Discrimination

Infos
Socialement, la discrimination consiste à distinguer un groupe de personnes des autres, et à lui appliquer un traitement spécifique, sans lien objectif avec le critère qui sert à distinguer le groupe. La discrimination a d'abord été identifiée comme une réduction arbitraire des droits, contraire à l'égalité en droit, et induisant une dévalorisation de certains groupes d'humains. Mais une fois une discrimination « négative » objectivement observée, il est parfo
Discrimination

Socialement, la discrimination consiste à distinguer un groupe de personnes des autres, et à lui appliquer un traitement spécifique, sans lien objectif avec le critère qui sert à distinguer le groupe. La discrimination a d'abord été identifiée comme une réduction arbitraire des droits, contraire à l'égalité en droit, et induisant une dévalorisation de certains groupes d'humains. Mais une fois une discrimination « négative » objectivement observée, il est parfois mis en avant la nécessité d'une action de rééquilibrage sous forme d'une discrimination positive. La discrimination est l'action qui consiste à différencier les éléments d'un ensemble au moyen d'un ou plusieurs critères afin de pouvoir appliquer un traitement spécifique à chaque sous-ensemble ainsi constitué. En théorie économique, la discrimination désigne l'action d'un agent qui module son offre (de travail, de bien) en fonction des caractéristiques connues ou supposées des autres agents. Le cas le plus courant est celui de la discrimination par les prix.

Définition

La discrimination: La discrimination est négative lorsqu'on traite inférieurement ou qu'on enlève des privilèges à une personne ou un groupe différent de la personne qui discrimine. (voir Critères discriminatoires et domaines de discrimination) La discrimination suppose deux éléments :
- un traitement de faveur;
- une absence de justification de ce traitement particulier. Ainsi, il semble bien clair que par exemple les congés de maternité constituent un traitement particulier, mais que ces avantages ne sont pas discriminatoires parce qu'ils sont adaptés à la situation. Mais le consensus social n'est qu'un indicateur, à la fiabilité insuffisante. Ce qui, ici et aujourd'hui, n'est conçu que comme une distinction normale, pourra en un autre temps ou un autre lieu constituer une discrimination insupportable ; or toute société est construite par et pour l'identification de situations particulières, relevant de traitements appropriés : avantages fiscaux censés compenser une servitude ou un handicap, contraintes sociales censées compenser un avantage, sanction d'un comportement jugé coupable, etc. L'âge est un bon exemple de critère utile et pratique, tantôt consensuel (âge minimum pour participer à la vie publique, par exemple), tantôt vécu comme discriminatoire (par exemple l'âge pouvant devenir un motif de rejet par les employeurs, nonobstant les éléments objectifs du C.V.).

Critères discriminatoires et domaines de discrimination

Les critères possibles pour distinguer des personnes sont infinis : physiques, physiologiques, sociaux, religieux, vestimentaires, pratiques sexuelles, opinions, langage, sexe, origines familiales ou géographiques, etc. Les domaines concernés peuvent également être infinis : activités sociales (entrée dans un établissement de loisirs, etc.), activités économiques (professions réservées, interdites ou obligatoires), activités politiques (droit de vote ou non), à l'école ou à l'université à l'encontre des étudiants étrangers, etc. Selon le critère utilisé, et parfois selon le domaine, la discrimination porte un nom spécifique. Le Pacte International des Droits Civils et Politique de l'ONU condamnent la discrimination, notamment dans son article 26 qui précise : : « Toutes les personnes sont égales devant la loi et ont droit sans discrimination à une égale protection de la loi. A cet égard, la loi doit interdire toute discrimination et garantir à toutes les personnes une protection égale et efficace contre toute discrimination, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique et de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation. »

Principales discriminations

Sans pouvoir trier précisément discrimination de comportement phobique (l'une relevant de la loi, l'autre de la psychiatrie), on liste pêle-mêle : Marche de protestation contre la ségrégation dans les écoles aux USA
- discriminations liées au physique d'un individu
-
- le sexisme (voir aussi les discriminations sexuelles) ;
-
- l'âge. Les discriminations portant sur l'âge sont particulièrement réprimées aux États-Unis, en particulier en matière d'embauche. Par ailleurs, l'âge constitue un critère social déterminant dans la vie publique (droit de vote, accès aux fonctions électives, conscription, retraite, etc.), pourtant rarement considéré comme discriminatoire ;
-
- le simple aspect physique des personnes provoque des réactions discriminantes dans la vie en société et dans le cadre professionnel, comme dans les cas du handicap (on parle parfois d'handiphobie ou validisme), de l'obésité (on parle alors de grossophobie) et parfois même de la calvitie ;
-
- le racisme et les rejets liés à la couleur de la peau, ainsi qu'aux mœurs, culture, langue de l'ethnie ou de la nationalité considérée ;
- discriminations liées au comportement au mode de vie
-
- l'hétérosexisme ainsi que l'homophobie, la lesbophobie, la biphobie et la transphobie, l'hétérophobie sont des discriminations basées sur l'orientation sexuelle ou l'identité de genre des uns et des autres ;
-
- le mode de vie, comme les discriminations contre les populations non sédentaires dans les sociétés sédentaires ;
- discriminations liées au lieu d'habitation.
-
- la xénophobie, une discrimination en fonction de la nation, et toutes ses variantes géographique, en fonction du lieu de résidence, état, ville, quartier, etc. ; exemple : parisianisme
- Discrimations liées aux opinions, aux classes sociales et aux professions.
-
- discriminations liées aux opinions religieuses : ces discriminations ne sont pas toujours désignées par des termes précis. De nouveaux termes, comme l'islamophobie, ont émergé récemment pour qualifier ces discriminations. Ils se cherchent encore une définition claire et sont combattus par ceux qui y voient une démarche de stigmatisation de l'anticléricalisme. Il faut noter que si des termes plus anciens comme judéophobie ou antisémitisme sont plus consensuels, ils décrivent moins un rejet de la religion israélite que la haine des juifs en tant que peuple ;
-
- discriminations issues des systèmes visant à distinguer et catégoriser. certaines disciplines tel que la graphologie ou l'astrologie peuvent créer de nouvelles discriminations selon leurs critères farfelus ;
-
- discriminations liées à la richesse ou à la pauvreté.
-
- discriminations liées à la culture de l'individu. Par exemple: discriminations liées au style, à la musique écoutée, par exemple: il y a de grandes tensions entre certains mouvements contestataires par exemple le rap avec le punk, le gothique ou encore le metal, le RAC, le RIF .
-
- discriminations liées à l'appartenance à une classe sociale ou à une catégorie socio professionnelle.

Les discriminations raciales institutionalisées

La ségrégation issue de l'esclavage des peuples noirs d'Afrique sévit encore aux États-Unis, malgré l'abolition des lois officielles. La discrimination positive est cependant souvent utilisée pour tenter de contrebalancer cette ségrégation. Voir aussi : Rosa Parks. L'apartheid a fait partie des lois d'Afrique du Sud pendant environ un demi-siècle. Dans de nombreuses cultures du monde, les discriminations raciale et religieuse, sont encore, sinon institutionalisées, du moins très présentes dans les us et coutumes. Un exemple particulier est celui des Maldives : cet archipel tire une bonne partie de ses ressources du tourisme, cependant les touristes – occidentaux notamment – et les Maldiviens sont cantonnés dans des îles séparées avec le minimum de contacts possibles.

La lutte contre les discriminations

La lutte contre une discrimination commence par son identification comme telle. C'est relativement facile lorsque la discrimination est explicite, inscrite dans la loi et la jurisprudence, et que son caractère injustifié est bien apparent. C'est beaucoup plus difficile lorsque la discrimination est une simple habitude sociale généralisée : il n'est pas possible de vivre sans faire de discrimination, le problème devient social lorsque tout le monde ou presque applique le même comportement discriminatoire, ce qui ne laisse plus la moindre chance.

Traitement légal

En France, les propos et insultes discriminatoires constituent des délits et sont punis par la loi. Cela n'est pas forcément le cas dans certains autres pays où les propos (mais non les actes) discriminatoires peuvent être légaux, soit parce qu'ils sont la norme locale, soit au nom de la liberté d'expression. Une « haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité » a été instituée en France par la Loi n° 2004-1486 du 30 novembre 2004. Des associations luttant contre le racisme tentent de mettre en évidence des pratiques discriminatoires à l'aide du testing.

Que dit la loi en France ?

Article 225-1 du Code Pénal :
-Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques en raison de leur origine, de leur sexe, de leur situation de famille, de leur apparence physique, de leur patronyme, de leur état de santé, de leur handicap, de leurs caractéristiques génétiques, de leurs mœurs, de leur orientation sexuelle, de leur âge, de leurs opinions politiques, de leurs activités syndicales, de leur appartenance ou leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée. Le Code Pénal prévoit l'aggravation des peines pour certains actes délictueux, comme des violences physiques, lorsque le mobile est raciste ou homophobe. La loi du 3 février 2003 punit plus sévèrement une agression lorsqu'elle est raciste. Celle du 18 mars 2003 punit plus sévèrement une agression lorsqu'elle est homophobe. Par ailleurs, l'article 225-3 du nouveau Code pénal punit de 3 ans d'emprisonnement et de 45 000 € d'amende le fait :
- de subordonner la fourniture d'un bien ou d'un service à une condition discriminatoire (par exemple exclure une personne d'une boîte de nuit du fait de la couleur de sa peau) ;
- de subordonner une offre d'emploi à une condition discriminatoire (par exemple : de demander des stagiaires qui ne soient que « blancs »). En revanche, une discrimination basée par exemple sur le métier, le diplôme, le lieu de résidence, le type de contrat de travail (CDD, CDI, CPE, CNE, etc. ), le lieu de travail ou l'expérience semble légale. En pratique, l'information sur son propre état de santé est en facteur discriminant exigé par certaines assurances, notamment dans le cas d'un crédit sur plusieurs années.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Afrique   Afrique du Sud   Anticléricalisme   Antisémitisme   Apartheid   Biphobie   Burakumin   Culture   Discrimination ethnique   Discrimination par les prix   Discrimination positive   Discrimination sexuelle   Discrimination à l'embauche   Ethnie   Exclusion sociale   France   Gated communities   Genre musical   Handicap   Heavy metal (musique)   Homophobie   Hétérophobie   Hétérosexisme   Insulte   Intouchable   Islamophobie   Judéophobie   Lesbophobie   Liberté d'expression   Libéralisme   Loi   Musique gothique   Nation   Obésité   Offre   Organisation des Nations unies   Orientation sexuelle   Parisianisme   Patrick Simon   Pauvreté   Phobie   Punk   Quartier (ville)   RAC   RIF   Racisme   Rap   Religion   Richesse   Rosa Parks   Sexisme   Ségrégation raciale   Sélection   Testing (lutte contre la discrimination)   Transphobie   Ville   Xénophobie  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^