Amorçage d'un ordinateur

Infos
En informatique, le mot boot (apocope du mot anglais bootstrap, nom qui désigne la languette des chaussures pour pouvoir les enfiler plus facilement, voir la partie Historique de l'article pour plus de précisions) désigne la procédure de démarrage d'un ordinateur. En français son usage est un anglicisme, il peut être employé de façon synonyme avec le mot amorçage (du verbe amorcer) de même que le mot bootable est synonyme d'amor
Amorçage d'un ordinateur

En informatique, le mot boot (apocope du mot anglais bootstrap, nom qui désigne la languette des chaussures pour pouvoir les enfiler plus facilement, voir la partie Historique de l'article pour plus de précisions) désigne la procédure de démarrage d'un ordinateur. En français son usage est un anglicisme, il peut être employé de façon synonyme avec le mot amorçage (du verbe amorcer) de même que le mot bootable est synonyme d'amorçable. Cette procédure comporte notamment le chargement du programme initial (en anglais initial program loading ou IPL) ; on parle donc aussi d'initialisation. Initialement lorsque les ordinateurs n'avaient pas encore de disque dur, cette procédure nécessitait l'usage d'une disquette souple de 5"1/4 ; toutefois actuellement ce terme est également employé lorsqu'il s'agit d'un autre médium comme un CD, un DVD une clef USB, ou encore un accès réseau. On distingue :
- le « démarrage à froid » (cold boot), obtenu en allumant la machine, ou en l'éteignant puis en la rallumant ;
- du « démarrage à chaud » (warm boot), ou « re-boot », ou « réinitialisation », obtenu en rechargeant le programme initial ; il ne s'agit pas toujours d'un redémarrage au sens strict (coupure puis remise de l'alimentation électrique) ; l'option est présente au niveau du système d'exploitation.

Principe

L'ordinateur exploite un programme réduit (appelé ) résidant en permanence (en général en ROM ou en mémoire flash), pour extraire un programme accessible via l'un des périphériques pré-cités. Ce programme est typiquement le noyau du système d'exploitation, qui s'installera et appellera lui-même des programmes applicatifs. Le programme est ensuite copié en Mémoire vive, puis la dernière instruction du programme Bootloader consiste à demander au processeur d'exécuter le programme qui vient d'être chargé. Sur PC, le BIOS se charge de lire le MBR, d'une taille de 512 octets, à partir de son lecteur de boot (généralement un disque dur, mais souvent aussi une disquette, un lecteur de CDROM, ou une clef USB). Les machines totalement autonomes (calculatrices programmables, petits ordinateurs portatifs sans disques durs, PDA…, machines de contrôle industriel…), disposent en général de programmes applicatifs écrits en permanence en ROM ou en mémoire flash. Dans ce cas, le Boot peut consister à lancer directement l'initialisation du système d'exploitation.

Historique

L'origine du mot boot vient de la plaisanterie suivante, sachant que le mot complet d'origine était (en anglais, languette de botte) : la gageure posée par le programme boot est de faire démarrer un ordinateur et lui faire charger un programme alors que, a priori, il ne possède encore aucun programme dans sa mémoire. : Comment faire pour traverser un lac sans se mouiller ? Réponse : tirez suffisamment fort sur les languettes de vos bottes vers le haut pour marcher sur l'eau sans couler. Ce terme vient de l'expression, « », qui trouve son origine dans le livre de Erich Raspe publié en 1785 : « Les aventures du Baron de Munchausen ». Au cours de l’une des ses innombrables aventures, le Baron se sauve par ses propres moyens de la noyade à laquelle il était promis en s’agrippant à ses lacets, se halant ainsi progressivement vers le bord. Les premiers ordinateurs ne possédant pas de ROM (ni d'ailleurs de programmes très stables…), les programmes étaient entrés de la façon suivante : le processeur était mis en état d'attente. Un opérateur positionnait un certain nombre de clés (interrupteurs) pour écrire en binaire le contenu de la première instruction. Puis, il déclenchait une opération électrique provoquant l'écriture dans la première case mémoire (en RAM). Ensuite, il repositionnait les clés pour l'écriture de la deuxième instruction, et ainsi de suite. Une fois le programme codé, le processeur était « lâché » et exécutait le code ainsi écrit qui lui permettait d'accéder aux périphériques, etc. À l'origine, pour initialiser une machine, on utilisait un ruban de papier perforé et celui-ci ressemblait à une lanière de botte (bootstrap). ==
Sujets connexes
Anglais   Anglicisme   Apocope   Assistant personnel   Basic Input Output System   Chargeur d'amorçage   Compatible PC   Disque compact   Disque dur   Disquette   GRand Unified Bootloader   Historique   Informatique   Linux loader   LiveCD   MBR   Master boot record   Multiboot   Mémoire flash   Mémoire vive   Système d'exploitation   Virus de boot  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^