Aigues-Mortes

Infos
300px Aigues-Mortes est une commune française, située dans le département du Gard et la région Languedoc-Roussillon. Pendant la Révolution française la ville fut appelée Port-Pelletier. Ses habitants sont appelés les Aiguemortais.
Aigues-Mortes

300px Aigues-Mortes est une commune française, située dans le département du Gard et la région Languedoc-Roussillon. Pendant la Révolution française la ville fut appelée Port-Pelletier. Ses habitants sont appelés les Aiguemortais.

Géographie

Par le réseau routier, Aigues-Mortes est située à 35 km environ de Nîmes (préfecture du Gard) et 30 km de Montpellier (préfecture de l'Hérault). À vol d'oiseau : 32, 5 km de Nîmes et 26 km de Montpellier. Le territoire communal est composé d'une partie de la plaine humide et des étangs de Petite Camargue. Il est séparé du golfe du Lion (mer Méditerranée) par la commune du Grau-du-Roi. Aigues-Mortes est cependant reliée à la mer par le canal du Grau-du-Roi.

Histoire

Le nom d’Aigues-Mortes provient des marais et des étangs appelés les Eaux-Mortes (Aquae Mortuae) qui s'étendaient autour du village. Les habitants vivaient de la pêche, de la chasse et de la fabrication du sel produit dans différents petits marais salants en bordure de mer. La région était sous la domination des moines de l'abbaye de Psalmodie. En 1240, Saint Louis s'intéressa à la position géographique que représentait ce petit village. Il souhaitait en effet obtenir un accès à la mer Méditerranée. Il obtint des moines de l'Abbaye la ville et les terres alentours par échange de propriétés. Il bénéficia ainsi de la gabelle, impôts prélevé sur la production du sel. Il construisit une route entre les marais et y bâtit la tour Carbonnière pour servir de tour de guet et protéger l'accès à la ville. Il construisit ensuite la tour de Constance pour abriter sa garnison. En 1272, le fils et successeur de St Louis, Philippe le Hardi, ordonna la création d'une enceinte de remparts autour de la ville. Les travaux ne s’achèveront que 30 ans plus tard. C'est de là que Saint-Louis partit par deux fois pour les Croisades : la septième croisade en 1248 et la huitième croisade en 1270 pour Tunis où il mourut de la peste. - 1270 constitue à tort pour beaucoup d'historiens la dernière étape d'un processus engagé à la fin du . Le jugement est hâtif car le transfert de croisés ou de mercenaires à partir du port d'Aigues mortes a continué. L'ordonnance donnée en 1275 au chevalier Guillaume de Roussillon par Philippe III le Hardi et le pape Grégoire X après le concile de Lyon de 1274 en guise de renfort à St Jean d'Acre en Orient, démontre que l'activité maritime y perdurait toujours en vue d'une neuvième croisade qui n'aura jamais lieu.(ordonnance de Guillaume de Roussillon - Roger la noblesse de France aux croisades p 158). De ce fait historique (de 1270) découle la croyance populaire, voulant que la mer atteigne Aigues-Mortes à cette époque. En fait (les études de l'ingénieur Charles Léon Dombre le confirment), l'ensemble du port d'Aigues-Mortes, comprenait le port proprement dit qui se trouvait dans l'étang de la Marette, le Canal-Viel et le Grau-Louis, le Canal-Viel étant le chenal d'accès à la mer. C'est approximativement sur le Grau-Louis qu'est construite aujourd'hui la Grande-Motte. En 1893 elle fut le théâtre d'un conflit entre ouvriers italiens et français travaillant dans les salins de Peccais qui se transforma en une véritable tuerie avec neuf morts et une centaine de blessés du côté italien (Cf. Enzo Barnabà, Le Sang des marais, Marseille, 1993).

Économie

Agriculture

Place Saint-Louis
- Culture de la vigne et de l'asperge.
- L'élevage de taureaux et de chevaux de Camargue. Les deux sont élevés pratiquement à l'état sauvage dans les marais environnants.
- Le taureau camarguais est plus petit que les taureaux de combat espagnol, trapu, les cornes et la tête hautes. Il mesure environ 1, 40 m au garrot. Il est principalement destiné à la course à la cocarde qui est très populaire dans la région.
- Le cheval de Camargue est le compagnon indispensable des gardians pour se déplacer dans les marais et trier les taureaux. D'après certaines découvertes d'ossements, il semblerait que le cheval de Solutré de l'ère quaternaire soit son ancêtre. De ce fait, le cheval de Camargue n'est pas très grand, 1, 50 m environ. Il possède une énorme résistance adaptée au terrain. Sa robe est marron à la naissance pour progressivement devenir blanche après quelques années.

Industries

- Production du sel par l'exploitation salinière du groupe Salins

Tourisme

- Grâce à son exceptionnel patrimoine médiéval et à son emplacement à proximité de la mer, la ville attire non seulement de nombreux touristes, mais encore des personnes de tout âge à la recherche d'un climat doux et ensoleillé.

Transports

Fluvial

La ville d'Aigues-Mortes est à un carrefour de canaux :
- canal du Rhône à Sète venant du nord-est et repartant vers l'ouest,
- canal de Bourgidou vers le sud-est, et qui rejoint le Petit Rhône par l'intermédiaire d'autres canaux aux limites du Gard et des Bouches-du-Rhône,
- et le grau du roi, entretenu depuis le Moyen Âge et reliant Aigues-Mortes à la partie centrale du Grau-du-Roi.

Ferroviaire

Les remparts avec en arrière-plan, les "camelles" La Ligne Nîmes - Le Grau-du-Roi dessert les villes et villages des Costières de Nîmes et du littoral, avec terminus au Grau-du-Roi. Elle est également utilisée pour le transport du sel fabriqué par une des exploitations salinières du groupe Salins (voir le lien ci-dessous).

Routier

Le développement du tourisme balnéaire depuis les années 1960 a été marqué par la construction de nouvelles stations balnéaires (La Grande-Motte) ou l'extension des existantes (Le Grau-du-Roi-Port-Camargue). Pour faciliter leur accès aux touristes, le réseau routier littoral a été densifié et relié à l'autoroute A9. Aigues-Mortes bénéficie ainsi de ces axes :
- à l'est, la départementale D 58 relie la ville aux Saintes-Maries-de-la-Mer et à la commune d'Arles. Cette route serpente à travers les rizières et les différents étangs qui composent la Camargue.
- à l'ouest, la départementale D 62 a été élargie en 2x2 voies pour permettre une jonction rapide vers Montpellier.
- au nord, la départementale D 979 relie directement la ville à l'autoroute au niveau de Gallargues-le-Montueux.

Administration

|- | align=right| mars 1989 || 2006 || René Jeannot || align="center"| || |- | align=right| 1977 || 1989 || Sodol Colombini ||align="center"|PCF || |- | align=right| 1965 || 1977 || Maurice Fontaine ||align="center"| || |- | align=right| || 1965 || Fabre ||align="center"| ||

Démographie

Jumelages et partenariats

Culture

La fougasse d'Aigues-Mortes

Les toits d'Aigues-Mortes, les remparts puis les salins et la mer. Appelée "Fougasse" dans le midi et "Fouasse" dans le centre. On peut la classer dans la lignée des premières pâtisseries à base levée. (La pâtisserie telle que nous la consommons aujourd'hui est un "art" assez récent, voir traité Pâtisserie de "la Varenne 1653…". On en trouve de la sucrée (dénommé tarte au sucre par endroit) ou encore salée (avec ou sans gratillons). (Rabelais a évoqué dans son roman Gargantua… les Fouassiers…) voir Larousse pour Fouace. Il n'y a pas si longtemps encore à Aigues-Mortes, on fabriquait la "Fougasse au sucre" uniquement pour Noël; Le travail incombait au boulanger, le client amenait les ingrédients de base. Sa recette: pâte à brioche, sucre, beurre et fleur d'oranger. La Fougasse trônait (et trône toujours) sur les tables locales en compagnie des 13 desserts Provençaux. À présent, la Fougasse se vend toute l'année. Souvent imitée, rarement égalée, elle se complaît en Aigues-Mortes. Il est regrettable de retrouver une imitation de la "Fougasse d'Aigues-Mortes" un peu n'importe où et qui n'a rien de comparable à l'original, issu du canton.

Lieux communaux et culturels

Monuments et curiosités

La tour de Constance et les remparts

Tour de Constance La tour de Constance, fut érigée en 1242 par Saint Louis sur l’ancien emplacement de la tour Matafère, construite par Charlemagne vers 790, pour abriter la garnison du roi. Les travaux se terminèrent en 1254. Son diamètre est de 22m, sa hauteur au sommet de la lanterne est de 33m. L’épaisseur des murs à la base est de 6m. Au rez-de-chaussée, on trouve la salle des gardes avec son accès protégé par une herse. Au centre de la pièce, une ouverture circulaire permet d’accéder aux sous-sols qui servaient de garde-manger, de réserve de munitions et aussi de cachots. Ce lieu s’appelait les « culs de basse fosse ». Au premier étage, on accède à la salle des chevaliers. Elle ressemble de par sa structure à la salle des gardes. C’est dans cette salle que furent emprisonnées au des protestantes dont la plus connue fut Marie Durand qui grava sur la margelle du puits le mot « résister ». Ce mot est toujours visible de nos jours. Elle fut emprisonnée à l’âge de 15 ans et libérée 38 ans plus tard, avec des prisonniers politiques (Abraham Mazel, chef camisard). Entre ces deux salles, un étroit chemin de ronde, fut construit dans l'épaisseur du mur pour surveiller la salle basse. Après la salle des chevaliers, on accède à la terrasse qui offre un large panorama sur la région, représentant ainsi un poste idéal de surveillance. Les prisonnières étaient quelques fois autorisées à venir y respirer l’air pur.

La tour Carbonnière

Tour Carbonnière (face nord) Située sur la commune de Saint-Laurent-d'Aigouze, la tour Carbonnière est citée pour la première fois dans un texte daté de 1346 qui donne des précisions sur la fonction de l’ouvrage. Il y est dit .. que cette forteresse est la clé du royaume en cette contrée. En effet, située au milieu des marais, elle était le passage obligé pour accéder à Aigues-Mortes. Elle était tenue par une garnison composée d’un châtelain et de plusieurs gardes. Depuis sa terrasse qui pouvait supporter jusqu’à quatre pièces d’artillerie, on a une vue panoramique sur la Petite Camargue.

L’église Notre-Dame-des-Sablons

Elle a vraisemblablement été construite avant les remparts, vers le milieu du . Collégiale en 1537, elle fut saccagée par les protestants en 1575. Après la reconstruction du clocher en 1634 elle devint successivement sous la Révolution, temple de la Raison, caserne, magasin à grains et entrepôt de sel. Elle fut rendue au culte en 1804 et restaurée de 1964 à 1967.

La chapelle des Pénitents Gris

Plan d'Aigues-Mortes Située à l'est de la place de la viguerie elle est la propriété de la confrérie des Pénitents Gris créée en 1400. La façade est du style Louis XIV. La porte d'entrée du est ornée d'une statue en bois. Retable sculpté en 1687 par Sabatier. À l'intérieur, un retable représente la passion du Christ. Il fut construit en stuc de plâtre gris en 1687 par le sculpteur montpelliérain Sabatier. Ce retable, sur lequel figurent les armoiries de la confrérie, occupe tout le fond du cœur.

La chapelle des Pénitents Blancs

Située à l'angle de la rue de la République et de la rue Louis-Blanc, elle appartient à la confrérie des Pénitents Blancs crée en 1622. Au dessus du chœur, sur la voute, on peut voir une copie du retable de Jérusalem où le Christ a célébré la Pâque et le jeudi Saint avec ses apôtres. Autour du maître-autel, une peinture sur toile retrace la descente du Saint Esprit le jour de la Pentecôte. On l'attribue à Xavier Sigalon, peintre né à Uzès en 1778. De chaque côté du chœur se dressent deux statues : à gauche saint Félix pour la rédemption des captifs, à droite saint Jacques le Mineur, premier évêque de Jérusalem.

La place Saint-Louis

Statue Saint Louis Elle est le cœur touristique de la cité. Au centre, face à l'entrée principale de La porte de la Gardette, est érigée la statue de Saint Louis, œuvre de James Pradier en 1849.

Personnages célèbres

- Ferdinand Gaillard : artiste lyrique, né à Aigues-Mortes le 11 janvier 1876, décédé à Bargemon dans le Var le .
- Michel Mézy : ancien footballeur

Galerie d’images

Château d’Aigues-Mortes

Voir aussi

- Communes du Gard
- Camargue

Bibliographie

- Simien Frédéric, Aigues-Mortes, éditions Alan Sutton, 2006.
- Simien Frédéric, Aigues-Mortes, tome II, éditions Alan Sutton, 2007. ==
Sujets connexes
Abbaye de Psalmodie   Abraham Mazel   Aigues-Mortes   Années 1960   Arles   Arrondissement de Nîmes   Asperge   Bargemon   Bouches-du-Rhône   Camargue   Camisard   Canal du Rhône à Sète   Canton d'Aigues-Mortes   Charlemagne   Chœur (architecture)   Collégiale   Communauté de communes Terre de Camargue   Communes du Gard   Confrérie   Ferdinand Gaillard   France   Félix de Valois   Gallargues-le-Montueux   Gard   Gardian   Gentilé   Golfe du Lion   Huitième croisade   Hérault   Institut national de la statistique et des études économiques   James Pradier   Jérusalem   Jésus de Nazareth   La Grande-Motte   Languedoc-Roussillon   Le Grau-du-Roi   Ligne Nîmes - Le Grau-du-Roi   Louis Blanc   Louis IX de France   Léon Dombre   Marie Durand   Mars (mois)   Mer Méditerranée   Michel Mézy   Montpellier   Moyen Âge   Nîmes   Parti communiste français   Passion du Christ   Pentecôte   Philippe III de France   Protestantisme   Retable   Rhône   Rizière   République   Révolution française   Saint-Laurent-d'Aigouze   Saintes-Maries-de-la-Mer   Septième croisade   Statue   Taureau   Temple de la Raison   Tour de Constance   Tourisme   Uzès   Var (département)   Vigne   Xavier Sigalon  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^