Dominique-Jean Larrey

Infos
Portrait de Dominique-Jean Larrey par Girodet Dominique-Jean Larrey (7 juillet 1766, Beaudéan, Hautes-Pyrénées – 25 juillet 1842, Lyon) est un médecin militaire français, père de la médecine d'urgence.
Dominique-Jean Larrey

Portrait de Dominique-Jean Larrey par Girodet Dominique-Jean Larrey (7 juillet 1766, Beaudéan, Hautes-Pyrénées – 25 juillet 1842, Lyon) est un médecin militaire français, père de la médecine d'urgence.

Biographie

Origine

Né de parents bourgeois dans le petit village de Beaudéan dans les Pyrénées, Larrey fut orphelin à 13 ans. Sa maison natale existe toujours dans la rue principale du village, et est devenue un musée. Il est élevé par son oncle Alexis, chirurgien en chef de l'hôpital de Toulouse et fondateur du premier hôpital militaire de cette ville, qui porte son nomLe nouvel hôpital militaire de Toulouse, construit dans les années 1980, porte le nom d'Hippolyte Larrey, fils de Dominique et médecin de Napoléon III. Paradoxalement donc, hôpital Larrey n'a jamais fait référence au plus célèbre des Larrey.. Après 6 années d'apprentissage, il vient à Paris étudier la médecine auprès de Pierre Joseph Desault, chirurgien en chef à l'Hôtel-Dieu. En 1794, il épouse Marie-Élisabeth Laville-Leroux, peintre.

Carrière militaire

Larrey commence sa carrière en 1787 comme chirurgien de la marine royale sur la frégate la Vigilante en mer d'Irlande. Second chirurgien interne aux Invalides, il devint le disciple et l'ami du célèbre Sabatier. En 1792, Il est chirurgien aide-major à l'armée du Rhin, première étape d'une carrière qui le conduisit sur tous les champs de bataille d'Europe, de l'Espagne à la Russie, et même dans les déserts d'Égypte et de Syrie. Chirurgien de première classe, en 1792, dans l'armée du maréchal Luckner, il crée des ambulances volantes, à la tête desquelles il courait enlever les blessés sous le feu des batteries ennemies. Il est ensuite chirurgien principal à l'armée de Custine, puis chirurgien en chef de la 14e armée républicaine en 1794. Il organise l’École de chirurgie et d'anatomie de Toulon, professeur à l'École militaire de santé du Val-de-Grâce, en 1796. Il est chargé de l'inspection des camps et des hôpitaux de l'armée d'Italie (1796), puis nommé chirurgien en chef à l'armée d'EgyptePendant la campagne d'Égypte, on lui donna le surnom de « Providence du soldat ».. À la bataille d'Aboukir, il sauve le général Fugière, sous le canon de l'ennemi, d'une blessure à l'épaule.Se croyant au moment de mourir, il offrit son épée au général Bonaparte, en lui disant : « Général, un jour, peut-être, vous envierez mon sort. » Bonaparte fit présent de cette épée à Larrey après y avoir fait graver le nom de l'habile chirurgien et celui de la bataille. Au siège d'Alexandrie, Larrey trouva le moyen de faire de la chair de cheval une nourriture saine pour les blessés, et fit tuer pour cet usage ses propres chevaux. En 1802, il est chirurgien en chef de la Garde des consuls. Inspecteur général du service de santé des armées, en 1805, et chirurgien en chef de la Garde impériale. Il était franc-maçon. En 1804, Larrey reçoit une des premières croix d'officier de la Légion d'honneur de la main du premier Consul, qui lui dit : C'est une récompense bien méritée. Il est nommé baron d'Empire en 1809, sur le champ de la bataille de Wagram, et inspecteur général du service de santé militaire en 1810« Larrey est le plus honnête homme et le meilleur ami du soldat que j'aie jamais connu. Vigilant dans l'exercice de sa profession, on a vu Larrey sur le champ de bataille, après une action, accompagné d'une troupe de jeunes chirurgiens, s'efforçant de découvrir quelques signes de vie dans les corps étendus sur la terre. On trouvait Larrey, dans la saison la plus dure, à toutes les heures du jour et de la nuit, au milieu des blessés; il permettait à peine un moment de repos à ses aides, et il les tenait continuellement à leurs postes. Il tourmentait les généraux, et allait les éveiller pendant la nuit, toutes les fois qu'il avait besoin de fournitures ou de secours pour les blessés ou les malades. Tout le monde le craignait, parce qu'on savait qu'il viendrait sur-le-champ se plaindre à moi. Il ne faisait la cour à personne, et il était l'ennemi implacable des fournisseurs. » (O'Meara.). Il fait toutes les campagnes du Premier Empire en qualité de chirurgien en chef de la Garde impérialeNapoléon dit de lui dans Le Mémorial de Sainte-Hélène : « C'est l'homme le plus vertueux que j'aie rencontré. Il a laissé dans mon esprit l'idée d'un véritable homme de bien. » . En 1813, il prend la défense des conscrits blessés à la main et accusés de se mutiler volontairement, ce qui lui valut une haine farouche de Soult.Après les journées de Lützen et de Bautzen, en 1813, une calomnie atroce avait trouvé accès auprès de l'Empereur. On accusait d'une mutilation volontaire les jeunes conscrits blessés qui venaient à ces glorieuses journées de relever la noblesse du sang français. Un jury fut assemblé sous la présidence de Larrey, et Napoléon était résolu de sévir contre ceux qui auraient eu la lâcheté de se mutiler. Larrey, opposé à cette idée de mutilation volontaire, présenta à plusieurs reprises des observations à l'Empereur. Napoléon, prévenu, s'irrite de son obstination et finit par dire Monsieur, vous me ferez vos observations officiellement; allez remplir votre devoir. Au bout de quelques jours, un rapport très-circonstancié de Larrey démontra à l'Empereur que les soldats avaient tous été blessés au champ d'honneur. Après l'avoir lu, Napoléon dit à Larrey : « Un souverain est bien heureux d'avoir affaire à un homme tel que vous. On vous portera mes ordres. » Et Larrey reçut le soir même, de la part de Napoléon, son portrait enrichi de diamants, 6 000 francs en or et une pension sur l'État de 3 000 francs sans exclusion, est-il dit au décret, de toute récompense méritée par ses grades, son ancienneté et ses services futurs. Blessé à la bataille de WaterlooWellington, l'ayant aperçu sur le champ de bataille de Waterloo, aurait, levant son bicorne, murmuré : « Je salue l'honneur qui passe. », prisonnier des Prussiens, il fut sur le point d'être fusillé à cause de sa ressemblance avec NapoléonNapoléon Ier, dans son testament, daté de Longwood le 15 avril 1821, a consacré de sa main au baron Larrey ce souvenir si glorieux : Je lègue au chirurgien en chef Larrey 100 000 francs. C'est l'homme le plus vertueux que j'aie connu., mais fut relâché sur ordre de Blücher, dont il avait soigné le fils. La Restauration le tint à l'écart mais il fut rappelé par la Monarchie de Juillet. Tombe de Larrey au cimetière du Père-Lachaise, portant l'épitaphe A Larrey, l'homme le plus vertueux que j'aie connu, extrait du testament de Napoléon Dans ses dernières années membre du Conseil de santé des armées, il sollicite en 1842 une inspection médicale en Algérie. Il tombe malade en Afrique, maladie à à laquelle, huit jours plus tard, il succombe à Lyon le 25 juillet 1842. Son corps, transporté à Paris, fut inhumé le 6 août au cimetière du Père-Lachaise (37 division). Plusieurs discours ont été prononcés sur sa tombe. M. Breschet, membre de l'Académie des sciences, a énuméré ses travaux scientifiques en chirurgie, en médecine, en hygiène publique.Larrey avait remplacé Pelletan en 1829 à cette Académie, et on se demande, a dit M. Breschet, comment avec une vie si occupée, M. Larrey a pu écrire les importants ouvrages qu'il nous laisse et qui lui ont mérité le titre de membre correspondant de presque toutes les sociétés savantes de l'Europe, et celui de membre titulaire de l'Institut. » En terminant son discours, M. Breschet a rappelé ces paroles de l'Empereur : « Quel homme, disait Napoléon, quel brave et digne homme que Larrey ! Que de soins donnés par lui à l'armée d'Égypte, soit dans la traversée du désert, soit après l'affaire de Saint-Jean-d'Acre, soit enfin en Europe ! Si l'armée élève une colonne à la reconnaissance^ elle doit l'ériger à Larrey. »

Médecin du Premier Empire

Il reste la figure médicale la plus célèbre du Premier Empire. À la bataille de la Sierra Negra, il ampute en une journée pas moins de 700 blessés. Il était d'ailleurs considéré comme un bon chirurgien, à une époque où l'anesthésie n'existait pas, car il était capable d'amputer un membre en moins d'une minute. L'amputation était à l'époque la seule asepsie efficace, en l'absence d'antibiotiques, découverts bien plus tard. Larrey serait à l'origine de la mise en place au sein des armées françaises du système des « ambulances volantes » dans lesquelles il embarquait indifféremment amis et ennemis, afin de les soigner sans faire de distinction ni de nationalité, ni de grade, ce qui lui valut l'estime des officiers et généraux des armées ennemies« Larrey avait laissé dans mon esprit l'idée d'un véritable homme de bien ; à la science il joignait au dernier degré toute la vertu d'une philanthropie effective. Tous les blessés étaient de sa famille ; il n'était plus pour lui aucune considération dès qu'il s'agissait. de ses hôpitaux. C'est en grande partie à Larrey que l'humanité doit l'heureuse révolution qu'a éprouvée la chirurgie. Larrey a toute mon estime et toute ma reconnaissance. » (Las Cases.). Larrey est aussi connu dans le domaine de l'Asticothérapie qu'il a utilisée lors de la campagne égyptienne en Syrie. Cette technique datant de l'antiquité consiste à déposer sur des plaies infectées une certaine espèce d'asticot qui se nourrit des chairs infectées, les assainissant ainsi. Il acquiert en 1830 une propriété à Bièvres, qu'il transmit à son fils Hippolythe (1808-1895), chirurgien de Napoléon III. Il laissa des mémoires d'un très grand intérêt, rarissimes en édition originale et devenus rares en réédition. Le Val-de-Grâce a fait élever à Larrey une statue dont l'inauguration a eu lieu en août 1850. Le 15 décembre 1992, ses restes furent transférés de sa tombe du cimetière du Père-Lachaise à Paris à la dernière place disponible de la chapelle funéraire des Invalides à Paris, et une petite urne contenant un morceau d'intestin déposée dans une vitrine de la salle de la bibliothèque de l'Académie Nationale de Médecine. Certains de ses descendants conservent dans une propriété familiale poitevine - non ouverte au public - du matériel chirurgical lui ayant appartenu.

Bibliographie

- Dominique Jean Larrey, Mémoires de chirurgie militaire et campagnes, Paris, Smith, 1812-1817, 4 vol. + un 5 sur Waterloo, paru en 1841, Paris, Baillière ; rééd., Paris, Rémanences, 1983.
- D André Soubiran, Le Baron Larrey, chirurgien de Napoléon, Fayard, 1966.
- Paul Triaire, Napoléon et Larrey, Tours, Mame, 1902.

Musée

- Sa maison natale à Beaudéan est aujourd'hui un musée qui retrace son histoire et, plus généralement, celle de la chirurgie militaire.

Notes et références

Source partielle

Catégorie:Personnalité des Hautes-Pyrénées Catégorie:Médecin Catégorie:Médecin du XVIIIe siècle Catégorie:Médecin du XIXe siècle Catégorie:Médecin français Catégorie:Médecin militaire Catégorie:Membre de l'Académie des sciences (France) Catégorie:Membre de la Société philomathique de Paris Catégorie:Officier de la Légion d'honneur Catégorie:Franc-maçon Catégorie:Premier Empire Catégorie:Campagne d'Égypte Catégorie:Baron Catégorie:Naissance en 1766 Catégorie:Décès en 1842 cs:Dominique Jean Larrey de:Dominique Jean Larrey en:Dominique Jean Larrey es:Dominique-Jean Larrey pl:Dominique-Jean Larrey
Sujets connexes
Académie des sciences (France)   Adam Philippe de Custine   Aide médicale urgente   Algérie   Ambulance   Amputation   André Soubiran   Anesthésie   Antibiotique   Armée d'Italie   Armée du Rhin   Arthur Wellesley de Wellington   Asepsie   Asticothérapie   Bataille d'Aboukir   Bataille de Bautzen   Bataille de Lützen (1813)   Bataille de Wagram   Bataille de Waterloo   Bataille de la Sierra Negra   Beaudéan   Campagne d'Égypte   Cimetière du Père-Lachaise   Espagne   Europe   Franc-maçonnerie   France   Frégate (navire)   Garde des consuls   Garde impériale (Premier Empire)   Gebhard Leberecht von Blücher   Hautes-Pyrénées   Hôtel-Dieu   Jean Urbain Fugière   Le Mémorial de Sainte-Hélène   Lyon   Légion d'honneur   Marie-Élisabeth Laville-Leroux   Mer d'Irlande   Monarchie de Juillet   Médecin   Napoléon Ier   Nicolas Luckner   Noblesse d'Empire   O'Meara   Paris   Pelletan   Pierre Joseph Desault   Premier Empire   Pyrénées   Restauration française   Russie   Sabatier   Syrie   Toulon   Toulouse   Val-de-Grâce  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^