Guyancourt

Infos
Guyancourt est une commune française, située dans le département des Yvelines et la région Île-de-France. Ses habitants sont les Guyancourtois et Guyancourtoises.
Guyancourt

Guyancourt est une commune française, située dans le département des Yvelines et la région Île-de-France. Ses habitants sont les Guyancourtois et Guyancourtoises.

Géographie

Description

La commune de Guyancourt se situe dans l'est des Yvelines à trente kilomètres environ à l'ouest de Paris. Les communes limitrophes en sont Versailles au nord-est, Buc à l'est, Châteaufort au sud-est, Magny-les-Hameaux au sud, Voisins-le-Bretonneux au sud-ouest, Montigny-le-Bretonneux à l'ouest et Saint-Cyr-l'École au nord-ouest. Le territoire communal occupe un plateau à environ 160 mètres d'altitude, profondément entaillé dans sa partie nord par la vallée de la Bièvre qui le sépare du plateau de Satory. La vallée de la Bièvre est protégée par un site inscrit depuis le 4 mai 1972 et un site classé depuis le 7 juillet 2000Décret de classement sur Légifrance: . La source de la Bièvre se trouve dans le hameau de Bouviers à 134 mètres d'altitude dans le nord-est du territoire. Le cours de la rivière traverse les quatre étangs de La Minière : l'étang Braque, l'étang du Moulin à Renard, l'étang de La Minière et l'étang du Val-d'Or. Elle poursuit ensuite sa route vers la ville de Buc, qu'elle rejoint dans l'étang de la Geneste. De nombreux autres plans d'eau agrémentent la commune : l'étang de la Commanderie (Villaroy), le lac de Villaroy, l'étang du Château (Centre Ville et Pont du Routoir), l'étang des Roussières, (Garennes), l'étang de la Grande Ile (Europe). il existe aussi l'étang du Bois Robert, mais il est asséché et ne reçoit des eaux pluviales qu'en cas d'orage violent. Le territoire est partiellement urbanisé et les espaces naturels ont été préservés et occupent près de 50 % de la superficie totale, 30 % pour l'espace rural partagé entre une partie boisée, principalement les versants de la vallée de la Bièvre qui appartiennent pour l'essentiel à la forêt domaniale de Versailles (la superficie de la forêt de Versailles est de 1052 hectares), et un espace agricole qui occupe la partie est-sud-est de la commune, 20 % pour les espaces verts inclus dans la partie urbanisée. Cette partie urbanisée s'articule en onze quartiers.

Climat

Guyancourt comme toute l'Île-de-France est soumis à un climat océanique dégradé. La localisation de la commune au sein de l'agglomération parisienne provoque une très légère élévation de la température d'un ou deux degrés en fonction des conditions climatiques par rapport aux zones rurales d'Île-de-France. Cet écart est particulièrement notable au lever du jour par temps calme et anticyclonique, et la situation a tendance à s'accentuer au fil des années. Les vents dominants du secteur Ouest protègent relativement les Yvelines des pics de pollution venant de Paris et de sa petite couronne. Les épisodes orageux sont assez fréquents en période estivale. La température moyenne annuelle est de 10, 7°C. La moyenne des précipitations annuelles est de 695 millimètres

Déplacements

Voies de circulation

Les communications sont assurées par plusieurs axes routiers importants :
- au nord, la nationale 286, à caractéristiques autoroutières, passe dans le nord-est de la commune, non loin de l'échangeur avec l'A12 ;
- à l'est, la route départementale D91 (avenue Léon Blum) assure les échanges nord-sud avec Versailles et la N 286 au nord, et la route départementale D36 au sud,
- à l'ouest, la route départementale D127 (avenue des garennes) assure une fonction similaire entre la N 286 au nord et la D 36 au sud,
- au sud, l'avenue de l'Europe assure les échanges est-ouest, reliant les deux précédentes et donnant accès à l'ouest à la route nationale 10. Toutes ces voies, qui sont aussi des axes importants de la ville nouvelle, sont aménagées avec deux chaussées séparées.

Transport en commun

La commune est comprise dans la zone carte orange 5, et desservie essentiellement par le SQYBUS. Sur le plan ferroviaire, la gare la plus proche est la gare SNCF de Saint-Quentin-en-Yvelines. D'autres gares sont également accessibles en transports en commun, principalement :
- les gares de Versailles, notamment gare SNCF de Versailles-Chantiers (zone carte orange 4), desservie par le RER C et les lignes Transilien N (Paris-Montparnasse) et U (Paris-Saint-Lazare),
- la station RATP de Saint-Rémy-lès-Chevreuse, terminus de la ligne B du RER. De plus, il existe un transport en commun en site propre (TCSP). Il a été mis en service en 2001. Les premiers tronçons de Saint-Quentin en Yvelines préfigurant la liaison " St-Quentin-Massy " envisagée ultérieurement.

Voies deux roues et pietonne

Des cheminements réservés aux cyclistes ont été aménagés dans la ville. Ce cheminement spécifique permet de circuler en toute sécurité.

Histoire

Écartelé, au premier d'azur à une fleur de lis d'or, au second de gueules à six annelets d'or, au troisième d'argent à un écureuil contourné au naturel, au quatrième d'or à trois cerises de gueules tigées et feuillées de sinople. L'Étymologie du nom de Guyancourt est Guy de ChevreuseSource : Histoire du diocese de Paris Tome VIII publié en 1757 par l'abbé Jean Lebeuf selon l'abbé Jean Lebeuf (1687 - 1760), historien et érudit, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres fondée par Colbert en 1663. Guy de Chevreuse a bâti en 1 065 le village "Guidonis Curtis", c'est à dire la cour, le terrain, la culture de Guy. Mais aucun texte écrit ne vient conforter cette analyse de l'abbé. L'alternative à la théorie de Jean Lebeuf est une origine germanique qui se traduit par la "cour de Guyan" (ferme ou village de Widan) ou du germain Wido (wid c'est le bois). Le nom s'est ensuite contracté en « Guidoncourt », « Guyoncourt », « Guyencourt »Source carte de Cassini: et enfin « Guyancourt » sur le cadastre napoléonien de 1811.

Préhistoire

Le site de la ville était déjà habité au Néolithique. Ces premiers habitants ont laissé des centaines de vestiges tels que flèches, grattoirs de silex, haches polies… qui ont été retrouvés à Bouviers, Troux et Villaroy». Certaines pièces sont conservées au musée d'archéologie nationale installé dans le château de Saint-Germain-en-Laye Source ministère de la Culture: .

Antiquité

L'occupation persistait à l'époque romaine. Monsieur Leclère, agriculteur, le démontra de façon fortuite en 1892 en déterrant dans son champ de la ferme de La Minière, une urne datant de cette époque.

Moyen Âge

L'époque mérovingienne

Les travaux de restauration de l'église Saint-Victor en 1998, ont mis au jour des sarcophages datant de l'ère mérovingienne (fin VIe ou début ).

Les seigneurs de Guyancourt

Les fortifications du château fort au début du . Le premier seigneur de Guyancourt serait le créateur de Guyancourt : Guy de ChevreuseSource : Histoire du diocese de Paris Tome VIII publié en 1757 par l'abbé Jean Lebeuf selon l'abbé Jean Lebeuf. Guy de Chevreuse a bâti en l'an 1065 le village "Guidonis Curtis", c'est-à-dire la cour, le terrain, la culture de Guy. Puis plusieurs seigneurs se succèdent jusqu'en 1693, date à laquelle le roi intègre Guyancourt dans son grand parc. Le chevalier Philippe de Guyencourt en 1272. Séraphin Thillement, secrétaire du Roi, seigneur de guyencourt mais aussi de Gallye, de Bouviers, de la Minière, du Val-St-Benoist et de Montigny-le-Petit en 1365. Jean de Meillecourt et Étienne Bouchard en 1413, Germain Braque, général des Monnaies, en 1443. Maître Guillaume Brinon, Procureur au Parlement en 1463. Robert Piedefer, avocat général au Châtelet en 1500. Puis la famille Piedefer règnent sur les terres de Guyancourt jusqu'en 1649, date à laquelle leur succèdent la famille Bérulle. Enfin en 1693, c'est Pierre de Bérulle qui vendit son domaine à Louis XIV.

Époque moderne

Guyancourt et le château de Versailles

En 1693, Guyancourt fait donc partie du « Grand Parc » du roi Soleil, qui s'étendait autour du château de Versailles. Plan d'intendance de 1787.La vocation essentielle des communes avoisinantes à la grande concentration humaine qu'est le château est surtout maraîchère, pour subvenir aux importants besoins de la Cour. Le repris sur le site des Archives Départementales des Yvelines, présente la "paroisse" ainsi : "Superficie de la paroisse (mesure locale), 3054 arpents 18 perches, dont : terres labourables, 2071 arp. 59 per. ; prés, 19 arp. 83 per. ; bois, 501 arp. 18 per. ; bts cours et jardins, , 161 arp. 51 per. ; friches, 210 arp. 17 per. ; chemins carrefours et rivières, 89 arp.90 per. Eléments d'arpentage (triangulation, distances, bornes, repère, propriétaires limitrophes - terre du roi, Petit parc de Versailles, Dames de St-Cyr, sieur Descareau, territoire de Saint Louis de Versailles). Limites de la paroisse soulignées en rouge ; une partie du mur du "Petit Parc de Versailles" matérialise cette limite. Jeu de couleurs pour distinguer la nature des cultures et du sol. Constructions soulignées en rouge. Église identifiée (plan au sol, croix), entourée du cimetière. Plusieurs hameaux : Bouviers, Trou (grande ferme), La Minière, Vilaroy (grande ferme). Ferme de La Commanderie. Moulin à vent représenté sur sa masse avec ailes et girouette. Tracé d'une "rigolle" partant des "Terres du roy" au Sud , passant par Guyencourt et sortant du territoire de la paroisse près de Vilaroy. Mur d'enceinte du parc de Versailles percé de deux portes (Porte de la Minière, Porte du Désert). Plusieurs étangs : de La Minière, étang du Bois Robert (sur le territoire de Saint Cyr). Fontaine des Gobelins (lisière sud de Bouviers). Le ruisseau des Gobelins traverse d'ouest en est le territoire de la paroisse. Source de la Bièvre. Château à Guyencourt avec colombier (quadrilatère entouré de douves et parc non dessiné entouré de murs. Orientation : rose des vents ; fleur de lis indique le nord. Tentative de restitution du relief (lavis brun). Signature de l'arpenteur : Genty.." Le premier des étangs de La Minière a été créé en 1668Chronologie du dispositif hydraulique mis en place pour alimenter les eaux de Versailles, à l'initiative de Jean-Baptiste Colbert. L'étang de La Minière fait parti d'un dispositif général pour alimenter en eau le parc de Versailles, ce sera la rivière du Roi Soleil. Les eaux de l'étang de La Minière seront montées au sommet du plateau de Satory par des moulins à vent successifs munis de chaînes à godets. Puis de Satory, l'eau sera acheminée à proximité de l'actuelle pièce d'eau des Suisses.

La Révolution française

Grâce au cahier de doléances envoyé aux instances gouvernementales (1789), nous savons que les Guyancourtois, qui étaient pour la plupart de modestes paysans, vivaient difficilement dans des conditions de famine. Cité dans de nombreux manuels scolaires, le Cahier de Doléances de Guyancourt traduit l'immense désir de liberté, la volonté de justice et le refus des privilèges d'un peuple poussé à bout.

Époque contemporaine

Le

Une épidémie de choléra frappa la commune de Guyancourt en 1850. On retrouve trace de cette épidémie sur une plaque murale de l'église Saint-Victor indiquant que l'abbé Chaude a élevé deux autels en 1854, l'un à sainte Julienne et l'autre à sainte Geneviève à titre d'ex-voto contre cette épidémie.
La guerre franco-allemande de 1870
La France, dont Guyancourt, est en partie occupée par les armées prussiennes. L'ennemi répand la terreur, les maisons sont pillées, les habitants maltraités. Quatre cents d'entre eux (chiffre énorme pour l'époque) préfèrent s'enfuir. À la suite de cette cuisante défaite, il est mis en place le système Séré de Rivières qui permis notamment la construction de fortifications pour défendre Paris. C'est dans ce cadre que la Batterie de Bouviers est construite en 1879. Occupée par les militaires jusqu’en 1932, le fort fut loué à partir de 1933, à la société Hispano Suiza qui y fabriqua des munitions et y procédait à des essais de moteurs et de canons. Après la Seconde Guerre mondiale, seules les activités de conception et d’essais moteurs, bancs réacteurs, compresseurs et turbines (notamment celle destinée au Transsibérien reliant Moscou à Vladivostok) furent maintenues à Guyancourt. Puis Hispano Suiza ferma cette usine en 1990. Le site fut acheté en 1999 au ministère de la Défense. La a été transformé en 2006 en Café Musiques et ainsi préservée et ouverte au public.

Le

Un important village agricole au début du siècle
Vue du village depuis le clocher au début du . Carrefour entre la rue de la Rigole et l'actuelle rue Croizat La distillerie de la Ferme de Bel Ebast. Au début du , Guyancourt est un gros village où l'on cultive le blé, l'avoine, la betterave, le fourrage et la pomme de terre. Les fermes de Guyancourt dominent les espace économique et politique de la commune. Au dénombrement de 1901 Source : Archives départementale des Yvelines 9M601, la population s'élève à 614 habitants, 182 ménages sont logés dans 141 maisons. Le village à lui seul compte 303 habitants, le hameau de Bouviers est aussi très important avec 133 habitants, La Minière représente 116 habitants, Troux en a 39, enfin les Graviers et le passage à niveau en ont 7 chacun. La majorité des villageois vivent de l'agriculture, on retrouve les fermes royales avec 7 fermiers importants et 4 fermiers plus modestes. Ces fermes occupent environ 150 employés (ouvriers agricoles, contremaîtres, charretiers, bergers, charrons, domestiques…). Il existe aussi des indépendants : 1 maréchal ferrant, 2 charrons, 1 laitier et son aide. Une importante entreprise de Travaux Public, la maison Folain, qui recrute son personnel, de l'ordre de 100 personnes en été, sur l'ensemble de la région pour travailler essentiellement à Versailles. À Guyancourt y travaillent : 1 ingénieur (le gendre du patron), 2 commis, 6 maçons, 3 carriers, 1 tailleur de pierre avec aussi 6 employés de maison. Quelques artisans indépendants résident aussi à Guyancourt: menuisier, maçon, blanchisseuses, nourrices et gardes d'enfants… Une dizaine d'ouvriers du bâtiment travaillent à l'extérieur de la commune ainsi qu'un dizaine d'artisans (plombier, égoutier, fumiste, typographe, employés…). L'école est assurée par 2 instituteurs, les effectifs approchent les 50 élèves par classe. La majorité des enfants étudient jusqu'à 13 ans pour passer le Certificat d'études primaires qui marque la fin de la scolarité obligatoire. Puis les enfants partent comme commis, serveuses, valets de ferme, apprentis, domestiques, ouvriers agricoles..., très peu poursuivent les études. Une perceptrice est aussi employée par un fermier. La voirie est entretenue par 6 cantonniers, 4 de la commune et 2 du département. Enfin 1 garde champêtre assure la surveillance du territoire et 1 curé représente l'église catholique. Les commerces sont nombreux, avec pas moins de 16 marchands de vin pour 614 habitants. Cette abondance de commerce de boisson s'explique notamment par la présence de nombreux militaires dans la région. Ceux du plateau de Satory fréquentaient les commerces de La Minière, les 200 militaires de La Batterie de Bouviers étaient très proches des hameaux de Bouviers et de Troux et du centre village. Les distractions étant quasi inexistantes, les commerces de boisson prospéraient. Quelques autres commerçants assurent la consommation courante : 1 charcutier, 1 boulanger, 2 épiciers (où on trouve tout:charbon, essence, mercerie, conserve...), 1 marchand de poissons, 1 marchand de légumes et 1 chiffonnier. Les autres boutiques et services traditionnels se trouvent à Versailles : vêtements, outillage, chaussures, mode, médecin… De 1918 à 1920, le fermier Eugéne Henri Pierre Besnard, propriétaire de la ferme de Bellebas fit construire à la sortie du centre village, une citée ouvrière. Ces maisons jumelées, construites en pierre de meulière et briques, étaient destinées aux ouvriers agricoles de la ferme de Monsieur Besnard. Il s'agit là d'une pratique comparable aux industriels du Nord, mais assez exceptionnelle dans le monde rural. Henri Besnard a été par ailleurs Maire de Guyancourt à cette époque. Son fils lui aussi à la tête de la ferme de Bellebas, lui succède quelques années plus tard comme maire (voir la liste des maires dans le paragraphe administration). Ces maisons sont toujours visibles rue des graviers, une seule ayant été détruite pour réaliser la place Hélder Câmara. Sur la carte postale ci contre c'est la distillerie de la ferme de la famille Besnard. Il s'agit d'une véritable usine, construite en 1891 et qui fonctionnera jusqu'en 1960. Après la récolte des betteraves sur les terres de la ferme, celles ci sont déchargées dans les cuves au premier plan de la carte postale. Après avoir été nettoyées et lavées, elles sont découpées. Puis c'est la fermentation du moult dans des cuves, l'alcool est extrait par distillation. Les résidus servent ensuite à l'alimentation du bétailSource : Saint Quentin-en-Yvelines et histoire locale par E. Stéphan publié en 1984.
L'aérodrome de Guyancourt
L'aviation se développe à Guyancourt avec la construction de l'aérodrome de l'entreprise Caudron en 1930. Le 1 juillet 1933, la société Caudron, en difficulté financière, est rachetée par Louis Renault. Le 8 août 1934, aux commandes d'un Caudron-Renault, Hélène Boucher enlève d'une part le record de vitesse sur 100 km à 412 km/heure et d'autre part le record des 1000 km à la moyenne de 409 km/heure. Le 11 août elle s'adjugeait le record du monde féminin à 445km/heure. Mais le 30 novembre 1934, H. Boucher se tue lors d'un vol d'entrainement au commande d'un Caudron "Rafale" Sources|. L'aérodrome est utilisé pour le tournage de nombreux films :
- Anne Marie en 1936 de Raymond Bernard (le fils de Tristan Bernard) sur un scénario de Antoine de Saint-Exupéry avec l'actrice Annabellahttp://www.cocardes.org/tvcine/articles.php?lng=fr&pg=170,
- The spirit of Saint Louis en 1957 de Billy Wilder avec James Stewart, Murray Hamilton...Le film fut tourné en Californie et près de New-York, mais aussi en France, à l’aérodrome de Guyancourt, qui tient lieu du Bourget en 1927http://www.aeromovies.fr/TheSpritofStLouis.html... L'aérodrome de Guyancourt sera fermé le 1 er octobre 1989 pour des raisons de sécurité. Sur les anciennes pistes sont aujourd'hui construits une partie des quartiers de Villaroy et de l'Europe. Les dénominations des rues (Jacqueline Auriol, Roland Garros...) et des équipements publics (Gymnase de l'Aviation, école Saint-Exupéry...) sont les derniers vestiges de cette aventure.
Les guerres
La Première Guerre mondiale La guerre de 1914-1918 a coûté la vie à trente-six Guyancourtois. La Seconde Guerre mondiale La stèle de Lanot et Allviger. Dans le Bois Robert, une stèle est érigée en mémoire de Jean Lanot et de Jean Roger Allviger fusillés le 23 août 1944 par les nazis. Ce lieu de mémoire est situé à l'emplacement où furent sommairement exécutés ces deux résistants membres des Forces françaises de l'intérieur. Jean Lanot avait 22 ans et Jean Roger Allviger 25 ans. Une rue de Bouviers portent les noms de ces deux résistants. Ce même jour c'est Voisins le Bretonneux qui est libéré après de violents combats dans les rues du village. Le sergent-chef Jean Vourc’h et le marsoin Danton Jouglard y perdront la vie. Une plaque commémorative sur le monument aux morts de Voisins rend hommage à ces soldats. Les combats continuent, les allemands étant retranchés dans l'aérodrome de Guyancourt, ils en seront délogés par la 2e division blindée de Leclerc le 24 aôut. Paris est enfin libéré le 25 août 1944.
La fin du siècle
À partir du début des années 1950, la région parisienne connaît une croissance démographique importante. La mise au point du premier Schéma Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme (SDAU) a été confiée par le général De Gaulle à Paul Delouvrier, délégué général au District de la Région de Paris de 1961 à 1969, qui a été à ce titre considéré comme le père des villes nouvelles. Il est décidé de créer plusieurs ville nouvelles autour de Paris. À l’ouest de Paris, le choix se porta sur le site de Saint-Quentin, à l’époque très peu urbanisé, hormis la petite ville de Trappes. C'est d'ailleurs l'étang de Saint-Quentin, situé à Trappes qui est à l'origine du nom de la Ville Nouvelle dont Guyancourt fera parti. Par la suite le Syndicat d'Agglomération de la Ville Nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines s'est transformé en communauté d'agglomération le . En 1950 Guyancourt n'est qu'un petit village. La commune va croître de façon importante à partir de 1970 pour atteindre en 2007 le chiffre de 28 600 habitantsSource INSEE: environ en offrant plus de 24 000 emplois.

Urbanisme

Les onze quartiers de Guyancourt

-
Quartier du Centre Ville
, le premier d'entre eux, correspondant à l'ancien village.
- Quartier de Bouviers L'histoire du hameau est particulièrement riche et variée. Elle commence au Néolithique, passe par la chapelle à Sainte Barbe, une ferme aux multiples propriétaires dont Louis XIV, l'industriel Oberkampf qui investit pour contrôler la source de la Bièvre, une batterie et une redoute militaires construites au , les cigognards qui remplacent les militaires au … pour aboutir aujourd'hui à un quartier essentiellement résidentiel dominant la vallée de la Bièvre.
- Quartier des Garennes,
- Quartier de l'Europe,
- Quartier du Pont du Routoir,
- Quartier des Saules,
- Quartier du Parc,
- Quartier des Chênes,
- Quartier des Sangliers : l'origine de sa dénomination, n'a rien à voir avec les sangliers de la forêt domaniale de Versailles, pourtant toute proche. En effet son origine vient du terme Anglier, lieu dit correspondant à une zone de terrain défriché dans une forêt sous la forme d'un angle rentrant. Anglier s'est transformé en Sanglier par la suite. Ce nouveau quartier, construit sur des anciennes terres agricoles, accueille uniquement des bureaux de grandes entreprises dont l'entreprise internationale Bouygues.
- Quartier de La Minière, Ce quartier accueille notamment les étangs de La Minière, un secteur d'habitation organisé initialement autour de la ferme royale de La Minière, des terrains agricoles utilisés essentiellement par l'INRA.
- Quartier de Villaroy le dernier construit des quartiers de la ville Les zones d'activité occupent environ 15 % du territoire et accueillent essentiellement des activités tertiaires : bureaux, sièges d'entreprise, dont Bouygues (Challenger), centres de recherche (INRA La Minière, Technocentre Renault).

Démographie

Histogramme (élaboration graphique par Wikipédia) Colors= id:lightgrey value:gray(0.9) id:darkgrey value:gray(0.7) id:sfondo value:rgb(1, 1, 1) id:barra value:rgb(0.7, 0.9, 0.7) ImageSize = width:850 height:350 PlotArea = left:50 bottom:50 top:30 right:30 DateFormat = x.y Period =from:0 till:26000 TimeAxis = orientation:vertical AlignBars = justify ScaleMajor = gridcolor:darkgrey increment:5000 start:0 ScaleMinor = gridcolor:lightgrey increment:1000 start:0 BackgroundColors = canvas:sfondo BarData= bar:1793 text:1793 bar:1800 text:1800 bar:1806 text:1806 bar:1821 text:1821 bar:1831 text:1831 bar:1846 text:1846 bar:1856 text:1856 bar:1866 text:1866 bar:1872 text:1872 bar:1881 text:1881 bar:1891 text:1891 bar:1901 text:1901 bar:1911 text:1911 bar:1921 text:1921 bar:1926 text:1926 bar:1936 text:1936 bar:1946 text:1946 bar:1954 text:1954 bar:1962 text:1962 bar:1968 text:1968 bar:1975 text:1975 bar:1982 text:1982 bar:1990 text:1990 bar:1999 text:1999 PlotData= color:barra width:30 align:left bar:1793 from:0 till: 548 bar:1800 from:0 till: 561 bar:1806 from:0 till: 594 bar:1821 from:0 till: 610 bar:1831 from:0 till: 628 bar:1846 from:0 till: 699 bar:1856 from:0 till: 577 bar:1866 from:0 till: 630 bar:1872 from:0 till: 636 bar:1881 from:0 till: 698 bar:1891 from:0 till: 708 bar:1901 from:0 till: 614 bar:1911 from:0 till: 636 bar:1921 from:0 till: 684 bar:1926 from:0 till: 848 bar:1936 from:0 till: 824 bar:1946 from:0 till: 856 bar:1954 from:0 till: 1010 bar:1962 from:0 till: 1244 bar:1968 from:0 till: 1493 bar:1975 from:0 till: 3450 bar:1982 from:0 till: 10983 bar:1990 from:0 till: 18307 bar:1999 from:0 till: 25079 PlotData= bar:1793 at: 548 fontsize:S text: 548 shift:(-10, 5) bar:1800 at: 561 fontsize:S text: 561 shift:(-10, 5) bar:1806 at: 594 fontsize:S text: 594 shift:(-10, 5) bar:1821 at: 610 fontsize:S text: 610 shift:(-10, 5) bar:1831 at: 628 fontsize:S text: 628 shift:(-10, 5) bar:1846 at: 699 fontsize:S text: 699 shift:(-10, 5) bar:1856 at: 577 fontsize:S text: 577 shift:(-10, 5) bar:1866 at: 630 fontsize:S text: 630 shift:(-10, 5) bar:1872 at: 636 fontsize:S text: 636 shift:(-10, 5) bar:1881 at: 698 fontsize:S text: 698 shift:(-10, 5) bar:1891 at: 708 fontsize:S text: 708 shift:(-10, 5) bar:1901 at: 614 fontsize:S text: 614 shift:(-10, 5) bar:1911 at: 636 fontsize:S text: 636 shift:(-10, 5) bar:1921 at: 684 fontsize:S text: 684 shift:(-10, 5) bar:1926 at: 848 fontsize:S text: 848 shift:(-10, 5) bar:1936 at: 824 fontsize:S text: 824 shift:(-10, 5) bar:1946 at: 856 fontsize:S text: 856 shift:(-10, 5) bar:1954 at: 1010 fontsize:S text: 1010 shift:(-10, 5) bar:1962 at: 1244 fontsize:S text: 1244 shift:(-10, 5) bar:1968 at: 1493 fontsize:S text: 1493 shift:(-10, 5) bar:1975 at: 3450 fontsize:S text: 3450 shift:(-10, 5) bar:1982 at: 10983 fontsize:S text: 10983 shift:(-10, 5) bar:1990 at: 18307 fontsize:S text: 18307 shift:(-10, 5) bar:1999 at: 25079 fontsize:S text: 25079 shift:(-10, 5)

Administration

La circonscription

Guyancourt appartient à la Première circonscription des Yvelines. Cette circonscription est composée des quatre cantons suivants : canton de Versailles-Nord : 32 177 habitants, canton de Versailles-Nord-Ouest : 28 585 habitants, canton de Viroflay : 15 211 habitants, canton de Montigny-le-Bretonneux : 60 295 habitants. Étienne Pinte en a été élu députéSource site de l'Assemblée nationale : UMP, lors des dernières élections de juin 2007. Monsieur Pinte est par ailleurs le maire de Versailles.

L'Opération d'Intérêt National de Massy Palaiseau Saclay Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

L'Opération d'intérêt national (OIN) de Massy-Palaiseau Saclay Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines est une Opération d'Intérêt National dont le territoire s'étend sur 49 communes donc Guyancourt, qui vise à mettre en place un projet d’aménagement adossé à un projet scientifique pour le développement équilibré de ce territoire dans les prochaines décennies.

Le département

Regardez le cachet de la poste, on y trouve la mention "Seine-et-Oise". Le département des Yvelines a été créé en 1968, issu pour partie de la Seine-et-Oise. Jehan Despert peut être considéré comme le « père » des Yvelines, car c'est lui qui suggéra à Gaston Palewski, alors président du Conseil général de Seine-et-Oise, le nom de ce département lors de sa création, en référence à l'antique forêt d'Yvelines, dont la forêt de Rambouillet est la relique et d'où rayonnent la plupart des cours d'eau qui irriguent ce territoire Le canton de Montigny-le-Bretonneux regroupe les villes de Montigny-le-Bretonneux et Guyancourt. Avec plus de 60 000 habitants c'est un des plus importants en France. L'élu de ce canton est Roland Nadaus (PS). Le président du conseil général des Yvelines est Pierre Bédier (UMP).

La communauté d’agglomération

Guyancourt constitue avec six autres communes (Elancourt, La Verrière, Magny-les-Hameaux, Montigny-le-Bretonneux, Trappes et Voisins-le-Bretonneux) l'agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, ville d'art et d'histoireSource : . Le Comité Syndical de la Communauté d'Agglomération se compose de représentants élus par les conseils municipaux des 7 communes. La communauté d'agglomération gère le développement économique, le schéma directeur des transports, le programme local de l'habitat, la politique de la ville et des équipements d'intérêt communautaire comme le théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines ou le réseau des Médiathèques. Elle gère aussi les grosses infrastructures : voirie, réseaux et espaces verts. La ville assure la gestion des équipements et l'organisation des services mis en place pour répondre aux besoins des habitants, de l'enseignement à la voirie, en passant par la petite enfance, le sport, la culture, la protection sociale… Le président de la communauté d'agglomération est Robert Cadalbert (PS), par ailleurs maire adjoint de Guyancourt.

La commune de Guyancourt

L’hôtel de ville est situé 14, rue Ambroise-Croizat dans le centre-ville. Une mairie annexe est située dans le quartier des Saules au 23, boulevard Paul Cézanne. La police municipale accueille le public au 14, rue Ambroise-Croizat dans les locaux de l'ancienne mairie.

Les élus de Guyancourt

Le conseil municipal depuis 2001 est composé de 30 élus de la liste de gauche plurielle "Guyancourt Pour Tous" et 5 élus de la liste "Guyancourt Ensemble".

Cultes

- Église catholique. Les fidèles de la paroisse sont accueillis à l'église Saint-Victor dans le centre-ville. Le cap Saint-Jacques situé route de Troux dans le quartier des Garennes est un centre d'accueil et de prières du diocèse de Versailles.
- Église réformée de France. située au 3 allée Simard à Montigny-le-Bretonneux.
- Synagogue. située 10, rue Albert-Joly à Versailles. La ville de Guyancourt compte deux cimetières : le cimetière "ancien" du centre-ville situé entre les rue de la rigolle et rue Jean Maillier et le cimetière paysager situé rue du moulin à Renard dans le quartier du Pont du Routoir. Initialement le cimetière était situé autour de l'église Saint-Victor jusqu'au milieu du XIX siècle. C'est un décret du 14 juin 1854, signé par Napoléon III, qui autorisa la commune à déplacer le cimetière rue de la Rigole.

Environnement

La décheterrie, située rue Jacqueline Auriol, est ouverte gratuitement aux habitants de Guyancourt, sur présentation d'une pièce d'identité et d'un justificatif de domicile. Les artisans et les commerçants peuvent y déposer leurs déchets professionnels pour une participation de 31, 88 € par m3. Par contre les industriels n'y ont pas accès et doivent utiliser les filères qui leurs sont propres.

Culture

Patrimoine

Guyancourt constitue avec six autres communes (Elancourt, La Verrière, Magny-les-Hameaux, Montigny-le-Bretonneux, Trappes et Voisins-le-Bretonneux) l'agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines qui a reçu le label ville d'art et d'histoireSource : attribué par le Ministère de la Culture.

Patrimoine ancien

- L’église Saint-Victor est inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis le 11 janvier 1951. La cloche de 1557, refondue en 1900, est classée depuis le 27 avril 1944. L'édifice est de style gothique, les murs sont en pierre de meulière. Par contre les structures et les éléments de décoration sont en calcaire. La construction date du pour la base du clocher. Par ailleurs lors des travaux de réhabilitation réalisés par la commune en 1998, trois sarcophages du VI ou VII siècles attestant d'un ancien cimetière sont mis à jour..
- La batterie de Bouviers, ancienne batterie militaire construite en 1879, a été transformée en 2006 en Café Musiques et ainsi préservée et ouverte au public. La conception de cette réhabilitation est l'œuvre des architectes Ivan Franic et Michel Garcin.
- Sept grandes fermes existaient sur le territoire de Guyancourt. Tout ou partie des bâtiments de celles ci sont conservés et reconvertis en : logements (Châteauneuf), centre culturel (Bel Ebat), espace cultuel (Cap Saint Jacques à Trou), locaux d'enseignement et de recherche (deuxième ferme de Trou), bureaux (La Minière) ou reste simplement une exploitation agricole (Villaroy et Bouviers).

Patrimoine architectural contemporain

La Maison de la communication de Massimiliano Fuksas. Des architectes de renom ont construit dans la ville de Guyancourt des logements, des équipements publics, des sièges sociaux ou des immeubles de bureaux :
- Jean-Marie Charpentier a réalisé de nombreux immeubles de bureaux dans le quartier du Parc, boulevard Vauban et autour du rond-point des Droits de l'Homme dont les bureaux « Renaissance » en 2001,
- Massimiliano Fuksas a construit, en 1991, la Maison de la Communication située boulevard Vauban,
- Renzo Piano architecte italien, a construit en 1991 le site Thales (ex Thomson) dans le quartier de l'Europe, Piano est célèbre en France pour le Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou.
- Dominique Perrault a construit en 1991 des logements sur le boulevard Vauban. Cet architecte a acquis une renommée internationale en remportant le concours de la Bibliothèque François-Mitterrand de Paris.
- Roland Castro et Sophie Denissof ont réalisé des logements rue Le Corbusier dans le quartier de Villaroy,
- Alexandre Chemetoff avec Pierre Gangnet ont réalisé, en 1982, le groupe scolaire Georges Brassens - Francis Poulenc situé place Jacques Brel dans le quartier des Garennes,
- Daniel Kahane a construit, en 1999, avec J.-C. Brehier et A. Rouvray l'Institut de Formation des Chambres d'Agriculture (IFCA) situé 1 rue Robert-Arnaud d’Andilly dans le quartier de Villaroy,
- Manolo Nunez-Yanowsky a construit en 1992, Les Caryatides dans le quartier de Villaroy, (les caryatides sont le nom donné aux colonnes en forme de femmes dans la Grèce antique)
- Gilles Bouchez a construit, en 1990, le gymnase des Droits de l'Homme dans le quartier des Saules.
- Antoine Grumbach Antoine Grumbach sur archiguide : . a réalisé en 2002, les bâtiments universitaires situés Boulevard d'Alembert auparavent il avait réalisé en 1993 ceux situés Boulevard Vauban dans le quartier du Parc.
- Kevin Roche architecte américain et lauréat du prix Pritzker, a réalisé en 1988 le bâtiment Challenger commandé par Francis Bouygues, siège de la société Bouygues situé avenue Eugène Freyssinet dans le quartier des Sangliers.
- J. Ripault et D. Duhart ont réalisé en 2005 la bibliothèque universitaire de Guyancourt. Le Technocentre Renault d'une superficie de l'ordre de 600 000 M2 et accueillant 12 000 employés, a été réalisé par plusieurs grands architectes français :
- Denis Valode et Jean Pistre ont construit, en 1996, "La Ruche" qui est le cœur du Technocentre Renault,
- Philippe Chaix et Jean-Paul Morel ont réalisé deux bâtiments : le Botanique et l’avancée côté nord, qui regroupe toutes les activités d'avant-projet : développement et recherche, design ...
- Jacques Ferrier a réalisé le diapason pour tout ce qui concerne la qualité des produits,
- J. Brunet et E. Saunier ont réalisé les labos, où on s'applique à l'étude des matériaux et des procédés chimiques.
- H. Fricourt a réalisé l'autoservice,
- J.-P. Hamonic, le comité d’entreprise,
- J.-F. Schmit, l'ensemble logistique,
- J.-B. Lacoudre a réalisé le transfert et la centrale.

Oeuvres d'art dans l'espace public

Les jeux d'eau de Marta Pan devant le parc des Sources de la Bièvre La vague de lumière de Nicouleau Des sculpteurs sont intervenus sur différents sites de la ville Source : Carte du patrimoine conçue par le Musée de la Ville et éditée en 2007:
- En 1982, Klaus Schultz a réalisé dans le quartier du Parc une sculpture monumentale en briques. Celle ci représente deux géants à table en référence au lycée hôtelier situé à proximité place François Rabelais.
- Philolaos a réalisé le jardin des Gogottes dans le quartier de Villaroy. Les Gogottes sont des animaux imaginées par le sculpteur Tloupas Philolaos en s'inspirant d’un livre de Babar. Un fil d'acier inoxydable reliant les Gogottes permettent de déambuler dans le jardin. A proximité, les façades des bâtiments qui entourent une partie du jardin des Gogottes sont ornées de caryatides inspirées de la Vénus de Milo (architecte : Manolo Nunez-Yanowsky ). Philolaos a aussi réalisé la sculpture de la place Don Helder Camara représentant une fleur .
- Marc Giai-Minet et François Cau ont réalisé en 2000 dans le quartier de l'Europe à proximité de l'étang du Moulin à Vent l'oeuvre Les Guetteurs.
- Marta Pan a, en 1992, intégré ses sculptures monumentales, La Perspective, dans l'architecture des espaces publics situés Boulevard Vauban. Avec ses arcs de cercle et ses jeux d’eau, La Perspective relie le quartier commercial de Saint Quentin avec le Carré urbain dessiné par l’artiste Dani Karavan en 1999 et situé dans le Parc des Sources de la Bièvre. Ce parc des Sources, oeuvre de Paul Soun (paysagiste) et Bertrand Lemoine (architecte), est le trait d'union vert des quartiers du Parc, des Saules et des Garennes.
- Dans le Parc des Sources de la Bièvre, outre La Perspective de Marta Pan et le Carré urbain de Dani Karavan , de nombreuses sculptures réalisées en 1977 viennent conforter cet aménagement : L'oiseau du sculpteur roumain Victor Roman, sculpture en laiton de Patrick Guérard, Ascendance oblique de Bérard, sculpture en acier de Marcel Dupertuis, Fontaine en marbre gris de Ladislas Schwartz.
- Pierre Nicouleau a réalisé en 1996 La vague de lumière. C'est une sculpture monumentale située sur l'axe visuel reliant l'Eglise Saint Victor et la Ruche du Technocentre. La vague se situe sur l'esplanade entre l'étang de Villaroy et le jardin des Gogottes de Philolaos.
- En 1985, Gérard Mannoni a réalisé une fontaine place Jacques Brel.
- L'Eolienne dans le quartier des saules, place Seurat, est une oeuvre de Marcel Van Thienen réalisée en 1986. C'est une sculpture mobile en acier inoxydable, constituée de 5 pâles qui tournent au gré des vents.
- Toujours dans le quartier des Saules, on retrouve sur la place des commerces la Grande Girouette réalisée en 1988 par le sculpteur espagnol José Subirà-Puig. C'est aussi une sculpture monumentale, revêtue en bois sur une armature en acier, symbole d'un gros papillon dont les ailes tournent au gré du vent.
- L'Alliance réalisée en 1996 par le sculpteur Serge Homs, est située place du préfet Claude Erignac à la liaison entre le centre ville, coeur historique de Guyancourt et le dernier né des quartiers de Villaroy réalisé en 1995. L'Alliance symbolise l'union des quartiers de la ville.
- Initi qui signifie soleil en langue quechua, est une oeuvre réalisée en 2006 par l'artiste Giannina Lanata-Ricard d'origine Péruvienne. Cette sculpture est située avenue du 8 mai 1945 dans le quartier des ChênesSource : Mon nom est Guyancourt de Jean et liliane Gex.
- Dans le cimetière paysager situé rue du Moulin à Renard, à proximité du jardin du souvenir, est érigée depuis 1996 une sculpture du japonnais Yukichi Inoué.

Espaces verts

Images de Guyancourt

Image:HotelDeVille.jpg|L'hôtel de ville, par l'architecte E. Bonnefoy, inauguré en 1995 par Claude Érignac Image:Eglise-Guyancourt.jpg|L'église Saint-Victor inscrite à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques en 1951 Image:Etang du château à Guyancourt.jpg|L'étang du château Image:Chateau-Guyancourt.jpg|Les douves de l'ancien château transformé en logements Image:FermeBelEbat.jpg|La Ferme de Bel Ébat aménagée en centre culturel Image:La Batterie entrée principal 28 août.jpg|La Batterie de Bouviers construite en 1879 réhabilitée en 2006 (Pôle Musiques de Guyancourt) Image:La Batterie inscription de l'entrée.jpg|La clef de voûte de l'entrée de La Batterie Image:Parc des sources de la bièvre bibliothéque universitaire.jpg|Vue depuis le parc des Sources de la Bièvre Image:Etangs de La Minière ponton.jpg|Les étangs de La Minière

Personnalités liées à la commune

- Paul-Marie Leroy, ingénieur de la Marine, né vers 1733 à Guyancourt, décédé en 1795.
- Christophe-Philippe Oberkampf (1738 - 1815), industriel. Le 26 Fructivor de l'an III, Oberkampf s'est porté acquéreur de l'ancienne ferme royale de Bouviers, son objectif étant de contrôler la qualité des eaux de la Bièvre dont la source se trouvait sur les terres de cette ferme.
- Le prince Roland Bonaparte résida à Guyancourt vers 1880 en tant que sous-lieutenant, au 36° régiment d'infanterie, de la batterie de Bouviers.Source : Bulletin de la Société géologique de France page 340 publié par la Société géologique de France en 1882|.
- Pierre Curie (15 mai 1859 à Paris - 19 avril 1906 à Paris) a écrit à propos de ses promenades aux étangs de La Minière : « Oui, je me souviendrais toujours avec reconnaissance des bois de la Minière ! C'est de tout les coins que j'ai vus, celui que j'ai le plus aimé et où j'ai été le plus heureux. Je partais souvent le soir, et je remontais la vallée, je revenais avec vingt idées en tête… ». Journal de Pierre Curie chez Gallimard.
- Les frères Caudron installèrent leur société notamment sur l'aérodrome de Guyancourt. Le 1 juillet 1933 l'entreprise Caudron en difficulté financière, a été racheté par le groupe Renault.
- Hélène Boucher (Paris, 23 mai 1908 - Guyancourt, 30 novembre 1934) est une aviatrice française. Elle battit de nombreux records de vitesse en avion entre juillet et novembre 1934. Le 11 novembre 1934 elle atteint le record du monde sur 1000 km avec 444 km/h. Elle meurt quelques jours plus tard dans un accident sur l'avion Caudron Rafale, lors d'un vol d'entraînement dans la forêt de la vallée de la Mérantaise près de Guyancourt.
- André Dunoyer de Segonzac (1884 - 1974) est un peintre et illustrateur français. Il a peint plusieurs tableaux des paysages guyancourtois. Un de ses tableaux représentant le village et l'église Saint Victor est exposé dans la salle du conseil de l'Hôtel de Ville.
- Roland Nadaus est né en 1945 à Paris. Il est poète, écrivain, pamphlétaire, conteur, parolier, romancier.... Il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages. Il a aussi assumé plusieurs mandats de maire, de conseiller général, et de Président de la communauté urbaine (alors dénommée le SAN, syndicat d'agglomération nouvelle).

Jumelages

Ville jumelée avec :
-
-
-

Économie

Guyancourt présente un tissu économique de 916 établissements soit plus de 24 000 emplois. La ville affiche un taux de chômage relativement bas de 4, 1 % au 1 mars 2003, très inférieur au taux national. Guyancourt accueille non seulement de nombreuses PME-PMI et commerces, mais aussi plusieurs grandes entreprises au rayonnement international et national, telles que :
- le Technocentre Renault (automobiles) avec prés de 12 000 employés travaillant sur le site.
- le siège social de Bouygues (construction)
- la caisse nationale du Crédit agricole
- Thales
- le siège social de McDonald's France
- Le siège de Sodexho Alliance doit s'implanter à Guyancourt en 2009, les travaux de construction débutant prochainement.

Enseignement

Enseignement élémentaire

Enseignement secondaire

- Collèges
- Collège Ariane : 1, Place des frères Voisin.
- Collège des Saules : Mail des saules.
- Collège Paul Eluard : 2, Rue des graviers.
- Lycées
- Lycée de Villaroy : 2, Rue Eugène Viollet Le Duc.
- Lycée d'hôtellerie et de tourisme : Place François Rabelais.

Enseignement supérieur et recherche

- Guyancourt accueille une partie de l'université de Versailles-Saint-Quentin. Les bâtiments situés dans la commune concernent les enseignements des droits et des sciences humaines, Médecine.
- On y trouve également des laboratoires de recherche de l'INRA (Institut national de la recherche agronomique)
- Il est prévu l'implantation, sur le terrain de l’ancienne ferme de Troux dans le quartier des Garennes de l': Observatoire des Sciences de l'Univers. En 2009, 250 à 300 chercheurs et ingénieurs étudieront les sciences de l’univers à quelques centaines de mètres de l’université.
- L'Institut de Formation des Chambres d'Agriculture (IFCA) offre ses services de formations permanentes au 1 rue Robert-Arnaud d’Andilly dans le quartier de Villaroy.http://paris.apca.chambagri.fr/ifca/

Sports

Le sport en chiffres : 7 000 licenciés fréquentent les terrains de sports, les gymnases, les terrains de tennis, de pétanque, de football, de tir à l'arc… de la ville grâce aux 36 associations sportives qui proposent une quarantaine d'activités. Les gymnases stades et piscines sont utilisés 140 400 heures par an. Les cinq stades bénéficient d'une occupation de 1 200 heures par an. Une centaine de sportifs en herbe sont assidus à l'école municipale des sports. La piscine Andrée-Pierre Vienot remporte accueille annuellement 134 500 visiteurs. Elle est ouverte 340 jours par an.

Manifestations sportives

- Open de France de Golf L' est le plus ancien et le plus important tournoi de golf d'Europe continentale. C'est en 1906, au golf de Paris - devenu depuis La Boulie - que se déroule le premier Championnat International de France Open. Il est remporté par Arnaud Massy. L'Open de France est une épreuve officielle de PGA Tour Européen. Il se dispute désormais chaque année vers la fin du mois de juin sur le parcours de l'Albatros du golf national à Guyancourt. En 2006, pour le centenaire du tournoi, la dotation de l'épreuve était de 4 millions d'euros, c'est John Bickerton qui remporta l'épreuve, devant Padraig Harrington et Michael Campbell. L'Open de France 2007 s'est déroulé du 28 juin au 1 juillet et c'est Graeme Storm, le vainqueur.
-Paris-Brest-Paris Guyancourt a accueilli en 2007, du 20 au 24 août, et pour la cinquième fois, le départ et l'arrivée du Paris-Brest-Paris, la plus importante randonnée cyclotouriste du Monde avec 5300 participants de 36 pays.

Voir aussi

Bibliographie

- Histoire du diocese de Paris Tome VIII, publié en 1757 par l'abbé Jean Lebeuf chez Prault Pére, Quay de Gêvres, au Paradis. Avec approbation et privilège du Roi.
- Saint-Quentin en Yvelines Cartes Postales et Histoire locale, publié en 1984 par E. Stéphan publié chez Les Editions de Liesse à Coignières.
- Si Saint-Quentin en Yvelines m'était conté Volumes 1 à 6, publiés de 1990 à 1996 Directeurs de la publication Jean-Paul Alduy puis Gilbert Roubach, Directeurs de l'EPA.
- Bulletin paroissial concernant l'église Saint-Victor publié en juin 2000 : rédacteurs Josette Hameroux, Valérie Guilbot et Robert Guilbot.
- Mon nom est Guyancourt, publié en 2006 par Jean et Liliane Gex publié par Yvelinédition ISBN-10 : 2-84668-129-5
-"Les Noms de la Ville, poèmes journalistiques" de Roland Nadaus, Soleil Natal éditeur (2006) ISBN : 2-911900-75-8

Articles détaillés

- Aérodrome de Guyancourt,
- L'église Saint-Victor,
- Les étangs de La Minière,
- La Batterie de Bouviers,
- Le parc des Sources de la Bièvre,
- Le quartier de Bouviers,
- Les fermes de Guyancourt. ===
Sujets connexes
Académie des inscriptions et belles-lettres   Agglomération parisienne   Agriculture   Alexandre Chemetoff   Ambroise Croizat   André Dunoyer de Segonzac   Annabella   Années 1950   Anticyclone   Antoine Grumbach   Antoine de Saint-Exupéry   Arrondissement de Versailles   Aviation   Avoine   Aérodrome de Guyancourt   Babar   Batterie de Bouviers   Betterave   Billy Wilder   Bièvre (rivière)   Blé   Bouviers   Bouygues   Buc   Cadastre   Californie   Canton de Montigny-le-Bretonneux   Canton de Versailles-Nord   Canton de Versailles-Nord-Ouest   Canton de Viroflay   Carte orange   Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou   Certificat d'études primaires   Choléra   Christophe-Philippe Oberkampf   Château de Saint-Germain-en-Laye   Château de Versailles   Châteaufort (Yvelines)   Cimetière   Claude Érignac   Climat océanique   Collège   Commanderie   Communauté d'agglomération   Crédit agricole   Dani Karavan   Daniel Kahane   Distillation   Dominique Perrault   Espace vert   Eugène Freyssinet   Ex-voto   Ferme générale   Forces françaises de l'intérieur   Forêt de Rambouillet   Forêt de Versailles   France   Francis Bouygues   Francis Poulenc   Frères Caudron   Gare de Saint-Rémy-lès-Chevreuse   Gare de Versailles - Chantiers   Gaston Palewski   Georges Brassens   Golf   Graeme Storm   Grèce   Gérard Mannoni   Hélder Câmara   Hélène Boucher   Illustrateur   Institut géographique national (France)   Jacques Brel   Jacques Ferrier   James Stewart   Jean-Baptiste Colbert   Jean-Marie Charpentier   Jean-Paul Alduy   Jean Lebeuf   Jehan Despert   John Bickerton   José Subirà-Puig   Kevin Roche   Le Corbusier   Les fermes de Guyancourt   Ligne B du RER d'Île-de-France   Ligne C du RER d'Île-de-France   Louis Renault (industriel)   Lycée   Magny-les-Hameaux   Maraîchage   Marcel Van Thienen   Marta Pan   Massimiliano Fuksas   Michael Campbell   Ministère de la Culture (France)   Montigny-le-Bretonneux   Moulin à vent   Murray Hamilton   Médecine   Mérovingiens   Néolithique   Opération d'Intérêt National de Massy Palaiseau Saclay Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines   Opération d'intérêt national   Padraig Harrington   Parc des Sources de la Bièvre   Paris   Paris-Brest-Paris   Parti communiste français   Parti socialiste (France)   Paul-Marie Leroy   Paul Cézanne   Paul Delouvrier   Philolaos Tloupas (sculpteur)   Pierre Bédier   Pierre Curie   Pomme de terre   Première Guerre mondiale   Première circonscription des Yvelines   Prix Pritzker   Raymond Bernard   Renzo Piano   Rivière du Roi Soleil   Robert Cadalbert   Roland Bonaparte   Roland Castro   Roland Nadaus   Rose des vents   Route départementale 36 (Yvelines)   Route départementale 91 (Yvelines)   Route nationale 10   Route nationale 286   Réseau de bus Sqybus   Saint-Cyr-l'École   Saint-Quentin-en-Yvelines   Sainte Barbe   Sanglier   Sarcophage   Satory   Seconde Guerre mondiale   Seine-et-Oise   Sodexho Alliance   Stèle   Système Séré de Rivières   Technocentre Renault   Thales (entreprise)   Théorie   Transilien   Transilien Paris-Montparnasse   Trappes   Tristan Bernard   Union pour un mouvement populaire   Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines   Versailles   Victor Roman   Ville nouvelle   Vin   Voisins-le-Bretonneux   Yvelines  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^