Huître

Infos
Huître japonaise (Crassostrea gigas), bassin de Marennes-Oléron, vue de dessus Dans la nature, l'huître adapte la forme de sa coquille à celle de ses voisines ou de l'environnement rocheux Huître japonaise, vue latérale Là où elle n'est pas exploitée, l'huître peut contribuer à construire des massifs récifaux Huître japonaise ouverte Le terme huître recouvre un certain nombre de groupes de mollusques marins bivalves qui se développent en mer. Elles ne vi
Huître

Huître japonaise (Crassostrea gigas), bassin de Marennes-Oléron, vue de dessus Dans la nature, l'huître adapte la forme de sa coquille à celle de ses voisines ou de l'environnement rocheux Huître japonaise, vue latérale Là où elle n'est pas exploitée, l'huître peut contribuer à construire des massifs récifaux Huître japonaise ouverte Le terme huître recouvre un certain nombre de groupes de mollusques marins bivalves qui se développent en mer. Elles ne vivent que dans de l'eau salée (contenant 30 à 32 grammes de sel par litre (g/l), voire moins) et se trouvent dans toutes les mers. Les huîtres sont très prisées sur le plan gastronomique et on leur prête des propriétés aphrodisiaques. La majeure partie de la production annuelle est écoulée durant la période des fêtes de fin d'année.

Anatomie

À l'intérieur d'une coquille de nacre, se trouve un corps mou, composé, entre autres, des organes qui servent à filtrer les organismes provenant de l'environnement. Les branchies servent à respirer et à collecter la nourriture que leur estomac digère. Un muscle adducteur puissant permet de maintenir la coquille hermétiquement fermée.lol

Reproduction

L'huître Crassostrea gigas, la plus présente en France des variétés d'huître, est hermaphrodite cyclique. En effet, une année sur l'autre, elle sera tantôt femelle, tantôt mâle. Lorsque la température de l'eau dépasse 10 °C, elle produit ses gamètes qu'elle libère lorsque l'eau atteint une température proche de 18 °C. Une huître libère entre 20 et 100 millions d'ovules et encore plus de spermatozoïdes. Seules 10% des larves formées atteindront l'âge adulte. L’huître creuse est ovipare et l’huître plate est vivipare. Au soleil de l’été, l’huître creuse pleine de son lait va répandre dans l’eau ses gamètes. L’union d’un gamète mâle et d’un gamète femelle forme un œuf microscopique qui va dériver au gré des flots. Chaque huître mère donne naissance à plus d’un million d’œufs. Pour que la naissance se passe bien, plusieurs conditions doivent être réunies. Conditions climatiques favorables, une eau à bonne température, 21 degrés, une eau pas trop salée d’où la nécessité de la proximité des rivières. Au bout de vingt jours environ, l’invisible œuf va se fixer sur un support solide et propre. Le premier rôle de l’ostréiculteur est de fournir ces supports qu’on appelle ‘collecteurs’ qui sont coquilles d’huîtres, coquilles Saint-Jacques, ardoises, fers, tuiles, tube plastique. La pose des collecteurs s’effectue au moment où la larve cherche à se fixer fin juillet. Recouverts de naissains en été, les collecteurs restent en place jusqu’au printemps suivant. Il n’est alors pas encore possible d’en séparer les coquilles trop friables mais il est indispensable de donner de la place aux naissains. C’est l’éclaircissement. Après 18 mois de croissance sur les collecteurs, les huîtres les recouvrent complètement. Le gros travail du mois de janvier au mois de mai : c’est le détroquage qui consiste à séparer les jeunes huîtres des capteurs. Au moment où les huîtres sont remises en mer, elles vont grandir suivant deux méthodes. La première est la culture à plat, les huîtres sont étalées sur le sol. Elles sont régulièrement grattées et hersées afin qu’elles ne prennent pas une forme allongée. La deuxième méthode est la culture en poche ou en casiers. Les poches ou les casiers sont posés sur des tables en fer hautes de 50 cm et ils sont tournés tous les deux mois pour que les huîtres soient bien rondes et creuses. Une huître de la naissance à la dégustation est manipulée environ 150 fois.

Les différentes espèces

Les huîtres sont les membres de la famille Ostreidae. Celle-ci inclut les huîtres comestibles, qui appartiennent principalement aux genres Ostrea, Crassostrea, Ostreola ou Saccostrea.
- L'huître indigène et originelle des côtes françaises est Ostrea edulis, l'huître plate, appelée « gravette » sur le bassin d'Arcachon ou « belon » en Bretagne. Elle est aussi présente dans le delta du Rhône. Elle subsiste et est toujours produite, quoique très marginalement. Son déclin est dû à la présence d'un parasite : Bonamia ostreae. La variété « pied-de-cheval » est la plus grosse, pesant 300 grammes en moyenne et pouvant atteindre 1, 5 kg.
- L'huître portugaise Crassostrea angulata rejetée dans l'estuaire de la gironde par le morlaisien, a aussi été élevée au cours du XX siècle en France. Une épizootie l'a entièrement décimée dans les années 1970.
- La majeure partie de la production en France est l'huître creuse, ou huître japonaise Crassostrea gigas, importée du Japon dans les années 1970 après la disparition de l'huître portugaise.
- Parmi les autres espèces, on note l'huître olympe (Ostreola conchaphila) et l'huître américaine dite de Virginie (Crassostrea virginica).

Culture

La culture de l'huître est appelée ostréiculture et est pratiquée sur les côtes. On connaît quatre méthodes d'élevage :
- en suspension sous tables (en Méditerranée)
- en eau profonde
- au sol
- en surélevé Dernier tri des huîtres avant qu'elles ne soient vendues. On dénombre trois grandes étapes dans l'élevage :
- le captage : les larves (le naissain) se fixent sur des collecteurs en tuile, bois, ardoise, fer ou plastique (8, 18 ou 30 mois) ;
- la culture en poche : on place les huîtres dans des poches en plastique installées sur des tables en fer ;
- l'affinage : les huîtres adultes sont placées dans des bassins d'affinage dits « claires »Une claire est un bassin peu profond, creusé dans un sol argileux et alimenté naturellement en eau de mer, dans lequel les huîtres qui ont été retirées des parcs du rivage, verdissent et prennent de la saveur. Par métonymie, le terme est parfois utilisé pour désigner les huîtres de claire elles-même. dans le but de modifier les qualités organoleptiques, la taille ou la couleur de l'huître ou encore la dureté de la coquille. Elles y prennent une couleur verte grâce à une alimentation composée notamment de navicules bleues (Haslea ostrearia), une diatomée (microalgue unicellulaire, composant du phytoplancton). Le parc d'affinage est situé en mer, sur la côte ou sur l'estran le plus proche de la côte (aber, ria, fond de baie, anciens marais salants, etc).

Élevage en France

Poches d'huitres sur une plage de Fouras En France, l’huître la plus répandue et celle la plus consommée est maintenant l’huître japonaise (Crassostrea gigas), communément appelée « huître creuse », mais on trouve également l’huître plate (Ostrea edulis). L’huître plate était celle consommée par les Romains, elle présente un goût iodé assez prononcé. L’huître plate est élevée sur les côtes atlantiques (Bretagne) et méditerranéennes. L’huître japonaise est élevée à Arcachon, à Marennes-Oléron, en Bretagne, dans l’île de Ré et l’île de Noirmoutier (label Huitres Vendée-Atlantique), en Normandie, dans le Languedoc (étang de Thau) (cf. site de la SRCM ) et en Corse (étangs d’Urbino et de Diana). L’élevage des huîtres, et spécialement dans l’ostréiculture Arcachonnaise, utilise le principe de la tuile chaulée pour le captage du naissain, avant grossissement. L’élevage des huîtres en Méditerranée se pratique sur tables d’élevage en suspension et immersion permanente. On maîtrise maintenant la reproduction et l’élevage des larves d’huîtres en écloserie, cette technique garantit l’approvisionnement en naissain, elle cohabite avec le captage du naissain sauvage. Les « claires » sont une spécialité de Marennes-Oléron ; les ostréiculteurs de ce bassin de production contrôlent donc l’essentiel de la commercialisation des huîtres de claire en France. Ainsi, une huître née et élevée en Bretagne, en Normandie ou en Méditerranée mais affinée, dans les deux derniers mois précédant sa consommation, dans les claires de Marennes-Oléron, aura droit à l’appellation « affinée à Marennes-Oléron » et aura le droit à l’appellation "Huîtres Marennes-Oléron" une fois avoir passé 6 mois dans ce même bassin.

Dénominations commerciales

En France, l'appellation des huîtres répond à des critères réglementaires précis (sources?). Le principal critère utilisé est l'indice de remplissage, c'est-à-dire le rapport entre la masse de chair de l'huître et sa masse totale. Huîtres creuses :
- huîtres fines : huîtres creuses possédant un indice de remplissage compris entre 6, 5 et 10, 5 ;
- huîtres spéciales : indice supérieur à 10, 5 ;
- huîtres fines de claire : huîtres fines affinées au moins 1 mois en claire à une densité de 20 huîtres au m² ;
- huîtres spéciales de claire :huîtres spéciales affinées au moins 2 mois en claire à une densité de 10 huîtres au m² ; Les numéros (n° 0 à 5) correspondent au calibre : plus le numéro est élevé, plus les huîtres sont petites. Ainsi, un colis de 15 kg d'huîtres n° 1 correspond au moins à 108 huîtres, tandis qu'un colis de même poids d'huîtres n° 5 comporte au moins à 360 huîtres

Dangers identifiés et moyens de maîtrise

L'huître a quelques prédateurs naturels parmi lesquels on retrouve l'huîtrier pie, différentes espèces de crabes, les étoiles de mer et les bigorneaux perceurs. Elle peut être parasitée, notamment par des térébrants, dont le Polydore. L'huître peut-être exposée à divers polluants chimiques (métaux lourds notamment), ainsi qu'à des pathogènes pour elle-même ou pour l'Homme. La question de l'impact éventuel de toxiques perdus par les dépôts de munitions immergées proches de sites de production se pose. Certaines espèces subissent la concurrence d'espèces introduites avec de possibles pollutions génétiques.

Consommation

L’huître est souvent accompagnée (certains disent à tort) de quelques gouttes de citron. Les huîtres peuvent être dégustées crues ou cuisinées. Elles doivent être conservées au frais, stockées à plat, et consommées dans les dix jours suivant leur sortie de l’eau. Au-delà, elles peuvent provoquer de sérieuses intoxications alimentaires. De plus, les huîtres peuvent donner lieu à des troubles digestifs en raison du développement parasitaire de certaines micro-algues toxiques (dont l’origine est souvent liée à la pollution de l’eau des bassins d’élevage par un excès de nitrates, particulièrement en période estivale près des embouchures de fleuves et rivières, et avec un marnage plus faible des marées), c’est pourquoi un contrôle sanitaire est exercé sur leur production, et les zones d’élevage font l’objet de surveillance constante de la qualité de leurs eaux pour garantir leur consommabilité. Cette pollution « naturelle » des zones d’élevage est réversible si la qualité des eaux s’améliore, car l’huître filtre en permanence cette eau et rejettera les toxines produits par ces algues, qui se dégradent aussi avec le temps. En revanche, les pollutions par les métaux lourds ou polluants pétroliers sont irréversibles (et parfois mortelles sur les naissins), et les coquillages ainsi contaminés doivent être détruits. En France, ce contrôle est dévolu aux services vétérinaires, il est particulièrement strict au plan phytosanitaire sur les bassins d’affinage, qui sont très protégés et surveillés. Crue, l’huître est souvent dégustée nature. Un usage consiste à les arroser de quelques gouttes de jus de citron ou de vinaigre d’échalotes. Il s’expliquait par la nécessité, autrefois, de vérifier la fraîcheur de l’huître. Selon certaines croyances populaires, si elle n’était pas fraîche, c’est qu’il allait faire froid dans les jours suivants. L’huître crue occupe souvent une place de premier choix dans les plateaux de fruits de mer.

Apports alimentaires

L’huître est très riche en protéines et pauvre en calories (70 kcal / 100 g), en graisses, en cholestérol. C’est un aliment de choix en raison de ses apports nutritifs exceptionnels mais rares dans le reste de l’alimentation. Elle est connue pour sa teneur record en zinc (6, 5 mg / 100 g) et en iode (0, 06 mg / 100 g), mais contient aussi un intéressant taux de sélénium (0, 06 mg / 100 g), de manganèse (1 mg / 100 g) et de fer (5, 8 mg / 100 g). Il faut ajouter à cette liste d’autres oligo-éléments et minéraux tels que le calcium, le magnésium, le potassium, le fluor et le cuivre. L’huître est naturellement riche en vitamines E, B, D, et dans une moindre mesure en vitamine C (l’apport en vitamine C du jus de citron qui l’accompagne souvent est négligeable). La consommation de l’huître avec le jus de citron a aussi le défaut de détruire presque immédiatement l’essentiel des ressources en vitamine E, contrairement à la consommation nature ou avec le vinaigre souvent préféré au citron par les gourmets (et les nutritionnistes) en raison de son acidité plus faible. Contrairement aux idées reçues, le citron n’a aucun effet sur le niveau sanitaire (il est sans effet sur les éventuelles toxines présentes). Il est souvent conseillé de ne pas consommer la « première eau » présente dans la coquille à l’ouverture, qui est de toute façon présente en trop grande quantité et contient l’eau d’affinage, parfois un peu de sable désagréable, ou peut être trop salée (dans le cas des huîtres insuffisamment affinées), ou encore contenir un peu de leur eau de lavage (réalisé préalablement à la vente dans une eau légèrement chlorée), ce qui en masque ou dégrade le goût (de plus cette eau a plus de chance de contenir encore les micro-algues vivantes, si leur lavage n’a pas suffi, les toxines produites par ces algues étant à l’origine des désordres digestifs) : une fois ouverte, et vidée de cette eau, l’huître encore vivante exfiltre en une ou deux minutes une eau purifiée suffisante pour apprécier sa consommation et très riche en éléments nutritifs et sels minéraux facilement assimilables. Les huîtres dites « laiteuses » correspondent à leur période de reproduction (mai à août) et contiennent davantage de glucides. Elles sont tout à fait comestibles, même si leur valeur gustative n’est pas autant appréciée de tous.

Consommation des coquillages : Aspects sanitaires

La plupart des coquillages, et en particulier les mollusques bivalves, filtrent leur nourriture à partir du milieu marin : il s'agit essentiellement du phytoplancton, de débris microscopiques et de bactéries présentes dans l'eau. Cette fonction alimentaire présente une certaine sélectivité, les coquillages n'absorbent pas n'importe quoi : si les nutriments présents dans le milieu ne leur conviennent pas, ils peuvent s'arrêter momentanément de filtrer, ou les rejeter avant absorption sous forme de pseudo-fèces. Après absorption, les éléments indésirables sont soit rejetés avec les fèces, soit assimilés. Cependant, plusieurs types d'éléments indésirables pourraient être présents dans le coquillage au moment de sa consommation par l'homme : - des métaux lourds (mercure, plomb et cadmium) : ils sont difficilement éliminés par le coquillage une fois absorbés à partir de l'eau. Les normes actuelles à respecter sont les suivantes : 0, 5 mg/kg de chair humide pour le mercure, 1 mg/kg pour le cadmium, 1, 5 mg/kg pour le plomb. Si la zone d'élevage ou de pêche est trop contaminée et ne permet de respecter ces critères, elle est interdite pour cette production (Règlement (CE) n° 854/2004 du Parlement européen, par exemple). - des bactéries et virus provenant d'une contamination fécale du lieu de pêche ou de production. On peut trouver à la sortie des émissaires des stations d'épuration des villes côtières différents germes susceptibles d'être nuisibles à la santé (Salmonella, virus entérotoxiques, …). Pour des raisons pratiques, la bactérie Escherichia coli est recherchée comme germe témoin de cette contamination. La norme à respecter est de 230 E. coli/100 g de chair. Le coquillage a la faculté de se décontaminer naturellement s'il est placé quelques jours dans une eau de mer propre. On met à profit cette faculté par le procédé de purification en bassin, dans les centres d'expédition de coquillages (Règlement (CE) n° 853/2004 du Parlement européen, par exemple). - du phytoplancton toxique. Certaines espèces d'algues planctoniques, faisant partie du régime habituel des mollusques, peuvent produire des toxines (phycotoxines) : les plus fréquentes sont des Dinoflagellés :
- Dinophysis responsable de troubles gastro-intestinaux (DSP en anglais), classiques et bénins la plupart du temps,
- Alexandrium et Pseudo-nitzschia (qui est une Diatomée) responsables de troubles neurotoxiques beaucoup plus graves (PSP et ASP respectivement). Une surveillance régulière des eaux marines et des coquillages permet de contrôler l'absence des ces espèces dans le milieu et des toxines dans les denrées. La fermeture préventive des zones de production est la seule possibilité de se garantir de ces intoxications alimentaires (Règlement (CE) n° 2074/2005 de la Commission européenne, par exemple). De plus, les mollusques bivalves vivants sont considérés comme propres à la consommation humaine lorsque qu'ils possèdent les caractéristiques organoleptiques liés à la fraîcheur et à la vitalité, en particulier l'absence de souillure de la coquille, la réponse adéquate à la percussion et une quantité normale de liquide intervalvaire.

Huîtres perlières

Détachement d'une perle. Bien que toutes les huîtres puissent sécréter des perles, les huîtres comestibles ne sont pas utilisées à ces fins. L'huître perlière appartient à une famille différente, les Pteriidae. Les perles produites naturellement ou en culture proviennent de cette famille d'huîtres.

Comment l'huître fabrique-t-elle une perle ?

La perle de nacre est fabriquée par l'huître quand un corps étranger (sable, larve, ...) s'immisce entre sa coquille et son manteau. Au fil des ans, l'intrus est recouvert de couches concentriques de carbonate de calcium qui cristallise sous forme d'aragonite, ce qui finit par donner une perle. Seules l'huître perlière des mers chaudes (appelée aussi "pintadine")et la moule perlière d'eau douce peuvent en fabriquer.

Les autres mollusques appelés « huîtres »

Un certain nombre d'autres mollusques n'appartenant pourtant pas à cette famille, contiennent dans leur désignation le terme « huître » tout simplement parce que leur apparence se trouve proche de celles des vraies huîtres ou parce qu'ils produisent également des perles. Par exemple :
- la famille Spondylidae, les huîtres épineuses
- l'huître pèlerin, une espèce de coquille Saint-Jacques.

Autres acceptions du mot

- Dans le langage familier, une huître est une personne stupide. On entend parfois l'expression : « Untel a un QI d'huître. »
- Les expressions « vivre comme une huître » ou « bailler comme une huître » font allusion au mode de vie du coquillage qui reste immobile, attaché à son support.
- En argot, le mot désigne un crachat, une mucosité expectorée.

Galerie d'images

Image:Oyster(L).jpg|Huître ouverte Image:Oyster culture in Belon, France 03.jpg|Culture Image:33-Andernos-les-Bains-Barques des parqueurs -d'huîtres-vers 1920.JPG|Ramassage (en 1920 environ) Image:Y.P. Crassostrea gigas 1950-2003 .gif|Production mondiale d'huître japonaise, par année

Annexes

Notes

Bibliographie

- Crecet, L'huître en Basse-Normandie, Collection Carnets D'ici, 1997. ISBN : 2950860125.
- Olivier Levasseur, Histoire de l'huître en Bretagne, Skol Vreizh, Morlaix, 2006. ISBN : 2-915623-21-X. ===
Sujets connexes
Aber   Années 1970   Aphrodisiaque   Aragonite   Arcachon   Ardoise   Argile   Argot   Baie (géographie)   Bigorneau   Bois   Branchie   Cadmium   Calcium   Carbonate de calcium   Cholestérol   Citron   Coquillage   Coquille Saint-Jacques   Corse   Crabe   Crassostrea   Cuivre   Delta   Digestion   Eau douce   Escherichia coli   Estomac   Fer   Fluor   Fouras   Fruit de mer   Gamète   Gastronomie   Griffe   Gryphée   Iode   Japon   Lipide   Magnésium   Manganèse   Marennes-Oléron   Marée   Matière plastique   Mer   Mercure (chimie)   Microalgue   Moule   Munition immergée   Nacre   Naissain   Nitrate   Normandie   Océan Atlantique   Oligo-élément   Organisme vivant   Ostrea   Ostrea edulis   Ostreidae   Ostreola   Ostreola conchaphila   Ostréiculteur   Ovule   Pathogène   Perle   Phytoplancton   Plomb   Polydore   Potassium   Protéine   Pteriidae   Quotient intellectuel   Rhône   Ria   Salmonella   Spermatozoïde   Spondylidae   Sélénium   Tables d'élevage   Toxine   Tuile   Tuile chaulée   Unicellulaire   Vitamine B   Vitamine C   Vitamine D   Vitamine E   Zinc  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^