Communautarisme identitaire

Infos
Le communautarisme est un terme créé aux États-Unis à la fin du siècle pour qualifier le fonctionnement de la société américaine. En France, le terme prend une autre signification : il est utilisé par les opposants aux revendications culturelles ou politiques de groupes minoritaires.
Communautarisme identitaire

Le communautarisme est un terme créé aux États-Unis à la fin du siècle pour qualifier le fonctionnement de la société américaine. En France, le terme prend une autre signification : il est utilisé par les opposants aux revendications culturelles ou politiques de groupes minoritaires.

Communautarisme en France

Le communautarisme est un terme polémique utilisé en France pour qualifier l'attitude ou, plus généralement, le mode de vie d'une communauté minoritaire devant lesquels les idéaux républicains, égalitaires et laïcs devraient s'effacer au nom d'un droit à la différence revendiqué par ces mêmes minorités. Bien originellement utilisé par les opposants à ces comportements, ce mot est maintenant repris par certaines associations représentant ces minorités. L'utilisation du terme a pour but de substituer à l'expression droits des minorités, à connotation plutôt positive, un terme négatif qui disqualifie la revendication des minorités (culturelles, linguistiques, ethniques, religieuses) dont les droits figurent pourtant clairement dans les textes juridiques internationaux de l'ONU. C'est ainsi que Pierre-André Taguieff a pu écrire: "Le terme «communautarisme» est utilisé, surtout en langue française (depuis les années 1980), pour désigner avec une intention critique toute forme d'ethnocentrisme ou de sociocentrisme, toute autocentration de groupe, impliquant une autovalorisation et une tendance à la fermeture sur soi, dans un contexte culturel dit «postmoderne» où l'«ouverture», et plus particulièrement l'«ouverture à l'autre», est fortement valorisée ..." Alors que d'un côté les droits des minorités sont mentionnés comme des Droits de l'Homme, on voit en France le communautarisme comme un danger pour la liberté et ces mêmes droits. Les droits de l'Homme sont vus en France comme des droits strictements individuels, et les droits collectifs des minorités comme instruments d'oppression individuelle.

Différents communautarismes

Argumentation

Le communautarisme est considéré comme un instrument d'oppression de l'individu qui accorderait à une communauté, ou minorité, plus d'importance qu'à l'individu, lequel vivrait alors enfermé dans sa communauté, contraint de se conformer et se soumettre aux intérêts de cette communauté, qui lui dénierait ses droits individuels. Selon les adversaires du communautarisme les droits d’un individu risquent de devenir différents en fonction de son appartenance à telle ou tell communauté, fondée sur une religion, une ethnie ou une communauté linguistiqueSelon René Andrau. Les tentatives de définition des droits culturels au sens de droits d'une culture impliquent une limitation des droits de l'individu. Interview pour l'Observatoire du communautarisme. En ligne . Consulté le 6 février 2007. Les médecins de l’EFS interdisent le don du sang aux homosexuels, car de nombreuses études soulignent les pratiques à risque en augmentation dans cette population. Les militants de cette communauté jugent cette interdiction discriminatoireBrève du 11 novembre 2006 de l'Observatoire du communautarisme, En ligne . ; Blog de Jean-Luc Romero ; annonce du 12 février 2007 . Plus grave pour les républicains, le communautarisme remet en cause l’espace public neutre, et empêche l’individu de se définir ou de se redéfinirHenri Pena-Ruiz. Laïcité et égalité, leviers de l’émancipation. Observatoire du communautarisme, 1 mars 2004. En ligne . Consulté le 13 février 2007 : une fois membre d’une communauté, il devient difficile d’en sortir (par exemple, le Conseil français du culte musulman (CFCM), sous la pression de l'UOIF, refuse d’accepter le droit à changer de religion pour les musulmans, et préfère que ne ce soit cité dans la charte, que la référence aux droits de l'Homme et non à la seule liberté de changer de religion car celà accriditerait l'idée qu'il y ait quelque chose en islam qui limite cette liberté.Mohamed El Khatib. Le processus de mise en place d'instances représentatives de l'islam en France. De Pierre Joxe à Nicolas Sarkozy : 1990-2003. Disponible en ligne . p 58).

Primauté

La primauté ontologique que l'on accorde à l'un sur l'autre reste cependant un élément problématique de toutes les définitions du communautarisme. Une approche plus dynamique consisterait à isoler le sens et les significations de l'affirmation communautaire dans son caractère oppositionnel.

Multiculturalisme contre communautarisme

Le multiculturalisme est un élément des sociétés contemporaines où il existe aujourd'hui peu d'États homogènes culturellement. On parle de sociétés multiethniques, multiculturelles en raison de l'abondance de groupes présentant des caractéristiques culturelles différentes. Mais la confrontation des différences entre ces communautés pose encore de nombreux problèmes (cf. les débats actuels, qui démontrent par leur simple présence que les « complexités » de la vie contemporaine dans une société de plus en plus « communautaire » ou ségrégée ne sont pas réglées), l'un de ces problèmes étant l'échelle que l'on adopte (mondialité, etc.) pour décrire les phénomènes de dissolution et de recomposition identitaires. Le communautarisme identitaire est un mouvement de pensée qui s'est développé dans les années 1970 - 1980 dans le monde anglo-saxon. Il fait de la communauté (ethnique, religieuse, culturelle, sociale, politique, mystique, sportive…) une valeur aussi importante, sinon plus que celles « universelles » de liberté, d'égalité. Il se pose aussi comme réaction à l'individualisme.

Les positions extrêmes et le positionnement situé

Pour ses défenseurs les plus extrêmes, aucune perspective n'existe en dehors de la communauté et il est impossible de se détacher de son histoire et de sa culture. Pour eux,
- La communauté précède l'individu, l'idéal partagé est plus important que la défense de la liberté individuelle.
- L'État - ou l'autorité, pour les communautés plus petites -, ne peut être neutre ou laïc en matière de choix culturels, religieux ou de morale.
- Les valeurs de référence sont essentiellement traditionnelles, construites sur un passé mythique ou idéalisé. Il existe cependant des formes de communautarisme n'adoptant pas des positions aussi caricaturales, souvent empreintes de fanatisme religieux et de traditionnalisme. Pour eux, l'individu est simplement engagé dans une histoire dont il ne peut être totalement indépendant On appelle alors « individualisme » (triomphant) ce qui reste lorsque les attaches et les appartenances ont été laminées, abêties, disqualifiées. Voir, en ce sens critique, la réflexion sur les et l'écologie des pratiques proposée par la philosophe Isabelle Stengers.. Cette affirmation communautaire exprime un besoin de libération qui n'est ni de la même qualité, ni de la même intensité entre un homme et une femme, entre un Blanc et un Noir, entre un esclave et un homme libre, entre un immigré "sans-papier" et un immigré doté d'une carte de séjour, entre un étranger et un national, entre un homosexuel et un héterosexuel, entre un protestant, un juif, un musulman , un catholique... dans les
conditions spécifiques d'une société''. Exemples:
- au Mexique: les Indiens, des métis et les créoles blancs,
- au Japon, les Burakumin, les Coréens et les Nippons,
- en Inde, les hors-castes et les différentes castes. Et combiner tout cela avec les classes sociales, le genre, l'âge, la couleur de la peau et tous les autres éléments susceptibles de définir une identité pour les individus ou pour les groupes sociaux.

Autres sens

Certains inversent le terme, présentant par exemple les défenseurs de la Communauté européenne comme communautaristes, auxquels s'opposent les souverainistes, en fait plus repliés sur leur communauté nationale. Il y a aussi un communautarisme émergent relatif à l'orientation sexuelle.

Critiques de l'anticommunautarisme français

Plusieurs auteurs ont critiqué l'anticommunautarisme français (voir bibliographie). Les adversaires de l'anticommunautarisme dénoncent la spécificité de l'anticommunautarisme français, alors que les pays anglo-saxons reconnaissent le communautarisme et le multiculturalisme, mais à sa décharge on y recense moins d'émeutes raciales qu'aux USA ou au Royaume Uni. Les anticommunautaristes sont fortement représentés parmi les « nationaux-républicains ».Ils sont accusés, en fonction des communautés concernées :
- de jacobinisme, niant les identités régionales et les langues régionales;
- de favoriser les discriminations en refusant la discrimination positive(?);
- d'islamophobie, de xénophobie, d’homophobie et d'hétérosexisme...

Voir aussi

===
Sujets connexes
Alain de Benoist   Anticommunautarisme   Antoine Sfeir   Burakumin   Caste   Charles Pasqua   Charles Taylor (philosophe)   Communauté   Créolité   Discrimination positive   Esther Benbassa   Ethnie   France   Genre sexuel   Homophobie   Homosexualité   Hétérosexisme   Hétérosexualité   Identité (psychologie)   Inde   Individualisme   Isabelle Stengers   Islamophobie   Jacobinisme   Japon   Jean-Pierre Chevènement   Langues régionales ou minoritaires de France   Liberté   Marine Le Pen   Mexique   Minorité   Multiculturalisme   Métis   Observatoire du communautarisme   Oppression   Pierre-André Taguieff   Racisme   Régionalisme (politique)   Républicanisme   Souverainisme   Totalitarisme   Union des organisations islamiques de France   Universalisme républicain   Vincent Geisser  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^