. S'en suivra une période fastueuse dans l'histoire de la péninsule, qui resta pendant plusieurs siècles une des régions les plus riches et les plus développées d'Europe dans tous les domaines, économique, scientifique, artistique, et technologique. Maghreb à l'époque de l'empire almohade (1190) Après une période d'unité politique sous les Aghlabides autour de la ville de Kairouan, plusieurs dynasties se succèdent au Maghreb : les Fatimides, les Zirides . Après avoir détrôné les Almoravides au siècle, la dynastie des Almohades va réaliser l'unité politique de tout le Maghreb, leur état s'étendait de l'Ouest de la Libye au Maroc, et comprenait une grande partie de la péninsule Ibérique. En 1236, les Hafsides, vassaux des Almohades, se déclarent indépendants et fondent une nouvelle dynastie à Tunis qui règne jusqu'en 1574. Le royaume de Tlemcen, fondé en 1282 est dirigé par la dynastie des Abdalwadides. À son apogée, cet État contrôle un territoire allant de l'Atlas à l'actuelle Tunisie au . En 1553, le royaume passe sous la protection ottomane. Du , à l'exception du Maroc toute la partie Nord du Maghreb fait théoriquement partie de l'empire ottoman, mais l'Algérie et la Tunisie, alors vassaux de la Sublime Porte, sont en fait des états quasi-indépendants. C'est à cette époque que se fixent les limites des trois entités politiques actuelles et que les capitales s'installent sur le littoral.

Colonisation européenne

En 1830, commence le début de la colonisation française au Maghreb. Elle commencera par l'invasion de l'Algérie, puis de la Tunisie, tous deux états vassaux de l'Empire ottoman, et se terminera par la conquête du Maroc en 1912. Débarquement américain près d'Alger en 1942 Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Maghreb sert de champ de battaille entre les Alliés et les puissances de l'Axe, il est donc le théâtre de nombreuses interventions militaires, comme l'opération Torch. C'est à partir du Maghreb, qui servira de base stratégique aux Alliés et dont la ville d'Alger sera proclamée capitale provisoire de la France pendant l'Occupation, que l'armée française sera reconstituée et que les contingents Alliés débarqueront en Italie en 1943, et lanceront en août 1944 le débarquement de Provence, qui libéra l'Est de la France des troupes allemandes. Des centaines de milliers de maghrébins prendront part à ces opérations. Après 1945, les revendications indépendantistes se font donc jour et aboutissent à l'indépendance des trois pays, de façon presque simultanée, mais selon des modalités différentes. Par des négociations pour le Maroc et la Tunisie, qui obtiennent l'indépendance dès 1956, et par une guerre pour l'Algérie, débutée en 1957, qui aboutit sur l'indépendance algérienne en 1962. Aujourd'hui, les gouvernements maghrébins sont très différents et doivent faire face aux oppositions démocratiques et islamistes.

Algérie

Maghreb avant la conquête française (publiée en 1843) L’invasion française de l’Algérie en 1830 marqua le début de la période coloniale. Pendant plus de cent ans, les Français tentèrent d’intégrer l’Algérie à la France, essentiellement en raison de l’abondance de ses ressources. L’armée française l’a soumise village après village, mais il faut préciser que ce qui caractérise la colonisation de l’Algérie et tient lieu de particularité est qu’il s’agit d’une colonie de peuplement. Alors que la France annexe officiellement l'Algérie, formant trois département français, les populations indigènes restent astreintes à un statut inférieur d'indigénat, et se forme ainsi au sein de la société algérienne deux communautés ; d'un côté les musulmans indigènes, juridiquement inférieur, et les colons, citoyens français (pieds-noirs), au niveau de vie supérieur. Ce qui exacerbait les tensions, et les revendications nationalistes algériennes, dont le point de paroxysme est atteint avec les manifestations d’Algériens de mai 1945, durement réprimés, qui font 10 à 25 000 morts, selon les historiens, et marque le début de la guerre d'indépendance.

Tunisie

Au , les puissances européennes entrent en conflit pour le contrôle des territoires musulmans du Maghreb et du Moyen-Orient. La Tunisie est l'enjeu des rivalités entre la France et l'Italie. Cette dernière acceptera finalement la main-mise française sur la Tunisie à la condition d'avoir le champ libre en Libye, un pays que l'Italie convoite et dont elle s'emparera en 1911. En 1881, l'armée française pénètre en Tunisie, alors en état d'extrême faiblesse, qui décide de ne pas opposer de résistance. Par le traité du Bardo, un protectorat est imposé à la Tunisie qui sera le second pays du Maghreb à être colonisé par la France.

Maroc

Le Maroc restera indépendant jusqu'en 1912, date à laquelle l'Espagne et la France, alors alliés, contraignent le Sultan d'accepter lui aussi un protectorat. Le pays allait donc être occupé par la France, tandis que l'Espagne, déjà présente dans le Sahara Occidental, occuperait la partie de l'extrême Nord du Maroc. En 1921, éclate la Guerre du Rif, menée par les résistants marocains qui sont dirigés par Abdelkrim, alors en lutte contre l'occupation franco-espagnole de son pays. Après le succès de la bataille d'Anoual, à l'issue de laquelle 16 000 soldats espagnols sont tués par les armées marocaines, qui s'emparent de leur matériel militaire. L'Espagne, alors en pleine crise, demande l'aide de la France. Craignant pour la stabilité de ses colonies au Maghreb, celle-ci envoie plusieurs dizaines de milliers d'hommes pour soutenir les troupes espagnols. Après la défaite des marocains, un grand nombre de civils seront massacrés en guise de représailles, et ce malgré les promesses de l'administration coloniale de ne pas s'en prendre aux populations civiles si le chef de la rébellion, Abdelkrim, acceptait de se rendre aux autorités.

Géographie

Le Maghreb possède une superficie totale de plus de six millions de kilomètres carrés avec de fortes disparités d’un pays à l’autre. Cette région est bordée au nord par la mer Méditerranée, à l'ouest par l'océan Atlantique et au sud par le désert du Sahara. Elle est traversée par la chaîne de l'Atlas sur plus de 2 000 kilomètres. Le Maghreb subit un fort déséquilibre démographique et économique entre le littoral et l'intérieur des terres, particulièrement en Algérie où 90% de la population se concentre au nord du pays, dans les montagnes et sur les plaines côtières. Cette région, la partie fertile du pays, représente près de trois fois la superficie de l'Angleterre. Le Sahara algérien quant à lui s'étend sur deux millions de kilomètres carrés. Ainsi, si la part du désert dans l'étendue des pays maghrébins est importante (84% de la surface de l'Algérie et 40% de la superficie de la Tunisie), ces pays disposent en revanches d'importantes terres fertiles et abritent de vastes forêts à l'image du massif de la Kroumirie.

Littoral

De Tobrouk à Agadir, le Maghreb possède une façade maritime qui s’étend sur près de cinq mille kilomètres en bordure de la mer Méditerranée, jusqu’à Tanger, et sur 700 kilomètres le long de l’océan Atlantique entre Tanger et Agadir. La côte devient ensuite désertique jusqu’à l’embouchure du fleuve Sénégal, 1500 kilomètres plus au sud. Vue de la baie d'Alger depuis l'ouest Littoral tunisien Les plaines littorales du Maghreb offrent les plus fortes densités humaines de la région et abritent les principales villes. C'est également sur les côtes qu'est pratiquée l'agriculture intensive, que s'est installée l'industrie en relation avec les ports et les infrastructures touristiques comme au Maroc et en Tunisie. Les côtes constituent une interface active avec l'Europe et reçoivent donc l'essentiel de ses investissements. Le climat du littoral maghrébin est de type méditerranéen : il se caractérise par des hivers relativement doux et des étés secs et chauds. Il s'agit d'un atout pour attirer les touristes européens et permet aussi de cultiver des primeurs et des agrumes qui sont ensuite exportés vers l'Europe. Cependant, la sécheresse estivale pose des problèmes de gestion de l'eau et oppose des activités économiques différentes : l'industrie et l'agriculture, grandes consommatrices d'eau, se retrouvent alors en concurrence. La région n'est pas épargnée par les tremblements de terre. Le séisme d'Agadir (Maroc) fait plus de 15 000 morts en 1960 . Plus récemment, le 21 mai 2003, le séisme de Boumerdès (Algérie) provoqua la mort de 2 217 personnes alors que le séisme d'Al Hoceima (nord du Maroc) fit 629 morts - Rapport préliminaire de mission du 3 au 7 mars 2004, Université Mohammed V – Agdal. et une centaines de blessées.

Relief

La chaîne de l'Atlas traverse le Maghreb d'est en ouest et forme une protection naturelle contre la progression du désert. Il s'élève à plus de 4 000 mètres d'altitude — son point culminant est le Jbel Toubkal au Maroc culminant à 4 167 mètres — et a longtemps servi de refuge aux populations berbères. Le Jbel Toubkal dans le Haut Atlas, plus haut sommet d'Afrique du Nord, culminant à 4167 m Une oasis à Timimoun dans le désert algérien Aujourd'hui encore, les éleveurs et agriculteurs berbères vivent dans ces régions montagneuses en conservant leur identité culturelle . Le climat y est plus froid en altitude et peut parfois être franchement rigoureux en hiver. Durant cette saison, les sommets de l’Atlas sont recouverts de neige. Les principales massifs montagneux de l'Atlas se structurent du sud-ouest vers le nord-est :
-Anti-Atlas
-Haut Atlas
-Moyen Atlas
-Atlas saharien Il se décomposent ensuite en différents massifs secondaires :
-Rif
-Ouarsenis
-Aurès
-Dorsale tunisienne

Désert

Le sud du Maghreb est occupé par le désert du Sahara dont la majeure partie est constitué de plaines rocailleuses, tandis que l'autre part est constituée par des immenses dunes de sable. Les précipitations y sont faibles et la présence humaine inexistante ou discontinue. Certaines oasis jalonnent les pistes transsahariennes et la présence d'hydrocarbures (notamment en Algérie) ou de phosphates (notamment en Tunisie) a permis l'apparition de quelques villes (El-Oued, Ghardaïa, Tamanghasset, Laayoune, etc.). L'irrigation, nécessaire à l'agriculture, est possible grâce à l'eau puisée dans les nappes phréatiques fossiles et dans les cours d'eau temporaire (appelés oueds).

Tissu urbain

Tunis, capitale et première agglomération de Tunisie, vue de nuit Les principales villes du Maghreb sont :
- Algérie : Alger, Oran, Constantine, Annaba, Batna, etc.
- Maroc : Casablanca, Rabat, Fès, Marrakech, Tanger, Meknès, Agadir, Oujda, etc.
- Tunisie : Tunis, Sfax, Sousse, Ettadhamen-Mnihla, Kairouan, etc. Quant aux plus grandes agglomérations maghrébines (estimations de 2007 , 30-09-2007.), elles se classent de la façon suivante :
- 1. Alger : 4 275 000
- 2. Casablanca : 3 900 000
- 3. Tunis : 2 250 000
- 4. Rabat : 1 810 000
- 5. Oran : 1 260 000

Économie

Après la proclamation de l'indépendance des divers pays, dans les années 1960, les gouvernements respectifs optent pour la planification économique. Le PIB par habitant progresse mais l'économie du Maghreb doit faire face à de nouveaux défis . Aujourd'hui, elle est confrontée comme le reste du monde à la mondialisation. Cela conduit les gouvernements à privatiser de larges secteurs de leurs économies. Les divers pays du Maghreb se classent de la façon suivante sur le base du PIB :
- : 113, 6 millards USD soit  USD par habitant
- : 56, 5 millards USD soit  USD par habitant
- : 36, 94 millards USD soit  USD par habitant La crise affecte la croissance du PIB, accroît la dépendance alimentaire et favorise les émeutes à caractère social (comme les émeutes du pain tunisiennes en 1983-1984). Le développement économique a entraîné une transformation des paysages du littoral (stations touristiques, agriculture intensive et urbanisation accélérée) extraite de la page 42 du n°10 de la revue Questions internationales (« Le Maghreb ») parue en novembre-décembre 2004. Face à la mondialisation, les pays du Maghreb ont tenté de timides rapprochements dans le cadre de l'Union du Maghreb arabe mais les réalisations communes apparaissent bien modestes en raison des différences politiques de ses membres.

Secteur primaire

Port d'Essaouira L'agriculture au Maghreb a connu d'importantes mutations depuis les années 1970 : mécanisation, utilisation d'engrais et irrigation moderne ont entraîné une augmentation des productions agricoles. Le monde agricole n'échappe pourtant pas à la crise et l'essor des récoltes ne suit pas l'accroissement démographique. Par son appartenance au bassin méditerranéen, les produits de l'agriculture maghrébine sont les céréales, l'élevage des ovins et des caprins, le maraîchage, les agrumes, la vigne, la pêche et l'huile d'olive. Il est à noter que le Maroc est aussi l'un des premiers exportateurs mondiaux de haschich . Les principales ressources du sous-sol sont les hydrocarbures et les phosphates. Les principaux gisements de pétrole en exploitation se trouvent en Algérie (Hassi Messaoud et In Amenas).

Secteur secondaire

L'industrialisation est un phénomène relativement récent dans la région (années 1970). L'intervention étatique a permis le développement d'usines alors que les investissements étrangers et la sous-traitance bénéficient aux régions littorales ouvertes vers l'extérieur. Les principaux secteurs de production sont l'agroalimentaire, les matériaux de construction (ciment et sidérurgie) surtout en Algérie, le textile et la pétrochimie. Les grands centres industriels sont Alger, Arzew, Annaba, Casablanca, Bizerte, Tunis, Sousse, Gabès, Mohammédia et Tanger. Une autoroute transmaghrébine de 1216 kilomètres est en cours de construction entre le littoral marocain et la Libye.

Secteur tertiaire

Le climat, les paysages et le patrimoine culturel du Maghreb sont autant d'atouts pour le développement touristique de la région. De plus, le Maghreb bénéficie en outre de la proximité géographique avec l'Europe et de l'usage courant de la langue française : Marrakech ou Djerba sont ainsi à deux heures d'avion de Paris. Toutefois, la pression touristique suscite une nécessité de préservation du patrimoine et une gestion raisonnée des ressources en eau. Le Maghreb doit aussi faire face au danger terroriste (attentat de la Ghriba en 2002, attentats du 16 mai 2003 à Casablanca ou attentats d'Alger du 11 avril 2007). Le secteur commercial s'inscrit dans le cadre de la mondialisation des échanges qui profite avant tout aux villes du littoral tournées vers l'extérieur. Arzew, Béjaïa, Skikda et Skhira sont les principaux ports industriels d'exportation vers l'Europe.

Démographie

Tableau général

Le Maghreb compte environ 75 millions d'habitants très inégalement répartis , carte du mensuel Le Monde diplomatique et les plus fortes densités de population se rencontrent sur les plaines littorales de l'océan Atlantique et de la mer Méditerranée. C'est également au nord et à l'ouest de la région que se trouvent ses principales agglomérations (Alger, Casablanca, Rabat, Tunis, Tanger, Annaba, Tétouan et Oran). Jeunes algérois dans les rues de la Casbah d'Alger En trente ans, la population du Maghreb a été multipliée par deux. Toutefois, la croissance démographique tend à ralentir à cause de la baisse du taux de fécondité : elle s'explique par l'efficacité du planning familial, la scolarisation des filles et la modernisation des modes de vie. Quant au taux de natalité, il a baissé dans les trois pays mais la proportion de moins de 15 ans demeure élevée. Cela pose des problèmes de scolarisation que les gouvernements ont relevés avec plus ou moins de succès. Par ailleurs, l'exode rural pousse les jeunes des montagnes et des campagnes à migrer dans les villes du littoral où les salaires sont plus élevés et les conditions de vie meilleures par Vanessa Rousseau. Au début du , plus de la moitié des Maghrébins vivent en ville. Une partie d'entre eux tente ensuite sa chance en migrant vers Europe de l'Ouest.

Population

Selon Gilbert Meynier, la population maghrébine serait principalement berbèreL’Algérie des origines. De la préhistoire à l’avènement de l’Islam (p. 11). ». Cependant, la plupart des Maghrébins revendiquent une identité arabe. En effet, si l'apport des Moyen-Orientaux au Maghreb n'est pas aussi important sur le plan démographique qu'il n'est déterminant sur les plans linguistiques, culturels et religieux. Les Arabes arrivés à partir du avec les conquêtes musulmanes, ont contribué à convertir à l'islam le Maghreb. L'apport démographique arabe est beaucoup plus significatif à partir du , lorsque le pouvoir des Fatimides envoya, dans le but de réprimer des dynasties du Maghreb ayant proclamées leur indépendance, de nombreuses tribus guerrières. La plus importante d'entre elles est celle des Hilaliens accompagnée des Banu Sulaym et des Banu Maqtil. Les estimations en terme de déplacement de population vont de Gabriel Camps, Les Berbères. Mémoire et identité, éd. Errance, Paris, 1995 à « Dictionnaire de l'Islam », Encyclopédia Universalis, p. 293 ou par François Decret. Selon Charles-André Julien, les actuelles populations arabophones, majoritaires au Maghreb, seraient en grande partie berbèreHistoire de l'Afrique du Nord (p. 59). Selon Gabriel Camps, les « invasions hilaliennes » furent donc un facteur important dans l'arabisation linguistique de la région et aussi en terme de populationLes Berbères. Mémoire et identité (p. 102). De nos jours, l'arabe littéral est la langue officielle des pays du Maghreb, c'est-à-dire la langue des médias et de l'école. Jeune femme berbère de Tunisie (début des années 1900) Dans ce contexte, seule une minorité de la population maghrébine — de l'ordre de 40% au Maroc, 27, 5% en Algérie et de 4 à 8% en Tunisie et en Libye , Jacques Leclerc, L’aménagement linguistique dans le monde. CIRAL (Centre international de recherche en aménagement linguistique). — parle le berbère en plus de l'arabe. Ces groupes conservent une identité qui leur est propre en particulier dans les montagnes de l'Atlas. Certains sont nomades et d'autres sédentaires. Groupe de Juifs tunisiens Par ailleurs, de petites communautés juives séfarades résident au Maghreb. Il y aurait juifs au Maroc et en Tunisie, et auraient pratiquement disparus en Algérie sauf dans quelques grandes villes. Si de nombreux Juifs sont présents au Maghreb dès l'Antiquité, notamment au travers de la conversion de certains Berbères, la plupart des Juifs maghrébins sont les descendants des réfugiés de la péninsule Ibérique chassés lors de l'avancée chrétienne et particulièrement lors de l'expulsion des Juifs d'Espagne par les souverains catholiques après la chute du royaume de Grenade qui marqua la fin de la Reconquista en 1492. Certains Juifs européens sont arrivés à l'époque moderne avec la colonisation françaiseJacques Taïeb, Sociétés juives du Maghreb moderne, éd. Maisonneuve & Larose, 2000 . Après les indépendances des trois pays, la plupart des Juifs ont quitté le Maghreb pour Israël et la France. Par ailleurs, plusieurs sources par Rees Davies par Robert C. Davis indiquent que plus d'un million d'Européens furent capturés comme esclaves entre 1530 et 1780 et que bon nombre d'entre eux firent par la suite souche au Maghreb. Ces chrétiens furent capturés pendant la période corsaire. Il s'agissait de guerres, exacerbées de part et d'autre par le fait religieux, où l'esclavage était pratiqué par les deux camps . Cet esclavagisme, pratiqué aussi bien par les chrétiens que par les musulmans, terrorisait les populations côtières du bassin méditerranéen. Ainsi, un grand nombre d’esclaves musulmans se trouvait à Malte du fait des nombreuses prises effectuées par les galères de l’Ordre de Malte qui était en guerre perpétuelle contre les « infidèles » ou par des corsaires qui razziaient les côtes maghrébines et moyen-orientales pour en capturer les habitants . Dès le , bien avant le début de cette période, les navires chrétiens européens débarquent aux Îles Canaries, alors habitées par les Guanches, s'y installèrent et y pratiquèrent l'esclavage, si bien que cette population est aujourd'hui éteinte .

Culture

Le Maghreb appartient au bassin méditerranéen et au monde arabo-musulman. Sa culture est donc issue d'un mélange d'influences diverses. Englobé dans la République romaine puis l'Empire romain, du au , le Maghreb conserve de cette période le même type de vestiges que dans le reste du bassin méditerranéen : temples romains (Dougga), théâtres romains (Timgad), amphithéâtres (Thysdrus), arcs de triomphe (Volubilis), thermes (Carthage) et mosaïques (Musée du Bardo à Tunis). Mosquée Hassan II Ruines de Thuburbo Majus Au Moyen Âge, les Arabes du Moyen-Orient imposent progressivement leur langue et leur religion qui imprègnent de nombreux domaines de la vie sociale. La civilisation islamique contribue au renouveau du paysage urbain (mosquées, souks, hammams, médinas et kasbahs) dans un contexte de fondation de villes nouvelles (comme Kairouan en 670, Fès en 809 ou Oran au ). Toutefois, l'arabisation du Maghreb se heurte aux résistances des populations berbères qui tentent de préserver leur identité. Ainsi, le printemps berbère de 1980 permet l'expression de demandes d'officialisation du berbère en Kabylie puis d'autres régions d'Algérie (Aurès, Mzab, etc.). Finalement, le gouvernement algérien reconnaîtra le berbère comme une langue nationale mais refusera son officialisation, ce qui contribue à maintenir la tension sur la question linguistique et identitaire en Algérie. Aux s, la colonisation française réintroduit le christianisme — déjà présent durant l'Antiquité et dont saint Augustin était une grande figure — construit une cathédrale (d'abord à Constantine en 1838), des bâtiments officiels, des infrastructures de transport modernes, etc. Toutefois, la domination européenne a fortement troublé la société maghrébine en apportant la modernité et les valeurs occidentales et s'est soldée par le rejet de cette influence au travers du nationalisme puis de l'islamisme. Aujourd'hui, le français reste utilisé dans les affaires et l'enseignement et une grande partie des Maghrébins ont accès à la culture occidentale, notamment grâce aux émissions télévisées captées par les paraboles. Mais les mouvements culturels locaux expérimentent de plus en plus des formes d'expression jadis réprimées par les régimes nés de l'indépendance, notamment dans les domaines de la musique, de la danse et des arts visuels.

Relations du Maghreb avec l'Europe

Vue sur les côtes marocaines depuis l'Espagne Le détroit de Gibraltar, large de 14 kilomètres, relie plus qu'il ne sépare les deux continents. Le détroit de Sicile est plus étendu (environ 100 kilomètres) et constitue également une voie d'accès maritime. De ce fait, les relations économiques entre le Maghreb et l'Europe sont anciennes. Dès l'Antiquité, la Maurétanie envoie des denrées méditerranéennes (olives, blé, vin, etc.) ou de l'Afrique sub-saharienne (or, ivoire, esclaves, etc). Avec la colonisation européenne au , elles se doublent d'échanges humains. Un grand nombre d'Européens s'installe au Maghreb, apportant avec eux leur langue et leur religion. Toutefois, au terme de la guerre d'Algérie (1954-1962), les Pieds-Noirs sont contraints de migrer vers la France. Au début du , environ 70% du commerce extérieur du Maghreb est réalisés avec l'Union européenne. Les échanges concernent les matières premières et les minerais (exportations d'hydrocarbures et de phosphates) mais aussi les productions agricoles (agrumes et primeurs). La Tunisie exporte aussi du textile. Les pays du Maghreb importent essentiellement des produits industriels et agricoles (céréales et lait). Depuis quelques années, des entreprises européennes délocalisent leurs unités au Maghreb pour profiter du faible coût de la main d'œuvre, ce qui est encouragé par la signature d'accords bilatéraux de libre-échange notamment dans le cas tunisien. Enfin, les flux migratoires demeurent importants entre le Maghreb et l'Europe Bichara Khader, « L'enjeu migratoire dans les rapports Europe-Maghreb », Confluences culturelles, n°5, hiver 1992-93 . Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, un certain nombre de Maghrébins ont quitté leurs pays pour travailler en Europe. La France, en raison des liens historiques et culturels qu'elle entretient avec le Maghreb, reste la première destination des migrations économiques. Depuis 1974, l'immigration légale est fortement restreinte par les gouvernements européens. Le Maghreb est dès lors le point de départ d'une immigration clandestine qui passe par le détroit de Gibraltar, par les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla, ainsi que par le détroit de Sicile et l'île italienne de Lampedusa) Bernabe Lopez Garcia, « L'Espagne, porte européenne du Maghreb », Confluences culturelles, n°5, hiver 1992-93.

Notes et références

Bibliographie

- Marc Côte, Le Maghreb, Documentation photographique, éd. La Documentation française, n°8002, avril 1998
- Camille Lacoste et Yves Lacoste, Maghreb. Peuples et civilisations, éd. La Découverte, Paris, 2004
- André Prenant, Maghreb et Moyen-Orient. Espaces et sociétés, coll. Capes Agrégation, éd. Ellipses, Paris, 1998
- Vanessa Rousseaux, L'urbanisation au Maghreb. Le langage des cartes, éd. Publications de l'Université de Provence, Aix-en-Provence, 2004
- Pierre Vermeeren, Maghreb. La démocratie impossible, éd. Fayard, Paris, 2004

Voir aussi

===
Sujets connexes
Abdalwadides   Abdelkrim El Khattabi   Afrique du Nord   Afrique sub-saharienne   Agadir   Agglomération   Aghlabides   Agriculture   Agriculture intensive   Agroalimentaire   Agrume   Al Hoceima   Alger   Algérie   Almohades   Almoravides   Amphithéâtre   Analphabétisme   Angleterre   Annaba   Années 1900   Années 1960   Années 1970   Antenne parabolique   Anti-Atlas   Antiquité   Arabe   Arabe littéral   Arabes   Arc de triomphe   Arzew   Atlas (massif)   Atlas saharien   Attentat de la Ghriba   Attentats d'Alger du 11 avril 2007   Attentats du 16 mai 2003 à Casablanca   Augustin d'Hippone   Aurès   Autoroute   Avion   Banu Maqtil   Banu Sulaym   Bassin méditerranéen   Batna   Berbères   Bizerte   Blé   Boumerdès   Béjaïa   Camille Lacoste-Dujardin   Caprinae   Carthage   Casablanca   Casbah d'Alger   Ceuta   Charles-André Julien   Christianisme   Ciment   Civilisation islamique   Climat   Climat méditerranéen   Colonisation   Commerce   Conquête musulmane du Maghreb   Constantine (Algérie)   Continent   Conversion religieuse   Corsaire   Culture islamique   Céréale   Danse   Densité de population   Djerba   Dorsale tunisienne   Dougga   Dune   Dynastie   Délocalisation   Désert   Détroit de Gibraltar   Eau   El-Oued   El Jem   Embouchure (géographie)   Empire byzantin   Empire colonial français   Empire ottoman   Empire romain   Enclave   Engrais   Espagne   Espérance de vie   Essaouira   Ettadhamen-Mnihla   Europe   Europe de l'Ouest   Exode rural   Exportation   Fatimides   Fer   Forêt   France   Français   Fès   Gabriel Camps   Gabès   Gaz naturel   Ghardaïa   Gilbert Meynier   Grèce antique   Guanches   Guerre   Guerre d'Algérie   Guerre du Rif   Hafsides   Hammam   Hassi Messaoud   Haut Atlas   Hilaliens   Histoire de l'expansion de l'islam   Histoire des Juifs au Maroc   Histoire des Juifs en Algérie   Histoire des Juifs en Tunisie   Hiver   Huile d'olive   Hydrocarbure   Immigration illégale   Importation   Indigénat   Industrialisation   Industrie   Irak   Irrigation   Islam   Islamisme   Israël   Italie   Ivoire   Jacques Leclerc (linguiste)   Jbel Toubkal   Juifs   Kabylie   Kairouan   Kasbah   Kroumirie   Lait   Lampedusa   Le Monde diplomatique   Libre-échange   Libye   Liste des colonies françaises   Liste des municipalités de Tunisie par population   Littoral   Littoralisation   Machrek   Maghreb-Machrek   Malte   Maraîchage   Maroc   Marrakech   Massacres de Sétif et Guelma   Mauritanie   Maurétanie   Meknès   Melilla   Mer   Mer Méditerranée   Migration humaine   Mine (gisement)   Minerai   Mode de vie   Mohammédia   Monde arabe   Mondialisation   Mosaïque (art)   Mosquée   Mosquée Hassan II   Mouton   Moyen-Orient   Moyen Atlas   Moyen Âge   Musique   Musée national du Bardo (Tunisie)   Mzab   Mécanisation   Médina   Nappe phréatique   Nationalisme   Neige   Nomadisme   Oasis   Océan Atlantique   Olive   Opération Torch   Or   Oran   Ordre de Malte   Ouarsenis   Oued   Oujda   PIB par habitant   Paris   Phosphate   Phénicien   Pieds-Noirs   Plaine   Planification économique   Port (marine)   Primeur   Printemps berbère   Privatisation   Protectorat   Précipitation   Préhistoire   Pétrochimie   Pétrole   Pêche (halieutique)   Rabat   Reconquista   Rif   Rome antique   Royaume de Grenade   République romaine   Sable   Sahara   Saison   Salaire   Seconde Guerre mondiale   Sfax   Sidérurgie   Skhira   Skikda   Souk   Sous-traitance   Sousse   Sublime Porte   Superficie   Sécheresse   Séfarade   Sénégal (fleuve)   Tamanghasset   Tamazgha   Tanger   Taux de fécondité   Taux de natalité   Temple romain   Textile   Thermes romains   Thuburbo Majus   Théâtre romain   Timgad   Timimoun   Tlemcen   Tobrouk   Traites négrières   Traité du Bardo   Tremblement de terre   Tribu (ethnologie)   Tunis   Tunisie   Tétouan   Union du Maghreb arabe   Union européenne   Urbanisation   Usine   Vandales   Vigne   Villes d'Algérie   Vin   Volubilis   Volubilis (ville)   Yves Lacoste   Zirides  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^