Les Lilas

Infos
Les Lilas est une commune française, située dans le département de la Seine-Saint-Denis et la région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Lilasiens. La devise des Lilas est « J’étais fleur, je suis cité ».
Les Lilas

Les Lilas est une commune française, située dans le département de la Seine-Saint-Denis et la région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Lilasiens. La devise des Lilas est « J’étais fleur, je suis cité ».

Géographie

La ville est située sur la colline de Belleville dans la banlieue Est de Paris, au sud du département de la Seine-Saint-Denis.

Communes limitrophes

Les Lilas sont voisins des communes de :
- Paris,
- Le Pré-Saint-Gervais,
- Pantin,
- Romainville
- Bagnolet.

Desserte

La ville est desservie par les stations Porte des Lilas et Mairie des Lilas. En voiture, elle est facilement par la Porte des Lilas et le Boulevard périphérique du Métro de Paris.

Histoire

La commune de Les Lilas a été créée le 24 juillet 1867 en regroupant une partie du territoires de Romainville, de Pantin et de Bagnolet. A cette époque, il avait également été envisagé de nommer la nouvelle commune Napoléon-le-Bois ou Commune-de-Padoue, en référence à un Duc de Padoue qui avait résidé autrefois la localitéSource : Quotidien Le Parisien, édition Seine-Saint-Denis du 30 octobre 2007

Administration

Démographie

Sources :

Monuments et lieux de visite

Hôtel de ville achevé en 1884, décor de mairie de la République, en particulier les peintures :
- dans la salle du Conseil municipal : Le suffrage universel, d'Alfred Bramtot. Huile sur toile marouflée, 1890, exposée en 1891 au Salon des Champs Elysées, choisie par la Commission des Beaux-arts du Conseil Général de la Seine pour décorer la mairie des Lilas. Une esquisse de ce tableau est conservée au Petit Palais. Le tableau représente un bureau de vote et détaille l'acte électoral.
- dans l'escalier d'honneur : La République, de Jean-Léon Gérôme, une œuvre réalisée pour le concours officiel de 1848 par un jeune peintre de 24 ans, dans la tradition des tableaux de la Première RépubliqueLe tableau appartient à la Ville de Paris qui l'a mis en dépôt en 1922, puis remis en dépôt après plusieurs grandes expositions sur le thème de la République et restauration, en 1999. Huile sur toile, 296x192cm..
- dans l'escalier d'honneur : Jeunesse et Famille, deux toiles marouflées commandées à Édouard Vimont pour le décor de la mairie de la jeune commune des Lilas, en 1889. Deux scènes populaires et champêtres regroupées sous le thème « les âges de la vie ». Une restauration du bâtiment est engagée fin 2008. Église Notre-Dame-du-Rosaire, construite en 1887 avec une structure et un clocher en bois, était prévue pour être provisoire. Plus d'un siècle plus tard, elle va être reconstruite en 2008, avec un large parvis et un campanile séparé du bâtiment principal. Théâtre du garde-chasse, situé rue de Paris. C'est l'ancienne salle des fêtes communale, édifiée par Léopold Bévière (1903-1905), sur l'ancien emplacement du jardin de Paul de Kock où ce dernier avait aménagé un théâtre de verdure. L'extérieur est inspiré du Trianon. À l'intérieur, boiseries et plafond sont classés à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques, depuis 1990. La toile marouflée Belle Époque qui décore le plafond est l'œuvre de Victor Tardieu (1907-1910), il y a représenté une scène célèbre de l'opérette Véronique d'André Messager. Sept esquisses, "fragments à grandeur d'exécution" réalisés pour le concours, ont été acquises par la Ville. Depuis 1995, le bâtiment restauré et aménagé en salle de spectacle de 318 places accueille spectacle vivant, cinéma ou expositions (les fauteuils sont escamotables). Fort de Romainville, rue de la Résistance, bâti au milieu du (1844-1850) dans le cadre de l'édification de la ceinture des forts parisiens. Occupé par les Prussiens en 1870, il a surtout servi de 1940 à 1944 de camp d'internement allemand, réserve d'otages de la région parisienne et centre de regroupement de prisonnier(e)s politiques issu(e)s de la Résistance. La plupart ont été envoyés dans les camps de l'Allemagne nazie (Auschwitz, Ravensbrück, Mauthausen, ...) après un séjour de quelques jours à quelques mois à "Romainville". Charlotte Delbo a rendu hommage dans son œuvre aux 230 femmes du Convoi du 24 janvier (1943), dont elle-même faisait partie, ainsi que la lilasienne Raymonde Salez. Dernier convoi de femmes parti de la gare de Pantin le 15 août 1944, à la veille de la Libération des Lilas (17 août). Tour TDF, bâtie par l'architecte Claude Vasconi à l'intérieur du fort de Romainville, repère visuel du Nord-Est parisien et de la ville des Lilas. 124m de haut. La coupole hissée au sommet d'un fût de 92m de haut fait 43m de diamètre dans sa partie la plus large. Construction terminée en 1987. Tour de télécommunications. Lycée et gymnase de l'architecte de renommée internationale Roger Taillibert (Lycée Paul Robert, 1993 et gymnase Micheline Ostermeyer, au curieux plafond à caissons pour l'insonorisation, 1996). Monument à la mémoire du génocide arménien, stèle de bronze réalisée par David Erevantzi, sculpteur né en Arménie, visible dans le cimetière communal. Elle a été érigée en mai 2000 par la ville des Lilas pour exprimer la solidarité avec les victimes du premier génocide du , en 1915. Les deux faces du monument, isolées l'uns de l'autre, symbolisent l'existence séparée des habitants de l'Arménie actuelle et des Arméniens de la diaspora, conséquence du génocide. :Quelques détails : :Au recto, la figure allégorique est celle de la mère-patrie, encore effarée du génocide. À gauche, le personnage aux mains ouvertes est l'Arménien qui n'a pas renoncé. À force de courage et de travail, il a acquis la prospérité (montrée par la guirlande végétale de vigne et de grenades). Dans la parie inférieure, deux « pierres à croix » ou Khatchkars, comme on en trouve en Arménie depuis le Haut Moyen Âge, soit dans les cimetières, soit insérées dans les monuments religieux. À gauche, c'est une pierre tombale, la mort. À droite, on voit les bourgeons et les feuilles issues de la croix. Trois inscriptions sont gravées sur le monument. Deux phrases célèbres, une d'Anatole France et une de Lord Byron « la seule langue pour parler à Dieu, c'est l'arménien » (écrite en arménien) encadrent la dédicace de la ville des Lilas. :Au verso, la chevelure de la femme s'enroule, telle la vague de l'océan : jamais les Arméniens ne se sont immobilisés dans la douleur, la diaspora a continué. La Vierge à l'Enfant est une vierge glorieuse car la maternité permet de renouveler la vie. Le personnage central glorifie la réussite du peuple arménien, de même que l'eau poissonneuse et l'arbre de vie, florissant, chargé de grenades, les fruits symboles de la résurrection. Les racines de la vie sont issues de la Bible, présentée dans sa traduction arménienne par deux moines dont le célèbre Mesrop Machtots. Tout en bas la rosette est un élément traditionnel des décors arméniens: c'est la roue de la vie, le soleil et le symbole de l'éternité. La Corniche des forts : ce futur parc urbain de la Région d'Île-de-France, inscrit au contrat de plan 2000-2006, prévoit l'aménagement d'un parc urbain de 64 hectares situé sur les communes de Pantin, Les Lilas, Noisy-le-Sec et principalement de Romainville.Située sur d'anciennes carrières de gypse, la base de plein air et de loisirs de la Corniche des forts proposera des activités culturelles et sportives. La création d'un cheminement est-ouest de 2, 8 km destiné aux piétons et aux vélos permettra de profiter du panorama sur Paris et la plaine de France, et deviendra la promenade principale de la base. Les abords du château de Romainville seront réaménagés, et la folie de Pantin, devrait être réhabilitée. Les jardins ouvriers seront déplacés. Une première phase devrait être ouverte au public courant 2007 ou 2008 Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis, du 23 août 2006..Ce parc sera géré par un syndicat mixte regroupant le Département et les villes concernées Seine-saint-Denis, le magazine, revue officielle du département, N° 105, février 2007.. Le Musée des Vampires (14 rue Jules David).

Personnages célèbres

- Paul de Kock y est enterré ;
- Sotigui Kouyate ;
- Arlette Laguiller y habite ;
- Jules Sitruk ;
- Jean Yanne y est enterré ;
- Catherine Ringer et Frédéric Chichin y habitent.
- Maïwenn Le Besco y est née

Télécommunications

La tour hertzienne TDF de Romainville (123 m) se situe sur le territoire de la commune.

Galerie de Photos

Image:Mairielilas1.JPG| Mairie des Lilas Image:Mairielilas2.JPG| Mairie des Lilas Image:Mairielilas3.JPG|Mairie des Lilas Image:Metrolilas1.JPG |Metro Les Lilas (2007) Image:Metrolilas2.JPG |Metro Les Lilas (2007) Image:Marchelilas.JPG |Marché couvert ouvert le mercredi et dimanche matins (2007) Image:Paulroblilas1.JPG|Lycée Paul Robert Image:Paulroblilas2.JPG|Lycée Paul Robert Image:Paulroblilas3.JPG| Sculpture de Jean-Pierre Rives (Lycée Paul Robert) Image:Ruelilas.JPG| Une rue typique des Lilas (rue Bernard)

Voir aussi

Bibliographie

On se reportera avec intérêt à une étude complète sur l'histoire de la commune et son patrimoine publiée par le conseil général :
- (38, 9 Mo), 186p. Histoire de la ville : Jean Huret, Quand Les Lilas..., Ville des Lilas, 1993, 330p, illustrations. Histoire du fort de Romainville : Thomas Fontaine, Les oubliés de Romainville, un camp allemand en France, Tallandier, 2005, 144p, illustrations.

Notes, sources et références

===
Sujets connexes
Anatole France   André Messager   Arlette Laguiller   Arménie   Arrondissement de Bobigny   Auschwitz   Bagnolet   Belle Époque   Belleville (Seine)   Boulevard périphérique de Paris   Camp de concentration français   Canton des Lilas   Catherine Ringer   Charlotte Delbo   Chef-lieu   Claude Vasconi   Daniel Guiraud   Enceintes de Paris   Fort de Romainville   France   Frédéric Chichin   Gare de Pantin   Gentilé   Grand Trianon   Gypse   Génocide arménien   Jean-Léon Gérôme   Jean-Pierre Rives   Jean Yanne   Jules Sitruk   Le Parisien   Le Pré-Saint-Gervais   Les Lilas   Lord Byron   Mairie des Lilas (métro de Paris)   Mauthausen   Maïwenn Le Besco   Micheline Ostermeyer   Monument historique (France)   Moyen Âge   Métro de Paris   Noisy-le-Sec   Pantin   Paris   Parti socialiste (France)   Paul de Kock   Pays de France   Petit Palais   Porte des Lilas   Porte des Lilas (métro de Paris)   Prusse   Ravensbrück   Roger Taillibert   Romainville   Révolution française   Seine-Saint-Denis   Tour hertzienne TDF de Romainville   Troisième République   Union pour la démocratie française   Vierge à l'Enfant  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^