Drapeau européen

Infos
Drapeau européen Le drapeau européen est le symbole non seulement de l’Union européenne, mais aussi de l’unité et de l’identité de l’Europe dans un sens plus large, puisqu'il a d'abord été le drapeau du Conseil de l'Europe. Le cercle d'étoiles dorées représente la solidarité et l’harmonie entre les peuples d’Europe. Le nombre d'étoiles n’est pas lié au nombre d’États membres. Il comporte douze étoiles, car ce chiffre est traditionnellement un symbo
Drapeau européen

Drapeau européen Le drapeau européen est le symbole non seulement de l’Union européenne, mais aussi de l’unité et de l’identité de l’Europe dans un sens plus large, puisqu'il a d'abord été le drapeau du Conseil de l'Europe. Le cercle d'étoiles dorées représente la solidarité et l’harmonie entre les peuples d’Europe. Le nombre d'étoiles n’est pas lié au nombre d’États membres. Il comporte douze étoiles, car ce chiffre est traditionnellement un symbole de perfection, de plénitude et d’unité. Ainsi, le drapeau reste le même, indépendamment des élargissements du Conseil de l'Europe (actuellement 46 membres) ou de l'Union européenne (actuellement 27 membres).

Description

Description constitutionnelle

Le traité de Rome de 2004, dans son article I-8 (Les symboles de l'Union), précise que « Le drapeau de l'Union représente un cercle de douze étoiles d'or sur fond bleu ».

Description héraldique

« D'azur à un cercle composé de douze étoiles d'or à cinq rais dont les pointes ne se touchent pas. »

Description géométrique

L'emblème est constitué par un rectangle bleu dont le battant a une fois et demie la longueur du guindant. Les douze étoiles d'or s'alignent régulièrement le long d'un cercle non apparent, dont le centre est situé au point de rencontre des diagonales du rectangle. Le rayon de ce cercle est égal au tiers de la hauteur du guindant. Chacune des étoiles à cinq branches est construite dans un cercle non apparent, dont le rayon est égal à un dix-huitième de la hauteur du guindant. Toutes les étoiles sont disposées verticalement, c'est-à-dire avec une branche dirigée vers le haut et deux branches s'appuyant sur une ligne non apparente, perpendiculaire à la hampe.

Couleurs

-Pour le bleu : Pantone Reflex Blue ou 100 % de Process Cyan mélangé à 80 % de Process Magenta en quadrichromie ou (0, 51, 153) =
-003399 en RVB ;
-pour le jaune : Pantone Yellow ou 100 % de Process Yellow en quadrichromie ou (255, 204, 0) =
-FFCC00 en RVB.

L'histoire du drapeau

L'emblème du Mouvement européen : un E vert sur fond blanc L'histoire du drapeau remonte à l'année 1950. À cette époque, la Communauté européenne du charbon et de l'acier (organisation ayant précédé la Communauté Européenne et l'Union européenne) n'était constituée que de six États fondateurs (RFA, Bénélux, France, Italie). Cependant, un autre organisme rassemblant un plus grand nombre de membres, le Conseil de l'Europe, avait été créé, dès 1949 : celui-ci veillait notamment à défendre les Droits de l'homme et à promouvoir la culture européenne. Le 18 août 1950, le Conseil de l'Europe cherchant un symbole pour le représenter, charge une commission de traduire « les valeurs spirituelles et morales qui sont le patrimoine commun des peuples qui le composent »En 1950, c’était Paul M.G. Lévy qui était le premier directeur au service de presse du Conseil de l’Europe. C’est donc lui qui fut chargé de faire aboutir le projet de drapeau. Paul-Henri Spaak, un des pères de l'Europe, marmonne alors : « Question délicate ». Robert Bichet est le rapporteur de cette commission. De nombreuses propositions avaient été présentées, entre autres, le signe du Mouvement européen, un « E » vert sur fond blanc, ou bien le drapeau du mouvement Pan-Europe, un disque d’or et une croix rouge sur fond bleu. Mais la première alternative ne donnait pas satisfaction du point de vue esthétique. Quant à la seconde, comme toutes les propositions contenant une croix, elle fut rejetée à cause de la résistance de la Turquie. Une exposition au palais de Tokyo (Paris) est organisée où un Japonais a l'idée nouvelle d'une grande étoile dorée sur fond bleu. Les couleurs bleu et or firent des adeptes, et plusieurs propositions comportant chacune des étoiles dorées sur fond bleu furent examinées. Salvador de Madariaga (un antifranquiste né à La Corogne, 1886-1978) propose alors un champ d'azur avec étoiles en lieu et place des capitales. Mais la constellation ainsi formée ressemble à la Grande Ourse. D'autres proposent une forme de croix qui est récusée par les socialistes. Le 25 septembre 1953, Bichet annonce alors un fond d'azur portant un cercle de quinze étoiles d'or (le Conseil de l'Europe comporte alors 15 États membres). Or, les Allemands s'insurgent au prétexte que la Sarre, qui siégeait au Conseil, avait sa propre étoile. Le 12 novembre 1954, le rapporteur met au vote huit anneaux d'or mais ce projet est retiré en raison des protestations pour la ressemblance avec le Drapeau olympique (mentionné dans le rapport), mais aussi parce que les anneaux évoquent les chaînes de la servitude, pour des sémiologues, un cadran téléphonique et que les démocrates-chrétiens et les socialistes s'y opposent. Les figures imposées par la commission : simplicité, lisibilité, harmonie, esthétique, équilibre, valeur symbolique, sont respectées. Paul M. G. Lévy s'adressa à Arsène Heitz, qui proposa un simple cercle de douze étoiles d'or, sur fond bleu. Après de nouvelles discussions sur le nombre de ces étoiles, on a fini par en conserver ce nombre de douze, bien que le Conseil de l'Europe n'ait jamais comporté douze membres. Le 25 octobre 1955, l'Assemblée parlementaire choisit à l'unanimité un emblème d'azur portant une couronne de douze étoiles d'or. Le Comité des ministres du Conseil de l’Europe adopta définitivement cette proposition lors de sa réunion du 7 au 9 décembre 1955. La bannière étoilée sera inaugurée solennellement le 13 décembre de la même année à Paris. Monsieur Arsène Heitz s'était inspiré de sa foi catholique mariale, et peut-être des vitraux de la Cathédral de Strasbourg (http://www.adpfrance.com/europe.htm), pour faire ce drapeau composé de douze étoiles (symbole de Marie, des douze apôtres et des douze tribus d'Israël) sur fond bleu (couleur de Marie dans la tradition catholique). Le Comité des ministres du Conseil de l'Europe n'était pas au courant de cette inspiration qui leur a été présentée comme un symbole universel: les douze signes du zodiaque, les douze tribus d'Israël, les douze mois, les douze heures, les douze travaux d'Hercule, Loi des Douze Tables romaine... Le Conseil de l'Europe a ensuite invité les autres institutions européennes à adopter le même drapeau. En 1983, le Parlement européen, élu au suffrage universel direct en 1979, a opté pour cet emblème pour lui-même par une résolution non contraignante et propose qu'il devienne le drapeau de la Communauté. Il faut dire qu'il siégeait alors, pour ses sessions ordinaires, dans un bâtiment loué au Conseil de l'Europe à Strasbourg qui arborait ce même drapeau. Finalement en juin 1985, le drapeau du Conseil de l'Europe a été adopté par tous les chefs d'État et de gouvernement des Communautés, comme l'emblème officiel des institutions européennes qui à cette époque portaient le nom de Communautés européennes, pour entrer en vigueur au 1986, date à laquelle la Communauté européenne comporterait douze États membres, avec l'entrée de l'Espagne et du Portugal (à la même date, ce qui est une coïncidence recherchée). Depuis le début de l'année 1986, le drapeau sert de symbole à toutes les institutions européennes. Il est de plus en plus utilisé par les États membres, accolé ou associé aux drapeaux nationaux (bâtiments publics, défilés). Le drapeau européen est l'emblème unique de la Commission européenne, l'exécutif de l'Union européenne. Logo du Conseil de l'Europe Depuis, le Conseil de l'Europe a adopté comme logo un drapeau européen modifié par l'adjonction d'un « e » doré, en cursif, pour marquer sa particularité. Contrairement au drapeau et à l'hymne, qui sont devenus des symboles européens communs, ce logo est un signe distinctif, propre au Conseil de l'Europe. L'organisation s'est dotée de ce logo à l'occasion de son 50 anniversaire, en mai 1999. Son maintien a été entériné par une résolution du Comité des ministres en 2000. Son usage est soumis à autorisation.

Symbolique

- Le nombre douze : Dans différentes traditions, douze est un nombre symbolique représentant la complétude et la perfection : les douze mois, les douze tribus d'Israël, les douze apôtres, les douze étoiles sur la médaille de la Rue du Bac, les douze signes du zodiaque, les douze heures du jour et de la nuit, ce qui signifie que l’Europe se situe dans le temps et évolue. Ce nombre a été faussement présenté comme le symbole des 12 premiers états membres de l'Union Européenne, puisqu'il existe depuis 1955.
- Le bleu : la couleur bleue représente le ciel du monde occidental.
- Les étoiles : elles représentent les peuples d’Europe. Dans un discours prononcé à Strasbourg en 1990, Václav Havel considéra les douze étoiles comme un rappel que le monde pourrait devenir meilleur, si nous avions de temps en temps le courage de regarder vers les étoiles.
- Le cercle : il est entre autres un symbole d'unité, de solidarité et d’harmonie. Les pointes des étoiles ne se touchent pas, le cercle reste donc ouvert, ce qui signifie que l’Europe ne constitue pas une société close, mais s’ouvre au contraire sur le monde.
- « Un signe grandiose est apparu dans le ciel, une femme revêtue du soleil, la lune sous ses pieds, et sur sa tête une couronne de 12 étoiles. » (Apocalypse XII, 1) Un vexillologue, Patrice de La Condamine, y voit un « message aterritorial », l'évocation de « ce continent sans rivages précis qui s'est construit en allant à la rencontre des peuples, apportant aux autres et assimilant ce que les autres lui apportaient » (Les Couleurs de l'Union européenne, Les Enclaves libres, Cette-Eygun). Certains voient dans ce drapeau une symbolique mariale : c'est d'ailleurs la vision d'Arsène Heitz, le dessinateur du drapeau, fervent catholique. D'autres, comme les milieux de la nouvelle droite, une symbolique maçonnique. L'interprétation mariale reflète-t-elle l'esprit européen des parlementaires du Conseil de l'Europe qui ont adopté ce symbole un 8 décembre, jour de la Fête de l'Immaculée Conception? À cette époque, la Turquie était déjà membre du Conseil de l'Europe et ses représentants n'auraient pas accepté de symbole chrétien. Il est intéressant de signaler que Winston Churchill et Léopold Sédar Senghor, par exemple, étaient membres cette même Assemblée parlementaire.

Autres symboles de l’Europe

- l’Hymne européen
- l’euro
- le passeport européen
- la Journée de l'Europe
- la Devise de l'Europe

Chronologie du drapeau

==
Sujets connexes
Allemagne   Arsène Heitz   Autriche   Belgique   Bleu   Cercle   Cette-Eygun   Chypre (pays)   Commission européenne   Communauté européenne   Communauté européenne du charbon et de l'acier   Communauté économique européenne   Communautés européennes   Conseil de l'Europe   Constitution   Danemark   Drapeau   Drapeau olympique   Droits de l'homme   Déclaration Schuman   Espagne   Estonie   Euro   Europe   Finlande   France   Grande Ourse   Grèce   Hongrie   Hymne européen   Héraldique   Irlande (pays)   Italie   Journée de l'Europe   La Corogne   Lettonie   Lituanie   Loi des Douze Tables   Luxembourg (pays)   Léopold Sédar Senghor   Malte   Mariologie   Mois   Mouvement européen   Norvège   Palais de Tokyo   Pan-Europe   Paris   Parlement européen   Paul-Henri Spaak   Paul M.G. Lévy   Pays-Bas   Pologne   Portugal   Quadrichromie   Rem Koolhaas   Robert Bichet   Rouge vert bleu   Royaume-Uni   Rue du Bac   République tchèque   Sarre (Land)   Seconde Guerre mondiale   Slovaquie   Slovénie   Strasbourg   Suède   Traité de Maastricht   Traité de Rome de 2004   Traité instituant la Communauté européenne   Traité modificatif   Turquie   Union européenne   Vexillologie   Václav Havel   Winston Churchill   Zodiaque  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^