Laure Manaudou

Infos
Laure Manaudou, née le 9 octobre 1986 à Villeurbanne (Rhône), est une nageuse française spécialiste du demi-fond (400, 800, 1500 mètres nage libre), de dos (50 et 100 mètres) et du 4 nages (200 et 400 mètres). Licenciée jusqu'en 2006 au Cercle des nageurs de Melun Val de Seine où elle était entraînée par Philippe Lucas, elle rejoint le club de Canet-en-Roussillon (Canet 66 natation) avec son entraîneur après les Championnats d'Europe de natation 2006. En mai 200
Laure Manaudou

Laure Manaudou, née le 9 octobre 1986 à Villeurbanne (Rhône), est une nageuse française spécialiste du demi-fond (400, 800, 1500 mètres nage libre), de dos (50 et 100 mètres) et du 4 nages (200 et 400 mètres). Licenciée jusqu'en 2006 au Cercle des nageurs de Melun Val de Seine où elle était entraînée par Philippe Lucas, elle rejoint le club de Canet-en-Roussillon (Canet 66 natation) avec son entraîneur après les Championnats d'Europe de natation 2006. En mai 2007, elle quitte son entraîneur pour aller s'entraîner dans le club turinois de LaPresse Nuoto. Suite à des tensions apparues avec son entraîneur Paolo Penso, elle est licenciée par son club italien le 6 août. Depuis le mois de septembre 2007, elle est entraînée par son frère aîné, Nicolas, à Ambérieu-en-Bugey (Ain).

Biographie

Les débuts

Laure Manaudou est la fille de Jean-Luc Manaudou, employé de banque, joueur et entraîneur de handball, et d'Olga Schippers, d'origine néerlandaise, qui pratique le badminton. Ils s'étaient rencontrés sur une plage au Cap Fréhel. Désireux de lui apprendre à nager, ils l'ont inscrite à la natation dès l'âge de 5 ans. Elle a un grand frère, Nicolas, né un an jour pour jour avant elle et avec qui elle nage, et un petit frère Florent, né en 1990. De 6 à 14 ans, elle fait partie du club de natation d'Ambérieu-en-Bugey, dans l'Ain, où elle a passé son enfance. Remarquée par Philippe Lucas, entraîneur marié à une ancienne nageuse de l'équipe de France olympique, celui-ci convainc ses parents de la laisser partir et leur promet d'en faire une championne. Les premières années, elle part vivre au foyer de son entraîneur à Melun avant de s'installer dans un appartement proche de la piscine de Melun à sa majorité.

Les premiers succès

En 2001, lors des Championnats d'Europe juniors à Malte, elle décroche deux médailles d'argent sur 50 et 100 mètres dos. L'année suivante, lors des Championnats d'Europe juniors à Linz, en Autriche, elle devient championne d'Europe juniors sur 100 mètres dos et double vice-championne d'Europe sur 50 mètres dos et 200 mètres 4 nages. En 2003, lors des Championnats de France à Saint-Étienne, elle obtient cinq médailles d'or (400, 800, 1500 mètres nage libre ; 50 et 100 mètres dos), bat quatre records de France et se qualifie pour les Championnats du monde de Barcelone. Privée de son entraîneur-mentor, elle obtient des résultats décevants (7 du 50 mètres dos, 11 du 100 mètres dos, 13 du 400 mètres nage libre et 19 du 800 mètres nage libre). Toutefois, l'année 2003 se clôt sur une médaille de bronze sur 100 mètres dos obtenue lors des Championnats d'Europe en petit bassin à Dublin. En 2004, lors des Championnats de France à Dunkerque, elle obtient quatre titres nationaux (400 et 800 mètres nage libre ; 50 et 100 mètres dos). Lors des Championnats d'Europe à Madrid, elle décroche trois médailles d'or (400 mètres nage libre, 100 mètres dos et le relais 4x100 mètres 4 nages). Aux Jeux Olympiques d'Athènes en 2004, elle gagne trois médailles olympiques (médaille d'or sur 400 m nage libre, argent sur 800 m nage libre et bronze sur 100 m dos) et donne à la France sa première médaille d'or dans une épreuve de natation depuis Jean Boiteux à Helsinki en 1952. En 2005, lors des Championnats de France à Nancy, elle obtient cinq titres nationaux (400, 800, 1500 mètres nage libre ; 50 et 100 mètres dos). Aux Championnats du monde à Montréal, elle obtient la médaille d'or sur 400 mètres nage libre. Aux Championnats de France en petit bassin à Chalon-sur-Saône, elle décroche six titres nationaux (400, 800, 1500 mètres nage libre ; 50, 100 mètres dos ; 200 mètres 4 nages) et bat huit records. Aux Championnats d'Europe en petit bassin à Trieste, elle obtient trois médailles d'or (400, 800 mètres nage libre ; 100 mètres dos) et bat les records mondiaux du 400 mètres (3'56"79) et du 800 mètres nage libre (8'11"25). À la fin de l'année, elle remporte les interclubs avec le CN Melun.

La consécration

Lors des Championnats de France 2006 à Tours, elle glane neuf titres nationaux (200, 400, 800, 1500 mètres nage libre ; 100 et 200 mètres dos ; 200 et 400 mètres 4 nages ; relais 4 x 200 mètres nage libre avec son club de Melun) et bat le 12 mai 2006 le mythique record du monde du 400 mètres nage libre en grand bassin (50 m), qui était détenu depuis les Jeux Olympiques de Séoul en 1988 par l'Américaine Janet Evans, l'abaissant de 4'03"85 à 4'03"03. Le 6 août 2006, elle le bat à nouveau lors de la finale des Championnats d'Europe de natation 2006 à Budapest, l'abaissant à 4'02"13. Lors de ces Championnats d'Europe, elle obtient en tout sept médailles (4 en or : 400 et 800 mètres nage libre, 100 mètres dos et 200 mètres 4 nages ; 3 en bronze : 200 mètres nage libre, relais 4 x 200 mètres nage libre et 4 x 100 mètres 4 nages), égalant ainsi le record du nombre de titres dans un même Championnat d'Europe détenu par l'Allemande de l'Est Ute Geweniger (1981) et la Hongroise Krisztina Egerszegi (1993). Elle a été sacrée championne des champions français par le quotidien L'Équipe en 2004, est décorée de la Légion d'honneur et se voit décerner le prix du patriotisme Maurice-Schumann et le Grand Prix olympique de l'Académie des sports. Un bassin olympique Laure-Manaudou a été inauguré près de son centre d'entraînement de Melun. Par ailleurs Laure, en étroite collaboration avec son équipementier Arena, a lancé le 10 octobre 2005 Catch me if you can, une collection de vêtements de sport frappée du papillon, – symbole des « quatre étapes » de sa vie depuis son départ d'Ambérieu-en-Bugey pour Melun –, qu'elle s'est fait tatouer à l'épaule. Le 12 août 2006, Philippe Lucas annonce son départ du club avec Laure Manaudou pour rejoindre celui de Canet-en-Roussillon : Canet 66 natation. Elle reprend l'entraînement le 6 septembre 2006. À l'occasion des championnats du monde de natation 2007 de Melbourne (Australie), elle confirme son statut de favorite en remportant deux médailles d'or sur le 400 mètres nage libre et sur le 200 mètres nage libre (dont elle bat le record le monde), deux médailles d'argent sur le 800 mètres nage libre et le 100 mètres dos et une médaille de bronze au relais féminin 4 x 200 m (avec Alena Popchanka, Sophie Huber et Aurore Mongel) et empoche 122 640 euros de récompense. Elle est nommée meilleure nageuse de ces championnats du monde avec l'Américain Michael Phelps. Le 22 mars 2007, François Pinault, fondateur du groupe PPR, a décidé de s'engager personnellement auprès de Laure Manaudou via Artémis, la holding patrimoniale présidée par son fils François-Henri, et de financer la carrière de la nageuse pendant les cinq années à venir. « C'est un partenariat historique et unique dans le sport français : c'est une opération de mécénat, pas de sponsoring. Laure n'aura aucune obligation », a déclaré Didier Poulmaire, avocat et agent de la nageuse. Celle-ci pourrait ainsi, « si elle en a l'envie et le temps », apparaître dans des soirées caritatives ou lors des défilés des marques de luxe du groupe, comme Gucci ou Stella McCartneyStéphane Joly, , Le Journal du dimanche, 25 mars 2007.. Le contrat, signé porterait sur plusieurs millions d'euros. Le chiffre d'un million d'euros annuel a été avancé. Il pourrait être prolongé si la championne olympique et du monde du 400 m nage libre participe aux jeux Olympiques de Londres en 2012, L'Équipe, 24 mars 2007..

Mai 2007 : la rupture avec Philippe Lucas et l'aventure italienne

Le 6 mai 2007, Laure Manaudou, décide de se séparer de son entraîneur pour partir s'entraîner en Italie et se rapprocher ainsi de son petit ami Luca Marin, L'Équipe, 6 mai 2007.. Elle a déclaré qu'« entre l'Italie et la France, je choisis Luca, l'amour de ma vie, Le Monde, 8 mai 2007. ». Le 9 mai, lors d'une conférence de presse à Canet-en-Roussillon, elle explique son choix de rejoindre le club turinois de LaPresse Nuoto et qu'elle va essayer de donner un nouvel élan à sa carrière, « changer d'entraînement », « modifier des choses » : « Il y a des choses que je voulais travailler et que Philippe ne voulait pas faire. Des choses qui, je pense, sont capables de me faire nager plus vite, Le Monde, 10 mai 2007.. » Elle a par ailleurs précisé qu'elle restait « Française de toute façon » – elle conserve sa licence à Canet-en-Roussillon pour continuer à défendre les couleurs de la France dans les compétitions internationales – et qu'elle visait un nouveau titre aux jeux Olympiques de Pékin. Réagissant au départ de son ancienne protégée, Philippe Lucas a déclaré lors d'une conférence de presse à Canet-en-Roussillon, le 10 mai, que Laure Manaudou « part parce qu'elle a envie de moins travailler. Elle fuit le travail, Le Monde, 10 mai 2007.. » Ces propos surviennent après l'interview de la nageuse au quotidien italien La Stampa où elle affirme qu'elle ne « supportait plus physiquement les entraînements » dirigés par Philippe Lucas (« Non reggevo più fisicamente gli allenamenti di Lucas, La Stampa, 10 mai 2007.. »). Après de multiples tergiversations, la Fédération italienne de natation ayant le 14 mai dit « préférer » que Laure Manaudou ne s'entraîne pas dans la péninsule, Le Monde, 14 mai 2007. puis ayant finalement déclaré le lendemain être disposée à l'accueillir, 15 mai 2007., Laure Manaudou devrait s'entraîner trois jours par quinzaine à Vérone, soit au même endroit que son petit ami, le nageur italien Luca Marin, tandis que ce dernier s'entraînerait à Turin en alternance, également pendant trois jours une semaine sur deux, information aussitôt démentie par la Federnuoto, Le Monde, 17 mai 2007.. Le 17 mai, lors d'une conférence de presse à Turin, Laure Manaudou a précisé les raisons de son choix, L'Équipe, 17 mai 2007.. Le 22 mai, nouveau coup de théâtre : la nageuse française ne pourrait pas s'entraîner à Vérone avec son petit ami Luca Marin dans le centre fédéral italien. Selon Marco Durante, président du club, Vérone, ce serait « une fois sur mille ». Toutefois, la veille, Laure Manaudou s'était entraînée à Vérone avant de reprendre la route pour Turin. Par ailleurs, les deux nageuses italiennes, Federica Pellegrini et Alessia Filippi, qui s'entraînent à Vérone, ne verraient pas d'un très bon œil la présence de la Française auprès d'elles. Federica Pellegrini, grande rivale de Manaudou sur 200 m, a ainsi affirmé : « On s'est entraînées chacune de notre côté. Moi ça ne me dérange pas que Laure s'entraîne à Vérone de temps en temps. Mais pas plus. Je l'ai dit à Alberto Castagnetti. Jusqu'aux JO de Pékin, ça ne pourra pas être autrement. Mais je n'ai absolument rien contre Laure, L'Équipe, 22 mai 2007.. » Le 29 mai, La Gazzetta dello Sport, 29 mai 2007., Laure Manaudou, jetée à l'eau par Nicola Febbraro et Leonardo Tumiotto, deux de ses compagnons d'entraînement, est victime d'une fracture « au quatrième métatarse du pied gauche » selon un communiqué de son club LaPresse. Elle ne participera pas aux compétitions de Modène (2-3 juin), Canet-en-Roussillon (9-10 juin) et Monte-Carlo (16-17 juin).

Vers les jeux Olympiques de Pékin

Championnats de France 2007 : un retour attendu

Après sa blessure qui l'avait retenue hors des bassins pendant trois semaines, Laure Manaudou participe aux championnats de France de natation 2007 qui se disputent du 24 au 28 juin à Saint-Raphaël (Var). Initialement, elle devait s'y aligner sur huit épreuves : les 50 et 100 m dos, les 200, 400, 800 et 1500 m nage libre, le 200 m 4 nages et le 200 m papillon, L'Équipe, 20 juin 2007. mais choisit de faire l'impasse sur les 1500 m nage libre et 200 m quatre nages afin d'être à son maximum pour les courses et faciliter la récupération. Le 24 juin, L'Équipe, 24 juin 2007., elle s'impose, non sans difficultés, sur le 800 m nage libre, en 8'31"26, devant Coralie Balmy (8'32"01) et Sophie Huber (8'32"20). Après ce 43 titre national, Laure Manaudou finit 3 du 200 m papillon (2'12"73), derrière Aurore Mongel (2'10"63) et Magali Rousseau (2'10"87). Le 25 juin, Laure Manaudou s'impose en finale du 50 m dos, une discipline qui n'a jamais été sa priorité lors des compétitions internationales. Elle devance Alexandra Putra (29"35) et Esther Baron (29"43). Mais elle a échoué, en 28"93, à neuf centièmes de son propre record établi en mars à Melbourne, L'Équipe, 25 juin 2007.. Le 26 juin, lors de la troisième journée, elle fait taire ses détracteurs qui critiquaient ses performances, jugées modestes, après sa séparation avec son entraîneur Philippe Lucas et son départ pour s'entraîner en Italie, en remportant, après ses deux médailles d'or (sur le 800 mètres et le 50 mètres dos), le 400 mètres nage libre – sa distance de prédilection – avec plus de six secondes d'avance sur Coralie Balmy. La championne olympique a signé un excellent temps de 4'03"38, à seulement 1"25 de son propre record du monde, réalisant ainsi sa quatrième meilleure performance sur la distance, L'Équipe, 26 juin 2007.. Le 27 juin, Laure Manaudou remporte un 4 titre, L'Équipe, 27 juin 2007.. La nageuse du Canet s'est imposée en finale du 200 m nage libre en 1'57"48. Elle devance Alena Popchanka et Coralie Balmy. Le 28 juin, L'Équipe, 28 juin 2007., elle remporte deux nouveaux titres : tout d'abord la finale du 100 mètres dos où elle s'impose en 1'01"22 son dixième temps personnel, performance assez éloignée de son record d'Europe (59"87) établi lors de la finale du 100 m dos des Mondiaux 2007 derrière l'Américaine Natalie Coughlin (59"44) –, devançant Esther Baron (1'01"71) ; puis la finale du relais 4 x 100 m 4 nages avec son club du Canet (4'08"95 et record de France des clubs, L'Équipe, 28 juin 2007.). Ces Championnats de France ont donc vu Laure Manaudou s'imposer sur 200, 400, 800 m nage libre, 50 et 100 m dos pour un total de 47 trophées de championne de France, dont 28 en grand bassin.

Le « feuilleton Manaudou » : fin de l'aventure italienne et retour à Ambérieu

Le 6 août, après une participation attendue à l'Open de Paris de natation, Laure Manaudou est licenciée à cause de tensions avec son entraîneur Paolo Penso, L'Équipe, 6 août 2007.. Le club turinois lui reproche « son attitude, son refus de faire le relais ou les échauffements, Le Monde, 6 août 2007. » lors de cette compétition. Dans l'après-midi suivant la révélation de ce licenciement, le conseiller juridique de la championne, Didier Poulmaire, a précisé, L'Équipe, 6 août 2007. que Manaudou et son entourage avaient engagé « depuis un moment déjà et avaient accéléré le week-end dernier des contacts, retrouve des conditions de vie et d'entraînement à la hauteur de son talent et de son ambition » et qu'elle demeurait licenciée au club de Canet-en-Roussillon (Canet 66 natation). Le 7 août, Jean-Luc Manaudou, le père de Laure Manaudou, annonce dans un entretien accordé au quotidien sportif L'Équipe, L'Équipe, 7 août 2007., que Nicolas Manaudou, frère aîné de Laure et entraîneur de Florent – le frère cadet, champion de France cadets du 50 m nage libre en 2007 – prendra en charge l'entraînement de la nageuse française à Ambérieu-en-Bugey (Ain) après deux semaines de vacances aux Maldives. Le 28 août, L'Équipe, 28 août 2007., après plusieurs rumeurs durant le mois d'août sur son futur lieu d'entraînement, Laure Manaudou annonce, lors d'une conférence de presse, qu'elle a besoin de temps avant de prendre une décision finale concernant son avenir immédiat. La championne olympique française va s'entraîner pendant le mois de septembre sous la tutelle de son frère Nicolas, à Ambérieu. Pour la suite, elle « donne quinze jours, trois semaines pour savoir exactement ». Après avoir exclu de retourner à Turin, elle a confirmé qu'elle ne reviendrait pas s'entraîner à Canet, aux côtés de son ancien entraîneur, Philippe Lucas, et a écarté la possibilité de rejoindre l'équipe Lagardère, Le Monde, 28 août 2007.. Le 22 septembre, L'Équipe, 22 septembre 2007., elle annonce qu'elle reste s'entraîner à Ambérieu-en-Bugey, sous les ordres de son frère Nicolas, pour préparer les jeux Olympiques de 2008.

Palmarès

Championnats internationaux

NB : 19 médailles dont 11 titres

Championnats d'Europe

Juniors
- Championnats d'Europe de natation juniors 2001 à
-Argent médaille d'argent sur 50 m dos (29"71)
-Argent médaille d'argent sur 100 m dos (1'3"66)
- Championnats d'Europe de natation juniors 2002 à Linz
-Argent médaille d'argent sur 50 m dos (29"45)
-Or médaille d'or sur 100 m dos (1'1"88)
-Argent médaille d'argent sur 200 m 4 nages (2'17"03) NB : 5 médailles dont 1 titre
Petit bassin
- Championnats d'Europe de natation 2003 en petit bassin à Dublin
-Bronze médaille de bronze sur 100 m dos (58"99)
- Championnats d'Europe de natation 2005 en petit bassin à Trieste
-Or médaille d'or sur 400 m nage libre (3'56"79 RM)
-Or médaille d'or sur 800 m nage libre (8'11"25 RM)
-Or médaille d'or sur 100 m dos (58"12)
- Championnats d'Europe de natation 2006 en petit bassin à Helsinki
-Or médaille d'or sur 400 m nage libre (3'56"09 RM)
-Or médaille d'or sur 800 m nage libre (8'12"24)
-Or médaille d'or sur 100 m dos (57"87 RF) NB : 7 médailles dont 6 titres

Jeux méditerranéens

- Jeux méditerranéens 2005 à Almeria
-Or médaille d'or sur 400 m nage libre (4'08"90)
-Or médaille d'or sur 50 m dos (29"17) NB : 2 titres

Championnats de France

Juniors
NB : 8 médailles dont 7 titres
Grand bassin
NB : 48 médailles dont 31 titres
Petit bassin
NB : 20 médailles dont 19 titres

Records

200 m nage libre

- bassin de 25 m
- 200 m nage libre Record d'Europe en 1'53"48 le 17/11/2007 à Berlin (Allemagne)
- 200 m nage libre Record de France en 1'53"48 le 17/11/2007 à Berlin (Allemagne)
- bassin de 50 m
- 200m nage libre Record du Monde en 1'55"52 le 28/03/2007 à Melbourne (Australie)
- 200m nage libre Record d'Europe en 1'55"52 le 28/03/2007 à Melbourne (Australie)
- 200m nage libre Record de France en 1'55"52 le 28/03/2007 à Melbourne (Australie)

400 m nage libre

- bassin de 25 m
-400m nage libre Record du Monde en 3'56"09 le 9/12/2006 à Helsinki (Finlande)
-400m nage libre Record d'Europe en 3'56"09 le 9/12/2006 à Helsinki (Finlande)
-400m nage libre Record de France en 3'56"09 le 9/12/2006 à Helsinki (Finlande)
- bassin de 50 m
-400m nage libre Record du Monde en 4'02"13 le 06/08/2006 à Budapest (Hongrie)
-400m nage libre Record d'Europe en 4'02"13 le 06/08/2006 à Budapest (Hongrie)
-400m nage libre Record de France en 4'02"13 le 06/08/2006 à Budapest (Hongrie)
-400m nage libre Record de France des 17 ans en 4'10"68 le 13/04/2003 à Saint-Étienne (France)

800 m nage libre

- bassin de 25 m
-800m nage libre Record d'Europe en 8'11"25 le 09/12/2005 à Trieste (Italie)
-800m nage libre Record de France en 8'11"25 le 09/12/2005 à Trieste (Italie)
- bassin de 50 m
-800m nage libre Record d'Europe en 8'18"80 le 31/03/2007 à Melbourne (Australie)
-800m nage libre Record de France en 8'18"80 le 31/03/2007 à Melbourne (Australie)
-800m nage libre Record de France des 17 ans en 8'33"92 le 18/04/2003 à Saint-Étienne (France)

1500 m nage libre

- bassin de 25 m
-1500m nage libre Record d'Europe en 15'42"39 le 20/11/2004 à La Roche-sur-Yon (France)
-1500m nage libre Record de France en 15'42"39 le 20/11/2004 à La Roche-sur-Yon (France)
- bassin de 50 m
-1500m nage libre Record de France en 16'03"01 le 14/05/2006 à Tours (France)
-1500m nage libre Record de France des 17 ans en 16'34"14 le 14/04/2003 à Saint-Étienne (France)

50 m dos

- bassin de 25 m
-50m dos Record de France en 27"17 le 09/12/2006 à Helsinki (Finlande) (Relais 4 x 50 m 4 nages)
- bassin de 50 m
-50m dos Record de France en 28"50 le 04/08/2007 à Paris (France)
-50m dos Record de France des 17 ans en 28"86 le 23/07/2003 à Barcelone (Espagne)
-50m dos Record de France des 16 ans en 29"44 le 13/07/2002 à Linz (Autriche)
-50m dos Record de France des 15 ans en 29"71 le 07/07/2001 à Malte

100 m dos


- bassin de 25 m
-100m dos Record de France en 57"87 le 08/12/2006 à Helsinki (Finlande)
- bassin de 50 m
-100m dos Record d'Europe en 59"87 le 27/03/2007 à Melbourne (Australie)
-100m dos Record de France en 59"87 le 27/03/2007 à Melbourne (Australie)
-100m dos Record de France des 17 ans en 1'01"68 le 14/04/2003 à Saint-Étienne (France)
-100m dos Record de France des 16 ans en 1'01"88 le 12/07/2002 à Linz (Autriche)
-100m dos Record de France des 15 ans en 1'02"75 le 05/07/2001 à Malte

200 m 4 nages

- bassin de 25 m
-200m 4 nages Record de France en 2'09"20 le 03/12/2006 à Istres (France)
- bassin de 50 m
-200m 4 nages Record de France en 2'12"41 le 12/05/2006 à Tours (France)

400 m 4 nages

- bassin de 25 m
-400m 4 nages Record de France en 4'33'73 le 02/12/2006 à Istres (France)
- bassin de 50 m
-400m 4 nages Record de France en 4'40"06 le 11/05/2006 à Tours (France)

Relais 4 x 200 m nage libre

- équipe nationale
-relais 4 x 200 m nage libre Record de France en 7'55"96 le 29/03/2007 à Melbourne (Australie) avec Alena Popchanka, Sophie Huber et Aurore Mongel

Relais 4 x 50 m 4 nages

- équipe nationale en bassin de 25 m
-relais 4 x 50 m 4 nages Record de France en 1'49"15 le 09/12/2006 à Helsinki (Finlande) avec Anne-Sophie Le Paranthoen, Alena Popchanka et Malia Metella

Relais 4 x 100 m 4 nages

- équipe nationale
-relais 4 x 100 m 4 nages Record de France en 4'03"64 le 06/08/2006 à Budapest (Hongrie) avec Anne-Sophie Le Paranthoën, Alena Popchanka et Céline Couderc
- équipe de club
-relais 4 x 100 m 4 nages Record de France en 4'08"95 le 28/06/2007 à Saint-Raphaël sous les couleurs du Canet 66 Natation avec Coralie Dobral, Magali Rousseau et Esther Baron

Distinctions

Après une année 2007 marquée par cinq médailles mondiales dont deux médailles d'or, un record du monde et deux records d'Europe, Laure Manaudou est désignée nageuse de l'année 2007 par le mensuel américain Swimming World Magazine , sur le site du magazine américain Swimming World Magazine, 2007.. Elle devient à cette occasion la première nageuse française distinguée au niveau mondial. La Française devient par ailleurs nageuse européenne de l'année pour la seconde année consécutive.

Notes et références

Voir aussi

===
Sujets connexes
Académie des sports   Ain (département)   Alena Popchanka   Alessia Filippi   Ambérieu-en-Bugey   Aurore Mongel   Australie   Autriche   Badminton   Barcelone   Berlin   Budapest   Canet-en-Roussillon   Canet 66 natation   Cap Fréhel   Cercle des nageurs de Melun Val de Seine   Chalon-sur-Saône   Chamalières   Championnats d'Europe de natation 2003 en petit bassin   Championnats d'Europe de natation 2004   Championnats d'Europe de natation 2005 en petit bassin   Championnats d'Europe de natation 2006   Championnats d'Europe de natation 2006 en petit bassin   Championnats de France de natation 2006   Championnats de France de natation 2007   Championnats du monde de natation 2005   Championnats du monde de natation 2007   Crawl   Céline Couderc   Dos crawlé   Dublin   Dunkerque   Esther Baron   Federica Pellegrini   Français   François-Henri Pinault   François Pinault   Gucci   Handball   Helsinki   Holding   Hongrie   Istres   Italie   Janet Evans   Jean Boiteux   Jennifer Carroll   Jeux Olympiques d'Athènes   Jeux Olympiques d'été de 1952   Jeux Olympiques d'été de 2004   Jeux Olympiques d'été de 2008   Jeux Olympiques d'été de 2012   Jeux méditerranéens 2005   Krisztina Egerszegi   L'Équipe   La Gazzetta dello Sport   La Roche-sur-Yon   La Stampa   Le Journal du dimanche   Le Monde   Linz (Autriche)   Liste des médaillés français en natation aux Jeux Olympiques   Luca Marin   Légion d'honneur   Madrid   Maldives   Malia Metella   Malte   Melbourne   Melun   Michael Phelps   Monte-Carlo   Montréal   Nancy   Natalie Coughlin   Open de Paris de natation   PPR (entreprise)   Paris   Pays-Bas   Philippe Lucas   Rhône (département)   République démocratique allemande   Saint-Raphaël (Var)   Saint-Étienne   Sophie Huber   Sport en mai 2007   Stella McCartney   Swimming World Magazine   Tours   Trieste   Turin   Var (département)   Villeurbanne  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^