Bayonne

Infos
Bayonne est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques et la région Aquitaine. Ses habitants sont appelés les Bayonnais. Proche de la frontière nord du pays basque, Bayonne est située au confluent de l'Adour et de la Nive. La ville détient un port actif et sûr et est le principal foyer actif du pays basque français. Son ancien nom est Lapurdum (nom du camp romain qui se tenait sur l'emplacement de la ville), qui a donné son nom à
Bayonne

Bayonne est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques et la région Aquitaine. Ses habitants sont appelés les Bayonnais. Proche de la frontière nord du pays basque, Bayonne est située au confluent de l'Adour et de la Nive. La ville détient un port actif et sûr et est le principal foyer actif du pays basque français. Son ancien nom est Lapurdum (nom du camp romain qui se tenait sur l'emplacement de la ville), qui a donné son nom à la province du Labourd. La ville est le siège à partir du de l'évêché de Bajonencis issu partiellement du découpage de l'Aquencis. Au , la ville est un cantonnement militaire de la cohorte de Novempopulanie. Le nom de Baiona, qui est certainement basque, de bai "rivière", n'apparaît qu'au . ;Devise Sa devise est nunquam polluta (jamais souillée), en référence aux nombreuses tentatives infructueuses de prise de la ville au cours des siècles avec pas moins de 14 sièges. Logo de la ville de Bayonne Fêtes de Bayonne 2004, le roi Léon

Géographie

; Situation : Bayonne est située à la frontière occidentale entre Pays basque et Gascogne, elle occupe donc un territoire marqué par un relief plat à l'ouest et au nord (zone de la forêt landaise), tendant à s'élever légèrement en allant vers le sud et l'est, c'est-à-dire vers la zone pyrénéenne basque. ; Voies de communication : La gare de Bayonne (quartier Saint-Esprit) est desservie par le TGV. Elle se situe au croisement de la ligne Bordeaux - Irun et Toulouse - Bayonne. Le TER Aquitaine relie Bayonne à Dax, Hendaye, Pau, Saint-Jean-Pied-de-Port et Tarbes. Bayonne se trouve à l'intersection des autoroutes A63 (section Landes - Biriatou) et A64 qui relie Bayonne à Toulouse. L'A63 double dans sa partie méridionale la route nationale 10, qui commence aux Quatre-Pavés-du-Roi (Montigny-le-Bretonneux, Yvelines), dans le prolongement de l'autoroute A 12, et va jusqu'à la frontière espagnole (Béhobie). La RN 117 relie Bayonne à Toulouse.

Hydrographie

La ville est traversée par un fleuve, l'Adour (ainsi que par les affluents de celui-ci, les ruisseaux de Portou et du moulin Esbouc), dans lequel se jette, précisément à Bayonne, la Nive. Des tributaires de celle-ci, les ruisseaux de Hillans et d'Urdainz, arrosent également le territoire de la commune.

Communes limitrophes

- Boucau et Tarnos (Landes) au nord
- Anglet à l'ouest
- Bassussarry au sud-ouest
- Lahonce à l'est
- Mouguerre au sud-est
- Villefranque et Saint-Pierre-d'Irube au sud.

Toponymie

En gascon, ainsi qu'en basque, Bayonne se dit Baiona, prononcé en gascon . Différentes interprétations ont été données à la signification du nom de Bayonne : il pourrait s'agir d'un augmentatif gascon du latin Baia (« vaste étendue d'eau ») ou d'un nom dérivé du basque bai ona (« bonne rivière »). La dernière proposition, celle d'Eugène Goyheneche reprise par Manex Goyenetche, et soutenue par J.B. Orpustan, est bai una, le lieu de la rivière, ou bai ona « colline de la rivière ». Le toponyme Bayonne apparaîtPaul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque sous les formes Civitas Boatium, bunus cohortis Novempopulanæ : Lapurdo (notaires des provinces), Lapurdum (VI siècle, Grégoire de Tours), Sancta Maria Lasburdensis (vers 980, titres du chapitre de BayonneChapitre de Bayonne - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques), Sancta Maria Baionensis, civitas de Baiona et Baione (respectivement début XII siècle, vers 1140 et début XIII siècle, cartulaire de BayonneCartulaire de Bayonne ou Livre d'Or - Manuscrit du XIV siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques), Bayona, et Bayone (respectivement 1248 et 1253, titres de la Camara de ComptosTitres publiés par don José Yanguas y Miranda - Diccionario de Antiguedades del reino de Navarra ; 1840 ; Pampelune) et Baïonne (XIV siècle, Gu. Guiart, vers 3864). Le toponyme Panecau (le pont Panecau sur la Nive) apparaîtPaul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque sous la forme Port de Bertaco (XIII siècle, cartulaire de Bayonne).

Histoire

Bayonne a été construite sur les ruines d'un ancien castrum romain, nommé Lapurdum, qui a laissé son nom à la province du Labourd, Lapurdi en basque. Cette implantation romaine est stratégique car elle permettait de surveiller les routes vers l'Espagne et les populations locales insoumises au pouvoir romain. La cité fut tour à tour romaine, vasconne puis "anglaise" durant trois siècles ( au ). Lorsque le Labourd est créé en 1023, Bayonne en est la capitale. En 1130 le roi d'Aragon Alphonse Ier le Batailleur fait le siège de la ville, sans succès. Bayonne passe sous domination anglaise lorsque la duchesse d'Aquitaine (Aliénor) épouse le roi d'Angleterre en 1152. Cette alliance confère à Bayonne de nombreux privilèges commerciaux. Les Bayonnais deviennent les transporteurs des vins de Bordeaux et d'autres produits du sud-ouest comme la résine, le jambon ou le pastel vers l'Angleterre. Bayonne est aussi une base militaire importante détenant des chantiers navals et de nombreux marins. Richard Cœur de Lion la sépara en 1177 de la vicomté de Labourd dont la capitale devint alors Ustaritz. Comme bien des villes à l'époque, Bayonne obtient en 1215 l'octroi d'une charte communale et s'émancipe des pouvoirs féodaux. Dunois enlève la ville en 1451 et l'annexe à la France sans trop faire de victimes grâce à la présence d'esprit de l'évêque qui inventa avoir vu une fleur de lys dans les cieux pour dissuader les Bayonnais de se battre contre les Français. La ville continue d'être fortifiée par les rois de France face aux dangers de la frontière espagnole proche. En 1454, Charles VII érige en circonscription judiciaire particulière la sénéchaussée des Lannes — simple subdivision de la Guyenne pendant la période anglaise — compétente sur une vaste région couvrant Bayonne, Dax et Saint-Sever pour y exercer la justice civile, la juridiction criminelle restant de la compétence de l'échevinage. Au fil du temps, le «sénéchal d'épée», qui demeure à Dax perd tout rôle autre que protocolaire et Bayonne (en même temps que Dax et Saint-Sever) devient de facto le siège d'une sénéchaussée distincte, sous l'autorité d'un «lieutenant-général du sénéchal». L'âge d'or de la ville s'achève au avec la perte des échanges commerciaux avec les Anglais et l'ensablement du port de Bayonne provoquée par le déplacement du cours de l'Adour vers le nord. Au , les ingénieurs du roi sont dépêchés sur place pour réaménager l'Adour et lui creuser un estuaire pour fixer son lit. Le port de Bayonne reprend alors une plus grande activité. La pêche à la morue et à la baleine assurent les richesses des pêcheurs et des armateurs. Au moment où Christophe Colomb découvre l'Amérique, l'Inquisition sévit dans la péninsule ibérique et des Juifs, quittant l'Espagne et surtout le Portugal, s'installent à Saint-Esprit. Ils importent le chocolat en France. En 1565, une rencontre entre Catherine de Médicis et l'envoyé de Philippe II d'Espagne, le duc D'Albe est connue sous le nom d'entrevue de Bayonne. Au cours des conflits sporadiques qui agitèrent les campagnes françaises du milieu du , les paysans de Bayonne se trouvèrent à court de poudre et de projectiles. Ils fichèrent leurs longs couteaux de chasse dans les canons de leurs mousquets, confectionnant des lances improvisées que l'on appellera par la suite baïonnettes. Ce même siècle, Vauban est chargé de fortifier la ville en construisant une citadelle et un fort. En 1808, au château de Marracq, fut signé l'acte d'abdication du roi d'Espagne Charles IV en faveur de Napoléon Ier. La même année est signée la Constitution de Bayonne, première constitution espagnole. Situé sur la rive droite de l'Adour, le quartier de Saint-Esprit, partie de Bayonne jusqu'en 1792, est renommé Jean-Jacques Rousseau pendant la Révolution française. Il est rattaché à Bayonne le 1857. Il avait formé pendant 65 ans une commune autonome du département des Landes. Le commerce fait la richesse de la ville au . En 1854, le chemin de fer arrive de Paris avec de nombreux touristes désirant goûter aux plages de Biarritz. Bayonne se tourne plutôt vers la sidérurgie avec les forges de l'Adour. Le port prend alors une allure industrielle mais son déclin est inexorable et lent au . La découverte du gisement de Lacq lui redonne un certain dynamisme. Le traité de Bayonne est conclu le 2 décembre 1856. Il remédie aux difficultés rencontrées dans la zone s'étendant de l'embouchure de la Bidassoa jusqu'à la limite entre la Navarre et l'Aragon.

Héraldique

Paul RaymondPaul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque note en 1863, que les armoiries de la ville sont d'azur à la tour crénelée et talusée d'argent, ondée au naturel sous le pied, cantonnée à dextre d'un N couronné d'or, avec deux pins de sinople, chargés chacun de sept fruits d'or et posés en pal derrière deux lions d'or.

Quartiers

La ville historique se divise en trois quartiers :
- Saint-Esprit sur la rive droite de l'Adour, surplombée par la citadelle.
- le grand Bayonne sur la rive gauche de l'Adour et de la Nive, qui renferme le Château-Vieux et la cathédrale Sainte-Marie,
- le petit Bayonne entre l'Adour et la Nive.

Le quartier Saint-Esprit

230px Ce quartier, créé au , est le quartier populaire de la ville qui accueillait les étrangers et immigrants. Le quartier constituait autrefois une commune autonome, appelée Saint-Esprit-lès-Bayonne, rattachée à l'arrondissement de Dax, dans les Landes. La commune fut intégrée à Bayonne en 1857. Les premiers occupants du quartier furent les moines de l'ordre hospitalier du Saint-Esprit qui ouvrirent un hospice sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle d'où le nom du quartier. Cet hospice était une étape importante avant l'ascension des Pyrénées. C'est aussi le quartier où s'installèrent les juifs séfarades portugais ou marranes qui fuyaient l'Inquisition au apportant avec eux l'art de faire le chocolat. En 1615, la France découvre le chocolat à Bayonne à l'occasion du mariage de l'infante espagnole Anne d'Autriche avec Louis XIII. Bayonne est ainsi une ville connue aujourd'hui encore pour son chocolat de qualité. Ces familles d'origine portugaise seront considérées comme citoyennes après la Révolution. Beaucoup de leurs membres sont des apothicaires, des armateurs ou des négociants qui s'intègrent à la population bayonnaise. On trouve dans ce quartier :
- la place de la République et de l'église Saint-Esprit.
- la gare de Bayonne.
- la citadelle édifiée par Vauban datant du .
- la synagogue de Bayonne datant de 1837 due à l'architecte Capdeville. Une ZUP a été définie dans le quartier Saint-Esprit, donnant lieu à la construction de 1100 logements entre 1963 et 1974, sur le projet de l'architecte-urbaniste Marcel Breuer.

Quartier du Grand Bayonne

Le Grand Bayonne Ce quartier renferme les origines de la ville de Bayonne puisqu'il est le lieu où le castrum romain fut implanté. C'est le centre-ville et le quartier commerçant de la ville. La place de la Liberté est la plus ancienne de la ville et le dallage reproduit les blasons d'Aquitaine, du Labourd et de Gascogne. La ville était jusqu'au couverte de voies d'eau qui servaient au commerce. La rue du Port-Neuf était un ancien canal d'où son nom. Les maisons à arcades encadrant cette rue sont construites sur pilotis et sont les plus belles de la ville. Leurs pans de bois et leurs volets à persiennes sont peints en rouge, gris, vert ou bleu. Les quais de la Nive étaient autrefois le lieu de débarquement du poisson après la pêche. Au bout du quai, on retrouve deux tours de l'enceinte romaine dans la rue Tour-de-Sault. La rue d'Espagne est typique avec ses maisons hautes et étroites disposant de deux fenêtres avec des balcons en fer forgé, de colombages et de heurtoirs aux portes. On retrouve tout autour du quartier les anciens fossés et fortifications successives de la ville. La rue Orbe, la rue de la Salie et le boulevard du rempart Lachepaillet ont pris la place de l'ancien fossé asséché de la ville qui a disparu au . Par endroit, on retrouve aussi les fortifications de François Ier puis celles de Vauban comme dans la rue des Augustins ou encore dans le boulevard du rempart Lachepaillet.

Quartier du Petit Bayonne

Petit Bayonne C'est le quartier le plus vivant de la ville et aussi populaire. Ce quartier fut concédé aux évêques en 1152 comme zone franche. Vauban l'engloba dans ses fortifications. Là aussi, le quartier disposait de nombreux canaux qui servaient de voies de communication. Les maisons sont typiques de la ville de Bayonne. On en retrouve aux quais des corsaires et Galuperie. Ce quartier fut le refuge de nombreux Basques espagnols chassés par la montée du franquisme. Enfin, on y retrouve les remparts de Vauban avec la porte de Mousserolles. On y trouve également le Musée basque, le Château-Neuf et l'un des plus anciens trinquets du Pays basque.

Autres quartiers

;Les Halles Leur édifications, de 1860 à 1866, entraîna la disparition de 27 maisons et impliqua de reloger 700 personnes. Leur construction à charpente métallique s'inspire de celles de Baltard.

Administration

Cantons de Bayonne

À l'origine Bayonne donnait son nom à deux cantons : En 1973 une première refonte des cantons a lieu : En 1982 une nouvelle refonte configure les cantons actuels :

Intercommunalité

Logo de la communauté d'agglomération de Bayonne-Anglet-Biarritz La ville de Bayonne fait partie de la Communauté d'agglomération de Bayonne-Anglet-Biarritz qui regroupe 3 communes de l'agglomération bayonnaise. Elle fait partie de cinq autres structures intercommunales :
- Syndicat intercommunal de la Nive maritime
- Syndicat intercommunal pour la gestion du centre Txakurrak
- Syndicat mixte de l'usine de la Nive
- Syndicat mixte du Musée basque et de l'histoire de Bayonne
- Syndicat mixte pour le soutien à la culture basque. Bayonne fait partie de l'Eurocité basque Bayonne - San Sebastian.

Jumelages

Bayonne est jumelée avec :
-
- Bayonne est homonyme d'une ville américaine avec laquelle elle tisse d'importants liens :
- Bayonne (New Jersey).

Démographie

2005 : population provisoire de l'Insee. L'agglomération autour de Bayonne-Anglet-Biarritz tend aujourd'hui vers les 180 000 habitants. Bayonne fait partie des 96 espaces urbains de France. Elle dispose d'un plan de déplacements urbains depuis le 1 décembre 2004.

Économie

Bayonne est la capitale économique du sud des Landes et des trois provinces basques du nord des Pyrénées : le Labourd, la Basse-Navarre et la Soule. L'association Batera demande qu'elle soit érigée en préfecture d'un département Pays basque et de ce fait, détachée du Béarn voisin. Bayonne est associée avec les villes d'Anglet et de Biarritz avec lesquelles elle partage l'administration de l'aéroport de Biarritz-Anglet-Bayonne. La Société des transports de l'agglomération de Bayonne, également connue sous le sigle Stab, est un réseau de transport en commun desservant les 3 communes de la communauté d'agglomération de Bayonne-Anglet-Biarritz (Cabab) ainsi que les communes d'Arcangues, Boucau, Saint-Pierre-d'Irube et Tarnos. Bayonne est le siège de la chambre de commerce et d'industrie de Bayonne Pays basque. Elle gère le port de Bayonne (depuis 1887) et le port de pêche de Saint Jean de Luz/Ciboure.

Le port de Bayonne

Le port de Bayonne La ville de Bayonne a une activité portuaire importante. Le port de Bayonne est situé à l'embouchure de l'Adour. Son emprise concerne également les communes d'Anglet et Boucau dans les Pyrénées-Atlantiques et Tarnos dans les Landes. C'est le 9 port de commerce français : depuis 1997, son trafic annuel dépasse 4 millions de tonnes. Il exporte les produits des bassins industriels et agro-alimentaires des Landes et des Pyrénées-Atlantiques :
- le soufre (recueilli après épuration du gaz de Lacq),
- le pétrole brut extrait à Lacq,
- le maïs,
- les engrais,
- le bois Il abrite une aciérie électrique productrice de billettes (Aciérie de l'Atlantique SA) Ford et General Motors ont choisi Bayonne pour distribuer vers toute l'Europe les voitures fabriquées en Espagne et au Portugal. Le port accueille également un terminal de stockage de produits chimiques et pétroliers LBC (produits chimiques liquides). À noter l'existence d'un oléoduc entre Lacq et le port de Bayonne.

Culture et patrimoine

Langues

Panneau trilingue sur le pont Marengo Traditionnellement, Bayonne parle le gascon qui a été utilisé au Moyen-Âge dans tous les textes officiels de la ville aux côtés du basque d'implantation plus récente. Le gascon fut la langue employée par la majorité des Bayonnais jusqu'au début du , comme l'attestent l’Atlas linguistique de Gascogne (ALG) (1954-66) et les enquêtes sur la limite du basque de Lucien Bonaparte (1863). Le gascon n'est pourtant pas la seule langue vernaculaire historique de Bayonne. Le basque a commencé à s'y implanter à partir de la révolution industrielle. On assiste depuis une vingtaine d'années à un développement lent mais probant de la langue basque, ou euskara. Il y avait en 2001, 8, 8% de bilingues actifs et 8, 3% de bilingues passifs dans la communauté d'agglomération de Bayonne-Anglet-Biarritz Lors de la création des départements, Bayonne ne s'est pas vraiment détachée (ainsi que d'autres communes gasconnes, telle Bidache) du domaine gascon, mais elle a été incluse dans un département hybride : les Basses-Pyrénées (devenues Pyrénées-Atlantiques le 10 octobre 1969). Ce département est formé de la réunion du Béarn, des provinces basques de Soule, de Labourd et de Basse-Navarre, et d'une mince frange gasconne suivant le cours inférieur de l'Adour, ceci malgré l'opposition des membres du biltzar du Labourd (de population rurale), qui avaient déjà refusé que Bayonne (population bourgeoise) votât avec eux pour l'élection des représentants aux États généraux. En faisant de Bayonne le chef-lieu d'un des cinq arrondissements du département nouvellement créé (les quatre autres étant ceux de Pau, d'Orthez, d'Oloron et de Mauléon), la Révolution transforma Bayonne en un centre urbain primordial pour le Pays basque intérieur, qui en fit sa capitale. Auparavant, les Labourdins et les Navarrais voyaient Bayonne comme une ville portuaire de débouchés pour leurs productions, et se rendaient occasionnellement dans cette cité marchande qui avait été détachée du Labourd par Richard Cœur de Lion en 1177. La langue basque s'implanta alors plus significativement à Bayonne, avec l'arrivée de Basques venus de l'intérieur et même du Pays basque d'Espagne. Elle cohabita longtemps avec l'autre langue vernaculaire historique de la ville, le gascon dit "maritime" (l'académie de la langue gasconne a son siège à Bayonne), utilisé depuis le Moyen-Âge. Ce gascon est apparu par un mélange de vocabulaire et de syntaxe du bas-latin avec un substrat basque. Il fut langue officielle comme en témoignent les nombreuses archives épiscopales ou municipales datées de l'époque médiévale (Livre d'Or, Livre des Établissements, Livre des Délibérations du Corps de Ville), conservées en cette langue (aux côtés d'écrits rédigés en latin ou français, mais aucun en euskara même dans les régions où l'on parle communément basque car seul le gascon était officiel dans le Labourd et la Soule). On ne sera donc pas étonné si la toponymie bayonnaise rappelle encore cette époque et cette tradition linguistique où Bayonne parlait principalement officiellement gascon : le pont Mayou, la rue Pannecau, la rue des Graouillats, la rue Pusterle, la rue Passemillon, la rue Gosse, la rue de l'Abesque, le passage des Menouns, sans compter les rues dont les noms anciennement gascons ou basques gasconnisés furent francisés ou modifiés (rue Charcutière, rue Poissonnerie…). Avec l'inclusion dans le département des Basses-Pyrénées, Bayonne retrouva son passé vascon, c'est-à-dire basque latinisé ou romanisé, dont la conquête romaine, puis franque, puis navarraise, anglaise et enfin française l'avaient peu à peu éloignée. Mais, Bayonne tourna de ce fait le dos à la Gascogne à laquelle elle s'était parfois identifiée durant des siècles, et avec laquelle elle s'était construite et donnée une partie de son visage actuel. La francisation grandissante au scella le sort du gascon à Bayonne qui n'est guère plus compris ou parlé que par une frange assez mince de la population. La même francisation fut sur le point d'y parvenir avec euskara, préservé par l'action déterminée de collectifs de défense de la langue et de la culture basques. Il n'en reste pas moins, même si la particularité gasconne disparaît très vite que Bayonne est encore une ville à double culture mais que sa situation géographique (coincée entre Pays basque et Gascogne) historique, linguistique et sociale (vasconne, puis gasconne et basque depuis le Moyen-Âge (avec le retour plus massif d'une population basque à partir de la fin du ) ne saurait démentir : les drapeaux gascon et basque continuent ainsi de flotter côte à côte sur la façade de l'hôtel de ville. Des panneaux de signalisation trilingues (français/basque/gascon) sont visibles dans la commune. "Bayonne… place forte frontalière, port maritime et fluvial, ville épiscopale et religieuse d’un diocèse de population en majorité basque, ville de tradition et de langue gasconnes… ". selon Pierre Hourmat, professeur d'histoire. "Bayonne est la capitale d’une région, le bas-Adour, avec les trois "provinces" basques et une partie de la Gascogne ; ....". Eugène Goyhenèche, historien du Pays basque Hymne gascon de Bayonne (refrain) : Salut Baiona !

Musées

- Musée basque et de l'histoire de Bayonne
- Musée Bonnat

Festivités

;Fêtes de Bayonne Festival La Ruée au Jazz , précédé historiquement par Jazz aux remparts Corridas : durant tout l'été, la temporada bat son plein. C'est l'un des plus hauts lieux de la tauromachie en France, puisque Bayonne est la plus ancienne ville taurine de France. Un arrêté municipal réglementant encierro date de 1283 : vaches, bœufs et taureaux sont lâchés dans les rues de la ville. Les arènes actuelles, inaugurées en 1893, sont les plus grandes du Sud-Ouest (plus de 10 000 places). Environ 12 corridas y sont proposées chaque année, attirant les plus grands noms de la tauromachie. Durant la dernière corrida de 2006, six oreilles et une queue ont été décernées. Tout l'été, plusieurs novilladas ont également lieu.

Musique

- Rock à Bayonne
- Peñas y Salsa est un festival de musique salsa qui se tient depuis 2001 aux arènes de Bayonne le samedi soir à la mi-juin, organisé par la peña Salbaïa.
- Killers est un groupe français de heavy metal traditionnel originaire de Bayonne, fondé en 1983 par Bruno Dolheguy, alors guitariste rythmique.

Théatre

Le théatre de Bayonne a reçu le label scène nationale du ministère de la Culture.

Patrimoine architectural

Bayonne se caractérise par son urbanisme médiéval, marqué par le tracé des rues (aux noms d'origine gasconne), et la subsistance de nombreux vestiges plus ou moins complets de bâtiments de l'époque (fortifications, cathédrale, cloître, caves…). La période allant du a vu la construction de nombreuses demeures nobles, souvent fondées par les membres des corporations, très actives à Bayonne, et témoignant de la vitalité de la ville et de son activité commerçante et portuaire.

Patrimoine civil

- Château-Neuf, anciennes enceintes anglaises du , sur lesquelles fut élevé ce nouvel ensemble sous Charles VII au ;
- Château-Vieux, du , construit par les vicomtes du Labourd. La rançon de François I (retenu par Charles Quint à Madrid après avoir été capturé à la défaite de Pavie en 1525) y fut collectée. Du Guesclin y fut prisonnier ;
- château de Marracq ;
- citadelle et fortifications de Vauban, percées de sept portes, dont la porte d'Espagne, la porte de Mousserolles et la poterne ;
- fontaine Saint-Léon ;
- remparts du Petit Bayonne ;
- maisons à colombages ;
- 130 caves romanes ou gothiques ;
- nombreux vestiges de fortifications romaines intégrées dans les constructions qui les ont recouvertes ;
- nombreuses maisons nobles et hôtels particuliers des , , voir les notices du ministère de la Culture, base Mérimée : , , , , , et . ;
- hôtel de Belzunce ;
- la maison Saint-Joseph recèle un nombre important de tableaux et classés au titre d'objets dans l'inventaire du ministère de la CultureMaison Saint-Joseph - Objets référencés dans l'inventaire du ministère de la Culture, base Palissy : , , , , et . ;
- ancien immeuble des services des Ponts et Chaussées, villa Gomez. On y trouve des meubles répertoriés par le ministère de la CultureVilla Gomez - Meubles référencés par le ministère de la Culture, base Palissy : , , , et . ;
- rues au tracé médiéval, certaines à arceaux, d'autres à escaliers ;
- quais de la Nive (demeures du ) ;
- ruines d'une ancienne résidence de Napoléon ;
- grand théâtre et hôtel de ville ;

Patrimoine religieux

Cloître de la cathédrale
- cathédrale Sainte-Marie (classée dans la liste du patrimoine mondial en 1998, au titre des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France). Cette cathédrale ogivale, de style gothique fleuri, commencée en 1213 et achevée au , est surmontée de deux clochers de 85 mètres de haut, ajoutés au . Elle renferme la châsse de Saint-Léon, patron de la ville. Un cloître datant de 1240 lui est attenant au sud. Elle recèle de nombreux objets, tableaux, autels, classés au titre d'objets dans l'inventaire du ministère de la CultureCathédrale Sainte-Marie - Objets référencés dans l'inventaire du ministère de la Culture, base Palissy : , , , , , , , , , , , , , , , , , et . ;
- église Saint-Esprit, vestige d'une collégiale fondée par Louis XI, sur un édifice plus ancien. On y trouve un groupe sculpté dit l'âne de saint Bernard : la fuite en Egypte ;
- église paroissiale Saint-André. On y trouve un tableau de Léon Bonnat ;
- église paroissiale Saint-Étienne. On y trouve des tableaux classésÉglise Saint-Étienne - Tableaux répertoriés dans l'inventaire du ministère de la Culture, base Palissy : , et . ;
- chapelle Saint-Léon ;
- la maison diocésaine recèle un nombre important de tableaux classés au titre d'objets dans l'inventaire du ministère de la CultureMaison diocésaine - Objets référencés dans l'inventaire du ministère de la Culture, base Palissy : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , et . ;
- le presbytère de la paroisse de Saint-Pierre d'Irube possède un tableau du XIX siècle représentant le vénérable Michel Garicoits ;
- le séminaire de Bayonne possède des bas-reliefs classés, de la fin du XVIII siècle.
- synagogue de Bayonne ;
- cimetière juif ;
- la voie du Baztan est une voie du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. C'est la voie qui traverse les Pyrénées le plus à l'ouest et par le col le plus bas (col de Belate, 847 m). C'est la voie antique qu'empruntaient les pèlerins descendus à Bayonne, soit le long de la côte sur la voie de Soulac, soit parce qu'ils y débarquaient, pour rejoindre le Camino francés le plus rapidement possible.

Patrimoine environnemental

Bayonne a été récompensée de quatre fleurs au concours des villes et villages fleuris depuis 1998, soulignant les efforts accomplis dans les domaines de la décoration florale, de l’environnement, de la propreté et de l'assainissement, de l’affichage et de l’habitat. La commune entretient des parcs et des jardins de qualité tels le parc de Caradoc, le jardin public et le jardin botanique, et la promenade des remparts. Elle dispose également de deux espaces naturels, la plaine d'Ansot et la barthe d'Ilbaritz.

Gastronomie

- Le jambon de Bayonne Bayonne est souvent assimilée au jambon éponyme. Aujourd'hui, le jambon de Bayonne est protégé par une IGP. Les principaux critères pour prétendre à l'appellation sont :
-porcs élevés dans le sud-ouest (22 départements allant des Deux-Sèvres au Pyrénées-Orientales) ;
-porcs transformés dans la vallée de l'Adour ;
-jambon salé au sel sec dans les salines du bassin de l’Adour ;
-7 mois d'affinage minimum. Autres spécialités :
- le chocolat : comme indiqué ci-dessus, Bayonne est à l'origine de l'introduction du chocolat en France, importé par les Juifs portugais chassés par l'Inquisition.

Équipements

Sports et équipements sportifs

Aviron bayonnais, section ... aviron ;Aviron L'aviron est un sport pratiqué depuis toujours sur la Nive et l'Adour par les Bayonnais. Deux clubs s'affrontent : la Société nautique de Bayonne (SNB) et l'Aviron bayonnais (créé en 1904). Le club omnisport tient d'ailleurs de là son nom, suite à une dissidence de certains membres de la SNB. ;Basket-ball Denek Bat Bayonne Urcuit est un club français de basket-ball dont la section masculine évolue en NM2 (4 échelon national du championnat français). Le club est basé dans la ville d'Urcuit, mais évolue dans le palais des sports de Lauga de Bayonne. ;Football Le football est représenté par l'Aviron bayonnais football club qui évolue cette saison en CFA. Didier Deschamps a commencé sa carrière à l'Aviron bayonnais. Le stade (ex stade du Grand Basque) porte aujourd'hui son nom. Il existe aussi 3 autres clubs bayonnais : Les Croisés de Saint-André (évoluant en Division Supérieure Régionale), Les Étoiles portugaises de Bayonne (Première Division District) et l'Association Bayonne rive droite (3 Division District). ;Omnisport Le Club Omnisports Aviron bayonnais est le club de la ville regroupant de nombreux sports et un grand nombre de licenciés. Presque toutes les activités sont disponibles. ;Pelote basque En tant que capitale du Pays basque français, Bayonne est un lieu important de la pelote basque. La Fédération française de pelote basque a d'ailleurs son siège au Trinquet moderne, près des Arènes. De nombreux titres ont été remportés par les pelotaris de la ville. Des championnats du monde y ont eu lieu. ;Rugby Le rugby est apparu au Pays basque à la fin du XIX siècle, avec l'arrivée en 1897 au lycée de Bayonne d'un Landais de 20 ans qui convertit ses camarades au football-rugby, qu'il avait lui-même découvert à Bordeaux. Pratiquant dans les espaces de la porte d'Espagne, ils communiquèrent leur engouement aux autres collèges de Bayonne et de Biarritz, conduisant à la création du Biarritz-Sporting-Club et du Biarritz-Stade qui fusionneront en 1913 pour devenir le Biarritz-Olympique. Bayonne a deux clubs de rugby : L'Association sportive bayonnaise (ASB), dont l'équipe masculine évolue à ce jour en Fédérale 3 et l'Aviron bayonnais évoluant cette année en Top 14. L'Aviron bayonnais rugby pro fondé en 1904, a remporté trois titres de champion de France (1913, 1934 et 1943). Il fut le premier club d'une petite ville à devenir champion de France, créant de surcroît la légende du "jeu à la bayonnaise". Cela fait allusion à un jeu d'évitement et d'attaque à outrance. Son stade est le stade Jean Dauger, première star du rugby tricolore. L'ambiance qui y règne et la ferveur incomparable de tout le Pays basque pour l'Aviron bayonnais lui ont rapporté le prix de Meilleur public du Top 14 pour la saison 2005-2006. À noter qu'il existe également un équipe féminine au sein de l'ASB, évoluant en Division Nationale 1B ;Tennis Le tournoi de Bayonne est un tournoi de tennis féminin du circuit professionnel WTA. (en sommeil depuis 1992)

Enseignement

; Collèges La ville compte deux collèges publics, le collège Albert Camus et le collège Marracq, et cinq collèges privés, les collèges Saint-Bernard, Saint-Joseph, Saint-Amand, Notre-Dame et Largenté. ; Lycées Bayonne dispose de trois lycées publics, le lycée René Cassin (enseignement général), le lycée Louis de Foix (enseignement général, technologique et professionnel), le lycée professionnel Paul Bert. Il y a également quatre lycées privés, le lycée Saint-Louis-Villa -Pia (enseignement général), les lycées Largenté et Bernat Etxepare (enseignement général et technologique) et le lycée professionnel Le Guichot. ; Enseignement supérieur
- École supérieure des technologies industrielles avancées (ESTIA), située sur la Technopole Izarbel à Bidart ;
- l'UFR pluridisciplinaire de Bayonne - Anglet - Biarritz, dépend de l'université de Pau et des Pays de l'Adour. Le site de Bayonne accueille 2500 étudiants dans 2 UFR (sciences et pluridisciplinaire) et un IUT. L'IAE des Pays de l'Adour, basée à Pau et Bayonne, offre des formations en gestion et management ; ; Enseignement artistique La commune dispose d'un conservatoire à rayonnement régional et d'une école d'art (école d'art de la Communauté d'agglomération de Bayonne - Anglet - Biarritz).

Santé

Il y a deux hôpitaux à Bayonne, l'hôpital Saint-Léon et l'hôpital Cam de Prats. Ils font partie du Centre hospitalier de la côte basque, qui comprend également l'hôpital de Saint-Jean-de-Luz.

Système judiciaire

Dans le ressort de la cour d'appel de Pau, Bayonne est le siège d'un tribunal de grande instance, d'un tribunal d'instance, d'un conseil de prud'hommes et d'un tribunal de commerce.

Lieux de culte

Synagogue de Bayonne ;Culte catholique L'évêché est situé au 16, place Monseigneur Vansteenberghe. Outre la cathédrale Sainte-Marie (quartier Grand Bayonne), Bayonne dispose des églises Saint-Esprit, Saint-André (rue des Lisses), des arènes (avenue de la légion tchéque), Saint-Étienne, et Saint-Amand (avenue Maréchal Soult). ;Culte israélite La synagogue est construite en 1837 dans le quartier Saint-Esprit. ;Culte musulman La mosquée de Bayonne est située rue Daniel Argote. ;Culte protestant Le temple protestant se situe à l'angle de la rue Albert I et de la rue du Temple.

Autres

Bayonne est une ville de garnison qui accueillit jusqu'à 18 000 militaires. Le 61e bataillon de commandement et de transmissions est basé à Bayonne ainsi que le 18e régiment de chasseurs parachutistes et le 1er régiment parachutiste d'infanterie de marine. Une des sept brigades de recherche et d'intervention françaises est stationnée à Bayonne.

Personnalités liées à Bayonne

;nées au XIII siècle
- Guillaume de Lusignan, né vers 1225 et décédé en 1296 à Bayonne, était seigneur de Valence, Montignac, Bellac, Rançon et Champagnac, puis seigneur de Wexford (Irlande) et comte de Pembroke (Pays de Galles).
- Edmond de Lancastre ou Edmond Plantagenêt, né en 1245 à Londres et décédé en 1296 à Bayonne, comte de Lancastre, fut un prince anglais. ;nées au XV siècle
- Jean du Bellay, né en 1492 et décédé en 1560, fut évêque de Bayonne. ;nées au XVI siècle
- Henri d'Apremont, gouverneur de Bayonne sous Charles IX.
- Étienne Poncher, décédé en 1553 à Paris, fut évêque de Bayonne.
- Jean Duvergier de Hauranne, né à Bayonne en 1581 et décédé à Paris en 1643, était un religieux et théologien français qui introduisit le jansénisme en France.
- Raymond de Montaigne, né en 1581 et décédé en 1637, fut évêque de Bayonne.
- Pierre de Nyert, né en 1597 à Bayonne et décédé en 1682, est un chanteur français. ;nées au XVII siècle
- François Fouquet, né en 1611 et décédé en 1673, fut évêque de Bayonne en 1637 ou 1639. Il y appella les Visitandines en 1640 et combattit la coutume basque de la cohabitation avant mariage.
- Jean-Baptiste du Casse, né en 1646 à Bayonne et décédé en 1714, est un marin français.
- René François de Beauvau, né en 1664 et décédé en 1738 ou 1739, fut évêque de Bayonne.
- Louis Armand Delom d'Arce, né en 1666 à Bayonne, est un voyageur et un anthropologue français qui est le premier auteur d'une ethnologie réflexive sur l'organisation politique des différents peuples du Québec en nations.
- Jean Ignace de La Ville, né en 1690 à Bayonne et décédé en 1774, est un homme d'église et diplomate français, élu membre de l'Académie française en 1746.
- Michel Gaudrau, né en 1692 et décédé en 1751 à Bayonne, est un maître à danser et danseur de l'Académie royale de Musique de Paris.
- Jacques Bonne-Gigault de Bellefonds né en 1698 et décédé en 1746, fut évêque de Bayonne. ;nées au XVIII siècle
- Guillaume Du Tillot, né en 1711 à Bayonne et décédé en 1774 à Paris, fut Premier ministre du duché de Parme, et marquis de Felino.
- Marguerite Brunet, dite Mademoiselle Montansier, née en 1730 à Bayonne et décédée en 1820 à Paris, est une actrice et directrice de théatre. Sa maison natale existe encore, rue des Faures, à Bayonne.
- Armand Joseph Dubernad, né à Bayonne en 1743 et décédé à Morlaix en 1799, est un négociant, financier, franc-maçon, et révolutionnaire français.
- Arnaud Jean Meillan, né à Bayonne en 1748 et décédé à Bayonne en 1809, fut député de la Convention par le département des Basses-Pyrénées.
- Dominique Joseph Garat, né en 1749 à Bayonne et décédé en 1833 à Ustaritz, est un avocat, journaliste et philosophe français. Il a été élu à l'Académie française en 1803.
- François Cabarrus, né à Bayonne en 1752 et décédé à Séville en 1810, est un aventurier et financier espagnol, père de Madame Tallien.
- François Fidèle Ripaud de Montaudevert, né en 1755 à Saffré et décédé en 1814 à Bayonne, est un corsaire français, célèbre pour ses courses dans l'Océan Indien, qui fut tué lors du siège de Bayonne à bord de la Sapho qu'il commandait.
- Joseph Garat, ( - ), député-maire de Bayonne et complice dans l'affaire Stavisky qui est partie du Crédit municipal de Bayonne.
- Bertrand Pelletier, né en 1761 à Bayonne et décédé à Paris en 1797, est un pharmacien et chimiste français.
- Jacques Laffitte, né à Bayonne en 1767 et décédé à Paris en 1844, est un homme politique et gouverneur de la Banque de France.
- Paul-Thérèse-David d'Astros, né en 1772 à Tourves et décédé en 1851 à Toulouse, fut évêque de Bayonne.
- Bernard Dubourdieu, né en 1773 à Bayonne et décédé en 1811 à l'île de Vis (île de Lissa), est un marin français.
- Pierre Firmin Bédat, né en 1774 à Bayonne et décédé en 1851 à Bayonne, fut anobli par Napoléon Ier et élevé au titre de Baron d'Empire. Il fut aussi donataire en Westphalie et nommé chevalier de la Légion d'honneur.
- François Faurie, né en 1785 à Bayonne et décédé en 1869 à Tarnos (Landes), est un négociant et homme politique français, ancien député des Basses-Pyrénées. ;nées au XIX siècle
- Frédéric Bastiat, né en 1801 à Bayonne et décédé en 1850 à Rome, est un économiste et homme politique libéral français.
- Louis-Édouard Cestac, né en 1801 à Bayonne et décédé en 1868 à Anglet, est un vicaire de la Cathédrale et le fondateur de la congrégation des Servantes de Marie.
- Jérémie Singher, né en 1810 à Bayonne et décédé en 1890, était un entrepreneur en assurance, l'un des créateurs de la Mutuelle Mobilière Incendie du Mans.
- Élise Cestac, née en 1811 à Bayonne et décédée en 1849 également à Bayonne, est la sœur de Louis-Édouard Cestac et la co-fondatrice de la congrégation des Servantes de Marie.
- Jean Alard, né en 1815 à Bayonne et décédé à Paris en 1888, est un violoniste français.
- Jean Bernard Jauréguiberry, né à Bayonne en 1815 et décédé en 1887 à Paris, est un amiral et un homme politique français.
- Charles Martial Lavigerie, né le à Bayonne en 1825 et décédé en 1892 à Alger (Algérie), est un cardinal français du .
- Achille Zo, né à Bayonne en 1826 et décédé à Bordeaux en 1901, est un peintre français. Il fut directeur de l'école des beaux-arts de Bayonne (1871), puis de celle de Bordeaux (1889).
- Arthur Xavier Ducellier, né en 1832 à Soliers et décédé en 1893 à Besançon, fut évêque de Bayonne.
- Léon Bonnat, né à Bayonne en 1833 et décédé à Monchy-Saint-Éloi en 1922, est un peintre académique et portraitiste français.
- Ferdinand Corrèges, né à Bayonne en 1844 - décédé à Bayonne en 1904, est un artiste dessinateur et peintre. Il est principalement connu pour ses aquarelles figuratives ethnographiques ou historiques.
- Paul Villard, né en 1860 à Saint-Germain-au-Mont-d'Or et décédé en 1934 à Bayonne, est un physicien et chimiste français.
- Henri Lorin, né en 1866 à Bayonne et décédé en 1932 à Bordeaux, est un géographe et sociologue français, député entre 1919 et 1932, et l'un des principaux animateurs de la naissance du catholicisme social en France.
- Hubert-Denis Etcheverry, né en 1867 à Bayonne et décédé en 1950 à Bayonne, est un peintre français.
- Henri-Achille Zo, né à Bayonne en 1873 et décédé à Bayonne en 1933, est un peintre, élève des peintres Léon Bonnat et de son père Achille Zo.
- Pierre Lhande, né en 1877 à Bayonne et décédé en 1957 à Tardets-Sorholus, est un prêtre jésuite, pionnier de la prédication radiophonique.
- Fernand Forgues, né à Pau en 1884 et décédé à Bayonne en 1973, est un joueur de rugby à XV qui a joué avec l'équipe de France, le Biarritz olympique, puis l'Aviron bayonnais (qu'il contribua à structurer, avec ses frères Charles et Jules), puis la Section paloise.
- Joseph Lartigue, né en 1886 à Bayonne et décédé en 1938, était un syndicaliste des PTT.
- René Cassin, né en 1887 à Bayonne et décédé en 1976 à Paris, était un juriste, diplomate français. Il reçut le prix Nobel de la paix en 1968 pour son travail lors de l'élaboration de la déclaration universelle des droits de l'homme.
- Fernand Daguin, né en 1889 à Bayonne et disparu en mer en 1948, est un géologue français.
- Thierry Sandre, né en 1890 à Bayonne et mort en 1950, est un écrivain, poète, essayiste.
- Pierre Richard-Willm, né en 1895 à Bayonne et décédé en 1983 à Paris, est un acteur et comédien.
- Félix Lasserre, né en 1895 à Bayonne et décédé en 1965 à Saint-Avold, est un joueur français de rugby à XV ayant évolué à l'Aviron bayonnais, puis à l'US Cognac et enfin au FC Grenoble.
- Eugène Billac, né à Bayonne en 1898 et décédé à Bayonne en 1957, est un joueur français de rugby à XV ayant évolué à l’Aviron bayonnais et au Stade bordelais.
- Henri Béhotéguy, né à Bayonne en 1898 et décédé à Bayonne en 1975, est un joueur français de rugby à XV, ayant évolué à l'Aviron bayonnais, au Racing club de France, puis à l'US Cognac, ainsi qu'en équipe de France. ;nées au XX siècle
- André Béhotéguy, né à Bayonne en 1900 et décédé à Nice en 1960, est un joueur français de rugby à XV, ayant évolué à l'Aviron bayonnais, puis à l'US Cognac, ainsi qu'en équipe de France.
- René Graciet, né en 1904 à Bayonne, est un joueur français de rugby à XV ayant évolué en sélection nationale et au Stade bordelais.
- Jean Delay, né à Bayonne en 1907 et décédé à Paris en 1987, psychiatre et écrivain français, élu à l'Académie française en 1959.
- Jean Dauger, né en 1919 à Cambo-les-Bains et décédé en 1999 à Bayonne, est un joueur français de rugby à XV et de rugby à XIII. Le stade de rugby de la ville porte son nom.
- Henri Grenet, né à Bègles en 1908 et décédé à Bayonne en 1995, est un homme politique (maire de Bayonne de 1959 à 1995) et docteur en médecine.
- Paul-Joseph-Marie Gouyon, né en 1910 à Bordeaux et décédé en 2000 fut évêque de Bayonne.
- Aimé Georges Parrot, né en 1910 à Semondans et décédé en 1991 à Bayonne, est un mycologue français.
- Roger Lapébie, né en 1911 à Bayonne et décédé en 1996 à Pessac, est un coureur cycliste.
- Paul Maye, né en 1913 à Bayonne et décédé en 1987, est un coureur cycliste français.
- Georges Dupiot, (1919), Grand Maître fondateur de la confrérie du jambon de Bayonne
- Jean Darnel, (1923), acteur et metteur en scène
- André Alvarez, né à Bayonne en 1923 et décédé en 2005, est un joueur français de rugby à XV, ayant joué à l'Aviron bayonnais, puis au Racing club de France, et enfin à l'US Tyrosse, ainsi qu'en sélection nationale.
- Jean Pilon, né en 1925 à Bayonne, est un joueur de rugby à XV qui a joué avec l'équipe de France, l'Aviron bayonnais et le CA Périgueux.
- Jean-Henri Pargade, né en 1928 à Bayonne, est un joueur français de rugby à XV, qui a joué avec l'équipe de France et l'Aviron bayonnais.
- Paul Labadie, né en 1928 à Bayonne, est un joueur de rugby à XV qui a joué avec l'équipe de France et l'Aviron bayonnais.
- Gilbert Larréguy, est en 1931 à Mouguerre et décédé en 2006 à Bayonne, est un joueur de rugby à XV, qui a joué avec l'équipe de France et l'Aviron bayonnais.
- Michel Camdessus, né en 1933 à Bayonne, est un économiste qui fut président du Fonds monétaire international du 16 janvier 1987 au 14 février 2000. Il est Gouverneur Honoraire de la Banque de France.
- Jacques Rollet, né en 1934 à Bayonne, est un joueur de rugby à XV qui a joué avec l'équipe de France et à l'Aviron bayonnais.
- Michel Portal, né en 1935 à Bayonne, est un musicien et compositeur français de jazz.
- Michel Sainte-Marie, né à Bayonne en 1938, est un homme politique.
- Gérard Poulet, né en 1938 à Bayonne, est un violoniste classique.
- Jean Grenet, né en 1939 à Bayonne, est un homme politique, maire de Bayonne depuis 1993.
- Bernard Duprat, né en 1943 à Bayonne, est un joueur de rugby à XV qui a joué avec l'équipe de France et avec l'Aviron bayonnais, l'Anglet Olympique puis l'US Mouguerre.
- Nicole Péry, née à Bayonne en 1943, est une femme politique.
- Jean-Louis Ugartemendia, né en 1943 à Bayonne, est un joueur de rugby à XV qui a joué avec l'équipe de France et le Saint-Jean-de-Luz olympique rugby.
- Francis Marmande, né en 1945 à Bayonne, est un professeur et écrivain français.
- Guy Nadaud, né en 1948 à Bayonne, est un auteur de bande dessinée.
- Katia et Marielle Labèque, nées respectivement en 1950 et 1952 à Bayonne, sont deux sœurs qui forment un des duos français de piano les plus célèbres de la fin du XX et du début du XXI siècle.
- Christian Sarramagna, né à Bayonne en 1951, est un ancien footballeur français devenu entraineur.
- Didier Munduteguy, né en 1953 à Bayonne, est un navigateur.
- Henri de Castries, né en 1954 à Bayonne, est le président du directoire d'Axa depuis mai 2000.
- Gustave Parking, né en 1955 à Bayonne, est un humoriste français.
- Patrick Perrier, né en 1957 à Bayonne, est un joueur de rugby à XV qui a joué avec l'équipe de France et l'Aviron bayonnais.
- Bernard Blancan, né en 1958 à Bayonne, est un acteur francais.
- Francis Lalanne, né à Bayonne en 1958, est un poète auteur-compositeur-interprète de chansons.
- Laurent Pardo, né à Bayonne en 1958 est un joueur de rugby à XV qui a joué avec l'équipe de France. Il a évolué essentiellement au sein de l'Aviron bayonnais.
- Christophe Hondelatte, né en 1962 à Bayonne, est un journaliste français de radio et de télévision.
- Mac Lesggy, né en 1962 à Bayonne, est un journaliste scientifique,
- Sylvain Luc, né à Bayonne en 1965, est un guitariste de jazz.
- Jean-Michel Gonzales, né en 1967 à Bayonne, est un joueur de rugby à XV qui a joué en sélection nationale.
- Pascal Bidégorry, né en 1968 à Bayonne, est un navigateur.
- Didier Deschamps, né à Bayonne en 1968, est un ancien footballeur, reconverti entraineur.
- Marie Darrieussecq, née en 1969 à Bayonne, est une écrivaine.
- Bénédicte Delmas, née en 1972 à Bayonne, est une actrice française de série télévisée.
- Éric Daramy, né en 1973 à Bayonne, est un joueur de hockey sur glace.
- Anthony Dupuis, né en 1973 à Bayonne, est un joueur de tennis.
- Denis Greslin, né en 1973 à Bayonne, est un responsable politique et associatif.
- Martial Esnal, né en 1974 à Bayonne, est un joueur français de hockey sur glace.
- Louis-Gilles Pairault, né en 1974 à Bayonne, est un archiviste et historien français.
- Cédric Bergez, né en 1975 à Bayonne, est un joueur de rugby à XV qui évolue à l'Aviron bayonnais.
- Daniel Larrechea, né en 1977 à Bayonne, est un joueur de rugby à XV qui évolue à l'Aviron bayonnais.
- Philippe Bidabé, né en 1978 à Bayonne, est un joueur de rugby à XV qui évolue au Biarritz olympique.
- Laurent Marticorena, né en 1978 à Bayonne, est un joueur de rugby à XV qui joue à Castres.
- Loan Mas, née en 1978 à Bayonne, est une animatrice de télévision.
- François Gelez, né en 1979 à Bayonne, est un joueur de rugby à XV, qui a joué avec l'équipe de France.
- Xavier de Le Rue, né en 1979 à Bayonne, est un snowboardeur spécialisé dans l’épreuve de cross dont il a été deux fois champion du monde.
- Imanol Harinordoquy, né en 1980 à Bayonne, est un joueur de rugby à XV qui joue en équipe de France et évolue au sein de l'effectif du Biarritz olympique.
- Julien Peyrelongue, né en 1981 à Bayonne, est un joueur de rugby à XV qui évolue actuellement dans l'équipe du Biarritz olympique.
- Éva Bisséni, née en 1981 à Bayonne, est une judokate française.
- Xavier Daramy, né en 1981 à Bayonne, est un joueur de hockey sur glace.
- Raphaël Larrieu, né en 1981 à Bayonne, est un joueur de hockey sur glace professionnel.
- Pierre Som, né en 1981 à Bayonne, est un joueur de rugby qui évolue à la Section paloise.
- Mickaël Etcheverria, né en 1982 à Bayonne, est un joueur de rugby à XV.
- Vincent Inigo, né en 1983 à Bayonne, est un joueur de rugby à XV et à sept qui évolue à l'Aviron bayonnais.
- Julien Saubade, né en 1983 à Bayonne, est un joueur de rugby à XV et à sept.
- Sébastien Rouet, né en 1985 à Bayonne, est un joueur de rugby à XV de la Section paloise.
- Jonathan Martins Pereira, né en 1986 à Bayonne, est un footballeur possédant la double nationalité franco-portugaise.
- Christophe Perez, né en 1986 à Bayonne, est un joueur français de hockey sur glace.
- Mathieu Acebes, né en 1987 à Bayonne, est un joueur de rugby à XV qui évolue au Biarritz olympique Pays basque.
- Damien Lagrange, né en 1987 à Bayonne, est un joueur de rugby à XV qui évolue à l'Aviron bayonnais.

Galerie

Image:Bayonne_Caserne.jpg|La citadelle Image:Bayonne_Adour.jpg|Le pont Saint-Esprit sur l'Adour Image:Bayonne Adour HdV.jpg|Vue de la rive droite de l'Adour Image:Bayonne1.JPG|Bayonne : vue générale ... Image:Bayonne.JPG|... et bords de la Nive Image:Bayonne Belem.jpg|Entrée du Belem dans le Port de Bayonne Image:Bayonne Adour embouchure.jpg|L'embouchure de l'Adour Image:Bayonne remparts.jpg|Les remparts Image:Bayonne Reflets dans la Nive.JPG|Reflets dans la Nive Image:Biarritz Jambon (1).jpg|Jambon de Bayonne Image:Bayonne rue de la Salie.jpg|Rue de la Salie Image:Bayonne Poissonnerie.jpg|Rue Poissonnerie

Notes

Bibliographie

-IV centenaire du détournement de l'Adour 1578-1978 - Actes du Congrès de Bayonne 28/29 X 1978 - Société des Sciences Lettres & Arts de Bayonne
-Histoire de Bayonne des origines à la révolution française de 1789 - Pierre Hourmat - Société des Sciences Lettres & Arts de Bayonne - 1986
-
-
-

Pour approfondir

Article connexes

- Communes des Pyrénées-Atlantiques
- Liste des évêques de Bayonne
- Diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron
- Route européenne 70
- Route nationale 117
- Route nationale 132
- Route nationale 263
- Route nationale 636
- Route départementale 1
- LGV Bordeaux - Frontière espagnole
- 49e régiment d'infanterie de ligne ===
Sujets connexes
Académie française   Achille Zo   Acteur   Adour   Aimé Georges Parrot   Alger   Algérie   Aliénor d'Aquitaine   Alphonse Ier d'Aragon   Amiral   André Alvarez   André Béhotéguy   Anglet   Angleterre   Anne d'Autriche (1601-1666)   Anthony Dupuis   Aquitaine   Arcangues   Armand Joseph Dubernad   Arnaud Jean Meillan   Arrondissement de Bayonne   Arrondissement de Dax   Arthur Xavier Ducellier   Artiste   Artiste-peintre   Assurance   Auteur-compositeur-interprète   Autoroute française A12   Autoroute française A63   Autoroute française A64   Aviron   Aviron bayonnais   Aviron bayonnais football club   Aviron bayonnais rugby pro   Aéroport de Biarritz-Anglet-Bayonne   Baleine   Bande dessinée   Banque de France   Barthe   Basket-ball   Basque   Basse-Navarre   Bassussarry   Batera   Bayonne (New Jersey)   Baïonnette (arme)   Bellac   Bernard Blancan   Bernard Dubourdieu   Bernard Duprat   Bertrand Pelletier   Besançon   Biarritz   Biarritz olympique Pays basque   Bidache   Bidart   Bidassoa   Biltzar   Biriatou   Blasonnement   Bordeaux   Boucau   Brigade de recherche et d'intervention   Bègles   Béarn   Bénédicte Delmas   Cambo-les-Bains   Camino francés   Canton de Bayonne-Est   Canton de Bayonne-Nord   Canton de Bayonne-Ouest   Cardinal (religion)   Castres olympique   Catherine de Médicis   Catholicisme social   Cathédrale Sainte-Marie de Bayonne   Chambre de commerce et d'industrie de Bayonne Pays basque   Championnat de France Amateurs   Championnat de France de 3e division fédérale   Championnat de France de basket-ball   Championnat de France de rugby à XV   Championnat de France de rugby à XV féminin 2006-2007   Championnats du monde de snowboard 2007   Charles IV d'Espagne   Charles IX de France   Charles Martial Lavigerie   Charles Quint   Charles VII de France   Charte   Chimie   Chocolat   Christian Sarramagna   Christophe Colomb   Christophe Hondelatte   Christophe Perez   Château de Marracq   Ciboure   Cimetière juif   Cloître   Club athlétique Périgueux Dordogne   Col de Belate   Col de montagne   Collège Marracq   Communauté Forale de Navarre   Communauté d'agglomération de Bayonne-Anglet-Biarritz   Commune française   Communes des Pyrénées-Atlantiques   Comte de Lancastre   Comte de Pembroke   Concours des villes et villages fleuris   Conseil de prud'hommes (France)   Conservatoire à rayonnement régional   Constitution de Bayonne   Convention   Corsaire   Cour d'appel de Pau   Cédric Bergez   Damien Lagrange   Daniel Larrechea   Dax   Denek Bat Bayonne Urcuit   Denis Greslin   Dessinateur   Deux-Sèvres   Didier Deschamps   Didier Munduteguy   Diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron   Dominique Joseph Garat   Déclaration universelle des droits de l'homme   Département français   Edmond de Lancastre   Empire romain   Entrevue de Bayonne (1565)   Espace urbain   Espagne   Eugène Billac   Eurocité basque Bayonne - San Sebastian   Ferdinand Corrèges   Fernand Daguin   Fernand Forgues   Festival de musique   Finance   Fonds monétaire international   Football   Football club de Grenoble rugby   Ford   Forêt des Landes   France   Francis Lalanne   Francis Marmande   Franquisme   Français   François Cabarrus   François Faurie   François Fidèle Ripaud de Montaudevert   François Fouquet   François Gelez   François Ier de France   Frédéric Bastiat   Félix Lasserre   Gascogne   Gascon   General Motors   Gentilé   Gilbert Larréguy   Golo (auteur)   Grégoire de Tours   Guillaume Du Tillot   Guillaume de Valence   Guitariste   Gustave Parking   Guyenne   Gérard Poulet   Heavy metal traditionnel   Hendaye   Henri-Achille Zo   Henri Béhotéguy   Henri Grenet   Henri Lorin   Henri d'Apremont   Henri de Castries   Hockey sur glace   Hubert-Denis Etcheverry   Imanol Harinordoquy   Indication géographique protégée   Inquisition   Inquisition espagnole   Institut d'administration des entreprises   Institut universitaire de technologie   Irlande   Jacques Bonne-Gigault de Bellefonds   Jacques Laffitte   Jacques Rollet   Jambon de Bayonne   Jansénisme   Jazz   Jean-Baptiste du Casse   Jean-Henri Pargade   Jean-Louis Ugartemendia   Jean-Michel Gonzales   Jean Alard   Jean Bernard Jauréguiberry   Jean Dauger   Jean Delay (médecin)   Jean Duvergier de Hauranne   Jean Grenet   Jean Ignace de La Ville   Jean Pilon   Jean de Dunois   Jean du Bellay (1492-1560)   Jonathan Martins Pereira   Joseph Garat   Joseph Lartigue   Journaliste   Judo   Julien Peyrelongue   Julien Saubade   Jérémie Singher   Killers (groupe français)   LGV Bordeaux - Frontière espagnole   Labourd   Lacq   Lahonce   Landes (département)   Langue vernaculaire   Laurent Marticorena   Laurent Pardo   Libéralisme   Ligne Bordeaux - Irun   Ligne Toulouse - Bayonne   Liste des gares desservies par TGV   Liste des évêques de Bayonne   Liste du patrimoine mondial   Loan Mas   Londres   Louis-Gilles Pairault   Louis-Édouard Cestac   Louis Armand Delom d'Arce   Louis XIII de France   Louis XI de France   Légion d'honneur   Léon Bonnat   Mac Lesggy   Mademoiselle Montansier   Mai 2000   Marcel Breuer   Marie Darrieussecq   Marielle et Katia Labèque   Marracq   Martial Esnal   Mathieu Acebes   Maurice Delay   Maître à danser   Michel Camdessus   Michel Gaudrau   Michel Portal   Michel Sainte-Marie   Mickaël Etcheverria   Monchy-Saint-Éloi   Montigny-le-Bretonneux   Morlaix   Morue   Mouguerre   Musée Léon-Bonnat   Mycologie   Métallurgie   Napoléon Ier   Nation   Nationale masculine 2 (basket-ball)   Navigateur (marine)   New Jersey   Nice   Nicole Péry   Nive   Novempopulanie   Novillada   Océan Indien   Oléoduc   Opéra national de Paris   Pampelune   Paris   Pascal Bidégorry   Pastel des teinturiers   Patrick Perrier   Pau   Paul-Joseph-Marie Gouyon   Paul-Thérèse-David d'Astros   Paul Labadie   Paul Maye   Paul Raymond (archiviste)   Paul Villard   Pays basque   Pays basque français   Pays de Galles   Peinture académique   Pelote basque   Pessac   Peña   Peñas y Salsa   Philippe Bidabé   Philippe II d'Espagne   Piano   Pie noir du Pays basque   Pierre Firmin Bédat   Pierre Lhande   Pierre Richard-Willm   Pierre Som   Pierre de Nyert   Pilotis   Plan de déplacements urbains   Politique   Poète   Prix Nobel de la paix   Professionnel   Prédication   Pyrénées   Pyrénées-Atlantiques   Pyrénées-Orientales   Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle   Québec   Racing métro 92   Raphaël Larrieu   Raymond de Montaigne   René Cassin   René François de Beauvau   René Graciet   Rock à Bayonne   Roger Lapébie   Rome   Route départementale 1 (Pyrénées-Atlantiques)   Route européenne 70   Route nationale 10   Route nationale 117   Route nationale 132   Route nationale 263   Route nationale 636   Royaume d'Aragon   Rugby à XIII   Rugby à XV   Rugby à sept   Révolution française   Révolution industrielle   Saffré   Saint-Avold   Saint-Germain-au-Mont-d'Or   Saint-Jean-Pied-de-Port   Saint-Jean-de-Luz   Saint-Jean-de-Luz olympique rugby   Saint-Léon   Saint-Pierre-d'Irube   Saint-Sever   Salies-de-Béarn   Salsa   Scène nationale   Section paloise   Semondans   Signalisation bilingue   Snowboard   Société des transports de l'agglomération de Bayonne   Soliers   Soule (province)   Stade Jean Dauger   Stade bordelais   Sylvain Luc   Sébastien Le Prestre de Vauban   Sébastien Rouet   Séfarade   Série télévisée   Séville   TER Aquitaine   Tarbes   Tardets-Sorholus   Tarnos   Tennis   Thierry Sandre   Toulouse   Tournoi de Bayonne   Tourves   Traité de Bayonne (1856)   Tribunal de commerce (France)   Tribunal de grande instance (France)   Troisième République   Télévision   Union pour la démocratie française   Union pour un mouvement populaire   Union sportive Tyrosse rugby Côte sud   Union sportive cognaçaise   Unité de formation et de recherche   Université de Pau et des Pays de l'Adour   Urcuit   Urrugne   Ustaritz   Valence (Charente)   Vallée d'Aspe   Vallée d'Ossau   Victor Baltard   Villefranque (Pyrénées-Atlantiques)   Vincent Inigo   Violoniste   Vis (île)   Voie de Soulac   Voie du Baztan   Westphalie   Wexford   Xavier Daramy   Xavier de Le Rue   Yvelines   Zone à urbaniser en priorité  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^