Cagliari

Infos
Cagliari est une ville dans la province de même nom dans la région autonome de Sardaigne en Italie.
Cagliari

Cagliari est une ville dans la province de même nom dans la région autonome de Sardaigne en Italie.

Toponyme

En phénicien, le lieu se nommait calaris. En sarde, Casteddu(château, en français) désigne le quartier entouré de remparts qui domine la ville.

Géographie

Cagliari est situé dans la zone méridionale de la Sardaigne. Au sud de la ville se trouve le Golfe de Cagliari, à l'est les monti dei Sette Fratelli (monts des Sept Frères), à l'ouest les monts de Capoterra et au nord la plaine du Campidano.

Histoire

Le nom de Cagliari, anciennement Karalis , est d'origine et sens incertains, peut-être à rapprocher de la racine méditerranéenne carra (pierre). La ville avait été habitée depuis l'âge nuragique par des tribus sardes. Les Phéniciens, qui colonisèrent la Sardaigne dans les siècles aux alentours de la fondation de Rome, se fixèrent à l'embouchure de l'étang de Sainte Gilla. Passée aux Carthaginois au V siècle avant J.-C., la ville connut un développement rapide, comme en témoigne entre autre les nécropoles de Tuvixeddu et Bonaria: ceux-ci furent les extrêmes de l'expansion urbaine de ces siècles, qui vit l'abandon des installations nuragiques sur les cols pour se concentrer le long de la côte. Ainsi l'agglomération assumait résolument un caractère méditerranéen. Cagliari, panorama Le centre citadin fortifié était situé dans l'actuel quartier de la Marina, accolé à la zone sacrée dans l'actuelle zone de Stampace, et enfermé entre les deux quartiers portuaires des zones de Sant'Avendrace et de Bonaria. Devenue le centre principal de l'île, maintenant complètement passée aux Romains, en même temps que le reste de toute la Sardaigne et la Corse, en -238, au lendemain de la guerre punique. Dans les siècles suivants la « Karalis Romaine » maintint son rôle de métropole sarde, et en -48, sous Cesare, elle devint la première municipalité de la province. L'aspect de l'agglomération ne semble pas changer beaucoup pendant la longue domination romaine dont il reste des traces considérables comme l'amphithéâtre et les villas caractéristiques comme la Villa de Tigellio . Tombée à la moitié du V siècle sous l'occupation des Vandales d'Afrique, elle fût conquise par Justinien à la fin du même siècle. Kalaris , comme elle s'appelait alors, entra dans le système administratif byzantin en tant que siège du preside (proviseur), dirigeant impérial à la tête de toute la Sardaigne. Avec la division de l'île en quatre Judicats, la ville est, depuis quelques siècles en forte récession, comme le reste d'une grande partie de l'Europe. Cagliari avait subi des siècles d'incursions sarrasines, qui ont été contrariées au début du XI siècle avec l'aide des puissances navales de Pise et Gênes. Peu à peu, l'ingérence des deux villes s'exerça sur la Sardaigne. Le Judicat de Cagliari, d'après les attestations les plus anciennes, rentra dans le giron des Pisans qui finirent par s'emparer du titre de juge, avec Guglielmo de Lacon-masse (en 1187). En effet, une ville fortifiée y fut construite entièrement par les pisans, le « Castellum Castri de Kallari ». Le Palazzo Comunale Elle était destiné à devenir la nouvelle capitale, quand en 1258 les Pisans, maintenant forts de leur forteresse, non seulement manifestaient leur intention de gouverner le judicat, mais aussi de le conquérir. Ils écrasèrent Sainte Gilla. Dès lors le Castellum Castri fut identifié à Cagliari, comme le montre encore le nom sarde actuel de la ville: Casteddu. Néanmoins autour d'elle se formèrent les banlieues de Bagnaia - aujourd'hui dite Marina-, zone portuaire réglée par le Breve du port de Cagliari ; de la fortification de Stampace (toponyme que l'on rencontre également à Pise); et finalement de Villanova; dans ces appendices les Sardes trouvèrent asile, exclu du Château par ordre communal, réglé par le « Breue Castelli Castri de Kallari » qui dépendait directement de Pise. Cent ans ne s'étaient pas écoulés, que l'histoire se répéta. Cette fois ce fûrent les Aragonais qui, dans leur volonté de conquérir la Sardaigne, assiégèrent Cagliari, et édifièrent une autre forteresse sur un col encore plus au sud: celui de Bonaria. Cependant ils ne détruisirent pas la ville ennemie, comme les Pisans avaient fait avec Sainte Gilla; mais ils laissèrent, après la victoire, le Château inféodé à Pise. Les Toscans, cependant, ne supportaient pas la concurrence du nouveau bourg aragonais de Bonaria, avec son port florissant. Ils reprirent alors les armes, et ils furent contraints d'abandonner la ville pour toujours. Sous la domination ibérique, Caller, qui est la ville réelle non soumise à un seigneur féodal, devient la capitale de la Sardaigne réunifiée, et fut le siège du vice-roi. Le Château continua à être interdit aux Sardes, mais Bagnaia fut fortifié aussi, et appelé par les Aragonais Llapola (pola signifie 'marine' en latin médiéval). Le port de Cagliari La vie intellectuelle fut relativement vive, et au XVII siècle l'université fut fondée. Cependant petit à petit, la ville hispanisée, commença à ressentir une vive intolérance à la domination coloniale. Sentiment qui culmina dans le meurtre du vice-roi Camarassa (1666). Ainsi en 1708 les Cagliaritani n'opposèrent pas de résistance au siège anglo-hollandais, qui mit fin à l'âge espagnol. Après la brève parenthèse autrichienne (1712 - 1718) et l'occupation éphémère du cardinal Alberoni, qui tâchait de reconquérir la Sardaigne aux Espagnols, Cagliari passa, avec toute l'île, sous la domination des états de Savoie (en 1720). L'âge de réformes qui suivit dans toute Europe, vit une relance relatif de la ville, avec la réorganisation de l'université et de l'hôpital, la création des archives d'État et de la bibliothèque universitaire, d'une école de chirurgie et de l'imprimerie. Les Piémontais furent également mal tolérés, et quand, après que cette fois-ci Cagliari eu résisté avec vigueur au siège naval des Français révolutionnaires (en 1793), les Sardes se virent refuser leur demande d'un accès à une plus grande autonomie et de respect des anciens privilèges, la ville s'insurgea (le 27 avril 1794) et chassa temporairement les Piémontais. La révolte se propagea tout de suite au reste de l'île, où elle pris un tournant antiféodal, mais qui fut à la fin étouffée. Dans la première moitié du XIX siècle, l'âge d'or de la culture sarde, on enregistra le déclin de l'aristocratie féodale au service d'une « aristocratie culturelle » qui, avec l'abolition de la féodalité et la concession du Statut Albertino (en 1848), devint la classe dirigeante. Avec les nouvelles techniques de guerre, Cagliari, privée du rôle de forteresse au lendemain de l'unité italienne, les murailles furent abattues, et les bases pour la grande expansion du dernier siècle furent posées. Au XX siècle, Cagliari subit de nombreux bombardements.

Monuments et endroits d'intérêt

Amphithéâtre romain de Cagliari Au-delà du musée archéologique national, le plus important au monde en ce qui concerne la civilisation nuragique et riche aussi d'une collections Punico-Phénicienne, on peut voir à Cagliari l'amphithéâtre romain, du IIe siècle; la basilique de Saint Saturnino, la plus ancienne église de Sardaigne fondée au Ve siècle et remaniée dans l'âge roman. On trouve aussi le quartier fortifié du Château. Les quartiers de Stampace, Marina et Villanova sont aussi à visiter. Le premier était le quartier des bourgeois et des marchands, tandis que le second était le quartier des pêcheurs et matelots. Le troisième celui des bergers et des paysans.

Transport

Elle dispose d'un aéroport, un port de transport de passagers et marchandises, d'une voie nationale à deux voies Carlo-Felice vers Sassari et Nuoro.

Sport

Le club de football de Cagliari Calcio qui évolue en Série A.

Administration

Hameaux

Pirri, Poetto, Giorgino

Communes limitrophes

Assemini, Capoterra, Elmas, Monserrato, Quartu Sant'Elena, Quartucciu, Selargius, Sestu

Evolution démographique

Voir aussi

- Liste des villes italiennes de plus de 25 000 habitants image:Cagliari13.jpg|"Castello" terrasse image:Cagliari_portico.jpg|Cagliari, Via Roma image:BasilicadiBonaria.jpg|La Basilique de Bonaria Cagliari Cagliari Catégorie:Ville portuaire d'Italie an:Cáller ar:كالياري br:Castèddu bs:Cagliari ca:Càller cs:Cagliari da:Cagliari de:Cagliari el:Κάλιαρι en:Cagliari eo:Cagliari es:Cagliari et:Cagliari eu:Cagliari fi:Cagliari ga:Cagliari gl:Cagliari he:קליארי hr:Cagliari hu:Cagliari id:Cagliari it:Cagliari ja:カリャリ la:Caralis lij:Cagliari nap:Cagliari nl:Cagliari (stad) no:Cagliari oc:Castèl (vila) pl:Cagliari pms:Càliari pt:Cagliari ro:Cagliari ru:Кальяри sc:Casteddu scn:Càgliari sk:Cagliari sr:Каљари sv:Cagliari tl:Lungsod ng Cagliari tr:Cagliari uk:Кальярі vo:Cagliari zh:卡利亚里
Sujets connexes
Amphithéâtre de Cagliari   Art roman   Assemini   Aéroport   Cagliari Calcio   Capoterra   Carthage   Col de montagne   Corse   Culture nuragique   Elmas   Europe   Féodalité   Guerres puniques   Gênes   Hameau italien   Hôpital   IIe siècle   Italie   Judicat   Liste des villes italiennes de plus de 25 000 habitants   Monserrato   Métropole   Nuoro   Nécropole   Phénicien   Pise   Province   Province de Cagliari   Quartu Sant'Elena   Quartucciu   Rome   Royaume d'Aragon   Royaume vandale   Région autonome à statut spécial   Révolution française   Sardaigne   Sarde   Sassari   Selargius   Sestu   Toponymie   Université de Cagliari   Ve siècle   Vice-roi   Villanova  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^