Modification du temps

Infos
Le but de la modification du temps est de contrôler les phénomènes météorologiques tels cette tornade en Oklahoma La modification du temps est la manipulation des paramètres physiques qui contrôlent les phénomènes météorologiques. Le but est de modifier l'évolution du temps afin d'obtenir des conditions favorables et d'amoindrir les phénomènes violents.
Modification du temps

Le but de la modification du temps est de contrôler les phénomènes météorologiques tels cette tornade en Oklahoma La modification du temps est la manipulation des paramètres physiques qui contrôlent les phénomènes météorologiques. Le but est de modifier l'évolution du temps afin d'obtenir des conditions favorables et d'amoindrir les phénomènes violents.

Histoire

Sorcières devant leur chaudron pour concocter un potion pour l'arrivée de grêle Chez certains peuples amérindiens, les phénomènes météorologiques étaient critiques à leur survie. Le contrôle de la pluie et du beau temps était donc essentiels. La plupart ont donc développé des rituels, dances, cérémonies afin d'attirer de bonnes conditions météorologiques. Ceux-ci constituent donc un essai de modifier le temps. Les peuples de l'ère classiques continuèrent ces pratiques sous forme de magie ou de religion. Dans la mythologie grecque par exemple, les Dieux contrôlent le temps et on doit les mettre de son côté. Ainsi, Iphigénie est sacrifiée pour appaiser la déesse Artémis qui avait coupé le vent à la flotte Achéenne allant assiéger Troie. À Rome, la lapis manalis est une pierre sacrée gardée à l'extérieure des murs dans un temple dédié à Mars et qu'on traîne dans la ville en cas de sécheresse. Les sorciers et sorcières ont souvent été soupçonnés du contrôle des éléments. Par exemple, à Berwick en Écosse, une sorcière fut trouvée coupable d'usage de magie noire quand une tempête frappa le navire du roi Jacques Ier d'Angleterre. Selon Adam de Brême et Ole Worm, les sorcières scandinaves prétendaient vendre le vent dans des sacs ou le confiner dans des boîtes qu'elles vendaient aux marins. Il existe bien d'autres superstitions de ce genre dans la tradition de plusieurs pays. Le premier exemple de contrôle effectif du temps est l'utilisation du paratonnerre. Il permet en effet de dévier la foudre de son chemin. Au tournant du , l'usage du canon anti-grêle est une première tentative physique directe de modification d'un phénomène météorologique. Du point de vue théorique, dans les années 1950, le fameux mathématicien et physicien John von Neumann proposa qu'en cas de développement d'un nouvel âge de glace il faudrait recouvrir les glaciers de poussières ou de terre afin d'augmenter leur albédo et ainsi améliorer le transfert de chaleur venant du Soleil à l'atmosphère. Ceci constitue une application à grande échelle des principes de modification du temps qui n'a jamais été testé. Plus près de nous, durant les années de 1950 à 1970, les expériences sur l'ensemencement des nuages grâce à de l'iodure d'argent avait pour but d'augmenter le taux des précipitations et/ou de réduire la grosseur des grêlons.

Principe et faisabilité

Les conditions météorologiques sont causées par l'apport différentiel d'énergie provenant du Soleil, ce qui cause des variations de pression et d'humidité autour de la Terre, et de la rotation de cette dernière. La manipulation des phénomènes atmosphériques demande donc de pouvoir contrôler la distribution de l'énergie solaire ou de son relâchement sous forme de chaleur latente dans les nuages. Une telle manipulation contrôlée est pratiquement impossible à l'échelle globale de la planète. Cependant, l'activité humaine a grandement modifié la composition de l'atmosphère depuis les années 1850 et est soupçonné de donner le changement climatique involontaire actuel. La déforestation, la désertification, les mauvaise pratiques agricoles, la construction de larges réservoirs, les poussières générées par des catastrophes naturelles ou humaines ( cendres volcaniques, feux de forêts ou de puits de pétroles, etc.), changent également la répartition de l'énergie solaire et vont donner de variations climatiques locales ou mondiales difficilement contrôlables. À petite échelle, certaines techniques ont été développée pour modifier le temps. L'exemple le plus simple est la climatisation des édifices où on contrôle un volume restreint et des paramètres, température et humidité, peu nombreux. Quand on s'attaque à un système ouvert et plus large, il est possible de faire certaines modifications limitées comme recouvrir les plantes pour éviter le gel nocturne, entretenir des feux ou faire passer un avion afin d'empêcher de maintenir la température au-dessus du point de congélation dans un verger. Certaines techniques et expériences ont été menées pour des systèmes de l'ordre du nuage, comme l'ensemencement, avec des résultats peu probants.

Méthodes

Depuis les débuts de la méthode scientifique, différentes façons ont été expérimentées pour modifier le temps. Mentionnons-en ici quelles unes.

Canons anti-grêle

Canon anti-grêle au congrès international de 1901 Le canon anti-grêle est un système utilisé par les agriculteurs pour protéger leurs exploitations contre la grêle. Le canon anti-grêle est supposé empêcher la formation de la grêle en limitant la croissance des grêlons grâce à l'onde de choc créée par la détonation. Ils tomberaient ainsi, au niveau du sol, avec une densité qui ne leur permettrait pas de détériorer les cultures ou même sous forme de pluie. L'efficacité, pas plus que le principe des canons anti-grêle, n'a été démontré scientifiquement. Les premiers canons anti-grêle sont apparus à la fin du 19ème siècle en Autriche mais leur utilisation a été largement abandonné en Europe dès 1905 par manque de preuve de leur efficacité . Le concept a refait surface autour des années 1970, grâce à des agriculteurs de la région de Manosque même si aucune recherche scientifique n'appuie les affirmations d'efficacité de ces derniers.

Ensemencement des nuages

Dispositif pour l'ensemencement L'ensemencement des nuages consiste à introduire des particules dans un nuage afin de déclencher la précipitation. La condensation de la vapeur d'eau en eau liquide pour la formation des nuages et des précipitations nécessite la présence dans l'air de noyaux de condensation solide. La condensation directe sans noyaux n'est pas à proprement parler strictement impossible mais elle est thermodynamiquement très défavorable. La quantité de noyaux de condensation dans l'air peut donc être un facteur limitant au passage de la vapeur d'eau atmosphérique en eau liquide (nuage, précipitation). On peut introduire les noyaux grâce à la dispersion par avion, fusée, canons, etc.

Contrôle des cyclones tropicaux

Hypothèse de Stormfury, haut en bas :
-Ensemencement des orages au pourtour de l'Œil
-Développement d'un mur d'œil externe au dépend de celui interne
-L'Œil obtenu est plus large et les vents moins forts Plusieurs projets ont été présentés pour amoindrir les effets des tempêtes tropicales. Certains, comme le projet Stormfury, une expérience pour affaiblir les cyclones tropicaux en ensemençant une portion du mur de l'œil avec de l'iodure d'argent lâchée par avion, se réalisèrent. Ce projet, financé par le gouvernement américain s'est étendu de 1962 à 1983, faisant suite à un projet similaire en 1958 qui avait utilisé de la suie mais avait donné des résultats non conluants. Les résultats de Stormfury furent tout autant décevants mais permirent d'acquérir plus de connaissances sur les systèmes tropicaux. Parmi les propositions, on compte celles de :
-Moshe Alamaro, du Massachusetts Institute of Technology (MIT), qui veut pointer des turboréacteurs, sur des barges, vers le ciel le long de la trajectoire d'un ouragan. Il espère ainsi mener à la formation de petites dépressions qui perturberaient le cyclone. Ses critiques doutent que l'énergie utilisée soit suffisante pour produire un effet quelconque ;
-Alexandre Chorin, de l'Université de Californie à Berkeley, qui propose de déversé une mince couche d'huile biodégradable sur la mer pour inhiber la formation de gouttellettes et ainsi couper la turbulence du système. En 2002, les expériences de Kerry Emanuel du MIT démontrèrent que les vents de force d'ouragan disperseraient la couche d'huile et rendrait l'expérience inutile. D'autres chercheurs ont également mis en doute la théorie derrière l'expérience ;
-Dyn-O-Mat, une compagnie de Floride qui a développé une poudre appelée Dyn-O-Gel pouvant absorber 1 500 son poids en eau, propose d'en lâcher dans les nuages d'un ouragan pour les éponger. La produit est supposé se décomposer en atteignant la surface de l'océan et être sans danger. La compagnie a testé le Dyn-O-Gel sur un orage mais le résultat n'est pas concluant ;
-D'un brevet qui a été obtenu pour une technique afin de réduire la puissance d'un cyclone tropical en pompant de l'eau de mer à la base du mur de l'œil du système sous forme de gouttelletes dans l'espoir de ralentir le mouvement vertical et de l'affaiblir ainsi. Théorie à démontrer et réalisation plutôt difficile quand on pense à comment introduire une telle pompe au cœur d'un ouragan.

Études de l'ionosphère

Différents projets américains visent l'étude de l'ionosphère et utilisent des instruments assez puissants. On a ainsi le projet HIPAS (HIgh Power Auroral Stimulation) qui utilise des transmetteurs à fréquences très basses et ultra-basses de 1 Mégawatt pour tenter de réchauffer l'ionosphère pour en étudier le comportement. Le projet scientifique, civil et militaire HAARP (High Frequency Active Auroral Research Program), qui est fondé sur les découvertes scientifiques de Nikola Tesla, utilise la technologie IRI (ionospheric research instrument) permettant de modifier localement l'ionosphère via des ondes haute fréquence (HF) pour d'étudier les modifications sur les communications longues distances. Bien que ces projets ne visent pas la modification météorologique et que les énergies ne soient qu'infimes par rapport à ce qui serait nécessaire, plusieurs y voient une conspiration du gouvernement américain dans ce sens.

Problématique

Le climatologiste Ross Hoffman a simulé des réchauffements ou refroidissements de parties bien précises de cyclones tropicaux grâce à des modèles numériques de prévision du temps. Le futurologue John Smart discute dans la même veine du potentiel de contrôle de la météo en utilisant des satellites pour réchauffer des endroits précis d'ouragans à l'aide d'émission micro-onde afin d'affecter leur trajectoire. Un réseau assez dense de ces satellites pourrait diriger assez d'énergie pour dévier un ouragan important d'une zone densément peuplée en changeant de quelques degrés la température dans la direction voulue. Le même principe pourrait s'appliquer pour les autres types de dépressions météorologiques importantes : tempête de neige, mousson, etc. En plus d'être un sujet de débats théoriques sur la faisabilité de la technique, c'est également un débat éthique car :
- Rien ne garantit que la trajectoire sera contrôlable à cause de la nature chaotique de l'atmosphère ;
- Le réchauffement pourrait peut-être causer des dommages à l'écosystème ou à l'humain ;
- Le choix entre une trajectoire ou une autre peut offrir des alternatives difficiles (ex. choisir entre frapper la Floride avec un ouragan de catégorie 5 ou la Caroline du Nord avec un ouragan diminué à la catégorie 3) ;
- L'équipement peut mal fonctionner ou tomber en panne en plein milieu de l'opération et ainsi complètement changer les prévisions ;
- L'utilisation peut être détournée vers des fins militaires.

Législation

Le contrôle météorologique et la modification du temps pour des fins militaires sont expressément interdits par une résolution des Nations Unies du et qui fut signée le (résolution de l'Assemblée générale 31/72, TIAS 9614). Ce règlement est entré en vigueur le mais devait être ratifié par chacun des États membres. Ce fut fait le aux États-Unis par le président Jimmy Carter et par le Sénat le . Deux projets de modifications de cette loi furent déposés en 2005 pour allouer certains dérogations, établir un comité de recherche sur les opérations de modification du temps et établir une politique nationale sur le sujet. Il ne furent cependant jamais adoptés.

Culture populaire

Dans l'imaginaire populaire, le contrôle de la météo est surtout du domaine de la spéculation, de la science-fiction et de la fantaisie. On a des mentions dans certaines séries télévisées comme Star Trek, en particulier en regard de la planète Risa qui est une planète de villégiature grâce au contrôle serré des conditions météorologiques. Le concept de terraformation est également repris dans les films de science-fiction mais également dans des documentaires scientifiques. Les adeptes des conspirations suggérent que les gouvernements, à travers des programme comme HAARP et le lâché de produits chimiques (chemtrails), faisaient déjà des recherches dans ce domaine. Ces allégations, bien que sans fondement, montrent la peur d'un tel détournement.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Adam de Brême   Albédo   American Meteorological Society   Années 1850   Années 1950   Années 1970   Artémis   Atmosphère (Terre)   Autriche   Chemtrail   Climatisation   Climatologie   Communication   Cyclone tropical   Déforestation   Dépression (météorologie)   Désertification   Détonation   Extrêmement basse fréquence   Fantaisie   Feu de forêt   Futurologie   Glaciation   Glacier   Grêle   Haute fréquence   Ionosphère   Iphigénie   Jacques Ier d'Angleterre   Jimmy Carter   John von Neumann   Manosque   Mars (mythologie)   Massachusetts Institute of Technology   Micro-onde   Montana   Mousson   Mythologie   Méditation transcendantale   Météorologie   Nikola Tesla   Nuage   Oklahoma   Ole Worm   Onde   Paratonnerre   Pluie   Précipitation   Prévision météorologique   Prévision numérique du temps   Risa   Réchauffement climatique   Saint-Louis (Missouri)   Science-fiction   Scientific American   Sorcière   Star Trek   Technologie   Temps (météorologie)   Tempête de neige   Terraformation   Théorie du complot   Troie   Très basse fréquence   Turboréacteur   Vapeur d'eau   Verger   Volcan  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^