Dole (Jura)

Infos
Dole (prononciation : Henri Bertrand dans la vidéo , tvdole ou Francis Guthleben dans , France 3 Bourgogne-Franche Comté) (orthographié Dôle jusqu'au 16 mars 1962http://congres.fnaren.dole.free.fr/page6.html) est une commune française, la ville la plus peuplée du département du Jura. Elle est par ailleurs située dans la région Franche-Comté. Ses habitants sont appelés les Dolois.
Dole (Jura)

Dole (prononciation : Henri Bertrand dans la vidéo , tvdole ou Francis Guthleben dans , France 3 Bourgogne-Franche Comté) (orthographié Dôle jusqu'au 16 mars 1962http://congres.fnaren.dole.free.fr/page6.html) est une commune française, la ville la plus peuplée du département du Jura. Elle est par ailleurs située dans la région Franche-Comté. Ses habitants sont appelés les Dolois.

Géographie

Dole, ville d'art et d'histoire, est située au bord du Doubs et du canal du Rhône au Rhin, à mi-chemin de Dijon et de Besançon (à 45 km). Dole est un nœud autoroutier (A 36 et A 39) et ferroviaire (Paris-Lausanne (avec desserte TGV) et Dijon-Strasbourg). Vue sur la collégiale

Histoire

Une naissance mal connue

Traversé par une voie romaine, le site de Dole accueille certainement des implantations rurales. La toponymie semble indiquer la présence de populations au cours du Haut Moyen Âge. Mais la première mention de Dolle ne surgit dans l'histoire autour de l'an mil qu'au hasard d'un texte dans lequel il est fait mention « au temps de l'évêque Brunon » de « Dolle sur le Doubs » . Un autre document de la fin du XIe siècle fait allusion à l'existence d'un château. Cette forteresse s’élève sur la falaise dominant le Doubs. C’est à Dole qu’on rentre dans la vallée du Doubs, d’ailleurs le nom de Dole vient du vieux germain « Thor » qui signifie porte. Comme toutes les villes féodales les maisons sont construites autour de la forteresse. Le XIIème siècle fut pour Dole une étape majeure, dès 1120 on voit s’installer des congrégations religieuses, en cette année se sera « les Perrons » de Baume les Messieurs, la chapelle saint Georges devient officiellement le centre d’une paroisse, l’Église reconnaît alors l’existence de Dole comme une cité féodale. Dès 1130 un péage est organisé sur la rivière pour toutes les marchandises.

Le développement d'une ville comtale

Les premiers Comtes de Bourgogne vivent peu à Dole, ils sont à Gray, à Poligny ou à Quingey. Pour les affaiblir, l’empereur Conrad au XIème siècle détache la ville de Besançon pour en faire une ville libre d’empire. Cela laisse la place à Dole pour devenir une capitale. Renaud III, comte de 1129 à 1148, est une chance pour la ville ; il en fait sa résidence principale, la développe, construit un solide mur en pierre, créé une foire commerciale, établit des moulins sur le Doubs et fait construire un grand pont en pierre de dix-sept arches. C’est le début du commerce et de l’industrie. C’est à ce moment que Dole devient véritablement une ville. Quand le comte Renaud III meurt, un problème de succession se pose : il ne laisse qu’une fille de 14 ans nommée Béatrice. La jeune fille épouse alors l’empereur d’Allemagne Frédéric Barberousse et le comté devient une province de l’empire d’Allemagne. Pendant son long règne, Frédéric réside plusieurs fois à Dole ; il fait notamment agrandir le château. Après sa mort en 1190, ses descendants viennent peu en Comté. La dernière descendante du grand empereur, Alix, épouse le seigneur le plus important du pays en 1236 et ramène ainsi le gouvernement dans la comté. C’est elle qui en 1274 octroie sa charte d’affranchissement à la ville ; celle-ci se gouverne désormais par elle-même grâce à un conseil dirigé par un vicomte mayeur et de quelques échevins en charge des levées de l’impôt et de l’administration de la ville. Le fils d'Alix, Othon IV, est d’un caractère bien différent de sa mère ; rapidement écrasé de dettes, il accepte la proposition du roi de France Philippe le Bel qui lui rachète le comté via le traité de Vincennes en 1294. Le roi de France prend alors possession de Dole et y installe un atelier de monnaie d’où seront issues les pièces de monnaie modifiées. Mais le roi meurt avant que toutes les formes du rattachement soient terminées. La fille d’Othon IV, Jeanne, récupère donc le comté. Jeanne crée le parlement en 1323, en s’inspirant de ce qu’elle a vu à Paris. La fille de Jeanne, prénommée elle-même Jeanne, épouse le duc de Bourgogne Eudes IV. Le comté est alors rattaché au duché.

Au temps des ducs de Bourgogne

L’union est alors profitable à Dole qui est la ville la plus proche de Dijon. Mais le sort s’empare de Dole, la peste frappe et la lignée seigneuriale s'éteint. Jean le Bon roi de France prend alors possession du Duché, il fait consolider les murs de la ville avec vingt et une tours et quatre portes. Philippe le Hardi, fils de Jean le Bon, épouse en 1369 la princesse héritière du pays, ce qui unit une nouvelle fois le duché à la Comté. Le long règne de Phillipe le Bon qui règne de 1419 à 1467 apporte à Dole un premier âge d’or. Ami des lettres et des arts, ce prince règne avec faste. En 1423, il installe une université à Dole. Les familles Granvelle, Carondelet et Vurry vont sortir de la société doloise pour devenir les conseillers des souverains. La mort de Charles Le Téméraire en 1477 remet tout en question. Sa politique a affaibli le pays. Le roi de France Louis XI veut établir sa protection sur la ville qui la refuse, alors en 1477 il assiège la ville. La vaillance des soldats dolois le met en déroute. Mais deux ans plus tard le roi revient et grâce à une ruse il réussit à rentrer et massacre toute la population sauf quelques habitants retranchés dans la cave des cordonniers prénommée « la cave d’enfer ». Louis XI interdit alors toutes réparations des maisons. Les habitants s’abritent alors dans les caves, Anne de Beaujeu sa fille gouverne la province pour Charles VIII, elle autorise les reconstructions.

Une ville prospère de l'empire des Habsbourg

Au traité de Senlis en 1493, la France restitue la Franche Comté aux Habsbourg. La ville est alors reconstruite selon des normes gothiques, la basilique Notre Dame date de cette époque. Lorsque Philippe le Beau meurt, c’est sa sœur Marguerite qui hérite du Comté. Elle obtient un traité habile qui conclut la neutralité de la Comté avec la France qui la protègera jusqu’en 1636, c’est la Paix des Dames. A sa mort en 1530 c’est son neveu Charles Quint qui devient souverain du pays. Il décide de fortifier Dole comme une place forte capable de tenir tête au roi de France. C’est le génois Precipiano qui s’occupe de la construction des fortifications et d’un circuit bastionné dans un style qui préfigure Vauban. Philippe II achève l’œuvre de son père, termine les défenses militaires et fait dériver les eaux du Doubs dans le fossé qui entoure la ville. A sa mort, c’est sa fille Isabelle qui reçoit la charge de gouverneur des Flandres et de Franche Comté. C’est une période prospère, l’université a alors acquis un grand renom attirant une population bruyante d’étudiants. Les halles sont remplies d’épices, les établissements d’enseignement se multiplient ainsi le collège de Citeaux et le collège de l’Arc confié aux jésuites. La construction de l’Hôtel Dieu se réalise grâce aux plans de Jean Boyvin. Lorsqu'Isabelle meurt en 1633, la ville de Dole est prospère, le commerce développé, l’agriculture florissante, les foires bien approvisionnées mais le danger est à ses portes. L'Hôtel-Dieu de Dole

La conquête française

En France, Richelieu lorgne sur la Franche-Comté qui est une terre de langue et de culture française. De plus, l’empire des Habsbourg est affaibli et les luttes religieuses se prolongent dans la guerre de Trente ans et l’Espagne commence sa décadence. C’est ainsi que le 27 mai 1636, les troupes de Condé sont devant Dole. Un siège très difficile commence, il va se prolonger pendant 80 jours mais les murailles sont solides et les défenseurs courageux malgré la peste qui commence à sévir. L’ardeur des Dolois décourage les Français. C’est ainsi que le 15 août, les Français lèvent le camp. Il reste 662 habitants sur les 4500 avant le siège. Les Dolois reconstruisent la ville. La vie certes reprit, on remit les maisons d’aplomb. Mais en 1668, le roi de France Louis XIV reprend la conquête de la Comté. Le 10 février, le roi est devant Dole face à une armée de 20 000 hommes, les Dolois ne sont qu’un millier. Le siège ne dure que 4 jours. Louis XIV fait alors son entrée à cheval par la porte d’Arans. Tout semblait dit pour Dole, mais c'est sans compter sur les vicissitudes de la politique. Louis XIV ayant pris les Flandres et l’Europe préparant une alliance contre lui, il décide de garder une des provinces : il garda les Flandres. Mais six ans plus tard, Louis XIV décide de refaire le siège de Dole, il arrive le 6 juin 1674 : cette fois le siège est dirigé par Vauban, p 166 et les portes s’ouvrent le 9 juin. Les Dolois ont d’abord ressenti le rattachement de la France comme une humiliation car la conquête française rangeait Dole au rang de petite ville. Les états généraux sont supprimés. Le parlement est transféré à Besançon en 1676, l’université va la rejoindre en 1691 et l’atelier de monnaie est fermé. Les fortifications sont détruites sous la direction de Vauban. Les grandes familles partent vivre à Besançon. De la régression économique qui s’en suit de la conquête française, Dole connaîtra au un essor économique important.

Administration

Démographie

Économie

Les services occupent la majeure partie de la population : santé (hôpital, clinique, hôpital psychiatrique, laboratoire d'analyse), éducation (lycées), distribution (plusieurs zones commerciales avec des grandes surfaces et des commerces spécialisés, boutiques du centre-ville), transports (gare SNCF, gare routière), finances (banques et assurances), etc. La ville possède une antenne de la Chambre de commerce et d'industrie du Jura. Toutefois Dole est une ville où l'industrie demeure importante : agro-alimentaire (fromagerie, viande et charcuterie), porcelaine sanitaire, chaudronnerie, électricité (connecteurs), outillage, etc. Elle est desservie par l'aéroport de Dole - Tavaux, situé sur la commune de Tavaux.

Personnalités liées à la commune

Louis Pasteur.

Nés à Dole

- Jean-Denis Attiret (1702-1768), missionnaire jésuite et artiste-peintre à la cour impériale de Chine.
- Charles Bonaventure Marie Toullier (1752-1835), jurisconsulte.
- Claude François de Malet (1754-1812) général français qui tenta un coup d'État contre Napoléon Ier le 23 octobre 1812. Faisant croire à la mort de l'Empereur en Russie, il soulève une caserne et fait arrêter le préfet et le ministre de la Police. Seul le général Pierre-Augustin Hulin, gouverneur de Paris, réagit, Malet lui tire dessus et le blesse. Aussitôt le second de Hulin s'empare de lui et met la troupe en alerte. Le conspirateur et 14 de ses complices sont fusillés le 29 octobre, dans la plaine de Grenelle. L'Empereur, quant à lui, n'apprendra la nouvelle que le 6 novembre.
- Le général-baron Simon Bernard (1779-1839), qui fut ministre de la Guerre sous la monarchie de Juillet.
- Jean-Frédéric-Arthur Rimbaud (1814-18??), père d'Arthur Rimbaud.
- Faustin Besson, (1821-1882), peintre.
- Louis Pasteur (1822-1895), chimiste et pionnier de la microbiologie.
- Hubert-Félix Thiéfaine (1948-), chanteur.
- Michel Buzon (1957-), chanteur.
- Joseph Thoret (1892-1971), pionnier de l'aviation (une rue de Dole porte son nom).

Ont vécu à Dole

- Le père André Remi Féry (1716-1773), ingénieur du château d'eau.
- Marcel Aymé (1902-1967), écrivain
- Jacques Duhamel (1924-1977), ministre
- Dominique Voynet (1958-), ministre
- Charles Velin, historien de la petite histoire
- Michel Buzon, chanteur

Monuments et lieux touristiques

Vue de Dole Dole est classée ville d'art et d'histoire. Elle a mis en place un secteur sauvegardé ayant une étendue de 116 ha. Le patrimoine dolois se caractérise par des petites rues typiques de la vieille ville (maisons du XV au XVIIIsiècles) autour de son église (Collégiale Notre-Dame). Beaucoup d'escaliers sont remarquables et il existe un très joli quartier dit de la petite Venise dans le centre touristique. Rue de Besançon, une inscription rappelle l'épisode de la Cave d'Enfer.

Patrimoine religieux

- La collégiale Notre-Dame
- L'ancienne chapelle du collège des jésuites.
- L'ancien couvent des cordeliers, devenu le Palais de justice.
- Le couvent de la Visitation.
- Le couvent des carmélites.

Patrimoine civil

- Ancien hôtel de ville.
- Ancien Hôtel-Dieu, désormais médiathèque.
- Ancien hôpital de la Charité.
- Ancien hôpital du Saint-Esprit.
- Maison des Orphelins.
- Collège de l'Arc du .
- Collège Saint-Jérôme.
- Portail du palais Granvelle.
- Une dizaine d'hôtels dont :
- Hôtel de Froissard
- Hôtel de Champagney.
- Hôtel du Prieur des cordeliers.
- Hôtel Richardot, remarquable pour son escalier en vis en pierre.
- Le théâtre du .
- Jardin à la Faulx : jardin anglais botanique « remarquable » de plus de 1200 espèces créer en 1983.

Patrimoine militaire

- Enceinte urbaine.
- Vestiges des fortifications de Charles Quint.
- Bastion Saint-André.
- Caserne Bernard.
- Ancien pavillon des chevaliers de l'Arquebuse, Ancien pavillon des Archers.

Musées

- Le musée Pasteur, dans la maison natale de Louis Pasteur située rue Pasteur et le long du canal des tanneurs abrite un très beau musée retraçant la vie et les travaux du scientifique.
- Le musée des Beaux-Arts .

Jumelages

-
-

Galerie photo de la ville de Dole

Image:Dole cathédrale.JPG|Vue sur la collégiale Image:Dole cathedrale2.JPG|La collégiale Image:Dole mediatheque.JPG|Le Lycée Nodier Image:Dole pont roman.JPG|Pont roman Image:Dole Pont Roman2.JPG|Pont roman Image:Dole Mont rolland.JPG|L'église sur le Mont Roland Image:Parc expositions Commanderie Dole - Jura.jpg| la Commanderie

Voir aussi

===
Sujets connexes
Arrondissement de Dole   Arthur Rimbaud   Artiste-peintre   Assurance   Autoroute française A36   Autoroute française A39   Aéroport de Dole - Tavaux   Banque   Besançon   Botanique   Brunon de Roucy   Canal (voie navigable)   Canal du Rhône au Rhin   Canton de Dole-Nord-Est   Canton de Dole-Sud-Ouest   Chambre de commerce et d'industrie du Jura   Charcuterie   Charles Bonaventure Marie Toullier   Charles Quint   Charles VIII de France   Chaudronnerie   Chef-lieu   Château d'eau   Claude François de Malet   Comté de Bourgogne   Conrad II le Salique   Dijon   Dominique Voynet   Doubs (rivière)   Empereur   Eudes IV de Bourgogne   Faustin Besson   Finance   France   Franche-Comté   Fromage   Frédéric Barberousse   Gare   Gare routière   Gentilé   Gilbert Barbier   Général   Habsbourg   Henri II de Bourbon-Condé   Hubert-Félix Thiéfaine   Hôpital   Industrie   Ingénieur   Jacques Duhamel   Jardin anglais   Jardin remarquable   Jardin à la Faulx   Jean-Denis Attiret   Jeanne II de Bourgogne   Jura (département)   Jésuite   Lausanne   Louis Pasteur   Marcel Aymé   Ministre   Monarchie de Juillet   Musée   Musée des Beaux-Arts de Dole   Napoléon Ier   Othon IV de Bourgogne   Paix des Dames   Paris   Parti radical   Parti socialiste (France)   Philippe III de Bourgogne   Philippe II de Bourgogne   Philippe IV de France   Philippe Ier de Castille   Pierre-Augustin Hulin   Police (institution)   Porcelaine   Progrès et démocratie moderne   Préfet   Renaud III de Bourgogne   Russie   Sanitaire   Scientifique   Services (économie)   Simon Bernard   Société nationale des chemins de fer français   Sous-préfecture   Strasbourg   Sébastien Le Prestre de Vauban   TGV   Tavaux   Transport   Union pour un mouvement populaire   Viande   Villes et Pays d'Art et d'Histoire  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^