Néonazisme

Infos
Le terme néonazisme fait référence à un ensemble d'idéologies se réclamant du national-socialisme (nazisme) « historique ». Considérant que le nazisme avait disparu en 1945, avec le suicide de Adolf Hitler et la chute du III Reich, les politologues nommèrent ces idéologies « néonazisme ». Bien que relativement similaires du point de vue des idées, ces courants de pensée se démarquent les uns des autres par certains détails :
- la vénération d'Adolf Hitl
Néonazisme

Le terme néonazisme fait référence à un ensemble d'idéologies se réclamant du national-socialisme (nazisme) « historique ». Considérant que le nazisme avait disparu en 1945, avec le suicide de Adolf Hitler et la chute du III Reich, les politologues nommèrent ces idéologies « néonazisme ». Bien que relativement similaires du point de vue des idées, ces courants de pensée se démarquent les uns des autres par certains détails :
- la vénération d'Adolf Hitler ;
- la politique vis-à-vis des étrangers : cela va de l'instauration d'une dictature bienveillante à celui d'un esclavage pur et simple ;
- la politique vis-à-vis des catégories victimes du IIIe Reich : certains courants sont indifférents, d'autres veulent « finir le travail ». D'autres enfin nient que toute persécution ait jamais existé du fait des nazis et jugent par conséquent inopportun tout débat à ce sujet ;
- le mode opératoire : certaines organisations tolèrent, voire préconisent l'usage de la violence tandis que d'autres y sont farouchement opposées ;
- le choix de l'emblème employé, en l'occurrence un recyclage d'emblèmes runiques ou celtiques, faisant référence au patrimoine culturel européen, et des emblèmes nazis d'époque. Les autres symboles sont la svastika dextrogyre, le 88, le 14, le 311, le 18 (1 comme la première lettre de l'alphabet A, et 8 comme la 8, H : Adolf Hitler). Aujourd'hui, le néonazisme est présent un peu partout dans le monde :
- durant l'été 2004, au cours d'un match du championnat d'Europe de football opposant l'Allemagne aux Pays-Bas, des supporters allemands ont brandi le Reichskriegsfahne, un drapeau de la Seconde Guerre mondiale interdit en Allemagne. Tout au long du match, une minorité de supporters allemands s’est fait remarquer par des chants homophobes destinés aux Néerlandais.
-Sur Internet, existent des forums où des personnes se revendiquant « Aryennes » expriment leurs opinions racistes et néonazies. Très organisée, cette communauté aborde tous les sujets (idéologies, religions, politiques intérieures et extérieures de divers pays, environnement, législations, histoire, musiques, distractions, etc.). Il importe de distinguer dans le néonazisme deux courants ne se fréquentant guère. L'un se veut essentiellement politique, l'autre constitue bien davantage une attitude générale de refus, volontairement provocateur, de certains aspects de la société actuelle. Dans Métropolis, l'écrivain Norman Spinrad mentionna cette deuxième mouvance, parlant de ceux « qui sont néonazis en 1995 pour la même raison qu'ils auraient été punks en 1980 » et marqueraient selon lui « davantage d'intérêt pour les décorations flamboyantes que pour la politique et l'économie ».

Néonazisme en Afrique du Sud

drapeau de l'AWB :Voir : Mouvement de Résistance Afrikaner

Néonazisme en Allemagne

Les services de police estiment à environ 15 000 le nombre de militants et de sympathisants des mouvements néonazis. La presse et le Verfassungsschutz se font également largement l'écho de liens entre le NPD et les milieux néonazis.

Néonazisme en Australie

Proportionnellement à la population totale (20 millions d'habitants) et à la population de confession juive (100 000), l'antisémitisme et le néonazisme sont particulièrement virulents en Australie, avec plus de 400 attaques en 2003 et 2004. La particularité du néonazisme australien, ainsi que le montre le film Romper Stomper est d'axer sa violence sur le sabotage des commerces et les violences contre les asiatiques.

Néonazisme en Belgique

Un réseau néonazi, Bloed-Bodem-Eer en Trouw (en français « Sang, terre, honneur et fidélité »), mouvement dissident issu du Blood and Honour en Flandre, a été démantelé en septembre 2006. Selon Le Soir, il « projetait des attentats » afin de « déstabiliser » le pays, et l’enquête était en cours depuis 2004. (Le Soir , Le Soir, jeudi 7 septembre 2006). Dix-sept personnes ont été arrêtées dans le cadre de la loi antiterroriste de décembre 2003, la loi sur les armes, et celles sur le racisme, la xénophobie et le négationnisme. Parmi celles-ci, onze militaires (un candidat officier, un sous-officier, huit soldats parmi lesquels le chef du réseau, B.T., militaire au régiment « Libération » à Bourg-Léopold, une ville garnison proche de la frontière néerlandaise. André Flahaut, le ministre de la Défense, a salué le « rôle moteur » du service de renseignement militaire dans cette affaire, qui, pourtant, abritait naguère les réseaux stay-behind belges, soupçonnés d’implication dans les tueries du Brabant dans les années 1980 , AFP, 08/09/06, 07h12. Pour Manuel Abramowicz, auteur de plusieurs ouvrages sur l'extrême droite en Belgique et dirigeant du réseau de surveillance de l’extrême droite, les « ultras » de la droite radicale ont toujours eu pour objectif « d'infiltrer les rouages de l'État », dont l'armée dans les années 1970 et 1980, via les mouvements Westland New Post (WNP) et Front de la jeunesse, AFP, 08/09/06, 12h01). Comme lors d'autres enquêtes à propos des réseaux Gladio, des armes, munitions et explosifs ont été découverts, ainsi que des tentatives de liens internationaux. Ainsi, cinq casernes ont été perquistionnées (une à Bruxelles, quatre en Flandre), ainsi que dix-huit habitations privées du nord du pays. Une bombe artisanale « assez forte pour faire exploser une voiture » a été saisie selon la police, ainsi que des armes à feu, des détonateurs, une « grande quantité » de munitions, de la propagande néonazie et des explosifs. Le principal suspect, B.T., organisait également des exercices paramilitaires, des week-ends de survie et des exercices de tirs, qui étaient pour certains organisés sur des terrains de l'armée à l'insu des autorités. Il avait aussi développé un commerce d’armes avec quelques complices. De plus, B.T. développait des contacts internationaux, notamment avec le groupe d'extrême droite néerlandais « De Nationale Alliantie ». Selon l'AFP, « la mise au jour, à un mois des élections municipales, d'un complot fomenté au sein de l'armée belge par un groupe de néonazis flamands a stupéfait de nombreux Belges et provoqué l'ire de l'extrême droite flamande, qui crie à la manipulation préélectorale. » , Le Nouvel Observateur, 8 septembre 2006 , Le Monde, 7 septembre 2006, RTL Belgique, 8 septembre 2006

Néonazisme aux États-Unis

Aux États-Unis, certains néo-nazis ont rejoint les rangs du mouvement Ku Klux Klan, appelé aussi le KKK ou le Klan. Ce mouvement qui est un fervent défenseur du modèle WASP (White Anglo-Saxon Protestant) se rapproche du nazisme, même s'il est bien plus ancien que celui-ci, ainsi qu'en témoigne sa ligne politique et ses actes (injures, agressions, meurtres) visant les Noirs, les Juifs, les communistes, les homosexuels et les handicapés mentaux. D'après la doctrine du mouvement, il s'agit de purifier l'Amérique de tout ce qui pourrait la déstabiliser et la corrompre. Cependant, on ne peut résumer l'idéologie du Ku Klux Klan au nazisme puisque historiquement, le Klan s'est constitué avant le nazisme et visait avant tout les Noirs. Aux États-Unis, on trouve également le parti Stormfront qui se rapproche d'un parti néonazi « traditionnel » : haine des Juifs et des non-Aryens ainsi que des communistes. Existent aussi Aryan Nations, le American Nazi Party, moins important que ceux surcités et de nombreuses branches du Blood and Honour et Combat 18.

Néonazisme en France

Les Renseignements généraux estiment que le nombre de militants et de sympathisants des mouvements néonazis se situe entre 2500 et 3500 . Ayant eu longtemps comme chefs Serge Ayoub dans la région parisienne ou Éric Guttuso à Marseille, autrefois regroupés autour du parti nationaliste français et européen (PNFE), à et de l'attentat à la bombe contre le foyer Sonacotra de Cagnes-sur-Mer, les néonazis français ont longtemps constitué les Jeunesses nationalistes révolutionnaires avant d'intégrer l'Unité radicale, dissoute récemment après la tentative d'assassinat de Maxime Brunerie à l'encontre du président Chirac, le 14 juillet 2002. Aujourd'hui on les retrouve aussi bien dans les rangs des hooligans supporters de football qu'au sein de groupuscules tels que les Jeunesses identitaires ou de partis tels que le Front national ou le Mouvement national républicain. Les néonazis les plus actifs sont ceux d'Alsace (environ 200 militants) qui sont responsables de 25 % des actes de vandalisme à caractère raciste ou antisémite en France. Ceci étant dû à la relative proximité de certains groupuscules allemands actifs qui influent sur leurs voisins proches.

Néonazisme en Suisse

En 2001, la police fédérale estimait le nombre de boneheads ou néonazis à environ 600. D'autres sources avançaient le nombre de 700 voire 800 militants. Plusieurs incidents eurent lieu, en particulier lors des cérémonies au Grütli à l'occasion de la fête nationale (le ). En 2007, au mois de mai à Genève, des militaires ont arrêtés 8 néonazis en train d'agresser trois individus d'origine africaine.

Néonazisme en Israël

En mai 2006, des svastikas et le nom de Hitler sont peints sur les murs de la grande synagogue de Petah Tikva. Une cellule néonazie est démantelée en août 2007 à Petah Tikva. Les 8 jeunes Israéliens âgés de 16 à 21 ans appartenaient tous à des familles originaires de l'ancienne URSS, , BBC News, 9 septembre 2007. et étaient arrivés en Israël par le biais d'une loi permettant aux personnes d'origine juive d'acquérir la nationalité israélienne. D'autres cas d'agressions à caractère anti-sémite , Jerusalem Post, 25 septembre 2007., Le Figaro, 22 avril 2007. ou des vandalismes néo-nazis sont rapportés. , Jerusalem Post, 4 mai 2006.

Filmographie

- White Terror, documentaire de Daniel Schweizer, diffusé sur Arte en 2005 ; sur les extrémistes, les skinheads, les néonazis, le Ku Klux Klan et les fondamentalistes chrétiens racistes.

Références

Voir aussi

-Ernst Zündel ==
Sujets connexes
Adolf Hitler   Afrique du Sud   Agence France-Presse   Allemagne   André Flahaut   Années 1970   Années 1980   Aryan Nations   Australie   BBC News   Blood and Honour Vlaanderen   Bourg-Léopold   Cagnes-sur-Mer   Carpentras   Combat 18   De Nationale Alliantie   Ernst Zündel   Football   Front de la jeunesse (Belgique)   Front national (parti français)   Gladio   Grütli   Israël   Jeunesses nationalistes révolutionnaires   Ku Klux Klan   Le Figaro   Le Monde   Le Nouvel Observateur   Le Soir   Maxime Brunerie   Mouvement national républicain   Nationaldemokratische Partei Deutschlands   Nazisme   Norman Spinrad   Parti nationaliste français et européen   Pays-Bas   Petah Tikva   Punk   Radio Télévision Luxembourg   Région flamande   Seconde Guerre mondiale   Septembre 2006   Serge Ayoub   Suisse   Svastika   Troisième Reich   Tueries du Brabant   Union des républiques socialistes soviétiques   Unité radicale   Westland New Post  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^