Belledonne

Infos
La chaîne de Belledonne est un massif des Alpes françaises situé aux portes de Grenoble, principalement en Isère, le versant nord-est se trouvant en Savoie. Elle culmine à 2 977m. Les habitants sont appelés Belledonniens.
Belledonne

La chaîne de Belledonne est un massif des Alpes françaises situé aux portes de Grenoble, principalement en Isère, le versant nord-est se trouvant en Savoie. Elle culmine à 2 977m. Les habitants sont appelés Belledonniens.

Géographie

Situation

Le massif est étalé sur 60 km de long et 10 km de large. Il se compose de trois chaînons principaux. Du sud au nord :
- Le massif de Belledonne, à proprement parler
- Le massif des Sept Laux
- Le massif d'Allevard Il est bordé sur son versant nord-ouest par l'Isère et fait face aux massifs de la Chartreuse (large vallée du Grésivaudan) et des Bauges (combe de Savoie). Au nord-est, sur la rive opposée de l'Arc (Maurienne), se situe le massif de la Vanoise. À l'est, il est séparé par le torrent Glandon du massif d'Arvan-Villards et au sud-est par l'Eau d'Olle des Grandes Rousses. Pour finir, à l'extrémité sud, de l'autre côté de la Romanche (basse vallée de l'Oisans), s'élève le massif du Taillefer. Les sommets enneigés de Belledonne constituent le décor naturel des deux plus grandes villes des Alpes françaises (Grenoble et Chambéry).

Principaux sommets

Vue des trois sommets principaux du massif de Belledonne.
- Le Grand Pic de Belledonne, point culminant, 2977 m.
- Le Rocher Blanc, 2927 m.
- La Croix de Belledonne, 2926 m.
- Aiguille Michel, point culminant des Aiguilles de l'Argentière, 2915 m.
- Le Rocher Badon, 2912 m.
- La Pyramide, 2912 m.
- Le Puy Gris, 2908 m.
- Le Bec d'Arguille, 2891 m.
- L'Aiguille d'Olle, 2885 m.
- Le Rocher d'Arguille, 2885 m.
- La Pointe de Comberousse, 2866 m.
- La Grande Lance d'Allemond, 2842 m.
- Le Charmet de l'Aiguille, 2826 m.
- La Pointe de la Porte d'Eglise, 2812 m.
- Le Pic du Frêne, 2807 m.
- Le Pic du Grand Doménon, 2802 m.
- Le Grand Morétan, 2800 m.
- La Grande Lance de Domène, 2790 m.
- Le Grand Charnier d'Allemont, 2777 m.
- Le Pic Couttet, 2764 m.
- Le Grand Crozet, 2762 m.
- Le Pic de la Grande Valloire, 2758 m.
- La Selle du Puy Gris, 2758 m.
- Le Rocher de l'Homme, 2755 m.
- Roche Rousse, 2753 m.
- Le Pic Lamartine, 2752 m.
- La Grande Lauzière, 2741 m.
- La Cime du Sambuis, 2727 m.
- Le Pic de la Belle Etoile, 2718 m.
- Le Grand Miceau, 2618 m.
- Le Grand Charnier d'Allevard, 2561 m.
- Les Grands Moulins, 2495 m.
- Le Grand Colon, 2394 m.

Principaux glaciers

- Glacier de la Sitre
- Glacier de Freydane (seul véritable glacier crevassé)
- Glacier de l'Amiante
- Glacier du Rocher Blanc
- Glacier de la Combe Madame
- Glacier de l'Argentière
- Glacier d'Arguille
- Glacier du Puy Gris
- Glacier du Gleyzin
- Glacier de Claran

Principaux cols

Vue du col de la Pra Véritable barrière naturelle, Belledonne n'est franchie par aucun col routier. Le Pas de la Coche, seul véritable point faible de la chaîne, séparant le massif de Belledonne proprement dit du massif des Sept-Laux, a failli être traversé par une route. Sous l'impulsion de Joseph Paganon (1880-1937), maintes fois ministre, la D528 devait relier Laval au Rivier-d'Allemont, mais le projet s'est arrêté à la cote 1336 côté Grésivaudan, alors que côté vallée de l'Eau d'Olle rien n'avait été encore entreprisPascal Sombardier, Randonnées au cœur des Alpes, Glénat, . Très largement utilisé avant l'apparition de l'automobile par les populations locales pour passer d'une vallée à l'autre, voire se rendre en Maurienne par le Col du Glandon, le Pas de la Coche aurait été utilisé par Hannibal lors de sa traversée des Alpes Geoffroy de Galbert, "Hannibal en Gaule", Editions de Belledonne (2006), .
- Col de la Pra, 2171 m.
- Col de Belledonne, 2785 m.
- Col de Freydanne, 2645 m.
- Col de la Mine de Fer, 2400 m.
- Brèche de Roche Fendue, 2482 m.
- Pas de la Coche, 1989 m.
- Col des Sept Laux, 2184 m.
- Col de la Croix, 2529 m.
- Col du Tepey, 2716 m.
- Col de la Valloire, 2751 m.
- Col du Merlet, 2286 m.
- Col de la Bourbière, 2352 m.
- Col de la Frèche, 2183 m.
- Col de la Perrière, 2003 m.
- Col de la Perche, 1984 m.
- Col de Roche Noire, 2629 m.
- Col de la Balmette, 2667 m.

Principaux lacs

Vue du lac du Grand Doménon
- Lac Achard, 1917 m.
- Lacs Robert, 1998 m.
- Lac Longet, 2027 m.
- Lac Merlat, 2044 m.
- Lac du Crozet, 1974 m.
- Lac du Petit Doménon, 2380 m.
- Lac du Grand Doménon, 2385 m.
- Lac de la Sitre, 1952 m.
- Lac de Belledonne, 2163 m.
- Lac Blanc, 2161 m.
- Lac de Crop, 1906 m.
- Sept Laux (les sept lacs, bien qu'il y en ait plus)
- Lac de la Sagne, 2065 m.
- Lac de la Corne, 2083 m.
- Lac Jeplan, 2144 m.
- Lac de l'Agnelin, 2327 m.
- Lac du Cos, 2182 m.
- Lac Blanc, 2248 m.
- Lac Cottepens, 2128 m.
- Lac Carré, 2128 m.
- Lac de la Motte, 2128 m.
- Lac Noir, 2091 m.
- Lac de la Croix, 2415 m.
- Lac de la Folle, 2142 m.
- Lac Blanc, 2124 m.
- Lac Noir, 2268 m.
- Lac des Balmettes, 2196 m.

Étymologie

4 versions de l'étymologie de « Belledonne » :
- En venant du col du Glandon (ancien Duché de Savoie), le grand pic ressemble à une mère avec son enfant dans les bras d'où « Bella Donna » (la belle femme).
- Trouvé dans « Arvillard ses lieux-dits, ses légendes » « D'après Rousset, ce mot viendrait d'une racine pré-indo-européenne : bal, qui signifiait rocher élevé et qui aurait évolué en bel puis belle. Pour expliquer qui pouvait être cette belle » on ajouta donne. D'où : les Belledonnes = les belles femmes.
- Trouvé dans « Arvillard ses lieux-dits, ses légendes » G Tuaillon rappelle que les gens du pays ne donnaient pas de noms aux massifs montagneux. Belledonne est d'abord le nom d'un petit torrent. Ce n'est qu'au XVIII° siècle que le nom a désigné la montagne. Et en celte, le mot donne signifie vallée. D'où les Belledonnes = les belles vallées". Cependant, d'après le Dictionnaire de Pilot de Thorey, il n'existe aujourd'hui pas de torrent ayant le nom de Belledonne.
- Une autre hypothèse a cours aujourd'hui, il s'agit du rapprochement avec la plante Atropâ Belladona, surnommée Belle dame !

Géologie

Le massif de Belledonne est un massif cristallin externe. Le granite est présent dans certaines zones (vallon de Bourbière), mais on trouve principalement du gneiss amphibolique. Le massif est très travaillé tout au long de l'hiver par des gels et dégels successifs (gélifraction). Dans les soubassements du massif, le schiste est dominant. La chaîne de Belledonne fait partie de l'arc alpin qui prend de l'altitude, à raison de 1 cm par an en moyenne. Elle se déplace également vers le sud-est à une vitesse relativement élevée de plusieurs centimètres par an. Ce dernier phénomène se manifeste par des éboulements et des glissements de terrain relativement fréquents dans la vallée de la Romanche.

Faune

Outre la faune classique des Alpes (marmotte, chamois, bouquetin, lagopède, ...), le loup est aussi présent depuis quelques années, principalement dans le massif d'Allevard à cheval entre l'Isère et la Savoie. Le bouquetin avait totalement disparu de Belledonne. Une vingtaine d'individus d'origine suisse (13 femelles et 7 mâles) ont été réintroduits au printemps 1983 au-dessus du Barrage de Grand'Maison dans la combe de l'Âne. Au printemps 2002, la population s'élevait à 900 têtes réparties sur l'ensemble du massif http://www.bouquetin-des-alpes.org/populations/belledonne/belledonne.htm. L'ours était aussi présent dans le massif. Mais chassé, il en disparut complètement dans les années 1920. Certains toponymes témoignent encore de cette présence passée, comme la cascade de l'Oursière au-dessus d'Uriage ou le Plan de l'Ours dans la vallée du Veyton http://www.belledonne38.com/Massif/Faune/Faune.html
-Ours.

Activités

Outre les traditionnelles activités pastorales encore présentes, Belledonne a connu une activité minière jusque récemment ; en témoignent certains toponymes (col de la Mine de Fer). Tournant principalement autour de l'exploitation du fer (vallée du Bréda), il y eut aussi des mines d'argent sous la Grande Lance d'Allemont, au lieu-dit des Chalanches. Les mines des Chalanches furent exploitées de 1767 à 1890, d'abord clandestinement, puis légalement suite à de nombreux accidents. Etienne Favier, le vainqueur du Grand Pic de Belledonne le 16 août 1859, y travaillait comme contre-maître Raymond Joffre, La fabuleuse histoire de Belledonne, Editions de Belledonne (2006), . Cette activité minière, grande consommatrice de bois, fut la principale responsable de la déforestation du massif. Belledonne a aussi été un des berceaux de la houille blanche grâce à Aristide Bergès et à ses papeteries à La Combe-de-Lancey, ou sur la commune de Livet-et-Gavet. Bien que proche de grandes agglomérations, le massif de Belledonne a su garder son côté sauvage et se prête très bien l'été à la randonnée et l'hiver au ski de randonnée. Enfin, depuis quelque temps, les cols de certaines stations attirent une nouvelle catégorie de sportifs : les descendeurs, qu'ils soient en roller, longskate, streetluge, buttboard...

Stations de sports d'hiver

- Chamrousse
- Le Collet d'Allevard
- Les 7 laux
- L'espace nordique du Col du Barioz

Lieu de tournage

Le somptueux décor des pics enneigés de Belledonne a été utilisé dans plusieurs films :
- Le Hussard sur le toit, où la dernière scène est tournée depuis le parc du château de Montbonnot, face à Belledonne ;
- Les Rivières pourpres, dont plusieurs scènes ont pour décor la vallée de la Romanche, principalement dans l'ancienne maison de Charles Albert Keller à Livet-et-Gavet, entre Belledonne et Taillefer ;
- La Petite Chartreuse, où le personnage principal de l'histoire fait des randonnées dans Belledonne.

Voir aussi

Bibliographie

- Marie Tarbouriech, Alexis Nouailhat, Le massif de Belledonne, Éditions du Fournel, coll. « AQUARELLE », 2006
- Lionel Montico, Belledonne, escapade en pays de lumière, Vu pour vous, 2003
- Jean-Luc Grossi, La chaîne de Belledonne, Conservatoire Rhône-Alpes des Espaces Naturels, Guides du patrimoine naturel de la région Rhône-Alpes, 2004
- Jean Daumas, Je m'appelle belledonne, une Alpe secrète, Publialp, 2001
- Raymond Joffre, La fabuleuse histoire de Belledonne, Éditions de Belledonne, 2006 (tome 2 à paraître en 2008)

Randonnée

- Pierre Pardon, Belledonne pour tous, Oros, 1994
- Jean-Michel Pouy, Belledonne et Sept-Laux les plus belles randonnées, Glénat, coll. « Montagne Randonnée », 2004
- Philippe Velut, Belledonne à petits pas, Génie des glaciers, coll. « Guide de Randonnée », 2e édition, 2004
- Jean-Michel Pouy, Randonnées dans le massif de Belledonne , Glénat, coll. « Rando-Evasion », 2007

Alpinisme

- Volodia Shahshahani, Belledonne : Isère-Arc-Romanche, Volopress, coll. « Toponeige », 2005 ===
Sujets connexes
Allemond   Alpes   Arc (rivière)   Aristide Bergès   Automobile   Barrage de Grand'Maison   Bouquetin   Chambéry   Chamois   Chamrousse   Col de montagne   Col du Glandon   Combe de Savoie   Communauté de communes du plateau des petites roches   Croix de Belledonne   Duché de Savoie   Déforestation   Europe   Glacier de Freydane   Gneiss   Grand Pic de Belledonne   Grande Lance de Domène   Grandes Rousses   Granite   Grenoble   Gélifraction   Géographie des Alpes   Hannibal Barca   Isère (département)   Isère (rivière)   Joseph Paganon   La Combe-de-Lancey   La Petite Chartreuse   Lac du Bourget   Lagopède   Laval (Isère)   Le Hussard sur le toit (film)   Les 7 laux   Les Rivières pourpres (film)   Livet-et-Gavet   Loup   Marmotte   Massif d'Arvan-Villards   Massif de la Chartreuse   Massif de la Vanoise   Massif des Bauges   Massif du Taillefer   Massif du Vercors   Maurienne   Mont Blanc   Oisans   Pic du Grand Doménon   Randonnée   Roche métamorphique   Rocher Blanc   Romanche (rivière)   Savoie   Savoie (département)   Schiste   Seyssinet-Pariset   Ski de randonnée   Vallée de la Romanche  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^