Frédégaire

Infos
C'est une note marginale du manuscrit 766 de la Bibliothèque Municipale de Saint-Omer qui donne le nom de Frédégaire, utilisé dès le Selon la Wikipedia anglaise, le premier usage de cette dénomination dans la littérature imprimée date de 1613., pour désigner une compilation narrative relatant les événements allant de l'origine du monde à l'année 660. Le débat des érudits continue pour déterminer le nombre des auteurs, leur origine géographique, la structure orig
Frédégaire

C'est une note marginale du manuscrit 766 de la Bibliothèque Municipale de Saint-Omer qui donne le nom de Frédégaire, utilisé dès le Selon la Wikipedia anglaise, le premier usage de cette dénomination dans la littérature imprimée date de 1613., pour désigner une compilation narrative relatant les événements allant de l'origine du monde à l'année 660. Le débat des érudits continue pour déterminer le nombre des auteurs, leur origine géographique, la structure originale de l'œuvre. Les dernières hypothèses feraient de Frédégaire (dit aussi Pseudo-Frédégaire en raison de ces incertitudes) un auteur unique d'origine bourguignonne mais qui aurait écrit en Austrasie vers 658-660. La Chronique de Frédégaire représente l’un des rares documents écrits à l’époque des Mérovingiens. Si le récit est centré sur les royaumes francs, il fournit également des informations précieuses sur l'histoire de l'Italie (Lombards et Ostrogoths, vraisemblablement), de l'Hispanie avec le royaume wisigoth et même sur le monde byzantin.

Historique

Le découpage qui suit, n’est en rien absolu car il n’existe aucune certitude sur les auteurs, leurs sources et les périodes qu’ils ont couverts. Cependant ce texte sert de référence, car son contenu est totalement corroboré par d’autres documents, histoire byzantine, Liber pontificalis... Ce qui paraît certain pour tous les historiens, c’est que Childebrand et son fils Nibelung en aient bien rédigé les dernières parties. On associe à cette chronique trois continuations successivement ajoutées en 736, en 751 et en 768. La première reprend une version austrasienne du Liber Historiae Francorum prolongée jusqu'en 736. La deuxième couvre la période allant de 736 à 751. La troisième raconte les faits durant le règne de Pépin le Bref jusqu'à l'avènement de ses fils Carloman et Charlemagne en 768. La chronique écrite vers 660, se compose de trente-trois paragraphes (soit quatre livres). Les trois premiers livres ne sont que des listes chronologiques plus ou moins justes, inspirées par le Liber Generationis d'Hippolyte de Rome (écrivain de la première moitié du III siècle) auquel succèdent des Chroniques d'Isidore de Séville (560?-636), de Jérôme de Stridon (347 ?-420) et d'Hydatius. Ces textes servent ici de référence, comme pour bon nombre d'autres ouvrages du Moyen Âge. Vient ensuite un résumé des livres I à IV de Dix livres d'histoire de Grégoire de Tours. Puis débute enfin le travail du pseudo-Frédégaire (pseudo, car nul n’est certain qu’il ait existé). Le quatrième livre est original, couvrant la période de 584 à 642. La rédaction a été entamée par un ou deux auteurs, burgonde(s) semble-t-il. Le premier a rédigé la période allant de 604 à 613. Le second a ajouté des notes sur les années 614 à 624. De 625 à 642, la rédaction est plus élaborée et se déroule en Austrasie (ce qui pourrait faire penser à deux auteurs, un burgonde et le second austrasien, ou à un seul ayant changé de résidence). Pour cette période, on sent que l’auteur évoluait certainement à la Cour, obtenant des informations directes. Le premier continuateur, est connu sous le nom de « Moine de Laon », il vit très certainement en Austrasie et couvre les années allant de 642 à 736. Il y intègre le Liber Historiae Francorum, chronique rédigée à Saint-Denis ou à Rouen, en le modifiant. L’œuvre a certainement été interrompue par le décès de son auteur. C'est dans cette partie, concernant l'année 685, que l'on trouve la seule allusion historique à Alpaïde mère de Charles Martel (685-741) et de Childebrand (690-751). Le texte (IV-172) nous dit exactement ceci : "(Pépin II) prit une autre uxor nobilis et elegans (épouse noble et élégante), de qui il eut un fils". Il n'existe aucun autre texte de cette époque, qui parle de la naissance de Charles ou de sa mère. Ce n'est que bien plus tard, qu'apparaîtront des textes évoquant les origines de la "seconde" épouse. Le second continuateur, est un grand personnage parfaitement connu, le comte austrasien Childebrand, frère de Charles Martel. Pour les années 736 à 751 qu’il rédige ou dirige, le texte devient plus politique, exaltant les hauts faits des membres de la famille qui détient le pouvoir et aspire au titre suprême. Le troisième et dernier continuateur, n’est autre que Nibelung le fils de Childebrand, qui poursuit l’œuvre de 751 à 768.

Tradition manuscrite et éditions imprimées

On possède de cette Chronique trente-quatre manuscrits, que Krusch et Wallace-Hadrill groupent en cinq familles. L'original est perdu, mais il en existe une copie en onciale faite vers la fin du même siècle par un moine bourguignon du nom de Lucerius. Toutefois, la plupart des manuscrits sont des copies austrasiennes faites vers la fin du huitième et vers le début du neuvième siècle. Wallace-Hadrill a fondé sa traduction sur le texte du MS Paris 10910. L' editio princeps fut publiée à Bâle en 1568 par Flacius Illyrius, qui prit pour texte celui du MS Lat. 864 de la Bibliothèque Palatine de l'Université de Heidelberg. La seconde édition publiée fut Antiquae Lectiones de Canisius à Ingolstadt en 1602. Freherus fut le premier à appeler l'auteur "Frédégaire" dans son édition publiée à Hanovre en 1613Cette section sur la tradition manuscrite et les éditions imprimées est traduite de la Wikipedia anglaise..

Références

Voir aussi

Bibliographie

- Traduction française de la Chronique de Frédégaire (publiée à la suite de l' Histoire des Francs de Grégoire de Tours) par François Guizot, Collection des mémoires relatifs à l'histoire de France, vol. 2, Paris, 1823.
- Collins R., Fredegar, coll. Authors of the Middle Ages, vol. IV, n°13 (vol. 13 de la série Historical and Religious Writers of the Latin West), Aldershot, Variorum, 1996.
- Frédégaire, Chronique des temps mérovingiens Traduction par Olivier Devillers et Jean Meyers BREPOLS: Turnhout (Belgium) en 2001. ISBN 2-503-51151-1 ===
Sujets connexes
Alpaïde de Bruyères   Austrasie   Byzance   Bâle   Canisius   Carloman   Charlemagne   Charles Martel   Childebrand   Grégoire de Tours   Hanovre   Hippolyte (antipape)   Hispanie   Idace de Chaves   Ingolstadt   Isidore de Séville   Italie   Jérôme de Stridon   Liber Historiae Francorum   Moyen Âge   Mérovingiens   Pépin le Bref   Royaume wisigoth   Royaumes francs   Saint-Omer (Pas-de-Calais)  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^