Place de l'Hôtel-de-Ville

Infos
La place de l'Hôtel-de-Ville, ancienne place de Grève jusqu'en 1803, est une place de Paris, en France . Cette place est située sur les berges de la Seine, d'où son ancien nom (grève : terrain plat composé de graviers ou de sable en bord de mer ou de cours d'eau).
Place de l'Hôtel-de-Ville

La place de l'Hôtel-de-Ville, ancienne place de Grève jusqu'en 1803, est une place de Paris, en France . Cette place est située sur les berges de la Seine, d'où son ancien nom (grève : terrain plat composé de graviers ou de sable en bord de mer ou de cours d'eau).

Historique

Un quartier très dense se regroupait autour de l'Hôtel de Ville, devant laquelle s'étendant la place de Grève (un quart plus petite que l'actuelle place de l'Hôtel de Ville). Les ouvriers sans travail s'y présentaient à l'aube à la recherche d'un employeur. Il s'agissait d'une main-d'oeuvre sous-qualifiées et instable qui échappaient au système des métiers réglés. Ainsi à Paris la place de Grève , qui est à l'origine du mot gréviste, sur la base d'un contresens: il s'agissait de concentrations d'ouvriers qui ne travaillaient pas, mais qui étaient à la recherche d'un travailRobert Castel, La métamorphose de la question sociale, Paris, Gallimard, 1995. Ils allaient en Grève (d'où l'expression : se mettre en grève). Sous l'Ancien Régime, cette place servait aussi aux exécutions et aux supplices publiques : Robert François Damiens, François Ravaillac entre autres y furent écartelés.

Liste non-exhaustive d'exécutions sous l'Ancien Régime

:1310 : Marguerite Porete (brûlée) :1559 : Anne du Bourg (pendu puis brûlé) :1574 : le Comte de Montgomery (décapité) :1602 : Guy Éder de La Fontenelle (roué vif) :1610 : François Ravaillac (écartelé) :1632 : Louis de Marillac (décapité) :1680 : Catherine Deshayes, dite la Voisin (brûlée) :1721 : Louis Dominique Cartouche (roué vif) :1757 : Robert François Damiens (écartelé)

La place de Grève sous la Révolution où fut utilisée pour la première fois la guillotine

Le 25 avril 1792, eut lieu en place de Grève la première exécution par guillotine. Le condamné, Nicolas Pelletier, était un simple voleur. La foule, accoutumée depuis le Moyen-Âge à des supplices plus « raffinés », se montra déçue de la rapidité du procédé. Le lendemain, une chanson courait les rues : Rendez-moi ma potence de bois, rendez-moi ma potence.

La guillotine place de Grève en 1794

La guillotine devait à nouveau être montée place de Grève, de novembre 1794 à mai 1795. Parmi les dernières têtes à tomber furent celles du député de la Convention Jean-Baptiste Carrier et de l'accusateur public Fouquier-Tinville.

Citations

Anne du Bourg, pendu puis brûlé place de Grève en 1559 Extrait du Livre Deuxième, Chapitre II, de Notre Dame de Paris de Victor Hugo (1831). « Il ne reste aujourd'hui qu'un bien imperceptible vestige de la place de Grève telle qu'elle existait alors. C'est la charmante tourelle qui occupe l'angle nord de la place, et qui, déjà ensevelie sous l'ignoble badigeonnage qui empâte les vives arêtes de ses sculptures, aura bientôt disparu peut-être, submergée par cette crue de maisons neuves qui dévore si rapidement toutes les vieilles façades de Paris. La Grève avait dès lors cet aspect sinistre que lui conservent encore aujourd'hui l'idée exécrable qu'elle réveille et le sombre Hôtel de Ville de Boccador, qui a remplacé la Maison-aux-Piliers. Il faut dire qu'un gibet et un pilori permanents, une justice et une échelle, comme on disait alors, dressés côte à côte au milieu du pavé, ne contribuaient pas peu à faire détourner les yeux de cette place fatale, où tant d'êtres pleins de santé et de vie ont agonisé ; où devait naître cinquante ans plus tard cette fièvre de Saint-Vallier, cette maladie de la terreur de l'échafaud, la plus monstrueuse de toutes les maladies, parce qu'elle ne vient pas de Dieu, mais de l'homme. »

La place de l'Hôtel-de-Ville aujourd'hui

La place de Grève, rebaptisée place de l'Hôtel-de-Ville le 19 mars 1803, est devenue un espace réservé aux piétons depuis 1982. Aujourd'hui la place de l'Hôtel-de-Ville est un lieu d'animation :
- pour Paris-Plage de 2004, une grande partie de la place était transformée en un terrain de volley-ball ;
- en hiver, on y place souvent une patinoire géante ;
- des « salons » s'y tiennent, par exemple pour les étudiants ;
-au printemps, une manifestation pour le don du sang a lieu là ; et en juillet 2007, une partie d'une exposition sur les jardins se déroulait place de l'Hôtel-de-Ville ;
-lors des grands soirées sportives, un écran géant est installée sur la place (Coupe du monde de football, Coupe du monde de rugby)

Voir aussi

- Hôtel de ville de Paris
- L'Hôtel de Ville de Paris (sous la Révolution)

Notes et références

Vue Satellite

- Hotel-de-Ville Catégorie:Emplacement de la guillotine à Paris lors de la Révolution française de:Place de l'Hôtel-de-Ville en:Place de l'Hôtel-de-Ville he:כיכר העירייה של פריז ru:Гревская площадь sv:Place de Grève
Sujets connexes
Accusateur public   Ancien Régime   Anne du Bourg   Arrondissement   Boccador   Bûcher   Catherine Deshayes   Convention   Décapitation   Fouquier-Tinville   France   François Ravaillac   Gabriel Ier de Montgomery   Grève   Guillotine   Guy Éder de La Fontenelle   Hôtel de ville de Paris   Jardin   Jean-Baptiste Carrier   L'Hôtel de Ville de Paris (sous la Révolution)   Louis Dominique Cartouche   Louis de Marillac   Marguerite Porete   Paris   Paris-Plage   Patinoire   Pendaison   Piéton   Place (voie)   Robert François Damiens   Roue (supplice)   Rue de Rivoli   Seine   Terrain   Victor Hugo   Volley-ball  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^