La Rochelle

Infos
La Rochelle est une commune française, capitale de l'Aunis et préfecture du département de la Charente-Maritime, dans la région Poitou-Charentes. Ses habitants sont appelés Rochelais. Située en bordure de l’océan Atlantique, au cœur du pertuis d'Antioche, et protégée des tempêtes par la barrière des îles de Ré, d’Oléron, d’Aix et Madame, la ville est avant tout un complexe portuaire de premier ordre depuis le . Cité millénaire et dotée d’un riche patri
La Rochelle

La Rochelle est une commune française, capitale de l'Aunis et préfecture du département de la Charente-Maritime, dans la région Poitou-Charentes. Ses habitants sont appelés Rochelais. Située en bordure de l’océan Atlantique, au cœur du pertuis d'Antioche, et protégée des tempêtes par la barrière des îles de Ré, d’Oléron, d’Aix et Madame, la ville est avant tout un complexe portuaire de premier ordre depuis le . Cité millénaire et dotée d’un riche patrimoine, La Rochelle est aujourd’hui devenue une ville administrative et tertiaire qui conserve son titre de Porte océane. Depuis le , elle est reliée à l’île de Ré par le plus long pont de France.

Histoire

Époque gallo-romaine

Faute de trouver des traces d’occupation des lieux antérieures à la fondation de la ville au , le site marécageux de La Rochelle a parfois été considéré comme inhabité avant cette époque. Pourtant, d’après l’historien Louis-Étienne Arcère, des Alains venus de l’Est se seraient implantés dans cette région déserte et marécageuse au , habitant dans des huttes et vivant de la pêche, du cabotage et de la viticulture. De récentes découvertes ont permis d’établir que tous les promontoires de la côte d’Aunis avaient été habités à l’époque gallo-romaine. On a ainsi retrouvé des traces de marais salants de grande taille datant de -8 à -2 et les fondations de deux imposantes et luxueuses villas romaines. Ces villas, dont l’une se trouve à Saint-Éloi et l’autre aux Minimes, constituaient le centre d’un vaste domaine agricole du au . Leur découverte a confirmé que les Romains occupaient le site, exploitant les ressources de la baie de La Rochelle.

Moyen Âge

Un petit hameau appelé Cougnes, dont l’origine reste imprécise, et vivant de l’exploitation de marais salants, est vraisemblablement le quartier le plus ancien connu de la cité de La Rochelle (Journal de la Rochelle) .. En se développant, les habitations de Cougnes se rapprochent progressivement de la mer, jusqu’à ce qu’aux environs du , une cité de pêcheurs appelée Rupella (petite roche) soit fondée sur un promontoire rocheux au milieu des marais, origine du nom de la ville de La Rochelle .. Une tour de défense carrée, appelée tour Maulevault, ainsi qu’une église, l’église Notre-Dame-de-Cougnes, sont construites à cette époque. Au , en l’an 961, Guillaume d’Aquitaine octroie à La Rochelle une charte concernant le droit d’ancrage et de lestage des navires. À cette époque, le port primitif se situe au pied de la tour de la Lanterne sur le ruisseau du Lafond. Il sera déplacé plus tard à son emplacement actuel. Situé au fond d’une baie abritée des fureurs de l’océan par les Île de Ré et d’Oléron, alimenté par des sources d’eau douce, le lieu convient parfaitement à l’implantation d’un port. Ce faisant, le port de La Rochelle joue dès le , et durant tout le Moyen Âge, un rôle de premier ordre. En 1130, après la prise de Châtelaillon dont le seigneur Isembert était propriétaire des terres rochelaises, Guillaume X, duc d’Aquitaine, fait édifier une première enceinte autour de La Rochelle, et en 1137, il affranchit la ville des tutelles féodales, faisant de son port un port libre. Fort de cette caractéristique, le port devient le plus grand de toute la côte atlantique, et connaît trois siècles ininterrompus de prospérité, commerçant principalement du vin de La Rochelle, qui est une importante production régionaleLe vin de La Rochelle était produit en Aunis, Saintonge et Angoumois. s'étendant jusqu'à Cognac et qui est alors très réputé, ainsi que du sel. Aux et , les routes des Templiers convergent toutes vers La Rochelle, faisant ainsi de la ville leur port sur l’AtlantiqueAujourd’hui encore, un quartier rappelle la présence des Templiers : la rue de Temple, la rue des Templiers, la cour du Temple, etc. Au , le dernier vestige de leur présence, une tour en ruine qui menaçait de s’effondrer, a été détruit.. Le est également marqué par l’influence d’Aliénor d’Aquitaine, qui après s’être séparée du roi Louis VII de France, épouse en secondes noces le futur roi Henri II d'Angleterre en 1152, faisant de l’Aquitaine, ainsi que de La Rochelle, une province anglaise en 1154. De par sa situation géographique et son importance, le Vieux-Port voit s’ouvrir à lui les marchés de l’Angleterre et de l’Europe du Nord, très demandeurs des vins régionaux et du sel des marais du littoral. Une nouvelle enceinte de protection est érigée autour de la ville entre 1160 et 1170, tandis que le château de Vauclair est construit par Henri II d'Angleterre un peu avant la fin du Le château sera détruit entre 1372 et 1375. Une partie des fondations de l’ouvrage ont été mises au jour lors du creusement d’un parking souterrain, sous l’actuelle place de Verdun.. L’enceinte du château, qui couvre plus d’un hectare, est protégée par un rempart orné de quatre grosses tours d’angle, reliées entre elles par des courtines au parapet crénelé, et entourée de profondes douves. Le château domine alors le port primitif de La Rochelle, situé à l’estuaire des cours d’eau de La Moulinette à l’Est, de Rompsay au Nord-EstPlus tard, le cours d’eau de Rompsay sera transformé en canal de Marans. et le chenal de la Verdière au Nord. En 1196, l'armateur rochelais Alexandre Aufrédy décide d’envoyer les sept navires de sa flotte commerciale à l’aventure vers les côtes africaines, chargés de sel et de vin. Les années passent mais ses navires ne reviennent pas. Ruiné, Alexandre Aufrédy se voit obligé de vendre l’intégralité de ses biens, dont son hôtel particulier, pour payer ses dettes, et est réduit à la mendicité. En 1203, il est sauvé de la misère par le retour inespéré de sa flotte commerciale qu’il croyait perdue, et dont la cargaison d’or, d’ivoire, d’épices et de bois précieux refait sa fortune. En remerciement au Ciel, il décide de consacrer sa vie et sa fortune aux pauvres, et fonde un hôpital portant son nom où, avec sa femme, il soignera les malades jusqu’à sa mort. Entre-temps, en 1199, Aliénor d’Aquitaine a renouvelé la charte de commune octroyée par son père, Guillaume X d’Aquitaine, et concédé à la ville des exonérations de taxes royales, ainsi que des pouvoirs politiques et judiciaires étendus. Démocrates bien avant l’heure, les habitants de La Rochelle en profitent pour procéder à la première élection d’un maire dans l’Histoire de France, en la personne de Guillaume de Montmirail. Les extensions de la charte communale autorisant également la ville à battre la monnaie, Jean d'Angleterre y fait établir en 1215 un atelier monétaire. La monnaie royale qui y est frappée porte la lettre H comme marque de fabrique. En 1222, le roi d’Angleterre Henri III décide de renforcer l’influence anglaise en Aunis. Ainsi donc, le 4 décembre, il édicte une charte prescrivant aux Rochelais d’établir un port dans l’ouest de la ville et de la fortifier, et le , il leur ordonne de commencer les travaux. De son côté, Louis VIII, roi de France, prend prétexte du fait que les conditions du traité de 1217 n’étaient toujours pas remplies pour lancer une campagne destinée à s’emparer des possessions anglaises en France. En effet, après sa victoire sur Jean sans Terre à la bataille de la Roche-aux-Moines, en 1214, les barons anglais lui avaient promis la couronne d’Angleterre. Cependant, ces derniers revinrent sur leur décision le en signant le traité de Lambeth, qui octroyait la couronne à Henri III moyennant certaines compensations, dont le paiement d’une forte somme d’argent au roi de France. Ainsi, sur les ordres du roi Louis VIII, Mathieu II de Montmorency entame le siège de La Rochelle le , et la libère de la domination anglaise le . La ville revient alors sous la couronne de France, tout en conservant ses privilèges. En représailles, Henri III signe à Londres une charte communale à Bordeaux, qui jusqu'à présent devait passer par La Rochelle pour exporter son vin de Bordeaux, et qui désormais prend la prédominance du commerce du vin avec l’Angleterre. En 1241, une nouvelle guerre éclate entre la France et l’Angleterre. Henri III d’Angleterre débarque à la tête de son armée, mais est vaincu par Louis IX, nouveau roi de France, et est contraint de céder l’île de Ré à la couronne de France par un traité en date du . Au cours de la guerre de Cent Ans, la ville change régulièrement de mains, passant des Anglais aux Français et inversement, au gré des traités. De ce fait, elle se voit octroyer dès 1338, par le roi d’Angleterre, des lettres de sauvegarde l’autorisant, malgré la guerre entre les deux Couronnes, à trafiquer librement avec toutes les possessions anglaises. La France en 1365, après les traités de Brétigny et de Guérande. En 1356, le roi Jean II de France, dit le Bon, est vaincu et fait prisonnier à la bataille de Poitiers. Emmené à Londres, il est forcé en 1360, en plus de verser une rançon de trois millions d’écus d’or (soit 11, 64 tonnes d’or), de signer le traité de Brétigny en échange de sa libération. Le traité cède de nombreux territoires à la couronne d’Angleterre, dont la ville de La Rochelle. Ce nouveau passage sous la domination anglaise est très mal perçu, et la ville manifeste une importante résistance à cette annexion. Finalement, suite aux pressantes interventions du roi de France et à l’assurance donnée par le roi d’Angleterre que les privilèges seront maintenus, les Rochelais déclarent « Nous aourerons (honorerons) les Anglais des lèvres, mais les cœurs ne nous mouveront pas ». La bataille de La Rochelle, enluminure illustrant l'édition de 1419 des Chroniques de Jean Froissart. La Rochelle est pillée en 1370 par une chevauchée anglaise. Le , la bataille de La Rochelle marque le début du siège de La Rochelle, commandé par le connétable Bertrand du Guesclin sur ordre de Charles V. La flotte anglaise de Jean de Hastings, comte de Pembroke est détruite par la flotte franco-espagnole, le roi de France ayant obtenu l’appui du roi de Castille. Le , les Rochelais chassent la garnison anglaise de leur ville grâce à une ruse du maire Jean ChaudrierAyant invité le capitaine de la garde anglaise, Philippe Mancelle, à dîner, Jean Chaudrier profita du fait qu’il ne savait pas lire pour lui présenter un document marqué du sceau du roi d'Angleterre Édouard III, en prétendant que ce document lui ordonnait de procéder à une revue de ses troupes. Le stratagème abusa le capitaine qui fit sortir ses troupes sur la place, où les attendaient les Rochelais armés.. Cependant, ils refusent de laisser entrer le connétable Bertrand du Guesclin dans les murs de la ville, désirant négocier leur retour dans le Royaume de France moyennant une extension de leurs anciennes chartes. Le roi Charles V accepte finalement de confirmer les privilèges de la ville, lui donnant ainsi une grande indépendance vis-à-vis du pouvoir royal. Les rochelais laissent alors entrer Bertrand du Guesclin dans leurs murs le , faisant de La Rochelle une ville définitivement française. Le , désireux de remercier les Rochelais d’avoir chassé les Anglais de la ville, Charles V confère au maire, à ses échevins et à leurs successeurs, un droit de noblesse héréditaire et perpétuel. Il crée également le gouvernement d'Aunis, distinct de la Saintonge. Néanmoins, il fait détruire le château Vauclair, symbole de pouvoir, et dont les pierres servent à édifier la muraille du Gabut. Le Corps de Ville fait également construire la tour de Moureiles, destinée à conserver les papiers consacrant les privilèges et les registresLa tour de Moureiles sert ensuite de poudrière, mais est détruite par une explosion. Elle se trouvait à l’emplacement de l’arsenal du quai Maubec, et il n’en reste plus aujourd’hui qu’une marque circulaire au sol et quelques reliefs sur le trottoir.. Le port de La Rochelle est quant à lui transféré à son emplacement actuel. En 1376, après 31 ans de travaux interrompus par la rupture des fondations dans les premières années de la construction et par l’occupation anglaise ensuite, la tour Saint-Nicolas est achevée. Destinée à défendre la passe du port, elle héberge son premier capitaine ainsi que les soldats préposés à sa garde en 1384. Quelques années après la tour Saint-Nicolas, la tour de la Chaîne est édifiée sur l’autre rive. Elle est ainsi nommée en raison du fait qu’elle a pour fonction de tendre la chaîne fixée dans la tour Saint-Nicolas et fermant l’accès au port. Les deux tours deviennent emblématiques du Vieux-Port de La Rochelle, dont elles constituent la majestueuse porte d’entrée. En 1422, la charpente d’une maison où se tient une réunion s’écroule, tuant et blessant de nombreuses personnes. Le Dauphin Charles, futur Charles VII, qui y participait, s’en sort miraculeusement indemne. En , Jeanne d'Arc confond la supercherie de sa plus célèbre émule, Katherine de La Rochelle, qui prétendait qu'une inspiration sacrée l'avait invitée, non pas à aller à la guerre, mais à exhorter le peuple à apporter son argent au roi pour délivrer le paysLa Pucelle de Chapelain et la Pucelle de Voltaire (Revue des Deux Mondes, tome 15 & 16, 1838)..

Réforme

Dans les années 1530 et suivantes, la population de La Rochelle se convertit au protestantisme, pour être entièrement huguenote au début des guerres de religion, p 245. Dans le cadre de la politique générale de centralisation du gouvernement menée par François I. Charles Chabot, seigneur de Jarnac et gouverneur de La Rochelle sous l’autorité de Henri d’Albret, œuvre à anéantir les privilèges de La Rochelle. En 1530, il supprime notamment le corps de ville et la mairie élective, héritage de 1199, et réduit le nombre d’échevins, au prétexte que la ville se servait des recettes de l’octroi pour renforcer ses fortifications. Le , Charles Chabot s’attribue un mandat de maire perpétuel de La Rochelle, ce qui lui attire la haine de la population. Des émeutes éclatent, que Charles Chabot tente de mater en faisant procéder à des exécutions publiques. Le , un édit royal étend l’impôt de la gabelle à La Rochelle et au pays d’Aunis, qui en étaient jusque là exemptés par leurs privilèges. Les habitants protestent, et de nouveaux troubles et émeutes éclatent en 1542. Le gouverneur Charles Chabot fait alors venir une garnison de 200 soldats afin de se protéger du peuple, mais ces derniers se livrent à de nombreux abus et ne font qu’exacerber la colère de la population, qui se soulève et les chasse des la ville, obligeant Charles Chabot à s’enfuir et à retourner sur ses terres de Jarnac. Le , c'est François I lui-même qui, arrivant de Cognac, se rend à La Rochelle. Le , il rencontre les notables rochelais et pardonne finalement la ville en la maintenant dans ses privilèges. Entre 1562 et 1598, l’Aunis et la Saintonge sont déchirées par huit guerres de religion successives. Les terres sont dévastées, les églises et abbayes détruites, et les pillards foisonnent dans les campagnes. De terribles épidémies éclatent. Le , à l’occasion de son tour de France royal (1564-1566), le roi Charles IX accompagné de sa mère Catherine de Médicis, de sa Cour et précédé par le connétable Anne de Montmorency, fait son entrée dans la ville de La Rochelle, où il reçoit un accueil hostile de la part des habitants, p 258. En représailles, il prend des mesures pour brider l’indépendance des rochelais : il réduit le corps de ville à 24 échevins, destitue tous les officiers de la ville et confie les défenses de la ville au gouverneur Charles Chabot, précédemment chassé de la ville. En début d’année 1568, poussé par l’intense propagande menée par les pasteurs, le maire protestant François Pontard, nommé par Charles Chabot, soulève la ville contre les catholiques. Ces derniers fuient hors des murs, mais 13 prêtres sont arrêtés, égorgés et jetés à la mer du haut de la tour de la Lanterne, qui prendra à l’occasion le surnom de « tour des Prêtres ». Les églises Notre-Dame-de-Cougnes, Saint-Sauveur et Saint-Barthélemy sont détruites, leurs pierres servant à renforcer les murailles. Les troubles se répandent dans la région, où les pillages et les massacres se multiplient. Des catholiques de Luçon sont massacrés par des Rochelais, tandis que des catholiques massacrent des calvinistes à Mirambeau, à Saintes et à Saint-Sorlin. L’île de Ré se range aux côtés de La Rochelle, qui se proclame république indépendante et calviniste, en adoptant officiellement les idées réformistes et en rejoignant le parti protestant, ce qui ne manque pas d’inquiéter le pouvoir royal, et qui a d’importants retentissements dans le monde protestant. En effet, avec ses 22 000 à 23 000 habitants, la ville est parmi les plus grandes du Royaume de France, et elle est également riche du commerce développé avec l’Espagne, l’Angleterre et les pays d’Europe du Nord, ce qui en fait une cité d’une importance exceptionnelle pour l’époque. Charles IX charge alors Blaise de Montluc et Charles Chabot de Jarnac de reprendre le port de l’Atlantique. Blaise de Montluc arme une flotte de 500 arquebusiers d’élite dans le port de Brouage, et l’envoie prendre l’île de Ré, où après de terribles combats, les protestants sont massacrés. Il envoie ensuite ses troupes à Saint-Jean-d'Angély faire la jonction avec celles de Chabot de Jarnac et du comte de Lude, gouverneur du Poitou. Leurs troupes s’apprêtent à marcher sur La Rochelle lorsque la paix de Longjumeau est signée entre Charles IX et le prince de Condé le , et publiée à La Rochelle le . Dès son retour dans la ville, le gouverneur Chabot de Jarnac fait bannir François Pontard, mais furieux que le roi ait rendu de nouveau la mairie élective, il quitte La Rochelle. En , Jeanne d’Albret prend la tête du mouvement protestant et emmène son fils, Henri de Navarre, rejoindre les chefs protestants à La Rochelle, qu’elle administre dans tous les domaines, à l’exception des affaires militaires. Elle assure la communication avec les princes étrangers alliés, dont elle tente de conserver le soutien, surtout après la mort de prince de Condé, assassiné le . Elle refuse de se rendre après la défaite de Moncontour, et se montre intraitable lors des négociations de Saint-Germain-en-Laye, mais s’incline devant la volonté de négocier de ses coreligionnaires. Elle quitte La Rochelle en , pour revenir sur ses terres. Le , la paix de Saint-Germain-en-Laye, signée entre le roi Charles IX et l’amiral Gaspard de Coligny, octroie aux protestants quatre places fortes : La Rochelle, Cognac, Montauban et La Charité-sur-Loire. La Rochelle devient le « Boulevard de la Réforme ». Théodore de Bèze, qui arrive de Genève, vient présider le second synode protestant, lors duquel le texte fondateur de l’Église réformée de France est rédigé. Deux ans plus tard, dans la nuit du dimanche , a lieu le massacre de la Saint-Barthélemy, qui met un terme à la paix et plonge le royaume de France dans l’horreur du fanatisme religieux, que le roi Charles IX ne parvient pas à endiguer. De nombreux huguenots s'enfuient vers La Rochelle, place forte protestante. Charles IX charge alors François de La Noue, qui a échappé au massacre, d'une délicate mission de conciliation entre les habitants de La Rochelle et le pouvoir royal. Les rochelais, ulcérés par la tragédie qui vient de se jouer, refusent toute négociation. N'oubliant pas ses convictions huguenotes et sentant que la guerre est proche, François de la Noue démissionne de ses engagements royaux et organise la défense de la ville. En , La Rochelle refuse de recevoir le gouverneur royal Armand de Gontaut-Biron et sa garnison. Le , le duc d'Anjou, frère du roi et futur Henri III, incite François de La Noue à se rendre dans des conditions favorables, tout en exigeant une reddition sous trois jours. Faisant face au refus de ses coreligionnaires extrémistes, qui pour certains l'accusent de traîtrise, François de la Noue quitte la ville pour attendre l'issue du siège de La Rochelle au camp royal, sans prendre part aux combats. Le roi Charles IX ordonne alors au duc d’Anjou de faire le siège de La Rochelle, ce qu'il entreprend dès le , à la tête d'une armée de 28 000 hommes. Après huit assauts infructueux, des pertes énormes, et ayant été élu roi de Pologne entre temps, il signe la paix de La Rochelle le et abandonne le siège. Le , la paix de Boulogne met fin à la quatrième guerre de religion en remettant en vigueur les clauses d’Amboise. Elle permet aux protestants d’obtenir la liberté de conscience, mais ils perdent Cognac et La Charité-sur-Loire et n’obtiennent la liberté de culte que dans trois villes : La Rochelle, Montauban et Nîmes. François de La Noue, occupe alors la fonction de général de La Rochelle de 1574 à 1578. En 1590, les Rochelais obtiennent du roi Henri IV l’autorisation d’ériger une nouvelle enceinte, baptisée « enceinte huguenote » ou « enceinte Henri IV », et plus fortifiée que la précédenteDe l’enceinte huguenote, détruite après la reddition de la ville en 1628, sur ordre du roi, il ne reste aujourd’hui que la nouvelle porte Maubec et quelques vestiges de la nouvelle porte de Cougnes.. Entre 1596 et 1612, six grands bastion royaux sont édifiés, ce sont les bastions des Grands-Lapins, des Petits-Lapins, de Cougnes, des Fonderies ou des Fours-à-chaux, de Maubec ou du Petit-Genève, et de Saint-Nicolas. La porte Maubec est reconstruite en 1611, suivie par la porte de Cougnes en 1613, et la porte Neuve renforcée en 1622Ces fortifications vont s’avérer essentielles dans la défense de la ville, en résistant aux assauts de 1622 et au siège de 1627 et 1628, mais seront rasées, à l’exception du front de mer, après la reddition de la ville, en 1628.. La ville ayant conquit son statut de ville libre devient un centre de ralliement pour les Huguenots, et initie une période de liberté, de prospérité et d’épanouissement qui s’étend jusqu’en 1620. Elle n’échappe cependant pas aux épidémies de peste, qui ravagent le continent européen. Frappée à plusieurs reprises en 1585, en 1602 et en 1604, elle voit sa population être décimée. Les malades sont transportés dans le quartier de Mireuil, lieu consacré aux pestiférésD’après Arcère, Histoire de la ville de La Rochelle et du pays d’Aulnis, T2 p. 115..

Grand Siècle

Le , le corps municipal de La Rochelle entérine une charte dont les 29 articles édifient l’administration de la ville. Les Rochelais s’insurgent contre Jean Louis de Nogaret de la Valette, Duc d'Épernon, et représentant du roi. De 1620 à 1628, Louis XIII, qui entend mettre fin aux privilèges politiques dont bénéficient les protestants depuis les guerres de religions, mène une politique de rétablissement de l’autorité militaire de l’État. En réaction, de 1621 à 1625, les provinces de Saintonge, de Guyenne et de Languedoc se soulèvent, menées par Henri II de Rohan, et de véritables opérations militaires ont lieu autour de La Rochelle, Saint-Jean-d'Angély, Montauban et Montpellier. En , La Rochelle proclame son indépendance, et la constitution d’un « État protestant » est établie. Excédé par les Rochelais qui veulent faire de leur ville une république, le roi Louis XIII confie en au duc d’Épernon le soin d’investir la ville. Le , à la tête d’une flotte de 22 navires, Jean Guiton défait, après deux heures de combats, les 40 navires royalistes, commandés par Isaac de Razilly, et venus faire le blocus de la ville. Le , Isaac de Razilly reçoit 5 navires en renfort du gouverneur de Brouage, mais essuie un nouvel échec, et est chassé des eaux rochelaises. Le , Jean Guiton apprend que 18 navires du Roi sont à Brouage pour se faire radouber. Il prend de nouveau la tête de la flotte rochelaise, et défait la flotte ennemie, capturant deux navires royalistes avec leurs équipages, le Saint-François et le Saint-Louis. Les Rochelais sont désormais maîtres de la mer, et ravagent le pays entre la Loire et la Garonne. En , le duc de Guise emmène une flotte largement supérieure en nombre et en armement à l’encontre de la flotte rochelaise. Les combats sont furieux, et durent plusieurs jours. La flotte rochelaise, bien qu’essuyant de lourdes pertes, fait preuve de beaucoup d’audace et de courage, prenant même l’avantage et allant jusqu’à bouter le feu au navire amiral de la flotte ennemie. Mais surpassée par le nombre et l’armement des navires adverses, la flotte rochelaise est gravement endommagée et affaiblie. Elle est défaite et sur le point d’être écrasée lorsque finalement la Paix de Montpellier est signée avec les protestants, le , alors même que le combat naval se déroule encore. Le traité de paix confirme l’édit de Nantes et entraîne la fin du siège, augmentant le prestige de la ville, qualifiée de « ville imprenable ». Cependant, seules La Rochelle et Montauban restent des places fortes huguenotes. Les activités des huguenots de La Rochelle auront convaincu Richelieu de doter la France d'une véritable politique navale, et il crée à cet effet la Marine royale en 1624. En 1625, les hostilités reprennent. En janvier, le duc de Rohan lève une armée protestante de 5 500 hommes à Soubise, ce qui agite tout le Poitou, et en février, il prend l’île d'Oléron. Les anglais se rallient à la cause réformée, mais leur intervention, conduite par George Villiers, duc de Buckingham, est un échec. Le , Jean de Saint-Bonnet de Toiras et Henri II de Montmorency défont la flotte de Soubise. Après s’être emparé d’une partie de la flotte de Soubise, Jean de Saint-Bonnet de Toiras fait route vers La Rochelle à la tête de 90 vaisseaux et environ 16 000 hommes. Suite à sa victoire sur Soubise, Jean de Saint-Bonnet de Toiras est fait comte, et est nommé gouverneur de l’île de Ré, qui est dès lors perdue pour les protestants. Le , Richelieu lance la construction d’une circonvallation de 12 km autour de La Rochelle, armée de 11 forts et 18 redoutes, dont le Fort-Louis et le Fort de Marillac, placés de part de d’autre de la baie de La Rochelle. Le , la paix de La Rochelle est signée, et renouvelle la paix de Montpellier. La ville accepte de recevoir un commissaire royal et de rendre aux catholiques les biens qui leur ont été pris, en échange de quoi le roi s’engage à détruire le Fort-Louis, qui fait peser une menace permanente sur la ville et ses accès maritimes et terrestres. Cependant, le cardinal de Richelieu refuse d’honorer cet engagement, et entend bien soumettre la ville et retirer au parti huguenot ses privilèges, qui lui apparaissent comme une négation du pouvoir royal. En 1627, Henri de Rohan est vaincu à Privas. Pendant ce temps la pression sur La Rochelle, où Richelieu est décidé à en finir, s’accroît de mois en mois. En tant que haut lieu du protestantisme, la ville est soutenue par l’Angleterre, qui y voit également un moyen de freiner le développement de la marine française. Appelé à la rescousse par les Rochelais, l’amiral George Villiers de Buckingham appareille de Portsmouth le , à la tête d’une flotte qui compte près de 110 vaisseaux et 16 000 hommes, avec l’intention de faire respecter par le roi de France ses engagements. Apprenant la chose, Richelieu se saisit du prétexte pour déployer 20 000 hommes autour de la ville et faire fortifier les îles de Ré et Oléron. Jean de Saint-Bonnet de Toiras dispose alors de deux forts pour défendre l’île de Ré, celui de Saint-Martin-de-Ré et celui de La Flotte, ainsi que 2 000 fantassins et 200 cavaliers aguerris. La ville étant menacée par les troupes royales, les rochelais hésitent à franchir le pas de la révolte, et le maire de La Rochelle, Jean Guiton, se voit contraint de refuser l’accès du port au duc de Buckingham, qui se tourne alors vers l’île de Ré et débarque avec 100 cavaliers et 5 000 fantassins le à Saint-BlanceauAujourd’hui dénommé Sablanceau. L’armée française est surpassée en nombre et contrainte à se retirer dans la citadelle de Saint-Martin-de-Ré. Le duc de Buckingham commence alors un siège qui va durer un peu plus de trois mois, et au cours duquel il se montre d’une cruauté implacable à l’égard des habitants de l’île. Le , les Rochelais découvrent que les troupes royales sont en train de creuser des tranchées jusqu’aux fortifications de la ville et les accueillent à coups de canons. Les artilleurs du Fort-Louis répliquent, marquant le début du Grand Siège de La Rochelle. Le cardinal de Richelieu organise le blocus de la ville, faisant couper toutes les voies de communication terrestres. Début octobre, Jean de Saint-Bonnet de Toiras, découragé par le manque de vivres et l’impossibilité d’être secouru, entame des transactions avec le duc de Buckingham concernant les conditions de sa capitulation. C’est alors qu’une flotille de la Royale, en provenance des Sables-d'Olonne, arrive devant la rade de Saint-Martin-de-Ré. Elle est envoyée par Richelieu qui redoute que les Anglais conquièrent l’île de Ré, ce qui leur permettrait de soutenir La Rochelle. Bien que se faisant étriller par la flotte anglaise, les courageux marins parviennent à briser le blocus anglais à deux reprises, et une trentaine de chaloupes chargées de plus de 800 soldats, de vivres, de munitions et de vêtements, arrivent à accoster auprès de la citadelle, ravitaillant les assiégés pour plus d’une centaine de jours. Le , le duc de Buckingham, qui lui aussi a reçu des renforts, tente un ultime assaut contre le fort de Saint-Martin-de-Ré, mais ne parvient toujours pas à le prendre. Entre-temps, 8 000 hommes des troupes françaises menées par le maréchal Henri de Schomberg parviennent à débarquer à Sainte-Marie-de-Ré, et à déloger les anglais. Jean de Saint-Bonnet de Toiras se joint alors à Henri de Schomberg, et les troupes françaises poursuivent les anglais jusqu’à Loix, où l’armée du duc de Buckingham va subir de lourdes pertes. Le , le duc de Buckingham est chassé de l’île après avoir perdu 4 000 hommes sur son armée de 7 000. Le , la flotte anglaise est défaite en mer, et le duc de Buckingham rentre sans gloire en Angleterre. Le roi nomme le cardinal de Richelieu lieutenant général des armées, et lui octroie les pleins pouvoirs pour mener à son terme le siège de La Rochelle. cardinal de Richelieu au siège de La Rochelle, sur la digue. Le , Clément Métezeau, architecte du roi, et Jean Thiriot, entrepreneur parisien de maçonnerie, propose au cardinal de Richelieu de fermer le chenal du port de La Rochelle, qui fait environ 1 600 mètres, par une digue de 1 400 mètres, ouverte en son milieu. Ce dernier donne son accord pour le projet, et 4 000 ouvriers grassement rémunérés, dont beaucoup de soldats, se mettent immédiatement à l’œuvre, protégés par les canons du Fort-Louis et du Fort de Marillac. S’appuyant sur des navires coulés et préalablement maçonnés, la Digue de Richelieu fait 1 500 mètres de longueur. Large de 16 mètres à la base (8 toises)et de 8 mètres à son sommet (4 toises), elle est haute de 20 mètres, et armée de canons pointés vers le large, afin d’empêcher le ravitaillement par mer. L’ouvrage s’avère particulièrement efficace, et contraint à plusieurs reprises, sous l’échange de tirs nourris, les navires anglais venus en renfort à rebrousser chemin. Les vivres s’épuisent, et les rochelais sont contraints de manger d’abord les chevaux, chiens et chats, puis les rats et les racines, mais leur résistance ne faiblit pas aussi rapidement que l’espérait Richelieu. Les assiégés tentent de faire sortir des messages chiffrés, mais ils sont interceptés, et Richelieu les fait déchiffrer par Antoine Rossignol, apprenant ainsi que les Huguenots sont affamés et qu’une flotte anglaise est sur le point d’arriver. Le , une nouvelle flotte anglaise d’une centaine de vaisseaux, commandée par le Comte de Lindsey, le Duc de Buckingham ayant été assassiné, arrive dans le pertuis Rochelais et y trouve la flotte française, prête au combat. Entre le et le , elle engage la flotte royale française à plusieurs reprises, mais finalement, le Comte de Lindsey engage des pourparlers avec Richelieu et négocie un sauf-conduit pour Lord Montaigu. Les Rochelais meurent de faim, sur les 28 000 habitants que comptait la ville avant le siège, il ne reste plus que 5 500 survivants, dont seulement 62 soldats anglais et 74 soldats rochelais. Le , la ville affamée capitule de manière inconditionnelle. Le , Richelieu entre dans La Rochelle, et fait enterrer les morts. Il est rejoint par Louis XIII le , qui en voyant l’état lamentable des rochelais lâche quelques larmes et fait distribuer 10 000 pains à la population. Le , la flotte anglaise lève enfin les voiles et apporte la nouvelle en Angleterre. L’année suivante, l’Angleterre riposte en s’emparant de la ville de Québec. Ironie du sort, le , une forte tempête ravage la côte et détruit la digue de Richelieu en plusieurs endroits. Si la tempête était survenue seulement dix jours plus tôt, la ville aurait pu être ravitaillée et le cours de l’histoire aurait pu en être changé. Louis XIII et le cardinal de Richelieu, victorieux devant La Rochelle. Le , suite à la capitulation de la ville protestante d’Alès, les réformés se voient imposer la « paix d’Alès », édit de grâce par les termes duquel le Roi leur retire leurs droits politiques, militaires et territoriaux, ainsi que toutes leurs anciennes places de sûreté, mais leur conserve la liberté de culte, garantie par l’Édit de Nantes, sauf à Paris. La mairie de La Rochelle est supprimée, la ville perd ses privilèges, et le Roi ordonne la destruction de toutes les fortifications, à l’exception des tours et remparts du front de mer, afin de protéger la ville d’éventuelles invasions maritimesUne cinquantaine d’années après la destruction des fortifications ordonnée par Louis XIII, la crainte de l’Anglais amène l’ingénieur Ferry, disciple de Vauban, à reconstruire des fortifications, des levées de terre et des portes fortifiées.. La Rochelle se relève très vite de sa situation précaire, notamment grâce au commerce maritime. C’est vers le début des années 1630 que la ville inaugure des relations régulières avec la Nouvelle-France (Canada et Antilles), qui vont dynamiser ses échanges durant tout le et une partie du , et en faire l’un des ports les plus actifs de France. Le , dans le cadre de la politique de reconquête catholique menée par le Cardinal Mazarin, successeur de Richelieu, et à la demande de la régente Anne d’Autriche, dans le but de lutter contre l’influence du protestantisme, le pape Innocent X crée l’évêché de La Rochelle, et y transfère le siège épiscopal de Maillezais.

Fronde

Illustrations réalisées par Juste Lisch en 1864 et qui représentent, selon lui, les tours du Vieux-Port de La Rochelle avant qu’elles n’aient été endommagées, en les comparant à ce qu'elles étaient alors à son époque. Au milieu du , Louis de Foucault de Saint-Germain Beaupré, comte du Daugnon, gouverneur royal de l’Aunis et des îles et véritable tyran, décide de faire de la tour Saint-Nicolas son réduit de sûreté à La Rochelle. Pour cela, il fait édifier un ouvrage à corne triangulaire entouré d’un profond fossé, afin de se protéger de la ville. En 1649, il se range du côté des frondeurs et fait fortifier les tours, notamment en faisant araser le parapet de la tour Saint-Nicolas pour l’équiper d’une douzaine de pièces de fonte, ainsi que pour d’autres points élevés de la ville.Ces ouvrages, désignés sous le nom de cavaliers par Eugène Viollet-le-Duc dans son Dictionnaire raisonné de l’architecture française du (Dictionnaire raisonné de l’architecture française du - Tome 2, Cavalier), permettent de renforcer des points faibles ou de dominer des fronts, et ont occasionné de sérieux dommages aux assaillants des divers sièges qu’a eu à subir La Rochelle. En 1651 cependant, à l’arrivée des troupes du roi Louis XIV menées par Henri de Lorraine, comte d’Harcourt, il s’enfuit rejoindre le prince de Condé à Bordeaux, en laissant son lieutenant, de Besse, à la tête de quelques soldats réfugiés dans les tours. Pour les déloger, le marquis d'Estissac, fait miner les tours et ouvre le feu au canon. Le dernier étage de la tour Saint-Nicolas est bombardé et détruit, et les soldats se rendent juste avant que les troupes royales ne fassent sauter la tour de la Lanterne. Le lieutenant de Besse est trahi par ses propres soldats qui le précipitent du haut du parapet de la tour Saint-Nicolas le . Bien que cela soit demandé par la ville, le roi refuse de faire démolir la tour et l’incorpore au domaine militaire.

Siècle des Lumières

La persécution grandissante des Huguenots culmine avec la révocation de l’édit de Nantes par Louis XIV en 1685, entraînant l’émigration de nombreux Huguenots, dont beaucoup d’artisans ou de membres de la bourgeoisie, qui s’exilentPar exemple, en 1680, on dénombre 493 personnes à Montréal : 75 Parisiens, 68 Normands, 54 Aunisiens (La Rochelle), 35 Angevins, 34 Poitevins, 28 Manceaux, 23 Saintongeais, 17 Bretons, 16 Percherons, 13 Angoumois, 12 Champenois et 10 Picards. En 1701, lors de la signature de la Grande paix de Montréal, la ville compte plus de 2000 habitants. et fondent des villes telles que New Rochelle en 1689. C’est un coup dur pour l’économie française. Au et au , le Vieux-Port de La Rochelle draine alors plus de la moitié du trafic colonial vers la Nouvelle-France. C’est une période prospère, marquée par d’intenses échanges avec le Nouveau Monde en général, et la Nouvelle-France (Canada et Antilles) en particulier. En 1694, le commerce de fourrures du Canada et de sucre des Antilles s’épanouit, et le rayonnement artistique de La Rochelle s’intensifie. La mort du Roi Soleil, en 1715, voit l’accession au trône du futur roi Louis XV. Étant trop jeune pour gouverner, un régent est nommé en la personne de Philippe, duc d’Orléans. C’est la Régence, période au cours de laquelle le duc d’Orléans procède à bon nombre de changements politiques : modification des alliances, mise en œuvre des théories économiques de John Law, augmentation des libertés et légitimation du Parlement, réformes religieuses (Jansénisme). C’est dans ce cadre que le , la mairie de La Rochelle est rendue de nouveau élective et composée d’un maire, tandis qu’est ouverte en 1719 la Chambre de commerce et d'industrie de La Rochelle. C’est la grande époque du commerce triangulaire, en particulier de la traite des noirs. Des navires partent d’Europe, chargés de pacotilles destinées au troc, et se rendent dans les comptoirs côtiers d’Afrique, où ils échangent leur marchandise contre des captifs. Les prisonniers sont ensuite transportés dans des négriers vers les colonies d’Amérique, où ils travaillent comme esclaves à l’exploitation des ressources du continent. Les négriers retournent ensuite en Europe avec à bord les produits de cette exploitation. Mais déjà des voix rochelaises s’élèvent contre la traite des noirs. Léon Robert de L'Astran, fils d’un grand armateur rochelais, naturaliste et savant ayant effectué plusieurs voyages aux Amériques, dont un avec La Fayette, y est fermement opposé. À la mort de son père, il refuse que les navires dont il hérite soient utilisés pour cela. Cela n’empêchera pas La Rochelle d’être le deuxième port négrier de France, en assurant 11, 4 % du trafic négrier français, à égalité avec Bordeaux, mais loin derrière Nantes qui en aura assuré 41, 3 % (L'Humanité).. Carte de Cassini de La Rochelle et de ses environs, à partir de relevés effectués entre 1765 et 1767. En 1763, le traité de Paris attribue définitivement le Canada à la Grande-Bretagne, victorieuse de la guerre de Sept Ans. Les échanges avec la Nouvelle-France diminuent conséquemment, mais le port reste l’un des plus importants de France. À cette époque, les navires marchands, avec leurs grandes vergues, ne rentrent pas dans le port, dont l’entrée est plus étroite que de nos jours, puisqu’entre les tours Saint-Nicolas et de la Chaîne existe une troisième tour, la petite tour de la Chaîne. Les navires restent donc échoués à l’extérieur, dans la baie, sur ce que l’on nomme « les vases », des barges procédant au transfert des marchandises entre les quais du port et ces navires. Le tonnage des navires augmentant, l’entrée du port est élargie par la démolition de la petite tour de la Chaîne, et un bassin à flot intérieur, pour éviter l’échouage, est construit de 1778 à 1808. Avant même son achèvement, il se révèle trop petit, et un deuxième bassin, extérieur cette fois, est entrepris en 1807 et sera achevé en 1862 par Alfred Charles Ernest Franquet de Franqueville. Le port de La Rochelle en 1762. Joseph Vernet. Musée de la Marine. En 1787, Louis XVI institue l’Édit de tolérance, qui met fin aux persécutions des huguenots, mais ce n’est qu’avec la Révolution française de 1789 pour que le protestantisme retrouve totalement droit de cité. Début 1793 la République annonce la reprise de la guerre de la course, c’est-à-dire le recours aux corsaires. De 1796 à 1802, le port de La Rochelle arme une douzaine de corsaires (CCI de La Rochelle). qui vont écumer les mers durant tout le Premier Empire. Les guerres napoléoniennes, qui voient le Royaume-Uni s’assurer la maîtrise des mers et l’empereur Napoléon Bonaparte imposer le blocus continental, entraînent une réduction très importante du commerce maritime, et la ruine de La Rochelle, qui ne reviendra sur le devant de la scène qu’au cours du , à la faveur du développement de l’industrie et du tourisme. Le , l’empereur visite la ville qui fait tirer des coups de canon en son honneur. Le , il signe un décret transférant la préfecture de Saintes à La Rochelle à compter du . Le , pendant la Restauration, quatre jeunes soldats du 45 régiment de ligne de La Rochelle, les sergents Bories, Goudin, Pomier et Raoulx sont arrêtés. Ils sont accusés d’appartenir à une organisation politique secrète complotant contre la monarchie restaurée, la Charbonnerie, et d’avoir voulu renverser le roi Louis XVIII. Refusant de rompre leur serment de silence en dénonçant leurs chefs, au rang desquels figure le célèbre marquis de La Fayette, ils sont sommairement jugés et condamnés à mort le . Guillotinés en place de Grève à Paris le , leur exécution provoque l’émoi de l’opinion publique qui, choquée par la sévérité des juges, les considère comme des « martyrs de la liberté ». Pour rendre hommage aux « Quatre sergents de La Rochelle », la tour de la Lanterne, dans laquelle ils ont été Enfermés durant leur emprisonnement, prend alors le surnom de « tour des Quatre Sergents ».

Révolution industrielle

Le chemin de fer arrive à La Rochelle le grâce à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans, qui vient de terminer la construction d’une ligne venant de Poitiers, et inaugure une gare en impasse dénommée « La Rochelle-PO » (pour Paris - Orléans), située sur le côté nord de l’actuel bassin des chalutiers (emplacement actuel de l’hôtel Océanides). Maquette du sous-marin le Plongeur (1863). Le , le bassin à flot du port de La Rochelle sert de lieu d’expérimentation pour les tests de plongée du premier sous-marin motorisé au monde, le Plongeur, sous les ordres du Lieutenant de vaisseau Marie-Joseph-Camille Doré, natif de La Rochelle. Entre 1862 et 1871, la Compagnie des Charentes procède à la construction d’une ligne le long du littoral atlantique, et inaugure le une nouvelle gare, située au sud de la première, desservie par la ligne La Roche-sur-Yon - La Rochelle. Le la ligne directe La Rochelle - Rochefort est inaugurée. Puis la ville est reliée à Coutras et finalement à Limoges par Angoulême le . Le , le paquebot Jean Guiton inaugure la desserte de l’île de Ré au départ de La Rochelle, et la naissance de la compagnie maritime Delmas, qui naît à cette occasion. La Rochelle, Jean-Baptiste Camille Corot (1851). En 1870, il apparaît nécessaire de construire un nouveau port. Celui-ci est édifié par l’ingénieur Bouquet de la Grye, à un emplacement désigné en 1868 par l’amiral Henri Rieunier, alors ministre de la marine et député de Rochefort, à 5 km à l’ouest de la ville, dénommé la Mare-à-la-Besse, sur le secteur de La Pallice. Commencé en 1881, il est inauguré en 1890 par Sadi Carnot, alors président de la République française, et mis en service en 1891. Le rachat de la Compagnie des Charentes, lors de sa faillite, par l’État le inaugure un nouvel embarcadère, « La Rochelle Ville », à l’emplacement de la gare actuelle, et permet de développer l’axe Nantes - Bordeaux. En 1891, la gare de La Rochelle Ville est reliée au port de La Pallice, permettant ainsi l’acheminement de marchandises et de voyageurs, notamment en correspondance avec les liaisons maritimes vers l’Angleterre et l’Amérique du Sud. En 1896, des trains directs spéciaux, reliant Paris à La Rochelle et au port de La Pallice, sont mis en place lors des escales de paquebots. En 1899, un service de correspondance avec l’île de Ré, par navettes depuis La Rochelle, est mis en place, qui se voit doté dès 1901 d’un embarcadère dédié à La Pallice. La première moitié du voit le trafic ferroviaire s’accroître de manière importante, notamment en raison du tourisme balnéaire et du fait que La Rochelle est à la croisée des lignes reliant Bordeaux, Nantes et Poitiers. Aussi, le , la construction d’un nouveau bâtiment voyageur est déclarée d’utilité publique. Dès 1909, une nouvelle gare est donc construite à la place de l’embarcadère. Le bâtiment, dessiné par l’architecte Pierre Esquié, est monumental et dominé par un campanile de 45 m de haut, plus haut que les tours de l’entrée du port. Sa construction, interrompue par la Première Guerre mondiale, ne reprend qu’en 1919. Finalement, la nouvelle gare est inaugurée le par le Ministre des Transports de l’époque. Les et , lors du premier véritable meeting aérien à La Rochelle, l’aviateur Eugène Renaux réalise pendant 21 minutes des évolutions au-dessus des tours du Vieux-Port à bord d’un avion Farman (CCI de La Rochelle).. Par la suite, des pionnier de l’aviation tels que les frères Farman et Roland Garros viennent également s’y produire. À cette époque, les avions arrivent en pièces détachées par train, et sont ensuite assemblés sur place avant les représentations.

Première guerre mondiale

La ville, qui restera épargnée par les combats, sert de base arrière aux alliés pendant la Première Guerre mondiale .. Le port de commerce de La Pallice devient ainsi une base de stockage de matériels, de carburant et de nourriture, tandis que le génie américain améliore l’assainissement et la distribution d’eau. La rade accueille une escadrille d’hydravions de lutte anti-sous-marine, et des cinquantaines de navires, qui vont décharger plus de 800 000 tonnes de matériel et 175 000 chevaux tout au long du conflit. En raison des sous-marins prussiens qui rôdent, les bateaux de pêche sont équipés de canons, mais cela n’empêche pas les armateurs rochelais de payer un lourd tribut : deux bateaux neufs de l’armement D’Orbigny et deux tiers des navires de l’armement Delmas sont torpillés. Le , une importante usine de mélinite de La Pallice, qui assurait 15 % de la production française, explose et provoque d’importants dégâts alentours, tuant 176 personnes et blessant 138 autres. La mélinite, autre nom de l’acide picrique, est abondamment utilisée comme explosif dans les obus de l’époque. En 1917, le génie américain installe une usine ferroviaire de construction de wagons destinés à l’approvisionnement des troupes. Après guerre, l’usine ferroviaire continuera de produire des voitures voyageurs, des autorails, des locomotives et des voitures de métro, avant d’être finalement rachetée et intégrée au groupe Alsthom pour produire aujourd’hui des éléments de TGV de métros nouvelle génération et des tramways.

Entre-deux-guerres

Peinture à l'huile du Vieux-Port de La Rochelle réalisée par Paul Signac en 1921, et aujourd’hui exposée au Musée d'Orsay. Après la Première Guerre mondiale, et durant tout l’Entre-deux-guerres, la ville va connaître de nombreux bouleversements. Le développement du trafic automobile oblige à repenser les infrastructures de liaison avec l’île de Ré. À la fin des années 1920, une liaison sanitaire aérienne est établie à partir de La Rochelle. En 1930, le Conseil général adopte un projet de bac transbordeur et le port de La Pallice se voit octroyer un môle d’escale en mer, à l’endroit le plus profond du passage entre le continent et l’île de Ré, dont la construction s’achève en 1939. Dès le , la Chambre de commerce et d’industrie envisage sérieusement la création d’un aéroport à La Rochelle, en complément au môle d’escale, en liaison avec les paquebots transatlantiques. En 1933, des anciens pilotes de la première guerre, comme Pierre Vieljeux (fils de Léonce Vieljeux), Victor Lucas et Plantard, soutenus par la Ville et la Chambre de commerce, décident de créer un aéro-club et tentent de convaincre les autorités militaires de l’intérêt de l’aviation. Ces dernières vont mettre à leur disposition le terrain de Lagord en dehors des périodes de manœuvres (CCI de La Rochelle).. Le terrain est aménagé pour offrir deux pistes en croix de 650 mètres, et un hangar de 400 m² y est construit en 1934. L’aéroclub ouvre alors une école de pilotage (Georges Simenon en sera le 31 élève) et organise de nombreux meetings aériens qui rencontrent tellement de succès que cela précipite la décision de construire un aéroport, envisagée depuis janvier 1932. Le , après de longues études de faisabilité et le choix d’un emplacement entre La Repentie et Laleu, une décision ministérielle autorise la création de l’aérodrome, auquel l’État participe à moitié, la moitié restante étant répartie à parts égales entre la Chambre de commerce et la Ville. La même année, la société des avions Henriot signe une convention d’exploitation de l’aérodrome, ainsi que la création d’une école de pilotes et de mécaniciens ayant pour mission d’instruire les élèves au brevet de pilote militaire. En , à peine quelques semaines avant le début de la Seconde Guerre mondiale, l’aéroport est terminé et sert alors de lieu de formation pour les pilotes.

Seconde guerre mondiale

occupation de la France en 1942. Dès le début de la Seconde Guerre mondiale, des bombardiers de la Luftwaffe larguent des mines magnétiques à l'entrée des ports français, notamment du port de La Pallice. Le paquebot Champlain est le premier de la longue liste des navires victimes de ces dernières. En , de nombreux réfugiés de l'exode, venant principalement d'Alsace, de Lorraine et de Belgique, affluent sur la ville, dans l'espoir de pouvoir embarquer à bord de navires pour l'étranger. L'écrivain Georges Simenon participe notamment à leur accueil. À l'approche des Allemands et avec la signature à Rethondes de la convention d'armistice franco-allemande le , les Rochelais sabotent ou détruisent de nombreuses installations afin qu'elles ne tombent pas aux mains de l'occupant. Les réserves de pétrole et de carburant sont incendiées et le pétrolier Loing est sabordé. Le , 20 000 soldats de la Wehrmacht, prennent possession de La Rochelle. Le même jour, le maire Léonce Vieljeux refuse d'obéir à un ordre lui intimant de hisser la croix gammée sur l’hôtel de ville et s'oppose systématiquement à l'affichage de la propagande nazie. Parallèlement, il aide des membres du réseau de résistance Alliance, auquel il appartient, à s'évader. Le , il est destitué de ses fonctions de maire et expulsé de la ville en 1941. Revenu à La Rochelle, il est arrêté par la Gestapo au début de l'année 1944. D'abord interné à Lafond, transféré à Poitiers puis à Fresnes, il est emmené à Schirmeck près de Strasbourg, où il est détenu du au . Finalement, dans la nuit du au , il est déporté au camp de concentration de Struthof, où il est exécuté d'une balle dans la nuque en même temps que 300 hommes et 92 femmes, à l'âge de 80 ans. base sous-marine. Dans le contexte du Mur de l'Atlantique, l’armée allemande fait construire dès 1941 de nombreux blockhaus sur tout le littoral, ainsi qu’une immense base sous-marineLa base sous-marine de La Rochelle a servi de décor au film Das Boot ainsi qu’à certaines scènes des Aventuriers de l’arche perdue au port de commerce de La Pallice, destinée à abriter une flottille de sous-marins de la Kriegsmarine. Bien que totalement achevée en 1943, la base est rapidement fonctionnelle et abrite les 109 U-boots type VII de la 3. Unterseebootsflottille dès le , sous les commandements successifs du Kapitänleutnant Herbert Schultze (-), du kapitänleutnant Heinz von Reiche (-) et du Korvettenkapitän Richard Zapp (-). Le commandement du port et de la base sous-marine est confié au konteradmiral Waldemar Kober. Le Pertuis charentais est bouclé par un immense champ de mines et l’aéroport est réquisitionné pour les avions détecteurs de mines et les escadrilles de chasse de la Luftwaffe sécurisant la base sous-marine. Tout au long du conflit, la base sous-marine et l’aéroport sont bombardés à plusieurs reprises par les bombardiers américains Boeing B-17 Flying Fortress et Consolidated B-24 Liberator, ainsi que par les bombardiers anglais Handley Page Halifax et Avro Lancaster, qui y larguent les premières bombes Tallboy (5 tonnes) et Grand Slam (10 tonnes). Afin d'éviter que des torpilles misent en œuvre par des bombardiers-torpilleurs n'atteignent les sous-marins, les alvéoles sont protégées par des filets anti-torpilles et des ballons captifs de la Luftwaffe sont mis en place pour protéger la base contre les attaques aériennes à basse altitude. Durant l'occupation, les restrictions se font sentir dans tous les domaines. Le couvre-feu est fixé à 22 heures, les réserves de nourriture sont réquisitionnées par l'occupant et tous les produits sont rationnés. La Gestapo s'est installée au 63, rue Jeanne d'Albret. Comme dans toutes les villes de France, la majorité de la population attend passivement que les choses se passent, et tandis que certains collaborent avec l'ennemi, d'autres organisent très tôt la résistance, notamment au travers des réseaux Alliance, Honneur et Patrie, Mithridate, Famille, Acajou, Éleuthère, Fillot ou encore le Régiment Jean Guiton :
- Le premier « martyr », Pierre Roche, est fusillé le ;
- En , une filière d'évasion montée par le commandant Pierre-Georges Fillot est malmenée en raison d'une dénonciation. Une antenne du Comité d'action socialiste clandestin est montée par le député Edmond Grasset, chef départemental du réseau Libération-Nord ;
- Le , un représentant sur La Rochelle de la CND-Castille transmet le plan de la base sous-marine ;
- En , une vedette est coulée à quai ;
- À partir de , le réseau Alliance, qui dispose de plus d'une centaine de membres dans la ville, transmet à Londres tous les mouvements du port de La Pallice ;
- En , le torpilleur Lux est saboté et saute aux essais, tuant 200 Allemands ;
- En , les ouvriers des chantiers navals refusent de travailler, obligeant l'armée allemande à investir l'usine ;
- Le , le sous-marin U-212 est attaqué par deux De Havilland Mosquito de la RAF qui avaient été informés de son départ par le réseau France Alerte ;
- Le , des pylônes électriques sont sabotés, ce qui a pour effet de couper le courant sur toute la base et les usines ;
- En , Alliance informe du départ de cinq sous-marins, ce qui permet à la Royal Air Force de les couler dans le golfe de Gascogne ;
- En , un sous-marin est incendié dans son box. Le , le generalfeldmarschall Erwin Rommel, nommé responsable du Mur de l'Atlantique, inspecte la base sous-marine.. Le , la 3 flottille de U-boots est transférée en NorvègeLa 3 flottille de U-boots est dissoute en ., tandis que le vizeadmiral Ernst Schirlitz est affecté au commandement de la défense de la poche de La Rochelle. En , le général Edgard de Larminat est nommé commandant du Détachement d’armée de l’Atlantique, chargé de liquider les poches allemandes résiduelles, et notamment celle de La Rochelle. Souhaitant obtenir une reddition pacifique des Allemands et éviter la destruction de la ville, il charge alors le capitaine de vaisseau Hubert Meyer, protestant alsacien et officier de la France libre, de s'interposer entre les Forces françaises de l'intérieur, mal armées mais assoiffées de revanche, et les garnisons allemandes, puissamment retranchées dans les poches de La Rochelle, Rochefort et Royan, ainsi que de nourrir les habitants et préserver les installations portuaires. Parlant parfaitement l'allemand, il engage des pourparlers avec le vizeadmiral Ernst Schirlitz. Constatant que ses troupes sont insuffisamment armées et entraînées, et conscient de l'importance du port de La Pallice pour les Alliés et les populations locales après la fin du conflit, Ernst Schirlitz passe alors un accord sur l'honneur officieux avec Hubert Meyer le . Les Français s'engagent à ne pas franchir un fossé antichar autour duquel les Alliés viennent d'installer un dispositif d'encerclement, et à ne pas demander l'intervention aérienne des Alliés ; en contrepartie l'état-major allemand s'engage à ne pas détruire les infrastructures du port, et à ne pas aménager un no man's land.. Le , le konteradmiral Waldemar Kober quitte La Rochelle. Le lieutenant commander Erwin de Terra prend alors le commandement du port, tandis que le kapitän zur See Walter Türke prend celui de la base sous-marine. Le , Royan est écrasée sous un tapis de plus de 2 173 tonnes de bombes, qui rasent 85 % de la ville. Le , l'accord officieux passé le devient caduc, et le port et ses infrastructures sont minés par 60 tonnes d'explosifs. Lorsque le Reich capitule, le à Reims, le vizeadmiral Schirlitz ordonne au lieutenant commander Erwin de Terra, son subordonné, de faire sauter le port. Ce dernier se déclare dans l'impossibilité de le faire, refusant d'exécuter l'ordre, et annonce avoir volontairement saboté les dispositifs de mise à feu. L'armistice est proclamé officiellement le . Place forte allemande, La Rochelle est l’une des dernières villes françaises à être libérée à la fin de la guerre. En effet, le vizeadmiral Schirlitz n'a accepté de capituler sans condition que le à minuit, en grande partie grâce aux nombreux mois de négociations serrées menées par le capitaine de vaisseau Hubert Meyer, et qui est parvenu à convaincre son adversaire de se ranger à la paix sans forfaire à l'honneur militaire. La signature de l'acte de capitulation a lieu le dans le poste de commandement de Lagord. Hubert Meyer raconte dans son libre Entre marins que c'est grâce aux bonnes relations entretenues que la ville et le port n'ont subit aucune destruction, contrairement à Royan qui a été presque entièrement rasée. À l’approche de la fin de la guerre, l’aéroport a été utilisé de manière intense par des avions arrivant directement d’Allemagne, et pour des raisons assez floues, alimentant les rumeurs les plus diverses. Certains pensent que ces liaisons ont servi à transporter des dignitaires nazis qui ont ensuite embarqué dans des sous-marins de la flotte allemande, tandis que d’autres évoquent l’hypothèse d’importants transports de fonds. Ainsi, le , l’arrivée d’un sous-marin allemand de type XXI (probablement le U-2511), de fort tonnage et recouvert d’une protection en caoutchouc lui permettant d’échapper aux sonars et aux mines magnétiques, attire l’attention. Arrivé directement d’Allemagne, il fait le plein de ses réservoirs sans que personne ne soit autorisé à monter à bord. Le , un avion militaire allemand atterrit, et deux dignitaires nazis vêtus de longs imperméables sont discrètement transférés vers la base sous-marine, où ils embarquent dans le sous-marin qui prend immédiatement la mer.. Le , le suicide d’Adolf Hitler est annoncé.

Après-guerre

Locomotive de la série des CC 65000, mise en service au dépôt de La Rochelle le 8 janvier 1957. C’est Après-guerre, à partir de 1946, que l’aéroport prend véritablement son essor, avec la mise en service de lignes d’avions-taxis vers Bordeaux, Lyon, Nantes et Paris. En 1961, il est équipé d’une piste en dur, et en 1966 d’une aérogare. Les premières liaisons régulières vers Paris se font à partir de 1967. Le succès du transport aérien entraîne l’arrêt de l’exploitation des trains directs spéciaux, reliant Paris à La Rochelle et au port de La Pallice, en 1962. Lorsque la SNCF décide d’abandonner la locomotive à vapeur, dans les années 1950, c’est le dépôt de La Rochelle qui est choisi pour recevoir à partir du les 20 premiers prototypes de locomotives diesel-électriques, 060 DB renumérotées CC 65000, commandés pour essayer la formule sur les lignes La Rochelle-Poitiers et Nantes-Bordeaux.

De nos jours

Le port de commerce La Pallice La Rochelle a parfaitement su entretenir son riche patrimoine historique, ce qui a fait d’elle l’une des villes plus pittoresques de la côte atlantique, et a fortement dopé son industrie touristique. Elle connaît depuis les années 1950 une forte poussée démographique, entraînant la création de nouveaux quartiers périphériques, ainsi que l’apparition de grands aménagements. Ce phénomène a été amplifié plus récemment avec l’ouverture d’un complexe universitaire pluridisciplinaire ou encore l’arrivée du TGV. Dans les années 1980, l'économie rochelaise est sinistrée par les conséquences du deuxième choc pétrolier. La crise économique touche durement de nombreuses entreprises, dont les chantiers navals ACRP et Simca, qui sont obligées de licencier ou de fermer. Le , l'industrie automobile connaît un épilogue douloureux avec la liquidation judiciaire de Triaxe (ex-Simca, ex-Talbot, ex-Peugeot). Cependant, la ville a su gérer la situation et relancer l’activité. Le tourisme, le nautisme, et les nouvelles technologies ont désormais le vent en poupe. Le , La Rochelle inaugure la médiathèque, baptisée plus tard médiathèque Michel-Crépeau en l'honneur de Michel Crépeau. Le , Michel Crépeau est victime d'un arrêt cardiaque en pleine séance parlementaire des questions au Gouvernement, peu après être intervenu. Il est ranimé par Philippe Douste-Blazy et conduit à l'hôpital, où il décède une semaine plus tard. Il est remplacé à l'Assemblée nationale et à la mairie par Maxime Bono, qui est élu maire le et réélu député le puis le . La Rochelle se veut une ville pionnière dans l’écologie urbaine, et œuvre activement en ce sens en mettant régulièrement en pratique de nouvelles idées, telles que le premier secteur piétonnier de France dès 1975, la journée sans voiture, la mise à disposition de vélos et de véhicules électriques en libre-service, le test d’une nouvelle génération de tramways, etc. La Porte Océane Avec le port de La Pallice, devenu port autonome le (Légifrance)., la ville dispose d’un port de commerce en eaux profondes qui est le 8 plus grand port de France. Le port est équipé d’un terminal pétrolier, et commerce principalement des hydrocarbures, des céréales et des essences de bois tropicaux. Il est mitoyen avec le port de pêche de Chef de Baie, créé pour remplacer le bassin des chalutiers du Vieux-Port. L’immense base sous-marine de la Seconde Guerre mondiale est toujours debout, mais n’est pas exploitée. Entretenant des liens très forts avec la mer, La Rochelle exploite également le port des Minimes, plus grand port de plaisance d’Europe, et possède une très riche industrie navale, sans oublier son aquarium, qui fait partie des plus grands aquariums européens, et son musée maritime. Depuis 1984, la ville héberge également de nombreux festivals, dont le festival des Francofolies qui a lieu chaque été, et qui est l’un des plus importants festivals de musique en France, ainsi que le Festival international du film, qui est le deuxième de France en nombre de visiteurs, après celui de Cannes.

Géographie

Situation

La Rochelle est située au centre-ouest de la côte Atlantique française, à 187 km au Nord de Bordeaux, 147 km au Sud de Nantes, à 143 km à l’Ouest de Poitiers et à 472 km au Sud-Ouest de Paris. C’est un port accessible aux navires de haute mer.

Géologie

Les falaises de calcaire autour de La Rochelle présentent des couches de sédiments datant de l’ère du Jurassique supérieur. Ces couches se caractérisent par des alternances de lits de marnes et de calcaires oolithiques. Le relief de la Charente-Maritime est constitué de plaines et de bas plateaux, dont le sous-sol calcaire est composé de couches sédimentaires calco-marneuses, datant de l’ère Jurassique supérieur et ayant émergé des eaux au Crétacé inférieur. Elles se sont créées il y a 160 millions d’années, alors que la France était submergée, par l’accrétion de micro-organismes sur les fonds marins, à l’époque où les dinosaures peuplaient la planète. Ces couches, qui se caractérisent par des alternances de lits de marnes et de calcaires oolithiques, sont aujourd’hui parfaitement visibles sur les falaises qui bordent le littoral. Elles mettent en évidence d’épaisses couches de roches blanches alternant avec des couches de sable et vase très friables, s’étant formées durant les périodes glaciaires, et avec des couches contenant divers coraux, s’étant formées durant les périodes tropicales. Certaine, comme la Pointe du Chay, à environ 5 kilomètres de La Rochelle, contiennent de nombreux fossiles d’animaux marins et sont une zone d’études archéologiques très réputée. Le calcaire ainsi formé est largement utilisé comme matériau de construction dans les maisons traditionnelles de la région.

Topographie

Topographie de La Rochelle réalisée à partir des données SRTM de la right Le substratum rocheux du littoral charentais et du proche plateau continental est encadré par les contreforts du massif armoricain au Nord, la bordure septentrionale du bassin aquitain au Sud, et le Massif central à l’Est. Il fait la transition entre le littoral rocheux du sud de la Bretagne et celui rectiligne et sableux d’Aquitaine. L’ensemble de l’agglomération rochelaise est située sur un vaste plateau calcaire de faible altitude, ce qui fait qu’à l’exception de quelques îlots calcaires de moins d’une trentaine de mètres, la topographie est homogène. L’altitude moyenne est de 4 mètres, et le relief varie de 0 à 28 mètres, n’offrant pas d’obstacles naturels à la direction des vents. Le paysage est très ouvert.

Hydrographie

Le Vieux-Port Avec une hauteur d’eau de 3, 80 mètres, le marnage moyen est relativement faible à La Rochelle. Il peut cependant atteindre 6, 60 mètres avec un coefficient de marée de 120. Les courants marins ont une vitesse de 2, 2 km/h dans la baie de La Rochelle, et de 4 km/h dans le Nord du Pertuis d'Antioche. L’envasement est de l’ordre de 50 cm par an, principalement en raison des eaux très chargées en sédiments des pertuis charentais, ce qui nécessite de recourir à des dragages réguliers. Les analyses hydrographiques des eaux et des sédiments, effectuées dans le cadre du projet d’agrandissement du port de plaisance des Minimes, ont établi que les eaux de baignade étaient de bonne qualité et que les sédiments n’étaient pas pollués. La baie de La Rochelle, qui est classée en zone conchylicole et appartient au Réseau Natura 2000, est un site remarquable par la qualité de son milieu marin et sa forte productivité biologique. De grands mammifères marins y sont présents, comme par exemple le grand dauphin, le marsouin, le globicéphale noir, le dauphin de Risso, le dauphin commun, le phoque gris, diverses tortues marines dont la caouanne, la tortue luth, la tortue verte, la tortue de Kemp, ainsi que des poissons d’estuaires protégés (Alose et Lamproie). C’est également une zone de reproduction pour la seiche et la méduse Rizostoma pulmo. La faune benthique, constituée principalement de vers marins et de coquillages, est quant à elle relativement pauvre. Le déballastage des navires au môle d’escale du port autonome de La Rochelle étant un risque d’introduction d’espèces indésirables, notamment en raison des importantes quantités d’eau rejetées qui sont ensuite entraînées par les courants vers la baie de l'Aiguillon, des échantillonnages sont systématiquement réalisés dans les ballasts.

Climat

Le climat de la Charente-Maritime est essentiellement de type tempéré, mais en raison de l’influence du Gulf Stream, de l’anticyclone des Açores, et de l’effet modérateur de la mer, le département bénéficie d’un climat océanique (Météo-France), plus doux et plus chaud, appelé climat tempéré océanique. Ce microclimat permet à la ville de La Rochelle, pourtant située à un degré de latitude plus au nord que Montréal, au Québec, ou que les îles Kouriles en Russie, de bénéficier d’un taux d’ensoleillement moyen exceptionnel, proche de celui de la Côte d'Azur, sur la mer Méditerranée. L’ensoleillement y est le meilleur du littoral atlantique (2250 heures de soleil par an), et la région est la deuxième région la plus ensoleillée de France. Les hivers y sont doux (quatre jours de neige par an), et la pluviométrie, modérée (755 mm de pluie par an), est surtout concentrée sur les mois d’automne et d’hiver. À la belle saison, les températures sont adoucies par la brise de mer, due à l’inertie thermique de l’océan, et qui se traduit par un vent parfois soutenu qui souffle en provenance de la mer l’après-midi. Ces spécificités climatiques -été sec et ensoleillé, hiver doux et humide- ont conduit à l’implantation d’une végétation de type méditerranéenne cohabitant avec une végétation plus continentale ou océanique. Elles sont aussi propices aux vacances et au tourisme, et plus particulièrement aux activités nautiques, d’autant que le pertuis d'Antioche constitue un plan d’eau remarquablement bien protégé et de réputation internationale. Les risques liés à ce type de climat sont relativement faibles, le plus important étant les tempêtes océaniques. Ainsi, le département de la Charente-Maritime est celui qui a été le plus durement touché par la tempête Martin en décembre 1999, la mer déchaînée ayant provoqué des dégâts considérables sur le littoral charentais.

Démographie

Selon les estimations de l’Insee, la population de la ville de La Rochelle est de 80 055 habitants et 40 922 ménages recensés au (Insee). pour une superficie de 2 843 hectares, soit une densité de 2 744 habitants par km², ce qui en fait l’une des 50 villes les plus peuplées de France. En 1999, l’unité urbaine de l’agglomération représentait 116 157 habitants, et son aire urbaine, incluant des communes situées dans une zone d’influence forte de la ville, représentait 171 214 habitants.

Accroissement

Population de La Rochelle de 1821 à 2004 (source Insee). La population connaît depuis de nombreuses années un accroissement de son solde migratoire (3 567 habitants supplémentaires entre 1990 et 1999) et de son accroissement naturel (1 923 habitants supplémentaires sur la même période), ce qui porte son taux de variation à 5 617 habitants entre 1990 et 1999, soit un taux annuel moyen de variation de la population de +0, 8 %. Composée à 46 % d’hommes et à 54 % de femmes, dont 42 % de célibataires et 39 % de gens mariés, le reste étant réparti entre les gens divorcés (11 %) et les veufs (8 %), la population de La Rochelle connaît également un accroissement du nombre des ménages (+8, 4 % entre 1999 et 2004). La ville accueille 8 528 étudiants.

Immigration

D’après une étude de l’Insee (Insee)., la population immigrée représentait 3 315 personnes en 1999 (soit 4, 3 % de la population totale de l’époque, c’est-à-dire 76 584 personnes). La proportion d’étrangers par rapport à la population totale était de 3 %. Sur ces 3 315 personnes, 1 264 (38 %) proviennent de l’Union européenne (principalement du Portugal, et dans une moindre mesure de l’Espagne), 935 (28 %) proviennent du Maghreb (principalement du Maroc et dans une moindre mesure de l’Algérie), 579 (18 %) proviennent d’Asie (majoritairement de Turquie et dans une moindre mesure du Viêt Nam), et le reste provient essentiellement d’Afrique. La population immigrée se répartie principalement en proche banlieue, dans les quartiers de Villeneuve-les-Salines, Mireuil, et Laleu-La Pallice, ainsi que dans une moindre mesure au centre-ville et dans le quartier des Minimes. Les autres quartiers sont moins prisés, notamment en raison du coût élevé du foncier.

Administration

Toponymie

Le hameau le plus ancien connu s’appelait Cougnes. Ce quartier se trouve aujourd’hui dans l’angle nord-est de l’actuelle vieille ville. Ce village a d’ailleurs donné son nom à l’église « Notre Dame de Cougnes », ainsi qu’au faubourg de Cognehors (littéralement Cougnes hors les murs). Par la suite, s’est établi un village de pêcheurs, sur un promontoire rocheux au milieu des marais, et dont Guillaume d’Aquitaine fait référence sous le nom Rupella dans une charte octroyée à la ville en 961. Rupella est tiré du latin, rupes désigne un rocher, généralement surmonté d’un point de défense. Le nom latin est ensuite remplacé par le terme franc Rocca, et au , des écrits font référence au nom Rocella (1023), Roscella et Rochella, puis Reditum Rochellae en 1152. Lorsqu’en 1199 Aliénor d’Aquitaine octroie une charte de commune à la ville, il y est fait mention du nom La Rochelle. Les étrangers, et plus particulièrement les Anglais, qui ont longtemps occupé la ville, l’avaient surnommée la « Ville blanche », en référence au fait que vue de la mer, la ville était d’une blancheur éclatante ; ;. Le château Vauclair tirait d’ailleurs son nom du latin valde clarum, qui signifie grandement clair, lumineux ou blanc. En poitevin-saintongeais, la ville s'appelle La Rochéle.

Devise et blasonnement

« De gueules au vaisseau d’or, habillé d’argent, voguant sur une mer de sinople mouvant de la pointe, au chef cousu d’azur, chargé de trois fleurs de lys d’or. » Blasonnement des armes traditionnelles de la ville de La Rochelle, dont l’origine remonte officiellement à 1355, tel que rapporté par Malte-Brun, dans La France illustrée (1884) sous la devise Servabor rectore Deo (Je serai sauvé sous la garde de Dieu). Le chef d’azur à trois fleurs de lys d’or était étroitement lié à la monarchie française, et était une augmentation accordée aux armes des villes qui avaient le droit de se faire représenter par leur maire au sacre du roi de France. La couleur azur symbolise la fidélité, la persévérance et la loyauté, tandis que la fleur de lys symbolise la pureté d’essence divine. Le gueules symbolise le patriotisme, le courage et l’amour. La couleur sinople de la mer symbolise la liberté, et l’espérance. La couleur or du vaisseau symbolise la noblesse, l’intelligence, la vertu ainsi que la connaissance divine, tandis que l’habillage d’argent symbolise la sagesse et la richesse. La ville a aujourd’hui également pour devise « La Rochelle, belle et rebelle ».

Municipalité

Maires de La Rochelle

Grâce à la charte de commune attribuée par Aliénor d’Aquitaine en 1199, La Rochelle est la première ville de l’Histoire de France à procéder à l’élection d’un maire, en la personne de Guillaume de Montmirail. Ce privilège lui est retiré par Louis XIII le , suite à la capitulation de la ville au Grand Siège, mené par le cardinal de Richelieu. Ce n’est que le que Louis XV rend de nouveau élective la mairie de La Rochelle, et la compose d’un maire, de quatre échevins, de dix conseillers et d’un procureur syndic.

Élections municipales

Le maire actuel de La Rochelle est le député socialiste Maxime Bono, fonction qu’il occupe depuis le décès de son prédécesseur, Michel Crépeau, lors d’une séance parlementaire le à Paris. Maxime Bono a été élu maire le .

Composition du Conseil municipal

; Maire : Maxime Bono ; Maires adjoints et leurs délégations : René Bénéteau, Albert Bret, Alain Bucherie, Colette Chaigneau, Jean Pierre Chantecaille, Jean-Claude Chiché, Jack Dillenbourg, Olivier Falorni, Marylise Fleuret-Pagnoux, Gilles Gautronneau, Brigitte Graux, Joëlle Laporte-Maudire, Denis Leroy, Juliette Libert, Jean-Pierre Mandroux, Henri Moulinier, Marc Parnaudeau, Maryline Simoné ; ; Conseillers municipaux délégués : Brigitte Baudry, Jean-Pierre Beaudonnet, Patrick Bouyer, Marie-José Denys, Sylviane Dulioust, Jean François Fountaine, Philippe Joussemet, Patrick Larible, Pierre Malbosc, Brigitte Peudupin, Jean Louis Rolland, Bernard Roux, Nathalie Seguin ; ; Conseillers municipaux de la majorité : Séverine Baron, Évelyne Blanchon, Marianne Bruller, Patricia Friou, Cécile Hidreau, Geneviève Lethu-Gousseau, Daniel Matifas, Esther Memain, Marie-Yvonne Roy, Denise Sabourin, Cédric Suire ; ; Conseillers municipaux de l'opposition : Dominique Augras, Thierry Godeau, Dominique Morvant, Gilles Raveau ; ; Conseillers municipaux non inscrits : Philippe Chastenet, Stéphane Leroy.

Cantons

La Rochelle est le chef-lieu de neuf cantons, dont six se trouvent exclusivement sur le territoire de la commune de La Rochelle (les cantons 1, 2, 3, 4, 6 et 7), et trois sont partagés avec les communes environnantes (les cantons 5, 8 et 9).

Jumelages

Idée apparue au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le jumelage de communes est apparu comme étant un moyen de tisser des liens et d’établir des relations socioculturelles étroites avec ses voisins après le conflit qui venait de déchirer le monde et l’Europe. Les jumelages concernent aujourd’hui plus de 15 000 collectivités locales européennes, dont 3 800 réparties sur tout la France, et aux traditionnels échanges culturels et d’amitié ajoutent des aspects d’échanges de savoir-faire, de partenariat économique, et de solidarité. ; La ville de La Rochelle est jumelée avec : Baotou , Essaouira , Lübeck , New Rochelle , Petrozavodsk , Saint-Jean d'Acre , Qingdao et Zibo . ; Les villes de l’agglomération rochelaise sont jumelées avec : Mihai Bravu (Aytré), Evolène, Knebworth et Skierniewice (Châtelaillon-Plage), Saint-Antoine-sur-Richelieu (Dompierre-sur-Mer), Wendorf (L'Houmeau), Sébikotane (Nieul-sur-Mer), Sankt-Michaelisdonn (La Jarne, Saint-Vivien et Salles-sur-Mer), Eddelak-Sankt-Michaelisdonn (Sainte-Soulle), et Broto (Angoulins).

Quartiers

La Rochelle est composée de quartiers, dont la plupart sont représentés par un « comité de quartier », ce qui en fait un tissu micro-local très vivant (La Rochelle le journal n°44, ).. Un comité de quartier est une association d’habitants qui joue un rôle vis-à-vis des institutions publiques, et qui permet un échange d’informations entre les habitants et les services municipaux. Par ce biais, les habitants peuvent participer à l’orientation des projets d’évolution de leur quartier selon leurs aspirations. Le premier comité de quartier a été créé à Tasdon en 1903, juste après que la loi de 1901 sur la liberté d'association ait été promulguée. Puis La Pallice, Bongraine, le centre-ville, MireuilLe comité de quartier de Mireuil n’existe plus., le Petit-Marseille, Villeneuve-les-Salines ont suivi. La ville de La Rochelle considère les comités de quartier comme des interlocuteurs privilégiés, et leur fournit des moyens logistiques (salle de réunion, etc.), mais ne leur verse aucune subvention. Ces derniers sont apolitiques et indépendants. Le , une loi relative à la démocratie de proximité, et censée renforcer la démocratie participative en complétant la démocratie représentative, a été votée (Legifrance). et a posé un problème d’adaptation à la municipalité. En effet, cette nouvelle loi impose aux municipalités de créer des instances locales consultatives, les « conseils de quartier ». L’inconvénient étant que la stricte application de la loi aurait entraîné une perte d’indépendance et d’influence par rapport à ce dont disposent déjà les comités de quartier. Après concertation, une « Charte pour le renforcement de la démocratie participative », réaffirmant l’importance déterminante des comités de quartiers, a été signé le entre les parties.

Urbanisme

Vue depuis la tour de la Lanterne de la vieille ville et du Vieux-Port. Arcades L’urbanisme de La Rochelle est particulier dans le sens où il a toujours été décidé de conjuguer avec sa riche histoire sans pour autant renoncer à développer la ville. L’un des points les plus remarquables de son urbanisme réside dans ses arcades, âgées de plus 400 ans, et qui l’ont rendue célèbre. Depuis le , dans le cadre du Plan de développement urbain signé par la ville., le plan de circulation de la ville a été entièrement revu afin de permettre de désengorger le centre-ville en dissuadant les automobilistes de s’y rendre, et les zones 30 et zones piétonnes se sont multipliées un peu partout dans l’agglomération.

Environnement

140px L’agglomération rochelaise, réputée pour sa « qualité de vie », s’est depuis longtemps engagée dans une politique de protection de l’environnement et de développement raisonné, notamment en signant et en respectant une charte environnementale. La baie de La Rochelle est classée en zone conchylicole et appartient au Réseau Natura 2000. La Rochelle est une ville pionnière en matière d’écologie urbaine. Elle est ainsi l’initiatrice du premier secteur piétonnier de France en 1970, la première ville à signer un document de « périmètre sauvegardé » pour protéger l’architecture de son centre-ville en 1971, des premiers vélos en libre-service en 1974, des premières voitures électriques en libre-service en 1986, de la première Journée sans voiture le (Le Point)., et des transports en commun qui intègrent les modes de déplacement alternatifs (vélo, bateaux, voitures électriques, etc.). Avec la mise en service d'Elcidis, c’est la première ville française à disposer d’une plate-forme de livraison de marchandises en centre-ville en utilitaires électriques.. Depuis 1985, le port de plaisance des Minimes est récompensé de ses actions en faveur de l’environnement par l’attribution du Pavillon Bleu d'Europe. Les bus de l’agglomération roulent au diester, les campings sont équipés de chauffe-eau solaires, et la qualité de l’air est analysée et surveillée en plusieurs points de la ville depuis une trentaine d’années, ce qui a notamment permis de constater une diminution de moitié des niveaux de dioxyde d'azote et de dioxyde de soufre lors de la Journée sans voiture..

Économie

La Rochelle est le siège de la Chambre de commerce et d’industrie. Elle gère le port de plaisance des Minimes, le port de pêche de Chef de Baie et l’aéroport de La Rochelle-île de Ré. La création d’une unité de production de biocarburants est prévu pour 2008, et les axes de développement privilégient désormais l’international. Dans un autre registre, la ville étudie quelles solutions apporter au prix du foncier, qui est un véritable problème pour les travailleurs désirant aujourd’hui se loger.

Situation financière

D'après un rapport de la Cour des comptes., la situation financière de La Rochelle laisse apparaître sur la période 1996-2002 un endettement mesuré et légèrement décroissant, des charges de personnel relativement stables rapportées aux dépenses générales de fonctionnement, et une capacité d'autofinancement supérieure à la moyenne des communes comparables.

Bassin d'emploi

Le bassin d'emploi de La Rochelle, qui représentait plus de 66 000 emplois en 1999 affiche depuis les années 1990 un dynamisme élevé (+13 % entre 1990 et 1999), avec une croissance de l’emploi comparable à celle de la population active, et supérieure à celles des communes du même ordre. La croissance de l’emploi n’est cependant pas suffisante pour résorber un chômage structurel important dont l’origine remonte aux crises des chantiers navals et du secteur automobile des années 1980.

Emploi

Durement touchée par les crises à la fin des années 1980, la ville a su gérer la situation et est parvenue à relancer l’activité. En 2003, la zone d'emploi de La Rochelle était la deuxième plus dynamique de la région Poitou-Charentes (Insee, 2004)., et avec plus de 632 créations d'entreprises enregistrées pour l'année 2004, La Rochelle est la commune qui attire le plus les créateurs. Le tourisme, le nautisme, et les nouvelles technologies ont désormais le vent en poupe. La zone d'emploi de La Rochelle compte plus de 208 000 habitants, ce qui en fait la deuxième zone la plus peuplée de Poitou-Charentes, après celle de Poitiers. Les plus de 66 000 emplois de l’aire urbaine de La Rochelle sont occupés à 90 % par les habitants y résidant. Dans cette zone, 15 % des travailleurs sont salariés dans l’industrie, ce qui est inférieur aux moyennes régionales (19 %) et nationales (18 %). Les industries navales, ferroviaires, alimentaires et automobiles y sont les plus importantes, et emploient à elles seules 25 % des salariés de la zone.. En 2004, les revenus moyens des ménages étaient de 15 984 € par an (Insee)..

Chômage

Après un maximum de 16, 8 % atteint en 1993, le nombre de demandeurs d’emploi a ensuite décru jusqu’en 2001, où il a accusé une légère remontée ayant pris fin en 2004. Les effectifs salariés ont progressé de 2, 4 % entre 2004 et 2005, contre une progression de 0, 7 % au niveau national sur la même période. Le nombre de demandeurs d'emploi reste cependant proportionnellement plus élevé que dans les villes de taille comparable. Fin , l'aire urbaine de La Rochelle comptait plus de 9 300 demandeurs d'emploi de catégories 1, 2 et 3, dont 34, 1 % de chômeurs de longue durée. Le chômage affecte légèrement plus les femmes que les hommes, mais moins les jeunes que pour les communes de taille comparable (18, 5 % des jeunes de moins de 25 ans). Selon l’Insee, le taux de chômage à La Rochelle était de 11 % au sens du BIT au .

Entreprises

Tourisme

La Ronde de nuit à La Rochelle L’écluse du Gabut, surplombée par le pont levant du Gabut, l'un des trois derniers ponts de ce genre encore en service en France. Fière de ses 1000 ans d’histoire et de son riche patrimoine, La Rochelle accueille tout au long de l’année de nombreux évènements et festivals participants, avec ses plages et ses 2600 heures d’ensoleillement par an, à en faire une destination très recherchée. Elle accueille plus de trois millions de touristes par an, dont 25% d’étrangers, ce qui en fait la troisième ville la plus visitée de France. C’est une destination surtout prisée par les Anglais, suivis par les Néerlandais et les Allemands, mais depuis quelques années, on constate une émergence de nouvelles provenances, comme celles d’Espagne, de Chine ou des pays de l’Europe de l'Est. Si les résidences secondaires représentent les deux-tiers des lits touristiques, le parc des résidences secondaires ayant plus que doublé en 30 ans, la capacité d’accueil hôtelière de la ville (1629 chambres) reste largement insuffisante face à l’augmentation continue de la demande, d’autant que les deux-tiers des nuitées sont concentrées sur la période de juillet-août : un projet de réalisation d’hôtel quatre étoiles dans le quartier du Gabut est en cours d’étude, afin de satisfaire une clientèle plus exigeante.

Activités portuaires

Ville principalement tournée vers la mer, La Rochelle est aujourd’hui un complexe portuaire de premier ordre.

Port de plaisance

Port de plaisance des Minimes Le port de plaisance de La Rochelle, est composé de trois sites distincts :
-Le port de plaisance des Minimes qui est, avec 3600 places à flot et 11 kilomètres de pontons répartis sur un domaine de 50 hectares, le plus grand port de plaisance d’Europe. Sa capacité devrait être portée à 4900 places d’ici à 2009, ce qui en fera le plus grand port de plaisance au monde ..
-Le Vieux-Port, composé de trois bassins offrants 18 appontements et 320 places, dont 70 pour les visiteurs : le bassin du havre d’échouage : 4 appontements, 115 places, l’ancien bassin des chalutiers : 4 appontements pour l’accueil des navires de grande plaisance et le bassin des yachts : 5 appontements, 90 places.
-Port-Neuf, avec une zone à flot de 65 bateaux amarrés sur bouées, et une zone à terre avec un hangar de stockage de 45 places sur 3 étages.

Port de pêche de Chef de Baie

Le Port de pêche de Chef de Baie est, avec plus de 6 000 tonnes de poissons par an (dont une partie vendue à la criée), le 4 port de France pour la pêche. Il a été créé en 1994 pour remplacer le bassin des chalutiers du Vieux-Port.

Port autonome de La Rochelle

môle d’escale du port autonome de La Rochelle. Le port autonome de La Rochelle, qui représente plus de 85 % des échanges de marchandises du transport maritime de la région ., est également (CCI de La Rochelle). le :
- 8 port de commerce de France en tonnage de marchandises ;
- 1 port européen pour l’importation de grumes ;
- 1 port français pour l’importation de produits forestiers et pâtes à papier ;
- 3 port français pour l’exportation des céréales. En 2006, en traitant 7, 33 millions de tonnes de marchandises sur l’année, il a réalisé la meilleure progression des ports autonomes français avec une hausse de 6, 4% de ses activités ..

Industries

Au , la zone d'emploi de La Rochelle concentrait 1151 établissements industriels (363 dans la ville même), employant 11 676 salariés..

Industrie nautique

140px Riche de son histoire maritime, La Rochelle est une ville résolument tournée vers la mer. Pendant les 125 années de son existence, le armement Delmas-Vieljeux, filiale de la compagnie maritime Delmas, créé le dans le quartier de La Pallice, va écrire de grandes pages de l’histoire maritime. Renommés sous le nom d’Ateliers et Chantiers de La Rochelle-Pallice (ACRP), les Chantiers Delmas-Vieljeux se diversifient en orientant leurs activités vers la pêche, le pétrole, les vins, les charbons et pondéreux, et bien entendu les bois de Guyane. De 1952 à 1985, ils se spécialisent dans les frégates météorologiques, et produisent également le socle du télescope d’Hawaï. Ils sont rachetés par les Ateliers et chantiers du Havre, mais ferment leurs portes au printemps 1987, tandis que la compagnie Delmas est rachetée par Vincent Bolloré en 1991, qui la revend pour 600 millions d’euros à la CMA-CGM en janvier 2006. L’histoire du nautisme rochelais, qui remonte bien avant les années 1960, avec notamment Fernand Hervé ou les Chantiers Mallard, prend véritablement son essor avec le projet de construction d’un grand port de plaisance, qui va donner un coup de fouet à l’installation des pionniers de l’industrie nautique. Le chantier naval Dufour yachts va rapidement être le premier constructeur de navires de plaisance de France, puis d’Europe. La filière s’est structurée au fur et à mesure de l’implantation des chantiers de plaisance, arrivés par la suite, dont Amel ou encore Fountaine Pajot, et ce jusque dans les années 1970. Aujourd’hui, l’agglomération rochelaise a su conserver sa place de leader mondial de la filière. Elle regroupe plus de 190 entreprises dans l’industrie nautique, dans tous les métiers, de la conception à l’aménagement, pour plus de 2 500 emplois directs. La filière nautique réalise un chiffre d’affaires de plus de 2, 3 millions d’euros, dont 20% à l’exportation. Chaque année, 700 unités sortent des chantiers navals rochelais : voiliers en bois, bateaux en aluminium, catamarans de croisière et de sport, navires de pêche et de promenade, monocoques de série et haut de gamme, bateaux de course, etc.

Industrie ferroviaire

En 1917, les troupes américaines investirent les locaux de la gare alors en construction pour y établir un chantier de montage de wagons destinés à l’approvisionnement de leurs troupes. La guerre terminée, la construction ferroviaire continua sur un site situé le long de la ligne Paris-La Rochelle, à Aytré, commune située à la périphérie de La Rochelle. Les EIC (Entreprises Industrielles Charentaises) se spécialisèrent dans la construction de voitures voyageurs (dont bon nombre pour la compagnie des wagons-lits) et des autorails (les Paulines du Midi). Racheté par le groupe Brissonneau et Lotz, elles construisirent de nombreuse locomotives diesels (BB 63000, BB 67000), les voitures du métro de Mexico, du Caire, de Montréal, de Santiago du Chili... Intégrées au groupe Alstom, qui dispose d’une usine à Aytré, elles construisent des voitures Corail, puis celle du TGV, du TGV sud-coréen, les autorails X 72500 et à l’heure actuelle des tramways pour différentes villes : Nantes, Bordeaux...

Industrie chimique

L’industrie chimique rochelaise est principalement représentée par les entreprises Rhodia, Ioltech et Angibaud. La division rochelaise Rhodia est, depuis , le siège international du groupe Rhodia (anciennement Rhône-Poulenc) et appartient à la division chimie fine du groupe. C'est également le principal site de production du groupe. L'entreprise élabore des produits à base de terres rares, à partir de minéraux provenant de Chine, qui sont ensuite utilisés dans l’optique, l’électronique, les plastiques, ou encore dans les pots catalytiques. Le site de La Rochelle est le seul au monde à pouvoir séparer et produire industriellement toutes les terres rares et consacre plus de 7 % de son chiffre d'affaires à la recherche. Ioltech est une entreprise de fabrication d’implants intra-oculaires et de produits dérivés créée à La Rochelle en 1990 et qui connaît depuis une importante croissance. La société a mis au point un nouveau produit qui est en passe de devenir le numéro un mondial sur le marché des collyres et sur lequel elle possède la propriété industrielle et l’exclusivité mondiale. Angibaud est une entreprise qui a été créée en 1877 à La Rochelle, et qui s’est spécialisé dans les engrais organiques et hydro-solubles, les amendements et les supports de culture, ainsi que les effluents d'origine industrielle et urbaine. Le site de La Rochelle héberge le siège ainsi que le laboratoire de recherche et développement (auquel est consacré 5 % du chiffre d'affaires du groupe), et est la principale filiale du groupe. Elle produit du guano de poisson, dont 11 % de la production est exportée dans 17 pays.

Industrie automobile

Dans les années 1960, Simca installe une unité de construction automobile à Périgny. Cette usine regroupe plus de 3 000 employés et fait vivre un important tissu de sous-traitants industriels locaux. En 1969, la SEMAT s'installe à La Rochelle et se développe sur le marché des bennes à ordures ménagères et du nettoiement de la voirie. En 1970, Chrysler prend le contrôle de Simca qui devient Chrysler France, qui est ensuite racheté par PSA Peugeot-Citroën en 1978 et renommé Talbot. Dans les années 1980, les conséquences du deuxième choc pétrolier et de la crise économique l'ayant accompagné vont sinistrer l'économie rochelaise. De nombreuses entreprises ferment, et Simca licencie plusieurs milliers de salariés. L'usine prend le nom de Triaxe et devient équipementier pour le groupe PSA. Le , l'industrie automobile connaît un épilogue douloureux avec la liquidation judiciaire de Triaxe. Par la suite, le terrain est devenu la propriété de la Communauté d'agglomération de La Rochelle, qui a engagé des travaux de dépollution du site, particulièrement pollué par des décennies d'exploitation industrielle automobile. Les travaux de dépollution, effectués par l'entreprise Séché Eco-Industrie, ont duré plus d'un an ( à ) et ont coûté plus de 500 000 euros. Au total, 28 tonnes de dépôts noirâtres hydrocarburés, 227 tonnes de boues chargées de chrome, 21 tonnes de déchets huileux et 417 tonnes de béton et de remblais souillés par des polychloro-biphényles, particulièrement toxiques, en ont été retirés. Depuis 2001, la SEMAT est la propriété du groupe italien OMB, et a été réorganisée. Désormais, les activités de chaudronnerie et de soudure sont sous-traitées à la société Rombo créée pour l'occasion et filiale à 100 % de la SEMAT. En parallèle, la SEMAT s'est ouverte sur de nouvelles zones commerciales en Italie, en Amérique du Sud et dans les pays de l'Europe orientale (La Rochelle le journal, numéro 45, )., et réalise un chiffre d'affaires de 48 millions d'euros. La zone industrielle de Périgny accueille également Delphi Diesel Systems, équipementier automobile qui fabrique des injecteurs de nouvelle génération, et dont l'usine de La Rochelle a été la première en Europe à produire des systèmes d'injection directe diesel à rampe commune (Common rail). Plus de 900 salariés y sont employés, et ont réalisé un chiffre d'affaires de 100 millions d'euros en 2003.

Industrie agroalimentaire

Industrie biotechnologique

Centre hospitalier

Le centre hospitalier universitaire Saint-Louis est un centre hospitalier créé à La Rochelle en 1673 à la demande du roi Louis XIII, dans son édit royal de 1622, concernant la création d’un hôpital général dédié à saint Louis. L’hôpital dispose d’environ 1500 lits et places et regroupe plus de 3 000 agents, dont 2 600 salariés de la fonction publique hospitalière et 300 médecins et internes, ce qui en fait le plus gros employeur du département. Son budget s’élève à plus de 160 millions d’euros.

Transports

Le transport routier est le mode de transport dominant. Les principales marchandises échangées sont les matériaux de construction, les produits agricoles, les denrées alimentaires et le pétrole.

Transport aérien

L’aéroport de La Rochelle a transporté 180 980 passagers en 2006, soit une progression de 41, 8 % du trafic par rapport à 2005, et de 18, 5% par an sur les cinq dernières années. C’est l’aéroport le plus important de la région, devant celui de Poitiers. Le trafic devrait doubler d’ici 2015. L’aéroport, en accueillant les compagnies Ryanair, Airlinair, Flybe et easyJet, est le seul aéroport français avec celui de Marseille à réunir les deux plus importantes compagnies aériennes à bas prix. Il propose des lignes quotidiennes à destination de Birmingham, Bristol, Dublin, Londres, Lyon et Southampton, ainsi que des liaisons hebdomadaires ou ponctuelles vers Ajaccio Marrakech et Palma. Il est possible que l’aéroport de La Rochelle soit transféré à Rochefort d’ici une dizaine d’année, et que l’ancien site soit transformé en un nouveau quartier résidentiel.

Transport ferroviaire

En raison de l’augmentation de trafic du port de la Pallice, un raccordement ferroviaire est mis en place entre ce dernier et la gare de La Rochelle en 1891, permettant ainsi l’acheminement de marchandises et de voyageurs, notamment en correspondance avec les liaisons maritimes vers l’Angleterre et l’Amérique du Sud. Des lignes directes spéciales, reliant Paris à La Rochelle et au port de La Pallice, sont mises en place lors des escales de paquebots, et seront exploitées jusqu’en 1962. Un important réseau ferroviaire se développe alors et permet la desserte de l’ensemble des infrastructures portuaires, et ce jusqu’au môle d’escale érigé en pleine mer. À partir de la fin des années 1980, la concurrence routière va entraîner une diminution des activités portuaires, et donc du trafic ferroviaire. Dépendant entièrement de l’activité du port de La Pallice, avec ses importations d’hydrocarbures et ses exportations de céréales, le trafic fret de la ligne Poitiers - La Rochelle est très modéré, avec une dizaine de trains quotidiens à l’expédition, et autant à la réception, dont notamment :
- 3 paires de trains de desserte de et vers Saint-Pierre-des-Corps, du lundi au vendredi ;
- 3 à 4 trains complets de céréales des silos de Poitou, Centre-Loire et Berry par semaine ;
- 2 trains d’engrais par semaine, en provenance d’Allemagne et à destination des entreprises de conditionnement locales ;
- 4 trains complets de pâte à papier par semaine, en provenance d’Amérique latine et à destination de Condat-sur-Vézère et de Sibelin ;
- 1 train de produits pétroliers par semaine, à destination de La Souterraine ;
- Trafic diffus de grumes de bois en provenance d’Amérique latine, de produits chimiques en provenance de la région Rhône-Alpes et à destination de l’industrie Rhodia, divers chargements liés aux activités d’Alstom, notamment les tronçons de TGV terminés, et de véhicules et matériels militaires dans le cadre des missions de l’Armée française à l’étranger. Le trafic de la ligne Poitiers-La Rochelle reste essentiellement voyageurs, surtout depuis son électrification en courant 25 kV en 1993, ayant débouché sur l’inauguration d’une ligne TGV et la mise en place de 5 allers-retours TGV quotidiens entre Paris Montparnasse et La Rochelle, mettant Paris à 2h51 de La Rochelle. La gare de La Rochelle offre aujourd’hui des liaisons TGV quotidiennes vers Paris, Poitiers et Tours, et des liaisons Corail vers Bordeaux, Nantes, et Limoges par Saintes et Angoulême.

Transport maritime

Le port autonome de La Rochelle, seul port en eau profonde de la façade Atlantique, et capable d’accueillir des navires de types Post-Panamax, a été désigné, avec Nantes, comme maillon essentiel de l’Autoroute de la mer atlantique (ministère des transports, de l’équipement, du tourisme et de la mer) (Préfecture de la Charente-Maritime), projet de liaison maritime à haute fréquence entre la France et l’Espagne, et destiné à remplacer la circulation de 100 000 à 150 000 poids lourds par an d’ici 2007, dans un double objectif de développement durable et de viabilité économique.

Transport routier

Véhicules électriques de la plate-forme de livraison Elcidis. La voirie de La Rochelle est composée de plus de 1250 rues. En 2001, le réseau urbain de la ville représentait 193 km de routes et 89 000 véhicules y étaient recensés .. Le trafic automobile augmentant d’année en année, et la ville ne pouvant être contournée n’importe où en raison de la mer, le plan de déplacements urbains prévoit une large place à la sécurité routière. La vitesse maximale autorisée sur la ceinture périphérique a été abaissée à 90 km/h et des radars automatiques ont été placés sur la rocadeUn sur la route nationale 137, au niveau d’Aytré, dans le sens Rochefort vers île de Ré, vitesse limité à 90 km/h, et un autre sur la route nationale 237, au niveau de Lagord, dans le sens île de Ré vers Rochefort, vitesse limité à 90 km/h.. Dans l’agglomération, les zones 30 ont été étendues, les boulevards ont été sécurisés, et de nombreux rond-points ont été construits pour fluidifier le trafic. Sur le plan économique, 75 % des envois de plus de trois tonnes de la région Poitou-Charentes partent de l'agglomération rochelaise. Une voie spéciale desservant le port de La Pallice a été mise en place pour les poids-lourds, de manière à optimiser les trafics internationaux. En parallèle, la ville a mis en place Elcidis, une plate-forme de livraison de marchandises en centre-ville par des véhicules électriques, ce qui est une première en France. Toutefois, selon la Chambre régionale des comptes, le cumul de plusieurs innovations (plateforme de livraison et recours à des véhicules électriques) a compliqué la mise en ¢ du projet " Elcidis " et surtout son évaluation).

Transports en commun

En 2005, les transports collectifs urbains de La Rochelle ont transporté 11 128 000 voyageurs (Ademe).. L'action en matière de transports publics de l'agglomération rochelaise repose d'une part sur la RTCR, qui gère l'offre de transport public dite "réseau Autoplus" (près de 11 millions de voyages par an) et d'autre part sur la Communauté d'agglomération de La Rochelle elle-même au travers d'expérimentations et d'actions pérennes prévues par le plan de déplacement urbain. Il convient en outre de prendre en compte les services interurbains et scolaires gérés directement par le service transports de la CDA (par le recours à des sociétés privées), qui représentent environ 700.000 km/an et 780.000 voyages.
- Autoplus : exploité par la RTCR, cela regroupe le réseau de transports de la communauté rochelaise et les services de location de vélos et de voitures électriques à la carte (journée ou à la demi-journée), au départ de la Place de Verdun ;
- Keolis Littoral (ex-Citram Littoral), transports départementaux en autocars affrétés par la communauté d’agglomération ;
- Liselec service de location de voitures électriques en libre-service (24h sur 24 et 7 jours sur 7) par abonnement, permettant de circuler dans toute l’agglomération rochelaise à l’aide de 50 voitures réparties sur 7 stations ;
- Océcars, transports départementaux en autocars affrétés par la communauté d’agglomération ;
- Passeur service de transport par bateau navette ;
- La Rochelle envisage de mettre en place un tramway léger sans caténaire avec la société Alstom (dont une usine se trouve à Aytré), pour un prix de 8 millions d’euros du km contre près de 20 millions pour un tramway traditionnel. Une ligne expérimentale de 1, 6 km a déjà été construite. Depuis le rejet de la candidature de Paris à l’organisation des Jeux Olympiques de 2012, à laquelle participait La Rochelle pour l’organisation des épreuves de voile, le projet a été arrêté et son avenir reste incertain. Selon la Chambre régionale des comptes . ., la politique de transports publics formalisée au sein du Plan de déplacements urbains (PDU) adopté en 2000 est volontariste. Cependant, l'imprécision du document, tant en terme d'objectifs assignés (chiffrages partiels ou absents, absence d'échéancier) que de moyens alloués (financiers notamment), en diminue d'autant la portée comme outil de politique publique. Dans le même temps, la juridiction estime que la collectivité n'a pas toujours employé tous les moyens qui étaient à sa disposition pour agir : absence d'orientations stratégiques formulées à la RTCR, politique tarifaire inemployée, retards dans la réalisation de certains sites propres dédiés aux autobus. En conclusion, la Chambre des comptes a relevé que si les efforts déployés par l'agglomération en matière d'expérimentations sont réels, leur succès est limité ; le choix de cumuler les innovations (véhicules électriques, en libre service et véhicules de transport de messagerie) rend d'autant plus délicate l'analyse des causes des difficultés rencontrées, et donc de la pertinence des projets eux-mêmes par rapport aux objectifs du PDU.

Pistes cyclables

La Rochelle s’est engagée pour le vélo dès 1974, en inaugurant, pour la première fois en France, un service gratuit de mise à disposition du public de vélos en libre-service : les fameux vélos jaunes, qui sont aujourd’hui au nombre de 350. Aujourd’hui, l’agglomération rochelaise dispose de plus de 160 km d’aménagements cyclables (86 km d’aménagements cyclables intra-muros, et plus de 80 km pour les autres communes de l’agglomération), dont des itinéraires sécurisés et fléchés (par exemple l’itinéraire de 38 km entre La Rochelle et Rochefort), et 1448 arceaux (soit 2896 places) sont installés dans le centre-ville. Les transports en commun intègrent également cette dimension et sont adaptés au vélo. Il est ainsi possible de prendre le passeur électrique ou le bus pour l’île de Ré avec son vélo. L’agglomération a également mis en place un service de libre-service vélos, disponibles gratuitement à toute heure de la journée, tous les jours de l’année. Les 60 vélos affectés à ce service sont disponibles dans l’un des six points relais répartis sur l’agglomération.

Culture et lieux touristiques

Monuments historiques

Panoramique nocturne des tours médiévales du Vieux-Port de La Rochelle depuis la digue du Bout-Blanc. La tour ayant un toit en forme de flèche est la tour de la Lanterne. Les deux autres tours, qui défendent l’entrée emblématique du Vieux-Port, sont la tour de la Chaîne (à gauche) et la tour Saint-Nicolas (à droite). Sous la lune, éclairé de lumière bleue, se trouve le pont levant du Gabut. Ville fortifiée, La Rochelle comporte de nombreux monuments de défense, dont les plus connus sont les tours médiévales du Vieux-Port, qui en gardent l’entrée et l’ont rendue mondialement célèbre. La Rochelle a demandé le classement du Vieux-Port et des tours au Patrimoine mondial de l'Unesco. Ces dernières ont accueilli plus de 100 000 visiteurs en 2004,

Vieux-Port

Dès le , le Vieux-Port de La Rochelle joue un rôle de premier ordre, et reste jusqu’au le plus grand port de la côte atlantique, commerçant principalement du vin et du sel. Le port doit son important développement principalement à une conjonction de nombreux facteurs favorables, que ce soit au plan économique, géographique, politique ou technique. Aux et , les routes des Templiers convergent toutes vers La Rochelle, faisant ainsi de la ville leur port sur l’Atlantique. En 1154, le mariage d’Aliénor d’Aquitaine avec Henri II d'Angleterre fait de La Rochelle une province anglaise qui par sa situation géographique et de son importance voit s’ouvrir à elle les marchés de l’Angleterre et de l’Europe du Nord, très demandeurs des vins français de la région et du sel des marais du littoral. Panoramique du Vieux-Port de La Rochelle depuis la porte d’entrée de la tour Saint-Nicolas La ville change de mains à de nombreuses reprises au cours de la Guerre de Cent Ans, jusqu’à ce qu’en 1372, le connétable Bertrand du Guesclin chasse les Anglais de l’Aunis et du Poitou, faisant de La Rochelle une ville définitivement française. Cette fois encore, la situation géographique de la ville, nichée au cœur du Pertuis d’Antioche, est propice à l’activité du port. Au et au , le Vieux-Port a drainé plus de la moitié du trafic colonial vers la Nouvelle-France, ce qui en fait aujourd’hui un lieu de pèlerinage pour de nombreux touristes. Aujourd’hui, le Vieux-Port est avec ses tours et ses quais une image emblématique de La Rochelle, et il accueille d’ailleurs la plupart des animations de la ville.

Tour de la Chaîne

La tour de la Chaîne La tour de la Chaîne est, avec la tour Saint-Nicolas et la tour de la Lanterne, l’une des trois tours du front de mer de La Rochelle, et l’une des deux tours emblématiques du Vieux-Port, dont elle constitue la majestueuse porte d’entrée. Érigée entre 1382 et 1390, quelques années après la tour Saint-Nicolas, elle avait pour fonction de tendre la chaîneLe cabestan servant à la mise en tension de la chaîne était situé dans une tourelle accolée à la tour de la Chaîne, appelée « petite tour de la Chaîne », détruite en 1824 lors de l’élargissement de l’entrée du port., fixée par un anneau dans la tour Saint-Nicolas sur l’autre rive, de manière à interdire l’accès du port en barrant le chenal entre les deux toursLa chaîne est aujourd’hui exposée au pied de la tour.. Cette tour, qui faisait également office de poudrière, a été gravement endommagée en 1651 lors de la la Fronde, une explosion l’ayant découronnée, détruisant sa toiture, les mâchicoulis et le chemin de ronde. En 1824, lors de l’élargissement de l’entrée du port, la petite tour de la chaîne abritant le cabestan qui servait à tendre la chaîne est détruite. Classée monument historique en 1879, elle a été partiellement restaurée au et au début du .

Tour Saint-Nicolas

La tour Saint-Nicolas La tour Saint-Nicolas est l’autre tour emblématique du Vieux-Port. D’une base légèrement pentagonale, elle est d’une hauteur de trente-six mètres. L’intérieur est composé de trois grandes salles octogonales superposées, dont deux sont voûtées. Le sol est incliné à 2%, signe de l’enfoncement de la tour constaté pendant sa construction. Inclinaison qui sera conservé pour la restauration de la tour, mais dont le sol sera surélevé de 50cm par rapport au sol originel. Chaque niveau de la tour est percé en son centre d’un oculus, ouverture ronde utilisée autrefois pour ravitailler les étages de la tour, se parler ou se défendre. 3 alvéoles sont situées autour du rez-de-chaussée. Leur fonction n’est pas certaine selon les historiens. La première tour était sur pilotis, et était isolée sur l’eau. Aucune muraille ne la reliait à la terre ferme. À la seconde moitié du fut construite la tour telle qu’on la connaît aujourd’hui. Sur le flanc de la tour, on peut voir l’amorce d’une arche. L’architecte Lisch, chargé de la restauration des tours à la fin du en déduisit l’existence d’une arche entre la tour Saint-Nicolas et la petite tour de la chaîne. Mais aucune gravure, ni aucun texte n’en mentionne l’existence. Elle n’a certainement été jamais construite.

Tour de la Lanterne

La tour de la Lanterne La tour de la Lanterne est la plus grande des trois tours du front de mer de La Rochelle. Elle mesure 55 mètres de haut et est constituée de deux parties. Sa base est un cylindre haut de 25 mètres et de plus de 15 mètres de diamètre. Il est surplombé d’une flèche octogonale dont quatre des huit pans sont percés de fenêtres trilobées de style flamboyant. Chaque nervure est garnie de crochets. Plusieurs salles superposées composent l’intérieur de la tour. On y trouve de nombreux graffiti, gravés dans la pierre par des marins anglais, espagnols ou hollandais, emprisonnés dans la tour entre les siècle Ouvrage de l’enceinte médiévale construit peut-être sur l’emplacement d’une ancienne tour. Commencé selon Claude Masse en 1445, il ne fut achevé que 23 ans plus tard (1468). À l’origine elle formait l’angle sud-ouest de l’enceinte médiévale et sa tourelle à lanterne servait de phare et d’amer. Elle se situait à cette époque au bord de l’eau. Conservé lors du rasement des fortifications en 1629, il fut ensuite intégré dans la nouvelle enceinte de 1689. De 1900 à 1914, une restauration sur des projets de Juste Lisch, puis sous la direction d’Albert Ballu, lui redonne son aspect médiéval. La tour servit souvent de prison et, en 1822, on y enferma 4 sergents du 42 régiment de ligne qui avaient comploté contre Louis XVIII. Ils furent jugés à Paris, condamnés à mort et guillotinés en place de Grève (aujourd’hui place du Châtelet). Ils sont passés dans l’Histoire sous le nom des « quatre sergents de La Rochelle » et la tour conserve leur souvenir.

Grosse Horloge

La tour de la Grosse Horloge La tour de l’horloge, nommée Grosse Horloge, était à l’origine une porte de la ville fortifiée, ouverte dans l’enceinte primitive. Au son nom était la porte du Parrot ou Perrot, car elle donnait accès au faubourg de ce nom. La porte était percée de deux baies, la plus large pour les chariots et la plus petite pour les piétons. En 1478, on la surmonta d’un clocher octogonal, coiffé d’un campanile abritant la cloche de l’horloge. En 1672, on réunit les deux baies en une seule arcade, afin de faciliter la circulation. En 1746, la partie supérieure de l’édifice fut démoli pour faire place à la construction actuelle en forme de cartel Louis XV flanqué d’attributs scientifiques et militaires. Aujourd’hui, elle abrite le musée archéologique, et reste un des principaux points de passage entre les quais et la vieille ville. La cloche de la Grosse Horloge sonne tous les jours à midi.

Hôtel de ville

Façade de l’hôtel de ville L’hôtel de ville de la Rochelle est composé d’un corps de logis style renaissance protégé par un mur d’enceinte gothique flamboyant, avec chemin de ronde et tours à créneaux et mâchicoulis, érigé à la fin du . La façade est ornée des armes de La Rochelle et de Henri IV, ainsi que de nombreuses gargouilles, statues, et ciselures. La porte de forteresse s’ouvre sur une cour intérieure est marquée par l’influence de la Renaissance et de l’Antiquité, avec un escalier monumental, avec campanile et dôme occupé par une statue du Béarnais en faïence émaillée, ainsi que de nombreuses colonnes corinthiennes et une décoration chargée. Au rez-de-chaussée se trouve une galerie formée de neuf arcades, cintrées ou géminées et richement décorées, reposant sur huit piliers et deux pilastres, et dont le plafond contient des cartouches variés, dont les monographes d’Henri IV et de Marie de Médicis. Au premier étage se trouve notamment la grande salle des fêtes ainsi que le cabinet du maire, et l’ancien cabinet du légendaire Jean Guiton, orné de sa table et de son fauteuil, datant de 1628. À l’intérieur de l’hôtel de ville sont également exposés de nombreux souvenirs, dont ceux ayant trait au siège de la ville.

Cathédrale Saint-Louis

Construite à partir de 1742 sur une initiative du cardinal de Fleury et de l’évêque Menou de Charnizay, elle demeura inachevée, faute de moyens financiers, mais est tout de même ouverte au culte en 1784. Elle n’est achevée que sous le Second Empire, les deux clochers initialement prévus n’ont jamais été construits. La cathédrale présente une façade très dépouillée, ornée de deux ordres de colonnes toscanes et doriques, surmontée d’un fronton triangulaire flanqué d’ailerons. L’intérieur du bâtiment ne déroge pas à cette rigueur architecturale. Le clocher Saint-Barthélemy est de style gothique et accolé au chevet de la cathédrale. Alors plus haut point de la ville, il est utilisé comme tour à canons contre les armées de Louis XIII pendant le siège de 1627.

Fontaine du Pilori

La fontaine du Pilori À l’origine, la fontaine s’appelait « Fontaine du Puits Lori » et était au fond d’une énorme excavation circulaire de 20 pieds de diamètre, dans laquelle il fallait descendre par l’un des deux escaliers en forme de fer à cheval, d’accès difficile et dangereux, notamment en hiver. En 1711 la fosse est comblée, et en 1722, la « Fontaine du Pilori », ramenée au niveau du sol, est de nouveau opérationnelle. Elle a été classée monument historique en 1925.

Maison Henri II

Maison Henri II Cette belle demeure de la fin du , rue des Augustins, porte le nom de son style: Henri II.

Café de la Paix

Le Café de la Paix est classé Monument historique depuis1984.

Gare ferroviaire

La gare de La Rochelle au début du La première moitié du voit le trafic ferroviaire s’accroître de manière importante, notamment en raison du tourisme balnéaire et du fait que La Rochelle est à la croisée des lignes reliant Bordeaux, Nantes et Poitiers. Aussi, le , la construction d’un nouveau bâtiment voyageur est déclarée d’utilité public. Dès 1909, une nouvelle gare est donc construite. Le bâtiment, dessiné par l’architecte Pierre Esquié, est monumental et dominé par un campanile de 45 m de haut, plus haut que les tours de l’entrée du port. Le bâtiment fait face à une vaste esplanade de laquelle part un large boulevard bordé d’arbres la reliant à la ville, construit sur l’emplacement de l’ouvrage à cornes, entraînant sa disparition. La gare, richement décorée, rappelle l’architecture de La Rochelle, et notamment celle de la Grosse Horloge. Le hall des voyageurs est orné de grandes mosaïques, tandis que les parements sont en pierre. Sa façade est décorée de nombreuses gravures s’inspirant de la faune marine. Les quais sont intégralement couverts par une grande verrière. Elle se classe parmi les plus belles constructions ferroviaires et est inscrite depuis 1929 à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques.

Château de Laleu

Le château de Laleu, exemple typique de la maison noble du début du est devenu la maison de retraite Léonce Vieljeux. Il a été construit entre 1616 et 1628 sur la commune de Laleu, rattachée depuis à La Rochelle. C’est un pavillon central coiffé d'une toiture à quatre pans couverte d'ardoise encadré de deux corps de bâtiment. C’est une construction très sobre dont les ouvertures sont encadrées de pierre de taille avec trois frontons sculptés soutenus par des pilastres au rez-de-chaussée et couronnée de lucarnes ornées de volutes et d’acanthes.

Parcs et jardins

Parc Charruyer Le parc Charruyer, classé en 1931, est établi sur les anciennes fortifications de la ville datant de 1685. Ses 40 hectares proviennent d’une donation effectuée en 1887. Long de 2 kilomètres et large de 200 mètres, il est parcouru par deux ruisseaux, le Fétilly et le Lafond, qui se jettent dans l’océan. C’est un parc à l’anglaise, aux allées sinueuses et ombragées par de grands arbresGuide des parcs et jardins de Charente-Maritime, Philippe Prévôt, Éditions Sud-Ouest 2003, ISBN 2 87901 497 2.. Le parc Franck Delmas, situé au sommet de l'allée du Mail, anciennement parc d'une propriété privée, la Villa Fort-Louis, qui siège toujours au centre du parc, est un jardin public de 7 hectares au riche patrimoine botanique mais également un lieu d'expérimentation de la résistance des végétaux aux contraintes climatiques.

Plages

Réputée pour les piscines d'eau de mer de ses centres de thalassothérapie dès le , la ville devient une station balnéaire en 1900, avec l'ouverture de la plage de la Concurrence. L'important succès rencontré oblige la ville à déclarer d’utilité publique la construction d'une nouvelle gare ferroviaire. La plage de la Concurrence est suivie par celle des Minimes en 1978, puis par celle de Chef de Baie et celle d'Aytré.

Phare du bout du monde

Phare du bout du monde, érigé à la pointe des Minimes À la pointe des Minimes se trouve le Phare du bout du monde, réplique du célèbre Phare du bout du monde érigé sur l’Île des États au large du cap Horn en 1884, et qui inspira Jules Verne pour son roman Le Phare du bout du monde, édité en 1905, peu après sa mort. Il a été érigé par André Bonner, aventurier rochelais qui a également reconstruit l’original, et a été inauguré le . C’est un phare en bois de forme hexadécagonale et projetant la lumière produite par 7 lampes fonctionnant à l’huile de colza. Le faisceau a une portée de 26 km sur un angle de 93°.

Festivals

- Les Francofolies, festival de musique créé en 1984 à l’initiative de Jean-Louis Foulquier, et qui a depuis lieu tous les ans au mois de juillet et accueille plus de 122 000 spectateurs au cours de la semaine. En marge du festival se déroule le « Chantier des francos », destiné à faire découvrir de jeunes talents ;
- Le Festival international du film, qui a lieu chaque année depuis 1973, et est le deuxième de France en nombre de visiteurs, après celui de Cannes ;
- Les festivals de jazz, dont le Festival de Jazz de La Rochelle « Jazz entre les deux tours », rendez-vous annuel dont la 9 édition s’est tenue en 2006, et le festival Jazz around La Rochelle, qui depuis 2001 rassemble chaque année plusieurs orchestres de Jazz traditionnel, dans l’ambiance de la Nouvelle Orléans.

Grand Pavois

Chaque année, début septembre, se tient pendant une semaine sur le port des Minimes, le Grand Pavois, plus grand salon nautique international à flot, qui est à la plaisance ce que le Mondial de l’automobile est à l’auto. L’édition 2006 a accueilli plus de 103 000 visiteurs.

Aquarium de La Rochelle

L’Aquarium de La Rochelle Initialement implanté dans le quartier de la « ville en bois », puis transféré sur le Port des Minimes après l’incendie de 1986, l’aquarium de La Rochelle est depuis 2001 situé au cœur de la ville, dans le quartier du gabut. Il fait partie des plus grands aquariums européens. Quelque 10 000 animaux des quatre coins de la planète se partageant les 3000 m³ d’eau de mer répartis sur 65 bassins où sont recréés les milieux naturels d’espèces de tous les océans et des mers du monde.

Musées

- Le musée maritime, musée « à flots » situé dans l’ancien bassin des chalutiers du Vieux-Port, et présentant de nombreux bateaux, dont le Pen Duick II, bateau de course d’Éric Tabarly, le Joshua et la frégate météorologique France I ;
- Le musée des automates, premier du genre en France, présente une vaste et prestigieuse collection d’automates et de scènes animés provenant de toute l’Europe et de toutes les époques ;
- Le musée des modèles réduits ;
- Le muséum d’histoire naturelle, qui s’est installé en 1831 dans l’hôtel du gouvernement, que Napoléon lui avait donné dans ce but en 1808. Sa pièce la plus remarquable est une girafe, don du vice-roi d’Égypte à Charles X ;
- Le musée d'Orbigny-Bernon, installé depuis 1921 dans l’hôtel néo-renaissance édifié par Alcide Dessalines d'Orbigny, maire de la ville, et légué à la commune par son épouse. On y trouve une riche collection de porcelaines et faïences, l’apothicairerie de l’hôpital Aufredy, des plats de Bernard Palissy, et des souvenirs du « Grand Siège » ;
- Le musée des Beaux-Arts de La Rochelle, fondé en 1844 par la Société des amis des arts, le musée des Beaux-Arts fut installé en 1845 au deuxième étage de l’ancien évêché, au centre ville. On y retrouve entre autres des toiles de peintres rochelais, tels que Théodore Chassériau, Eugène Fromentin, et William Bouguereau ;
- Le musée du Nouveau Monde, qui présente de nombreuses pièces retraçant l’histoire de la découverte et de la conquête du Nouveau Monde depuis le et à partir de La Rochelle.

Médiathèque

La médiathèque Michel-Crépeau, inaugurée en 1998 et baptisée en l'honneur de Michel Crépeau, dispose d’un fonds encyclopédique de 150 000 ouvrages, 6 000 cassettes vidéo, 12 000 disques compacts et 1 000 estampes et photographies, dont la consultation est libre et gratuite. Trois ans après son ouverture, la fréquentation atteignait 350 000 visiteurs par an et en confirmait le succès.

Espace d’art contemporain

Théâtre

Centre chorégraphique national

La Rochelle accueille l’un des 19 Centres chorégraphiques nationaux, sous la direction de Régine Chopinot.

Cinéma d’art et d’essai

La ville de La Rochelle comporte trois cinémas classés Art et Essais. L’Olympia, La Coursive et le Dragon. La Coursive est une scène nationale dédiée au théâtre, à la musique, à la danse et au cinéma. Et l’Olympia, géré par le groupe CGR, dispose de trois salles. Ces deux lieux fréquentés par les cinéphiles permettent l’accès à des films peu distribués, en version originale. Ils constituent un bon complément au complexe MEGA CGR. Il est à noter que le cinéma Dragon dispose aussi d’une salle classée Art et Essais, sur six salles, mais propose des films plus orientés grand public. Il est partenaire, comme la Coursive, du festival international du film de La Rochelle.

Sports

Basket-ball

Rupella Basket 17 est un club français de basket-ball évoluant en NM2. Créé en 1932 sous le nom « Rupella », le club a été renommé « La Rochelle Basket 17 » en 1996 et « Rupella Basket 17 » en 2000.

Équitation

La Rochelle a accueilli le Championnat du monde universitaire d’équitation, organisé par la Société hippique d’Aunis, qui comportait des épreuves de dressage (individuel et par équipes), et de CSO (individuel et par équipes). La particularité de la compétition réside dans le fait que les chevaux sont fournis par l’organisateur, et tirés au sort à chaque tour. La 7 édition de ce championnat s’est tenue du au et a vu la participation de 17 pays. Lors de la cérémonie de clôture, la Garde républicaine a présenté sa fameuse reprise des douze.

Golf

Créé en 1989 à l’initiative d’un groupe de golfeurs rochelais et avec l’aide des communes de La Rochelle, Marsilly (où est situé le golf) et Nieul-sur-Mer, le Golf de La Prée-La Rochelle. est un terrain de Golf au parcours sauvage de 5 931 mètres, situé face à l’île de Ré et à la réserve naturelle de la baie de l'Aiguillon, composé de 18 trous, dont 5 en bord de mer, et qui combine les caractéristiques d’un links écossais à celles d’un golf de plaine. Il est affilié à la Fédération française de golf et accueille de nombreuses compétitions (Fédération française de golf)..

Jeux Olympiques

Paris 2012. Candidate aux côtés de Paris pour les épreuves de voile des jeux Olympiques d'été de 2008 et des jeux Olympiques d'été de 2012, la ville a participé à la campagne Paris 2012, mais les deux candidatures ont échoué.

Marathon

Succès non démenti depuis sa première édition, le marathon de La Rochelle n’a cessé d’attirer davantage de monde chaque année. En 2006, plus de 8000 coureurs de tous les pays ont participé à sa 16 édition. C’est le deuxième marathon de France, après le marathon de Paris.

Rallye d’Automne

Le Rallye d'Automne est une compétition automobile dont la première édition date de 1953, et qui se déroule chaque année à La Rochelle, pendant la période automnale. C’est un rallye sur asphalte, qui a la réputation d’être très rapide, long et éprouvant. Il fait partie de la Coupe de France des Rallyes.

Rugby

L’Atlantique stade rochelais est un club de rugby à XV français participant à la Pro D2. Il a vu passer des joueurs tels que Arnaud Elissalde, Dominique Bontemps, Henri Magois, Jean-Baptiste Elissalde, Laurent Bidart, Gérald Merceron et René Le Bourhis, et est doté d’un beau palmarès : quart de finaliste du Championnat de France en 1961, 1962 et 1969, vainqueur du Challenge de l'Espérance en 1994, vainqueur du Challenge Yves du Manoir en 2002 et en 2003 (Coupe de la Ligue).

Tour de France

Bien que ne l’ayant plus accueilli depuis 1983, La Rochelle a été une étape de nombreuses éditions du Tour de France. ; Le Tour de France à La Rochelle : 1905 (8 étape), 1910 (10 étape du Tour de France des Indépendants), 1911 (11 étape), 1912 (11 étape), 1913 (4 étape), 1914 (4 étape), 1933 (20 étape), 1934 (20 étape), 1935 (18 étape), 1936 (18 étape), 1937 (17 étape), 1938 (4 étape), 1939 (6 étape), 1948 (4 étape), 1949 (7 étape), 1956 (8 étape), 1959 (7 étape), 1962 (8 étape), 1965 (7 étape), 1970 (1 étape), 1983 (8 étape).

Voile

En raison de ses atouts naturels et de sa tradition maritime historique, La Rochelle est une escale privilégiée des grandes compétitions internationales de voile, avec notamment :
- La Whitbread en 1998 ;
- La Volvo Ocean Race en 2002 ;
- Étape de la Solitaire du Figaro en 2003 et en 2005 ;
- Championnat d’Europe de Finn en 2004 ;
- La Mini Transat 6.50, dont le départ de l’édition 2005 a eu lieu à La Rochelle le ;
- La Course de l'Europe, dont La Rochelle a été la ville de départ de la 5 édition, en 1993 ;
- La Course Croisière Edhec, que La Rochelle accueille régulièrement (dernière : 38 édition, du au ). Cette compétition, parmi les plus grandes manifestations sportives d’Europe, rassemble plus de 6 000 étudiants ;
- Les championnats du monde de Tornado, catamaran olympique, organisés par la Société des régates rochelaises du au au Port des minimes.

Enseignement et recherche

La ville comptait plus de 10 200 étudiants (dont plus de 6 000 à l'Université) en 2005-2006ftp://trf.education.gouv.fr/pub/edutel/dpd/atlas/atlas2006/atlas2006.pdf.

Structures de recherche

- Ifremer :
- Laboratoire ressources halieutiques (LRH) (Ifremer).
- Laboratoire environnement ressources (LER) (Ifremer). ;
- Centre de recherche sur les écosystèmes littoraux anthropisés (CRELA), unité mixte tripartite Ifremer-CNRS-Université de La Rochelle (Ifremer). ;
- Université de La Rochelle :
- Centre littoral de géophysique (CLDG) (Université de La Rochelle). ;
- Laboratoire d’études des matériaux en milieux agressifs (LEMMA) (Université de La Rochelle). ;
- Laboratoire d’étude des phénomènes de transfert appliqués aux bâtiments (LEPTAB) (Université de La Rochelle). ;
- Laboratoire de biologie et d'environnement marins (LBEM) ;
- Laboratoire de biotechnologoies et de chimie bio-organique (LBCB) (Université de La Rochelle). ;
- Laboratoire de maîtrise des techniques agro-industrielles (LMTAI) (Université de La Rochelle). ;
- Laboratoire de mathématiques et applications (LMA) (Université de La Rochelle). ;
- Laboratoire informatique, image, interaction (L3i) (Université de La Rochelle). ;
- Organisation des territoires et environnements dans les espaces littoraux et océaniques (OTELO) (Université de La Rochelle). ;
- Centre de traitement de l’information géoréférencée (CTIG) (Université de La Rochelle). ;
- Médiane Asie Pacifique Amériques (MAPA) ;
- Centre commun d’analyses (CCA) (Université de La Rochelle). ;
- Institut du littoral et de l’environnement (ILE) (Université de La Rochelle). ;
- Centre d’études juridiques de La Rochelle (CEJLR) ;
- Centre d’études internationales sur la romanité (CEIR) ;
- Laboratoire de sociologie de l’action publique (LASAP) ;
- CRITT de recherche pour l’architecture et l’industrie nautique (CRAIN) ;

Université et grandes écoles

Université de sciences.
- Université de La Rochelle, créée en 1993 dans le nouveau quartier des Minimes ;
- École d'ingénieurs en génie des systèmes industriels (EIGSI), école d’ingénieur généraliste ;
- École supérieure de commerce ;
- École nationale des brigades des douanes, une des seules écoles françaises pour la formation des douaniers ;

Enseignement supérieur

- IUFM Professeur des écoles ;
- IUT La Rochelle, proposant des DUT en génie biologique, génie civil, informatique, réseaux & télécommunications, ou techniques de commercialisation ;
- Fénelon, préparation à divers BTS ;
- Lycée Jean-Dautet, CPGE ;
- Lycée Léonce-Vieljeux, CPGE et préparation à divers BTS ;
- Lycée René-Josué-Valin, CPGE et préparation à divers BTS ;
- Saint-Exupéry, préparation au BTS commerce international ;

Enseignement secondaire

- Collège Eugène-Fromentin ;
- Collège privé Fénelon ;
- Lycée Antoine-de-Saint-Exupéry, préparant aux bacalauréats de séries ES, L, S, STG ;
- Lycée régional d'enseignement maritime et aquacole ;
- Lycée Jean-Dautet ;
- Lycée hôtelier, préparant aux métiers de l’hôtellerie et de la restauration et qui est parmi les plus réputés de France ;
- Lycée privé La Providence ;
- Lycée Léonce-Vieljeux ;
- Lycée Pierre-Doriole ;
- Lycée René-Josué-Valin ;
- Lycée Rompsay ;

Formation professionnelle

- CFA de la Chambre de métiers de la Charente-Maritime ;
- Cipecma ;
- Pigier ;
- Isfac ;

Personnages célèbres

Rochelais célèbres

Aimé Bonpland Guy-Victor Duperré Jacques Nicolas Billaud-Varenne Jean Théophile Désaguliers Jean-Louis Raduit de Souches René-Antoine Ferchault de Réaumur William Bouguereau Jean-Loup Chrétien Antoine Albeau 'Au
- Alexandre Aufrédy (11??–1220), armateur et peintre, fondateur de l’hôpital portant son nom ;
Au
- Jean Chaudrier (1323–1392), maire ;
Au
- Pierre Doriole (1407–1485), maire et chancelier de France ;
Au
- Louis Gargoulleau, capitaine et maire ;
- Amos Barbot de Buzay (1566–1625), magistrat, historien, pair de La Rochelle, Grand Bailly de la province d’Aunis, et député sous Henri IV, célèbre pour avoir rédigé les Archives historiques de la Saintonge et de l’Aunis de 1199 à en 1575 ;
- Jean Guiton (1585–1654), maire et armateur, véritable figure du protestantisme du ;
Au
- Jean-Louis Raduit de Souches (1608–1682), général en chef du Saint Empire romain germanique, véritable héros du siège de Brno ;
- Nicolas Gargot de La Rochette (1619–1664), capitaine de marine, corsaire et gouverneur de Plaisance ;
- Jacques Grollet, explorateur du Mississippi ;
- Gédéon Tallemant des Réaux (1619–1692), écrivain et poète ;
- François Tallemant (1620–1693), aumônier, traducteur (il connaissait cinq langues anciennes ou modernes) et académicien ;
- Jean Théophile Désaguliers (1683–1744), physicien, mathématicien, mécanicien et astronome britannique, connu de nos jours comme étant l’un des fondateurs de la Franc-maçonnerie dite moderne. Ami et collaborateur d’Isaac Newton, il est le premier à percevoir l’ampleur de la révolution newtonienne. Il deviendra membre éminent de la Société royale de Londres et chapelain du duc de Galles, son élève ;
- René-Antoine Ferchault de Réaumur (1683–1757), l’un des plus grands savants du ;
Au
- Gabrielle-Suzanne de Villeneuve (1695—1755), romancière connue surtout pour avoir composé en 1740 La Jeune Amériquaine et les contes marins, première version moderne de La Belle et la Bête. Son roman le plus apprécié fut La Jardinière de Vincennes, paru en 1753 ;
- Jacques Nicolas Billaud-Varenne (1756–1819), politique français, révolutionnaire, auteur de plusieurs pamphlets, membre de la Commune de Paris, diriga de concert avec Danton les sanglantes journées de Septembre 1792. Élu à la Convention par le département de la Seine, il vote la mort de Louis XVI ;
- Léon Robert de L'Astran (1767–1861), fils d’un armateur rochelais, naturaliste et savant, il effectua plusieurs voyages aux Amériques dont un avec La Fayette, à bord de la Frégate Hermione. Fermement opposé à la traite des noirs, il refusa que les navires dont il avait hérité de son père soient utilisés pour cela ;
- Aimé Jacques Alexandre Goujaud Bonpland (1773–1858), chirurgien et botaniste ayant accompagné Alexander von Humboldt dans ses expéditions, auteur de précieux manuscrits ;
- Guy-Victor Duperré (1775–1846), amiral français, marin d’Empire, Pair de France et ministre de la marine. Enterré aux Invalides après des funérailles nationales, son nom figure sur l’Arc de triomphe de Paris ;
- Sophie Blanchard (1778–1819), aérostière.
Au
- François de Beauharnais (1756–1823), frère d’Alexandre de Beauharnais, représente la noblesse aux États Généraux de 1789, major général dans l’armée de Condé avant de se rallier à l’Empire ;
- Eugène Fromentin (1820–1876), peintre et écrivain ;
- Charles Édouard Beltrémieux (1825–1897), homme politique et naturaliste français, maire de La Rochelle de 1871 à 1874 puis de 1876 à 1879 et vice-président du conseil général en 1880 ;
- William Bouguereau (1825–1905), peintre qui était considéré de son vivant comme l’un des plus grands peintres du monde.
- Arthur Verdier (1835–1898), capitaine au long cours, négociant et pionnier, il apporte les beaux et riches territoires de la Côte d’Ivoire à l’Empire colonial français ;
- Paul Ramadier (1888–1961), homme politique, il refuse les pleins pouvoirs à Pétain et s’engage dans la Résistance intérieure française ;
- René Dorin (1891–1969), célèbre chansonnier ;
Au
- George Rignoux, inventeur du premier appareil de télévision mécanique opérationnel (1906–1915) ;
- Jean Duvignaud (1921–2007), écrivain, critique de théâtre, sociologue, dramaturge, essayiste, scénariste et anthropologue ayant dirigé la Maison des cultures du monde à Paris ;
- Guy Laroche (1923–1989), Styliste ;
- Jean-Loup Chrétien, né en 1938, premier spationaute français ;
- Marie-Joseph-Camille Doré (1831–?), lieutenant de vaisseau du Plongeur, premier sous-marin motorisé au monde ;
- Jean-Louis Foulquier, né en 1943, animateur de radio et de télévision, acteur ;
- Bernard Giraudeau, né en 1947, Acteur, réalisateur, producteur et scénariste ;
- Jean-Pierre Élissalde, né en 1953, fils de Arnaud Élissalde, ancien joueur de rugby et international français. Il a entraîné l’Atlantique stade rochelais puis l’Association sportive de Béziers Hérault. Actuellement entraîneur de l’équipe nationale de rugby à XV du Japon ;
- Jean-Pierre Favreau, photographe ;
- Fabrice Neaud, né en 1968, artiste auteur de bandes dessinées ;
- Winshluss, né en 1970, auteur de bandes dessinées ;
- Antoine Albeau, né en 1972, plusieurs fois champion de France, il s’est illustré en devenant champion du monde de Freestyle en 2001 et de Formula Windsurfing en 2004 ;
- Damien Touya, né en 1975, escrimeur pratiquant le sabre, champion olympique aux jeux Olympiques 2004 à Athènes, remporte le titre mondial en 1999 après une première médaille de bronze en 1997 ;
- Jean-Baptiste Élissalde, né en 1977, fils de Jean-Pierre Élissalde, ancien joueur de rugby, demi de mêlée du Stade toulousain et de l’Équipe de France (ayant été formé puis débuté au sein de l’Atlantique stade rochelais) ;
- Yohan Ploquin, né en 1978, handballeur évoluant en équipe de France et dans le championnat français.

Personnalités ayant vécu à La Rochelle

Alcide Dessalines d'Orbigny Agrippa d’Aubigné Catherine de Parthenay Françoise d'Aubigné Pierre Choderlos de Laclos René Primevère Lesson
Au
- Théodore Agrippa d'Aubigné (1552–1630), écrivain et poète français protestant de l’époque baroque et l’un des favoris de Henri IV. C’est à La Rochelle qu’il a écrit Les Tragiques.
- Catherine de Parthenay (1554–1631), noble protestante, héritière d’une puissante famille huguenote poitevine, poétesse, dramaturge et mathématicienne. Elle participe à la défense de la ville de La Rochelle, lors du Grand Siège mené par Richelieu entre 1627 et 1628 ;
- Constant d'Aubigné (1585–1647), fils de Théodore Agrippa d'Aubigné, père de Françoise d'Aubigné, chevalier, seigneur des Landes-Guinemer, baron de Surimeau, gouverneur de Maillezais, gentilhomme de la Chambre du Roi, vice-roi des Îles de Marie-Galante ;
Au
- Françoise d'Aubigné (1635–1719), plus connue sous le nom de Madame de Maintenon, fille de Constant d'Aubigné et épouse secrète de Louis XIV, roi de France et de Navarre ;
- Louis-Étienne Arcère (1698–1782), professeur de philosophie, supérieur de la maison de l’Oratoire et historien de La Rochelle et du pays d’Aunis ;
Au
- Choderlos de Laclos (1741-1803), écrivain français, (auteur des Liaisons Dangereuses), en garnison à La Rochelle en tant qu’officier militaire ;
Au
- René Primevère Lesson (1794–1849), chirurgien, ornithologue, membre de l’Académie de La Rochelle, conseiller municipal de La Rochelle de 1837 à 1847 et officier de la Légion d'honneur ;
- Daniel Massiou (1800–1854), magistrat et président du Tribunal de grande instance de La Rochelle pendant une douzaine d’années, il est surtout connu pour son œuvre d’historien, avec son Histoire de la Saintonge et de l'Aunis (6 volumes publiés entre 1836 et 1840), ainsi que pour son action de publiciste ;
- Alcide Dessalines d'Orbigny (1802–1857), naturaliste, explorateur, malacologiste et paléontologue français, célèbre pour son voyage en Amérique du Sud et ses travaux en paléontologie, élu maire en 1893 ;
- Jean Jacques Anatole Bouquet de La Grye (1827–1909), ingénieur hydrographe, Président de l’Académie des sciences, il est le à l’origine du port de La Pallice ;
- Alcide d’Orbigny (1835–1907), Chevalier de la Légion d'honneur et Officier de la Couronne d’Italie, fondateur de l’armement D’Orbigny à La Rochelle en 1865, élu maire de La Rochelle à deux reprises en 1893 et en 1905, il est également conseiller général de la Charente-Maritime, et président de la Chambre de commerce et d'industrie de La Rochelle de 1893 à 1907 ;
- Gustave Perreau (1852–1945), maire, sénateur et membre du conseil du Grand Orient de France ;
- Adrien Pozzi (1860–1939), médecin ;
- Léonce Vieljeux (1865–1944), diplômé de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr, armateur et maire de La Rochelle. Il résiste à l’occupant nazi, ce qui lui vaut d’être déporté au camp de concentration de Struthof, près de Schirmeck, où il sera fusillé en même temps que 300 hommes et 92 femmes, à l’âge de 80 ans ;
Au '
- Georges de Caunes (1919–2004) journaliste et animateur de radio et de télévision ;
- Jacqueline Joubert (1921–2005), présentatrice de télévision française ;
- Colette Besson (1946–2005), sportive de haut niveau, championne olympique du 400 m à Mexico en 1968, Chevalier de la Légion d'honneur en 1968, Officier de la Légion d'honneur en 1995, Chevalier des Palmes académiques en 1996 ;
- Michel Crépeau (1930–1999), maire et député ;
- Maxime Bono, né en 1947, maire et député ;
- Jeanne Benameur, née en 1952, femme écrivain arrivée d’Algérie à La Rochelle à l’âge de cinq ans, et auteur de nombreux ouvrages ;
- Régine Chopinot, née en 1952, danseuse et chorégraphe française contemporaine, et rochelaise depuis 1986 ;
- Hervé Guibert (1955-1991), écrivain, photographe et journaliste ;
- Viviane Moore, né en 1960, connue pour sa série de romans policiers historiques mettant en scène un héros récurrent : Galeran de Lesneven, jeune chevalier breton ;

Médias

; Télévision
- France 3 Atlantique, avec un journal de 5 minutes en décrochage de France 3 Limousin Poitou-Charentes. ; Radios locales
- France Bleu (98.2 FM) ;
- La Nouvelle FM (89.6 FM) ;
- Radio Collège (95.9 FM) ;
- RCF Charente-Maritime (95.5 FM). ; Presse régionale
- Pour la presse écrite, on trouve une édition départementale de Sud-Ouest (le siège social est à Bordeaux). ; Presse locale
-
La Rochelle le journal
, journal d’informations bimensuel de la Ville de La Rochelle, tiré à 45 650 exemplaires cinq fois par an et distribué gratuitementLa Rochelle le journal est . ;
- Point commun, magazine bimestriel de la Communauté d'agglomération de La Rochelle ;
- L'Essentiel, magazine mensuel qui présente l'essentiel de l'actualité du département ;
- La Tribune rochelaise, journal tiré à 30 000 exemplaires deux fois par an et distribué gratuitement, c'est le principal organe d'information de l'opposition politique rochelaise, de droite. ; Internet
- propose l’actualité La Rochelle et sa région sur les formats web, rss et mobiles.

Source d’inspiration

; Bande dessinée
- Les Sept Boules de cristal d’Hergé, Tintin et le Capitaine Haddock déambulent sur les quais du bassin de La Pallice, ils y retrouvent l’ancien cargo du Capitaine Haddock : Le Pachacamac où est emprisonné le Professeur Tournesol (CCI de La Rochelle).. ; Chansons
- Billy m’aime de Alain Souchon (évoqué dans un couplet : « on est tous à La Rochelle, sur le port ») ;
- Les Filles de La Rochelle, chanson populaire ;
- Les gars de La Rochelle, chant marin traditionnel ;
- Quand je suis parti d’La Rochelle, chant marin traditionnel ;
- Scorbut de Hubert-Félix Thiéfaine ;
- Les Vacances à La Rochelle de Soldat Louis.
- J'aime les filles de Jacques Dutronc. ; Cinéma
- Le Sang à la tête, film de Gilles Grangier réalisé en 1956, dont l’intrigue se déroule à La Rochelle, et dont le personnage principal, François Cardinaud, est l’un des hommes les plus puissants du port ;
- Le Bateau d'Émile, film de Denys de La Patellière réalisé en 1961, d’après un scénario de Georges Simenon, dont l’intrigue se déroule à La Rochelle ;
- La Battante, téléfilm de Didier Albert réalisé en 2004, dont l’intrigue tourne autour d’une broderie représentant les deux tours du Vieux-Port de La Rochelle ;
- Das Boot, film réalisé par Wolfgang Petersen en 1981, et qui présente la vie d’un équipage de sous-marin, parti de la base sous-marine de La Rochelle, son port d’attache ;
- Indiana Jones et les Aventuriers de l'arche perdue, film d’aventure américain de 1981 réalisé par Steven Spielberg, et dont certaines scènes ont été tournées à La Rochelle, notamment à la base sous-marine ;
- La Rochelle, film réalisé par Léonce Perret en 1912 ; ; Littérature
- Alexandre Dumas s’empare du Grand Siège de La Rochelle pour faire de cet épisode de l’Histoire de France un des chapitres de son célèbre roman Les Trois MousquetairesLe roman Les Trois Mousquetaires, d’Alexandre Dumas, sur Wikisource.. Il prend cependant quelques libertés avec la vérité : il n’hésite pas à déplacer le récit dans le temps et fait ainsi participer d'Artagnan. Or le véritable d’Artagnan, âgé d’une quinzaine d’années en 1627, n’a jamais pris part aux faits ;
- Dans l’œuvre de Georges Simenon, qui a fait du Café de la Paix son quartier général, trente-quatre romans et nouvelles se situent ou évoquent la ville de La Rochelle et sa région, dont notamment Le Testament Donnadieu (1936), Le Voyageur de la Toussaint (1941) et Les Fantômes du Chapelier (1948) ;
- Guy de Maupassant place l’intrigue de son roman Ce cochon de MorinLe roman Ce cochon de Morin, de Guy de Maupassant, sur Wikisource. à La Rochelle, et y présente les aventures d’un paisible négociant rochelais ;
- Dans son roman PantagruelLe roman Pantagruel, de François Rabelais, sur Wikisource. (1532), François Rabelais fait allusion à la chaîne des tours du Vieux-Port de La Rochelle, qui y sert à attacher son personnage Gargantua« Par quoy, craignant Gargantua qu’il se gastast, fist faire quatre grosses chaisnes de fer pour le lyer, et fist faire des arboutans à son berceau, bien afustez. Et de ces chaisnes en avez une à La Rochelle, que l’on leve au soir entre les deux grosses tours du havre » (François Rabelais, Pantagruel, 1532). ;
- Le Lys et la Pourpre, roman de Robert Merle dont l’histoire se déroule dans les environs de La Rochelle lors du siège de la ville par Richelieu. ; Peinture
- Les tours du Vieux-Port de La Rochelle ont inspiré Jean-Baptiste Camille Corot en 1851 pour sa toile Le port de La Rochelle, ainsi que Paul Signac en 1921. ; Jeu vidéo
- Les deux premières missions du jeu Commandos 2: Men of Courage se déroulent dans la base sous-marine de La Rochelle pendant la Seconde Guerre mondiale. Le joueur doit détruire différentes installations et voler un sous-marin ;
- Une mission du jeu Hidden & Dangerous 2 se déroule à La Rochelle, également pendant la Seconde Guerre mondiale.

Notes et références

Bibliographie

-
-
-
-
-

Voir aussi

===
Sujets connexes
Académie des sciences (France)   Académie française   Acanthe   Accroissement naturel   Accrétion   Acide picrique   Acre (Israël)   Acteur   Adolf Hitler   Adrien Pozzi   Afrique   Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie   Agglomération   Agriculture   Aimé Bonpland   Aire urbaine (France)   Airlinair   Ajaccio   Alain Souchon   Alains   Alcide Charles Jean d'Orbigny   Alcide Dessalines d'Orbigny   Alexander von Humboldt   Alexandre Aufrédy   Alexandre Dumas   Alfred Charles Ernest Franquet de Franqueville   Algérie   Allemagne   Alliance (réseau)   Alliés   Alose   Alsace   Alstom   Altitude   Alès   Amiral   Ammoniac   Amos Barbot de Buzay   Aménagement cyclable   Amérique   Amérique du Sud   Amérique latine   Angleterre   Angoulins   Angoulême   Angoumois   Animateur de radio   Animateur de télévision   Anjou   Anne d'Autriche (1601-1666)   Anne de Montmorency (1492-1567)   Année   Années 1530   Années 1920   Années 1950   Années 1960   Années 1970   Années 1980   Années 1990   Antilles   Antiquité   Antoine Albeau   Août   Apolitisme   Après-guerre   Aquarium   Aquarium de La Rochelle   Aquitaine   Arc de triomphe de l'Étoile   Architecture Renaissance   Architecture gothique   Ardoise   Argent   Armand de Gontaut-Biron   Armateur   Armistice du 22 juin 1940   Armée   Armée française   Arrondissement de La Rochelle   Arthur Verdier   Artiste   Asie   Asphalte (matériau)   Assainissement   Assemblée nationale (France)   Association loi de 1901   Association sportive de Béziers Hérault   Ateliers et chantiers du Havre   Athènes   Atlantique stade rochelais   Aumônier   Aunis   Automate   Automne   Automobile   Autorail   Aventure   Aviation   Avion   Avril   Avro Lancaster   Aytré   Azur (héraldique)   Aéro-club   Aérodrome   Aéroport   Aéroport de La Rochelle - île de Ré   Aérostat   Baie (géographie)   Baie de l'Aiguillon   Ballast (marine)   Ballastage   Bande dessinée   Banlieue   Baotou   Baron (noblesse)   Baroque   Base sous-marine de La Rochelle   Basket-ball   Bassin aquitain   Bassin d'emploi   Bataille de La Rochelle   Bataille de Moncontour   Bataille de Poitiers (1356)   Bataille de la Roche-aux-Moines   Belgique   Benne à ordures ménagères   Bernard Giraudeau   Bernard Palissy   Berry   Bertrand du Guesclin   Bicyclette   Bimensuel   Bimestriel   Biocarburant   Birmingham   Blasonnement   Blocus   Blocus continental   Boeing B-17 Flying Fortress   Bois   Bois précieux   Bombardement   Bombardier-torpilleur   Bombardier (avion)   Bordeaux   Botaniste   Boue   Bretagne   Brevet de technicien supérieur   Brise-lame   Bristol (Angleterre)   Broderie   Béton   CC 65000   CMA-CGM   Cabestan (accastillage)   Cabotage   Caduc   Café de la Paix (La Rochelle)   Calcaire   Calcul de marée   Calvinisme   Camp de concentration   Campanile   Canada   Canon (artillerie)   Canton de La Rochelle-1   Canton de La Rochelle-2   Canton de La Rochelle-3   Canton de La Rochelle-4   Canton de La Rochelle-5   Canton de La Rochelle-6   Canton de La Rochelle-7   Canton de La Rochelle-8   Canton de La Rochelle-9   Caouanne   Caoutchouc (matériau)   Cap Horn   Capitaine   Capitaine Haddock   Capitaine de corvette   Capitaine de vaisseau   Capitale   Carbonarisme   Carburant   Carte de Cassini   Cassette vidéo   Castille   Catamaran   Catherine de Médicis   Catholicisme   Caténaire   Cavalerie   Ceinture périphérique   Centre-ville   Centre chorégraphique national   Centre de formation d'apprentis   Centre hospitalier universitaire   Centre national de la recherche scientifique   Challenge Yves du Manoir   Challenge de l'Espérance   Chalutier   Chambre de commerce et d'industrie de La Rochelle   Chambre de métiers et de l'artisanat   Champ de mines   Champagne (province)   Champion du monde   Championnat de France de rugby Pro D2   Championnat de France de rugby à XV   Chancelier de France   Chansonnier   Chantier naval   Charente-Maritime   Charles IX de France   Charles Ier de Guise   Charles VII de France   Charles V de France   Charles X de France   Charles Édouard Beltrémieux   Charte   Chat   Chaudronnerie   Chauffe-eau solaire   Chef-lieu   Chemin de fer   Chenal   Cheval   Chevalerie   Chien   Chiffrement   Chirurgie   Chrome   Chrysler Corporation   Château Vauclair   Châtelaillon-Plage   Chômage   Ciel   Classe préparatoire aux grandes écoles   Claude Masse (ingénieur)   Climat   Climat océanique   Climat tempéré   Cloche   Clocher   Clément II Métezeau   Cognac (Charente)   Colette Besson   Collyre   Colonisation   Comité d'action socialiste   Commandant   Commerce   Commerce triangulaire   Common rail   Communauté d'agglomération de La Rochelle   Commune française   Compagnie aérienne à bas prix   Compagnie des Charentes   Composé chimique   Composé organique volatil   Compétition automobile   Comte   Comté du Perche   Conchyliculture   Condat-sur-Vézère   Confrérie Notre-Dame   Congrégation de l'Oratoire   Connétable   Conseil de quartier   Conseil général (France)   Consolidated B-24 Liberator   Constant d'Aubigné   Contre-amiral   Contrefort   Convention nationale   Coquillage   Corail   Corsaire   Cour des comptes (France)   Courant marin   Couronne de France   Course Croisière Edhec   Course de l'Europe   Courtine   Coutras   Couvre-feu   Crise économique   Croix gammée   Cryptanalyse   Créneau   Célibat   Céréale   Côte (géographie)   Côte d'Azur   D'Orbigny (compagnie maritime)   Damien Touya   Das Boot (film)   Dauphin (titre)   Dauphin commun à bec court   Degré Celsius   Delmas (compagnie maritime)   Delphi Corporation   Denys de La Patellière   Deuxième choc pétrolier   Digue de Richelieu   Dinosaure   Dioxyde d'azote   Dioxyde de soufre   Diplôme universitaire de technologie   Disque compact   Divers droite   Divorce   Dominique Bontemps   Dompierre-sur-Mer   Douane   Douve (fossé)   Dragage   Dramaturge   Dressage (équitation)   Droite (politique)   Dublin   Duc d'Épernon   Décembre   Démocratie   Démocratie participative   Démocratie représentative   Démographie de la région Poitou-Charentes   Département français   Dépollution   Déportation   Député   Dépôt de locomotives   EasyJet   Eau de mer   Eau douce   Edgard de Larminat   Effet modérateur de la mer   Elcidis   Empereur   Empire   Empire colonial français   Engrais   Ensoleillement   Entre-deux-guerres   Erwin Rommel   Escadrille   Escalier   Esclavage   Escrime   Escrime aux jeux Olympiques de 2004   Esnandes   Espagne   Essaouira   Essence forestière   Est   Estampe   Eugène Fromentin   Eugène Viollet-le-Duc   Euro   Europe   Europe de l'Est   Europe du Nord   Europe sous domination nazie   Evolène   Explosif   Fabrice Neaud   Falaise   Famine   Fanatisme   Farman   Faïence   Femme   Fer à cheval   Festival de Cannes   Festival de Jazz de La Rochelle   Festival international du film de La Rochelle   Finn   Fleur de lys   Flottille   Flybe   Fonction publique française   Fondation (construction)   Fontaine du Pilori   Forces françaises de l'intérieur   Fort Boyard   Fortification   Fossile   Fouras   Fourrure   Franc-maçonnerie   France   France 3   France 3 Limousin Poitou-Charentes   France Bleu   France libre   Francofolies   Francs   François Ier de France   François Rabelais   François Tallemant l'Aîné   François de Beauharnais   François de La Noue   Freestyle   Fronde (histoire)   Frégate (navire)   Fédération française de golf   Féodalité   Février   Gabelle du sel   Gabrielle-Suzanne de Villeneuve   Garde républicaine (France)   Gare de La Rochelle   Gargantua   Gargouille   Garonne   Gaspard II de Coligny   Gaule romaine   Gentilé   Genève   George Villiers de Buckingham   Georges Simenon   Georges de Caunes   Gestapo   Gilles Grangier   Girafe   Globicephala melas   Golf   Golfe de Gascogne   Gouverneur   Grampus griseus   Grand Orient de France   Grand Pavois de La Rochelle   Grand Slam   Grand dauphin   Grande-Bretagne   Grande paix de Montréal   Grosse Horloge   Grume   Guano   Guerre de Cent Ans   Guerre de Sept Ans   Guerres de religion (France)   Guerres napoléoniennes   Gueules   Guillaume III de Poitiers   Guillaume X de Poitiers   Guillaume de Montmirail   Guillotine   Gulf Stream   Gustave Perreau   Guy-Victor Duperré   Guy Laroche   Guy de Maupassant   Guyane   Guyenne   Gédéon Tallemant des Réaux   Génie militaire   Général   Gérald Merceron   Hameau   Handball   Handley Page Halifax   Hectare   Henri III d'Angleterre   Henri III de France   Henri II d'Angleterre   Henri II de Montmorency   Henri II de Navarre   Henri II de Rohan   Henri IV de France   Henri Magois   Henri de Lorraine-Harcourt   Henri de Schomberg   Henriot   Hergé   Hermione (frégate)   Hervé Guibert   Heure (temps)   Hexadécagone   Hidden & Dangerous 2   Histoire de France   Historien   Hiver   Homme   Houille   Hubert-Félix Thiéfaine   Huguenot   Huile   Hydravion   Hydrocarbure   Hydrographe   Hydrographie   Héraldique   Hôpital   Hôtel   Hôtel de ville de La Rochelle   Immigration en France   Implant   Industrie   Industrie chimique   Indépendance   Infanterie   Ingénieur   Injection directe   Innocent X   Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer   Institut national de la statistique et des études économiques   Institut universitaire de formation des maîtres   Institut universitaire de technologie   International   Isaac Newton   Isaac de Razilly   Italie   Ivoire   J'aime les filles   Jacqueline Joubert   Jacques Dutronc   Jacques Nicolas Billaud-Varenne   Jansénisme   Janvier   Janvier 2006   Japon   Jarnac   Jean-Baptiste Camille Corot   Jean-Baptiste Élissalde   Jean-François-Louis-Clair Bories   Jean-Louis Foulquier   Jean-Louis Raduit de Souches   Jean-Loup Chrétien   Jean-Pierre Élissalde   Jean Chaudrier   Jean Duvignaud   Jean Froissart   Jean Guiton   Jean II de France   Jean Jacques Anatole Bouquet de La Grye   Jean Thiriot   Jean d'Angleterre   Jean de Hastings, 2e comte de Pembroke   Jean de Saint-Bonnet de Toiras   Jeanne Benameur   Jeanne III de Navarre   Jeanne d'Arc   Jeux Olympiques d'été de 1968   Jeux Olympiques d'été de 2008   Jeux Olympiques d'été de 2012   John Law (économiste)   John Theophilus Desaguliers   Joshua   Journaliste   Journée sans voiture   Juillet   Juin   Jules Mazarin   Jules Verne   Jumelage   Juste Lisch   Kilomètre par heure   Knebworth   Kriegsmarine   L'Essentiel   L'Houmeau   L'Humanité   La Battante   La Belle et la Bête   La Charité-sur-Loire   La Fayette   La Flotte   La Jarne   La Roche-sur-Yon   La Rochelle   La Rochelle le journal   La Souterraine   Lagord   Landes-Guinemer   Languedoc   Latin   Latitude   Laurent Bidart   Le Bateau d'Émile   Le Caire   Le Lys et la Pourpre   Le Point   Le Sang à la tête (film, 1956)   Les Aventuriers de l'arche perdue   Les Liaisons dangereuses   Les Sept Boules de cristal   Les Trois Mousquetaires   Libre-service   Libération-Nord   Lieutenant de vaisseau   Ligne Poitiers - La Rochelle   Limoges   Liste d'églises avec piscine liturgique   Liste des essences forestières tropicales   Liste des monarques de France   Liste des rois de Navarre   Liste des souverains anglais   Littoral   Locomotive   Locomotive à vapeur   Loing   Loire (fleuve)   Loix   Londres   Lorraine   Louis-Étienne Arcère   Louis II de Bourbon-Condé   Louis IX de France   Louis Ier de Bourbon-Condé   Louis VIII de France   Louis VII de France   Louis V Joseph de Bourbon-Condé   Louis XIII de France   Louis XIV de France   Louis XVIII de France   Louis XVI de France   Louis XV de France   Louis de Foucault de Saint-Germain Beaupré   Lucarne   Luftwaffe   Lutte anti-sous-marine   Luçon (Vendée)   Lycée Antoine-de-Saint-Exupéry (La Rochelle)   Lycée Fénelon (La Rochelle)   Lycée hôtelier de La Rochelle   Lyon   Légifrance   Légion d'honneur   Léon Robert de L'Astran   Léonce Perret   Léonce Vieljeux   Lübeck   Madame de Maintenon   Magazine   Maghreb   Magistrat   Magnétisme   Mai   Maillezais   Maire   Maison d'Harcourt   Malacologie   Mammifère marin   Mance   Maquette   Marais   Marais salants   Marathon de La Rochelle   Marathon de Paris   Marchandise   Mariage   Marie-Galante   Marie-Joseph-Camille Doré   Marie de Médicis   Marine   Marine royale   Marnage   Marne (roche)   Maroc   Marrakech   Mars (mois)   Marseille   Marsilly   Marsilly (Charente-Maritime)   Martyr   Maréchal (armée)   Massacre de la Saint-Barthélemy   Massif armoricain   Massif central   Mathieu II de Montmorency   Mathématicien   Matière plastique   Maxime Bono   Meeting aérien   Mer Méditerranée   Mexico   Michel Crépeau   Micro-organisme   Microclimat   Microsoft Excel   Midi (heure)   Militaire   Mine marine   Mini Transat 6.50   Minéral   Mirambeau (Charente-Maritime)   Mississippi (fleuve)   Mode de transport   Mois   Monarchie   Mondial de l'automobile de Paris   Monnaie   Monocoque   Monoxyde d'azote   Monoxyde de carbone   Montauban   Montpellier   Montréal   Monument historique (France)   Mosaïque (art)   Mouvement national républicain   Moyen Âge   Municipalité   Mur de l'Atlantique   Musée d'Orsay   Musée maritime de La Rochelle   Muséum d'histoire naturelle de La Rochelle   Mâchicoulis   Mètre   Mécanicien   Médecin   Médiathèque Michel-Crépeau   Méduse (animal)   Ménage   Méthane   Métro   Météo-France   Météorologie   Nantes   National Aeronautics and Space Administration   Nationale masculine 2 (basket-ball)   Naturaliste   Nautisme   Navire   Navire de pêche   Nazisme   Neige   Nicolas Gargot de La Rochette   Nieul-sur-Mer   No man's land   Noblesse   Nord   Normandie   Norvège   Nourriture   Nouveau Monde   Nouvelle   Nouvelle-France   Nouvelles technologies   Novembre   Nuque   Négrier   Nîmes   OMB   Observatoire Canada-France-Hawaii   Obus   Octobre   Octroi   Oculus   Océan   Océan Atlantique   Officier   Oolithe   Optique   Or   Ordre corinthien   Ordre de la Couronne d'Italie   Ordre du Temple   Organisation internationale du travail   Orléans   Ornithologie   Ouest   Ouvrage   Ouvrage à corne   Pacotille   Pairie de France   Paix de Longjumeau   Paix de Saint-Germain-en-Laye   Palma   Paléontologie   Pantagruel   Paquebot   Parapet   Paris   Parking   Parlement   Parti des travailleurs (France)   Parti radical de gauche   Parti socialiste (France)   Passeur   Paul Ramadier   Paul Signac   Pavillon Bleu d'Europe   Pays-Bas   Peinture   Peinture à l'huile   Peloton d'exécution   Pen Duick   Pertuis   Pertuis d'Antioche   Peste   Petromyzontidae   Petrozavodsk   Phare   Phare du bout du monde (Patagonie)   Philippe Douste-Blazy   Philippe d'Orléans (1674-1723)   Philosophie   Phoque gris   Photographe   Photographie   Physicien   Picardie   Pied (unité)   Pierre Choderlos de Laclos   Pierre Doriole   Pierre de taille   Pilastre   Pittoresque   Place forte   Placentia   Plage   Plaine   Plan de déplacements urbains   Plateau (géographie)   Plateau continental (géophysique)   Plongeur (sous-marin)   Pluie   Pluviométrie   Poids lourd   Point commun   Pointe du Chay   Poisson   Poitevin   Poitevin-saintongeais   Poitiers   Poitou   Poitou-Charentes   Pollution   Pollution de l'air   Pologne   Pont de l'île de Ré   Pont levant   Ponton   Population active   Porcelaine   Port (marine)   Port autonome   Port autonome de La Rochelle   Port de plaisance   Port de plaisance des Minimes   Port de pêche de Chef de Baie   Portugal   Post-Panamax   Pot catalytique   Pourparlers   Poète   Poésie   Premier Empire   Première Guerre mondiale   Prison de Fresnes   Privas   Producteur de cinéma   Professeur   Professeur Tournesol   Protestantisme   Prusse   Préfecture   Président de la République française   Prêtre catholique   Puilboreau   Pâte à papier   Pèlerinage   Périgny   Pétrole   Pétrolier   Pêche (halieutique)   Qingdao   Quartier (ville)   Quatre sergents de La Rochelle   Québec   Québec (ville)   Racine (botanique)   Radar automatique en France   Radoub   Rallye automobile   Rallye d'Automne   Rassemblement pour la République   Rat   Recensement   Reich   Relief de la France   Religion   Rempart   Renaissance (période historique)   René-Antoine Ferchault de Réaumur   René Dorin   René Le Bourhis   René Primevère Lesson   Restauration française   Rethondes   Rhodia   Rhône-Alpes   Rhône-Poulenc   Robert Merle   Rochefort (Charente-Maritime)   Roland Garros   Roman (littérature)   Rome antique   Rond-point   Route nationale 137   Royal Air Force   Royal Society   Royaume-Uni   Royaume de France   Rugby   Rugby à XV   Rupella Basket 17   Russie   Ryanair   Réalisateur   Réforme protestante   Régence   Régence (1715-1723)   Régime de brise   Régine Chopinot   Région Centre   Région française   République   République populaire de Chine   Réseau Natura 2000   Résistance intérieure française   Révolution française   Sable   Sabordage   Saint-Antoine-sur-Richelieu   Saint-Germain-en-Laye   Saint-Jean-d'Angély   Saint-Martin-de-Ré   Saint-Pierre-des-Corps   Saint-Sorlin   Saint-Vivien   Saint-Xandre   Sainte-Marie-de-Ré   Sainte-Soulle   Saintes   Saintonge   Salles-sur-Mer   Santiago du Chili   Schirmeck   Scientifique   Second Empire   Seconde Guerre mondiale   Secteur tertiaire   Seigneurie   Sel alimentaire   Sepiida   Septembre   Septentrional   Services (économie)   Shuttle Radar Topography Mission   Simca   Sinople   Siège de Brno   Siège de La Rochelle (1224)   Siège de La Rochelle (1372)   Siège de La Rochelle (1573)   Siège de La Rochelle (1627-1628)   Skierniewice   Société nationale des chemins de fer français   Soldat Louis   Solde migratoire   Solitaire du Figaro   Sonar   Sophie Blanchard   Soudage   Sous-marin   Southampton   Spationaute   Stade toulousain   Statue   Steven Spielberg   Strasbourg   Struthof   Style Henri II   Styliste   Subvention   Sucre   Sud   Synode   Système d'électrification ferroviaire   Sébastien Le Prestre de Vauban   Sébikotane   Sédiment   Sénat (France)   TGV   Talbot   Tallboy   Taux de chômage   Température   Tempête   Tempêtes de fin décembre 1999 en Europe   Terres rares   Thalassothérapie   Théodore Agrippa d'Aubigné   Théodore Chassériau   Théodore de Bèze   Théâtre   Tintin   Toise   Tonne (unité)   Topographie   Tornado (catamaran)   Torpille   Torpilleur   Tortue de Kemp   Tortue luth   Tortue marine   Tortue verte   Tour Saint-Nicolas   Tour de France (cyclisme)   Tour de France 1905   Tour de France 1911   Tour de France 1912   Tour de France 1913   Tour de France 1914   Tour de France 1933   Tour de France 1934   Tour de France 1935   Tour de France 1936   Tour de France 1937   Tour de France 1938   Tour de France 1939   Tour de France 1948   Tour de France 1949   Tour de France 1956   Tour de France 1959   Tour de France 1962   Tour de France 1965   Tour de France 1970   Tour de France 1983   Tour de France des Indépendants 1910   Tour de la Chaîne   Tour de la Lanterne   Tourisme   Tours   Toxicité   Traduction   Train   Traité de Brétigny   Traité de Guérande (1365)   Traité de Paris (1763)   Tramway   Transport en commun   Transport maritime   Transport routier   Tribunal de grande instance   Tropique   Turquie   Télévision   Union européenne   Union pour la démocratie française   Unité urbaine   Université de La Rochelle   Unterseeboot   Unterseeboot 212   Unterseeboot type VII   Unterseeboot type XXI   Vacances   Vaisseau (marine)   Vase   Vedette   Vent   Vente à la criée   Ver   Vergue   Vice-amiral   Vice-roi   Victor Adolphe Malte-Brun   Vie des Français sous l'Occupation allemande   Vieux-Port de La Rochelle   Vignoble de Bordeaux   Ville   Ville blanche   Villes candidates pour les Jeux Olympiques de 2012   Vin   Vincent Bolloré   Viticulture   Viviane Moore   Viêt Nam   Voirie   Voiture Corail   Voiture électrique   Volute   Volvo Ocean Race   Vrac   Végétation   Véhicule électrique   Wagon   Wehrmacht   Whitbread   William Bouguereau   Winshluss   Wolfgang Petersen   Yohan Ploquin   Zibo   Zone 30   Zone piétonne  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^