La Gloire de mon père

Infos
La Gloire de mon père est un roman autobiographique de Marcel Pagnol paru en 1957, premier tome de la série « Souvenirs d'enfance ».
La Gloire de mon père

La Gloire de mon père est un roman autobiographique de Marcel Pagnol paru en 1957, premier tome de la série « Souvenirs d'enfance ».

Résumé de l'œuvre

Marcel Pagnol raconte, en qualité de témoin, les personnages de son enfance et la vie dans la famille d'un instituteur d'Aubagne, qui va s'animer avec la location d'une bastide dans la garrigue de l'arrière-pays marseillais où ils vont passer les grandes vacances.

La gloire des petits garçons

Entré à l’Académie française, Pagnol délaisse pour la première fois le théâtre et le cinéma pour écrire, en prose, sa propre histoire dédiée « À la mémoire des miens », et qu’il qualifiera modestement dans les dernières lignes de son Avant Propos : ce n’est qu’un témoignage sur une époque disparue, et une petite chanson de piété filiale, qui passera peut-être aujourdh’hui pour une grande nouveauté. Pourtant, au soir de sa vie, il insiste au contraire sur l’universalité de la psychologie infantile, dans la Post face de couverture, où il déclare : Pour moi, j’ai préféré vous raconter l’enfance d’un petit garçon car les petits garçons de tous les pays du monde et de tous les temps ont toujours eu les mêmes problèmes, la même malice, les mêmes amours. On y voit comment le petit Marcel parvient à épanouir peu à peu sa personnalité, celle d’un fils aîné de Provence, passionné par la lecture et les aventures dans les collines, partagé entre son amour exclusif pour la belle couturière, éternelle jeune fille incarnée par Augustine, qui sera une mère tendre et discrète, et l’admiration pour son père, Joseph le maître d’école, soit-disant anticlérical et anti-alcoolique, mais profondément humain. Il ne deviendra complètement son héros qu’en lui prouvant qu’il aime autant que lui ses chères collines, glorifié par un exploit de chasse. L’enfant se débat entre ses rêves et les découvertes parfois angoissantes de la réalité du monde où il vit : Les adultes peuvent aussi mentir... Sentir qu’il est aimé et entouré, parvenir à être fier de ses parents et de lui-même est le défi même de cette belle et poignante histoire.... à la fois unique et universelle.

Authenticité

Si l'on s'obstine à vouloir visiter les souvenirs d’un enfant comme on le ferait d'un musée ethnographique ou en faire une lecture critique comme un employeur le ferait du Curriculum vitæ d'un chômeur, on est fatalement déçu. Il faut donc accepter cette dose d’imaginaire chez Pagnol, sans laquelle rien d'authentique n'aurait vu le jour. Aux Bellons, il lisait Fenimore Cooper, le dernier des Mohicans, etc. Avec le petit Paul, ils transformaient les cigales et les lézards en serpents boas, en tigres ou en éléphants. L’imaginaire est partout à cet âge. De plus, les adultes sont bien connus pour leur souvenirs écran qui, derrière toutes les apparences de la réalité et de la bonne conscience, sont raccommodés et cousus de fil blanc, d'éléments déplacés, fusionnés et transformés, que ce soit par le désir ou, le plus souvent, par la censure et le besoin hygiènique de gommer ce qui gène. Pagnol est bien connu des éditeurs pour ses modifications incessantes au texte original... La victoire au concours de boules, le coup du roi, le serpent de pétugues, etc. tout ce qui fait de son père un héros est probablement remanié plus ou moins consciemment par l’auteur, car, ce qui prime pour lui, c’est de leur rendre la tonalité qu’ils avaient pour l’enfant qu’il était. Outre le fait qu'il raconte « une histoire à ses petits-enfants », comme il le confesse en préface, Marcel Pagnol rend ici un hommage tardif à son père en le réhabilitant. En effet, quatre ans après le décès de sa femme Augustine, mère de Marcel Pagnol, Joseph Pagnol se remariait, ce que son fils n'accepta jamais, lui qui s'est pourtant remarié tant de fois. Joseph mourrait en 1951 brouillé avec son fils. La publication de la gloire de mon père en 1957 peut donc apparaître à la fois comme une réconciliation posthume et un acte de tolérance « après-coup » entre le père et le fils. C'est donc en quelque sorte une psychanalyse réussie, car accomplie avant l'aveuglement d'Oedipe.

Adaptation

Une adaptation cinématographique des deux premiers tomes des Souvenirs d'enfance a été réalisée par Yves Robert en 1990, en diptyque simultané. Voir : La Gloire de mon père et Le Château de ma mère.

Voir aussi

- Bartavelle
-Souvenirs d'enfance Gloire de mon père, la Gloire de mon père, la Gloire de mon père, la en:My Father's Glory
Sujets connexes
Aubagne   Bartavelle   Diptyque   Garrigue   Instituteur   La Gloire de mon père (film)   Le Château de ma mère (film)   Marcel Pagnol   Marseille   Roman autobiographique   Souvenirs d'enfance   Yves Robert  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^