Recueillements poétiques

Infos
Recueillements poétiques est un recueil de poèmes d'Alphonse de Lamartine, publié en 1839 C’est une épitre c’est à dire une lettre en vers dans la mesure où elle comporte la mention du lieu d’écriture « Saint Point » la date du message « 15 septembre 1837 » et enfin le destinataire du message « frère ». Dans ce poème, Lamartine confesse à son «frère» ses remords pour s’être égoïstement attendri sur ses propres misères «Le temp
Recueillements poétiques

Recueillements poétiques est un recueil de poèmes d'Alphonse de Lamartine, publié en 1839 C’est une épitre c’est à dire une lettre en vers dans la mesure où elle comporte la mention du lieu d’écriture « Saint Point » la date du message « 15 septembre 1837 » et enfin le destinataire du message « frère ». Dans ce poème, Lamartine confesse à son «frère» ses remords pour s’être égoïstement attendri sur ses propres misères «Le temps n'est plus où j'écoutais mon âme, se plaindre et soupirer comme une faible femme», « j'ai crié ma misère hélas! ». C’est une autocritique par laquelle le poète exprime ses regrets d’avoir agi de la sorte « comme une faible femme ». Le poète se reproche le comportement larmoyant « se plaindre et soupirer », les angoisses « les angoisses d’un seul esprit » et les délires dont il s’est longtemps rendu coupable «j’ai partagé le délire ». Il dénonce, en outre, son égoïsme démesuré « Je resserrais en moi l'univers amoindri; dans l'égoïsme étroit d'une fausse pensée » Lamartine s’en prend à lui-même, son reproche porte en premier lieu sur son lyrisme mélancolique et plaintif « chants de deuil ma lyre intérieure » « comme un écho qui pleure ». Il reconnaît, en se comportant ainsi, d’avoir commis une erreur « la faute » et de s’être brisé moralement « mon âme s'est brisée ». Le poème comporte un champ lexical de l’expression de la souffrance morale « souffrir » « douleur » « cri » « pleurs ». Le poète se fait un autre reproche, celui de son aveuglement face à ce qui se déroule dans le monde qui l’entoure « l’univers » et de ne prêter attention qu’à sa personne et à ses misères « dans l'être universel au lieu de me répandre … je resserrais en moi l'univers amoindri ». Lamartine a eu recours à la métaphore de l’« atome » pour mettre l’accent sur l’insignifiance de sa personne en regard de l’immensité de l’humanité et de ses souffrances « de l'univers sensible atome insaisissable ». Il se remet, ainsi, en cause et exprime son regret de ne pas avoir été présent auprès de l’humanité « devant le grand soleil j'ai mis mon grain de sable, Croyant mettre un monde à l'abri ». Ce constat d’échec va le pousser à agir. Il annonce qu’il renonce définitivement à son attitude passive et égoïste pour se consacrer désormais aux douleurs de ses frères «puis mon cœur, insensible à ses propres misères, s'est élargi plus tard aux douleurs de mes frères ». Lamartine va adopter un nouveau programme poétique. Sa vision du monde s’ouvrira, dorénavant, sur l’humanité. Son nouveau programme aura pour but de s’occuper d’autrui. « Tous leurs maux ont coulé dans le lac de mes pleurs ». Il sera le poète et le porte parole des mots de l’humanité « l'âme d'un seul, ouverte aux plaintes de la foule ». Lamartine s’assigne une nouvelle mission : écouter les autres, chanter leurs douleurs et leurs souffrances et l’exprimer en faisant de la poésie « a gémi toutes les douleurs ». Catégorie:Romantisme Catégorie:Recueil de poèmes en français
Sujets connexes
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^