Alpinisme

Infos
Ascension du mont Blanc en 1862. L'alpinisme est un ensemble de disciplines sportives qui regroupent différentes techniques de progressions en montagne.
Alpinisme

Ascension du mont Blanc en 1862. L'alpinisme est un ensemble de disciplines sportives qui regroupent différentes techniques de progressions en montagne.

Histoire

- Dans une lettre à son ami Francesco Dionigi, Pétrarque prétendit avoir gravi le Mont Ventoux le 26 avril 1336 accompagné de son frère et de deux serviteurs, "poussé seulement par le désir de visiter un lieu renommé pour son altitude".
- En 1492, le Mont Aiguille a été gravi par Antoine de Ville sur ordre de Charles VIII de France. Il s'agit de la première ascension ayant eu recours à des techniques d'alpinisme.
- On considère généralement que l'alpinisme a été inventé par Horace-Bénédict de Saussure lorsqu'il proposa une prime au premier qui gravirait le Mont Blanc.

La conquête des Alpes

Des alpinistes, quittant la station haute de l'aiguille du Midi Le 8 août 1786, le guide Jacques Balmat et le docteur genevois Michel Paccard parviennent pour la première fois au sommet du Mont Blanc. Avant de devenir une discipline sportive, l'alpinisme a été pratiqué par les habitants des Alpes, en particulier les chasseurs de chamois. Ce sont eux qui ont accompagné les topographes militaires sur les sommets au début du XIXe siècle. Beaucoup de premières ascensions n'ont sans doute pas été enregistrées dans ces temps anciens, ce qui a laissé le champ libre aux touristes pour déclarer leurs premières dans le cadre d'un alpinisme sportif et médiatisé. L'alpinisme prit ensuite son essor au sous l'impulsion de grimpeurs, en majorité de nationalité britannique :
-Edward Whymper ;
-Albert F. Mummery ;
-William Auguste Coolidge qui était, lui, américain.
-Frederick Gardiner, qui tous ont laissé leur nom lié à des "premières" et à des sommets alpins (pointe Whymper aux Grandes Jorasses, Pic Coolidge dans le massif des Écrins…). Ces riches anglais, membres de l’Alpine Club (créé en 1857), étaient le plus souvent accompagnés de guides français, italiens ou suisses. Les deux derniers grands sommets vierges des Alpes sont gravis en 1865 (Whymper atteint pour la première fois le sommet du Cervin), puis le 16 août 1877 : E. Boileau de Castelnau avec les Gaspard Père et fils réalisent la première ascension de la Meije. Tous les grands sommets des Alpes ont donc été conquis : c’est le début de l’alpinisme sportif.

Les dernières faces nord

Au début du XXe siècle, le but était d’atteindre le sommet en choisissant la voie la plus facile. Les alpinistes emportaient fréquemment avec eux des appareils de mesure scientifique ou du matériel de peinture pour justifier leur ascension. Dorénavant, la beauté et la difficulté de la voie prennent de l’importance. Le matériel se développe avec l'utilisation des pitons, mousquetons et chaussures à semelles en caoutchouc. Certains alpinistes s’affranchissent des guides et développent ainsi une pratique qui n’est plus réservée à une élite fortunée. Peu à peu, tous les versants des sommets des Alpes sont gravis, y compris les inquiétantes faces nord. Les dernières faces nord ont été gravies dans les années 1930, notamment les faces nord des Grandes Jorasses, de l'Eiger et du Cervin.

Les enchainements

Certains alpinistes (tel que Patrick Berhault) considèrent que les Alpes sont suffisamment vastes pour remplir une carrière d'alpiniste. Il est donc apparu la mode des enchaînements.

À l'assaut des 8000

Après avoir gravi tous les sommets des Alpes par tous les versants, les alpinistes ont cherché d'autres terrains de jeux ou d’autres formes de défis. C’est ainsi que certains alpinistes se tournent vers des sommets plus hauts : c’est la course aux 8000 dans l’Himalaya. Durant les années 1950 et le début des années 1960, les grands sommets de l'Himalaya sont conquis. Dans les Alpes, la mode est aux hivernales (ascensions réalisées en hiver), aux solos (ascensions réalisées seul, souvent auto-assuré), aux enchaînements (réalisations de plusieurs voies de suite). Certains grimpeurs tentent même de combiner les trois pratiques en réalisant en solo, l’hiver, l’enchaînement des faces Nord les plus emblématiques des Alpes : les Grandes Jorasses, le Cervin, l’Eiger...

Sommets de plus de 8 000 mètres

Les sommets de plus de sont au nombre de quatorze et sont tous situés dans le massif de l'Himalaya. Se les partagent l'Inde, le Pakistan, le Népal et la Chine. Le premier sommet à être gravi fut l'Annapurna, le , par l'alpiniste (et homme politique) français Maurice Herzog. Les autres furent tour à tour gravis dans les années 1950 et le début des années 1960.

Technique

- Escalade
- Ski de randonnée
- Marche sur glacier

Progression

Sécurité

Équipement

Lorsque l'alpinisme ne se pratique pas en solo, les partenaires sont généralement reliés par une corde, dont le rôle est d'amortir et d'arrêter une éventuelle chute. Cette corde est attachée au baudrier qui enserre le bassin de l'alpiniste. Sur un terrain glacé, les alpinistes portent sous leurs chaussures des crampons dont les pointes en acier accrochent la glace. Pour leur équilibre, ils s'aident d'un piolet tenu à la main et dont le bas du manche comporte une pointe. En milieu vertical, la lame située en haut du manche du piolet sert à la traction. Pour assurer leur progression dans ce milieu vertical, la corde est passée régulièrement dans des points d'ancrage, piton, coinceur ou sangle, placés manuellement dans le rocher. Si le rocher est recouvert de glace, une broche à glace permet l'assurage en s'enfonçant dans la glace. Les dégaines, constituées de deux mousquetons et d'une sangle, jouent le rôle de connecteur entre le point d'ancrage et la corde. Le descendeur est l'un des systèmes reliés à la corde au niveau du baudrier pour contrôler le défilement de la corde lors de l'assurage ou de la descente en rappel.

Cotation des difficultés

Neige, glace et mixte

De I à VII : la cotation de sérieux exprime l'engagement, la longueur, l'éloignement, la difficulté d'approche et de descente, la continuité, l'équipement en place, la difficulté à se protéger et les risques objectifs.
-I : Itinéraire court, peu éloigné, descente facile
-II : Itinéraire plus long ou un peu plus technique, descente demandant parfois de l'attention, peu de dangers objectifs
-III : Itinéraire long, parfois éloigné, descente délicate, risques objectifs éventuels
-IV : Itinéraire d'ampleur demandant une bonne expérience de l'alpinisme, approche longue ou descente compliquée, risques objectifs, retraite délicate
-V : Itinéraire long dans une grande paroi, engagé. La cordée doit posséder un excellent niveau de compétence (choix de l'itinéraire, problème d'assurage, nombreuses longueurs difficiles et soutenues), retraite difficile, descente longue ou difficile, risques objectifs importants
-VI : Itinéraire sur une grande face pouvant être parcourue en une journée par les meilleurs. Pratiquement que des longueurs dures et soutenues. Conditions rarement bonnes, cheminement compliqué, assurage problématique, retraite aléatoire. Descente longue et difficile. Itinéraire très exposé aux dangers objectifs (séracs)
-VII : Idem en encore plus dure. Très rarement utilisé. De F à D puis de 1 à 7 : le degré technique exprime la difficulté la plus importante, la longueur la plus dure.
-F : Pas de difficulté technique
-PD : Peu Difficile, nécessite un bon usage des crampons, piolet, assurage du premier ou du second
-AD : Pente soutenue avec des parties redressées (45/50°)
-D : Pente soutenue avec sections raides (50/60°), demande une technique sûre et une bonne connaissance de l'assurage
-1 : Longs passage à 60°
-2 : Passage à 60/70° mais bonne possibilité d'assurage
-3 : passage à 70/80° généralement en bonne glace. Les parties raides alternent avec de bons emplacements de repos permettant de poser des points d'assurage
-4 : Passages à 75/85° avec parfois une courte section verticale. Glace généralement bonne et possibilité de bons relais
-5 : Une longueur soutenue avec grande section à 85/90°, nécessite une bonne aisance technique
-6 : Au moins une longueur très soutenue, demande une très grande maîtrise technique. La qualité de la glace peut laisser à désirer, ancrages et protections aléatoires
-7 : Franchement dur, maîtrise technique et mental inébranlable sont indispensables... Note : on peut ajouter +/- à ces valeurs afin de les augmenter/réduire. On peut également compléter par : X, Risque d'écroulement, R : glace mince, M : section mince.

En rocher

Un des systèmes classiques de cotation de la difficulté d'une voie en alpinisme comprend six niveaux, de Facile à Extrêmement Difficile, voir sept si on inclut la cotation ABOminable. On trouve parfois les mentions "sup" et "inf" à côté de la cotation, pour indiquer que la voie est dans la partie supérieure (respectivement inférieure) de la cotation. Ces cotations prennent en compte l'engagement de la voie. La cotation en rocher est complétée par un chiffre de 3 à 9 accompagné des lettres a, b, c qui exprime le degré technique exigé pour le passage le plus difficile.

Alpinistes célèbres

Bibliographie sélective

Ouvrages généraux

- Yves Ballu : Les alpinistes (Arthaud 1984, réédition Glénat 1997)
- Sylvain Jouty & Hubert Odier : Dictionnaire de la montagne (Arthaud 1999)
- Sommets. Cent ans d'aventure en montagne (Ed. Place des Victoires 2004)
- Steven M. Cox et Kris Fulsaas : Guide de l'alpiniste (Guérin 2007)
- Jacques DUCA et Claude Rey:"La sécurité en haute-montagne à pied ou à ski" (Édisud 1998)

Romans, contes et nouvelles

- Roger Frison-Roche : Premier de cordée (Arthaud 1941, réédité)

Mémoires, récits alpins, biographies, essais

- Pierre Allain : Alpinisme et compétition (Arthaud 1949, et Guérin nouv. édition)
- Patrick Berhault : Encordé mais libre (Glénat, 2002)
- Walter Bonatti : Montagnes d'une vie (Guérin 2001)
- Greg Child : Théorème de la peur (Guérin 1997)
- Lynn Hill : Ma vie à la verticale (Guérin 2002)
- René Desmaison : 342 heures dans les Grandes Jorasses (Flammarion 1973)
- GHM : Grand alpinisme. Récits alpins 1919-1999' (Guérin 2000)
- Maurice Herzog :
Annapurna premier 8000 (Arthaud 1951)
- Louis Lachenal : Carnets du vertige (Horay 1956, nouv. édit. complétée Guérin 1996)
- Lionel Terray : Les conquérants de l'Inutile (Gallimard 1961 et Guérin rééd. illustrée 1995)
- Jean-Christophe Lafaille :
Prisonnier de l'Annapurna'' (Guérin 2003)
- Georges Livanos : Au-delà de la verticale (rééd. complétée Guérin 1997)
- Reinhold Messner : La montagne nue (Guérin 2003)
- Gaston Rébuffat : Mont Blanc, jardin féerique (Guérin 1998)
- David Roberts : Annapurna, une affaire de cordée (Guérin 2000)
- Joe Simpson : La mort suspendue (Glénat 1989)
- Judy & Tashi Tenzing : Tenzing et les Sherpas de l'Everest (Glénat 2003) ==
Sujets connexes
Aiguille Verte   Albert F. Mummery   Alpes   Alpinisme sans guide   Andrew Irvine   Annapurna   Années 1930   Années 1950   Années 1960   Baudrier   Catherine Destivelle   Cervin   Charles VIII de France   Chris Bonington   Christine Janin   Club alpin français   Coinceur   Corde (outil)   Crampons   David Roberts   Descente en rappel   Dégaine   Ed Viesturs   Edmund Hillary   Edward Whymper   Eiger   Emmanuel Boileau de Castelnau   Escalade   Escalade en solo   Everest   Fitz Roy   Frank S. Smythe   Fédération française de la montagne et de l'escalade   GHM   Gaston Rébuffat   George Mallory   Grandes Jorasses   Greg Child   Henry de Ségogne   Hermann Buhl   Himalaya   Horace-Bénédict de Saussure   Inde   Ivano Ghirardini   Jacques Balmat   Jacques Boell   Jacques Oudot   Jean-Christophe Lafaille   Jean-Marc Boivin   Jean Couzy   Joe Simpson   John Hunt   Junko Tabei   Lionel Terray   Louis Lachenal   Lucien Devies   Lynn Hill   Makalu   Marcel Ichac   Marcel Schatz   Massif des Écrins   Maurice Herzog   Meije   Michel Croz   Michel Paccard   Mont Aiguille   Mont Blanc   Mont Ventoux   Montagne   Mousqueton   Népal   Pakistan   Patrick Berhault   Pic Coolidge   Pie XI   Pierre Allain   Pierre Chapoutot   Pierre Gaspard   Piolet   Piton   Pyrénéisme   Pétrarque   Reinhold Messner   René Desmaison   Roger Frison-Roche   République populaire de Chine   Ski de randonnée   Sérac   Tensing Norgay   Walter Bonatti   William Auguste Coolidge   XXe siècle   Yannick Seigneur  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^