Pascal Paoli

Infos
Pascal Paoli (en corse et en italien, Pasquale PaoliOu Pasquale de' Paoli) (Morosaglia, 6 avril 1725 - Londres, 5 février 1807) est un homme politique et général corse. Il est aux yeux de nombreux Corses le père du nationalisme corse, qui le surnomme « Babbu di a patria corsa » (père de la patrie corse).
Pascal Paoli

Pascal Paoli (en corse et en italien, Pasquale PaoliOu Pasquale de' Paoli) (Morosaglia, 6 avril 1725 - Londres, 5 février 1807) est un homme politique et général corse. Il est aux yeux de nombreux Corses le père du nationalisme corse, qui le surnomme « Babbu di a patria corsa » (père de la patrie corse).

Biographie

Il naît dans le hameau dit « a Stretta » du village de Morosaglia, dans une Corse alors sous domination génoise. Il est le fils de Hyacinthe Paoli, nommé conjointement avec plusieurs notables corses chef de la nation avant et depuis le départ du roi Théodore de Neuhoff.

Jeunesse et exil napolitain

En 1739, Hyacinthe Paoli, contraint par les Génois de quitter la Corse secouée par des troubles depuis 1729, choisit de se réfugier à Naples. Il emmène avec lui le plus jeune de ses fils, Pasquale, âgé de 14 ans. C'est donc en Italie, et plus particulièrement à Naples, que Pasquale Paoli reçoit l'essentiel de sa formation. Il est élève à l'École militaire de Naples. Il débute par la suite une carrière dans le régiment royal de Farnèse et porte un regard attentif dans le même temps sur les évènements qui se déroulent en Corse et la révolte d'une partie de la paysannerie corse appuyée sur les notables contre le pouvoir génois.

Le généralat

Buste de Pasquale Paolià l'Île-Rousse. En 1755, il est appelé par les principaux chefs corses révoltés contre GênesLa guerre que la République de Gênes continuait à faire à la Corse était à son plus fort, et les représentants de la nation convoqués à Orezza, allaient délibérer sur les chefs qu'ils devaient nommer pour guider le pays dans cette lutte importante. Paoli se rendit à l'Assemblée comme député de Morosaglia ; la renommée de son père, sa bonne mine, peut-être aussi son uniforme, attirèrent sur lui tous les regards. pour prendre la tête de l'insurrection pour l'indépendance de la Corse. Pasquale Paoli, malgré quelques oppositions internes comme celles d'Emanuele Matra, devient de fait le chef des révoltés corses : le 14 juillet 1755, il est proclamé Général de la NationOn savait qu'il avait reçu une brillante éducation, et quant à son patriotisme on n'en pouvait douter ; il fut donc, d'une voix unanime, nommé général en chef de la nation. Il voulait décliner cet honneur, on insista et il fut forcé d'accepter. lors d'une consulte tenue au Couvent Saint-Antoine de la Casabianca. Durant les premiers mois du généralat, Matra est élu à son tour Général de la Nation. Avec un corps de partisans, il s'oppose et marche contre Paoli ; mais la lutte se termine par la mort de ce général qui meurt au siège du couvent de Bozio. Pasquale Paoli donne à l'île une constitution (constitution corse)La constitution de la Corse est écrite, autour du Général, par des juristes insulaires. Un projet de constitution, dû à Rousseau, ne fut finalement pas retenu, parce que paraissant trop loin des réalités locales. fondée sur la séparation des pouvoirs, fonde une université et accorde le droit de vote à tous les citoyens, dont les femmes (veuves ou célibataires). La Corse devint alors le premier État démocratique dans l'Europe des lumières, et Paoli un « despote éclairé », ce qui suscita l'admiration de philosophes comme Rousseau et Voltaire.On connaît la phrase de Rousseau dans Du contrat social : « Il est encore en Europe un pays capable de législation ; c'est l'Île de Corse J'ai quelque pressentiment qu'un jour, cette petite île étonnera l'Europe. » Paoli défendit la liberté, bien qu'étant élu à vie. La possibilité d'être démis par la diète corse, dominée dans les faits par les chefs de clan, n'étant pas clairement établie. En outre, Paoli se réservait le droit d'inviter de nombreuses personnes non élues à venir siéger dans cette assemblée. Quand à l'université fondée à Corte, elle restait, par les matières étudiées et par ses nombreux professeurs ecclésiastiques, dominée par le catholicisme. Sur le plan économique, Paoli introduit en Corse la pomme de terre dès 1756, fonde L'Île-Rousse (1758) dans le but de concurrencer les présides génois d’Algajola et de Calvi, et fait battre monnaie à l’effigie de la nation corse à Murato (1762). Une « imprimerie nationale » est créée à Campoloro où sont publiés les « Ragguagli dell’Isola di Corsica », sorte de journal officiel. Il crée une marine de guerre et fait de Corte la capitale de la Nation corse où siège le gouvernement.

Négociations entre Gênes et la France, la guerre de Corse

La France, pour des raisons stratégiques, désirant s’implanter en Méditerranée trouva l’opportunité politique de s’emparer de la Corse lorsque la République de Gênes, chassée de Corse et criblée de dettes, vint chercher de l’aide auprès du roi de France. Aux termes du traité de Versailles, signé le 15 mai 1768, la France prêta deux millions de livres à Gênes qui donna en garantie la Corse qu’elle ne possédait plus. Ayant eu connaissance du traité de Versailles, Pasquale Paoli réunit une consulta le 22 mai à Corte où il fit ce commentaire : « Jamais peuple n'a essuyé un outrage plus sanglant... On ne sait pas trop qui l'on doit détester le plus de celui qui nous vend ou de celui qui nous achète... Confondons les dans notre haine puisqu'ils nous traitent avec un égal mépris » Bien décidés à défendre leur indépendance, les Corses remportent plusieurs victoires face aux troupes françaises. La plus célèbre étant celle de Borgu, le 5 octobre 1768, où les armées de France doivent battre en retraite devant la combativité des régiments corses. Mais supérieur en nombre et en armes les troupes françaises remportent une victoire décisive le 9 mai 1769 à Ponte Novu. Les troupes corses mises en déroute, Pasquale Paoli, contraint à l’exil, quitte la Corse pour l’Angleterre le 13 juin 1769. La Corse perd du même coup son indépendance et voit les citoyens de sa démocratie passer au rang de sujets de Louis XV. La victoire militaire des français et l’exil de Pasquale Paoli ne signifiait pas pour autant que la Corse soit conquise. Les nombreuses insurrections qui éclatent dans l’île sont réprimées.

Premier exil et retour en Corse

Pierre tombale de Pasquale Paoli dans la chapelle érigée au sein de sa maison natale. L'inscription est en italien, langue officielle de la Corse indépendante et la plus diffusée en Corse jusqu'à 1859. Paoli s'exile, il quitte la Corse avec 500 ou 600 de ses partisans, il s'embarque à destination de la Grande-Bretagne et est acclamé sur son passage par ses admirateurs, d'Italie en Grande-Bretagne en passant par l'Autriche ou encore les Pays-Bas. Son combat est en effet devenu célèbre à travers l'Europe gràce au récit de voyage du Britannique James Boswell, Account of Corsica. Enfin, après un exil de vingt ans, il est autorisé à revenir en France au début de la Révolution française. Paoli est rappelé en 1790, dans sa patrie, et son voyage de Paris en Corse fut une véritable marche triomphale. Louis XVI le nomme alors lieutenant-général et commandant de l'île. Il débarque le 14 juillet 1790 à Macinaggio pour son retour en Corse, où il est accueilli triomphalement par la population. Cependant, les relations entre Paoli et la Convention se ternissent, notamment suite à l'échec de l'expédition de Sardaigne. Ne sachant où s'arrêterait la Révolution française, Paoli se rapproche de la Grande-Bretagne pour chasser les Français de Corse et fonder un royaume anglo-corseIl craignait pour sa patrie les secousses qui pouvaient en résulter, et crut qu'il valait mieux pour elle être soumise à un gouvernement qui avait déjà subi de semblables épreuves; il s'adressa donc à l'Angleterre dont le gouvernement, saisissant avec empressement une semblable occasion d'augmenter ses possessions, envoya aussitôt dans la Méditerranée une flotte sous le commandement de l'amiral Hood, avec ordre de s'emparer de la Corse. Les Français qui se trouvaient dans l'île étaient en trop petit nombre pour résister longtemps. Les villes maritimes eurent beaucoup à souffrir. Calvi surtout se fit remarquer par son dévouement à la France et fut entièrement ruinée; mais Paoli parvint à faire consentir la population à passer sous le gouvernement des Anglais.. Le 2 avril 1793, la Convention décrète son arrestation et le déclare « traître à la République française ». En réponse, patriotes corses et députés se réunissent en Consulte générale à Corte le 10 juin 1794 pour l'élever au rang de Babbu di a Patria (« Père de la Patrie »), et les députés jurèrent fidélité au roi d'Angleterre et à la constitution que ce prince avait offerte, et qui établissait un Parlement et un vice-roi.

Le Royaume anglo-corse et le second exil

Buste de Pasquale Paolià l'abbaye de Westminster. Écarté par les Britanniques du titre de vice-roi, Paoli, mécontent de la conduite que tiennent les Anglais, se retire à MonticelloMais ses ennemis crurent qu'il n'était pas prudent de laisser bouder ainsi un homme dont l'influence était encore assez grande pour faire perdre aux Anglais tout ce qu'il leur avait donné; et le vice-roi, sir Guillaume Elliot, demanda à son gouvernement de l'appeler en Angleterre.. Paoli quitte la Corse avec regret mais résigné. Il retourne à Londres pour un second et dernier exil anglais, où il meurt le 5 décembre 1807 à l'age de 81 ans. Il laisse, par son testament, une somme importante pour fonder à Corte une université, et à Morosaglia une École primaire supérieure. Le mythe de Pasquale Paoli, « babbu di a Patria » (« père de la Patrie ») est encore très vivant et présent dans l'île. Ses cendres reposent aujourd'hui dans son village natal de Morosaglia. Son cénotaphe se trouve à l'abbaye de Westminster à Londres. L'université de Corse qu'il avait fondée durant le généralat, fermée par l'Armée de Louis XV en 1769 et rouverte en 1981, porte son nom. Aujourd'hui, pas moins de cinq communes américaines portent le nom de Paoli dans la Pennsylvanie, l'Indiana, le Wisconsin, l' Oklahoma et le Colorado.Au cours de la guerre d'indépendance des États-Unis, les insurgents de George Washington, lors d'une bataille contre les troupes anglaises, scandaient le nom de Paoli ( "Remember Paoli" ) au regard du courage des troupes corses en 1769 lors de la bataille de Ponte Novu.

Notes et références

Voir aussi

Bibliographie

- Daniel Arnaud, La Corse et l'idée républicaine, L'Harmattan, 2006
- M. Bartoli, Pasquale Paoli, Corse des Lumières, DCL Editions, 1999 (dernière édition)
- Antoine-Marie Graziani, Pascal Paoli, Père de la patrie corse, Tallandier, Paris, 2002
- Michel Vergé-Franceschi, Paoli, un Corse des Lumières, Fayard, Paris, 2005
- Georges Oberti, Pasquale de Paoli, Editions Pasquale de Paoli, 1990
- Paul-Michel Villa, L'autre vie de Pascal Paoli, Alain Piazzola, Ajaccio, 1999
- Jean-Baptiste Marchini, Pasquale Paoli, correspondance (1755-1769), la Corse : Etat, nation, histoire, Serre, 1985 ===
Sujets connexes
Abbaye de Westminster   Algajola   Angleterre   Autriche   Bataille de Ponte Novu   Borgu   Calvi   Colorado   Constitution   Constitution corse   Convention   Corse   Corte   Couvent Saint-Antoine de la Casabianca   Cénotaphe   Diète (politique)   Europe   France   George Washington   Grande-Bretagne   Général   Gênes   Histoire de la Corse   Hyacinthe Paoli   Indiana   Insurgents   Italie   Italien   James Boswell   Jean-Jacques Rousseau   L'Île-Rousse   Langue corse   Londres   Louis XV de France   Macinaggio   Monticello   Morosaglia   Murato   Naples   Nationalisme corse   Oklahoma   Orezza   Paris   Pays-Bas   Pennsylvanie   Pomme de terre   République de Gênes   République française   Révolution française   Samuel Hood   Théodore de Neuhoff   Traité de Versailles (1768)   Université   Voltaire   Wisconsin  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^