Francis Picabia

Infos
Francis-Marie Martinez de Picabia (22 janvier 1879 à Paris - 30 novembre 1953 dans la même ville), fut un peintre, graphiste et écrivain Dadaïste et surréaliste.
Francis Picabia

Francis-Marie Martinez de Picabia (22 janvier 1879 à Paris - 30 novembre 1953 dans la même ville), fut un peintre, graphiste et écrivain Dadaïste et surréaliste.

Sa vie

Sa mère était française et son père espagnol, attaché à l'ambassade de Cuba à Paris. Il étudia aux écoles des Beaux-Arts et des Arts Décoratifs. Au début de sa carrière, de 1903 à 1908, il fut influencé par les peintres de Barbizon, côtoya Alfred Sisley et Camille Pissaro qu'il rencontra en 1898, puis les peintures impressionnistes, cubistes et enfin abstraites. Son aquarelle Caoutchouc (1909, M.N.A.M., Paris) fut considérée comme une des œuvres fondatrices de l'art abstrait. En 1911, il rejoignit le groupe de Puteaux qui se réunissait dans le studio du peintre Jacques Villon. Il était aussi en relation avec l'artiste Marcel Duchamp. Il devint aussi orphiste et créa en 1912, à Puteaux, le Salon de la Section d'or, avant de connaître un premier succès international à l'exposition de Armory Show de New York en 1913, où il fonda avec Marcel Duchamp et Man Ray la revue 291. Marqué par la Broyeuse de chocolat et le concept de ready-made de Marcel Duchamp, il confectionna dès 1913 une série d'œuvres où il reprenait l'esthétique du dessin industriel, recopiant ou simplifiant des images qu'il trouvait dans le magazine scientifique La Science et la Vie. Les compositions de Picabia présentent un caractère volontairement absurde, tant par le titre qui leur fut donné que par les inscriptions et textes dont elles furent pourvues. Francis Picabia De 1913 à 1915, Picabia se rendit plusieurs fois à New York et prit une part active dans les mouvements d'avant-garde, introduisant l'art moderne sur le continent américain. En 1916, après une série de compositions « mécanistes » où il traitait les objets manufacturés avec une distante ironie, il lança à Barcelone la revue 391 et se rallia au dadaïsme. Il rencontra Tristan Tzara et le groupe dada de Zurich en 1918. Il se fit alors le propagateur de dada avec André Breton à Paris — moment où il créa des œuvres d'un humour particulièrement provocateur et truculent. Polémiste, iconoclaste, sacrilège, le turbulent Picabia s'agita un temps autour de Dada en électron libre, en étant en principe anti-tout, voire anti-Picabia. En 1921, il rompit avec ses anciens complices. Francis Picabia fut un vrai moderne. Outre l'automobile, il se passionna pour le cinéma et la photographie à laquelle il fut initié très tôt. Ses écrits sur le cinéma révèlent un réel intérêt et il pressentit le rôle que le cinéma américain continuerait à jouer. En 1924, il écrivit un scénario délirant (montrant une partie d'échecs entre Marcel Duchamp et Man Ray) pour le court-métrage Entr'acte, destiné à être projeté à l'entracte de son ballet instantanéiste Relâche'' (chorégraphie de Jean Börlin, musique d'Erik Satie). Il travailla ensuite pour les Ballets suédois de Rolf de Maré, pour lesquels il réalisa de nombreux décors. Picabia fut l'homme de tous les courants novateurs et refusa de se laisser enfermer dans un seul type d'expression. Il eut des périodes liées au futurisme, à la figuration académique (aux accents oniriques). Après 1945, il renoua avec l'abstraction. Aimant beaucoup les fêtes et les voitures (il en collectionna plus de 150) il se ruina, ce qui le poussa à multiplier les petites toiles de nombreux genres, parfois même inspirées de magazines pornographiques. Ses derniers tableaux furent minimalistes, des points de couleurs semés sur des fonds épais et monochromes, titrés Je n'ai plus envie de peindre, quel prix?, Peinture sans but ou Silence.... La critique y reverrait le signe de Dada. Une grande rétrospective de cet artiste kaléidoscopique se tint à la galerie René Drouin à Paris au printemps 1949. Il écrivit aussi de la poésie.

Ses œuvres

- Udnie (1913, M.N.A.M., Paris)
- Edtaonisl (1913, Art institute of Chicago, Chicago).
- Prostitution universelle (1916, Yale University Art Gallery, New Haven)
- Danse de Saint Guy (Tabac Rat) (1919, M.N.A.M, Paris)
- L'œil Cacodylate (1921, M.N.A.M, Paris)
- Chapeau de Paille? (1921, M.N.A.M, Paris)
- Flirt a été vendue 908 238 € en décembre 2004.
- Printemps (datée de 1938, Galerie Rose Fried USA)

Bibliographie

- Poèmes, Mémoire du livre, Paris, 2002
- Écrits critiques, Mémoire du livre, Paris, 2005

Références

- Serge Fauchereau, Picabia, éditions Cercle d'Art, Paris, 2002
- Francis Picabia, singulier idéal, catalogue de l'exposition, musée d'Art moderne de la ville de Paris, Paris, 2002-2003
- Alain Jouffroy, Picabia, éditions Assouline, Paris, 2003 ==
Sujets connexes
Alain Jouffroy   Alfred Sisley   André Breton   Art abstrait   Art moderne   Avant-garde (art)   Ballets suédois   Barcelone   Chicago   Cuba   Cubisme   Dadaïsme   Entr'acte (film)   Erik Satie   Espagne   France   Futurisme   Groupe de Puteaux   Impressionnisme   Jacques Villon   Jean Börlin   Man Ray   Marcel Duchamp   New Haven   New York   Orphisme (art)   Paris   Peinture   Poésie   Ready-made   Relâche (ballet)   Rolf de Maré   Section d'or   Tristan Tzara  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^