Soulèvement du 18 mars 1871

Infos
Catégorie:Évènement de la Commune de Paris Le soulèvement du 18 mars 1871 est la riposte des Parisiens à la décision du gouvernement Thiers de leur retirer leurs armes et leurs canons. C'est le début de la Commune de Paris.
Soulèvement du 18 mars 1871

Catégorie:Évènement de la Commune de Paris Le soulèvement du 18 mars 1871 est la riposte des Parisiens à la décision du gouvernement Thiers de leur retirer leurs armes et leurs canons. C'est le début de la Commune de Paris.

Les préparatifs

Depuis le début du mois de mars, une agitation importante règne dans Paris. Les quartiers de Belleville et de Ménilmontant doivent être évacués par les troupes. Le 4 mars, la caserne de la Garde républicaine , rue Mouffetard est attaquée.Le 9 mars, les 7, 8 et 16 bataillons de la Garde mobile se mutinent. Le 8 , le gouvernement échoue à enlever de force les canons installés à Montmartre, il en est de même pour ceux de la Place des Vosges le 16. Le gouvernement est décidé à rétablir son autorité dans Paris avant que les députés, jusqu'alors installés à Bordeaux ne se réunissent à Versailles. Le 17 mars au soir, le gouvernement réuni au Ministère des Affaires étrangères (le Quai d'Orsay), décide d'enlever les canons qui sont entreposés à Belleville et Montmartre. Les parisiens considèrent que ces canons leur appartiennent. Un ordre signé frauduleusement du nom de Clemenceau, maire du XVIII arrondissement, a renvoyé les Gardes nationaux dans leurs foyers. Les canons ne sont pas gardés. Le dispositif imaginé par Thiers est de quadriller Paris pour rendre toute résistance vaine. Les brigades des généraux Patuel et Lecomte (environ 6000 hommes, des régiments de ligne, des gardes républicains, des gardiens de la paix qui sont armés, des mitrailleuses) devront marcher sur Montmartre. De l'infanterie, de la cavalerie et de l'artillerie restent en réserve. La division du général Faron (des regiments de ligne, des gardes républicains, des gardiens de la paix armées, des mitrailleuses et de l'artillerie) doit s'emparer des Buttes-Chaumont afin de contrôler Bellevile et Ménilmontant, occuper les gares du Nord et de l'Est. La division du général Maud'huy doit occuper l'Hôtel de Ville, la Place de la Bastille, la Cité, les ponts d'Austerlitz et de l'Arsenal. Le général Valentin, préfet de police, dispose des gardes républicains installés dans les casernes Lobeau et de la Cité, des régiments de ligne et de cavalerie, il doit contrôler les Tuileries, la Concorde et les Champs-Élysées. Au même moment seuls trois membres du Comité central de la Garde nationale sont de permanence dans l'école de la rue Basfroi (XI arrondissement).

Le déroulement de l'insurrection

Le 18 mars à tois heures du matin, les soldats se mettent en marche vers leurs objectifs qui sont atteints avant 6 heures. Mais il n'y a pas de chevaux pour emmener les canons ! La population qui se réveille, se rassemble. Des gardes nationaux arrivent en armes. Le Comité central alerté du mouvement des troupes fait battre l'alarme dans le XI arrondissement et ordonne d'élever des barricades dans le quartier. Vers 8 heures, des soldats du 88 régiment de ligne fraternisent avec la population. Le général Lecomte tente de s'y opposer, ordonne de tirer sur la foule mais ses soldats mettent crosse en l'air. À 9 heures le général est fait prisonnier et est conduit au Château-Rouge, tandis que les 80 gendarmes qui l'entourent sont emmenés à la mairie du XVIII arrondissement. Les troupes du général Paturel se disloquent. Un partie de la réserve du général Subvielle, installée entre la place Pigalle, le Boulevard et la place Clichy fraternise aussi. La permanence du Comité central de la garde républicaine est renforcée par des délégués qui arrivent de leurs quartiers encore tranquilles. Vers 10 heures, les informations parviennent au gouvernement. Il apprend que les troupes du général Faron fraternisent et abandonnent leur matériel. Il y a des barricades dans le Faubourg Saint-Antoine, à Ménilmontant. Le gouvernement et le commandant en chef de la garde nationale, le général d'Aurelle de Paladines, tentent d'organiser une offensive en s'appuyant sur les Gardes nationaux des quatiers bourgeois du centre et de l'ouest de la capitale. Sur les 12 000 escomptés à peine 600 répondent à l'appel et retournent chez eux lorqu'ils constatent la faiblesse de leurs effectifs. Aussi le général Vinoy gouverneur de Paris décide de faire évacuer les quartiers de la Rive gauche de la Seine et de replier les troupes sur l'École militaire. Vers 13 heures, le général Lecomte est transféré à Montmartre sur l'ordre d'un comité local de vigilance. Il est pris à partie par la foule en fête et par ses propres soldats. Il y est rejoint par un autre prisonnier, le général Clément Thomas, un des massacreurs de Parisiens du soulèvement de Juin 1848, qui a été reconnu bien qu'il soit en civil. Vers 14 heures, le Comité central de la Garde nationale donne l'ordre à tous les bataillons de converger sur l'Hôtel de Ville (mouvement que certains d'entre eux ont déjà entrepris). À ce moment là, Montmartre, la gare de Sceaux, la mairie du XIV, la gare d'Orléans, le Jardin des Plantes, le palais du Luxembourg, la mairie du V sont aux mains des révoltés. Un colonne venue de Montmartre marche vers la Place Vendôme où se trouve le quartier général de la Garde nationale. Vers 15 heures, le gouvernement revenu de son déjeuner, de divise sur la conduite à tenir (quitter Paris pour y revenir en force ou organiser la résistance dans les quartiers ouest). Affolé par des Gardes nationaux qui défilent devant le ministère où les ministres se trouvent, Thiers décide de quitter Paris pour Versailles et ordonne l'évacuation totale des troupes et le départ de tous les fonctionnaires. En fin d'après-midi, à Montmartre la foule déchaînée attaque le poste de la rue des RosiersLa rue des Rosiers a été rasée au moment de la construction de la basilique du Sacré Cœur, l'actuelle rue du Chevalier- de-La Barre, en occupe partiellement l'emplacement où se trouvent les généraux Lecomte et Thomas, qui sont sommairement exécutés. L'Hôtel de Ville, où Jules Ferry tente d'organiser la résistance est abandonné par les soldats. Vers 20 heures , l'État-major de la Garde nationale, place Vendôme, la Préfecture de police (vide) sont au mains des révoltés alors que l'Hôtele de Ville est encerclé. Vers 23 heures, l'Hôtel de ville est envahi, et le Garde nationale s'y installe. Mais de nombreux quartiers, surtout à l'Ouest et au entre de la capitale, ne sont pas contrôlés par les insurgés. Victorieux dans Paris, le Comité central refuse de marcher sur Versailles comme certains le lui conseillaient.

Notes

==
Sujets connexes
Assemblée nationale (1871)   Claude Lecomte (général)   Clément Thomas   Commune de Paris (1871)   Faron   Garde nationale (1831)   Georges Clemenceau   Gouvernement Thiers   Joseph Vinoy   Jules Ferry   Soulèvement du 22 janvier 1871   Soulèvement du 31 octobre 1870   Valentin  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^