Wagon de l'armistice

Infos
Wagon de l'armistice Le wagon de l'armistice est le wagon dans lequel furent signés les armistices du 11 novembre 1918 et du 22 juin 1940 entre l'Allemagne et la France.
Wagon de l'armistice

Wagon de l'armistice Le wagon de l'armistice est le wagon dans lequel furent signés les armistices du 11 novembre 1918 et du 22 juin 1940 entre l'Allemagne et la France.

Armistices

Le wagon-salon (qui est en fait une voiture-restaurant transformée, n° 2419 D) fut placé dans la Clairière de l'Armistice (également appelée la Clairière de Rethondes), dans la forêt de Compiègne (Oise). C'est à cet endroit que fut signé, à la demande de l'Allemagne, l'armistice du 11 novembre 1918 avec la France. L'armistice du 22 juin 1940, cette fois-ci demandé par la France à l'Allemagne, fut signé par la volonté de Hitler dans ce même wagon historique placé exactement au même endroit qu'en 1918. Ce désir de placer le wagon au même endroit que pour le précédent armistice, montre l'esprit de revanche qu'avait Hitler envers la France, qui, selon lui, avait humilié l'Allemagne à la fin de la Première Guerre mondiale.

Réplique

Après la signature de l'armistice du 22 juin, le wagon fut transporté en Allemagne. Il fut détruit par les SS, en 1945, à la fin de la Seconde Guerre mondiale lorsque plus rien ne pouvait faire reculer les troupes alliées. Un wagon appartenant à la même série aménagé à l'identique, le n° 2439 D, le remplace dans la Clairière de Rethondes, depuis le 11 novembre 1950.

Histoire du wagon historique

Maréchal Foch avant d'entrer dans le wagon de l'armistice Le wagon de l'armistice est à l'origine la voiture-restaurant n° 2419 D de la compagnie internationale des wagons-lits (CIWLT). Cette voiture, livrée à la CIWLT le 20 mai 1914, assura ses premières rotations au départ de Paris-Montparnasse vers la Bretagne (Saint-Brieuc). Elle assura par la suite différents services sur le réseau de l'État, notamment vers Bordeaux et Rennes, puis sur le réseau de l'Est. Elle assura son dernier service sur le parcours Paris-Thionville en août 1918. En octobre 1918, il fut décidé de la transformer en wagon-bureau afin de l'incorporer dans le train d'état-major du maréchal Foch. Elle fut effectivement mise à disposition de l'état-major le 29 octobre 1918. Sa réquisition fut levée en septembre 1919. Le gouvernement dirigé par Georges Clemenceau ayant demandé à la CIWLT de lui céder cette voiture pour l'exposer au musée de l'armée, la CIWLT décida d'en faire don à l'État Après la Grande Guerre, elle fut exposée pendant six ans, du 28 avril 1921 au 8 avril 1927 dans la cour d'honneur des Invalides. Le 24 juin 1940, les Allemands l'ont transportée par route jusqu'à Berlin et exposée une semaine devant la Porte de Brandebourg, puis elle fut remisée sur une voie de service à Anhalt. En 1944, elle fut évacuée à Ohrdruf (Thuringe) où elle fut détruite par des SS, conformément aux ordres de Hitler, alors que l'US Army entrait dans la ville.

Voir aussi

- Armistice du 11 novembre 1918
- Armistice du 22 juin 1940 ==
Sujets connexes
Adolf Hitler   Allemagne   Alliés   Armistice de 1918   Armistice du 22 juin 1940   Berlin   Bordeaux   Compagnie des chemins de fer de l'État   Ferdinand Foch   Forêt de Compiègne   France   Georges Clemenceau   Musée de l'armée   Ohrdruf   Oise (département)   Paris   Porte de Brandebourg   Première Guerre mondiale   Rennes   Rethondes   Réquisition   Saint-Brieuc   Schutzstaffel   Seconde Guerre mondiale   Thionville   Thuringe   United States Army   Wagon  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^