Charles Léandre

Infos
Caricature de Charles Léandre pour le Rire (19 décembre 1914). Charles Lucien Léandre, né à Champsecret (Orne), le 22 juillet 1862 et mort à Paris le 24 mai 1934, est un illustrateur, lithographe, caricaturiste, dessinateur et peintre français. Fils d’un père officier de carrière, qui fut maire de sa commune jusqu’à sa mort en 1868, Léandre est accueilli, en 1878, il à Paris par le peintre Émile Bin qui devient son professeur. En 1880, Léandre s’inscri
Charles Léandre

Caricature de Charles Léandre pour le Rire (19 décembre 1914). Charles Lucien Léandre, né à Champsecret (Orne), le 22 juillet 1862 et mort à Paris le 24 mai 1934, est un illustrateur, lithographe, caricaturiste, dessinateur et peintre français. Fils d’un père officier de carrière, qui fut maire de sa commune jusqu’à sa mort en 1868, Léandre est accueilli, en 1878, il à Paris par le peintre Émile Bin qui devient son professeur. En 1880, Léandre s’inscrit avec son ami Maurice Eliot à l’école des Beaux-Arts où ils entrent dans la classe de Cabanel. Il y passe des concours et obtient des récompenses : celui du dessin antique en 1883 ou des travaux d’atelier de 1884 à 1886. En 1882, il est reçu au concours du professorat de dessin dans les Écoles de la Ville de Paris. Il y enseigne jusqu’en 1897. Il est admis au Salon des Artistes Français (avec la toile intitulée Fanchon la tricoteuse (1882). Charles Léandre est récompensé par une médaille de bronze à l’Exposition Universelle de 1889 pour une grande huile sur toile : la Mère ou « Dormio cor meum vigilat ». En 1900 L’artiste est au sommet de sa carrière : lors de l’Exposition Universelle, il fait partie des cinq artistes lithographes sélectionnés pour réaliser deux compositions sur un thème imposé dans le cadre des estampes décoratives des Palais Centennaux. Léandre obtient une médaille d’or à cette Exposition Universelle. Il est nommé chevalier de la Légion d'Honneur. Il crée en 1904 la . En 1921, il obtient la médaille d’honneur de la Société des Artistes Français, dans la section gravure, une des plus importantes distinctions qu’un artiste puisse obtenir. En 1925, Charles Léandre est promu Officier de la Légion d’Honneur. Il meurt en 1934 dans son atelier de la rue Caulaincourt. Il vécut dans le quartier de Montmartre et fut membre de la Société des Normands de Paris. Caricaturiste de journaux illustrés (le Chat Noir, la Vie moderne, le Figaro, le Rire, le Grand Guignol), il croqua avec entrain les grands de son époque (la reine Victoria, Clemenceau, Zola et beaucoup d’autres). On lui conseilla d’ailleurs parfois d’employer son art à des œuvres plus hautes. C’était en effet un portraitiste talentueux et ses œuvres au pastel font référence. Il s’y résolut en illustrant des livres, notamment Madame Bovary de Gustave Flaubert. Très attaché à son terroir, le peintre a toujours passé l’été dans sa maison de Champsecret et a choisi d’y être enterré. En 1999, la ville de Condé-sur-Noireau, aidée par la région et le département, a acquis la collection de M. Henri Buron, pharmacien, ancien conservateur et propriétaire du Musée Charles Léandre à Montreuil-Bellay. L’espace musée Charles Léandre a été créé pour accueillir ces 250 œuvres : pastels, peintures, dessins originaux, lithographies, sculptures, affiches, en plus de 70 ouvrages illustrés et d’un fond documentaire composé de lettres autographes, journaux satiriques, cartes postales et photographies.Musée Charles Léandre, Condé-sur-Noireau Du 4 octobre 2007 au 20 janvier 2008, le lui consacre une rétrospective.

Notes et références

Œuvres

Dessin

- Croquis d’audience ; musée du vieux château, Laval
- Portrait caricatural de Toulouse-Lautrec ; cabinet des estampes et des dessins de Strasbourg
- Caricature du docteur Gachet, assis devant une table ; Musée du Louvre
- Portrait-charge de Mme Humbert, dans le rôle de Casque d’Or ; Musée du Louvre
- Portrait-charge de Paul Déroulède sacrant chevalier le comédien Coquelin, Musée du Louvre

Peinture

- La Résignée, mariée normande ; Musée des beaux-arts de Caen
- Paysanne normande - Mme Bonhomme mère ; Musée des beaux-arts de Caen
- Les Longs Jours, 1886, musée de Domfront
- Portrait des nièces de l’artiste (pastel) ; musée Quesnel-Morinière de Coutances
- Portrait de Jeanne Daireaux (huile sur toile) ; musée Quesnel-Morinière de Coutances
- Enfant en marin (pastel) ; musée de Vire

Sculpture

- Rodin satyre ; Musée Rodin ==
Sujets connexes
Cabanel   Caen   Caricature   Champsecret   Condé-sur-Noireau   Coquelin aîné   Coutances   Dessinateur   Domfront   Expositions universelles de Paris   France   Georges Clemenceau   Grand Guignol   Gustave Flaubert   Illustrateur   Laval   Le Chat noir   Le Figaro   Le Rire   Madame Bovary   Montmartre   Montreuil-Bellay   Musée Rodin   Musée du Louvre   Orne   Paris   Pastel   Paul Déroulède   Rue Caulaincourt   Strasbourg   Vire  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^